Version classiqueVersion mobile

Entre tradition et modernité : Les premières années du Havre (1517-1541)

 | 
Philippe Lardin

Chapitre II. Le chantier du port

Texte intégral

  • 1 A. MARTIN, op. cit., chap.I, note 10.
  • 2 BN PO 2583, dossier 57454, Le Roy, sieur de Chavigny, [5 et 6].
  • 3 BN PO 2580, dossier 57438, Le Roy en Normandie, [51] et NAF 1463 [167].
  • 4 BN PO 2583. dossier 57454, Le Roy, sieur de Chavigny, [7].
  • 5 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 41-42. Le grenetier était le responsable du greni (...)
  • 6 G. JACQUETON, Documents relatifs à l’administration financière en France de Charles VII à François (...)

1Le temps de la préparation était terminé. Désormais, il fallait passer à l’action. Guyon le Roy, installé à Honfleur au début des travaux, surveillait le chantier de loin. Sur place, à Grasse, il était représenté par Jacques d’Estimauville qui était en même temps son émissaire auprès du roi1. Néanmoins Guyon le Roy traversait régulièrement l’estuaire puisque, théoriquement c’était lui qui faisait les marchés, fixait les salaires des ouvriers et ordonnait les paiements. Pour ce travail qu’il devait fréquemment déléguer, il recevait 100 livres par mois dès lors que le chantier fonctionnait2. Le contrôleur des finances de la ville d’Harfleur, Guillaume Savary, chargé de payer les travaux au moment de leur lancement, fut remplacé, dès le mois d’avril, par Nicolas de la Primaudaye, notaire et secrétaire du roi, qui assistait en principe à tous les paiements et les officialisait3. Le rôle du contrôleur était aussi de réclamer les quittances4 Les fonds étaient gérés par Claude Guyot, « grenetier de Pontoise, commis de Guillaume Prudhomme », lui aussi, notaire et secrétaire du roi, qui exerçait de plus la charge de receveur général des finances en Normandie5. Cette organisation était donc destinée à vérifier les dépenses aussi précisément que possible mais la mise en œuvre des travaux était, en fait, laissée aux ouvriers eux-mêmes. On suivait donc, là encore, les pratiques traditionnelles de l’administration financière royale6.

2Le premier soin des responsables fut de recruter la main-d’œuvre nécessaire et de lui fournir des outils et du matériel en quantité suffisante. La comptabilité, assez bien conservée pour les deux ou trois premières années de travaux, permet de comprendre ces deux aspects du chantier, grâce aux « rôles de la dépense faite pour la construction du port et des fortifications du havre de Grasse ». Toutefois, il ne faut pas surestimer la valeur de ces documents. Ceux-ci, en effet, ne sont pas absolument complets puisqu’ils ne disent rien de ce qui ne donna lieu à aucun paiement, tandis que les termes employés dans les différents chapitres de dépenses ne sont pas toujours exempts d’ambiguïté.

I/ LE DÉBUT DU CHANTIER

  • 7 A. MARTIN. Description.., op. cit., chap. 1, note 1, p. 13.

3Le travail que le roi attendait de ses représentants sur place n’était pas la création ex nihilo d’un nouveau port mais d’abord le creusement d'une tranchée permettant d’entrer facilement dans la crique de Grasse. Selon les termes mêmes du devis de maçonnerie qui donnait les dimensions et la forme des jetées du nouveau port, la surface de terrain à creuser mesurait environ 14 hectares7.

N.B. Il était prévu d’« estouper » l’ancienne entrée du Havre (D).

  • 8 L’Argent du roi. Les finances sous François 1er. Paris, Comité pour l’histoire économique et financ (...)

4L’ampleur de la tâche nécessitait l’emploi d’une main-d’œuvre nombreuse. Le roi et ses représentants en avaient pleinement conscience mais voulaient en réduire le coût autant que possible car, comme l'a montré Philippe Hamon, au cours du règne de François 1er, les dépenses eurent toujours la priorité sur les recettes, les décisions royales consistant à les ordonner sans en prévoir immédiatement le paiement, dans la mesure où on estimait qu’il serait toujours possible de réunir assez de fonds en temps voulu pour répondre aux nécessités8 ce qui est, une fois de plus, une des caractéristiques des chantiers médiévaux qui s’interrompaient parfois, faute de financement.

Les corvées

5Le lancement du chantier du port du Havre, au moins pour ses travaux de terrassement, n’avait donc pas été provisionné. Dans un premier temps, on avait estimé que le creusement de la tranchée qui ne nécessitait aucune qualification particulière pourrait être fait par les habitants des environs, sans que cela coûtât quoi que ce soit, puisque, apparemment, on n’avait même pas prévu de payer les dépens des villageois obligés de venir y travailler, comme cela se faisait généralement sur les autres chantiers.

  • 9 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 10.
  • 10 BN MF 26115 [208].

6Dans la commission établie par le roi pour l’amiral Bonnivet, il avait été décidé de « faire venir et besogner tous (ses) sujets des vicomtés de Montivilliers, de Caudebec et autres proches et voisines dudit lieu de Grasse9 ». Pour cela, on obligerait chaque chef de famille à se rendre une fois par mois sur le chantier pour y effectuer un travail qui ne serait évidemment pas rémunéré puisque c’était « pour le bien de la chose publique ». Ce faisant, le roi répondait à une demande pressante de Guyon le Roy. En effet, dans une lettre de février 1517 qu'il avait fait parvenir à l’amiral de Bonnivet par l’intermédiaire de Jacques d’Estimauville, le vice-amiral lui avait demandé d’obtenir du roi une « provision » lui donnant les moyens de « contraindre les habitants des élections de Caudebec et Montivilliers à venir à corvée une fois le mois besogner audit havre ». Cette ordonnance royale devait être disponible avant de commencer les travaux car le rassemblement de la main-d'œuvre pourrait de cette façon être réalisé sans trop de réticences de la part des villageois enrôlés. La demande de Guyon le Roy fut entendue et Jacques d’Estimauville rapporta la dite « provision » aux alentours du 25 février 151710.

  • 11 Ordonnances des Rois de France, T. V, p. 467.
  • 12 ADSM 3E6/115 No 26.
  • 13 ADSM 3E6/118 No 65, 9 avril 1473.
  • 14 ADSM 3E6/78 fol. 233.
  • 15 A.M. Harfleur, armoire 4, cité par É. de FRÉVILLE, Mémoire sur le commerce maritime de Rouen, Rouen (...)

7Les corvées n’étaient pas une nouveauté pour la région. Alors qu’elles avaient totalement disparu à Rouen, elles étaient encore assez courantes dans la région de la Basse-Seine, dès lors qu'il s’agissait de travaux de terrassement ou de fortification. Dans des lettres datées de mars 1371, Charles V avait rappelé que les travaux dans le bassin de Harfleur étaient à la charge des habitants de Saint-Eustache-la-Forêt et de Saint-Jean-de-la-Neuville qui, en échange de certains privilèges les exemptant notamment de péages et de guet, étaient « tenus toutes les fois qu’il en serait nécessité et que le cas s'offrirait, de vider le liable d'entre la ville de Harfleur et de l’Eure pour plus aisément et mieux [faire] venir et arriver les marchandises qui viennent par la mer11 ». En 1466, le roi Louis XI avait ordonné au capitaine de Harfleur de remettre en état les fortifications et pour cela, d’« adviser quels villages il y avait à six lieues à la ronde, combien il y avait d’habitants et iceulx habitants contraindre à aller faire besogne esdites réparations12 ». En 1473, quand les fossés de la ville de Harfleur avaient dû être approfondis, on avait fait appel « aux pionniers et au peuple13 » et en 1491, pour faire la tranchée du Chef de Caux qui appartenait aussi aux fortifications de Harfleur, on avait, une fois de plus, utilisé les « gens du pays » que deux maîtres pionniers étaient chargés de « mettre en train14 ». Enfin, en mai 1513, le roi avait recommandé au capitaine de Harfleur, Louis de Brézé, de contraindre les habitants de l’élection de Montivilliers et des sept paroisses de Fécamp à venir travailler aux réparations du port dont il avait la charge, « de quinze jours en quinze jours chacun un jour jusqu'à la perfection (achèvement) d’icelle besogne15 ».

  • 16 L’histoire de la disparition des corvées reste à faire. On a vu que les Rouennais n’en devaient auc (...)
  • 17 BN MF 26115 [208].
  • 18 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 116. Là non plus, la méthode proposée par Guyon l (...)

8L’utilisation des corvées était donc tout à fait traditionnelle et, dans les deux mandements royaux consacrés aux travaux du Havre, on retrouve d’ailleurs la même formule assez conventionnelle et également employée à l'occasion des levées d’impôts ou des emprunts forcés : pour obtenir ces corvées, il faudrait user de « toutes voies et manières dues et raisonnables ». Apparemment, en effet, les corvées de 1513 avaient été difficiles à mettre en œuvre et celles que l’on voulait obtenir pour creuser la tranchée du port du Havre ne s’annonçaient pas mieux16. C’est pourquoi la lettre de 1517 rapportée par Jacques d’Estimauville précisait qu'il faudrait agir « nonobstant oppositions ou appellations, clameur de haro ou doléances quelconques », car l’on sentait bien que ces corvées allaient se heurter à des résistances assez fortes de la part des habitants des zones concernées qui, d’ailleurs, pouvaient essayer de s’en remettre à la justice pour tenter d’y échapper. On en avait d’ailleurs réduit le poids de moitié puisque les corvéables ne viendraient plus qu’un jour par mois et non pas tous les quinze jours. Cela n’avait pas été suffisant et dès le 28 mars, Jacques d’Estimauville avait dû se rendre à nouveau auprès du roi pour l’avertir que « plusieurs des habitants des élections de Caudebec et de Montivilliers ne [venaient] pas aux corvées ». Guyon le Roy avait alors proposé que l’on leur fit payer à la place une contribution de 2 sous « par journée qu’ils deffaudr[aient]17 ». Le roi avait apparemment répondu favorablement à cette demande mais cela n’avait pas été suffisant et, en mai 1517, Guyon le Roy lui écrivit à nouveau pour lui faire part de la mauvaise volonté des habitants de Caudebec et il lui proposa à nouveau de « les composer à fournir quelque somme au lieu d’icelles corvées », sans doute moins de deux sous par jour, de façon à pouvoir engager avec cet argent « gens soudoyés et payés18 ».

  • 19 On ne retiendra évidemment pas la date indiquée par TAILLEPIED, Recueil des Antiquitez et singulari (...)
  • 20 Voir texte en annexe.

9Les difficultés rencontrées par les responsables du chantier pour obliger les corvéables à venir au Havre apparaissent dans le premier compte dont nous disposons. Contrairement à ce l’on pensait jusqu’à présent, les travaux commencèrent dès la semaine qui suivit la visite sur le terrain et l’adjudication de la tâche de maçonnerie, c’est-à-dire le 9 mars 1517 (n. st.) et non pas le 13 avril comme pouvaient le laisser croire les documents publiés par Stéphano de Merval19. Dans la comptabilité de la semaine commençant le 13 avril 1517 on a, en effet, rassemblé un certain nombre de paiements antérieurs et notamment les salaires des commissaires payés 5 sous par jour pour « faire besogner les gens de villages venant à corvée et les autres pionniers à la solde du roi » depuis le 9 mars jusqu’au 7 avril, « les fêtes non comprises20 ».

  • 21 BN MF 26115 [208]. L’un d’entre eux, Brice Lécuyer, ne fut payé que pour 16 jours. Il ne touchait q (...)

10On connaît ainsi les noms de sept commissaires et l’on peut constater que quatre d’entre eux seulement furent payés pour le total des 34 jours ouvrables compris entre le 9 mars et le 18 avril ; il est donc probable que les autres furent momentanément renvoyés parce que les effectifs à encadrer étaient insuffisants21.

Tableau No 1. Nombre de commissaires par semaine en 1517

Tableau No 1. Nombre de commissaires par semaine en 1517

11Comme les corvées ne donnaient lieu à aucun paiement, même pas en « dépens », elles nous échappent complètement. On ignore tout de la manière dont cette main-d’œuvre gratuite fut utilisée dans la suite du chantier mais il est à peu près certain que les corvées ne cessèrent jamais au cours de la première année. En effet, les commissaires furent présents sur le chantier tout au long de la première campagne et leurs effectifs connurent même une nette augmentation quand l’activité devint plus intense. Certes, ces hommes n’étaient pas seulement employés pour contrôler les corvéables. Ils encadraient et surveillaient l’ensemble de la main-d’œuvre rassemblée pour creuser la tranchée, y compris les salariés. Ils établissaient la liste nominative des ouvriers à payer et faisaient rédiger les procès-verbaux hebdomadaires. Ils répartissaient aussi les ouvriers en fonction des tâches à accomplir, chacun d’eux s’occupant d’une équipe aux effectifs relativement limités.

12Aucun document comptable n’évoque les sommes que l’on avait eu l’intention de réclamer à ceux qui ne voulaient pas venir travailler sur le chantier, mais cela ne signifie pas qu’on ne les avait pas exigées car on ne dispose pas non plus de la plupart des documents détaillés rassemblant les recettes destinées aux paiements des travaux. On peut toutefois penser que si les corvées avaient été difficiles à obtenir dans un premier temps, elles durent être mieux organisées et contrôlées lorsque le chantier se mit à fonctionner à un rythme soutenu, même si elles continuèrent à entretenir un certain mécontentement.

  • 22 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 117. A. MARTIN, « François 1er au Havre », Recuei (...)

13En effet, c’est seulement au mois d’août que le roi accepta officiellement la suppression des corvées et fit parvenir un mandement à ses « officiers ordinaires du bailliage de Caux pour tenir la main à ce que l’on sût recouvrer ouvriers pour besogner au dit édifice en les payant raisonnablement22 ». Dès l’arrivée de cette lettre, le nombre de commissaires passa de 13 à 8, alors que la baisse des effectifs salariés fut beaucoup moins nette, puisqu’elle passa seulement de 182 à 172, puis à 162 pionniers et manœuvres, soit seulement 20 ouvriers de moins. La baisse du nombre des commissaires ne peut donc s’expliquer que par celle du nombre des corvéables, beaucoup moins nécessaires désormais, puisque la campagne était en train de s’achever.

14Dès lors, on peut tenter de calculer approximativement les effectifs de ces corvéables. Dans la semaine du 23 août, alors que les effectifs de salariés avaient augmenté de vingt pionniers et manœuvres, on avait engagé un commissaire supplémentaire, ce qui signifie que chacun de ceux-ci devait encadrer une vingtaine de salariés, ce que confirme le fait qu’il n’y en eut plus que huit pour environ 160 salariés au cours des semaines suivantes. On peut donc penser que, quand on mit fin au système des corvées, puisque l’on renvoya cinq commissaires, cela signifie que les effectifs totaux de salariés et de corvéables diminuèrent d'une centaine de personnes. Comme il y eut seulement une baisse de 20 salariés, ceux qui étaient là au titre du travail forcé devaient être au nombre de 80 environ et il est raisonnable de penser que ce fut autour de ce nombre que se fixèrent leurs effectifs au cours de la première campagne de travaux.

  • 23 Dans la vicomté de Montivilliers, pour seulement 8 paroisses (Auzouville, Buglise, Épretot, Le Font (...)

15Chaque corvéable ne venait en principe qu’un jour par mois. Par conséquent, si l’on admet que l’on ne pouvait pas les faire travailler les dimanches et les jours fériés, on peut estimer qu’il y avait une vingtaine de jours ouvrables par mois et que les corvéables représentaient un effectif total de 1 600 chefs de famille, ce qui n’a rien d’impossible sur l’ensemble des deux élections de Montivilliers et de Caudebec23. Il est d’ailleurs possible, comme on le voit sur d’autres chantiers, que les enfants majeurs de certaines familles soient venus remplacer leur père en organisant une sorte de roulement, comme peuvent le laisser penser les listes nominatives de salariés où l’on trouve plusieurs fois le même nom avec des prénoms différents.

  • 24 Quand ils étaient rémunérés, les travaux d’intérêt général étaient, pour les populations des alento (...)
  • 25 AMH, série DD. liasses 88 à 93.

16Après la décision royale de la fin août 1517, il ne fut plus question, en principe, de corvée, ni de paiement de remplacement. Le chantier du Havre fut donc, pour la région de la Basse-Seine, l'occasion d’une transformation importante dans l’organisation des grands travaux royaux puisqu’il officialisa le passage des chantiers de type ancien, fondés en partie sur le travail forcé – surtout pour des opérations de terrassement – aux travaux modernes fonctionnant uniquement grâce au travail salarié. Le roi avait sans doute pris conscience du mécontentement que provoquaient les corvées et de l’impossibilité d’en maintenir le recrutement plusieurs années de suite alors même que les travaux s’annonçaient plus longs que prévu. Il avait compris que la recherche d’un compromis était au fond la meilleure solution, étant donné la situation économique et démographique de la région. La population avait nettement augmenté au cours des dernières décennies du XVe siècle et la main-d’œuvre potentielle était désormais abondante, d’autant plus qu’elle ne se recrutait pas seulement dans la région. Les salaires étaient stabilisés et n’entraîneraient pas d’augmentation démesurée des dépenses24 alors que la résistance passive des corvéables, rebutés par les conditions de travail que l’on voulait leur imposer, ne pouvait qu’être préjudiciable au bon fonctionnement de ce chantier qui, de plus, ne pouvait se dérouler que pendant la belle saison, c’est-à-dire au moment des plus gros travaux agricoles25.

  • 26 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 86.

17En octobre pourtant, au moment où la clôture du chantier rendit nécessaire la présence d’une main-d’œuvre très nombreuse afin de finir à temps le « rempart » protégeant la tranchée, Jean Bernard, dit Malo, fut amené à faire plusieurs voyages « par les paroisses de l'élection de Montivilliers [pour] contraindre les gens à venir à corvée26 ». Toutefois, on ne fit appel à ce moyen coercitif que parce qu’il s’agissait là d’une tâche urgente et indispensable et, par la suite, il n’en fut plus jamais question dans les sources.

Le recours aux salariés

18Le chantier de terrassement avait pourtant commencé le 9 mars grâce à cette main-d’œuvre quasiment gratuite. Pendant les vingt-cinq premiers jours de travail, jusqu’au 7 avril, le chantier fonctionna sans doute assez difficilement du fait de la mauvaise volonté des corvéables. C’est à la fin du mois de mars que Guyon le Roy écrivit au roi pour lui faire part de la résistance des gens des villages et c’est sans doute, à cause de cette situation que pour la courte semaine du 13 avril, on se décida à faire appel à des salariés qualifiés de « pionniers et gens de manœuvre ». Le compte de la semaine sépare bien en effet, la période allant du 9 mars au 7 avril où l’on fit appel aux corvéables et celle qui s’acheva le 18 avril, où les commissaires eurent à encadrer des salariés.

  • 27 ADSM G 2483. Cf. Ph. LARDIN, « Les rythmes du travail sur les chantiers du bâtiment à Rouen à la fi (...)
  • 28 St. De MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 59.
  • 29 Comme la dépense pour les voyages de Jacques d’Estimauville et les salaires des commissaires s’élev (...)

