Version classiqueVersion mobile

Entre tradition et modernité : Les premières années du Havre (1517-1541)

 | 
Philippe Lardin

Préface

Philippe Manneville

Texte intégral

1Parce que l’on possédait, dans les archives municipales, la commission du 5 février 1517 donnée par François 1er à Bonnivet, amiral de France, considérée comme l'acte de fondation du Havre, et depuis la publication par Stéphano de Merval des Documents relatifs à la fondation du Havre (Société de l'Histoire de Normandie, Rouen, 1875), on croyait tout savoir sur les origines de la ville. C'était aller un peu vite en besogne, car de nombreuses questions se sont posées et se posent encore, n'ayant pas toutes trouvé réponses.

2À bien regarder ces documents, on s'aperçoit que François 1er a décidé de créer seulement un port et a confié la réalisation des travaux à Bonnivet, lequel transmit cinq jours plus tard sa commission à du Chillou. C'est ce dernier qui entreprit de fixer des habitants et d'y intéresser le roi, lequel, en 1532, écrira qu'il avait voulu « construire et édifier nostres ville et havre que nous avons nommé la Françoise de Grasse », faisant passer le port après la ville.

3C'est « le lieu de Grasse » qui fut choisi. Où se trouvait ce lieu ? Que signifie ce mot de Grasse ? Quel rapport avec le nom donné à la ville par François 1er ? Jusqu'en 1880, c'est l'explication donnée par l'abbé Pleuvri, en 1765, qui faisait autorité : le nom de Grâce donné à la ville vient d'une chapelle dédiée à Notre-Dame de Grâce et située à proximité du site choisi. C'est Borély, historien positiviste, qui soutint une autre thèse : on écrivait Grasse et ce sont les gens du Parlement de Rouen qui modifièrent l'orthographe en Grâce, et ce mot de grasse signifie estuaire, terres inondées. Ses arguments sont loin d'être probants, d'autant que pour les soutenir, il n'avait pas hésité à falsifier textes et documents. Encore en 1951, Julien Guillemard le suivit, mais la question semble aujourd'hui tranchée définitivement.

4Mais où se situait cette chapelle ? sans doute près du village et port de Leure, sans que l'on puisse l'affirmer. Une autre localisation reste incertaine, c’est celle de l'accès aux criques qu'il s'agissait d'aménager pour les transformer en port. Fautil le voir là où se trouve aujourd'hui le terminal des car-ferries, comme on pourrait le situer en suivant Frissard, ou plus à l'est, vers le Hoc, comme le montre Marcel Hérubel ? La question reste entière et nécessiterait une remise à plat complète en repartant des textes et en faisant appel non seulement aux historiens, mais également aux géologues.

5La question n'est peut-être pas vitale, mais elle se pose et appelle donc une réponse. Bien plus, elle s'insère dans l'économie du projet et de la solution retenue. Les criques qui se trouvaient sur le site étaient utilisées pour abriter les bateaux de pêche et les navires marchands de faible tonnage ; mais elles s’envasaient, et l'on croyait que les alluvions étaient apportées par le fleuve. Le parti adopté consistait donc à « étouper » cet accès donnant sur le fleuve, et à en créer un nouveau donnant directement sur la mer. Si cette solution s'avéra sans effet le courant d'amont en aval (du nord vers le sud) apportant tout autant de limons que le fleuve, elle conditionna cependant les travaux entrepris. Marcel Hérubel, en 1930 (Les origines des ports de la Seine maritime, Académie de Marine, tome X) a bien expliqué, croquis à l'appui, l'état du site et le projet.

6Quant aux travaux eux-mêmes le chantier, ils n'avaient pas été étudiés, les quelques informations données étant reproduites par les érudits locaux et les historiens sans vérification, ni recours aux textes originaux. Il y avait là une lacune, d'autant que depuis la publication des Documents par Stéphano de Merval, de nouveaux documents avaient été retrouvés et signalés (par M. Nortier en particulier). Il était donc temps de reprendre la question. C'est le mérite de Philippe Lardin de l'avoir fait avec son expérience et sa connaissance dont témoignent ses nombreuses publications et particulièrement sa thèse sur « Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Age. Les matériaux et les hommes » (Université de Rouen, 1995).

7Il était véritablement l'homme de la situation : médiéviste capable de recourir aux textes originaux et de redresser des erreurs de lecture, spécialiste des chantiers de construction et de ce fait, pouvant faire des comparaisons, comprendre et expliquer les techniques. C'est ainsi qu'il peut faire ressortir ce qui, au Havre, appartient encore à l'époque médiévale et ce qui annonce la modernité tant dans les techniques que dans la conduite du chantier.

8Sa fine analyse des textes renouvelle l'idée qu'on pouvait s'en faire dans ses différents aspects. En particulier, nous connaissons maintenant, grâce à lui, dans quel ordre et avec quelle chronologie on a procédé pour le creusement et pour les constructions (jetées et tour), comme nous avons une meilleure connaissance des effectifs sur le site, suivant les périodes, de leur composition en catégories de personnel, etc. La question de l'appel aux corvées est plus claire, comme son encadrement. De même ont été étudiés les outillages, les moyens techniques, sans oublier un aspect essentiel, mais souvent omis, le financement et son contrôle, et la place tenue par le pouvoir royal. Aucun aspect n'a été négligé.

9Chemin faisant, Philippe Lardin réhabilite quelque peu Guyon Le Roy, sieur du Chillou, souvent malmené et condamné par idéologie et par anachronisme un peu hâtivement par certains historiens, en montrant que François 1er non seulement ne lui avait pas retiré sa confiance, mais lui avait toujours témoigné sa reconnaissance pour la conduite et la réussite de ce chantier qui lui tenait tant à coeur.

10Cet apport de Philippe Lardin à l'historiographie du Havre, le premier à se pencher avec tant d'attention et de compétence sur ces travaux, témoigne de ce que l'on peut maintenant espérer, sur d'autres points et pour d'autres périodes, pour mieux connaître l'histoire de la ville, grâce aux travaux universitaires qui se multiplient, encouragés par la jeune université du Havre.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search