Version classiqueVersion mobile

Entre tradition et modernité : Les premières années du Havre (1517-1541)

 | 
Philippe Lardin

Chapitre I. Le lancement des travaux

Texte intégral

  • 1 Abbé SAUVAGE, Harfleur au XIVe siècle, Dieppe, 1875. M.L.-Ch. QUIN, Le Havre avant l’histoire et l’ (...)
  • 2 ADSM 3E6/L 14 janvier 1451 (n.st.).

1Tout au long du Moyen Âge, Harfleur fut le principal port installé à l’embouchure de la Seine, avec ses annexes de L’Eure et de la Fosse de Graville1. Les souverains anglais en étaient pleinement conscients et ce n’est pas un hasard si, en 1415, Henri V commença la conquête de la Normandie par la prise de cette ville qu’il chercha à vider de ses habitants et à peupler d’Anglais, à qui il pensait pouvoir faire davantage confiance. De même, lorsque le roi Charles VII reprit la Normandie en 1449-1450, il envoya sur place Dunois, sans doute le deuxième personnage du royaume à cette date, qui emprunta de l’argent aux bourgeois pour reconstruire le port et la ville2.

  • 3 En avril 1364, le roi Charles V avait ordonné « qu’il soit fait en la crique de L’Eure et devant la (...)
  • 4 La vase s’étalait particulièrement à proximité des moulins. En mai 1470, un râteau avait été acheté (...)
  • 5 ADSM 3E6/1, 14 janvier 1451 (n.st.).
  • 6 ADSM 3E6/65, 25 mai 1475.
  • 7 Cité par Ph. MANNEVILLE, Le Havre, avant port..., introduction, note 7, p. 5.

2Afin de rendre le port accessible à des navires au tonnage croissant, des travaux de dragage avaient été réalisés à intervalles réguliers depuis le XIVe siècle dans le port3 et dans la Lézarde, le fleuve côtier qui se jette à cet endroit dans la mer4. Au lendemain de la reprise de la ville par Charles VII, le port était « plein de vase et de gravats5 » et les travaux d’entretien s’avérèrent vite insuffisants. Le roi Louis XI, par des lettres patentes du 20 avril 1474, avait ordonné le creusement d’une tranchée devant le « havre » de la ville de Harfleur « pour la sûreté et l’entretien du dit havre et le bien de lui et de la chose publique6 ». Cette tranchée fut exécutée aussitôt entre l’enceinte de la ville et la crique d’Espagne, mais elle fut également rapidement envahie et obstruée par les sables et les galets. Découragé par cet insuccès, le roi chargea le général de Savoie de faire une étude des côtes de la région, sans doute dans le but de créer un nouveau port, et ce dernier se chargea de faire dessiner « une pourtraiture des côtes et rivières de Seine depuis le Chef de Caux jusqu’à Tancarville et de même, celle de Honfleur7 ».

  • 8 M. MOLLAT, Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Age, Paris, 1952, p. 360.

3Au cours des années 1485-1491, d’importants travaux de fortifications avaient remis en état les murs d’enceinte de Harfleur, les tours qui les ponctuaient ainsi que la partie du port appelée le Clos des Galées. Pourtant, à la fin du XVe siècle, ces travaux n’étaient plus qu’un souvenir tandis que la situation du port avait tellement empiré que les navires ne pouvaient pratiquement plus accoster et devaient s’arrêter dans les criques avoisinantes. La situation était si difficile pour les habitants qu’en 1496, la ville avait perdu la moitié de ses propriétés tandis que la vase continuait à s’étaler dans le bassin au rythme de 3,5 mètres par an8.

  • 9 ADSM G62.

4Depuis la fin du XIVe siècle, une partie non négligeable des marchandises destinées à Rouen devait passer par Dieppe, Fécamp ou Honfleur. En effet, dès qu’ils dépassaient 3,60 m de profondeur, les navires ne pouvaient plus entrer dans le port de Harfleur, ni remonter la Seine. Les chemins de halage, très détériorés au cours de la première moitié du XVe siècle, rendaient pénible la remontée du fleuve et en 1465, le plomb destiné à l’archevêché de Rouen avait dû être déchargé à Harfleur, puis amené à Rouen dans les charrettes des plombiers qui travaillaient sur le chantier lancé alors par le cardinal d’Estouteville9.

  • 10 A. MARTIN, Les Travaux maritimes du Havre en 1517 et 1897, Le Havre, Société havraise d’Études Dive (...)

5En 1509, dans l’espoir d’obtenir des ressources pour remettre leur port en état, les habitants de Harfleur avaient envoyé un de leurs conseillers municipaux auprès du cardinal-légat, Georges d’Amboise, archevêque de Rouen et ministre de Louis XII. Ils avaient apparemment reçu plusieurs arpents de forêt et 1000 livres-tournois pour la construction de deux jetées en bois à l’entrée du port10 mais les résultats étaient restés décevants.

  • 11 AMR A10 fol. 272. M. MOLLAT, op. cit., chap. I, note 8. p. 386. Des travaux de curage avaient eu li (...)

6Les Rouennais, notamment les responsables municipaux et les commerçants, étaient parfaitement conscients de cette situation. En mai 1515, maître Nicolle Caradas, avocat du roi auprès de l’Échiquier et son représentant lors des assemblées municipales rouennaises, intervint à ce double titre à l’occasion des États de Normandie et y fit admettre par l’assemblée qu’« il serait bon de demander que l’on fit un bon havre à Honfleur, à Harfleur ou en un autre lieu11 ». On pensait, en effet, que l’envasement ne provenait que des alluvions apportées par la Lézarde et les responsables s’étaient dit qu’un nouveau chenal donnant directement sur la mer échapperait à cet inconvénient.

  • 12 Ph. MANNEVILLE, Le Havre, avant-port.., op. cit., introduction, note 7, p. 5.