19Conformément aux règles des chantiers, cette semaine qui suivait la fête de Pâques débuta le jeudi suivant et les ouvriers ne furent payés que pour trois jours ouvrables27. Par contre, on procéda à la liquidation des sommes dues, notamment aux commissaires qui, jusque-là, avaient essentiellement encadré les corvéables. On se sait pas précisément à quoi furent occupés les « ouvriers soudoyés » qu’on avait engagés mais, comme la somme totale des dépenses s’élève à 112 livres 12 sous 4 deniers28, on constate que les dépenses de salaires - qui n’étaient que de 12 livres 13 sous 4 deniers - restaient encore très limitées, tout comme les dépenses totales, du fait l’utilisation de la main-d’œuvre gratuite des corvées au cours des semaines précédentes. Le document qui nous est parvenu mutilé ne nous fournit les noms que de vingt-sept ouvriers payés 20 deniers par jour, ce qui était un salaire inférieur de 10 deniers à celui des manœuvres rouennais. On peut donc estimer qu’on avait engagé une cinquantaine de salariés, ce qui correspondait peut-être aux effectifs de corvéables dont le nombre semble avoir alors sensiblement baissé au cours de la semaine précédente29.

  • 30 AN, Marine, D2/7, [1], Voir le texte en annexe. Ce document m’a été signalé par Ph. Manneville.
  • 31 Il s’agissait avant tout de ruraux originaires des diocèses de Saint Brieuc et de Tréguier et quali (...)
  • 32 BN MF 26115 [208].

20La semaine du 20 au 27 avril nous est un peu mieux connue grâce à une copie du compte de dépenses conservée dans les archives de la marine30. Au cours de cette semaine qui dura 5 jours - car le samedi correspondait à la Saint-Marc – le travail consista avant tout à « à faire les fondements d'icelui havre », c’est-à-dire à continuer à creuser la tranchée commencée par les corvéables. Il fallait pour cela « ôter les terres » et les « porter hors dudit havre », ce qui ne nécessitait aucune compétence particulière. Néanmoins, il y avait désormais huit « pionniers de Bretagne31 » – dont c’est la première apparition pour encadrer les travaux, vingt-sept pionniers payés 4 sous par jour et dix-huit autres payés 3 sous par jour, tous relativement qualifiés et capables de diriger des équipes de manœuvres. Un certain nombre d’entre eux venait sans doute de la région puisque quand Jacques d’Estimauville avait fait avertir les maçons de Rouen, Evreux, Louviers, Pont-Audemer, Caudebec et Gisors de l’adjudication des travaux, la lettre qu’il avait apportée aux responsables de ces villes enjoignait à ceux-ci de faire « publier par icelles vicomtés que tous ouvriers reconnaissant en pionnage s’y trouvassent, si bon leur semblait, pour être enrôlés et payés ainsi que par mond. seigneur le vice-amiral serait ordonné32 ».

21Pourtant, il n’y avait plus aucun commissaire puisqu’on avait procédé à la liquidation de leurs salaires à la fin de la semaine précédente, sans doute parce qu’il n’y avait plus aucun corvéable sur le chantier. Ainsi, la semaine de Pâques – peut-être parce qu’elle était courte et que l’on avait épuisé toutes les ressources des corvées – avait vu une première tentative d'utilisation de manœuvres salariés, mais comme le compte suivant n’enregistre plus aucune dépense de salaire pour les manœuvres non qualifiés, cela signifie qu’il y eut alors une période de transition pendant laquelle on réorganisa le chantier en préparant les travaux à venir sur le terrain grâce à la présence de spécialistes, tandis qu’on achetait les outils dont on allait avoir besoin.

22L’état récapitulatif des sommes totales dépensées au cours de la première campagne de travaux permet de constater que celles-ci connurent une augmentation sensible à partir du 27 avril et surtout du 5 mai 1517. Comme elles étaient composées essentiellement de salaires, cela signifie qu’à partir de cette date, comme l'avait demandé Guyon le Roy au roi dans sa lettre du mois de mai, les « gens soudoyés » devinrent plus nombreux que les corvéables, obligés néanmoins d’être à nouveau présents sur le chantier. Cette augmentation des dépenses entraînait une attention plus grande à leurs justificatifs et il est donc assez logique que les premiers comptes conservés personnellement par Guyon le Roy – et publiés par Stéphano de Merval – ne commencent qu’à partir de cette semaine.

Tableau No 2. Dépenses hebdomadaires en 1517

Tableau No 2. Dépenses hebdomadaires en 1517

Dépenses du chantier de pionnerie en 1517

Dépenses du chantier de pionnerie en 1517

23Sur l’ensemble de ces 26 semaines de travaux, les dépenses s’établirent à une moyenne de 264 livres tournois, mais elles étaient sujettes à des variations sensibles en fonction du nombre de jours fériés qui interrompaient le chantier et de l’enregistrement de dépenses extraordinaires. Ainsi, la hausse brutale de la semaine du 27 avril s'explique par le fait que le compte avait enregistré, en plus des salaires des ouvriers, des achats de pieux représentant 200 livres-tournois. De même, le compte de la semaine du 18 mai avait enregistré les dépenses dues à la construction d’une cabane à outils, même si l’essentiel des dépenses provenait de l’accroissement des effectifs de manœuvres salariés.

24La réapparition des commissaires traduit le fait que l’on fit à nouveau appel aux corvéables qui étaient peut-être plus incités à venir dès lors que leur absence était sanctionnée par une compensation en argent et que, s’ils restaient plusieurs jours, ils pouvaient, au contraire, recevoir un salaire acceptable. En effet, à partir du 4 mai, les salaires des manœuvres passèrent de 20 deniers à 2 sous 6 deniers (30 deniers) par jour, soit une augmentation de 50 %, qui accrut encore les dépenses. L’évolution des dépenses hebdomadaires traduit donc le fait que le recours aux seules corvées n’avait pas été suffisamment efficace pour faire avancer convenablement le creusement de la tranchée. Sans abandonner totalement le travail gratuit, il fallait augmenter les effectifs de manœuvres en faisant appel à des salariés, mais on savait que ceux-ci ne viendraient pas si les salaires qu’on leur offrait étaient inférieurs à ceux qui se pratiquaient ailleurs, et notamment à Harfleur. Un salaire de 20 deniers pouvait, à la rigueur, convenir à un corvéable maintenu sur place et qui aurait dû payer 2 sous (24 deniers) s’il n’était pas venu ; il ne suffisait plus dès lors que l’on voulait recruter des effectifs importants. La demande de main-d’œuvre provoqua donc une hausse des salaires qui n’était, en fait, que le retour à un salaire quotidien qui, tout au long du XVe siècle, avait été, pour les manœuvres, à la fois une sorte de minimum, mais aussi un maximum, sauf en de très courtes périodes. On ignore si Guyon le Roy avait été autorisé à réorganiser le fonctionnement du chantier, du fait qu’aucun document n’en parle explicitement, mais on peut raisonnablement penser qu’il n’avait pas agi de son propre chef.

Spécialistes et manœuvres

25S’il était assez facile d’engager des manœuvres, même en grand nombre, pour les tâches les plus ingrates, dès lors qu’on les payait convenablement, il fallait aussi disposer de spécialistes du creusement des ports et des chenaux. Il y avait certes en Normandie des terrassiers appelés pionniers, mais ils exerçaient le plus souvent leur activité à pied sec, pour préparer des fondations ou creuser des fossés.

  • 33 Par exemple, à Rouen, pour le chantier des stalles de la cathédrale, on avait fait appel à des huch (...)

26Le travail à exécuter ici était différent et il fallut faire appel à des pionniers bretons qui furent présents dès les tout débuts du chantier. La Bretagne était, en effet, un lieu où les travaux portuaires étaient fréquents et Guyon le Roy le savait bien puisqu’il avait été capitaine du Croisic. Il organisa donc sans doute le recrutement de ces hommes, comme cela se faisait fréquemment au XVe siècle quand on avait besoin de spécialistes33.

  • 34 AN, Marine, D2/7, [1].
  • 35 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 43. Une erreur de transcription indique que leur (...)

27On ne trouve pas mention de spécialistes bretons dans le compte qui récapitule les dépenses faites entre le 9 mars et le 7 avril, mais ils étaient déjà huit pendant la semaine commençant le 20 avril 151734 et touchaient alors 4 sous 6 deniers par jour. Les comptes suivants, publiés par Stéphano de Merval, montrent que les effectifs de spécialistes augmentèrent encore. Apparemment, les pionniers bretons arrivés les premiers sur le chantier n’y restèrent pas tous et quatre d’entre eux furent remplacés par d’« autres maîtres pionniers » venus de Harfleur que l’on ne payait que 4 sous par jour. C’étaient ces huit spécialistes qui dirigeaient les opérations et répartissaient les hommes sur le chantier. Toutefois, dès le 4 mai, les maîtres de Harfleur disparurent et il ne resta plus que des maîtres pionniers bretons à nouveau au nombre de huit à partir du 25 mai, ce qui signifie sans doute que quatre nouveaux pionniers, venus de Bretagne, étaient arrivés sur le chantier ou, comme cela se faisait parfois, que, parmi les premiers venus, certains étaient momentanément rentrés chez eux35.

28Le nombre des pionniers bretons payés 4 sous par jour – donc en principe moins qualifiés – connut des variations assez surprenantes. Ils étaient toujours huit pendant la semaine du 27 avril. Ils furent treize pendant la semaine suivante, mais ils étaient alors considérés comme pionniers et commissaires, ce qui signifie qu’ils jouaient un rôle d’encadrement pour les autres pionniers non qualifiés, les manœuvres et les corvéables. Ils n’apparaissent plus dans les deux comptes suivants mais le nombre des commissaires est fixé à neuf et ce sont donc quatre pionniers bretons payés 4 sous par jour qui semblent ne plus être présents sur le chantier. Les pionniers-commissaires sont ensuite dix-huit le 25 mai et vingt-quatre dès la semaine suivante. Ils se maintiennent à cet effectif jusqu’au 21 juin date à laquelle ils passent à 30 avant de disparaître des comptes. Leur rôle, comme l’indique le terme de commissaire qui sert à les qualifier, consistait à diriger les ouvriers, à distribuer et à surveiller le travail un peu comme des contremaîtres et ils n’étaient donc pas forcément tous bretons. Ils encadraient surtout les salariés et l’augmentation de leurs effectifs est liée, comme on va le voir, aux difficultés auxquelles se heurtaient les responsables des travaux.

  • 36 Le montant total des salaires transcrit par St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 50, c (...)

29Moins qualifiés ou, en tout cas, moins bien « appréciés » par les responsables du chantier qui fixaient les salaires, d’autres pionniers ne touchaient que 3 sous par jour. Ils étaient vingt dès le mois de mai, passèrent à trente pendant la semaine du 31 mai36 puis ne furent plus que vingt-sept à partir du début du mois de juillet, avant de repasser à trente-trois ou trente-quatre en août. Ensuite, leurs effectifs baissèrent régulièrement pour finir à seize au mois d’octobre. Leur rôle semble avoir été de diriger les équipes de manœuvres et de pionniers non qualifiés car leur nombre correspond à peu près à celui de ces équipes d’ouvriers occupés à creuser la tranchée et à déblayer les terres et l’eau. Ils étaient donc chargés d’organiser et de répartir ce travail auquel ils devaient eux-mêmes participer.

30Tous ces pionniers qualifiés, recrutés dans tous les ports de la région et, bien sûr, jusqu'en Bretagne, formaient un groupe assez nombreux si on le compare à celui des pionniers qui travaillaient à Harfleur dans les années précédentes pour tenter de sauver le port mais ils ne représentaient pourtant qu’entre un tiers et un quart des effectifs totaux de salariés car la majorité des travailleurs du chantier était composée de « pionniers et manœuvres », catégorie imprécise qui traduit en fait leur absence totale de qualification.

Le problème de l’eau

  • 37 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 40.
  • 38 M.L.-Ch. QUIN, op. cit., chap. I, note 1, p. 4. Les terrains n’étaient donc pas seulement alluvionn (...)

31Tous ces ouvriers étaient occupés à creuser le sol et à déblayer les masses de terre déplacées. L’évolution des effectifs traduit les difficultés inattendues auxquelles se trouvèrent confrontés les responsables pendant la première campagne de percement de la nouvelle entrée dans la crique. Pour étudier la manière dont on allait pouvoir commencer à percer le nouveau chenal, les responsables s’étaient contentés de faire creuser un puits « pour essai pour trouver la meilleure terre » et ainsi savoir jusqu’où il était possible d'aller avant de rencontrer la nappe phréatique’37. Cela n’était évidemment pas suffisant, car le sol était essentiellement composé de couches tourbeuses séparées par des assises de glaise vaseuse38. Par conséquent, l’eau avait rapidement envahi la tranchée.

Tableau No 3. Effectifs de pionniers et de manœuvres pendant la première campagne de travaux

Tableau No 3. Effectifs de pionniers et de manœuvres pendant la première campagne de travaux

* Dont 48 ouvriers payés 20 deniers par jour.
**
Y compris les effectifs des dimanches et jours fériés.
***
Dont 11 pionniers payés 3 sous par jour.
****
Chacun une nuit.

Tableau No 4. Effectifs des dimanches et jours fériés (1517)

Tableau No 4. Effectifs des dimanches et jours fériés (1517)

* Jours ouvrables compris.

  • 39 Elle coûtait 4 livres 6 sous. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 43. Voir la descrip (...)
  • 40 Il faudrait savoir si de grandes marées se sont produites à ce moment, ce qui aurait alors amplifié (...)
  • 41 « pour le paiement de 11 compagnons manouvriers qui ont été pris pour besogner à la vidange des eau (...)

32Tant que l’on pensa pouvoir faire face à la présence d’eau dans le trou en utilisant une pompe récupérée à Harfleur et amenée sur place39, c’est-à-dire tout au long du mois de mai, il n’y eut pas de travail de nuit, ni les dimanches et jours fériés. C’est lorsque l’on eut constaté que l’importance des infiltrations dans la tranchée à peine entamée40, rendait presque inutile le travail de la journée que l’on décida de faire travailler, le dimanche et les jours fériés ainsi que pendant la nuit, un certain nombre d'ouvriers qui s’activaient à la « vidange de l’eau41 ».

Effectifs de pionniers et manœuvres en 1517

Effectifs de pionniers et manœuvres en 1517
  • 42 AN, Marine, D2/7, [1].

33Il n’est donc pas tout à fait exact – comme on le lit dans certains ouvrages – de dire que l’on a forcé les ouvriers à travailler nuit et jour même les jours fériés, puisque seule une minorité des manœuvres, qui ne travaillaient pas en général pendant la journée, a été employée à ces moments-là. En fait, le problème de l’élimination de l’eau n’était pas nouveau. Dans le compte du 20 avril, on mentionne déjà l’achat d’« écopes à jeter hors, les eaux d’icelui havre ». Mais, comme les travaux ne faisaient que commencer, on ne s’en était procuré qu’une douzaine, ce qui semble montrer que, pour l’instant, cette difficulté paraissait maîtrisable42. Il n’en alla plus de même tout au long du mois de mai.

34La synthèse des tableaux No 3 et No 4 permet en effet de comprendre assez clairement ce qui s’est passé. Pendant les trois premières semaines du mois de mai, avec des effectifs de manœuvres assez importants, on avait creusé à un rythme très rapide et même trop rapide. Le 22 mai, on avait commencé à engager un petit nombre de manœuvres supplémentaires pour tenter d’éliminer, pendant la nuit, l’eau accumulée au cours de la journée ; cela s’était vite révélé insuffisant face à l’ampleur des infiltrations et peut-être aussi à cause de pluies importantes. Il avait donc fallu travailler les dimanches et les trois jours fériés habituels au moment des fêtes de la Pentecôte, cette fois sous la direction de maîtres pionniers dont on avait doublé les effectifs car il était impossible de laisser la tranchée se remplir d’eau pendant un temps aussi long. Les pionniers payés 4 sous par jour, qui avaient disparu des comptes, réapparurent alors en nombre beaucoup plus important pour aider à encadrer la main-d’œuvre. Tous, sans exception, travaillèrent sans interruption pendant tout le mois de juin pour endiguer les inondations.

35Au même moment, évidemment, les travaux de percement se ralentirent ce qui, alors que le nombre des corvéables restait sans doute stable, se traduisit par une baisse très nette des effectifs de manœuvres qui ne commencèrent vraiment à remonter qu’à la fin du mois de juin, pour retomber aussitôt ; incontestablement, le problème des inondations réapparaissait aussitôt que l’on se mettait à creuser trop vite et c’est pourquoi il fallut maintenir une soixantaine d’ouvriers, sept nuits sur sept, afin de sauver le travail de la journée. Les dimanches et les jours de fêtes, un petit groupe de manœuvres travaillait également à éliminer les eaux qui stagnaient au fond de la tranchée et colmataient les brèches qui pouvaient apparaître.

Pourcentage de travailleurs les dimanches et jours fériés

Pourcentage de travailleurs les dimanches et jours fériés

36Début juillet, la situation commença enfin à s’améliorer et les pionniers qualifiés cessèrent de travailler les dimanches et jours fériés. Les manœuvres qui étaient sur le chantier ces jours-là, un peu plus nombreux désormais, étaient uniquement encadrés par des pionniers de moindre qualification qui les quittèrent d’ailleurs au milieu du mois d’août. Une dizaine de ces pionniers, payés 3 sous par jour, rejoignit alors les manœuvres qui travaillaient la nuit afin de les encadrer et de maintenir des effectifs suffisants. Début septembre, les travaux de percement s’arrêtèrent et, par conséquent, le travail de nuit et du dimanche qui n’était plus nécessaire, cessa jusqu’aux dernières semaines d’octobre.

  • 43 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 85-86 ; MARCEILLES, op. cit., Chap. I, note 17, § (...)

37Comme il fallait protéger avant l’hiver ce qui venait d'être réalisé, les effectifs connurent une dernière poussée à la fin du mois d’octobre et le nombre des manœuvres augmenta à nouveau. Ils étaient chargés d’installer très rapidement, face à la mer, un rempart formé de pieux et de 2 000 fagots de bois, pour protéger le fossé et la maçonnerie contre les tempêtes et les marées d’équinoxe, ce qui signifie que, pendant cette première campagne, on avait surtout creusé du côté de la mer et que la paroi était devenue assez étroite pour risquer d’être submergée par les flots43. Le rempart devait aussi servir à casser les fortes vagues et empêcher que l’eau de mer ne vînt s’accumuler dans le fossé. Pour éliminer l’eau qui restait, seize manœuvres travaillèrent la nuit à partir du 19 octobre et neuf autres étaient encore là le dernier dimanche du mois. Soixante-quatre manœuvres de jour quittèrent le chantier le mardi suivant, mais cent quatre-vingt-quatorze restèrent jusqu’au samedi 31 octobre. La première campagne de percement était alors vraiment terminée.

Salaires et stabilité de la main-d’œuvre

38Au cours des six premiers mois du chantier, la part des ouvriers présents les dimanches et jours fériés par rapport aux effectifs totaux avait sensiblement varié au gré des péripéties des travaux. Lorsque les infiltrations avaient été importantes et que les pionniers qualifiés avaient dû diriger les opérations, elle avait représenté près du tiers des effectifs. Ensuite, elle était retombée à moins de 20 % quand on crut pouvoir relancer les travaux, avant de se stabiliser autour du quart des effectifs quand l’activité du chantier se fixa à un rythme ralenti.

  • 44 Les salaires de 2 sous 11 deniers et 2 sous 5 deniers indiqués par St. de MERVAL, op. cit., introdu (...)

