Version classiqueVersion mobile

La Consolation de la Philosophie de Boèce

 | 
Boèce

Édition du texte et appareil critique

Le Livre de Boèce de Consolacion

Texte intégral

1[f. 1] Cy commance le prologue ou proheme du livre de Boece De consolacion, lequel maistre Jehan de Meun translata de latin en françois, si comme il se contient cy aprez en avant, et le envoya au roy Philippe le Quart.

  • 1 Parmi les traductions énumérées ici comme ayant été faites par Jean de Meun, deux se sont perdues : (...)
  • 2 Ce passage est d'une grande fidélité méthodologique à Boèce, traducteur de L'Introduction Arithméti (...)

2A ta royal majesté, trés noble prince, par la grace de Dieu roy de France. Philippe le Quart, je. Jehan de Meun, qui jadis ou Romant de la Rose, puis que Jalousie ot mis en prison Bel Acueil, enseignay la maniere du chastel prandre et de la rose cuillir, et translatay de latin en françoiz le livre de Vegece De chevalerie, et le livre des Merveilles d’Irlande, et la Vie et les Epistres maistre Pierre Abarrelart [f. 1 v] et Heloÿs sa femme, et le livre Aelied De espirituel amistié, envoye ores Boece De consolacion, que je t'ay translaté de latin en françoiz, jaçoit ce que tu entendes bien latin, maiz toutevoies est moult plus legier a entendre le françoiz que le latin1. Et pour ce que tu me deiz, lequel dit je tieng a commandement, que je preisse plamnement la sentence de l'acteur, sans trop ensuyvre les paroles du latin, je l'ay fait a mon petit povoir, si comme ta debonnaireté le me commenda. Or pry je a tous ceulx qui ce livre verront, se il leur semble en aucuns lieux que je me soye trop eslongnié des paroles de l'acteur, ou que j'aye mis plus de paroles que l'acteur n'en y met, ou aucunes foiz moins, que ilz le me pardonnent. Car, se j'eusse declairié mot a mot le latin par le françoiz, le livre feust trop obscur aux gens laiz. Et les clers, mesmement les lettrez, ne poussent pas legierement entendre le latin par le françoiz2.

  • 3 Aristote, Politique I, 1, 1 : « Toute communauté est constituée en vue d'un certain bien (car tous (...)

3Et si comme dit le philosophe ou premier livre de Politiques, « toutes choses tendent a bien »3 ; et ce n'est pas tant seulement par l'auctorité du philosophe, maiz par raisons et par experimens apparens. Or dy je par raison, comme tout naturel desirer se porte en son semblable, si comme en son sauvement et en sa perfection, [f. 2] et fuye son contraire, si comme son corrumpement et sa destruction, il s'ensuit que, comme toutes les choses qui sont soyent bonnes, que toutes choses desirent ce mesmes qui est bien, si comme leur perfection, et fuye son contraire, si comme chose descordant et nuysable. Et ce veons nous appertement par experiment es choses vivans, et par une semblance trouverons nous ce mesmes en toutes les choses qui sont. Car se une herbe ou ung arbre est plante entre deux terres, dont l'une soit grace et bonne et l'autre soit maigre et mauvaise, nous trouverons qu'ilz mettront toutes leurs racines en la bonne et fuyront tant que ilz pourront la terre mauvaise. Nous veons neiz que les petis arbres naissans dessoubz les grans s'enclinent a la chaleur du soleil si comme a bien, car le soleil est le pere des plantes, et fuyent l'ombre comme chose nuysant. Et es bestes veons nous ce mesmes, que par le bien qu'on leur fait se aprivoisent les sauvaiges bestes, maiz par le mal que l'en leur fait, les bestes privees se assauvaigissent. Du linaige mesmes humain est ce tout appert, car par les benefices entrechangier aime l'un l'autre, et par les maulx et par les tors qu'ilz se entrefont, fuyent ilz les rings les autres, et toutes leurs [f. 2v] amitiez et leurs compaignies en sont despecees.

4Et es autres choses neiz peut on bien ce mesmes sçavoir et veoir, car en toutes est nee une inclinacion que elles se esmeuvent a bien, si comme il appert aux elemens qui par leurs naturelles proprietez se esmeuvent a leurs propres lieux comme a leurs sauvemens, et fuyent estranges lieux comme corruption. Dont il appert que toutes les choses qui sont tendent a bien.

5Maiz, toutevoyes, jaçoit ce qu'il soit ainsi, le lignaige humain se discorde moult en ce des autres choses qui sont, car les autres choses qui sont requierent leur bien determineement et sans erreur et ensuyvent leur bien, maiz les hommes sans determinance, par confusion et sans ordre, se esmeuvent a venir a bien, car divers hommes s'esmeuvent et adrecent leurs euvres a divers lieux, dont l'erreur humain et le deffault de leur perfection est cy tout appert. Dont, entre les autres choses qui sont seul homme a mestier d'usaige pour prestement ouvrer, et de doctrine pour saigement eslire ad ce que il se mainne droittement, sans erreur, en son propre bien.

  • 4 La phrase incomplète met clairement en évidence une lacune de notre manuscrit. Or, si nous nous réf (...)

6Et certainement, la cause de cest erreur et de ceste faulte de perfection vient de ce que le bien d'omme est bien entendible, a la congnoissance duquel homme vient par sens. Et pour ce, [f. 3] [...] appeller celluy heureux a cuy habundent richesses et qui a aucun honneur ou estat ou dignité, ou qui est puissant, c'est a dire qui peult aux autres resister et qui a pluiseurs subgetz dessoubz luy, et qui a grant renommee et grant gloire, ou qui a pluseurs delitz corporelz4.

7Et use l'acteur d'une maniere de parler qu'on dit poetique, c'est à dire faintive, de laquelle les poetes anciens ont accoustumé a user en leurs livres, en disant et faignant que la terre parle et les autres choses qui naturelement sont mues. Et aussi fait l'acteur, car il introduit ainsi comme deux personnes parlans et disputans ensemble, c'est assavoir Philosophie parlant et le malade et douloureux confortant, et icelluy a la foiz responnant et arguant. Et est une maniere de parler qu'on dit dyalogue.

  • 5 Théodoric le Grand, chef des Ostrogoths, pénètre en Italie en 489. Il fut proclamé roi d'Italie en (...)
  • 6 Boèce avait reçu de Théodoric la charge de magister qfficiorum (chef du service administratif) ; ma (...)

8Le tiltre de ce livre est consolacion du chetif et du doulent de la perte des biens temporelz et tounnente de l'appetit et de la couvoitise d'iceulx, car de ses deux choses vient toute la chetiveté de ce monde. La cause pour quoy Boece fit ce livre, si est la consolacion de soy meismcs et aussi des autres chetiz et douloureuz en semblables cas, car comme il fut prins du mauvais et cruel roy Theodoire5 et mis en chartre a Pavie sans cause6, et il fut troublé et douloureux humainnement de la perte de son estat et de sa prosperité, il fist ce livre pour soy conforter et tous autres aussi qui mestier en avroyent.

LIVRE I

[f. 3 v] Je, qui sueil dicter et escripre
Les livres de haulte matire
Et d'estude avoye la fleur,
Faiz or dis de dueil et de pleur.
Les musetes qu'aux premiers ans
Enseignent rimer les enfans,
Que je tins prez en ma junesse,
Me confortent en ma viellesse.
Tant ay je mains de compaignie
En ceste douloureuse vie
Qu'en grant chaitivier suis venu.
Foible, escharné et chenu.
L'en devrait bien prisier la mort
Qui homme qui a son confort
Ne soupprent ne toult sa leesse,
Maiz quant il vient en tel tristesse
Qu'il est ennuyé de sa vie,
Tantost le prent quant il l'en prie.
Maiz a moy fait tout le contraire :
Quant Fortune m'est debonnaire,
Par ung peu qu'elle ne m'estaint,
Maiz ce quant elle m'a empaint
En la douleur ou cheoiz suy,
Vivre me fait a grant ennuy.
[f. 4] Amy, pour quoy me clamiez
Beneuré ? Ne saviez
Que cil n'est pas bien eurez
Qui ne puet estre asseurez ?
N'estoit pas certain mon estat
Quant si bas Fortune m'abat.

9Encoir Boece aprés les vers rymez parle en prose.

10Quant je me dementoye ainsi et ma complainte plainne de pleurs mettoye en escript, il m'estoit avis que une femme estoit sur mon chief.

11Texte en latin

12"Hec dum mecum reputarem..."

13Glose

14Note cy que Philosophie ou Sapience a son siege ou chief de l'omme, car trois choses sont qui font l'omme saige, c'est assavoir engin naturel a bien entendre, qui siet en la premiere partie du chief, que on dit la celle du cervel fantasieuse, et la gist la force apprehensive. Aprés, raison est, c'est a dire discrection ou force indicative, qui siet en la moyenne partie du chief. Et l'autre est memoire dez choses passees, qui siet en la darnieree partie du chief, c'est assavoir ou hasterel.

15Texte

16De trop grant reverence, les yeulx ardans et clervoyans sur tous hommes,...

17Glose

18Note cy : les yeulx de Philosophie sont raison et entendement, maiz d'omme sont sens et ymaginacion.

19Texte

20... la couleur vive et de trop grant vigueur, si estoit elle de si grant [f. 4 v] aaige que nulz homs ne s'i prenoit.

21Glose

  • 7 Passage obscur que l'on trouve dans les autres manuscrits rapportant la traduction glosée du Pseudo (...)

22Non pas fardee ne d'aventure […]7. C'est Philosophie que l'acteur appelle femme, pour trois raisons : l'une que, ainsi que femme est molle, ainsi est Philosophie, qui amolit les durtez et cruaultez des couraiges. L'autre que, ainsi comme la femme norrit les enfans de son lait, ainsi fait Philosophie les josnes escoliers de ses doulces et legieres sentences. Item, ainsi comme la femme se veult demourer et arrester avec les malades plus que les hommes, aussi Philosophie se arreste et demeure voulentiers avec ceulx qui la quierent.

