Version classiqueVersion mobile

Entre tradition et modernité : Les premières années du Havre (1517-1541)

 | 
Philippe Lardin

Introduction

Texte intégral

  • 1 Ph. MANNEVILLE, “Historiens et histoires du Havre et des Havrais”, Recueil des Publications de la (...)

1L’histoire du Havre est assez bien connue. Les ouvrages consacrés à cette ville sont nombreux et généralement de grande valeur1. Néanmoins, souvent intéressés par d’autres problématiques, leurs auteurs passent assez rapidement sur les premières années de la ville qui présentent pourtant l’intérêt de voir vivre un chantier tout à fait exceptionnel à l’issue duquel est né un port dont l’importance n’allait plus cesser de s’affirmer au cours des décennies et des siècles suivants.

  • 2 Notons toutefois que lorsque les Anglais occupèrent la ville entre le 4 octobre 1562 et le 29 juil (...)
  • 3 La dernière fille de Guyon le Roy avait épousé François Raffin, fils d’Antoine Raffin dit Pothon, (...)
  • 4 St. de MERVAL, Documents relatifs à la fondation du Havre, Rouen, 1875. Ces pièces ont été acquise (...)
  • 5 On peut ainsi comparer le texte publié par St. de MERVAL, op. cit., note précédente p. 7880, au ma (...)
  • 6 M. NORTIER, “Nouveaux documents relatifs à la construction du port du Havre”, Recueil de l’Associa (...)

2La documentation ne fait pourtant pas défaut2. La plus grande partie des sources a été retrouvée, de manière assez fortuite, au château d’Azay-le-Rideau, durant la deuxième moitié du XIXe siècle, parmi les liasses provenant de la succession de Guyon le Roy, vice-amiral de France et premier capitaine du Havre, qui avait dirigé avec une efficacité certaine le chantier de création du port3. Le marquis de Biencourt qui avait découvert ces documents, les fit parvenir à Stéphano de Merval, membre de la Commission des Antiquités de la Seine-Maritime (à l’époque Seine-Inférieure), qui les publia, avec l’aide de Charles de Beaurepaire, en 18754. Ces documents exceptionnels restent néanmoins lacunaires, d’autant plus que ces deux éditeurs n’ont pas jugé bon, quand ils en disposaient, de transcrire les listes de noms qui s’alignent sur les parchemins et se sont contentés d’indiquer le nombre d’ouvriers présents dans chaque catégorie5. De plus, bien des quittances et des procès-verbaux dont l’existence est attestée par ailleurs, ont disparu ou ont été dispersés. C’est pourquoi en 1985, Michel Nortier publia un inventaire des sources négligées jusque là6. Philippe Manneville, quant à lui, poursuivit cette recherche dans les archives et les bibliothèques et découvrit une liste non négligeable de sources ignorées qu’il a eu la gentillesse de me communiquer. Quelques autres pièces, conservées aux archives départementales de Seine-Maritime, à la Bibliothèque nationale de France et aux Archives Nationales m’ont permis de compléter un corpus déjà assez fourni.

  • 7 Notamment tous les travaux d’Alphonse MARTIN cités plus bas (Chap. I, note 1) qui ramènent à leur (...)

3Ces documents permettent incontestablement d’écrire une histoire événementielle de la naissance d’un port et d’une ville neuve, puisqu’ils livrent des dates et des faits précis. C’est souvent de cette manière et généralement avec beaucoup de talent, qu’ils ont été utilisés. Les historiens du XIXe siècle et, plus récemment, Jean Legoy ont ainsi publié des ouvrages souvent vigoureux et riches d’informations qui ont fourni aux lecteurs une trame très fine de la chronologie et, partiellement, des conditions matérielles de la naissance du Havre7. Il peut donc paraître inutile, voire même quelque peu présomptueux, de vouloir apporter des données nouvelles sur cette histoire.

4Il faut pourtant constater qu’une bonne partie de la documentation dont nous disposons est d’ordre comptable. Il s’agit majoritairement de paiements avec leur justification et, éventuellement, avec la quittance prouvant leur réalité. Ces documents présentent évidemment des faiblesses puisqu’ils ne permettent pas de savoir ce qui s’est passé quand aucun paiement n’a eu lieu et leur valeur intrinsèque peut, parfois, être mise en doute puisqu’il n'y a, a priori, aucune raison de penser que les fausses factures sont une invention de notre époque. Néanmoins, ils permettent de décrire, même si c’est incomplètement, un chantier d’une ampleur et d’une nature inhabituelles. Ce sont donc ces aspects qui m’ont paru dignes d’intérêt pour essayer de voir vivre et surtout travailler des hommes, souvent de condition très modeste, que ces sources sortent un peu de l’anonymat. Par-delà la suite chronologique des événements que ces nouveaux documents amènent à modifier assez sensiblement, ce sont surtout les deux grands chantiers du port qui seront étudiés ici : le premier concernant des travaux de terrassement puisqu’il fallut creuser un nouveau passage pour entrer dans le bassin avant de procéder à la mise en place d’une retenue d’eau appelée « barre » destinée à nettoyer le bassin et le chenal, le second concernant la maçonnerie puisque les jetées et les tours censées protéger le nouvel accès au port devaient être construites en même temps. Progressivement pourtant, les documents comptables s’intéressent moins au port et concernent davantage la ville qui s’édifie autour du bassin et c’est cette évolution au cours de la première moitié du XVIe siècle qui sera étudiée ensuite.

  • 8 J. HUIZINGA, L'automne du Moyen Âge, Paris, 1974.