39Les « heures supplémentaires » du dimanche et des jours fériés n’entraînèrent pas d’augmentation des salaires. Les salaires de ces jours-là furent, comme sur la plupart des chantiers de cette époque, payés comme les autres jours, soit 2 sous 6 deniers, mais il devait y avoir un roulement de manière à ce que les manœuvres ne fussent occupés qu’un dimanche sur quatre. Quant au salaire pour une nuit de travail, il fut fixé dans un premier temps à deux sous seulement, ce qui représentait 20 % de moins que le salaire de la journée. En effet, en cette saison, les nuits étaient plus courtes que les jours et les responsables financiers considéraient que cela justifiait une telle diminution. Toutefois, au bout de deux semaines, sans doute face à la mauvaise volonté des ouvriers et à la difficulté de les recruter, il fallut procéder à une augmentation des salaires de nuit pour les amener au niveau de ceux du jour, ce qui se justifiait largement par les risques que représentait ce travail exécuté à la lueur des torches dans un fossé bourbeux44. Il est d’ailleurs probable que les accidents furent assez nombreux, mais comme ils n’ont apparemment pas donné lieu au versement d’une indemnité, ils n’apparaissent pas dans les comptabilités. De même, surtout au cours de l’été, du fait des grosses chaleurs, les épidémies, les fièvres ont dû frapper fortement les ouvriers du chantier et il est possible que la baisse des effectifs du mois de juillet ait été partiellement due à une augmentation de la mortalité parmi les ouvriers les plus exposés. Tout cela contribuait en tout cas à maintenir les salaires au niveau habituel dans la région et, en particulier, à Rouen.

  • 45 BN MF 26115 [249].
  • 46 Par exemple, au milieu du XVe siècle, lorsque les stalles de la cathédrale avaient été remplacées. (...)

40D’ailleurs, la mauvaise volonté ou au moins une certaine lenteur d’exécution des tâches était manifeste alors que les représentants du roi auraient voulu aller beaucoup plus vite pour réduire les dépenses. Il fallait donc « être sur les ouvriers » pour les empêcher de prolonger les pauses, ce qui était une habitude régulièrement dénoncée par les employeurs tout au long du XVe siècle. C’est pourquoi les commissaires ne se chargeaient pas seulement de la surveillance des corvéables, mais aussi de celle des salariés les moins qualifiés et ils devaient notamment « faire besogner les pionniers, brouettiers et autres45 ». Au début, comme les autres ouvriers, les commissaires ne travaillèrent pas le dimanche mais, à partir de la fin du mois de juin, et tant qu’il y eut du travail le dimanche et les jours fériés, ils furent payés 7 jours par semaine et remplacèrent les pionniers payés 4 sous par jour. Là aussi, cela signifie que les ouvriers, peu nombreux sur le chantier ces jours-là, avaient tendance à ne pas travailler suffisamment aux yeux des responsables et que ceux-ci tenaient à contrôler étroitement leur activité. Étant donné le nombre total des commissaires par rapport à ceux qui travaillaient le dimanche, il est possible que quelques-uns d’entre eux seulement aient été réellement présents sur le chantier bien qu'on leur ait payé à tous une semaine complète, comme cela se faisait parfois pour récompenser les « cadres » dont dépendait le bon fonctionnement d’un chantier surtout lorsque l’on craignait de voir la main-d'œuvre s’en aller ailleurs46.

  • 47 AN Marine, D2/7 [1] ; BN MF 26115 [249].
  • 48 BN MF 26115 [208].
  • 49 AMH DD91 et ADSM A14 à A16 pour les dépendants de la seigneurie de Graville.
  • 50 C’est le cas pour Jaquet Pillon, Jean Guillots, François Boulloys, Martin Lomme et Guillaume Haste. (...)

41Néanmoins, les listes nominatives de travailleurs salariés semblent indiquer qu’il y avait une certaine stabilité de la main-d’œuvre sur ce chantier. C’était évidemment le cas pour les travailleurs les plus qualifiés. Ainsi, au cours de la première année, quatre des huit maîtres pionniers bretons présents pendant la semaine du 20 avril étaient encore là pendant la semaine du 21 septembre 151747. Cette stabilité est moins nette pour les commissaires puisque seuls deux de ceux qui avaient participé au lancement des travaux se retrouvent au cours de la semaine du 21 septembre, mais on a vu que, parmi eux, il y avait désormais un certain nombre de Bretons48. De même, on retrouve au moins une dizaine des pionniers à trois sous par jour au début et à la fin du chantier. Il est plus difficile de faire les mêmes comparaisons pour les manœuvres parce que la première liste est inachevée et que les parchemins sur lesquels sont copiées les autres listes sont parfois si délavés qu’il est assez difficile de les lire. On constate néanmoins que des noms de famille reviennent assez fréquemment, même si les prénoms ne sont pas identiques. C’est le cas pour les Ango, Lavocat, Boucher, Homo ou Boulloys. Cela peut sans doute s’expliquer par le fait que, certains ouvriers, venaient en famille. On peut supposer, en effet, que dans certains cas, des chefs de famille, astreints à participer aux travaux au titre des corvées, restaient ensuite plusieurs jours comme salariés et amenaient parfois avec eux plusieurs de leurs enfants en tant que salariés afin de rendre moins insupportable le travail obligatoire et gratuit. On remarque, par ailleurs, que certains manœuvres, tels Marin Morice, Janot Laventurier et François Boulloys, présents dès le début du chantier, y sont encore lorsque s’achève la première campagne. La même situation se reproduisit lors de la campagne suivante. Ainsi, pendant la semaine du 5 juillet 1518, on trouve dix fois deux noms identiques avec des prénoms différents et même une fois trois personnes qui appartiennent visiblement à la même famille. Les comptabilités contiennent aussi un certain nombre de Pellé, sans doute originaires d’Ingouville ou du reste de la seigneurie de Graville49. Le même phénomène est apparemment encore vrai pour la campagne de 1519, puisqu’au moins cinq des pionniers payés 3 sous par jour l’année précédente étaient à nouveau sur le chantier au moment où les travaux reprirent50. Le chantier du port contribua donc à apporter du numéraire dans la région et les habitants des paroisses voisines en tirèrent incontestablement profit.

42Par ailleurs, on constate aussi qu’il y a parfois dans les listes de présents des ouvriers aux noms et prénoms totalement identiques. Cela ne signifie pas forcément qu’il y avait là une escroquerie organisée par les responsables du chantier afin de détourner des fonds, comme certains historiens en ont accusé Guyon le Roy. Rien n’est moins sûr, en effet, d’une part, parce qu’il n’était pas très intéressant de détourner quelques livres en ajoutant quelques noms identiques alors qu’il aurait suffi d’en créer de toutes pièces, et d’autre part, parce qu’il était assez fréquent de donner à un enfant le même prénom que son père et qu’il arrivait même que deux frères eussent le même prénom. Par conséquent, il est peu probable qu’il y ait eu des tromperies volontaires dans ces listes, par ailleurs vérifiées assez systématiquement par plusieurs personnes.

  • 51 Par exemple, à peu près au même moment, au château de Gaillon. A. DEVILLE, Comptes et dépenses de l (...)

43Par contre, il est un fait plus troublant dans ces listes hebdomadaires de salariés. En effet, tous les ouvriers mentionnés sont censés avoir travaillé pendant tous les jours ouvrables de la semaine. Cette situation est assez rare sur les autres chantiers dont on possède les comptabilités51 et elle ne peut s’expliquer avec certitude pour le chantier du Havre. On pourrait supposer que les responsables du chantier avaient décidé de payer une semaine de travail à tous ceux qui l’avaient commencée le lundi sans vérifier systématiquement les effectifs quotidiens, ni tenir compte des accidents et des maladies, mais cela aurait pu donner lieu à des abus, les ouvriers ne venant pas et se faisant payer une semaine entière. Peut-être l’isolement du chantier et son encadrement efficace n'incitaient-ils pas les ouvriers à le quitter pour un temps limité. Il y aurait donc eu une sorte de compromis, les ouvriers n’abusant pas des absences injustifiées et les responsables n’étant pas trop stricts dans la comptabilité des journées de travail. On pourrait aussi supposer que ces chiffres comprenaient la nourriture fournie aux corvéables, sans que cela soit explicitement mentionné. Dans tous les cas, il faut constater que les données chiffrées dont on dispose ne nous permettent pas d’avoir une idée absolument précise des effectifs et surtout de leur présence au jour le jour sur le chantier, puisqu’il s’agit de quittances et de récapitulatifs qui n’ont apparemment pas donné lieu, comme cela se faisait sur d’autres chantiers, en particulier à la fin du Moyen Âge, à une audition en règle agrémentée d’appréciations dans la marge des parchemins. Si, comme on l’a écrit, il y eut une fraude d’un quart des dépenses lors de ces travaux, c’est peut-être là qu’il faut la chercher, non pas tant dans les effectifs que dans la durée réelle du travail payé aux salariés.

Les autres travailleurs

  • 52 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 75.

44En dehors des pionniers et des manœuvres, les autres ouvriers étaient peu nombreux. Trois « compagnons brasseurs » avaient été engagés en mai pour tirer l’eau du fossé, mais ils n’y restèrent que huit jours au total, sans doute parce que leur activité était largement insuffisante pour faire face aux inondations. Quand le travail se poursuivit la nuit et les jours chômés, on fit appel à des maîtres-marins – dont l’un venait de Pont-Audemer – qui, depuis leurs bateaux, activaient des pompes pour aspirer l'eau accumulée dans la tranchée. Très vite, il ne resta plus que Robinet Terrier, « bon maître du métier de la mer » qui recevait 10 sous par jour, tandis que ses serviteurs, « autres mariniers », étaient payés 6 sous, salaires élevés traduisant bien l’importance de ces hommes pour le bon fonctionnement du chantier. Ceux-ci travaillèrent sans interruption, en principe sept jours sur sept, jusqu’à ce que l'arrêt du creusement du fossé, à la fin du mois d’août, rendît leur présence provisoirement inutile. Toutefois, deux des mariniers restèrent sur place pour assurer la garde des pompes52.

  • 53 G. BOIS, op. cit., chap. I, note 23, p. 309-328.

45Il y avait aussi sur ce chantier quelques charpentiers dont le travail consistait à consolider les parois et le sol de la tranchée. Le 18 mai, pour tenter d’enrayer les inondations, Martin Léger et ses compagnons firent le « pont et les auges de la tranchée » installés « pour l’égout des eaux d’icelui havre ». Il fallut évidemment continuer ces assemblages de pièces de bois à mesure que l’excavation avança et, jusqu’en juillet, ce charpentier – ou son père prénommé Pierre – fut régulièrement présent sur le chantier avec une équipe de « serviteurs » dont le nombre alla en diminuant régulièrement jusqu’à se réduire à un seul, quand le travail se limita à un simple entretien des installations. Les charpentiers se retrouvèrent néanmoins à sept au début du mois de septembre quand il fallut préparer la mise en place du « rempart devant la mer » dont on a parlé plus haut. Leurs salaires étaient de 5 sous pour le maître charpentier et de 4 sous pour ses compagnons, ce qui correspondait aux salaires régulièrement payés au même moment aux charpentiers rouennais53.

  • 54 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 91. Guyon de Fréville faisait partie des commissa (...)

46Les travaux de percement de la tranchée cessèrent à la fin du mois d’octobre, car il était impossible de continuer à creuser pendant la mauvaise saison. Les conditions de travail, déjà très pénibles, se seraient encore détériorées et les intempéries auraient réduit à néant les efforts engagés. On laissa à « Guyon de Fréville et Jean Gallet son pionnier et Massiot du Valet, pilote, la garde et la sûreté dudit havre durant les mois de novembre, décembre, janvier et février ». Ils étaient là pour pomper les eaux qui pourraient s’infiltrer et éliminer les éboulis qui en résulteraient. En novembre, après une tempête, il leur fallut d’ailleurs faire appel à cinq manœuvres pour effectuer « la vidange des eaux54 ». Toutefois, le chantier n’était pas délaissé parce que les maçons continuaient, eux, à élever la première tour et à consolider les jetées.

***

  • 55 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 117.
  • 56 ADC F 6356. Cité par Cl. VINCENT, loc. cit., introduction, note 3, p. 29. De la même façon, il donn (...)

47Ainsi, malgré ses difficultés et la médiocrité des conditions de travail, le chantier de percement du nouveau port fut, dès les premières semaines, suffisamment bien organisé pour que les responsables pussent compter sur une main-d’œuvre stable et assez efficace. De ce point de vue, Guyon le Roy avait incontestablement rempli sa mission. D’ailleurs, en juillet, comme la situation sur le chantier du percement de la tranchée s’était quelque peu améliorée mais qu’un certain retard avait été pris, Jacques d’Estimauville avait présenté au roi « le portrait de la façon dont serait fait ledit havre » afin que celui-ci pût, s’il le désirait, « le diminuer, augmenter ou faire remettre en une autre forme [...] avant que plus avant besogner à la dite affaire55 ». Apparemment, François 1er n’avait pas apporté de modifications à son projet et les choses avaient continué comme avant. Même si le chantier n’était pas terminé, le roi était tout à fait satisfait de l'action de Guyon le Roy et, par lettres patentes du 28 août 1517, il lui afferma pour dix ans, à titre de pension, les terres et seigneuries de Cléville et Méry dans la vicomté de Caen56.

48À l’issue de la première campagne de travaux, les responsables pouvaient donc faire le bilan de leur action et prévoir les travaux futurs. En novembre 1517, la barre de cailloux et de terre était bien entamée tandis qu’un fossé important et solide était désormais creusé entre la mer et la crique de Grasse. Toutefois, si les travaux avaient convenablement avancé, ils étaient loin d’être terminés et les parois du fossé n’avaient pas été suffisamment creusées pour permettre le passage des eaux. Le système des corvées avait montré ses limites et il avait fallu faire appel à des salariés de plus en plus nombreux. Il était désormais évident, après presque sept mois de travail, que le seul moyen d’achever rapidement le percement du chenal était de renoncer aux corvées et d’accroître les effectifs de pionniers et de manœuvres. C’est ce qui avait été décidé pour la deuxième année de travaux.

II/ LA POURSUITE DU CHANTIER

La deuxième campagne de travaux

  • 57 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 119.
  • 58 G. CANEL, « Indication de quelques documents historiques des Archives de Pont-Audemer », Mémoires d (...)
  • 59 G. PRIEM, « Un mandement de François 1er relatif à la fondation du Havre », Recueil de l’Associatio (...)
  • 60 Cette somme correspond à peu de choses près aux 6 793 livres 5 sous 11 deniers de dépenses sur le c (...)
  • 61 E. de FRÉVILLE, « Deux mandements inédits de François 1er », Revue catholique de Normandie, 18e ann (...)
  • 62 Catalogue des actes de François 1er, T. V, p. 394, No 16702 et 16703.
  • 63 Mandement donné à Ambroise le 1er mai 1518. ADSM 100 J 35 [15].

49En janvier 1518, Jacques d’Estimauville était retourné auprès de François 1er pour lui “faire entendre la nature de la terre et lieu qui s’était trouvée où l’on avait en avait commencé à faire la jetée57”. Les caractéristiques géologiques de la région expliquaient la lenteur des travaux de pionnerie et de maçonnerie et justifiaient la nécessité d’embaucher massivement. Or, le total des dépenses de la première campagne avait déjà atteint 28 000 livres-tournois. Il fallait donc trouver rapidement des fonds, ce qui n’avait toujours pas été véritablement prévu. Le plus simple était de faire payer les villes de la région, c’est-à-dire Rouen, Louviers, Dieppe, Honfleur, Harfleur, Pont-Audemer et Eu, en leur réclamant des sommes qui seraient prises sur les droits d’octroi que le roi leur accordait. Ces taxes devaient théoriquement être utilisées pour entretenir et transformer les installations de défense qui étaient, disait-on, en mauvais état et l’argent récupéré servirait ainsi à la fois « aux fortifications et au dit havre de Grasse58 ». Cette mesure devait permettre de rassembler les sommes nécessaires à la reprise des travaux. Or, Pont-Audemer, qui avait été taxée à 200 livres, ne s’acquitta de sa dette qu’au mois de mai 1518 et on peut supposer que les autres villes firent de même. Entre temps, le roi avait donc dû emprunter l’argent nécessaire ou utiliser les fonds dont disposaient ses généraux-conseillers des finances. En janvier 1518, ces derniers avaient dû remettre 20 000 livres à Guillaume Prudhomme, puis en mai59, le roi leur avait ordonné de laisser entre les mains de celui-ci la somme de 7 000 livres60 « naguère ordonnées être cueillies et levées sur les communautés de villes de notre pays et duché de Normandie [...] pour convertir et employer en le dit édifice du Havre de Grasse61 ». Dans le même temps, il faisait payer à Henri Bohier, général des finances, 4 000 livres prises sur les finances du Languedoc, « pour remboursement de somme prêtée au roi et baillée à Guillaume Prudhomme », tandis que 4 000 autres livres étaient versées, pour la même raison, à Guillaume de Beaune, mais prises cette fois sur les finances de Languedoil et Guyenne62. Comme les sommes fournies par les villes normandes n’étaient pas suffisantes, François 1er ordonna au même moment à ses généraux-conseillers sur le fait des finances d’autoriser Guillaume Prudhomme à prendre encore, « outre et par-dessus les autres sommes de deniers » qui lui avaient été allouées, 10 000 livres-tournois sur la recette générale du royaume « pour convertir et employer au fait du paiement de la construction et édifice du havre de Grasse pour cette présente année63 ». De cette manière, les travaux pourraient continuer sans interruption au cours des mois à venir.

50Les travaux avaient repris le 1er mars 1518. Dès la première semaine, plus de trois cent trente-neuf personnes avaient été rassemblées sur le chantier, c’est-à-dire plus que les effectifs de salariés les plus fréquents de l’année précédente, mais en fait, il y avait à peu près autant de travailleurs qu’à la fin de la campagne précédente puisque les corvéables avaient été remplacés par des salariés. Parmi eux, on comptait quatorze maîtres pionniers désormais payés 5 sous par jour et soixante-douze pionniers qualifiés payés 4 sous par jour. La demande de main-d’œuvre avait, une fois de plus, obligé les responsables à accepter d’augmenter les salaires des spécialistes. Ces quatre-vingt-six ouvriers étaient tous originaires de Bretagne et on peut supposer qu’ils avaient amené avec eux un certain nombre de manœuvres. Le nombre des maîtres pionniers atteignit vingt-trois dès le milieu du mois de mai, tourna autour de vingt-cinq pendant les semaines suivantes et se stabilisa à une trentaine à la fin du mois d’août. Les autres pionniers furent soixante-quinze de la mi-mars à la fin du mois d’août puis leur nombre tomba à trente-cinq pendant les dernières semaines de cette deuxième campagne. Le nombre des pionniers moins qualifiés payés 3 sous par jour ne fut que d’une trentaine jusqu’en août, date à laquelle il doubla pour se stabiliser ensuite à soixante-dix-huit jusqu’à la fin des travaux. La coïncidence de cette hausse avec celle de la diminution du nombre des pionniers à 4 sous laisse penser que ce sont les mêmes ouvriers qui ont dû subir une baisse de leur salaire. Il y eut donc, au cours du mois d’août, une transformation importante dans l’organisation du chantier puisque l'on n’avait plus besoin désormais de ces pionniers qualifiés capables d’encadrer des équipes de manœuvres, mais seulement d’ouvriers chargés de la manutention et de l’achèvement des installations car le travail de percement de la tranchée avait désormais passé un cap important, ce qui permettait aux responsables de revenir sur les hausses de salaires qu’ils avaient dû précédemment consentir.