23Texte

24" Statura discrec[i]onis ambigue... "

25Son grant n'estoit pas d'une mesure, car aucunes foiz elle estoit egale aux hommes, autres foiz elle touchoit le ciel de sa teste, et autres foiz se levoit si hault qu'elle passoit le ciel, si que oeil d'omme ne la povoit veoir.

26"Vestes erant tenuissimis filis etc."

27Sa robe estoit de très deliez filz soubtillement tissue et de matiere trop durable, c'est a dire des ars et des sciences qui sont soutiles et déliees, laquelle, si comme elle me dist aprés, elle avoit tissue de ses mains.

  • 8 Glose non signalée dans le texte.

28Les mains de Philosophie sont ceulx que ce qu'ilz scevent escrivent ou ensaignent aux autres8

29Maiz elle estoit ung pou obscure et viellasce par oblience ou negligence, si comme [f. 5] sont visaiges enfumez. En loing dessoubz estoit escript une lettre grejoise telle π – id est P-, qui signiffie la vie pratique ou active, et par dessus une autre telle 0 – id est T-, qui signiffie la vie theorique ou contemplative.

30Glose

  • 9 On attendrait proportions, fréquent dans ce contexte ; Boèce utilise modulamen, « harmonie ».
  • 10 Cf. Boece, Institution Arithmétique, op. cit., I, I, 4, p. 7, présentation du quadrivium : « La mul (...)

31Note que science est divisee en deux parties, c'est assavoir en sapience qui est la vraye congnoissance des choses, et en eloquence qui enseigne a dire et pronuncer les choses sceues en bel aournement de paroles et de sentences. En ces deux choses gist toute science. Eloquence gist en trois parties, c’est assavoir gramaire, dialetique et rethorique. Sapience est divisee en deux pars, savoir en theorique ou contemplative, et en pratique ou active. La pratique est divisee en trois : en yconomique, qui enseigne a gouverner soy et sa mesgnie, et en politique, qui enseigne a gouverner les citez et les choses communes, et en ethique, qui enseigne des meurs. La theorique ou contemplative est divisee en trois parties, c'est assavoir en theologie, mathematique et phisique. La theologie est de la contemplacion des choses non corporelles et de substances espirituelles, comme de Dieu et des anges. La mathematique est des choses qui sont dehors le corps, comme multiplication ou grandeur, et a quatre especes : l'une est arismetique qui est de la multiplicacion du nombre et de sa vertu par soy ; la seconde est musique qui est de la multi [f. 5v]plication relative, c'est a dire des proposicions9 du nombre. La tierce est geometric qui parle de la grandeur immouvable de la terre. La quarte est astrologie qui parle de la grandeur mouvable du ciel.10 La phisique est de la proprieté des corps et de leurs qualitez et vault autant a dire comme naturelle.

  • 11 Mauvaise lecture de la lettre grecque θ.
  • 12 Mauvaise lecture de la lettre grecque π.

32Et ces deux lettres grejoises qui estoyent escriptes en sa robe signiffient ces deux sciences dessus dictes, c'est assavoir.c.11 qui vault en latin t., la theorique, qui est la plus digne, et pour ce estoit elle en la marge d'en hault, et.or.12 qui vault.p. signifie la pratique, qui est moins digne, et pour ce estoit elle en la marge de baz.

33Texte

  • 13 Aucune des gloses de ce passage n'est signalée.
  • 14 Glose non signalée.

34Et y avoit ainsi comme degrez pour monter de celle de dessoubz a celle de dessus, id est des maindres sciences aux plus grans. La robe si estoit a force deroupte. d'une part, d'aucuns qui en avoyent porté telz parties comme ilz povoyent, c'est a entendre de ceulx qui cuident savoir et ne scevent riens. En sa dextre elle portoit livres, et en la senestre ung ceptre : par ce est a entendre l'estude des lettres et le gouvernement des eglises. Quant elle vit les musetes qui estoyent devant mon lit et me dictoyent paroles couvenables a mon pleur, c'est a dire qui vouloyent escripre par vers ses douleurs qu'il avoit en sa conscience comme melancolieux13, elle s'esmeut ung pou et ot les yeulx tous enflambez et traversez. [f. 6] C'est a dire que Philosophie se advisa et se repentit comme courroucee14.

35"Quis inquit etc."

36« Qui, dist elle, a laissié venir a ce malade ses vielles ribaudes, qui ne dounent pas remedes contre douleurs, maiz l'accroissent par leur doulceur envenimee ? »

37Glose

38Note cy que ceste interrogacion, Philosophie fait a Boece non pas par ignorance, car elle savoit bien que ce luy estoit advenu de la douleur de la perte des biens temporelz, maiz pour le blasmer et reprandre de son dueil, et appelle les musetes ribaudes vilz pour ce que, ainsi comme elles alechent l’omme par delit et sans profit qu'il y ait, ainsi font les musettes muser et melencolier ceulx qui y entendent, ne pour ce ne sont ilz pas reconfortez de leurs douleurs, maiz leur en accroissent plus.

39Texte

40« Cestes sont qui aux espines de leurs affections estaingnent le grant fruit de raison et ainsi attainnent les cuers des hommes, ne de mal ne les delivrent mye. »

41Glose

42Note cy que les espines des affections humainnes sont quatre, c'est assavoir : joye du bien present temporel, ire du present mal, esperance du bien avenir, et paour du mal avenir.

43Texte

  • 15 Forme étonnante de conditionnel pour avoir.

44« Si voz losenges me fortraioyent aucun homme vil comme homme chetif sans valeur, je n'en avoroye15 mie si grant moleste. Maiz vous me fortrayez cestuy qui a esté norry de si parfondes sciences. »

45Glose

46Note cy : l'erreur du fol n'est pas si a plaindre ne a douloir comme celluy du saige, car il est sans exemple aux autres, mais l'erreur du saige corrumpt les autres.

47Texte

48« Alez vous en, serainnes, qui estes toutes doulces jusqu'au [f. 6 v] partir, et le me laissiez guerir a mon sens. »

49L'acteur

50Serainnes sont monstres de mer qui deçoivent les mariniers par leur chant.

51Boece

  • 16 En chassant les muses, Philosophie renouvelle le geste de Platon, chassant les poètes de la cité id (...)

52Quant celle compaignie fut si repnse, si ot honte et s'enclina vers terre, toute rouge par vergoigne, et yssit de l'uys iree16.

53L'acteur

  • 17 Amis = enmi (voir Glossaire).

54Note cy que, quant l’homme se repent de son pechié en sa conscience, le sang, qui est amis17 de nature, s'en va par dehors a laface et rougist de honte, et quant il se doubte d'aucune chose, le sang s'en fuit au cuer, et ainsi l’omme demeure pale.

55Boèce

  • 18 Le copiste avait d'abord écrit ne me povoye, puis a barré me.

56Et je, qui avoye les yeulx tous troublez de lermes qui decouroyent, si que je ne povoye18 congnoistre qui estoit ceste dame d'auctorité si grant, me enclinay, les yeulx vers terre, moult esbahy, et attendoye sans mot dire qu'elle ferait aprés.

57L'acteur

58Note cy que celluy a qui raison et entendement/aillent ne puet congnoistre bien ne science.

59Boece

60"Turn illa propius etc."

61Texte

62Adonc elle s'approucha et se assit sus l'esponde de mon lit et regarda ma face qui estoit abosmee de plourer et enclinee vers terre. Si commença une complainte rymee de la perturbacion de nostre cuer en ceste guise.

63L'acteur

64Note cy que quatre choses font approcher science a Tomme.

65La premiere : oster de son cuer les choses non profitables. La seconde : quant il luy plaist bien. La tierce : quant il quiert de qui il puisse apprendre. Et la quarte : excercitacion assiduel.

66En ces vers se complaint Philosophie de com[f. 7]mune perturbacion des hommes, puis descent par especial sur Boece.

" Heu quam precepti etc. "
« He ! Raison d'omme et lumière,
Com tu dechiez en grant maniere
Et deviens en trouble et obscure.

Trestout maintenant que la cure
Te vient des choses terriennes

La cure est double : en trop tenir et trop couvoitier

Qui sont si faulses et si vainnes !

Cil qui seult ou ciel habiter.
Soleil et lune visiter,
Les estoilles et les pianettes

(Or s'adresce a Boece) c'est a dire congnoistre les ars et les sciences mathematiques

Leurs cercles, leurs cours et leurs mettes,
Par giet, par nombres esprouvoit,
Et causes et raisons trouvoit
Par quoy les vens meuvent les undes,
Et pour quoy se tourne le mondes,
Qui le souleil qui couche au vespre
Vient au matin d'autre part naistre.

Qu'en printemps sont les pnmevoires

les fleurs

Et en entomp raisins et poires,
Tout savoit ensaignier et dire.

Or est revenu en l'empire

c'est assavoir Boece

Qu'il ne sect plus le ciel rcquerre.

Ains est encliné vers la terre. »

pour la cure des choses temporelles

67[f. 7 v] Encoires Philosophie en prose

68"Sed in quid medicine etc."

69« Mais complainte n'y a mestier, ains couvient entendre a luy guerir. »

70Boece

71Adonc elle me regarda de toute s'entente et dist :

72Philosophie

  • 19 Glose non signalée.

73« N'ez tu pas cil qui as esté nourry de nostre lait et peu de noz viandes tant que tu avoyes passé toute enfance ? Ceste demande n'est mie pour cause d'ignorance maiz pour cause de increpation19. Nous te avions donnees telles armes que, se tu ne les eusses gettees de toy, tu feusses si fort et si ferme et si estable que nul ne te peust vaincre. »

74L'acteur

75La norriture du lait de Philosophie est l'estude des lettres et des mendres sciences aux enfans et aux jeunes. Et la pasture des viandes est de meurs et de vertus aux grans et aux percreuz. Les armes de Philosophie sont ses sentences qui deffendent l'omme de toute adversité terrienne. Et cil les laisse ou jecte arriere de soy qui les oublie ou despit, ou qui les retient par memoire maiz il y contredit par euvre.