7Le lancement des travaux était désormais laissé à l’appréciation du roi François 1er, qui avait peut-être suggéré l’intervention de Nicolle Caradas. Le roi prit rapidement une décision et fit réunir une commission d’études qui rendit son rapport en novembre ou décembre 1516. Les choses avaient donc été, en principe, soigneusement étudiées et les travaux pourraient commencer dès le printemps de l’année suivante12.

  • 13 BN MF 26115 [208|.
  • 14 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 9.

8Pour ce faire, Jacques d’Estimauville qui était chargé d’amener le courrier au roi, s’était rendu à Paris dès le 1er février 1517 pour donner à l’amiral de France et au général de Normandie, responsable des finances, une lettre du vice-amiral Guyon le Roy concernant le recrutement de la main-d’œuvre qui serait utilisée pour faire les travaux du nouveau port. Ceux-ci étaient donc déjà prévus depuis un certain temps13 même si c’est seulement quelques jours plus tard que le roi informa officiellement ses officiers installés sur place de son intention de faire « au lieu de Grasse », entre le Chef de Caux et Harfleur, « un havre pour tenir en sûreté les navires et vaisseaux de lui et de ses sujets naviguant sur la mer Océane14 ».

I/ LA DÉCISION ROYALE

  • 15 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. IV. AMH, AA1, liasse 1. L’amiral de Bonnivet étai (...)

9C’est le 7 février 1517, en effet, que François 1er fit parvenir une commission de commissaire général pour la construction du port et des fortifications du Havre à l’amiral de France, Guillaume Gouffier, seigneur de Bonnivet15. Dans ce document, il expliquait qu’il avait été informé par l’amiral et par d’autres « notables personnages en ce expérimentés et entendus » du fait que le lieu de Grasse était le plus favorable pour faire « havre auquel les navires et vaisseaux puissent aisément arriver et sûrement séjourner ». Il se fiait donc aux « sens, prudence, expérience et bonne diligence » de son amiral pour réaliser l’ouvrage et, à cette fin, lui donnait pleins pouvoirs.

  • 16 La localisation précise de la crique destinée à devenir le nouveau port n’est pas véritablement con (...)
  • 17 Mémoires de la fondation et origine de la ville françoise de Grâce composez par maistre Guillaume d (...)
  • 18 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 436.
  • 19 Ibidem, p. 10-12 ; L.M.Ch QUIN, op. cit., chap. I, note 1, p. 36. En 1340-1341, le compte de la « g (...)

10Le lieu choisi, pourtant, n’était pas très avenant16. Comme l’écrivait au milieu du XVIe siècle, le premier procureur du roi dans la ville, « ce havre était un lieu champêtre qui ne fut jamais que plein de marécages17 ». En 1532, une enquête réalisée dans le but de dédommager le seigneur de Graville, propriétaire de cette terre que le roi avait décidé de « prendre en sa main », amena les autorités à interroger un certain nombre de personnes originaires des environs qui, toutes, exprimèrent la même idée : avant la création du port, le lieu n’avait pas grande valeur. Ce n’était que « marais, criques et perroy, et sur ladite terre croissait de l’herbe, laquelle pâturaient et mangeaient les bêtes des paroissiens d’Ingouville18 ». En dehors de l’élevage, « il y avait aucuns qui tendaient aux oiseaux à la saison ». Enfin, au milieu des joncs poussaient quelques pommiers sauvages dont les fruits étaient parfois exportés en Angleterre. La région avait certes été habitée au cours des siècles précédents et cela avait permis à la petite bourgade de l’Eure de se développer jusqu’à atteindre peut-être un millier d’habitants19.

La région de Harfleur au début du XVIe siècle.

  • 20 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. ; L.M.-Ch. QUIN, chap. I, note l, p. 42 ; AN J 77 (...)
  • 21 ADSM 3E6/121 No 8, 18 novembre 1478.

11Malheureusement, la guerre – c’est-à-dire les actions des Navarrais20 – et l’érosion avaient fait disparaître ce village et on ne trouvait plus rien de ce qui avait permis une installation permanente de la population. En 1478, lors de travaux au Chef-de-Caux destinés à ralentir l’ensablement du port d’Harfleur, il avait fallu apporter sur place la nourriture des ouvriers « pour ce que l’on ne pouvait pas [y] trouver de pain21 ».

  • 22 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 418419, 440, 451, 453 et 459.
  • 23 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 454. En 1369, les navires destinés à emmener des (...)
  • 24 A. MARTIN, op. cit. note 3, p. 16. (sans références).

12Toutefois, pour la création d’un nouveau port, l’atout principal du lieu était la crique dans laquelle « les bateaux pêcheurs de harengs et maquereaux qui entraient par le vieil havre de Grasse dont la bouche ou gueule était près du village de l’Eure, se reposaient [...] et déchargeaient leurs poissons qu’ils faisaient sécher sur le perroy et la terre22 ». Selon un des témoins interrogés au cours de cette enquête, en cas de tempête, « par vent d’amont », cette crique pouvait servir de refuge à « plus de cent navires pêcheurs [...] tant du lieu que étrangers, comme de Fécamp, Dieppe, Saint-Valéry et autres23 ». Il s’agissait évidemment de navires de faible tonnage comme celui qui s’était échoué en 1514 et qui, vendu au profit du seigneur de Graville en vertu de son droit de varech, ne lui avait rapporté que 72 sols 6 deniers24.

  • 25 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 406.

13L’endroit choisi pour installer le nouveau port présentait donc beaucoup d’avantages : pas de problème avec des constructions existantes et surtout un abri sûr pour les bateaux, même si, au début du XVIe siècle, le passage permettant d’atteindre ce que l’on appela par la suite le « vieil havre » était étroit, peu profond et, par conséquent, dangereux. C’est pourquoi, on trouvait à l’entrée de la crique, des installations rudimentaires en bois qui permettaient de « tirer et haler au cabestan un navire et bateau pour le mettre à sauveté25 ». Par conséquent, si ce passage convenait assez bien pour des navires de pêche, il n’en allait pas de même pour les navires de commerce dont la taille ne cessait d’augmenter et le percement d’une nouvelle entrée permettrait aussi de faire face à cette évolution.