51Quoi qu’il en soit, c’était sur l’embauche de spécialistes – qui furent ainsi une centaine pendant la plus grande partie de la durée des travaux – que l’on avait fait porter au départ le principal effort de recrutement car on ne tenait pas à se retrouver avec les mêmes difficultés que l’année précédente et cela d’autant moins que l’avancement des travaux allait, espérait-on, aboutir à l’ouverture du chenal et au passage de l’eau. Il était donc indispensable d’organiser avec efficacité et méthode le travail des ouvriers non qualifiés dont les effectifs avaient sensiblement augmenté dès la fin du mois de mars.

52En effet, comme le montre le tableau ci-dessous, cet accroissement des effectifs de manœuvres et de pionniers non qualifiés, tous salariés désormais et payés 2 sous 6 deniers par jour, est la transformation la plus importante de la deuxième année de ce chantier, puisqu'elle en accroît encore les coûts et par là, la nécessité d’en organiser le financement.

Tableau No 5. Effectifs de manœuvres et pionniers non qualifiés pendant la deuxième année de travaux (mars-octobre 1518)

Tableau No 5. Effectifs de manœuvres et pionniers non qualifiés pendant la deuxième année de travaux (mars-octobre 1518)

* AMH DD91
** Clairambault, vol. 134 [19]. Le document est mutilé. Il y a 64 noms sur une seule colonne et la taille du parchemin semble indiquer qu’il y avait 7 colonnes.

  • 64 BN MF, Clairambault, vol. 134, [11 et 12].

53L’expérience de l’année précédente avait aussi permis aux responsables de lutter avec efficacité contre les inondations. Pour cela, on avait gardé et amélioré les méthodes déjà employées. Des pompes avaient été immédiatement mises en place et des toiles de Hollande, épaisses et imperméables, réduisaient les remontées d’eau par le sol. Néanmoins, il y avait toujours des problèmes d’infiltrations d’eau qui nécessitaient de faire travailler certains ouvriers jour et nuit « pour éviter plus grande perte64 ». Toutefois, alors que les effectifs avaient sensiblement augmenté, le nombre de ceux qui travaillaient le dimanche, identique à celui des travailleurs de nuit, resta assez limité, ce qui traduisait l’efficacité du travail grâce à l’arrivée en nombre suffisant des spécialistes des travaux de creusement des fossés.

  • 65 Il est probable que l’absence de travailleurs de nuit pendant les semaines du 29 août et du 5 septe (...)
  • 66 BN MF, Clairambault, vol. 134, [11].

54Les effectifs d’ouvriers présents la nuit et les jours fériés – qui suivent approximativement l’évolution du nombre des manœuvres – reflétaient en fait la division en équipes65. La main-d’œuvre était répartie en onze ou douze secteurs de travail regroupant une quarantaine d’ouvriers, placés chacun sous l’autorité d’un des leurs qui restait le dimanche et parfois la nuit pour surveiller son secteur et intervenir, en faisant appel aux responsables, en cas de problème. Par contre, tous les autres travailleurs respectaient les rythmes habituels du travail sur les chantiers et chômaient les dimanches et les jours fériés66, sauf au cours du mois d’octobre, lorsqu’il fallut installer rapidement un batardeau.

55Les commissaires avaient disparu puisqu’il avait été décidé de ne plus faire appel aux corvées. Ils avaient été remplacés par les maîtres pionniers, payés 5 sous par jour et responsables chacun d’un secteur dans lequel travaillaient cinq ou six équipes, dirigées chacune par des pionniers qualifiés payés 4 sous par jour. Une hiérarchie relativement stricte et efficace était ainsi mise en place.

  • 67 BN MF, Clairambault, vol. 134, [19].

56Le travail se faisait de manière très rudimentaire. Comme au début de la campagne précédente, on se servait de pelles faîtières, d’écopes et de seaux pour évacuer l’eau et la boue qui s’accumulaient dans la tranchée à mesure que l’on creusait. Au bout de quelques semaines de travaux, comme les pompes étaient très efficaces, les responsables eurent l’impression qu’ils avaient maîtrisé les problèmes d’infiltrations et distribuèrent aux manœuvres des seaux de bois qui, remplis de boue et de cailloux étaient ensuite remontés des fossés, en les tirant à l’aide de cordages67. Au cours de la première semaine du mois de juillet, on crut pouvoir accélérer le rythme du travail et les effectifs connurent une augmentation brutale tandis que le travail du dimanche et de la nuit était apparemment supprimé.

  • 68 . AMH DD91.

57Mais on avait été trop optimiste, les infiltrations reprirent aussitôt et il fallut arrêter les travaux au bout de quatre jours en ne laissant sur place que les maîtres pionniers qui remirent le chantier en état avant que l’on ne recommençât à travailler avec des effectifs identiques à ceux des semaines précédentes68. Une fois de plus, on avait fait une tentative pour essayer d’achever rapidement la tranchée et, face aux problèmes que cela avait engendrés, il avait fallu revenir en arrière.

  • 69 614 livres pendant les 9 dernières semaines contre 414 pendant les 11 premières. Voir tableau No 6 (...)
  • 70 AMH DD 89 (Copie XVIIe). St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 147-148.

58Malgré ces problèmes, les inondations furent mieux maîtrisées dans les semaines qui suivirent et un nombre croissant de pionniers fut occupé à creuser les fondations des jetées. Celles-ci étaient consolidées à l’aide de pieux de bois, attachés ensemble avec des cordages, et destinés à soutenir les terres. Dans ce but, on utilisait aussi des filets identiques à ceux des pêcheurs. D’août à octobre, les dépenses moyennes augmentèrent donc d’environ 50 % par rapport aux onze premières semaines de travaux69 parce que l’on avait engagé des effectifs nombreux pour essayer de finir la tranchée avant l’hiver. De ce fait, au mois d’octobre, Guyon le Roy dut écrire au roi pour lui faire savoir qu’il manquait d’argent pour « continuer pour 12 ou 15 jours la jetée en commencée pour le Havre de Grasse afin que tout ce qui a été fait ne soit pas perdu70 ». Dans une lettre du 24 octobre 1518, François 1er donna immédiatement l’ordre au responsable financier du chantier de débloquer les fonds nécessaires afin de permettre la mise en place d’un batardeau qui protégerait la tranchée pendant l’hiver. Maintenant que la tranchée avait pris de l'ampleur, on ne pouvait plus se contenter du rempart de fagots mis en place face à la mer l’année précédente. Il fallait aussi empêcher l’eau de la crique de pénétrer dans le fossé à l’aide d’une barrière de bois installée de l’autre côté, pour que les maçons puissent continuer les maçonneries des jetées et des quais.

  • 71 Voir AMH EE 80. AMH DD 89 (Copie XVIIIe siècle) ; St. de MERVAL, op. cit.. introduction, note 4, p. (...)
  • 72 C’est notamment l’opinion de Philippe Barrey, op. cit., chap. I, note 57.
  • 73 Voir plus bas p. 71 et suiv.

59Dans la même lettre, le roi faisait verser 100 écus, c’est-à-dire 200 livres-tournois, à Guyon le Roy « pour être employés par [son] ordonnance » à mettre la nef – L’Hermine – dans le port du Havre de Grasse pour y « être gardée et mise hors du danger où elle serait71 ». Cet ordre royal est, aux yeux de certains historiens, la preuve que les travaux étaient pratiquement achevés puisque la crique était désormais accessible depuis l’estuaire72. Or, cela ne semble pas être exact. En effet, la mise en place d’un batardeau était destinée à empêcher l’eau de la crique de pénétrer dans la tranchée car les maçons devaient travailler à la jetée d'aval, qui se situait à l'intérieur du fossé, ce qui n’aurait pas pu se faire si celui-ci avait été inondé73. On imagine mal, par ailleurs, comment l’on aurait pu ouvrir le chenal pour faire passer L’Hermine et le refermer ensuite avec un seul batardeau, étant donné les techniques de l’époque et la puissance des marées à cet endroit. En fait, ce que dit la lettre de Thomas Bohier à Guillaume Prudhomme est que la nef en question n’était pas terminée du fait de la mort du sieur Berquetot qui devait « la rendre faite et parfaite dedans icelui havre ». C’était donc un navire inachevé, et par conséquent, d’un faible tirant d’eau qu’il fallait déplacer, ce qui pouvait parfaitement se faire en utilisant l’ancien chenal où se trouvait justement un cabestan. La somme de 200 livres versée à Guyon le Roy était précisément destinée à payer les marins et les haleurs qui devaient faire entrer le navire royal dans son abri. La nouvelle tranchée devait, elle, encore être approfondie, comme le montre d’ailleurs la comptabilité de la campagne suivante.

Les campagnes suivantes

  • 74 AMH DD89.
  • 75 BN MF, Villevielle, T.29 [398|, semaine du 20 au 26 mars 1519. Si le passage avait été ouvert, il a (...)

60La tranchée n’étant toujours pas suffisante pour permettre le passage régulier des bateaux, la reprise des travaux dépendait, une fois de plus, de la volonté du roi. C’est pourquoi Jacques d’Estimauville avait dû se rendre à Paris au début de l’année et il était rentré au Havre en février 1519 pour rapporter à Guyon le Roy la décision royale de poursuivre les travaux74. Ceux-ci reprirent donc à la mi-mars 1519 et on procéda à l’aide de pompes à « la vidange des eaux » qui s’étaient accumulées dans le fond du fossé pendant l’hiver « afin que l’on pût besogner et continuer l’approfondissement du havre qui ne pouvait se faire sans la vidange d’icelles eaux75 ».

  • 76 Ibid.

61Pour cette troisième campagne, l’étude des effectifs du chantier ne peut plus être menée avec autant de précision que pour les années précédentes, puisque la plupart des comptes dont nous disposons ne sont plus que les récapitulatifs des sommes payées chaque semaine par les responsables du chantier et qu’une longue lacune dans les archives nous empêche de connaître les dépenses provoquées par le chantier entre mai et août 1518 et de les comparer à celles de l’année suivante. Néanmoins, le premier compte de cette nouvelle campagne a été conservé et il indique qu’entre le 20 et le 26 mars deux cent quatre-vingt-dix-huit manœuvres besognaient à la vidange des eaux et au percement de la tranchée, ce qui confirme qu’il est peu probable que le port ait pu être utilisable à la fin de la campagne précédente76. Toutefois, il n’y avait plus, apparemment, de maîtres pionniers bretons payés 5 sous par jour et on ne comptait que trente-huit pionniers payés 4 sous par jour. Cela peut s’expliquer par le fait que le travail consistait avant tout à achever ce qui était désormais bien engagé, sans que la présence de spécialistes fût nécessaire, mais il est possible aussi que les pionniers bretons, prévenus de la poursuite des travaux, seulement après le retour de Jacques d’Estimauville au Havre fussent arrivés après la vidange des eaux de la tranchée, c’est-à-dire au moment où le véritable travail pouvait à nouveau reprendre.

Tableau No 6. Dépenses hebdomadaires (1518-1519) (en livres-tournois)1

Tableau No 6. Dépenses hebdomadaires (1518-1519) (en livres-tournois)1

*avec les toisages de maçonnerie

62Les travaux avaient commencé le 1er mars 1518 et le 11 mars 1519. Les semaines se suivent ensuite régulièrement. Il y a une longue lacune du 10 mai au 29 août 1518. 11 est impossible de connaître le montant du toisage de maçonnerie en juillet 1519. On ne peut donc pas en déduire les dépenses du chantier de pionnerie.

  • 77 BN PO, dossier 57348, Le Roy en Normandie, [51].

63Du 20 au 26 mars, la vidange des eaux nécessita de maintenir une douzaine d’ouvriers pendant sept nuits et vingt-quatre autres travaillèrent sept journées, c’est-à-dire aussi le dimanche pour faire fonctionner les pompes. Les méthodes, autant que l’on puisse les connaître, étaient également identiques à celles de l’année précédente. Ainsi, en juillet, si les pompes ne semblaient plus être utilisées, on continuait à se servir de toiles de Hollande et de filets, ce qui confirme que l’on continuait ce qui avait été commencé lors de la campagne précédente et que l’on n’avait donc pas pu terminer77.

  • 78 BN NAF 1463 [167].

64En effet, la confrontation entre les dépenses enregistrées pour ces deux années montre que, globalement la troisième campagne de travaux présente les mêmes caractéristiques que la précédente. Même irrégularité des dépenses d'une semaine à l’autre, du fait des variations du nombre de jours ouvrables dont les conséquences financières étaient très sensibles à cause de l’importance des effectifs. Celle-ci peut en effet se déduire du montant élevé des dépenses qui ne descendent en-dessous de 300 livres qu’à la fin de la campagne de 1519. La comparaison des dépenses moyennes est un peu plus hasardeuse du fait de la lacune qui affecte l’année 1518. Elle est pourtant assez parlante. Elle se situe à 519 livres en 1518 et à 481 livres en 1519. La différence est minime et laisse supposer que le chantier a pratiquement connu les mêmes effectifs au cours des deux années, à cette différence près qu’en 1519, les dépenses connurent une baisse remarquable pendant les dernières semaines alors qu’elles avaient fortement augmenté à la fin de la campagne précédente. À n’en pas douter, un ralentissement des travaux se produisit alors parce que la nouvelle entrée du port était désormais pratiquement achevée. D’ailleurs, contrairement aux deux années précédentes, il n’y eut pas besoin de procéder à la mise en place d’un rempart ou d’un batardeau, ce qui signifie que la passe était sur le point d’être ouverte, ce qui eut peut-être lieu, en novembre 1519, puisqu’un compte assez laconique, mentionne alors le paiement de « pionniers, manœuvres et voitures de benneaux », comme si les travaux d’achèvement du chenal avaient eu lieu à cette date tardive78.

  • 79 AMH DD 89. Lettre du 16 mars 1520 (n.st.).

65En mars 1520, Guillaume Prudhomme écrivit à Guyon le Roy depuis Paris où il s’était rendu pour « mettre ordre à ce qui [était] à faire pour cette année ». Il l’informait que l’amiral et le général des finances estimaient que, si le vice-amiral était de cet avis, le mieux était de continuer « la jetée qui est faite du côté du Chef de Caux le plus avant en la mer que l’on pourra ». Il n’était donc plus question du chenal. Pour les travaux à réaliser, il était prévu de dépenser 5 000 livres par mois du premier mars au dernier jour d’octobre, soit un total de 40 000 livres, prévision inférieure de plus 12 000 livres aux dépenses effectives de l’année précédente. Les travaux étaient donc censés avoir un peu moins d’ampleur. Guyon le Roy devait recevoir 100 livres par mois « comme l’année passée » dès que la besogne serait commencée. En effet, le début du chantier avait été retardé du fait que, comme pour les années précédentes, « on ne savait où prendre l’argent ». Ce fut seulement grâce à une intervention du général des finances que les travaux purent redémarrer, faute de quoi « tout [serait] demeuré [en l’état] pour cette année79 ».

  • 80 Ibid, Lettre du 6 février 1520 (n.st.).

66Si les fonds nécessaires à la poursuite des travaux étaient difficiles à trouver, l’état général de la politique internationale avait aussi son importance. On peut supposer que l’espoir de devenir empereur à la mort de Maximilien avait encouragé François1er à ne pas freiner les dépenses pour achever et rendre plus efficace un port qui pouvait devenir d’une importance primordiale en cas de conflit avec l’Angleterre80.

  • 81 BN PO 2583, dossier 57454, Le Roy sieur de Chavigny, [3].
  • 82 A. MARTIN, Description... op. cit., chap. I, note 1, p. 23-24.

67Au début du mois de mai 1520, les travaux s’étaient diversifiés et les ouvriers étaient répartis en plusieurs chantiers. Vingt-trois maîtres pionniers travaillaient toujours à faire les fondations des jetées tandis que près de deux cents manœuvres encadrés par une centaine de pionniers payés 4 sous et 3 sous par jour s’activaient à la barre81, c’est-à-dire à une sorte de canal communiquant avec la fosse de l’Eure, elle-même en relation avec le havre de Harfleur. Ainsi, la masse d’eau contenue dans la fosse et dans la grande barre permettrait, à l’aide d’une écluse de chasse, de nettoyer le chenal du nouveau port et d’éviter les problèmes qui avaient ruiné Harfleur82. De plus, cela permettrait de ne pas avoir à creuser le canal qui avait été prévu entre le nouveau bassin et celui de Harfleur.

  • 83 BN PO Dossier 57454, Le Roy sieur de Chavigny, [4].
  • 84 BN MF 26117 [486].

68Au début du mois de juillet, on comptait encore plus de cent cinquante manœuvres encadrés par presque autant de pionniers qualifiés. Le travail consistait à placer des grandes pièces de bois, obtenues à partir de « trois grands chênes » de 10 mètres de haut, pour servir de sommiers et soutenir le plancher de la barre. Le transport du bois et l’évacuation des terres avaient obligé les responsables à engager trente-neuf voituriers payés 10 sous par jour83. Pendant la semaine du 20 août 1520, on comptait encore vingt-six maîtres pionniers payés 5 sous par jour, toujours occupés aux « fondements des jetées », tandis que quarante-sept pionniers payés 4 sous par jour et cinquante-six autres payés 3 sous continuaient à travailler à la barre. Les travaux de terrassement avaient cessé et il n’y avait plus que trente-huit manœuvres. Sept charpentiers complétaient les effectifs qui s’élevaient ainsi à cent soixante-quatorze personnes. Les transports de bois et de déplacement des terres de la barre s’étaient ralentis puisque l’on ne comptait plus que seize voituriers84.

  • 85 ADSM, 3B1, Mémoriaux, vol. 1, fol. 26v ; AMH AA2.

69À cette date, le port était utilisable depuis un certain temps comme le confirment les lettres patentes d’août 1520 dans lesquelles le roi François 1er se félicitait du travail de Guyon le Roy grâce à qui il y avait « à présent ouverture et havre et port où la mer fluait et refluait continuellement en grande abondance85 ». Les travaux aux jetées ne concernaient que des spécialistes qui travaillaient en collaboration avec les maçons et la plupart des pionniers s’étaient déplacés à l’extérieur du port.

  • 86 BN MF 26118 [571].

70Les travaux de la barre ne furent pas achevés en 1520. Ils se poursuivirent donc l'année suivante mais il n’y avait plus de manœuvres. À la fin du mois de juillet, on comptait vingt et un maîtres pionniers, accompagnés par quarante-trois maîtres pionniers bretons payés 4 sous par jour et trente-cinq pionniers payés 3 sous par jour. La plupart de ces hommes, même les moins qualifiés, étaient déjà présents lors de la campagne précédente. Le nouveau chantier du Havre était donc devenu un emploi à plein-temps pour ces hommes dont les salaires étaient tout à fait stables et réguliers. Ils étaient en train d’achever la grande barre du havre. Leur travail consistait à en faire les fondements en y installant un pavement de pierre qui devait permettre aux eaux de prendre de la vitesse et de la force et ainsi, de mieux nettoyer le bassin et le chenal chaque fois que cela serait nécessaire. Les charpentiers et les menuisiers devaient, eux, mettre en place deux grands batardeaux dont les pieux étaient liés à l’aide de gros cordages « afin qu’ils ne se puissent séparer, ni éloigner l’un de l'autre pour mieux soutenir le faix des eaux86 ». Il n’y avait plus que six voituriers qui transportaient la pierre et le bois nécessaires.

  • 87 ADSM 100 J 35 [16]. Texte en annexe p. 182-183.