76Philosophie

77« Me congnois tu ? Pour quoy ne parle[s] tu ? Te taiz tu pour honte ou pour ce que tu es esbaÿ ? »

78L'acteur

79Note cy que trois causes sont pour quoy l'en se taist. L'une est honte ou vergoigne, nee d'aucun cas d'aventure, qui ne ost pas le memoire maiz elle empesche la langue. L'autre est esbaÿssement, qui oste te et memoire et raison et empesche la langue. L'autre est impossibilité, que les instrumens [f. 8] naturelz sont empeschez et que omme est muet.

80Philosophie

81« Je vouldroye bien que feust pour honte, maiz je voy bien que esbaÿssement t'a sourpris. »

82Boece

83Quant elle vit que je me taisoye et que j'estoye tout comuez, elle mist sa main souef sur mon pis et dist :

84Philosophie

85« Il n'y a pas peril : il a le mal de litargie, il a la commune maladie des cuers deceuz. Il est ung pou obliez. Legierement se recordera, mais qu'il nous congnoisse. Et pour ce faire, nous ly torcherons les yeulx qui luy sont obscurciz de la nue des choses mortelles. »

86Boece

  • 20 Glose non signalée.

87Ce dit, et mes yeulx decourans de pleurs elle torche d'une des parties de sa robe, c'est a entendre des ars20. Adonc me revint ma veue. La veue est raison.

Si com le mol vent muet la nue
Et l'espant par tout et engraisse
Si qu'il semble que la nuyt croisse,
C'on ne voit ne soleil ne lune,
Ne des estoilles n'appert une,
Se la bise yst de sa taniere,
Toute la nue chasse arriere,
Et le souleil soudainnement
Gette ses rays moult clerement,
Si que les yeulx sont esbloïz
Qui avant erent esbaïz.

88[f. 8 v] "Hand aliter etc."

89Tout en autel guise se departit la nue de tristesse et veiz le ciel, et prins cuer de congnoistre la chiere Dame phisicienne Et quant je la regarday bien, a certes je congneus ma norrice Philosophie, en la cuy maison je avoye repairié en mon enfance.

90« Hé ! feiz je, maistresse de toute vertu, a quoy es tu venue en ce lieu de nostre essil de lassus hault ? Est ce pour estre blasmee avec moy de faulx blasmes ? »

91L'acteur

  • 21 L'incohérence de cette phrase n'est pas propre à notre copiste et se retrouve dans d'autres (tous l (...)

92Note cy que Boece avoit esté a tort blasmé et accusé de faulses lettres et de estre nigromancien, et que pour ce avoit il esté fait ung des consules de Romme21.

93Philosophie

94"An inquit te etc."

95« Mon chier norry, dist elle, te laveroie je ne ne t'ayderoye a soustenir le faiz que tu seuffres pour l'envie de mon nom, si que je n'aye part a ton travail ? Certes, il n'est pas raison que Philosophie laissast de compaignier la voye de l'innocent. Avroye je donc paour d'estre blasmee, et redoubteroy je aussi comme se chose nouvelle estoit avenue ? »

96L'acteur

97Note cy que ce n'est pas nouvelle chose que les bons et les saiges sont haÿs et crains des mauvaix.

98Philosophie

99« Cuide[s] tu ores que les mauvais ayent attaÿne a Sapience ? Ne te souvient il que en l'ancien temps, avant que nostre Platon feust, nous estrivasmes souvant contre l'erreur de folie ? Et, en son temps, son maistre Socrates receut la mort a tort en ma presence, du[f. 9]quel l'eritaige ly Epicu(i)re et ly Stoïcien cuiderent avoir a force et me commencerent a tirer. »

100Glose

  • 22 Anytos : l'un des adversaires de Socrate.

101Note cy que, ou temps de Platon le philosophe, son maistre Socrates, philosophe qui enseignoit a non jurer par les dieux, disant qu'il n'estoit que ung seul Dieu et que lez ydoles n'estoyent que pierres, et pour ce fut il prins et contrainct a boire venim et morir soubz Anid22, le duc d'Athenes, selon ce que dit saint Augustin. L'eritaige de Socrates vueil dire sa secte ou son oppinion.

102Philosophie

103« Et me commencerent a tirer maulgré moy, et contre mon contredit me rompirent la robe que je avoye tissue de mes mains, et emporterent aucunes parties et me cuiderent toute avoir. »

104Glose

105Car, Socrates mort, ses disciples, dont les ungs estoyent dis Epycurien et les autres Stoÿcien, firent en grant discencion de savoir en quay est le souverain bien, car ly Epicurien tenoient que le delit charnel estait le souverain bien, pour ce qu'ilz n'avoyent cure de l'ame mais seulement du corps et vivoyent ainsi comme chiens, et les Stoÿciens tenoyent que c'estoit Philosophie, que ilz appelloyent pensees de meurs, et ne leur chaloit du corps et vivoyent chetivement et de pou. Et les autres appelloyent Philosophie vraye congnoissance des divines et des humaimes choses et estoyent appeliez paripateticien. Tous ceulx se efforçoient d'encercher diverses sectes et oppinions, non pas pour verité et amour de Philosophie, maiz pour deffendre [f. 9 v] et soustenir leurs erreurs. Et pour ce dist elle Philosophie qu'ilz rompirent la robe qu'elle avoit tissue de ses mains, c'est a dire les sentences etc.

106Encoire Philosophie parle :

  • 23 Le copiste a corrigé en suscrivant la syllabe za qu'il avait oubliée.
    Anaxagore : philosophe du Ve s (...)
  • 24 Zénon d'Élée, philosophe du Ve siècle avant J.-C., disciple de Parménide.
  • 25 Julius Canius ou Canus, contemporain de Sénèque, philosophe réputé ; condamné à mort par Caligula, (...)
  • 26 Sénèque « le Jeune » ou « le Philosophe », choisi en 49 ap. J.-C. pour être le précepteur du jeune (...)
  • 27 Barea Soranus, stoïcien contemporain de Sénèque, mis à mort par Néron (voir Tacite, Annales, livre (...)
  • 28 Glose non signalée.

107« Et de ce avint, quar ilz avoyent aucun pou de nostre habit, la fole gent cuidcrent qu'ilz feussent de nostre maisgnie, si en meirent a mort une grant partie : c'est a dire que l'en cuidoit qu'ilz feussent saiges philosophes combien qu'ilz ne le feussent mie. Car s'il ne te souvient de la fuytte de Anazagoras23 et du venin Socrates, ne des tourmens de Zenon24, car se sont choses estranges, de Cardon25, de Seneque26 et de Sothoin27, qui est chose nouvelle et moult publique, tu puez bien savoir, lesquelx nulle autre cause n'a mis a destruction, fors pour ce qu'ilz estoyent embeuz de nos meurs et estoyent dissemblables aux mauvaiz. Ceste vie est appellee mer pour les commocions et les amertumes qui y sont. Pour ce, ne te emerveille de riens se tu vois que en la mer de ceste vie, tempeste nous assault, qui avons intencion de desplaire par especial aux mauvaiz, car vertu ayme soy mesme et en a despit son contraire. Et se les mauvaix sont grant compaignie, on la doit dcsprisier, car ilz n'ont point de conduict maiz sont esgarcz et vont sans toute ordre, tout ainsi comme en ung ost de batailleurs. Car combien qu'il soit grant et de grant nombre, se il n'a bon gouverneur, il est tantost desconfit. Et il avient qu'ilz assemblent leur chevauchee contre nous et sont |f. 10] plus fors. Nostrc gonfanonmere, c'est a dire Raison28, retrait sa gent sus en son donjon, c'est a savoir en contemplacion des choses celestielles et l'esperance des biens advenir, par lesquelles deux choses les saiges surmontent toute adversité. Et se ilz s'entendent a prandre la prove terrienne, qui pou vault, et nous les escharnissons d'en hault de ce qu'ilz prennent ces vilz choses et sommes asseur de leur bruit, car nous sommes enceins de telz murs que leur forcenerie n'y puet atouchier. »

108Encoir parle Philosophie et note bien.

109"Quisquis composito etc."

110« Qui pourrait l'orgueil d'aventure... »

  • 29 Référence aux trois Parques Klotho la fileuse, Lachésis qui tire le fil et Atropos qui le coupe.

111C'est a dire de Fortune qui fait les folz enorguillir. et sont trois aventures ou destinees par lesquelles les temporelles choses sont disposees, et ont trois noms. Le premier est Clotho qui pourte la coloigne et qui fait les choses venir de neant a estre. Le second est Lathesis, qui veult fort, qui file et trait et demainne la vie de l’omme. Le tiers est Antropos qui coppe le fil, c'est la mort qui fait la vie fenir29. Et pour ce donques,

« ... Qui pourrait l'orgueil d'aventure
Mettre soubz les piedz et la cure
De penser droitture tenist,

Si que, pour rien qu'il avenist,
Feust bien feust mal, ne se mouvrait,
A si grande seurté vivrait
Que il ne doubteroit tempeste,

Cy demonstre Philosophie comment l'en puet vivre seurement.

Fouldre ardant n'autre moleste
D'eaue ou de feu ou de contraire
Que Fortune luy peust faire.

c'est a dire le mauvaiz seigneur ou prince terrien de puissance desordonnee

[f. 10 v] Foies gens, ne doubtez menace
Que le mauvaiz tirant vous face
Qui n'a povoir de vous grever,
Maiz que vous vueilliez eschiever
Paourde corps, faulse esperance.
Cil qui couvoite en doubtance
De chose ou il n'a povoir,

Lyez est ci l'estuet cheoir. »

Il est lié de paour, diversité et desir de prosperité.

112Encoir parle Philosophie.

113"Sentis ne hec etc."

  • 30 D'après un proverbe grec exprimant l'incompétence par la comparaison avec « l'âne devant la lyre ».