  • 26 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 24.
  • 27 Les délibérations municipales rouennaises de la deuxième moitié du XVe siècle montrent l’angoisse q (...)
  • 28 AMH AA8, carton 2, p. 14.

14En fait, le nouveau port n’était pas seulement prévu pour répondre aux nécessités de l’économie. Il était certes destiné à la « garde, tuition et défense de tous les navires qui chacun jour pourront venir et affluer audit havre de Grasse », mais il devait aussi servir « pour la défense contre nos ennemis – s’il advenait, que Dieu veuille que le cas ne s’offrît et pour la sûreté de tout le pays de Normandie26 ». C’était donc un port militaire que l’on voulait aussi construire car on n’avait pas oublié que l’occupation de la Normandie orientale avait commencé en 1415 par la prise de Harfleur27. Par ailleurs, il est également possible que l’on ait pensé aux expéditions lointaines vers l’Afrique et l’Amérique qui commençaient alors à se développer. Le futur havre devait donc être, pour François 1er, le « réceptacle de tous navires, grands et petits, naviguant par la mer tant pour le fait de la guerre que pour le trafic de marchandise, grandement et inestimablement profitable à la défense de son dit royaume et pays de Normandie et à tout le trafic qui se fait tant par mer que par terre28 ».

  • 29 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4 ; Cl. VINCENT, loc.cit., introduction, note 3, p. 11- (...)
  • 30 Les deux hommes étaient liés par les relations matrimoniales croisées. Le frère aîné de Guyon le Ro (...)

15Moins d’une semaine après avoir reçu sa commission, l’amiral de Bonnivet la transmit à Guyon le Roy, sieur de Chillou et vice-amiral de France29, car, disait-il, « pour plusieurs empêchements que [nous] avons journellement près et alentour de la personne du Roi, ne nous serait bonnement possible pour le présent vaquer pour faire besogner audit havre et fortification d’icelui ». C’est pourquoi, ainsi que le souverain l’y avait autorisé dans cette commission avant tout honorifique et respectueuse des hiérarchies, l’amiral de Bonnivet se déchargeait de sa tâche sur son subordonné à qui il transmettait l’ensemble des directives royales30.

  • 31 BN MF 8310 fol. 226. Cité par Charles de la RONCIÈRE, Histoire de la marine française, Paris, 1906, (...)
  • 32 Jean d’AUTON, Chronique de Louis XII, édité par Maulde de la CLAVIÈRE, Paris, 1889-1895, T. III, p. (...)
  • 33 AMH AA 16, Vidimus de la commission qui lui fut donnée par Louis XII le 25 janvier 1513 (n.st.) ; S (...)
  • 34 En 1517, le roi lui donne l’ordre de faire réparer sa grande nef la Louise qui « se depperist par f (...)
  • 35 AMH AA 17, carton 3, liasse 17, Lettre de Jean Robineau à Guyon le Roy du 13 février 1517.
  • 36 MARCEILLES, op. cit., chap. 1, note 17. Selon lui, Guyon le Roy aurait aussi fait bâtir les deux gr (...)

16Guyon le Roy avait à cette date environ 70 ans. Né vers 1447, il avait appris son métier sur les nefs de Louis XI et avait été nommé capitaine du Croisic31. Il avait participé à l’expédition de Naples au temps de Charles VIII, puis avait défendu Gênes au nom de Louis XII32. Nommé en 1513 lieutenant général des armées de mer pour la campagne menée sur les côtes de Bretagne, c’était donc un homme de confiance que Louis XII avait chargé, au moment où l’on craignait un débarquement anglais en France, de « mettre sus une grosse et puissante armée de mer, garnie et équipée de bon et grand nombre de navires, [...] tant en pays de Normandie que de Bretagne33 ». À cette occasion, le vice-amiral avait pu se rendre compte de l’absence d’un port convenant aux besoins militaires du roi sur les côtes du Pays de Caux, tout autant que des avantages que présentait la crique de Grasse. En 1517, il exerçait la fonction de capitaine de la ville de Honfleur sous les ordres de l’amiral de Bonnivet34 et il tirait, dans cette ville, d’importants revenus de la ferme du guet35. Si l’on en croit Guillaume de Marceilles, il avait en plus de sérieuses connaissances en architecture militaire, puisqu’il aurait, selon cet auteur, fait construire une tour ronde à Doullens36. Il avait, par conséquent, toutes les qualités requises pour mener à bien l’entreprise dans laquelle le roi s’était engagé.

II/ L’ADJUDICATION DES TRAVAUX

  • 37 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 14.

17À l’en croire, Guyon le Roy aurait fait faire le devis des travaux, l’aurait envoyé au souverain et en aurait reçu réponse en dix jours. Cette rapidité, si elle est exacte, confirme en réalité que l’affaire était préparée depuis un certain temps, que l’on savait ce que l’on voulait faire et qu’il n’y avait plus qu’à rédiger les textes. Quoi qu’il en soit, comme le roi voulait que « incontinent on besognât audit havre’37 », Guyon le Roy donna, dès le 22 février, l’ordre à Monsieur de Blosseville, maître enquêteur et réformateur des eaux et forêts, également capitaine de Caudebec et de la côte de Normandie, de faire « crier es marchés de Harfleur et de Montivilliers » que l’adjudication des travaux aurait lieu une semaine plus tard à Harfleur.

  • 38 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 15-19. Le gouverneur de barres était chargé de la (...)