71L’année 1522 vit la fin provisoire des travaux. Nicolas de la Primaudaye qui habitait désormais à Paris quitta la capitale du royaume le 15 mars pour transmettre l’ordre royal de « faire provision de pics, pelles, claies et autres choses nécessaires pour commencer les ouvrages » mais ceux-ci ne se déroulèrent que pendant les mois d’avril et mai et Guyon le Roy reçut 200 livres en paiement de sa tâche habituelle de direction du chantier. Lorsque celui-ci s’arrêta, Nicolas de la Primaudaye fit rassembler les engins et tout le matériel qui se trouvaient sur place et en fit l’inventaire avant de « le mettre à couvert et sûreté ». Le contrôleur des ouvrages du Havre fut de retour à Paris le 15 juin 152287. Les deux mois pendant lesquels les ouvriers avaient travaillé n’avaient sans doute pas permis d’achever les travaux de la barre, puisque le roi espérait pouvoir les reprendre l’année suivante ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle les engins et les outils avaient été conservés sur place.

  • 88 R. DOUCET, « L’état des finances de 1523 », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1715) du C (...)

72En fait, le chantier du Havre subissait les effets de l’épidémie de peste qui avait commencé dans la région l’année précédente et qui empêchait de recruter les ouvriers nécessaires. Il faisait, en outre, les frais de la nouvelle politique financière de la monarchie comme le montre le mandement de François 1er qui évoque les « rigueur de compte [ou] restrictions » qui pourraient amener ses responsables financiers parisiens à refuser de payer Guyon le Roy et Nicolas de la Primaudaye. En effet, on procédait alors à une remise en ordre des finances royales qui devait en principe permettre de disposer de réserves pour la guerre, mais qui commençait en fait par une réduction drastique des dépenses88.

  • 89 É. GOSSELIN, Documents authentiques et inédits pour servir à l’histoire de la marine normande et du (...)
  • 90 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 205-207.
  • 91 Le navire anglais nommé le Georges fut arraisonné par des marins de Fécamp, malgré le sauf-conduit (...)

73Le port n’en était pas moins utilisable et quelques bateaux avaient effectivement commencé à y mouiller89. Un état des dépenses de la marine en Normandie de 1522 donne les noms de sept navires dont deux étaient amarrés au Havre : La Louise dont le capitaine était Guyon le Roy, et L’Hermine – désormais achevée – dont le capitaine était son propre fils, Gilles le Roy, seigneur du Plessis90. De plus, comme on avait conçu, cette année-là, le projet de construire au Havre, une nef de grande taille que l’on appelait La grosse Françoise ou Le grand Navire, Guyon le Roy avait voulu renforcer la protection du port et avait fait acheter en Angleterre du charbon de terre, autrement dit de la houille, pour fondre l’artillerie qui serait installée dans la tour construite à l’entrée91.

III/ OUTILS ET MATÉRIAUX

  • 92 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 39 et suiv.

74Grâce aux relevés hebdomadaires de dépenses, on a pu suivre l'évolution des effectifs engagés sur le chantier avec une relative précision, mais on n’a pas été en mesure de distinguer les différents types de dépenses et, en particulier, de savoir quels étaient les matériaux et les outils employés par les ouvriers. Pour ce faire, il faut utiliser les premiers rôles qui nous sont parvenus, en particulier le compte des dépenses effectuées par Guillaume Savary entre le 27 avril et le 11 juillet 151792.

Les outils

  • 93 BN MF 26115 [208].
  • 94 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 44.

75Tout ce matériel était confié à Thibaut de Lisle, « gardien des outils dudit havre » qui recevait 3 sous par jour pour son travail qui avait commencé dès le 9 mars 151793. Le personnage reste mal connu car il n’apparaît plus, ensuite, que très rarement dans les sources. On ignore où ces outils étaient entreposés car ce n’est qu’à partir du 11 mai - quand la main-d’œuvre salariée devint plus nombreuse – que fut construite par un charpentier de Montivilliers nommé Michaut Tanquerel, une « petite maison [...] pour garder les outils ». Composée d’une centaine de planches, c’était en fait une simple cabane de chantier qui n’avait évidemment rien à voir avec la loge des maçons que l’on trouvait généralement sur les grands chantiers de construction94.

  • 95 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 39. Les corvéables pouvaient en effet être tentés (...)
  • 96 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 40.
  • 97 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 51 et 52.
  • 98 Le charron nommé Guillaume Haste travailla du 9 mars au 18 avril à « acoutrer les oultilz. BN MF 26 (...)

76Pour éviter les vols et sans doute pour les distinguer des outils apportés avec eux par les ouvriers et notamment par les maîtres pionniers, on avait acheté « une fleur de lis de fer à marquer les outils de bois95 ». À l’intérieur de la cabane se trouvait également un « coffret à mettre la clouterie », vendu 10 sous par un certain Pierre Fontaine qui n’apparaît plus qu’une seule fois ensuite parmi les fournisseurs du chantier96. De cette façon, les différentes sortes de clous que les fournisseurs livraient à intervalles plus ou moins réguliers étaient rangés en attendant que l’on en eût besoin, par exemple, pour « radouber les benneaux, brouettes, pelles et autres choses97 ». On acheta aussi à plusieurs reprises des « bûches », c’est-à-dire des rondins de bois de petite taille qui servaient à remplacer le manche des outils ainsi que les bras et l’axe de la roue des brouettes dès qu’ils se cassaient. Dès le début du chantier, un « charron », remplacé ensuite par un maréchal, fut chargé de réparer les outils de métal, comme cela se faisait généralement sur les chantiers médiévaux98.

  • 99 BN MF 26115 [208].
  • 100 Jean du Fresne avait, avant le 27 avril, réparé les benneaux, les brouettes et les pelles. Il avait (...)

77Au cours des vingt-cinq premiers jours de travaux, on utilisa des outils dont le compte ne dit rien. C’est seulement dans le compte de la semaine du 20 au 27 avril qu’on mentionne pour la première fois des achats de matériel représentant un total de quatre-vingt-neuf outils et de quatre-vingt-quatorze brouettes ou civières99. Il est donc probable qu’une partie des outils gardés par Thibaut de Lisle avaient été aussi amenés par les corvéables eux-mêmes, ce qui avait sans doute contribué à accroître leur mécontentement, même si leur entretien était à la charge du roi100. Dès lors que l’on voulait améliorer l’efficacité du chantier, il fallait acheter des outils pour les fournir, dès la semaine suivante, aux corvéables ainsi qu’à la plupart des « gens soudoyés », car il est à peu près certain que les centaines d’hommes sans qualification que l’on engageait un peu partout ne venaient pas avec leur propre matériel. Par contre, les pionniers spécialisés comme la plupart des ouvriers des chantiers importants des siècles précédents, devaient certainement amener leurs propres outils.

  • 101 AN, Marine, D2/7 [1]. Des pioches ayant servi à ce creusement avaient été retrouvées. R. MAUGER, Mu (...)

78Pendant cette semaine, on acheta donc trente-deux pelles à bout ferré, dix-huit bêches, sans doute en métal, et douze picquois, autrement dit des pioches. Elles servaient évidemment à creuser le sol alors que les douze autres pelles de bois achetées pendant la même semaine servaient à mettre la terre dans les brouettes101.

  • 102 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 40.

79La semaine suivante, on acheta, pour une somme globale de près de 210 livres-tournois, douze bêches ferrées, trente-six pelles ferrées, cent pelles “festières”, vingt-cinq pioches et quatre petites houes. Les pelles faîtières avaient une extrémité en biseau et étaient donc plus efficaces que les pelles normales ou les pioches pour creuser et enlever le sol caillouteux de la tranchée102. Comme il n’y avait alors que quatre-vingt-huit ouvriers payés sur le chantier, dont soixante-quatre manœuvres, une bonne partie des outils achetés au cours de ces deux semaines était donc destinée aux corvéables.

80La semaine suivante, on dépensa beaucoup moins, alors que l’on comptait cent quatre-vingt-dix-huit manœuvres et pionniers, parce que l’on utilisait les outils déjà achetés que l’on se contentait de réparer. D’ailleurs, au début de la deuxième campagne de travaux, le 8 mars 1518, on n’acheta plus que « deux douzaines de picquois », ce qui ne correspondait pas à l’augmentation des effectifs parce que l’on utilisait toujours les outils achetés l’année précédente.

  • 103 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 43.

81Pendant la semaine du 4 mai 1517, on ne dépensa plus que 5 livres-tournois en « pelles faîtières, pelles ferrées, louchets et seilles103 ». Les louchets étaient des pelles très creuses en forme de cuillère. Ils étaient très efficaces pour ramasser la boue, qui était ensuite transportée dans des seilles, autrement dit dans des seaux de bois. On utilisait aussi d’autres louches de bois, plus petites, appelées « écopes », que l’on avait commencé à acheter dès le 20 avril. Ainsi, si les pionniers et certains manœuvres creusaient effectivement le sol, beaucoup d’autres manœuvres étaient occupés à des travaux de manutention, amenant les planches et les pieux, passant les seaux de terre de main en main ou remontant la terre déblayée et les achats de « seilles » neuves, sans cesse manipulées, furent donc fréquents.

Les pompes

  • 104 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 51.
  • 105 BN MF 26291, Villevielle, T.29 [398], semaine du 20 au 26 mars 1519.

82La présence d’eau était, on l’a dit, une gêne considérable pour les manœuvres et les pionniers et il avait fallu avoir recours à des pompes. Celle que l’on avait récupérée à Harfleur s’avéra très vite insuffisante et on dut en acheter deux autres dès le mois de juin 1517, lorsque les infiltrations devinrent trop abondantes. Elles furent incontestablement très efficaces puisque, comme nous l’avons vu, les travaux reprirent peu après à un rythme plus soutenu. L’année suivante, pour éviter que les mêmes problèmes d’infiltrations d’eau ne se reproduisent, un certain Guillaume Forbisson fabriqua une « grant pompe » qu’il amena lui-même sur le chantier à la mi-avril pour la somme de 5 livres. Elle ne coûtait donc pas vraiment plus cher que les précédentes, mais elle était apparemment plus efficace. Trois semaines plus tard, ce même Guillaume Forbisson en amena encore une autre qu’il n’avait pas fabriquée mais dont il assura l’installation104. Il fallut encore installer des pompes en 1519, au moins au début de cette troisième campagne de travaux, ce qui signifie que le batardeau mis en place à l’automne précédent n’avait pas été complètement efficace et surtout que les eaux de pluie et peut-être aussi celles des infiltrations par le sol s’étaient accumulées dans la tranchée105.

  • 106 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 47.
  • 107 L’ensemble pesait près de 14 kg en juillet 1518. AMH DD91.
  • 108 BN MF 26115 [249|.
  • 109 Le 21 septembre 1517, on paya ainsi 400 clous de 80 livres, 250 clous de 40 livres et 500 clous de (...)

83Ces pompes étaient des engins assez rudimentaires dont la partie principale consistait en une poche de cuir aspirant, puis rejetant l’eau qui y était emprisonnée grâce à un système de clapets. Cette poche devait être percée par un spécialiste de façon à éviter les fuites et les déchirements qui l’auraient rendue inutile. Une fois l’étanchéité du système assurée et renforcée à l’aide d’étoupe et de « goudron », c’est-à-dire sans doute d’un mélange de poix-résine, le tout était encastré dans une armature de bois montée sur des roues, que l’on appelait « brouette de pompe » et qui permettait de le déplacer. Un ensemble de tuyaux de bois et de plomb que les comptes appellent « pipes » complétait le dispositif, ce qui permettait d’envoyer l’eau en dehors de la tranchée, directement dans la crique de Grasse106. Toutes ces pompes étaient installées « es fondements d’icelui havre » en divers points de l’auge qui récupérait les eaux. Pour éviter qu’elles ne soient emportées par une inondation soudaine, on les fixait solidement à l’aide de chaînes107. L’évacuation des eaux nécessitait la mise en place d’échafaudages ou, en tout cas, d'un système d’accrochage le long de la paroi pour faire passer les tuyaux par-dessus la tranchée108. C’est pourquoi on achetait régulièrement des grands clous qui pesaient entre neuf et trente-six grammes109. Soumis à des mouvements incessants de gonflements et de dégonflements, souvent en dessous du niveau de l’eau, les clapets et la poche de cuir devaient être régulièrement changés. À la fin de la première campagne, les mariniers qui, depuis leur bateau amarré dans la crique, les avaient fait fonctionner manuellement d’une manière qui n’est pas précisée, durent les « remonter et accoutrer » avant de les entreposer pour l’hiver dans la cabane à outils.

  • 110 BN MF, Clairambault, vol. 134, [19].
  • 111 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 129. Cf. plus haut p. 54.
  • 112 BN PO 2580, Dossier 57438, Le Roy en Normandie, [51].

84L’année suivante on utilisa, en plus des pompes une nouvelle méthode pour limiter les remontées d'eau par le sol et ne plus patauger dans la boue. On étendit sur le sol des toiles de Hollande d’environ 30 mètres de long110, cousues entre elles et enduites de graisse pour être plus imperméables. On pouvait se les procurer à Harfleur et elles furent vendues, au cours de l’année 1518, en mars, septembre et octobre, par Robinet Terrier qui, on s’en souvient, avait dirigé les premières opérations de pompage111. On continua à en acheter au cours des campagnes suivantes car elles devaient s’user assez vite112. Ainsi, grâce à cette méthode, on pouvait réduire les infiltrations dans les parties déjà creusées et limiter le travail d’évacuation de l’eau qui n’en demeurait pas moins indispensable.

Les cordages

85Dès lors que l’on eut réussi à réduire la présence d’eau dans la tranchée, le creusement s’accéléra, ce qui obligea les manœuvres à évacuer des quantités toujours plus importantes de terre. Si les seilles permettaient d’évacuer les eaux boueuses, on s’en servait aussi pour évacuer les terres et les cailloux issus du creusement du sol. À mesure que la tranchée s’approfondissait, les difficultés pour remonter ces seaux s’accentuaient. Il fallait d’ailleurs en utiliser de plus grands, parfois appelés « futailles », et renforcés par des cercles de fer. Un système de levage était donc indispensable.

  • 113 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 47. “À Pierre de la Fontaine, pour rouets de cuyv (...)

86Il ne semble pas que l’on ait installé ici un ensemble de roues et de grues comme cela se faisait nécessairement au même moment sur le chantier de maçonnerie pour la construction des tours. Ces engins ne pouvaient pas être utilisés par les pionniers et, là encore, on fit appel à des moyens assez rudimentaires. Un système de poulies régulièrement graissées à l’aide de suif permettait de tirer les seaux sans trop d’efforts à l’aide d’une corde qui s’enroulait autour d’une roue de cuivre actionnée par un ou plusieurs manœuvres113.

  • 114 Ph. LARDIN, “Les entreprises du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Age”, Colloque de (...)
  • 115 Sans compter les 8 livres de cordes qui avaient servi au puits.

87Il fallait donc disposer de cordages. Pendant la semaine du 20 avril 1517, le fossé n’étant pas encore très profond, l’évacuation des terres put se faire à l'aide de brouettes ou d’auges de bois munies de manches appelées « civières ». Le premier achat de cordage n’eut apparemment lieu que le 27 avril 1517 et il se limita à 8 livres de corde « pour tirer l’eau du puits », c’est-à-dire du fossé, et à 8 livres de « cordage pour faire mèches es lignes », c’est-à-dire pour délimiter les zones qui devaient être creusées. Il s’agissait de gros cordage à 12 deniers la livre. Les achats importants commencèrent à partir du 25 mai. Le fossé avait pris de la profondeur et les infiltrations d’eau en rendaient l’élimination indispensable si l’on voulait continuer à creuser au même rythme. Trois cordiers fournirent alors 395 livres de cordage, mais dès la semaine suivante, l’un d’entre eux, Guillaume Consore, devint, comme cela se faisait sur la plupart des chantiers médiévaux114, le fournisseur quasi-officiel du chantier, livrant chaque semaine des quantités variables de cordes pour des sommes comprises entre 4 et 7 livres. À partir du 28 juin, on ne lui acheta plus que du gros cordage servant avant tout à remonter les seaux de terre et d’eau. Au total, jusqu’à la date du 5 septembre, le chantier consomma pour cette première campagne de travaux, 3 400 livres de cordes, soit une moyenne hebdomadaire de 226 livres115, c’est-à-dire plus de 100 kilos. Dans les dernières semaines, on cessa d’en acheter ce qui s’explique, on le sait, par l’arrêt des travaux de terrassement et l’installation de protections pour l’hiver, et peut-être aussi parce qu’il restait des cordes en stock si, comme cela se faisait fréquemment, on avait procédé à des achats de précaution.

  • 116 BN MF Clairambault, vol. 134, [19].
  • 117 AMH DD91.

88L’année suivante, autant que l’on puisse l’affirmer à partir de sources incomplètes, les achats furent beaucoup plus irréguliers. À la mi-mars, un certain Pierre Huart vendit du cordage et des brouettes ; en avril, Jean Gaillon livra 84 livres de cordes, tandis que Guillaume Consore qui restait le fournisseur principal du chantier en vendait moins régulièrement : une centaine de livres le 22 mars, 213 le 19 avril, 170 livres de gros cordage le 12 juillet116, 97 livres le 29 août, 290 livres environ au cours du mois de septembre et enfin, après une interruption d’une semaine, 135 livres, les 10 et 17 septembre. L’utilisation de cordage « pour servir aux seilles de bois et autres affaires d'icelui havre117 » était donc nettement en baisse alors que les travaux de terrassement avaient pris de l’ampleur. Cela s’explique par le fait que l’année précédente, une partie du cordage avait servi à délimiter la zone à creuser. À partir du moment où l’essentiel de la tranchée avait commencé à être creusé, on se contentait de remplacer les cordages inutilisables, même s’il est possible que des achats importants aient eu lieu au cours de la période sur laquelle nous ne savons rien. L’augmentation des achats à la fin de la campagne s’explique, quant à elle, par la mise en place du batardeau qui devait protéger la tranchée pendant l’hiver.

Les transports

  • 118 AN Marine D2/7 [1].
  • 119 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 76 et 80.

89La terre remontée du fossé devait ensuite être évacuée. On commençait par la transporter dans des civières ou des brouettes de bois à la roue cerclée de fer. Au début du chantier, on avait acheté cinquante civières et quarante-quatre brouettes « à porter hors les terres118 ». La semaine suivante, on se contenta de compléter le matériel en achetant quatre brouettes et « baquetières » autrement dit des auges plus profondes que les civières mais également munies de bras tenus par deux manœuvres, l’un devant et l’autre derrière. En septembre 1517, un marchand de Honfleur livra « deux douzaines de civières à raison de 18 deniers pièce119 ». Les civières coûtaient deux fois moins cher que les brouettes parce qu’elles ne comportaient pas de fer et elles furent surtout utilisées, au début de la première campagne, puis à la fin, lorsqu’il fallut transporter les fagots destinés au rempart installé face à la mer.

90Au commencement de la deuxième campagne, on acheta encore trente-six brouettes à 4 sous pièce et vingt-quatre baquetières. Ces brouettes n’avaient pas toutes les mêmes dimensions et celles qui furent achetées au mois de juin à un marchand de Honfleur ne coûtaient que 3 sous chacune parce qu’elles étaient plus petites. Le transport de la terre et des gravats occupait donc plus d’une centaine de personnes au moment où les effectifs atteignaient leur maximum. Si l’on compte aussi les ouvriers qui se passaient les seaux de terre et ceux qui les portaient jusqu’aux brouettes et aux poulies, on peut considérer qu’une bonne moitié des manœuvres était occupée à transporter les terres déblayées. On comprend mieux que les effectifs du dimanche et de nuit aient été peu nombreux, surtout pendant la deuxième campagne, puisque l’essentiel de la manutention était liée aux travaux de creusement qui s’arrêtaient à ces moments-là.