114« Sens tu ce que je dy ? Entre il point en ton cuer ? Oiz tu comme l'asne la harpe30 ? Pour quoy larmoyes tu ? Dy, n'en cele rien ! Qui veult la ganson du mire, il luy couvient son mal dire. »

  • 31 Le proverbe figure bien en grec (quelques mots seulement) dans le texte latin à côté, mais non dans (...)

115Note le proverbe en grejois31.

116Boece

117Adonc, je prins cuer et deiz : « Me couvient il plus riens manifester ? Ne voit bien chascun appertement comment Fortune asprement a forsené contre moy ? »

118C'y endroit commence Boece a descouvrir son plaint et la cause de sa douleur, et en sa maniere de parler dit aucunes choses contre raison comme chetif et doutent pour monstrer qu'il a grant besoing de consolacion, et aucunes choses dit il par raison ad ce qu'il se monstre estre tel que encoire puisse recevoir confort et garison.

  • 32 Glose non signalée.
  • 33 Glose non signalée.
  • 34 Le texte a te pour de.
  • 35 Platon, République, Livre VI, 473 d : « Tant que les philosophes ne seront pas rois dans les cités, (...)

119« Ne te chault il du lieu d'essil ou je suis ? Est ce ma chayere que tu avoyes esleue en nostre maison pour certain siege en laquelle tu te seoyes avec moy souvant pour moy deviser les choses qui appartenoyent a Dieu et aux hommes, c'est assavoir theologie et moralité32 ? Avoye je tel habit [f. 11] et telle chayere quant je cerchoie les secrez de Nature, c'est a dire estoye je si povre et si maigre et si las33, quant tu me descouvroyes les voyes des estoiles a une broiche, et quant tu fourmoyes noz meurs a la raison de nostre vie a l'exemple de l'ordre du ciel, qui vault autant a dire que une estoile ne usurpe point a soy le cercle de l'autre et ne luy nuyst ne empesche de rien, et quant les premieres nees cheent, les autres naissent ? Aussi les hommes ne devraient pas usurper a l'ung l'autre ses biens et possessions, et quant le pere muert, le filz le succede. Sont ce les guerredons que nous devons avoir te34 toy servir ? Certes, tu avoyes conformé ceste sentence par la bouche de Platon le philosophe que bien eurez estait le bien commun se les saiges preudommes le gouvernoyent ou les gouverneurs d'iceulx s'estudiassent a bien et saigement ouvrer35. Tu as amonnesté par la bouche de luy mesmes que les saiges preudommes ont cause necessaire de prendre le gouvernement du bien commun pour ce qu'il ne viengne en la main des mauvaiz et que ilz ne feissent honte et dommaige a bonne gent. Et pour suyvre ceste auctorité, j'ay voulu employer au proffit commun ce que j'avoye aprins de toy priveement, c'est assavoir par estude. Tu et Dieu qui fa mis es cuers des saiges, me estes tesmoings que nulle autre cause ne m'esmeut a prendre le nom de maistre, fors le commun proffit de tous. Pour ce, ay je [f. 11v] eu, contre les mauvaiz, griefz discordes sans toutes pair, et pour la franchise de ma conscience tenir je n'ay fait force du courroux des grans seigneurs et puissans. »

120"Quociens ego Conigastum etc."

  • 36 Conigastus ou Cunigastus : homme puissant de l'entourage de Théodoric. Dans le recueil de lettres p (...)

121« Quantes foiz ay je esté contraire a Conigaste36 ! »

  • 37 Glose non signalée.

122Cil Conigaste estoit ung des menistres de la court du roy Theodoire, qui ne se ousoit prandre aux fors et puissans, maiz aux foibles et pouvres il nuysoit tant qu'il povoit37.

  • 38 Triguilla : préfet du palais de Théodoric.

123« Quantes foiz ay je chastié Tringuille38, le prevost du roy, des tors qu'il en prenoit et a pou les achevissoit ! »

  • 39 Glose non signalée.

124Cil Tringuille estoit prevost du roy, a qui Boece fasoit souvant amender les griefz et les tors qu'ilfaisoit aux subgectz39.

  • 40 Glose non signalée.

125« Quantes foiz ay je deffendu les chetifz que les barbanns, c'est a dire les Goths40, par leur avarice que nulz ne punist, pressoycnt a tort tant souvant ! »

  • 41 Glose non signalée.

126Ces Barbarins estoyent les Goths familliers du roy, qui par leur convoitise grevoyent moult le peuple et n'en estoit de rien pugny. Maiz Boece, en grant peril de son estat et de son corps, les impugnoit41.

127Boece

128« Et pour ce ay je mis souvant mon auctorité en peril. Nul ne me pot onques destourner du droit, a tort faire. Les biens des provinciaulx que je veoye rapiné, ores en privé, ores en appert, je en avoye aussi grant dueil que eulx meismes qui les perdoyent. »

129L’acteur

130Les provinciaulx estoyent les regions conquises et subgettes aux Rommains et tributeurs, que les Goths roboyent et [f. 12] pilloyent trop souvant.

131Boece

  • 42 Glose non signalée. Comme l'indique G. M. Cropp, ce commentaire est très intéressant pour dater la (...)

132« Quant la grant famine fut, que l'en vouloit aggraver la vente du blé a la grant destruccion du peuple, je emprins le plait pour le commun bien, c'est a dire que l'en vouloit faire courre la gabelle du blé comme l'en fait maintenant la gabelle du sel42. Et icelluy plait estoit contre le prevost du palais. Et entendy a la scene du roy Theodoire et oy la sentence pour le peuple contre le roy, que ce gnef ne ce feist. »

133L'acteur

134Note cy qu'il est assez de Theodoires et de Goths maintenant, maiz de Boeces non. Cy demonstre Boece comment il aydoit aux bons et les secouroit et comment ung preudomme, appellé Paulin, des consuls de Romme, que les ministres envieux et mordans comme chiens avoyent acuelly a devorer et a pillier, que Boece defendi et sauva.

135« Les richesses de Paulin, le consul de Romme, que les chiens du palais devouroyent ja par couvoitise et par esperance de les avoir, je leur(s) trays a force de la bouche. Pour ce que Albin, qui estoit ung autre consuls de Romme, que Cyprien, ung des menistres de la court, avoit faulsement accusé et condempné sans le ouïr en ses deffenses, ne feust pugny a tort pour la faulse entencion que on avoit jugié contre luy. je me meiz en la hayne de Cyprien qui l'avoit accusé. Ay je bien pourchassié d'estors contre moy ? Certes, je deusse estre plus asseur sans comparison [f. 12 v] envers les autres, qui n'ay rien gardé a moy, pour l'amour de droiture, de la grace des curieux pour estre plus asseur. Et scez tu qui sont ceulx qui nous ont accusé ? Certes, ce furent vilz personnes et infames.

136"Ouibus autem etc."

  • 43 Opilio et Gaudentius dans le texte de Boèce.

137Ce fut Basile qui fut chassié du service le roy par corrupcion, car on luy quicta tout pour moy accuser, et a esté contraint a ce pour la necessité du debte d'autruy avoir. Opnlions aussi et Gandens43 m'accuserent, lesquelz pour les baras ou pour les maulx qu'ilz avoyent fais sans nombre furent condempnez d'aler en exil. Et pour ce qu'ilz ne vouloyent obeÿr a la sentence le roy, ilz se mistrent en la franchise de l'Eglise a Ravenne la cité. Et quant le roy le sot. il fit crier le ban que, se ilz ne s'en aloyent hors de la cité de Ravenne dedeans ung terme qu'il leur assigna, que on les signast ou front et puis les meist l'en hors de la cité. Que puet l'en dire de ceste cmaulté ? C'est grande admiracion quant en celluy jour meismes leur accusacion fut receue contre moy. Que puet ce estre ? Ont ce deservy noz ars ou noz estudes, ou la dampnacion ou la vilté ou l'infamie des accuseurs dessudiz les a faiz justes ? »

138Boece parle comme homme troublé :

139« Fortune n'a elle honte ? Et se elle ne l'a de l'accusacion de mon innocence, au moins le doit elle avoir pour la vilté des accuseurs ! »

140Maintenant raconte Boece la verité de son fait.

141[f. 13] "At cuius criminis arguimur etc."

142« Veulx tu savoir en somme quel blasme l'en me met sus ? L'en dit que j'ay voulu sauver les senateurs de mort. Et veulx tu savoir la maniere ? L'en me met sus que j'ay voulu empescher le messaige qui portoit les lettres qui contenoyent que les senateurs avoyent fait cryme contre la royal majesté. »

143Note cy que crime contre la royal majesté est machiner mal contre son prince et son seigneur.

144« Or donques. Maistresse, que te semble ? Nyeray je ce blasme pour ce que tu n'aye[s] honte de nous ? Je confesse l'ung et nye l'autre. Certes, je confesse que les senateurs vueil estre saufz, maiz le messaige ne empeschay je pas. Diray je donc que felonnie et pechié soit de vouloir le salut de celuy ordre si digne des senateurs ? Maiz, certes, endroit d'eulx, avoyent ilz tant meffait vers moy par leurs faulx jugemens, quasi diceret non. qu'il semble que je feisse mal de leur bien vouloir ! Maiz la mensonge de folie ne puet changier la verité des choses, ne il ne loist pas, selon le decret et sentence de Socrates, verité nyer ou confesser mensonge Neantmoins. je mez tout en ton jugement et des saiges aussi, comment que la chose soit, laquelle j'ay tout mis par ordre et veritablement en escript. pour ce que ceulx qui venront aprés la puissent savoir et avoir en remembrance. Maiz des lettres par le roy faulsement faictes. qu'on dit que j'avoye envoyees aux Grecs [f. 13 v] pourchassier la franchise de Romme, ne couvient pas parler : il n'est mie a croire.

145"Nam de compositis falso litteris etc."