18Il avait été décidé d’utiliser la procédure classique des enchères au rabais et il était de l’intérêt du roi que le maximum de maçons et d’entrepreneurs fussent là. Les sergents de Monsieur de Blosseville firent donc cette annonce non seulement à Harfleur et Montivilliers mais aussi à Fécamp, Saint-Valery-en-Caux et Honfleur, ainsi que dans le comté de Lisieux et la vicomté d’Auge, c’est-à-dire partout où l’on savait pouvoir trouver des ouvriers capables d’accepter le marché. À Fécamp, le sergent fit connaître le lancement des travaux à un pionnier, autrement dit à un terrassier, « en parlant à sa personne » et à un « gouverneur de barres du havre dudit lieu en parlant à la personne de sa femme pour ce qu’il n’a[vait] pu encore être recouvré38 ». Il avertit également tous les maçons de la ville et, dans deux lettres qu’il envoya à Monsieur de Blosseville, il indiquait les noms de tous ceux qu’il avait personnellement informés de l’adjudication car on avait tout à fait conscience du fait que les annonces sur les marchés ne touchaient pas toujours ceux que l’on voulait avertir lorsqu’ils étaient occupés sur les chantiers. C’est la raison pour laquelle ce sergent utilisa la même procédure à Saint-Valery-en-Caux et informa directement dix-neuf personnes, dont un des bourgeois de la ville.

  • 39 BN MF 26115 [208]. Voir le texte en annexe, p. 175.

19Dans le même temps, Jacques d’Estimauville se rendit à Rouen, Évreux, Louviers, Pont-Audemer, Caudebec et Gisors pour y porter des lettres de Guyon le Roy destinées aux vicomtes, à leurs lieutenants et aux autres officiers afin qu’eux aussi fassent savoir officiellement à tous les maîtres maçons de ces lieux qu’ils pourraient participer à l’adjudication des travaux, « si bon leur semblait »39.

  • 40 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 24. Copie dans AMH DD88.
  • 41 Ce qui explique sans doute le chiffre de 5 à 600 personnes présentes ce jour-là.

20Tous ne vinrent pas. Le 1er mars 1517, seuls les maîtres de maçonnerie et de pionnerie de Rouen, Lisieux, Honfleur, Pont-l’Évêque, Montivilliers, Caudebec et Dieppe étudièrent les lieux, aux alentours de Grasse, afin de préciser comment les travaux pourraient être réalisés. Guyon le Roy lui-même était sur place « pour conférer de l’affaire dudit havre avec les dits ouvriers » et le lendemain, toujours pour préparer le lancement du chantier, il rassembla la plupart des officiers royaux de la région, « plusieurs autres habitants et bourgeois de la ville de Harfleur », ainsi qu’un grand nombre de maçons, pionniers, maîtres de navires et d’autres personnes « à ce connaissant » soit, selon lui, cinq à six cents personnes40, chiffre à prendre avec précaution, mais qui traduit la volonté du roi et de son représentant de prendre des décisions ayant le plus large soutien possible, notamment si l’on voulait utiliser le système des corvées. Après avoir écouté les opinions des spécialistes qu’il avait rassemblés, Guyon le Roy fit « marquer et planter des pieux es lieux où ledit havre sera[it] percé ». Les jetées et les tours furent indiquées de la même manière, puis on planta d’autres pieux entre les jetées et la ville d’Harfleur « le plus droit et le plus profitable qu’il a été possible [...] pour faire venir et mettre la rivière de Harfleur ». Ce travail, dirigé par les maîtres pionniers de la région, fut effectué par les habitants des élections de Montivilliers et de Caudebec qui, apparemment, avaient été rassemblés là au titre des corvées41.

21Toute cette procédure est assez remarquable puisqu’elle montre qu’à ce moment le percement du nouveau port n’était pas destiné à concurrencer celui d’Harfleur, mais bien à le compléter. Il était prévu d’amener la Lézarde dans le nouveau bassin, ce qui aurait dû permettre aux navires d’aller décharger leurs marchandises dans l’ancien port où existaient déjà les installations nécessaires. On constate aussi que la préparation des travaux se faisait sur le terrain et que l’on n’avait pas demandé à un spécialiste de préparer des plans dans son cabinet. La part de l’empirisme était donc considérable car on n’avait pas, non plus, fait au préalable, une sérieuse étude des sols, ce qui, nous le verrons, ne manqua pas de poser d’importants problèmes. Enfin, les responsables étaient conscients du fait que les travaux envisagés allaient nécessiter une nombreuse main d’œuvre non spécialisée et on pensait pouvoir utiliser l’« aide » de la population en réclamant les corvées dues au roi. On retrouvait donc là bien des traits caractéristiques des chantiers médiévaux.

  • 42 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 25.
  • 43 II avait été reçu le 3 février 1508. ADSM G2147 fol. 277. Voir Y. BOTTINEAU-FUCHS, « Maître d’œuvre (...)
  • 44 ADSM G95 fol. 35 et 2E1/248, 29 octobre 1513.
  • 45 II était responsable du château.
  • 46 Ph. LARDIN, « Des hommes de terrain : les maîtres des oeuvres du roi en Normandie orientale à la fi (...)

22À l’issue de cette séance sur le terrain, Guyon le Roy demanda aux maîtres-maçons et aux pionniers de lui faire un « bon devis tout ensemblement de toutes les choses dessusdites et icelui mettre et rédiger par écrit42 ». Là non plus, il n’était pas question de plans. Les maçons s’exécutèrent rapidement. Dès le lendemain, c’est-à-dire le 3 mars 1517, ils rendirent le texte qui leur avait été demandé, ce qui signifie, une fois de plus, que les choses avaient déjà été préparées, sans doute au cours des jours précédents. En tête de cette délégation de maçons, au moins aux yeux de l’auteur du procès-verbal, se trouvait le maître des œuvres de la cathédrale de Rouen, Roulland le Roux43 ainsi que Pierre Delorme44 qui exerçait la même fonction à la fois pour le roi dans l’ensemble du bailliage et pour la ville de Rouen. Ils étaient accompagnés par quatre autres maçons de la même ville, ce qui fait que les Rouennais représentaient plus du tiers des seize maçons présents. On trouvait aussi les maîtres des œuvres des villes de Caudebec, Pont-Audemer, Honfleur et Harfleur, celui du bailliage de Caux et le maître des œuvres du roi à Dieppe45. On ne comptait que quatre « simples » maçons installés à Harfleur. L’importance et l’ampleur des travaux avaient donc surtout attiré les responsables officiels de la maçonnerie de la région. Les maîtres des œuvres, en effet, avant d’être des « architectes », étaient surtout responsables du lancement, du déroulement et du paiement des travaux. Ils étaient aussi entrepreneurs et c’est sans doute du fait de leurs compétences multiples qu’ils avaient été réunis à Harfleur46.