Tableau No 7. Nombre de benneaux par semaine (1517-1521)

Tableau No 7. Nombre de benneaux par semaine (1517-1521)
  • 120 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 41.

91Le contenu des brouettes et des baquetières était emporté dans des « benneaux », c’est-à-dire des charrettes dont le fond était constitué par une toile que l’on décrochait au moment de les vider. En 1517, leur nombre augmenta jusqu’en mai, puis se réduisit du fait de la diminution des travaux de creusement consécutive aux inondations. Comme il fallait surtout consolider les « fondements » réalisés, les charretiers cessèrent provisoirement leur activité. Les benneaux réapparurent sur le chantier l'année suivante, mais la lacune de la documentation ne nous permet pas de savoir avec précision à quelle date. Leur nombre est presque toujours supérieur à ce qu’il était en 1517, ce qui s’explique par l’augmentation de l’activité que traduisait déjà l’important accroissement des effectifs. De plus, les charretiers qui touchaient 10 sous en 1517 pour chaque jour de travail, obtinrent en 1518 une augmentation de leur salaire qui passa à 12 sous, soit 20 % de plus. Ces salaires, très nettement supérieurs à ceux des charretiers qui avaient participé aux travaux importants du château de Gaillon, s’expliquent par la rareté dans la région des charretiers qui pouvaient dès lors réclamer et obtenir des salaires élevés qu’ils justifiaient par l’état des chemins à emprunter et par l’allongement progressif des distances à parcourir pour aller vider leurs cargaisons. Au début des travaux, on avait engagé quatre « charretiers demeurant hors de la ville de Harfleur120 », mais dès que les besoins devinrent plus importants, on dut faire appel à des charretiers qui venaient de plus loin et qui n’étaient pas forcément tous des professionnels. Les travaux de transport reprirent de l’importance en 1520 au moment où eut lieu l’installation de la barre, mais le salaire des voituriers fut ramené à 10 sous par jour sans doute parce que leur recrutement était devenu plus facile et que le nombre de voyages quotidiens à effectuer avait pu ainsi diminuer.

Roue de charrette trouvée dans les fossés du Havre au XIXe siècle.
Celles des benneaux qui transportaient les terres et les gravats étaient peut-être de cette forme

92L’entretien des charrettes était laissé à la charge des transporteurs même si, au tout début du chantier, on avait bien acheté des clous pour « radouber les benneaux ». Ceux-ci étaient vite détériorés car leur utilisation était intensive pendant les longues journées d’été et les réparations, qui nous échappent puisqu’elles n’ont pas donné lieu à des paiements de la part des représentants du roi, devaient amputer assez sérieusement les revenus des transporteurs.

  • 121 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 426.
  • 122 St. de MERVAL, op. cit.. introduction, note 4, p. 446 et 456.

93L’enquête de 1532 nous permet de savoir ce que l’on faisait de la terre extraite de la tranchée. Tous les témoins interrogés expliquèrent, en effet, que les premiers habitants de la bourgade qui naissait à proximité du chantier, s’étaient installés sur les terres « que l’on avait tirées du canal et mises sur le bord et qui leur servirent à hausser leurs places et maisons ce qui était un grand avantage pour empêcher que la mer n’y pût monter121 ». Cela correspondait à une élévation d’environ deux mètres par rapport au niveau primitif du sol. À mesure que l’on perça le chenal, la terre fut emportée de plus en plus loin et, en 1519, quand le travail de creusement commença à se ralentir, on se mit à utiliser les benneaux pour « étouper » le havre ancien « qui avait un canal qui montait bien avant dans les terres122 », c’est-à-dire à près de deux kilomètres du nouveau passage.

Le bois

  • 123 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 41. Voir plus haut p. 54.
  • 124 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 55.
  • 125 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 136.

94Les charrettes servaient également à transporter le bois dont les besoins étaient considérables. Il fallait en effet installer des planches le long des parois du fossé pour permettre aux pionniers d’étayer les masses de terres qui risquaient à tout moment de s’effondrer tandis que, pour éviter de faire patauger les ouvriers dans la boue, d’autres planches, posées sur le fond de la tranchée formaient ce que les textes appellent le « pont ». On achetait aussi de nombreux pieux qui étaient enfoncés dans le sol à intervalles plus ou moins réguliers. Dès le mois d’avril 1517, on se procura « 200 pieux à 20 sous pièce » auprès de Pierre Léger, « marchand charpentier » dont on a vu plus haut le rôle sur le chantier, en compagnie de son fils Martin123. Cet achat fut suffisant jusqu’au mois de juillet. À cette date, Denis de la Marine, de Tancarville, vendit, à seulement 18 sous pièce, 80 pieux « ayant de longueur 36 pieds et d’épaisseur 2 pieds » soit environ 12 mètres de long sur 60 centimètres de diamètre124, dont les importantes dimensions rendaient évidemment le transport difficile. Les achats de pieux se poursuivirent, généralement auprès de Pierre Léger125.

  • 126 Celles qui furent achetées au cours de la semaine du 20 avril mesuraient 6 pieds de long sur 4 pied (...)
  • 127 Il s’était peut-être contenté de revendre des claies qu’il s’était procurées ailleurs, car un Jean (...)

95On se procurait surtout des claies, c’est-à-dire des treillis assez légers de bois souple - généralement en noisetier - mesurant près de 2 mètres de long sur 1,30 mètre de large126 qui servaient d’ordinaire pour les échafaudages et sur lesquels on pouvait se déplacer. Pour ces travaux de pionnerie, leur usage principal était toutefois différent. Au début des travaux, en effet, on acheta 200 claies à un marchand de Harfleur, Jean de Lisle, « pour servir à retenir les terres des fondements dudit havre127 » car, grâce à leurs souplesse, les claies ne cassaient pas aussi brutalement que les planches et étaient donc très efficaces quand elles étaient placées entre les pieux pour maintenir les parois de la tranchée.

Tableau No 8. Fourniture de claies sur le chantier du Havre

Tableau No 8. Fourniture de claies sur le chantier du Havre

1 Marchand de Harfleur.
2 Marchand de Hennequeville, près de Trouville
3 Ancien receveur de Graville au moins jusqu’en 1513 et mort en 1518. (ADSM A14).

  • 128 Il faisait l’essentiel de son activité à Rouen. En 1519, il vendit des « pillots », pour préparer l (...)
  • 129 La plupart des claies utilisées à Gaillon en 1505 furent achetées à Rouen. ADSM G622 fol. 8v.

96En mai 1517, d’autres claies achetées localement furent transportées jusqu’au chantier par Geuffroy Goret, « voiturier par eau » et Robert Drieu « voiturier par terre », engagés pour « voiturer du bois près de la ville de Harfleur », notamment pour amener dix auges en plus des claies. Mais, très vite, les possibilités locales s’avérèrent trop restreintes – le bois étant assez rare dans cette région marécageuse – et il fallut se fournir directement auprès d’un marchand de bois rouennais, Louis Godes, qui devint lui aussi une sorte de fournisseur officiel du chantier et fit près de 2/3 des ventes des deux premières années, comme on peut le voir dans le tableau ci-dessus128. Il se chargeait avant tout de la livraison de ces claies fabriquées à Rouen ou dans les environs, car la ville jouait alors un rôle de redistribution pour ce commerce129.

97Les achats de claies se réduisirent nettement en 1518 parce qu’il était possible de réutiliser ou de réparer une partie de celles dont on s’était déjà servi lorsque l’on déplaçait les échafaudages des pompes ou le plancher des fossés en même temps que l’on creusait l’excavation. En outre, comme on va le voir, on disposait du bois donné par le roi et les parois étaient aussi maintenues à l’aide de filets.

  • 130 Par exemple, lors de l’érection de la tour du Colombier. Cdt QUÉNEDEY, “La Tour du Colombier et l’a (...)
  • 131 BN MF 26118 [571] ; St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 203.
  • 132 Voir plus bas p. 93-94.

98Il fallait également stabiliser le sol en y enfonçant des pieux, ce qui n’était pas non plus une nouveauté puisque cette méthode était déjà utilisée lors de la construction des fortifications de Rouen à la fin du XIVe siècle130. Pour cela, il était habituel d’utiliser des engins appelés chèvres ou belins qui maintenaient le pieu tout en l’enfonçant à l’aide d’une masse. C’est effectivement ce que l’on fit en 1518 ainsi qu’en 1521, à l’occasion de travaux aux batardeaux de la barre où l’on mentionne l’utilisation d’un « engin à beliner les pieux131 ». Une partie du bois fut aussi utilisée pour préparer les fondations de la construction des tours et des jetées, ce qui nous empêche de connaître précisément les quantités qui furent employées132.

  • 133 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 75, 81 et 84-86. Les sommes versées aux paysans m (...)

99Comme pour les claies, les possibilités locales étaient assez restreintes. En septembre 1517, la construction du « rempart » nécessita l’achat d’importantes quantités de bois et posa un sérieux problème d’approvisionnement ; il fallut faire appel aux habitants de la région. Jean le Pellé, Cardin Guillot et Cardin Delalonde vendirent chacun un seul arbre au prix de 30 sous pièce. Quinze jours plus tard, ce furent neuf « laboureurs de Bléville », parmi lesquels se trouvait à nouveau Jean le Pellé, qui vendirent et livrèrent une dizaine d’arbres que Jacques Regnault transforma en pieux et en planches133. C’est derrière cette protection installée le long de la paroi qui séparait la tranchée de la mer que, pour établir le rempart, on plaça aussi 2 000 fagots de 2,5 mètres de long achetés à un marchand de Montivilliers. Moins solides que les pieux, ces fagots, placés entre les pieux et la paroi du fossé, présentaient en revanche l’avantage de briser efficacement la violence des vagues.

  • 134 En 1360, Charles V donna des chênes aux paroissiens de Notre-Dame de la Ronde de Rouen pour refaire (...)
  • 135 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 93.

100À l’issue de la première campagne de travaux, le problème de l’approvisionnement en bois était apparu dans toute son ampleur et cette difficulté avait permis d’expliquer au roi l’inachèvement des travaux. C’est pourquoi, comme cela s’était fait régulièrement tout au long des derniers siècles du Moyen Âge134, celui-ci avait décidé de donner deux arpents de bois, soit un peu plus de 1,2 hectare, à prendre dans la forêt de Touques, située de l'autre côté de la Seine à quelques kilomètres de Trouville. C’est pendant l’interruption des travaux que fut organisée l’utilisation de ce bois. Un « mesureur », Robinet Fleury, délimita la zone à abattre. La coupe commença vers le mois d’octobre, et se prolongea durant tout l’hiver. Quand le chantier reprit en mars suivant, la coupe des arbres était achevée ou sur le point de l’être, car le premier compte de la campagne fait état de paiements à plusieurs charpentiers qui avaient préparé le bois. On peut estimer que 250 à 300 arbres avaient été abattus. Guillaume Atan en avait fait 600 pieux de 8 à 10 mètres de long et 300 claies, ce qui explique, on l'a dit, la diminution des achats à Louis Godes135. Les branchages avaient, eux aussi, été récupérés et transformés en fagots liés de trois « harses », autrement dit avec des cordages moyens, « pour servir à faire rempart », c’est-à-dire pour entretenir celui qu’on avait mis en place à la fin de la précédente campagne. Guillaume Duval avait, lui, fabriqué 240 planches d’environ 7 mètres de long et 2500 bûches pour tapisser le fond de la tranchée.

  • 136 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 94.

101La forêt choisie par le roi était assez proche du chantier mais il fallait néanmoins organiser le transport du bois. Les arbres avaient été transformés en pièces de dimensions relativement réduites que les charretiers pouvaient amener à l’endroit où elles seraient embarquées. Jusqu'à la reprise du travail, Julien Gruault effectua ainsi 245 charretées « desdits pieux, claies, planches, fagots et bûches136 », au prix de 5 sous par voyage, ce qui était deux fois moins que sur le chantier du Havre qui, incontestablement, provoquait une hausse des prix des matériaux et des salaires, car la distance à parcourir devait être assez semblable. Julien Gruault transporta encore 45 charrettes de bois au mois d’avril puis disparut des comptes, sans doute parce que tout le bois avait été amené jusqu’à l’embarcadère. Comme les opérations de transport avaient duré environ six mois, on peut estimer que ce charretier faisait en moyenne une quarantaine de voyages par mois, soit sans doute un par demi-journée si on tient compte des jours et des après-midi chômés. Ce travail lui permit de gagner 72 livres et demie, ce qui était supérieur au salaire annuel moyen d’un maçon rouennais qui était de l’ordre de 45 livres.

Tableau No 9. Transports de bois par bateau de Touques au Havre (mars-mai 1518)

Tableau No 9. Transports de bois par bateau de Touques au Havre (mars-mai 1518)
  • 137 Le transport par charrette avait coûté 290 x 5 = 1450 sous = 72 livres 10 sous contre 169 livres 5 (...)
  • 138 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 107-114.

102Le bois du roi fut ensuite transporté par bateau jusqu’au Havre. La première traversée eut lieu avant le premier mars et son paiement est mentionné dans le premier compte de cette deuxième campagne. Il représentait 30 tonneaux, payés 7 sous 6 deniers chacun. Si l’on compare le nombre de tonneaux transportés à celui des charrettes, on peut en déduire qu’il y avait un peu moins d’un tonneau et demi dans chaque charrette, ce qui montre que le transport par bateau coûtait deux fois plus cher que celui qui se faisait par charrette137. Les traversées de la Seine se poursuivirent pendant les semaines suivantes et firent intervenir au total dix marins dont certains, comme Jean Fara, dit Malide, ou Jean Desmontz effectuèrent plusieurs voyages138.

  • 139 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 129.
  • 140 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 134.

103Les deux arpents donnés par le roi avaient ainsi permis de constituer des stocks de bois qui rendaient possible une accélération de l’activité et une utilisation efficace de l’accroissement des effectifs, mais à partir de septembre 1518, il fallut revenir à la pratique qui avait été employée l’année précédente et on abattit à nouveau les arbres des particuliers. Une équipe de charpentiers et de « maîtres du métier de la mer » menée par Jean Vallée, maître charpentier de Honfleur, explora la région pour « chercher ledit bois et marquer » les arbres choisis. Ceux-ci furent pris à Sainte-Adresse, Bléville et Octeville139. Jacques d’Estimauville vendit également douze arbres de sa seigneurie au prix d’une livre chacun. Si le prix d’achat aux paysans avait été le même, cela signifie que ce furent cent cinquante arbres que l’on récupéra ainsi. À quoi s’ajoutèrent encore une trentaine d’arbres vendus par d’autres paysans et cent dix [lieux de hêtre fournis par Pierre Léger qui avait su profiter de l’augmentation de la demande pour les vendre au même prix que l’année précédente, soit 2 sous de plus que ceux qui avaient été fournis par des charpentiers de Montivilliers140.

  • 141 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 202. Voir la description des batardeaux dans Cdt (...)

104Tous ces arbres et ces pieux furent employés à faire un batardeau. Il ne s’agissait donc plus d’un rempart relativement rudimentaire destiné à protéger un fossé encore peu avancé, mais d'un ouvrage perfectionné réalisé justement par Jacques Vallée. Une description des grands batardeaux qui furent mis en place en 1521 montre qu’il était nécessaire de disposer de « cordage gros et menu [...] pour servir de renfort à lier et amarrer les pieux [...] afin qu’ils ne se pussent séparer ni eslonguer pour mieux soutenir le faix des eaux et terres que portent lesdits batardeaux141 ». Situé sans doute à l’extrémité de la tranchée, entre la crique et une paroi de terre étroite, le batardeau de 1518 empêchait l’eau de pénétrer dans le fossé et de le détruire ce qui montre que, si le passage n’était pas encore totalement achevé, la tranchée était suffisamment avancée pour risquer d’être envahie par une crue intempestive.

  • 142 BN PO 2583, dossier 57454, Le Roy, sieur de Chavigny, [2] et [4].

105Pour mener à bien les travaux qui eurent lieu au cours des années suivantes, d’autres achats de bois à des particuliers furent nécessaires. Au début du mois de mai 1520 puis en juillet, des ormes et des chênes furent achetés pour faire la barre du port. Les prix des arbres variaient en fonction de leur hauteur et de leur épaisseur. Les plus hauts atteignaient douze mètres et plus de soixante centimètres de diamètre, tandis que les plus petits ne faisaient que six mètres sur une trentaine de centimètres142.

Le fer et les autres métaux

  • 143 Par exemple à Rouen au début du XVIe siècle. AMR A13 fol. 113 et suiv.
  • 144 C’est une des activités du valet de la fabrique de la cathédrale de Rouen tout au long des XIVe et (...)
  • 145 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 136.

106Comme sur tous les autres chantiers du bâtiment, le fer fut utilisé lors du percement du nouveau chenal. Un certain nombre d’outils, notamment les pioches, étaient en fer. À partir du mois de mai 1517, Jean Bullant, cloutier et marchand de fer à Harfleur, devint, lui aussi, un des fournisseurs officiels du chantier, apparaissant presque tous les quinze jours dans les comptes pour des livraisons d’une très grande diversité comprenant bien sûr « plusieurs parties de clouterie et de picquois », mais aussi des planches, des gouttières, des pompes, du cuir, du goudron, du suif, de la chandelle et des futailles. Il était donc plutôt mercier et la diversité de ses fournitures traduit bien l’importance croissante, au début du XVIe siècle, de cette profession qui se heurtait à l’hostilité des fournisseurs plus spécialisés143. Les autres vendeurs de métaux étaient, eux aussi, installés à Harfleur ou parfois à Honfleur. Ils livraient également des objets divers, mais plus épisodiquement. Jacques Nourry, par exemple, intervint au début de la campagne de 1517, disparut des comptes en août et ne réapparut plus avant septembre 1518. Les autres, au nombre de 13, ne vendirent guère qu’une fois ou deux du matériel pour le chantier. Les comptes ne disent pas tout de ces hommes car il arrivait que certains fussent remboursés pour des achats qu’ils avaient effectués, ce qui signifie qu’ils jouaient un rôle d’intermédiaire plus que de producteur144. Quoi qu’il en soit, c’est toujours le même ensemble un peu hétéroclite de marchandises qui est énuméré. Il faut néanmoins mentionner la régularité des achats de chandelles et de lanternes utilisées pour le travail de nuit ainsi que la livraison, à la fin du mois de septembre 1518, de « trois grands falots », plus pratiques désormais puisque la nuit tombait de plus en plus tôt et qu’il fallait absolument achever le batardeau avant les premières grandes tempêtes145.

  • 146 I St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 92 et 107.
  • 147 Le plomb servait régulièrement pour fixer des objets particulièrement lourds comme les portes ou le (...)

107Les spécialistes des autres métaux intervinrent beaucoup plus rarement sur ce chantier. Au début du mois d’avril 1518, deux maîtres plombiers étaimiers, payés 5 sous par jour, travaillèrent sur les bords du bassin dont on maçonnait les quais « pour asseoir les gros anneaux de fer garnis de barres à crampon pour amarrer les navires » qui avaient été achetés à Jean Bullant146. Pour mettre ces anneaux en place, les deux ouvriers avaient utilisé 1100 livres de plomb et ce fut leur seule apparition dans les comptes pour les travaux de creusement du chenal147.