  • 44 Voir supra, note 25.
  • 45 Caligula, fils de Germanicus, empereur de 37 à 41 ap. J.-C.
  • 46 Notre manuscrit a ses pour tes. Nous proposons cette lecture d'après le texte de Boèce et la traduc (...)

146Car on eust bien sceu le barat se l'en nous eust fait coppie de la confession des accuseurs, qu'on ne fist mie. Et le roy meismes, Theodoire, les avoit faictes faulsement, car de tout ce je ne sçavoye rien, et ce donne moult de force en toutes besoingnes ouir les parties l'une devant l'autre. Et quant l'en ne le me fait, quelle autre franchise puis je esperer ? Certes nulle, car jamaix ne l'eusse fait. Je vouldroye bien qu'il peust avoir esté que aucunes foiz j'eusse respondu ainsi comme fist Camius44, ung preudomme cui, comme Gaius45, filz Germain, qui l'accusa[s]t et deist qu'il avoit esté advisez et consentant de la conjuracion que on avoit faitte contre luy, il dit a Gayus : « Se je l'eusse fait, tu ne le sceusse[s] mie, tant l'eusse fait cautement ». Pour quoy, combien que l'on me ait ainsi fait pleur, ne a pas encoir si esbahy mon sens que je me plaingne ou doye plaindre, se les mauvaix s'efforcent contre vertu, maiz qu'ilz puissent accomplir ce qu'ilz entreprennent, de ce me merveille je comment Dieu le seuffre. Car vouloir mauvaistié vient de nostre deffault de nature, maiz povoir contre innocence, contre laquelle chascun desloyal emprent au sceu de Dieu qui tout voit, semble estre monstre et grant merveille, car il seurmonte l'usaige et la maniere de [f. 14] Nature. Et pour ce, n'ot pas tort ung de ses46 familliers qui demenda : « Se Dieu est, dont vient mal ? Et se Dieu non est, dont vient bien ? »

147Boece

  • 47 Glose non signalée.

148La premiere consequence selon le saige n'est pas vraye, maiz l'autre l'est47.

149Texte

  • 48 Erreur vraisemblable pour contre.
  • 49 Erreur vraisemblable çom grant.

150Mais soit posé que les mauvaix, qui couvoittent le sang et la mort des preudommes et especialment du Senat, voulcissent nostre perdicion pour ce qu'ilz veoyent que nous deffendions contre eulx les bons, mesmement avions nous deservy vers les anciens peres et senateurs qu'ilz mesmes la pourchassent comme48 nous ? Quasi diceret non. Je croy qu'il te membre que tu me dittoyes tousjours quanques je devoye dire ou faire. Et ne te souvient il que, comme le roy Theodoire ot grant dcsir et voult encoulper tout le Senat du crisme contre la royal majesté, de quoy on avoit accusé Albin quant il estoit a Veronne la cité, a quant49 peril de mon estat seurement je m'y opposay et deffendi leur innocence ? Tu sccz que je di voir et ne le dis pas pour moy vanter, car cil a petit le merite de sa secree conscience qui quiert le guierdon d'estre loué par dehors. Maiz je le dy pour ce que l'en voye a quelle fin je suis venu de ma innocence, car la ou nous deussions avoir guerdon de vraye vertu, nous soustenons la painne de malefice qu'on nous met sus faulcement. »

151[f. 14 v] " Et cuius unquam facinoris etc. "

152Cy demonstre Boece la durté de ses juges.

  • 50 Glose non signalée. Le proverbe est répertorié dans le recueil de Joseph Morawski, Proverbes frança (...)
  • 51 Glose non signalée.

153« Et qui vit onques que malefice appertement confessé eust ainsi tous les juges ensemble d'ung accort en la pugnicion, que aucuns ne feussent aucun pou attroupez, ou pour ce que engin d'omme puet errer, car nul ne scet qui a l'ueil luy pent50, ou par Fortune de qui on ne scet ou elle pourrait tourner ? Car, se l'en deist que nous voulcissions ardoir les eglises ou occire les presbtres ou destraire la bonne gent, au moins en ma presence ou moy confessé ou convaincu deust la sentence estre donnee, maiz ce a esté fait sans moy appeller ne ouïr. Or vois tu que nous sommes loing de mon pays cinq cens miles, envoyez en essil sans nulle deffense pour la diligence que nous avions mis au Senat délivrer, et voiz que nous sommes jugiez a exil et a mort sans cause. O com est grant le merite de noz ennemis ! Ainsi comme s'il voulcist dire : ilz l'ont mieulx desservi que luy51. Dont nulz ne puet estre accusé d'autel blasme, laquelle bonté ou dignité du Senat cilz meismes qui m'accusent ont veu, mais pour y mettre aucun semblant de mauvaistié, ilz ont trouve ceste mensonge, c'est assavoir que nous avons usé de l'art de nigromance pour couvoitise d'avoir honneur. Et certes, o Philosophie, tu qui estoyes aveques [f. 15] nous, chassoyes de nostre cuer toutes convoitises des choses mortelz, et a ta veue et a ton sceu n'estoit pas lieu de faire ce sacrilege comme d'aourer les deables. Car tu recordoyes souvant en noz oreilles et en nos pensees le dit de Pitagoras le philosophe... »

154"Instillabas etc."

155Et preuve Boece son innocence.

  • 52 La maxime pythagoricienne donnée par Boèce est en fait : « Laisse-toi guider par Dieu ». La transpo (...)

156« ... c'est assavoir "a ung Dieu et non a pluiseurs dieux doit on servir"52 Ne il ne me couvenoit pas pourchassier l'ayde des vilz esperis par nigromance quant tu m'avoye[s] mis en si grande excellence ou auctorité que tu me fasoye[s] semblant ou semblable par purté de couraige a Dieu. Et aprés ce, me acompaigne innocence, car je n'avoye nul y dole en ma chambre ne en mon estude. Et l'onnesteté de noz amis et le pere ma femme, Cymacus, qui est un saint homme et de grant voulenté en ses faiz, nous deffendent et gardent de toute telle souspeçon. O com grant felonnie de noz ennemis ! Certes, ilz ont sur moy telle oppinion pour cause de toy, car pour ce que nous sommes embeu de ta doctrine et informez de tes meurs, ilz cuident que nous soyons joincts a tel malefice comme a user de l'art de nigromance. Et encoires ne leur souffist il pas que ta reverence ne m'ait mie tant seulement rien valu se il ne couvient que tu soyes encoires blecee de ton bon gré ou grant tort que l'on nous a fait.

157[f. 15 v] "At vero hic etc."

  • 53 Glose non signalée.
  • 54 Froit, variante de frait ( = « rompu », « brisé »). Le dictionnaire Godefroy cite d'ailleurs pour c (...)

158Et encoires est ce qui fait le comble de noz maulx que le premier jugement de pluiseurs et qui plus nous griefve ne se prent pas au merite des biens faiz. mais a l'euvre ou a l'aventure de Fortune, et cuide que ce soit bon tant seulement dont vient bien corporel, c'est a dire que ce soit bon tant seulement ou bien fait que les riches hommes font ou louent, et que a painnes croit on que povre homme ou malheureux soit preudons53. Et de ce vient ceste oppinion que la premiere chose qui laisse les maleureux, c'est le bon nom et bonne oppinion. Ha ! Dieu, quelles sont ores les nouvelles du peuple contre moy ! Hé ! las, com dessemblables sentences et diverses ilz dyent contre moy ! Certes, il me fait mal au recorder. Si me semble aussi que c'est le derrain mal que fait adversité, que, quant les malheureux ont a souffrir, l'en cuide qu'ilz l'ayent desservy. Et je, las ! qui suis chassié de tous mes biens et despouillié de mes dignitez et desherité par male renommee, ay de bien fait col froit54, peine et tourment.

159"Videre autem michi videor etc."

160Et me semble que je voy les ouvroirs ou les felons forgent les malefices et parfaitte douleur contre moy, plains de joye et de leesce, et cilz qui s'estudient a toute perdicion estre esmeuz a toute maniere de faulses accusacions, et les bons estre embas et a terre pour la paour qu'ilz ont de nostre peril.

  • 55 Glose non signalée.

161Note cy la double douleur [f. 16] de Boece, en ce qu'il voit les bons et les saiges estre embas et atterrez, c'est a dire qui souloyent soustenir et defendre les autres. Or n'ousent maintenant pour la doubte et l'exemple du peril et du griefque l'en luy a fait pour bien faire. Et aussi il voit que les mauvais ont couleur et aventaige de oser entreprandre et commencer a mal faire et a nuyre aux bons, par l'exemple des ennemis etfailx accuseurs qui ne sont de riens pugnis de leurs meffaiz, maiz en sur que tout en grant salaire et louyer, par quoy ilz s'efforcent plus de assouvir et mettre a fin leur mauvais propos55.

162« Et ainsin chascun malfacteur prennent hardiesce de mal faire pour ce qu'ilz ne sont pugnis. ainçois attendent grans louyers, et voy ceulx qui n'ont nulle coulpe faillir a toute seurté et a toute deffense ; pour ce. me couvient recourir a Dieu. »

163" O stelliferi etc. "

164En ces vers rimez se complaint Boece a Nostre Sire comme il ordonne toute chose bien et saigement, si comme il demonstre de chascune particulierement, comment ce est qu'il n'a plus grant cure des hommes a ce qu'ilz gouvernassent mieulx et plus saintement qu'ilz ne font, pour quoy il sueffre les bons estre foulés et les mauvais estre honnorez et exauciez.