  • 47 L. SAVOT, L’rchitecture des bastimens particuliers, Paris, 1635, explique les méthodes de calcul em (...)
  • 48 Sur cette question, voir Ph. CAILLEUX et Ph. LARDIN, « Les mesures dans le bâtiment en Normandie à (...)

23Ce fut Roulland le Roux qui prit la parole au nom du groupe des maçons. Ceux-ci avaient commencé, par fixer l’unité de mesure du travail de maçonnerie, c’est-à-dire la toise telle qu’elle était utilisée sur les chantiers médiévaux. Il ne s’agissait pas ici d’une mesure fixe, mais d’un instrument de paiement obtenu après des calculs relativement compliqués grâce à des coefficients tenant compte de la nature et du lieu du travail, ainsi que des pierres utilisées et de leur éventuelle reprise dans d’autres parties de la construction47. Pour le chantier de maçonnerie du Havre, les maçons furent évidemment amenés à utiliser ces méthodes habituelles. Comme la longueur d’une toise correspondait à 6 pieds, les surfaces devaient être calculées en toises carrées contenant 36 pieds carrés, tandis que pour les parties épaisses composées de remplages - donc de volumes - la toise cubique correspondait à 36 x 6 pieds, soit à 216 pieds cubiques. Le paiement se faisait au même prix, fixé uniformément en toises, que ce soit pour les parements payés en surface (36 pieds carrés) ou pour les volumes (216 pieds cubiques)48.

  • 49 BN MF 26115 [208].

24Apparemment, l’adjudication n’était pas prévue pour cette date, puisque Jacques d’Estimauville avait fait une tournée à Évreux, Louviers et Gisors en annonçant qu’elle aurait lieu le 9 mars c’est-à-dire, on va le voir, le jour du début réel des travaux de pionnerie49, mais il est probable que les responsables du lancement des travaux voulurent profiter de la présence sur place d’un nombre important de maçons qualifiés, notamment rouennais, alors qu’il était probable que les maçons venant de lieux plus éloignés ne se déplaceraient pas.

  • 50 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 26.
  • 51 Ibid.

25Pour lancer les enchères, les maçons avaient fixé le prix de la toise à 32 livres 10 sous50. Roulland le Roux accepta aussitôt de prendre le marché pour 30 livres par toise puis, face à une contre-enchère du maître des œuvres de Pont-Audemer, proposa de descendre à 25 livres. Un maçon de Harfleur, Gervais Grédouin, fit une dernière offre à 23 livres, ce qui représentait une baisse d’un tiers par rapport au prix initial proposé par les auteurs du devis. Après quoi, comme « nul des dits maçons ne voulait plus rabaisser », Guyon le Roy différa l’adjudication en estimant que le prix atteint était encore trop élevé. Il avait, en effet, insisté au début des enchères sur le fait que « le chantier était œuvre du roi et pour le profit et utilité de toute la chose publique du royaume de France et, de même, de tout le pays de Normandie51 », ce qui signifiait que son prix de revient devait rester raisonnable.

  • 52 Ph. LARDIN, « Le niveau de vie des ouvriers du bâtiment en Normandie orientale dans la seconde moit (...)

26En fait, il était bien difficile de prévoir ce qu’allaient réellement coûter les travaux de maçonnerie dans un milieu isolé et éloigné des principales carrières de pierre. C’était donc une sorte de pari que l’acceptation de ce chantier. C’est pourquoi, les maçons rouennais quittèrent Harfleur en expliquant au commissaire royal qu’ils ne pouvaient pas accepter de travailler à cet ouvrage à moins de 25 livres par toise et que, s’ils en étaient les entrepreneurs, ils dépenseraient 24 livres par toise au minimum, ce qui réduirait évidemment leur marge de profit. Or, avec celle-ci, il leur faudrait payer les ouvriers et une partie des matériaux, alors même que les prix des travaux dans la région rouennaise mais auxquels ils étaient habitués, étaient généralement plus élevés que ceux pratiqués dans les environs de Harfleur52. Peut-être espéraient-ils, en avançant ces arguments, amener Guyon le Roy à accepter leur offre, mais celui-ci resta ferme dans sa décision, se contentant de leur conseiller d’« y penser encore ». Après quoi, il conclut la discussion en leur disant que, s’ils changeaient d’avis, il les recevrait volontiers.

  • 53 La réputation de Jean Gauvain s’étendait jusqu’à Rouen. En 1509, en compagnie de Jean le Boucher, m (...)
  • 54 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 27.

27Tout cela s’était passé le matin et « environ le vêpre (...) voyant que nul desdits maîtres maçons ne revenait point », le commissaire, après avoir conféré avec les officiers du roi qui avaient assisté à la première partie des enchères, fit venir Michel Férey maître des œuvres de maçonnerie de la ville de Harfleur, et Jean Gauvain qui exerçait la même fonction à Honfleur et qu’il connaissait personnellement en tant que capitaine de cette ville53. Il leur « remontra plusieurs raisons par quoi, ils devaient, eux, modérer et mettre à la raison ledit ouvrage à plus rabais qu’il n’était54 ». Il n’était donc plus vraiment question d’enchères mais plutôt d’une négociation entre le commanditaire, représentant le roi, et des maçons qui lui devaient une partie non négligeable de leur activité. On peut donc supposer que Guyon le Roy fit pression sur eux en usant de son autorité et des avantages qu’il pouvait éventuellement leur offrir. Sans l’appui des autres maçons, Michel Férey et Jean Gauvain n’étaient pas véritablement en mesure de résister et ils acceptèrent de descendre le prix de la toise à 22 livres et demie, ce qui ne représentait que 10 sous de moins que la dernière enchère émise, soit environ le salaire de deux jours de travail d’un maçon qualifié.