108L’approvisionnement en matériaux, tout comme les techniques utilisées, n’avaient donc rien d’original. L’importance du bois, des cordages, des batardeaux se retrouvent sur bien des chantiers antérieurs, particulièrement quand il s’agissait de travaux de fortifications. De ce point de vue, le chantier qui donna naissance au port du Havre restait donc encore très médiéval.

IV/ LES TRAVAUX ULTÉRIEURS

109La suite du déroulement du chantier nous est moins bien connue, mais les archives dispersées dont nous disposons nous permettent de constater que les travaux se poursuivirent encore pendant plusieurs années, même s’ils occupèrent moins d’ouvriers et coûtèrent nettement moins aux finances royales.

  • 148 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 214-216. Voir aussi, R. DOUCET, loc. cit., chap. (...)

110Un récapitulatif des dépenses hebdomadaires pour l’année l523 permet, en effet, de confirmer le ralentissement des travaux. Ceux-ci n’avaient commencé qu’au mois de juin, soit environ un an après leur interruption et ils devaient sans doute concerner les travaux restés inachevés dans le bassin de la barre148. La rigueur nouvelle qui était censée régir les finances royales ne permettait plus les dépenses considérables des années précédentes. Désormais, le coût moyen du chantier n’était plus que de 168 livres par semaine, soit 3 fois moins qu’au cours des années 1518-1519. Seules, les dernières semaines virent une nette augmentation des dépenses, sans doute parce que, comme pour certaines des années précédentes, la clôture hivernale du chantier nécessita l’emploi d’une main-d’œuvre importante pour achever rapidement les travaux. La dépense totale s’établit donc aux alentours de 3 200 livres, à quoi s'ajoutèrent bien sûr les dépenses de maçonnerie.

Tableau No 10. Dépenses hebdomadaires pendant la campagne de 1523

Tableau No 10. Dépenses hebdomadaires pendant la campagne de 1523
  • 149 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 212-213.

111En fait, les problèmes de financement étaient identiques à ce qu’ils étaient au début du chantier. Il n’y avait toujours pas de recette spéciale pour les travaux du Havre. Quand, en juillet 1523, le roi ordonna aux généraux des finances en Normandie de payer à Guillaume Prudhomme toujours « commis à tenir le compte et faire le paiement de l’édifice de notre havre de Grasse » la somme de 2 800 livres tournois qui correspondait sans doute aux dépenses du chantier depuis le début de la campagne, il dut préciser que l’argent serait pris sur les 25 000 livres qu’il avait fait enregistrer par le trésorier de la marine pour payer le radoub de ses navires149.

  • 150 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 221-222.

112Il est probable qu’une partie des pionniers et des manœuvres engagés cette année-là travailla à modifier la configuration de la barre, qui avait une puissance trop grande pour les installations portuaires150. À partir de la fin du mois d’octobre 1523, on ne dispose plus que de renseignements imprécis et incomplets sur les dépenses occasionnées par les travaux du port ou de la forteresse du Havre, sans doute parce qu’ils avaient pratiquement cessé et que les récapitulatifs sur des feuilles de parchemin isolées n’avaient plus la même utilité, les sommes engagées étant dorénavant de moindre importance.

  • 151 BN MF 26120 [852].
  • 152 Ph. LARDIN, loc. cit., chap. II, note 27, et « Le rôle du vin et de la nourriture dans la rémunérat (...)

113Pourtant, pendant la semaine du 3 au 8 octobre 1524, le chantier employait encore quatre-vingt-dix-neuf manœuvres dont on ignore l’occupation mais qui avaient « besogné », dit le compte, « y compris la fête Saint-Michel151 ». Ils travaillaient peut-être à la mise en place du système de fortification de la nouvelle ville qui commençait à se peupler et pouvait donc devenir une cible tentante pour les ennemis du royaume, c’est-à-dire avant tout les Anglais. En effet, la somme à payer s’élevait à près de 2 500 livres et elle comprenait, par conséquent, des dépenses de maçonnerie consécutives à un toisage. La mention de la fête de la Saint-Michel est assez intéressante puisque cette fête a lieu le 29 septembre et que les maçons avaient l’habitude de procéder à l’enfouissement d’un verre, la veille en fin d’après-midi, pour marquer le passage aux horaires d’hiver. Il est donc peu probable que le chantier ait réellement fonctionné le lendemain et il s’agit sans doute d’une sorte de prime correspondant au paiement de cette journée à tous les ouvriers pour marquer la satisfaction de l’employeur comme cela se faisait aussi sur les chantiers médiévaux152.

  • 153 En 1583, la ville était défendue par trois boulevards. Voir le plan de Jacques le Vaulx, pilote roy (...)
  • 154 BN MF 26120 [906].
  • 155 Voir plus bas p. 117.

114En juin 1525, la construction de murs entourant la ville était déjà bien avancée et l’enceinte était percée de plusieurs portes. À cette date, deux portes, dites de la tuilerie, furent garnies de trois grandes serrures, tandis qu’une autre porte « entre deux », était maintenue en place à l’aide de pentures. Par ailleurs, deux grands « boulevards », autrement dit des fortifications avancées, avaient été édifiés et, pour les renforcer153, on avait placé sur les parois de terre, des pieux réunis par trois cent quarante-quatre fiches de fer neuf formant un « vêtement de bois ». Ces installations défensives nouvelles avaient nécessité la mise en place d’échafaudages et de potences pour installer les cordages. Comme, dans le même temps, on travaillait aussi aux quais en y plaçant également d’autres pieux, d’autres cordages servaient à « traîner de place en place le bois qui [...] faisait besoin » aux pionniers154. Il s’agissait alors d’établir un avant-mur destiné à protéger l'entrée du port155. Le document mutilé ne nous permet pas de savoir combien de travailleurs étaient occupés à ces tâches. Le procès-verbal des dépenses de la semaine du 12 au 17 juin 1525 contient les noms de quarante-quatre pionniers payés 3 sous par jour et de soixante-trois pionniers et manœuvres payés 2 sous 6 deniers par jour. Il y avait également un certain nombre de maîtres pionniers payés 5 sous par jour. Vingt charretiers transportaient les terres dans des « benneaux ». Ainsi, on le voit, huit ans après le début des travaux le chantier du havre occupait encore des effectifs de pionniers relativement importants, parmi lesquels on retrouvait la plupart des maîtres pionniers et un certain nombre d’ouvriers, tels Jean Yon, Jean Gautier ou Jean Croquet, déjà présents trois ans auparavant.

  • 156 Ph. MANNEVILLE, Le Havre, avant-port.... loc. cit., note 7, p. 11.
  • 157 AMH EE85. Les premières prises sont mentionnées en 1521.

115Malgré les préoccupations militaires qui avaient joué un rôle non négligeable dans sa naissance, le nouveau port était aussi un port de commerce et était devenu le port d’attache de la Compagnie fondée par les Rouennais pour les expéditions au Brésil, aux Antilles, à Terre-Neuve et au Canada156. Néanmoins, l’activité restait encore limitée et le port du Havre servait surtout de base de départ pour la guerre de course que menait le vice-amiral pour son propre compte157.

  • 158 Guyon le Roy avait engagé en janvier précédent un clerc pour lui servir de secrétaire. Il avait don (...)
  • 159 J. JACQUART, François 1er, Paris, Fayard, 1981.

116Les travaux des années suivantes ne sont connus par aucun document et ce n’est sans doute pas un hasard158. On sait, en effet, qu'à la suite de la défaite de Pavie, le 24 février 1525, François 1er fut fait prisonnier par Charles Quint et qu’il ne fut libéré qu’en mars de l’année suivante. Il est évident que les événements politiques et militaires d’Italie détournèrent sa mère, Louise de Savoie, qui exerçait la régence, ainsi que ses conseillers, du chantier havrais qui pouvait être considéré comme terminé. Lorsqu’il revint en France, le roi continua à être davantage préoccupé par les affaires italiennes que par le port du Havre et cela, d’autant plus qu’il lui fallut payer en 1530 une rançon de deux millions d’écus d’or pour obtenir la libération de ses deux fils qu’il avait laissés en otage159. L’état général des finances ne permettait pas de lancer des travaux importants, ni même de procéder à l’entretien régulier du port.

  • 160 L. de LABORDE, Comptes des bâtiments du roi, T.2, Paris, 1880, p. 206, [117]. Claude Guyot avait su (...)
  • 161 BN MF 26123 [1372].
  • 162 ADSM 100 J 35 [17].

117Dès lors, comme chaque fois que des travaux réguliers n’étaient pas faits, les installations du port se détériorèrent. La reprise des travaux ne fut décidée que le 12 mars 1532. Claude Guyot, responsable Financier du chantier depuis 1517, reçut 34 000 livres « pour convertir en l’édifice du Havre de Grasse », la somme devant être prise sur les quartiers de revenus de janvier et avril160. S’il s’agissait là, comme c’est probable, de la dépense totale pour l’année, cela montre que l’on était en deçà des sommes importantes des premières années du chantier mais que l’on avait décidé de reprendre sérieusement les travaux de pionnerie et de maçonnerie. En avril 1532, on commença, à l’aide de vieilles planches, les réparations du batardeau « derrière les barres » et on décida d’en faire un autre, à l’aide de pieux, « pour vider le perroy de la grande jetée », c’est-à-dire celle de l’ouest qui avançait dans la mer161. Pour faire ce batardeau, au début du mois de mai, on acheta à Robert Frébert trois cent quinze pieds de planches qui furent mises en place à l’aide de pieux et d’autres pièces de bois. Deux charpentiers, Pierre Durant et Jean de Bordeaux y furent occupés pendant huit jours ouvrables à raison de 5 sous par jour, c’est-à-dire avec le même salaire que leurs collègues rouennais162. La ville du Havre, de ce point de vue, ne se distinguait pas de la capitale de la Haute-Normandie.

  • 163 L. de LABORDE, op. cit., ci-dessus note 160, p. 255 [4].
  • 164 BN MF 26123 [1372, 1388, 1389, 1390, 1391, 1393, 1397, 1399].
  • 165 AN, Marine, D2/7 [15]. Voir plus bas p. 127.
  • 166 BN MF 26123 [1390].
  • 167 BN MF 26123[13991.

118D’avril à octobre, on compta dix-sept puis dix-huit maîtres pionniers payés 5 sous par jour et une trentaine de pionniers et manœuvres qui « besognaient entre les deux jetées dudit havre et alentours des barres ». Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela ne signifie pas que l’on était en train d’approfondir ou d’élargir le chenal car le port était déjà suffisamment vaste et profond pour accueillir des navires de gros tonnage163. En fait, comme on avait commencé à construire, du côté de Harfleur, une nouvelle tour qui allait justement se trouver entre les deux parties de la jetée, c’était là que s’affairaient les pionniers qui devaient creuser et stabiliser le sol164. La jetée fut aussi maçonnée puis un gros anneau et son « hocqueteau » pour le maintenir en place y furent installés165. Les travaux aux barres se poursuivirent pendant toute la campagne. En septembre, on travailla aux fossés creusés devant les barres en les remplissant de « bites », c’est-à-dire de pierre dure venant sans doute du Val-des-Leux, dans la vallée de la Seine. Ces fossés étaient devenus plus profonds que les fondements de la barre elle-même, ce qui ralentissait la sortie des eaux et, par-là, leur efficacité pour nettoyer le bassin166. En octobre, on utilisa des clous, des ridelles et des fiches de fer pour remettre en état le plancher de bois des barres et le rendre plus solide. Enfin, on « rhabilla » les batardeaux, à l’aide de grosses pièces de bois vendues par un charpentier havrais tandis que les claies placées sur les parois étaient achetées à Rouen167.

119Le chantier recrutait désormais avant tout une main-d’œuvre locale. Parmi les manœuvres, par exemple, on trouvait un Hugues Durant qui était sans doute de la même famille que le charpentier qui travaillait aux batardeaux. Il y avait aussi Simonnet Ango, Pierre Pestel, Colas et Pierre Viart qui travaillaient sur le chantier depuis plusieurs années. De même, la liste des pionniers qualifiés enregistra presque toujours les mêmes noms tout au long de l’année. Le chantier du port offrait donc un travail régulier à une cinquantaine d’hommes, sans doute installés sur place.

***

  • 168 L.F. SALZMAN, Building in England down to 1540, Oxford, 1952.
  • 169 ADSM G617.
  • 170 Voir J. GUILLAUME (Dir.), Les Chantiers de la Renaissance, Actes des colloques tenus à Tours en 198 (...)

Les travaux que l’on vient de décrire étaient, par bien des aspects, très traditionnels. Leur principale originalité fut, au cours des toutes premières années, l’importance de la main-d’œuvre qui évoque les chantiers royaux anglais168. L’emploi d’effectifs nombreux sur des chantiers de grande ampleur était également en train de se développer au même moment en France. Cela avait été notamment le cas quelques années auparavant lors des travaux de transformation du château de Gaillon où il n’était pas rare de voir plus de cent manœuvres s’activer en compagnie de plusieurs dizaines de maçons169. En ce sens, le chantier du Havre annonçait les temps à venir, et la construction des châteaux de la Loire ou de Fontainebleau170.

D’autres nouveautés étaient également apparues. Il avait fallu que le roi prenne entièrement le coût des travaux à sa charge et qu’il accepte de remplacer les corvéables par des salariés pour que le chantier pût être mené à bien. Cela avait entraîné des problèmes financiers qui nous sont mal connus mais qui furent réglés au coup par coup, en fonction des possibilités et des nécessités. C’est ce qui explique les modifications du chantier de maçonnerie qui, par bien des aspects, était, lui aussi, très classique.

Notes

1 A. MARTIN, op. cit., chap.I, note 10.

2 BN PO 2583, dossier 57454, Le Roy, sieur de Chavigny, [5 et 6].

3 BN PO 2580, dossier 57438, Le Roy en Normandie, [51] et NAF 1463 [167].

4 BN PO 2583. dossier 57454, Le Roy, sieur de Chavigny, [7].

5 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 41-42. Le grenetier était le responsable du grenier à sel qui en contrôlait le commerce dans la région, de manière à prélever la gabelle et, en principe, éviter la fraude.

6 G. JACQUETON, Documents relatifs à l’administration financière en France de Charles VII à François 1er (1443-1523), Paris, 1891.

7 A. MARTIN. Description.., op. cit., chap. 1, note 1, p. 13.

8 L’Argent du roi. Les finances sous François 1er. Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1994, p. 3 et sqq.

9 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 10.

10 BN MF 26115 [208].

11 Ordonnances des Rois de France, T. V, p. 467.

12 ADSM 3E6/115 No 26.

13 ADSM 3E6/118 No 65, 9 avril 1473.

14 ADSM 3E6/78 fol. 233.

15 A.M. Harfleur, armoire 4, cité par É. de FRÉVILLE, Mémoire sur le commerce maritime de Rouen, Rouen, 1857, p. 384.

16 L’histoire de la disparition des corvées reste à faire. On a vu que les Rouennais n’en devaient aucune. Par contre, à Neufchâtel-en-Bray, les fortifications avaient été réalisées en partie, dans les années 1478, par des corvéables qui avaient notamment creusé les douves. AN KK248. C’était un travail semblable que l’on voulait imposer aux pauvres et aux délinquants de Rouen en 1507. AMR A10 fol. 74.

17 BN MF 26115 [208].

18 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 116. Là non plus, la méthode proposée par Guyon le Roy n’était pas nouvelle. En novembre 1399, le roi Charles VI avait ordonné de refaire le mottage, c’est-à-dire le talus qui entourait le château d’Arques « en commettant si métier est que tous les habitans de la chastellenie et autres qui sont tenus à faire ledit mottage vous faites contraindre et contraigniez sans delai par toutes voies dues et raisonnables », avec pourtant, la possibilité d’autoriser ceux qui le désireraient à « composer à payer pour ce aucune somme de deniers qui vous semblast estre raisonnable et suffisante ». BN MF 25707 [460].

19 On ne retiendra évidemment pas la date indiquée par TAILLEPIED, Recueil des Antiquitez et singularitez de la ville de Rouen, Rouen, 1587, qui fut longtemps repris pour avoir écrit que « l’an 1508, le Roy Louis XII fit son entrée à Rouen » et un peu plus loin, « ce dit an fut commencé le Havre et ville de Grâce qui estait un lieu champestre ». Cf. critique déjà dans Abbé PLEUVRI, op. cit., introduction, note 4, p. 19. Le roi voulant que l’on travaillât « incontinent », on ne voit pas pourquoi les responsables auraient attendu 6 semaines pour démarrer le chantier... Sans le vouloir, puisqu’il évoque avant tout la cérémonie de préparation des travaux qui eut lieu sur place, A. É. BORÉLY, op. cit., introduction, note 7, p. 157, a raison de considérer que c’est au lendemain de la visite du 2 mars que Le Havre est véritablement né.

20 Voir texte en annexe.

21 BN MF 26115 [208]. L’un d’entre eux, Brice Lécuyer, ne fut payé que pour 16 jours. Il ne touchait que 4 sous par jour. Un autre, Guillaume Haste, ne travailla que 22 jours. Il ne gagnait que 3 sous 8 d par jour.

22 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 117. A. MARTIN, « François 1er au Havre », Recueil des Publications de la Société havraise d’Études diverses, 1893, p. 405-414 suppose une venue du roi entre le 26 et le 30 août 1517, c’est-à-dire à peu près au moment où les corvées furent supprimées.

23 Dans la vicomté de Montivilliers, pour seulement 8 paroisses (Auzouville, Buglise, Épretot, Le Fontenay, Goderville, Sorquainville, Vergetot et Ypreville), on comptait 375 feux en 1494 et 385 en 1530 1533, ce qui représente déjà environ un quart des corvéables nécessaires, même s’il faut tenir compte des veuves. G. BOIS, Crise du féodalisme, Paris, 1976, rééd. 1981, p. 69.

24 Quand ils étaient rémunérés, les travaux d’intérêt général étaient, pour les populations des alentours, l’occasion de gagner un peu d’argent. On le voit, par exemple, à l’occasion du curage des moulins, en particulier sur les terres appartenant à l’archevêché de Rouen. ADSM G 649. Voir Ph. LARDIN, « Présence et circulation de l’argent dans les campagnes de Normandie orientale à la fin du Moyen Âge », L’argent des villages du XIIIe au XVIIIe siècle, (Actes du colloque d’Angers, 30-31 octobre 1998) édités par A. Follain, Rennes, Bibliothèque d’Histoire rurale No 4, 2000, p. 55-68.

25 AMH, série DD. liasses 88 à 93.

26 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 86.

27 ADSM G 2483. Cf. Ph. LARDIN, « Les rythmes du travail sur les chantiers du bâtiment à Rouen à la fin du Moyen Âge », Colloque de Lyon, Les Rythmes urbains (2728 avril 2000). À paraître.

28 St. De MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 59.

29 Comme la dépense pour les voyages de Jacques d’Estimauville et les salaires des commissaires s’élevait à un total de 99 £. 19 s. t., les salaires des manœuvres représentaient 12 £. 13 s. 4 d. t., soit la rémunération de 50 salariés à 20 deniers pendant 3 jours et d’un autre pendant seulement deux jours. Voir texte en annexe.