[f. 16 v] « Tu, qui as les estoilles mises ou firmament.
Et te siez en ton trosne sans nul esmouvement,
Et faiz tourner le ciel tost et isnelement.
Les estoilles gouverne a ton commandement.
Or est plainne la lune, or en defaillement,
Et Lucifer l'estoille alume clerement,
Or la fin de l'Avent, or le commancement.
Or sont les jours en croiz, or en decroissement.
Le temps de l'an devise mout ordonneement,
En autompne cheent fueilles, en printemps vont germant.
Or recueilt on les blefz, or les va on semant,
Son premier estat tient chascune creature,
Car toute chose fait en son temps sa droiture.
Maiz des hommes il semble que tu n'en aye[s] cure.
Sire, doulz gouverneur, car trempe ta mesure.
Pour quoy laisses Fortune courir a l'aventure ?
Ce que mauvaiz dessert li innocens endure.
Mauvaistié est en hault, Vertu qui par nature
Doit tout enluminer est en bas et obscure.
Les justes sont menez a grant desconfiture.
Riens ne nuyst aux felons, mensonge ne parjure,
Maiz qu'ilz puissent trouver couleur par couverture.
Or regne traïson. orgueil et felonnie.
Mauvaiz foulent les bons quant par leur tricherie
[f. 17] Puent conquerrc force ne povoir ne maistrie.
Les roys qui sont doubtez osent a envaÿie
Soubmettre. dejecter de toute seignorie
Sire, par qui Nature se recorde et ralie,
Tourne tes yeulx piteux vers l'umainne lignie,
Qui est entre tes euvres si trés noble partie,
Et fay que par Fortune ne soit si dechassie.
Metz en certain estat ses euvres et sa vie,
Si com de son doulz cours le ciel ne se desvie. »

Selon la loy divine

165"Hec ubi continuato dolore etc."

166Quant j'euz longuement bruit et posé ces choses a grant douleur. Philosophie, sans soy troubler et comme s'il ne luy en chaulsist de ma complainte, dist...

167Or a Boece jusque cy demonstré la cause de sa maladie et de sa douleur a Philosophie et elle luy respont et le conforte.

168Philosophie : « Tantost que je te veiz triste et plourant, je congneuz qui tu estoyes et que tu te tenoyes pour maleureux et exillié. Maiz combien loing que feusses exillié, je ne le savoye mie se tu ne le m'eusses dit, et si n'es tu pas trop loing de ton pays. »

169Glose

170Note que le pays de chascun est la tranquillité et la paix de sa pensee, que l'en pert par la pesanteur de la char, et par les cures et par les turbacions des choses terriennes et temporelles.

171Texte

172« Maiz tu erres, et se tu vuelx que l'en te tiengne pour exillié, tu meismes t'es dechacié, car nul autre ne le pouyst faire que toy. Car se il te souvient de quel [f. 17 v] pays tu es nez, il n'est pas comme Atheynes, ton pays, ou il a moult de seigneurs qui ont le gouvernement. »

173Glose

  • 56 Terme obscur.
  • 57 Les Trente Tyrans : profitant de la fin de la guerre du Péloponnèse (404 av. J.-C.), les Athéniens (...)

174Or preuve Philosophie son intencion par une auctorité des Greix ou roy panync56 etc. Et note cy selon Saluste que jadiz ceulx d'Atheynes esleurent trente seigneurs qui gouvernoyent sur eulx, qui furent si mauvaix et plains de si grant tyrannie que tous les bons et les preudommes de la cité, petit a petit, les uns aprez les autres, ilz tuerent ou envoyerent en exil, jusqu'à tant qu'ilz orent la cité toute destruicte57. Maiz ainsi n'est il pas de la cité et du pays dont Dieu Nostre Sire est gouverneur.

175Texte

176« Maiz y a ung seul Seigneur et ung seul Roy, ung Dieu qui a joye d'assembler cytoyens et non pas les essillier Et c'est trés grant franchise que d'cstre gouverné par sa loy et de obeyr a sa droicture. Ne scez tu l'ancienne loy de ta cité ? »

177Glose

178Ceste cité puelt estre entendue doublement : ou pour Romme la grant, ou il avoit telle loy que quiconques y avoit acquis ou fondé maison pour habiter, il ne luy loisoit ne povoit dés lors en avant estre exilliee, et quelle merveille que comme tout le monde feust soubz les Rommains, ou qu'il feust, il estoit cytoyen rommain. Ou autrement puelt estre entendue la cité de Jherusalem, c’est a dire paradis celestiel, dont chascun preudomme doit estre cytoyen et bourgeoiz se il veult, ne il ne tient que a sa voulenté.

179Texte

  • 58 Glose non signalée, intéressante en ce que le terme librairie (empranté au latin impérial libraria (...)
  • 59 Mot illisible sur notre manuscrit

180« Que cil qui y veult fonder son siege n'a povoir d'estre exillié. Car cil qui habite dedeans sa clouoison. il n'a garde qu'il face chose pour quoy il en soit jectez ; maiz cil qui [f. 18] habiter n'y vuelt pert ceste seurté. Et pour ce. ne me chault il du lieu ou tu es en exil, maiz de ta male chiere me poise il et de ta tristesse. Ne je ne faiz force de ta librairie, c'est a dire de l'estude ou sont tes livres58, pour painture qui y soit, maiz je requier tant seulement et considere le siege de ton cuer le pays ou je n'ay pas <mis>59 les livres, maiz ce qui leur donne valeur, c'est la substance ou la sentence de mes livres. »

181" Et tu quid etc. "

182Maintenant Philosophie repecte tous les poins de la douleur de Boece.

183« Maiz, certes, des biens que tu dis que tu as fait au commun, as tu dit vérite, et assez brieffment t'en passe, car plus en y a c'est le premier point. De ce que on te met sus a tort, scet chascun ou la faulseté ou la verité – c'est le second point. De la mauvaistié et des baras de ceulx qui te ont accusé c’est le tiers point – as tu briefment passé, car le peuple en dit assez plus en commun – c'est le quart point. Tu as aprés moult blasmé le fait et la congnoissance des senateurs. Tu as aussi fait grant dueil de ce que je suis blasmee en toy – c'est le quint point. Et pleures ta renommee qui est si blecee c'est le. VIe point. A la fin, il semble que ta douleur est contre Fortune eschauffee – c'est le. VIIe point – car les guierdons ne sont pas a toy renduz selon ton merite c'est le VIIIe point. En la fin de ta ryme poingnant, tu as prié que Dieu voulcist [f. 18 v] gouverner la terre en telle paix comme il fait le ciel. »

184Or conclut Philosophie.

185"Sed quam plurimum etc."

186« Mais pour ce, tes affections font grant bmit en ton cuer, et ire et dueil et plour te triboulent et trestoument, et la ton couraige n'a povoir. quant a ore. de prendre forte medicine. Si nous couvrent cy user petit a petit de legiers remedes pour attaindre et amolir la durté et l'enfleure... »

187L'acteur

188C'est une similitude traicte des medians, car quant les humeurs superflus n'ont pas leurs conduis et ne peuent yssir du corps humain, ilz s'assemblent et font ou engendrent une boce que on dit apostume. Et lors les medians ne usent pas si tost de pocions ou fors et griefves medicines, maiz y mettent ainçois emplastres doulz et secs pour amolir et departir le bon du mauvaiz, et puis donnent les pocions ou trenchent la boce. Et note que ire est l'ejfect de douleur, et tristesse est l'effect de l'ung et de l'autre.

189Philosophie

190« ... pour amolir donqucs la durté et l'enfleure que les tnbulacions ont fait en ton cuer et pour prandre aprés plus legierement la plus poingnant medicine. »

191Cy met Philosophie autre similitude a confermer son propos dessus dit. [f. 19] "Cum Phebi radiis grave etc.

« Quant le soleil si monte en Cancre
Qui art tout de chault et destrempe.
Qui lors seme son blé en terre
Aux chesnes aille la glan querre.
Car de blé n'en (n') avra il grain.
Et ainsi se travaille en vain
Qui violette quiert es bois

c'est assavoir en ce signe

Quant la bise amainne les nois.
Se tu le bon vin boire veaulx,
Ne coppe les bourjons nouveaulx,
Car les raisins n'ont leur saison

id est les gelees

Tant que revient le temps d'auton.
Toutes choses a ordonnees
Dieu, ne veult que entremeslees
Soyent, maiz chascun ait son droit
Du temps qui leur devise a droit.
Ainsi est il du cuer humain,
Car qui ne veult ordre certain
Maiz se desrenge et se desvoye
Ja en la fin n'en avra joye. »

en vendanges

192Cy fait Philosophie aucunes demandes a Boece pour enserchier le fait de sa pensee.

193"Primum ergo etc."

194« Premierement, donecques, soufferras tu que je te face aucunes petites demandes pour sentir l'estat de ton cuer et pour sçavoir en quelle guise je te doye guerir ? »

195Boece : « Demande ce qu'il te plaira, et je te respondray se je sçay. »

196Philosophie : « Cuide[s] tu que ce monde soit gouverné par aventure ou qu'il soit gouverné par raison ? »

197Boece respont : « Certes, je ne pourroye croire que le certain cours [f. 19 v] venist d'aventure, maiz sçay que Dieu qui l'a fait est par dessus qui le gouverne, ne onques ne fus en autre oppinion. »

198Philosophie : « Ainsi est selon la foy, car ce meismes as tu dit avant cy dessus et te plaingnoyes que Dieu n'avoit point de cure des hommes tant seulement, maiz des autres choses ne doubtoyes tu point. A hé, Dieu ! je me merveille trop comment tu es malade avec tele sentence. Or alons plus avant, car je croy qu'aucune chose cncoires y fault. Or dy ! Comme tu ne doubte[s] pas que Dieu gouverne le monde, scez tu a quel gouvernai il gouverne le monde ? »

199Glose

200Note cy que aucuns deirent que Dieu, a gouverner le monde, avoit besoing d'autre ayde et mettoyent diversité en sa puissance et sa sapience. Autres disoyent que le monde, depuis qu'il fut fait, de soy meismes se gouvemoit sans ayde de son createur. Et ceste opinion reprouve Agarel en sa methafisique. Et l'une et l’autre de ses oppinion[s] est erreuse et contre la foy. Et la tierce oppinion qui vraye est est que en Dieu sont trois choses : puissance, sapience et bonté, et ces trois choses sont toutes ung en essence avec Dieu, et ce sont les gouvemaulx par quoy le monde est gouverné.