  • 55 Guyon le Roy utilisa aussi les menaces et les avantages potentiels que lui offrait sa position pour (...)
  • 56 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 28.

28C’est pourquoi Guyon le Roy fit part de cette nouvelle offre à ceux des maçons qui étaient encore en ville en leur donnant jusqu’au lendemain matin pour lui faire d’autres propositions55. Ce fut en vain. Le lendemain, Guyon le Roy fit, en présence de tous les officiers du roi, un dernier appel d’offres et il dut constater qu’il n’y avait personne pour « mettre led. ouvrage au rabais fors les maîtres Gauvain et Férey56 ». Après en avoir débattu une nouvelle fois avec les officiers présents, il accepta le prix proposé par les deux maçons, étant donné qu’ils « étaient savants et suffisants pour faire led. ouvrage » et on rédigea aussitôt le contrat devant les deux tabellions royaux de la ville de Harfleur.

  • 57 “Origines et fondation du port et de la ville du Havre” dans Commémoration du IVe centenaire de la (...)
  • 58 op. cit., introduction, note 7, p. 41.
  • 59 Ph. LARDIN, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale (XIVe-XVIe siècles) : les matériaux et (...)
  • 60 En 1383, par exemple, lors du lancement de travaux au château de Vernon, le maître des œuvres de ch (...)

29Y avait-il eu dans tout cela une mise en scène destinée à permettre à Michel Férey et Jean Gauvain d’obtenir le marché ? C’était l’opinion défendue par Philippe Barrey, en 1917, dans une conférence tenue à l’occasion du quatrième centenaire de la fondation du Havre57 et cette idée a été reprise par Jean Legoy58 Rien pourtant, dans les documents dont nous disposons, ne permet d’étayer cette affirmation. Il faut, au contraire, remarquer que les procédures décrites ici sont celles que l’on retrouve partout ailleurs et que la différence entre le prix de départ des enchères et le prix final est de l’ordre de 30 % c’est à-dire à peu près la même qu’à Rouen et dans l’ensemble du Pays de Caux tout au long du XVe siècle59. Notons aussi que, s’il y avait eu conspiration, elle aurait nécessité l’accord et la complicité des nombreux officiers du roi présents sur place, faute de quoi, elle risquait de se heurter à une offre plus basse faite par un autre maçon et qu’il n’aurait pas été possible de récuser. Pourquoi, par ailleurs, organiser une telle publicité, si le but était de confier le marché à des maçons locaux. On ne voit pas très bien non plus quel intérêt auraient pu avoir des entrepreneurs à accepter un marché trop bas, ni ceux qui étaient venus sur place à accepter de jouer les faire-valoir. À moins que l’on imagine qu’ensuite, ils auraient accepté de faire de faux toisages en échange d’une partie des paiements, ce qui, à ma connaissance, ne se rencontre jamais, car un maçon-juré aurait risqué d’y perdre beaucoup, en premier lieu, sa réputation et, de là, son emploi. On ne voit pas très bien, non plus, ce que Guyon le Roy pouvait avoir à gagner à une telle mise en scène. En fait, il semble bien que le déroulement des enchères ait traduit les réalités salariales, et plus généralement, économiques, de la région. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le marché ait finalement été accepté par des maçons locaux, au courant des ressources en main-d’œuvre de la région, des salaires comme du prix des matériaux et disposant plus facilement de possibilités de crédit sur place. On peut toutefois constater que la procédure fut plus informelle que lors des enchères traditionnelles à Rouen et ailleurs, puisque Guyon le Roy intervint à plusieurs reprises et qu’il n’y avait pas de limite de temps pour faire des contre-enchères. Mais il n’y avait rien là non plus d’original, puisque c’étaient les méthodes des maîtres des œuvres du roi qui, lorsqu’ils devaient lancer des travaux importants, s’en rapportaient toujours aux responsables financiers ou administratifs afin de savoir s’ils devaient ou non mettre fin à l’adjudication60.

***

30Quoi qu’il en soit, Guyon le Roy avait réalisé la première partie de sa mission. Un devis aussi sérieux que possible avait été rédigé par les meilleurs maçons de la région. L’ensemble des spécialistes et des notables des environs l’approuvait. Il avait réussi à trouver des entrepreneurs à un prix apparemment convenable pour les finances royales, même si les maçons qui l’avaient accepté estimaient qu’il était trop bas. On était là dans l’organisation classique des chantiers du siècle précédent dès lors que l’on décidait de faire appel au travail à la tâche.

31Pourtant, toute cette procédure ne concernait que le chantier de maçonnerie. Pour les travaux de terrassement, dont l’importance était évidemment plus grande puisqu’ils seraient à la base de la naissance du nouveau port, on avait choisi l’autre méthode employée par les commanditaires puissants. Il avait été décidé qu’ils seraient entièrement pris en charge en régie par le roi. Or, pour ces travaux, bien des problèmes restaient en suspens : le recrutement des ouvriers chargés du creusement de la nouvelle passe n’avait pas été complètement organisé et on comptait avant tout sur les corvées ; la fourniture des matériaux, en particulier celle du bois, n’était pas assurée ; les réalités du terrain, autrement dit la présence de marécages et, par conséquent, d’une nappe phréatique peu profonde du fait de la nature du sol et de la proximité de la mer, n’avait pas, non plus, été prise en compte. Il allait falloir réagir empiriquement face aux difficultés qui ne pouvaient pas manquer de se présenter.