5Par ailleurs, il m’est apparu que toutes ces sources, comme les informations qu’elles fournissent, sont finalement assez proches de celles que j’avais utilisées pour étudier les chantiers du bâtiment des siècles précédents, en particulier ceux des XIVe et XVe siècles, lors d’une période considérée sans doute abusivement comme l’« automne du Moyen Âge8 ». C’est pourquoi, tout au long de cette description, j’ai cherché à mettre en valeur les éventuelles nouveautés techniques ou humaines qui se sont produites dans un milieu où les responsables politiques et professionnels pensaient de manière traditionnelle, tant en ce qui concernait le travail que l’organisation municipale.

6Abréviations : AN : Archives nationales ; BN : Bibliothèque nationale de France ; LAT : Manuscrits latins ; MF : Manuscrits français ; NAF : Nouvelles acquisitions françaises ; PO : Pièces originales ; ADSM : Archives départementales de Seine Maritime ; ADC : Archives départementales du Calvados ; AMR : Archives municipales de Rouen : AMD : Archives municipales de Dieppe ; AMH : Archives municipales du Havre.
N.B. Sauf dans les notes, les citations ont été modernisées.

Notes

1 Ph. MANNEVILLE, “Historiens et histoires du Havre et des Havrais”, Recueil des Publications de la Société havraise d'études diverses. 1979, p. 1-9.

2 Notons toutefois que lorsque les Anglais occupèrent la ville entre le 4 octobre 1562 et le 29 juillet 1563, ils emportèrent les archives municipales. Les efforts du premier historien de la ville, Guillaume de Marceilles, ne permirent pas d’en récupérer la totalité.

3 La dernière fille de Guyon le Roy avait épousé François Raffin, fils d’Antoine Raffin dit Pothon, à qui François 1er, pour le récompenser de son dévouement à Pavie, avait confié le château d’Azay-le-Rideau qu’il venait de confisquer au financier Berthelot, coupable de malversations. C’est pour cette raison que ces documents se trouvaient dans le chartrier d’Azay-le-Rideau. Cl. VINCENT, “À la recherche de Guyon le Roy ou heur et malheur de simples mises au point”, Recueil de l'Association des Amis du Vieux Havre, 1985, N° 42, p. 1538.

4 St. de MERVAL, Documents relatifs à la fondation du Havre, Rouen, 1875. Ces pièces ont été acquises par les archives du Havre par décision du conseil municipal du 12 août 1903. (AMH DD90 et DD91). Avant cette publication, les histoires du Havre étaient très approximatives. Par exemple, Abbé PLEUVRI, Histoire, antiquités et description de la ville et du port du Havre-de-Grâce, 2e édition, Le Havre, 1796, notamment p. 9-11, ou pire, A.P. LEGROS, Description du Havre ou recherches morales et historiques sur les habitants, le port et les principaux établissements de cette ville, Paris, 1825 ; du même, Précis historique sur la ville du Havre depuis François 1erjusqu'à Charles X, Le Havre 1826 ; M. FRISSARD, Notice sur le Vieux Havre, Saint-Germain-en-l’Haye, 1854 ; F. de CONINCK, Histoire du port du Havre, Le Havre, 1837 ; du même, Le Havre, son passé, son présent, son avenir. Le Havre 1869.

5 On peut ainsi comparer le texte publié par St. de MERVAL, op. cit., note précédente p. 7880, au manuscrit conservé à la BN MF 26115 [249].

6 M. NORTIER, “Nouveaux documents relatifs à la construction du port du Havre”, Recueil de l’Association des Amis du Vieux Havre", 1985, No 42, p. 1-14.

7 Notamment tous les travaux d’Alphonse MARTIN cités plus bas (Chap. I, note 1) qui ramènent à leur juste valeur et à leurs limites les travaux de A.-E. BORÉLY, Histoire de la ville du Havre et de son ancien gouvernement. Première partie, T.l, Le Havre 18801881 ; rééd. Bruxelles, 1976 ; É.-C. de BEAUCAMP et N. LE GRIS, Petite histoire du Havre illustrée, Le Havre, 1893 ; T. GARSAULT, Histoire populaire de la ville du Havre, Le Havre, 1893, rééd. Le Havre, 1984 ; J. LEGOY, Le Peuple du Havre et son histoire, T.l, des origines à 1800, Le Havre, 1979 ; Ph. MANNEVILLE, “Le Havre, avant-port de Rouen au XVIe siècle”, Connaître Rouen, IV, 1981 ; A. CORVISIER (Dir.), Histoire du Havre et de l'estuaire de la Seine, Toulouse, 1983 ; J. LEGOY, M. LIOTARD, Ph. MANNEVILLE, H. DULAURIER, É. LEVILLY, Le Havre 1517-1986, Rouen, 1986 ; Ph. MANNEVILLE, “La fondation du port du Havre (1517) et son premier développement”, dans Ph. MASSON et M. VERGÉ-FRANCESCHI, La France et la Mer au siècle des grandes découvertes, Paris, Taillandier, 1993, p. 325 338 ; plus littéraire, mais parfois assez bien documenté, bien que peu synthétique, J. GUILLEMARD, L’Esprit du Havre et ses aspects depuis les origines, Le Havre, 1951. Pour l’iconographie, voir R. LEFAIX, “Répertoire méthodique des gravures, dessins et peintures se rapportant à l’histoire du Havre de Grâce”, Recueil de l'Association des Amis du Vieux Havre, 1937-1938, No 16, p. 1-142.

8 J. HUIZINGA, L'automne du Moyen Âge, Paris, 1974.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search