30 AN, Marine, D2/7, [1], Voir le texte en annexe. Ce document m’a été signalé par Ph. Manneville.

31 Il s’agissait avant tout de ruraux originaires des diocèses de Saint Brieuc et de Tréguier et qualifiés de « Lamballais ». Leur réputation était incontestée pour ce genre de travaux. J.-P. LEGUAY, La ville de Rennes au XVe siècle à travers les comptes des miseurs, Paris, 1968, p. 107 ; « Guingamp au XVe siècle », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, T.LVII, 1980, p. 101-125 ; Un réseau urbain au Moyen Age. Les villes de Bretagne aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1981, p. 271.

32 BN MF 26115 [208].

33 Par exemple, à Rouen, pour le chantier des stalles de la cathédrale, on avait fait appel à des huchiers (menuisiers-ébénistes) flamands en organisant de véritables tournées de recrutement. ADSM G 2494 fol. 57v et G 2501 fol. 83v.

34 AN, Marine, D2/7, [1].

35 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 43. Une erreur de transcription indique que leur salaire était de 3 sous 6 deniers par jour. Seul un salaire de 4 sous 6 deniers, comme pendant la semaine précédente, permet d’obtenir un total de 4 livres 10 sous.

36 Le montant total des salaires transcrit par St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 50, c’est-à-dire XXI livres X sous est erroné. Soit les pionniers étaient au nombre de 20 comme la semaine précédente et la somme à payer devrait être de 21 livres. Soit ils sont 30 et la somme à payer est de 31 £ 10 sous. Comme il est peu probable que cet éditeur ait inventé les 10 sous, il est probable qu’il manque un X dans le total des livres et les pionniers étaient bien au nombre de 30.

37 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 40.

38 M.L.-Ch. QUIN, op. cit., chap. I, note 1, p. 4. Les terrains n’étaient donc pas seulement alluvionnaires.

39 Elle coûtait 4 livres 6 sous. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 43. Voir la description des pompes plus bas p. 71-72.

40 Il faudrait savoir si de grandes marées se sont produites à ce moment, ce qui aurait alors amplifié les infiltrations.

41 « pour le paiement de 11 compagnons manouvriers qui ont été pris pour besogner à la vidange des eaux et ont vaqué en ladite semaine sept nuits”, “ pour le paiement de 11 compagnons [...] pour la vidange des eaux qui affluent es fondements », « pour le paiement de 11 autres compagnons qui ont vaqué en ladite semaine sept jours le dimanche compris à la vidange des dites eaux ». St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 109, 110 et 111.

42 AN, Marine, D2/7, [1].

43 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 85-86 ; MARCEILLES, op. cit., Chap. I, note 17, § 7, p. 7 décrit avec précision la grande tempête du 15 janvier 1526 (n.st.) qui fut appelée par la suite la Mâle-Marée.

44 Les salaires de 2 sous 11 deniers et 2 sous 5 deniers indiqués par St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 61 et 66, sont des erreurs de transcriptions ou des fautes d’impression. Seuls des salaires de 2 sous 6 deniers par nuit permettent d’atteindre les sommes indiquées.

45 BN MF 26115 [249].

46 Par exemple, au milieu du XVe siècle, lorsque les stalles de la cathédrale avaient été remplacées. ADSM G 2492 à G 2505.

47 AN Marine, D2/7 [1] ; BN MF 26115 [249].

48 BN MF 26115 [208].

49 AMH DD91 et ADSM A14 à A16 pour les dépendants de la seigneurie de Graville.

50 C’est le cas pour Jaquet Pillon, Jean Guillots, François Boulloys, Martin Lomme et Guillaume Haste. Plusieurs noms de manœuvres aussi se retrouvent dans les comptabilités précédentes. BN MF 26291 Villevieille T.29 [398],

51 Par exemple, à peu près au même moment, au château de Gaillon. A. DEVILLE, Comptes et dépenses de la construction du château de Gaillon, Paris, 1850, passim.

52 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 75.

53 G. BOIS, op. cit., chap. I, note 23, p. 309-328.

54 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 91. Guyon de Fréville faisait partie des commissaires qui avaient participé au lancement des travaux. Il était payé 5 sous par jour, alors que les autres ne recevaient que 4 sous ou 3 sous. (BN MF 26115 [208]). Cf. texte en annexe p. 128-129.

55 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 117.

56 ADC F 6356. Cité par Cl. VINCENT, loc. cit., introduction, note 3, p. 29. De la même façon, il donna à l’amiral Bonnivet “les droits perçus au Havre de Grasse et ce en récompense des services qu’il a rendus au Roi dans la construction du port à la charge d’entretenir des lanternes aux tours. Alphonse MARTIN, loc. cit., Chap. II, note 22, p. 406.

57 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 119.

58 G. CANEL, « Indication de quelques documents historiques des Archives de Pont-Audemer », Mémoires de la société des Antiquaires de Normandie, 1851, p. 591.

59 G. PRIEM, « Un mandement de François 1er relatif à la fondation du Havre », Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre, 1931, No 11, p. 51-58. Copie sur bois AMH DD89.

60 Cette somme correspond à peu de choses près aux 6 793 livres 5 sous 11 deniers de dépenses sur le chantier entre le 1er et le 27 mars 1518. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 91.

61 E. de FRÉVILLE, « Deux mandements inédits de François 1er », Revue catholique de Normandie, 18e année, 1ère livraison, 15 juillet 1908 p. 4145, publiés également dans Congrès des Sociétés Savantes, section d’histoire et de philologie, séance du 23 avril 1908, à la Sorbonne et analysés par G. PRIEM, loc. cit., ci-dessus note 59.

62 Catalogue des actes de François 1er, T. V, p. 394, No 16702 et 16703.

63 Mandement donné à Ambroise le 1er mai 1518. ADSM 100 J 35 [15].

64 BN MF, Clairambault, vol. 134, [11 et 12].

65 Il est probable que l’absence de travailleurs de nuit pendant les semaines du 29 août et du 5 septembre est un oubli dans la copie des comptes destinée à Guyon le Roy.

66 BN MF, Clairambault, vol. 134, [11].

67 BN MF, Clairambault, vol. 134, [19].

68 . AMH DD91.

69 614 livres pendant les 9 dernières semaines contre 414 pendant les 11 premières. Voir tableau No 6 p. 63.

70 AMH DD 89 (Copie XVIIe). St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 147-148.

71 Voir AMH EE 80. AMH DD 89 (Copie XVIIIe siècle) ; St. de MERVAL, op. cit.. introduction, note 4, p. 149.

72 C’est notamment l’opinion de Philippe Barrey, op. cit., chap. I, note 57.

73 Voir plus bas p. 71 et suiv.

74 AMH DD89.

75 BN MF, Villevielle, T.29 [398|, semaine du 20 au 26 mars 1519. Si le passage avait été ouvert, il aurait fallu deux batardeaux pour procéder à la vidange des eaux.

76 Ibid.

77 BN PO, dossier 57348, Le Roy en Normandie, [51].

78 BN NAF 1463 [167].

79 AMH DD 89. Lettre du 16 mars 1520 (n.st.).

80 Ibid, Lettre du 6 février 1520 (n.st.).

81 BN PO 2583, dossier 57454, Le Roy sieur de Chavigny, [3].

82 A. MARTIN, Description... op. cit., chap. I, note 1, p. 23-24.

83 BN PO Dossier 57454, Le Roy sieur de Chavigny, [4].

84 BN MF 26117 [486].

85 ADSM, 3B1, Mémoriaux, vol. 1, fol. 26v ; AMH AA2.

86 BN MF 26118 [571].

87 ADSM 100 J 35 [16]. Texte en annexe p. 182-183.

88 R. DOUCET, « L’état des finances de 1523 », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1715) du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1920, p. 5-143.

89 É. GOSSELIN, Documents authentiques et inédits pour servir à l’histoire de la marine normande et du commerce rouennais pendant les XVIe et XVIIe siècles”, p. 41 et suiv. Malgré tout, si l’on en croit É. Gosselin, le trafic du port du Havre resta très médiocre jusqu’en 1535. Il faut toutefois noter que les actes du tabellionage rouennais dont il se sert pour étayer son opinion ne sont pas nécessairement utilisés par les usagers du nouveau port.

90 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 205-207.

91 Le navire anglais nommé le Georges fut arraisonné par des marins de Fécamp, malgré le sauf-conduit que Guyon le Roy avait accordé à ses deux propriétaires et commandants. Le Parlement de Rouen déclara la prise nulle. É. GOSSELIN, op. cit., note 90, p. 43.

92 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 39 et suiv.

93 BN MF 26115 [208].

94 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 44.

95 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 39. Les corvéables pouvaient en effet être tentés de partir avec les outils qui leur étaient confiés en prétendant qu’ils leur appartenaient.

96 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 40.

97 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 51 et 52.

98 Le charron nommé Guillaume Haste travailla du 9 mars au 18 avril à « acoutrer les oultilz. BN MF 26115 [208]. Le maréchal qui le remplaça ensuite s’appelait Jean du Fresne. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 40. Sur les chantiers du bâtiment, les ouvriers venaient généralement avec leurs propres outils. Seul, l’entretien était à la charge de l’employeur. On y trouvait donc, comme ici, un maréchal qui faisait les “ forgeures”, autrement dit les réparations des outils de métal.

99 BN MF 26115 [208].

100 Jean du Fresne avait, avant le 27 avril, réparé les benneaux, les brouettes et les pelles. Il avait aussi été chargé d’“esmoudre et affiler 24 picquois”. Comme on n’en avait acheté que 12 entre le 20 et le 27 avril, il avait sans doute réparé les outils des corvéables. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 40 et AN, Marine, D2/7 [1].

101 AN, Marine, D2/7 [1]. Des pioches ayant servi à ce creusement avaient été retrouvées. R. MAUGER, Musée d’Archéologie du Havre, Le Havre 1929, écrivait en effet, p. 207 : « Sous la maquette de la tour François 1er sont fixées deux pioches retrouvées lors de la démolition du vieux bastion du Havre. Deux respectables pioches qui gisaient sous les fondations de la tour et qui, à n’en pas douter, participèrent au creusement ». Il est très dommage que ces pioches aient aujourd’hui disparu.

102 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 40.

103 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 43.

104 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 51.

105 BN MF 26291, Villevielle, T.29 [398], semaine du 20 au 26 mars 1519.

106 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 47.

107 L’ensemble pesait près de 14 kg en juillet 1518. AMH DD91.

108 BN MF 26115 [249|.

109 Le 21 septembre 1517, on paya ainsi 400 clous de 80 livres, 250 clous de 40 livres et 500 clous de 20 livres. Les clous étaient pesés au millier. 1 000 clous de 80 livres pesaient donc : 454 x 80 = 36 320 grammes, soit 36,32 grammes chacun. Sur les clous, voir Ph. LARDIN, op. cit., chap. 1er, note 59, p. 244-247.

110 BN MF, Clairambault, vol. 134, [19].

111 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 129. Cf. plus haut p. 54.

112 BN PO 2580, Dossier 57438, Le Roy en Normandie, [51].

113 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 47. “À Pierre de la Fontaine, pour rouets de cuyvre, poullyes...”.

114 Ph. LARDIN, “Les entreprises du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Age”, Colloque de Vincennes (56 septembre 1998), Du projet au chantier. Maîtres d’œuvre et maîtres d’ouvrage, EHESS, Paris, 2001, p. 177-195.

115 Sans compter les 8 livres de cordes qui avaient servi au puits.

116 BN MF Clairambault, vol. 134, [19].

117 AMH DD91.

118 AN Marine D2/7 [1].

119 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 76 et 80.

120 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 41.

121 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 426.

122 St. de MERVAL, op. cit.. introduction, note 4, p. 446 et 456.

123 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 41. Voir plus haut p. 54.

124 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 55.

125 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 136.

126 Celles qui furent achetées au cours de la semaine du 20 avril mesuraient 6 pieds de long sur 4 pieds de large. AN Marine D2/7 [1].

127 Il s’était peut-être contenté de revendre des claies qu’il s’était procurées ailleurs, car un Jean de Liste (lui ou un autre ?) faisait partie du groupe des pionniers payés 3 sous par jour.

128 Il faisait l’essentiel de son activité à Rouen. En 1519, il vendit des « pillots », pour préparer la réparation du Pont de Seine. AMR Tiroir 142.

129 La plupart des claies utilisées à Gaillon en 1505 furent achetées à Rouen. ADSM G622 fol. 8v.

130 Par exemple, lors de l’érection de la tour du Colombier. Cdt QUÉNEDEY, “La Tour du Colombier et l’artillerie rouennaise. Étude historique et archéologique”, Bulletin des Amis des Monuments rouennais, 192-425, p. 83-116 et 1926-27, p. 57-135.

131 BN MF 26118 [571] ; St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 203.

132 Voir plus bas p. 93-94.

133 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 75, 81 et 84-86. Les sommes versées aux paysans montrent qu’il s’agit de marchés établis tout à fait régulièrement et non pas de réquisitions comme le suppose J. LEGOY, op. cit., introduction, note 7, p. 43.

134 En 1360, Charles V donna des chênes aux paroissiens de Notre-Dame de la Ronde de Rouen pour refaire les stalles. Il donna d’autres chênes en 1364 pour fortifier le château de Torcy et en 1366 les habitants de Bellencombre en reçurent pour réparer leur église. En 1387, c’est le duc de Bourgogne qui donna des chênes à la cathédrale de Rouen. Ph. LARDIN, op. cit., chap. I, note 59, p. 42. En 1474, face aux menaces de Charles le Téméraire, Louis XI donna aux Dieppois 3000 hêtres à prendre dans la forêt d’Arques pour qu’ils puissent renforcer leurs fortifications. D. ASSELINE, Les Antiquitez et chroniques de la ville de Dieppe, 1682, publiées par MM. Hardy, Guérillon et l’abbé Sauvage, T.l. Dieppe-Paris-Rouen, 1874, p. 199.

135 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 93.

136 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 94.

137 Le transport par charrette avait coûté 290 x 5 = 1450 sous = 72 livres 10 sous contre 169 livres 5 sous (3385 sous) pour le transport par bateau.

138 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 107-114.

139 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 129.

140 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 134.

141 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 202. Voir la description des batardeaux dans Cdt QUÉNEDEY, op. cit., chap. II, note 130, p. 92.

142 BN PO 2583, dossier 57454, Le Roy, sieur de Chavigny, [2] et [4].

143 Par exemple à Rouen au début du XVIe siècle. AMR A13 fol. 113 et suiv.

144 C’est une des activités du valet de la fabrique de la cathédrale de Rouen tout au long des XIVe et XVe siècles. Ph. LARDIN, « Un manœuvre privilégié : le valet de la fabrique de la cathédrale de Rouen à la fin du Moyen Âge », Actes du XXXIe Congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Chapitres et cathédrales en Normandie, (Bayeux, 16-20 octobre 1996), Annales de Normandie, série des Congrès des Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie, vol. 2, Caen, Musée de Normandie, 1997, p. 361-373.

145 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 136.

146 I St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 92 et 107.

147 Le plomb servait régulièrement pour fixer des objets particulièrement lourds comme les portes ou les chaînes. Voir P. BENOÎT, « Le plomb dans le bâtiment à la fin du Moyen Age. L’apport des comptes de construction et de réparations », dans O. CHAPELOT et P. BENOÎT, Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Âge, Paris, 1985, p. 340-355.

148 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 214-216. Voir aussi, R. DOUCET, loc. cit., chap. II, note 89.

149 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 212-213.

150 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 221-222.

151 BN MF 26120 [852].

152 Ph. LARDIN, loc. cit., chap. II, note 27, et « Le rôle du vin et de la nourriture dans la rémunération des ouvriers du bâtiment à la fin du Moyen Âge », dans La sociabilité à table. Commensalité et convivialité à travers les âges, Actes du Colloque de Rouen (14-17 novembre 1990), textes réunis par M. AURELL, O. DUMOULIN, et Fr. THELAMON, Publications de l’université de Rouen No 197, Rouen, 1992, p. 209-215.

153 En 1583, la ville était défendue par trois boulevards. Voir le plan de Jacques le Vaulx, pilote royal au Havre dans LEMALE, p. 5.

154 BN MF 26120 [906].

155 Voir plus bas p. 117.

156 Ph. MANNEVILLE, Le Havre, avant-port.... loc. cit., note 7, p. 11.

157 AMH EE85. Les premières prises sont mentionnées en 1521.

158 Guyon le Roy avait engagé en janvier précédent un clerc pour lui servir de secrétaire. Il avait donc les moyens de tenir une comptabilité si celle-ci avait été nécessaire. St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 227-228.

159 J. JACQUART, François 1er, Paris, Fayard, 1981.

160 L. de LABORDE, Comptes des bâtiments du roi, T.2, Paris, 1880, p. 206, [117]. Claude Guyot avait succédé à son père dans l’office de contrôleur général de l’audience de la chancellerie de France le 14 novembre 1527 et à celui de notaire et secrétaire du roi, le 10 février 1532. BN MF 5502 fol. 100 et LAT 12810, fol. 180 et 184.

161 BN MF 26123 [1372].

162 ADSM 100 J 35 [17].

163 L. de LABORDE, op. cit., ci-dessus note 160, p. 255 [4].

164 BN MF 26123 [1372, 1388, 1389, 1390, 1391, 1393, 1397, 1399].

165 AN, Marine, D2/7 [15]. Voir plus bas p. 127.

166 BN MF 26123 [1390].

167 BN MF 26123[13991.

168 L.F. SALZMAN, Building in England down to 1540, Oxford, 1952.

169 ADSM G617.

170 Voir J. GUILLAUME (Dir.), Les Chantiers de la Renaissance, Actes des colloques tenus à Tours en 1983-1984, Paris, Picard, 1991, p. 115-130.

Table des illustrations

Légende N.B. Il était prévu d’« estouper » l’ancienne entrée du Havre (D).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau No 1. Nombre de commissaires par semaine en 1517
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau No 2. Dépenses hebdomadaires en 1517
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Dépenses du chantier de pionnerie en 1517
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau No 3. Effectifs de pionniers et de manœuvres pendant la première campagne de travaux
Légende * Dont 48 ouvriers payés 20 deniers par jour.** Y compris les effectifs des dimanches et jours fériés.*** Dont 11 pionniers payés 3 sous par jour.**** Chacun une nuit.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau No 4. Effectifs des dimanches et jours fériés (1517)
Légende * Jours ouvrables compris.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Effectifs de pionniers et manœuvres en 1517
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Pourcentage de travailleurs les dimanches et jours fériés
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau No 5. Effectifs de manœuvres et pionniers non qualifiés pendant la deuxième année de travaux (mars-octobre 1518)
Légende * AMH DD91** Clairambault, vol. 134 [19]. Le document est mutilé. Il y a 64 noms sur une seule colonne et la taille du parchemin semble indiquer qu’il y avait 7 colonnes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau No 6. Dépenses hebdomadaires (1518-1519) (en livres-tournois)1
Légende *avec les toisages de maçonnerie
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau No 7. Nombre de benneaux par semaine (1517-1521)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Roue de charrette trouvée dans les fossés du Havre au XIXe siècle.Celles des benneaux qui transportaient les terres et les gravats étaient peut-être de cette forme
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau No 8. Fourniture de claies sur le chantier du Havre
Légende 1 Marchand de Harfleur.2 Marchand de Hennequeville, près de Trouville3 Ancien receveur de Graville au moins jusqu’en 1513 et mort en 1518. (ADSM A14).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau No 9. Transports de bois par bateau de Touques au Havre (mars-mai 1518)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau No 10. Dépenses hebdomadaires pendant la campagne de 1523
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6666/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search