Notes

1 Abbé SAUVAGE, Harfleur au XIVe siècle, Dieppe, 1875. M.L.-Ch. QUIN, Le Havre avant l’histoire et l’antique ville du Havre, Le Havre, 1876. Voir aussi et surtout A. MARTIN, Description historique et topographique de la Ville Françoise et du Havre de Grâce, Le Havre, 1885, réimp. Brionne, 1970 ; Graville ancien et moderne, Le Havre, 1913 ; Les Origines du Havre. Histoire de L’Eure et d’Ingouville, 2 vol. , Fécamp, 1882-1883, rééd. 1923. Du même, Le Havre de Grâce et Graville au Moyen Age, Le Havre, 1923. Publié aussi dans Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre, 1923, 2, p. 2-22, sous le titre « Le Havre de Grâce au Moyen Age » ; M. HÉRUBEL, Les origines des ports de Seine-Maritime, Paris, 1930 ; du même, « Les ancêtres du port du Havre : La crique de Graville, la crique d’Espagne, la fosse de l’Eure », Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre, No 14, 1934, p. 71 83.

2 ADSM 3E6/L 14 janvier 1451 (n.st.).

3 En avril 1364, le roi Charles V avait ordonné « qu’il soit fait en la crique de L’Eure et devant la ville de Harfleu Port et Hable par quoi les nefs dudit royaume de Castille peussent aller, venir, seiourner et demeurer sauvement afin que nul dommage n’en vienne ausdites nefs et navires, ne aucun péril aux biens et marchandises qui vendront et seront amenées et conduites audit port de Harfleu. Et voulons et mandons que toutes fois que ledit hable sera empiré qu’il soit refait et appareilliez », Ordonnances des rois de France, T.IV, p. 427. Ce mandement fut repris en novembre 1369, Ibid., t. V, p. 239.

4 La vase s’étalait particulièrement à proximité des moulins. En mai 1470, un râteau avait été acheté pour curer la rivière auprès des moulins (ADSM 3E6/117, 2e liasse, No 10) et en 1473, le responsable des travaux dans la ville, Gillet le Beuf, fut payé pour « avoir fait courir les barres des moulins de la ville”, tandis que des pionniers étaient chargés d’“ oster les vases et curer entre deux marées les vases estans devant l'esventelle près du pont aux chaynes et dedens les fossés d’icelle porte afin que l'eau de mer n’entre pas esdits fossés » (ADSM 3E6/118, No 6 et 30).

5 ADSM 3E6/1, 14 janvier 1451 (n.st.).

6 ADSM 3E6/65, 25 mai 1475.

7 Cité par Ph. MANNEVILLE, Le Havre, avant port..., introduction, note 7, p. 5.

8 M. MOLLAT, Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Age, Paris, 1952, p. 360.

9 ADSM G62.

10 A. MARTIN, Les Travaux maritimes du Havre en 1517 et 1897, Le Havre, Société havraise d’Études Diverses, 1898, p. 56 (sans références).

11 AMR A10 fol. 272. M. MOLLAT, op. cit., chap. I, note 8. p. 386. Des travaux de curage avaient eu lieu dans le port de Honfleur pendant la deuxième moitié du XVe siècle. Ce bassin était moins mauvais que celui de Harfleur, mais la création d’un nouveau port paraissait préférable. ADC A208.

12 Ph. MANNEVILLE, Le Havre, avant-port.., op. cit., introduction, note 7, p. 5.

13 BN MF 26115 [208|.

14 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 9.

15 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. IV. AMH, AA1, liasse 1. L’amiral de Bonnivet était plus un courtisan qu’un homme de mer. Fr. AMBRIÈRE, Le favori de François Premier, Gouffier de Bonnivet, Amiral de France, Paris, 1936, notamment p. 136 à 139. Il était le confident privilégié de François 1er mais était parfois assez léger. C’est l’image de lui qui ressort de son apparition dans l’Heptameron des nouvelles de la reine de Navarre, Paris, 1945.

16 La localisation précise de la crique destinée à devenir le nouveau port n’est pas véritablement connue. Cf. M. HÉRUBEL, loc. cit.. Chap. I. note 1, p. 71-83.

17 Mémoires de la fondation et origine de la ville françoise de Grâce composez par maistre Guillaume de Marceilles, conseiller du roy et son premier procureur de la dite ville, publié par J. MORLENT, Le Havre, 1847, § 2, p. 6.

18 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 436.

19 Ibidem, p. 10-12 ; L.M.Ch QUIN, op. cit., chap. I, note 1, p. 36. En 1340-1341, le compte de la « grant armée de la mer [...] laquelle fut déconfite devant l'Écluse, veille de Saint Jehan 24e jour de juin 1340 », donnait les noms de 31 « maistres de nef » venant de l'Eure pour seulement 12 venant de Harfleur et 31 de Dieppe. BN NAF 9241, fol. 5-43, publié dans Documents relatifs au Clos des galées de Rouen, recueillis et analysés par A. Merlin-Chazelas, Paris, 1978, T. 2, Texte XXVII, p. 20-66, notamment p. 39-43 et p. 44-46.

20 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. ; L.M.-Ch. QUIN, chap. I, note l, p. 42 ; AN J 774 [48].

21 ADSM 3E6/121 No 8, 18 novembre 1478.

22 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 418419, 440, 451, 453 et 459.

23 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 454. En 1369, les navires destinés à emmener des troupes pour un débarquement en Angleterre y furent rassemblés en attendant le départ... qui n’eut jamais lieu. BN MF 26009 [815], Le 14 décembre 1376, un navire anglais transportant du vin d’Espagne vint s’y réfugier. BN MF 26013 [1833].

24 A. MARTIN, op. cit. note 3, p. 16. (sans références).

25 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 406.

26 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 24.

27 Les délibérations municipales rouennaises de la deuxième moitié du XVe siècle montrent l’angoisse qui saisit régulièrement les responsables à l’annonce de la menace d'un débarquement des Anglais, à qui on tient à montrer qu’« on ne les aime pas ». Dans les années 1485-1491, avaient eu lieu d’importants travaux de réfection aux fortifications de Harfleur. ADSM 3E6/78 et 3E6/114 à 3E6/133.