201Boece : « Je n'entens pas ceste question, et comment y pourroy je respondre ? »

202Philosophie : « Je n'estoye pas deceue que aucune chose y failloit, par ou, aussi comme par les pertuiz d'un palis, la maladie des tribulacions est entree en ton cuer. »

203[f. 20] Encoire fait Philosophie une autre demande.

204"Sed dic michi etc."

205« Maiz or me dy ! Te membre il point quelle est la fin des choses ou toute nen a intencion de venir ? »

206Glose

  • 60 Apocalypse, Prologue, I, 8.
  • 61 Le nombre .IIII. ne comporte pas ici les 2 points d'encadrement de l'écriture des nombres en chiffr (...)
  • 62 Du grec hulê = matière.

207Note cy que Dieu est la fin de toutes choses, car ainsi comme de luy toutes choses vindrent, tendent elles a luy naturellement, dont il meismes dit « Je suy alpha et omega, c'est a dire je suis commencement etfin »60. Et les corps s'en retournent es IIII elemens61 en yle62, qui veult dire forme et matiere, et yle retourne a Dieu dont il ot naissance. Et. jaçoit ce que Dieu soit commancement et fin, toutes voyes a l'en autre regart en luy selon ce qu'il est commencement et autre selon ce qu'il est fin. Et pour ce, combien que ce soit merveilles, n'est ce mie impossible chose de congnoistre l'un sans l'autre.

208Boece : « Je le avoye bien autres foiz oÿ dire, maiz pleur m'a troublé mon cuer et ma memoire. »

209Philosophie : « Et sces tu qui est le commancement dont toutes choses sont venues ? »

210Boece : « Ce sçay je bien, car c'est Dieu. »

211Philosophie : « Et comment puet il estre que saiches le commancement de toutes choses et ne saiche[s] la fin ? »

212Glose

  • 63 Le grec de la maxime socratique est quelque peu estropié, mais c'est bien elle que cite Juvenal dan (...)

213Note que Boece ne respondit pas souffisamment a la demande de Philosophie, car il deust avoir dit luy estre mortel selon le corps et immortel selon l'ame. Et l’omme qui se scet et congnoist est bieneureux et pour ce dit Juvenal en son livre « nosti zelitos63 », c'est grec qui veult dire « congnoiz toy meismes et tu seras bien eurez ».

214Texte

215« Maiz. certes. [f. 20 v] c'est la maniéré des perturbacions qu'elles peuent esmouvoir les cuers de leur estât, maiz non pas arrachier du tout. Maiz or me dy ! Sees tu que tu soyes homme ? »

216Boece : « Tu demandes se je sçay que je soyc chose qui a amc et raison et qui puet morir. Je le sçay bien et le confesse. »

217Une autre demande : « Et ne scez tu que tu soyes autre chose ? »

218Boece : « Non. »

219Philosophie : « Or sçay je bien, dit elle, ime autre cause trop grant de ta maladie, car tu ne sees qui tu es, pour quoy j'entens plainnement la raison de ta maladie et la vove de ta garison. »

220" Nam quoniam tui oblitus es... "

221« Car. pour ce que tu ne scez qui tu es, ainsois as oblié ta dignité, te tiens tu pour essillié et despoillié de tous tes propres biens. »

222Glose

223Note cy que, se homme congnoissoit bien que il est cligne creature, il ne feroit compte des biens temporelz, ne pour ses propres biens ne les tiendroit, ne nul ne se doit tenir pour exillié de son pays proprement s'il ne se part de Dieu, car les mauvaiz seulz sont proprement diz exilliez. Item les félons et les mauvais ne peuent estre puissans car Hz ne peuent attendre a ce ou ilz tendent, c'est au souverain bien, et aussi ne peuent estre beneurez, car ilz se desvoyent de la vraye beneurté qui est la fin de toutes choses.

224Texte

225« Et pour ce que tu ne scez qui est la fin des choses, cuides tu que homme felon et mauvaiz soit bien euré et puissant, et pour ce que tu as oblié [f. 21] a quel gouvernai le monde est gouverné, cuides tu que les aventures ou les mutacions de Fortune soyent sans gouvernement de raison. Ce sont causes de mort selon l'ame, non pas tant seulement de maladie. Maiz je rens grace au Sauveur et Nostre Sire que Nature ne t'a pas cncoires laissié du tout.

226" Habemus maximum... "

  • 64 Cette proposition introduite par que n'a pas un sens bien clair, alors que chez Boèce, il s'agit d' (...)

227Nous avons grant fondement ou avantaige de ta ganson [en| ce que tu as vraye sentence du gouvernement du monde et que tu ne crois pas qu'il soit gouverné par aventure mais par la pourveance divine ; que64ne redoubtes doneques point, car de ceste petite cstancelle nous te ferons venir la chaleur de vie et la congnoissance de vérité. Maiz pour ce que tu ne pourroyes encoir souffrir la forte medicine et la nature des cuers des hommes si est telle que quant ilz laissent les vrayes oppimons. ilz sont informez des faulces... »

228Glose

  • 65 Ce début de phrase reprend le discours là où il avait été laissé un peu avant que ne commence la gl (...)

229Note cy, et par le tesmoingnaige de tous philosophes, que naturelment il est ainsi des pensees humainnes, que toutes foiz qu'elles ont delaissié les vrayes oppinions, tantost elles prennent les faulses, car vérité et faidceté sont contraires sans moyen. Et pour ce, la pensee ou l'ame de Tomme ne puelt estre sans Tune de ces deux. Et si tost comme la vraye oppinion se depart d'icelle, la faulse s'i boute. Et de ceste faidceté naist une perturbacion, et de ceste perturbacion, me [f. 21 v] obscurté qui confont la pensee, par quoy en nulle maniéré elle ne puet retourner a la vérité, et pour ce dit le philosophe. Mais pour ce etc.65

230Texte

  • 66 Glose non signalée.
  • 67 Glose non signalée.

231« ... dont viennent les perturbacions qui troublent la vraye veue du cuer et la mettent en tenebres. Lesquelles turbacions il me couvient apprécier par legiers remedes, c'est a dire par legieres sentences de rethorique66, si que les affections soyent ostees et que tu puisses recevoir la clarté de vraye lumière, c'est a dire de cognoissance de vérité67. »

232Glose

233Note que cy après preuve Philosophie qu'il couvient ainçoiz oster les affections ou les passions de Tame qu'elle puisse cognoistre vérité, et ce fait elle par trois similitudes : premièrement, par les estoilles qui ne peuent luyre quant les nues sont entreposees ; secondement, par la mer ou Ten ne puet veoir cler quant elle est troublée des vens jusques a tant qu'Hz soyent appaisiez ; tiercement, par le fleuve qui ne puet courir jusques a tant que Ten ait osté les pierres ou roiches qui luy empeschent la voye. Item, note que ilz sont quatre affections ou passions en Tame : c'est assavoir joye du bien present, douleur ou ire du mal present, esperance du bien advenir et paour du mal avenir, et tout selon l'auctorité de Virgile.

234Texte

  • 68 Erreur probable pour l'infinitif dessevrer.

" Nubibus atris etc. "
« Estoilles qui sont escondues
Et couvertes de noires nues
Ne peuent monstrer la lumière.
Quant les vens meuvent la fondrière
De la mer qui si clerc estait
[f. 22] Que le serain jour ressembloit,
Et si troublée est par les vens
Que l'en ne puet veoir dedens.
Le ruisseau qui descent au mont
Et treuve la roiche en parfont
Si se debrise et si esclanche
Que l'eaue devient toute blanche.
En tel guise et en autel fuer
Saiches que il est de ton cuer.
Se tu veulx cleremcnt veoir
Et dcssevres68 le faulx du voir
Et cheminer en droite voye,
Esloingne toute faulce joye
Et paour et faulse espérance
Ne n'ayes dueil de ta mescheancc,
Car la ou telles affections
Rognent et font leurs mansions.
Le cuer est pris et malmenez
Comme avueugle cnchaennez. »

LIVRE II

235[f. 22 v]

236Cy en ce second livre baille et demonstre Philosophie les legieres medicines qu'elle a promis a Boece, c'est a dire les legieres et aisees sentences pour luy oster la douleur et les autres affections de l'ame qui le gardent de congnoistre la vérité de sa maladie, et ce fait elle en blasmant et en reprouvant toutes les choses de Fortune. Et note cy que c'est signe de bon disciple de soy taire et bien ouir et entendre les paroles de son maistre, et de bien retenir et recueillir en son cuer ses diz et ses enseignemens.

237Texte

238"Post hec..."

239Puis elle se tint ung pou et quant elle apperceut. pour ce que je me taisoye simplement, que j'estoye ententis, si commença a dire :

240« Se j'ay bien entendu, dist elle, la cause et la matière de ton mal, le désir et l'affection [f. 23] de ta premiere fortune te met a mesaise, c'est a dire de retourner a ta prospérité si comme tu fais semblant, et sa muance a trouble l'estat de ton cuer, et non autre chose. Je entons trop bien les fondemens de ce mon[s]tre. »

241Glose

242Note cy que Philosophie appelle Fortune monstre, pour ce qu’elle de monstre une chose et fait une autre, et li met sus fardemens, c'est a dire mutacions et decepcions et cautelles, car aucunes foiz Fortune allesche ung homme trente ans ou plus, si que par tout ce temps nul mal ne luy avient, et lors il cuide tousjours durer en celle prospérité. Et si tost qu'il est pressé d'aucune adversité, il est confundu de douleur, car la familiarité si longue de Fortune luy a osté cautelle de decepcion.