28 AMH AA8, carton 2, p. 14.

29 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4 ; Cl. VINCENT, loc.cit., introduction, note 3, p. 11-13. Cet auteur a pu établir que la seigneurie du Chillou se situait non pas en Poitou, dans les Deux-Sèvres actuelles comme on l’écrivait jusqu’alors, mais en Indre-et-Loire, au nord de Chatellerault, sur le territoire de la commune actuelle de Jaulnay.

30 Les deux hommes étaient liés par les relations matrimoniales croisées. Le frère aîné de Guyon le Roy, chambellan du roi Louis XI, avait épousé Madeleine Gouffier, demisoeur de l'amiral de Bonnivet. La mère de Madeleine Gouffier était la nièce de Georges d’Amboise, ministre de Louis XII et archevêque de Rouen. Cl. VINCENT, loc. cit., introduction, note 3, p. 23.

31 BN MF 8310 fol. 226. Cité par Charles de la RONCIÈRE, Histoire de la marine française, Paris, 1906, t. III, p. 32.

32 Jean d’AUTON, Chronique de Louis XII, édité par Maulde de la CLAVIÈRE, Paris, 1889-1895, T. III, p. 45.

33 AMH AA 16, Vidimus de la commission qui lui fut donnée par Louis XII le 25 janvier 1513 (n.st.) ; St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 14.

34 En 1517, le roi lui donne l’ordre de faire réparer sa grande nef la Louise qui « se depperist par faute à luy faire quelque radob dont elle a besoin et aussi affin de la faire tirer du lieu où elle est de present parce que la pluspart du temps elle y demeure à sec ». AMH EE79.

35 AMH AA 17, carton 3, liasse 17, Lettre de Jean Robineau à Guyon le Roy du 13 février 1517.

36 MARCEILLES, op. cit., chap. 1, note 17. Selon lui, Guyon le Roy aurait aussi fait bâtir les deux grosses tours de Gênes…

37 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 14.

38 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 15-19. Le gouverneur de barres était chargé de lancer, à intervalles réguliers, l’eau retenue lors des marées pour désensabler les ports. C’était donc un spécialiste qui pouvait avoir son rôle à jouer dans les travaux que l’on allait entreprendre.

39 BN MF 26115 [208]. Voir le texte en annexe, p. 175.

40 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 24. Copie dans AMH DD88.

41 Ce qui explique sans doute le chiffre de 5 à 600 personnes présentes ce jour-là.

42 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 25.

43 II avait été reçu le 3 février 1508. ADSM G2147 fol. 277. Voir Y. BOTTINEAU-FUCHS, « Maître d’œuvre, maître d'ouvrage, les Le Roux et le chapitre cathédral de Rouen », Artistes, artisans et productions artistiques au Moyen Âge, T.I : Les hommes, Paris, Picard, 1986, p. 183-196.

44 ADSM G95 fol. 35 et 2E1/248, 29 octobre 1513.

45 II était responsable du château.

46 Ph. LARDIN, « Des hommes de terrain : les maîtres des oeuvres du roi en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge » dans Les serviteurs de l’État au Moyen Âge, Actes du XXIXe Congrès de la S.H.M.E.S.P.(Pau, mai 1998), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999. p. 133 179.

47 L. SAVOT, L’rchitecture des bastimens particuliers, Paris, 1635, explique les méthodes de calcul employées à Paris. Pour les cloisons, le coefficient est toujours inférieur à 1, alors qu’il est supérieur à 1 pour les parties moulurées et sculptées. Les marches, colonnes, arcs, piliers, dalles de terrasses, etc. sont toisées séparément, (p. 320-327 et p. 383-400).

48 Sur cette question, voir Ph. CAILLEUX et Ph. LARDIN, « Les mesures dans le bâtiment en Normandie à la fin du Moyen Âge. Positions des problèmes », Histoire et mesure, vol. XVI, no 3/4, 2001, p. 245-260.

49 BN MF 26115 [208].

50 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 26.

51 Ibid.

52 Ph. LARDIN, « Le niveau de vie des ouvriers du bâtiment en Normandie orientale dans la seconde moitié du XVe siècle », Les niveaux de vie au Moyen Âge, (Actes du Colloque de Spa, 21-25 octobre 1998) édités par Jean-Pierre SOSSON, Claude THIRY, Sandrine THONON, Tania VAN HAMELRYCK, Université catholique de Louvain, Academia-Bruylant, 1999, p. 141-173.

53 La réputation de Jean Gauvain s’étendait jusqu’à Rouen. En 1509, en compagnie de Jean le Boucher, maître des oeuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Rouen, il avait été chargé par les chanoines de Rouen de « voir comment on pourrait abattre le portail [de la cathédrale] sans faire dommage aux orgues ». ADSM G 2523, semaine du 5 mars 1508 (v.st.).

54 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 27.

55 Guyon le Roy utilisa aussi les menaces et les avantages potentiels que lui offrait sa position pour obtenir la cession de terrains à Ingouville. Cf. plus bas p. 132-133.

56 St. de MERVAL, op. cit., introduction, note 4, p. 28.

57 “Origines et fondation du port et de la ville du Havre” dans Commémoration du IVe centenaire de la Fondation du Havre. 1517-1917, Le Havre, Société havraise d’Études Diverses, 1917, p. 49.

58 op. cit., introduction, note 7, p. 41.

59 Ph. LARDIN, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale (XIVe-XVIe siècles) : les matériaux et les hommes, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 1998, p. 360. On notera que ce marché était moins intéressant pour les maçons que ceux qui se pratiquaient au même moment à Rouen, puisqu’il n’y avait pas de « vin de marché », c’est-à-dire de paiement complémentaire forfaitaire.

60 En 1383, par exemple, lors du lancement de travaux au château de Vernon, le maître des œuvres de charpenterie Pierre Lefèvre se rendit à Gisors pour « monstrer au vicomte les rabés mis sur la dicte tasche [...] et aussi pour savoir s’il vouldroit plus de rabesseur ». BN MF 26019 [455].

Table des illustrations

Légende La région de Harfleur au début du XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search