243Texte

244« Car quant elle vuelt aucun décevoir, si luy fait semblant de priveté tant qu'elle le mette en très grant douleur quant elle le laisse soudainement. Et se tu veulx remembrer sa nature et ses meurs, tu verras que onques de luy riens n'euz ne n'y perdiz chose qu'on doye tenir a belle. Ne il ne me conviendra ja moult travaillier de ce ramener en ta mémoire, car la ou elle te losengoit, tu la souloyes blasmer et desprisicr de paroles, et la poursuyoies aux sentences que tu prenoyes en nos secrez. Maiz toute variance des choses soudainnes si fait chanceler les couraiges des cuers, et de ce vient il que tu es ung pou esloingnié de la paix de ton cuer. »

245" Sed tempus est etc. "

246Glose

247Cy demonstre la maniéré de procéder et parle a la guise de bon mire. Texte

  • 69 Glose non signalée.

248[f. 23 v] « Maiz or est temps que tu preignes aucune chose molle et doulce qui descende en ton cuer et face voye au buvraige plus fort. Viengne donques avant la momcion de la doulceur de la science de rcthorique qui autrement ne va a droit fors quant elle ne s'csloingnc pas de noz status. Viengne avant ainsi que la chamberiere de nostre maison qui chante, or hault, or bas, c'est a dire de vérité, sans coulourer mençonges69. »

249Glose

250Et note que ainsi que musique et les autres sciences sont proprement chamberieres de Philosophie.

251Or reprent Boece et le blasme de folie.

252" Quid [est] o homo etc. "

253« Qu'est ce, homme, que tu as mis en pleur et en douleur ? Je pense que tu ayes veu chose nouvelle et que jamaiz n’avint. Tu cuide[s] que Fortune soit changée vers toy. Certes, tu erres, car c'est sa nature, ce sont ses meurs, elle a gardé en toy la certainneté de son estât en ce qu'elle c'est changée. Telle estoit elle quant elle te losengeoit jadiz et quant elle te moquoit par faulx semblant de beneurté.

254" Deprehendisti ceci numinis... "

255Or as trouvé la double face de la deesse aveuglee. si comme l'en la seult paindre. »

256Note cy que Philosophie appelle Fortune deesse car les soz la croyent et aourent comme deesse et plus que Dieu, et aussi la tient pour aveugle car elle fait aveugles les hommes, qu'ilz ne voyent ne considèrent les adversitez qui leur peuent advenir.

257« Celle qui se cele aux autres c'est toute monstree a toy. Se tu l'as trouvée a bonne, use donques de ses meurs et ne te dois [f. 24] pas plaindre d'elle, et se tu as orreur de sa traÿson, esloingne toy donques de ses yeulx faulx, car celle qui t'a mis en si grant douleur te dcust tenir en grant aise. Elle te a laissié de quoy nul ne pot onques estre asscuré qu'elle ne laissast. »

258Autre persuasion que Fortune fait a despirer du tout

259« Tiens tu donques a precieuse la prospérité qui se doit tost partir, et as chiere celle que. quant on est present, on n'a point de seurté de retenir et, quant elle se partira, si amènera douleur ? Adonques. se l'en ne la puet arrester, et quant elle fault si fait chetifz cculx qui l'avoyent, qu'est elle autre chose fors que ung monstre de maleurté a venir ? »

260Autre persuasion

261« Car il ne souffist pas a regarder seulement ce qui est present, maiz est sens de regarder la fin des choses. Et ainsi, la muance de Fortune si fera que l'en ne doutera ses menaces ne prisera l'on ses losenges. En la fin couvient il que tu seuffres en pacience quanques on fait en la court de Fortune par plus forte raison puis que tu t'es mis en son servaige. Et se tu h veulx donner loy de demourer ou d'aler a celle que tu as eslcue a Dame, ne luy faiz tu tort et la courrouce [s] a bon droit par ta impacience quant retenir ne la puez ? Quasi diceret si faiz. Se tu estendoyes ton voile au vent, tu ne yroyes pas la ou tu vouldroyes, mais la ou le vent te contraindroit. Se tu semoyes en terre, tu avroyes bonne annee ou male. Tu t'es mis ou gouvernement de Fortune, obeyr te couvient a [f. 24 v] ses commandemens. Cuides tu par force retenir les cours de sa roc qui si ynelment tourne ? Tu es foul sur tous autres, car se elle se tenoit en ung point, elle ne serait pas Fortune appellee. »

C'y demonstre Philosophie comme est grant la mutacion de Fortune.
"Hec cum superba etc."
« Quant sa dextre plainne d'orgueil
Vuelt scs sergens mectre en dueil,
Si soudainnement les soupprent
Que li flos de mer ne s'i prent.
Et si les trestonne en si pou d'eure
Que les bas viennent au deseure,
Et bas viennent qui crent hault.
Ne de leur plourer ne luy chault.
Quant plus sont doulens et plains d'ire.
Si n'en fait que jouer et rire.
C'est sa jove qu'en peu d'espace
Chetifz et beneurez face. »

262Philosophie a Boece, qui parle en la personne de Fortune.

263"Vellem autem etc."

264« Je vueil parler a toy en la personne de Fortune. Or me dy se elle te demande a droit : "O tu, homs, pour quoy te plains tu tousjours de moy ? Quel tort te faisons nous ? Quelz biens t'avons nous tolus ?" »

265Note cy selon Platon que les biens temporelz qui sont par dehors et par accidens ne sont pas proprement a Pomme, mais ceulx seulement qui viennent par estude ou par doctrine comme vertu et science, ou par nature, comme engin ou raison.

266« Pren tel juge que tu vouldras a plaidier a moy de la possession des ri[f. 25]chesses et des digmtez. Et se tu puez prouv(r)er que onques homme mortel en eust la seignorie propre, je te croiray que ce que tu as perdu estoit tien. Quant Nature te mist hors du ventre ta mere tout nu de tous biens, je te receus et t'ay norry de mes richesses, et ce te fait impacient contre moy, que je te fuz trop favorable et te administre plus diligemment que a moult d'autres. Je te environnay de la gloire et de la planté de tous les biens qui sont de mon droit. Or me plaist a retraire ma main. Je fay fait grace quant tu as usé des choses estranges, dont n'as tu pas droit de toy plaindre comme se tu avoyes perdu les tiennes choses. Pour quoy te plains tu donc de nous ? Nous ne t'avons point fait de tort. Richesses, honneurs et biens de telle guise sont de mon droit, elles me suiguent et servent comme chamberiere leur dame. Quant je vien, elles viennent, quant je me pars, elles se partent. Je ose affermer que se les biens feussent tiens, que tu plains perdus, tu ne les peusses perdre. Je toute seule seray je empeschee de faire ma droiture ?

267"Licet celo proferre lucidos etc."

  • 70 La glose en latin semble renvoyer à l'image de la roue de Fortune qui ouvre le livre II, mais il s' (...)

268Le ciel a franc povoir d'amener les beaulx jours et puis de les oster par tenebres de nuyt, ainsi comme l'air a franc povoir de parer la terre de fleurs et de fruit, et puis la confundre de gresles et de gelees. La mer a son droit d'estre aucunes foiz coye et plaisant, autres foiz d'estre horrible par vens et par tempestes. [f. 25 v] Et nous lyera la couvoitise des hommes a estableté qui est contraire a nostre nature ? [Vide ymaginem in quinto folio70] C'est nostre force, c'est nostre jeu tousjours de tourner une roe en rondesce tournable et de muer ce qui est en hault embas et ce qui est dessoubz dessus.

269"An tu mores etc."

270Monte sur la roe s'il te plait, par tel couvent que. quant le tour du jeu requerra, ne vueilles tenir a injure se tu dcsccns. Ne sçavoyes tu nostre manière ? Ne te membre il de Cressus... »

271Glose

  • 71 Dans cette occurrence comme dans celle que l'on trouve trois lignes plus bas, il est préférable de (...)
  • 72 Crésus, dernier roi de Lydie. L'oracle ambigu qui l'enhardit à attaquer Cyrus, roi de Perse, est : (...)

272Cil Cressus, quant il se deust combatre contre Cyrus, requist au dieu Apolin savoir qu'il luy aviendroit. Si luy respondi par emphibolie doublement comme fait le deable. Ainsi : « Cressus perdet Alym transgressas maxima régna ». Et entendit en une maniéré qu'il destruiroit le royaume de Cyrus. Et il n'avint pas ainsi, maiz fut vaincu et pris de Cyrus et mené au feu pour ardoir, et puis fut delivre par la voulenté divine. Si civint qu'il se commença a glorifier et enorguillir. Dont la fille71 Phania luy dist : « L’en ne se doit esjouyr ne glorifier jusques a la fin ». Et puis luy civint qu'il songea qu'il estoit monté sur ung haidt arbre, et luy estoit avis que Jupiter l'arrousoit et Phebus le seichoit. Et Phania la fille luy exposa qu'il seroit prins de Cyrus et pendu et que le souleil le seicheroit en l'air. Et ainsi luy civint depuis72.

273Texte

  • 73 Paul Émile (230-160 av. J.-C.), vainqueur du roi de Macédoine Persée à la bataille de Pydna (en 168 (...)

274« ... le roy de Lyde, que Cyrus doubtoit moult fort ? Si le mist a moult grande chetiveté. si que il fut mené au feu pour ardoir. maiz une grant pluye vint du ciel qui le délivra. As tu aussi oblyé comment Paules quant il ot [f. 26] prins le roy de Perse et le vit a si grant misère qu'il en plora de pitié73 ? »

275Note cy que cilz Paule fut ung des consuls de Romme et fut envoyé contre le roy de Perse, lequel il vainquist et prist, et quant il le vit si au dessoubz de si hault et si puissant qu'il ot esté, il en otpitié tant qu'il en ploura. Et il, considérant la muableté de Fortune et que par aventure luy pourroit il bien encoir ainsi advenir, le délivra.

  • 74 Ce mot, que l'on trouve dans d'autres manuscrits de la traduction glosée de Boèce, serait en fait u (...)
  • 75 Glose non signalée, qu'il serait plus logique de placer à la ligne précédente, après nugedres.
  • 76 Homere, Iliade, chant XXIV, v. 527. Les deux tonneaux de Jupiter figurent aussi dans Le Roman de la (...)

276« De quoy sont les chansons de nugedres74 fors que de Fortune qui fiert despourveuement, c'est a dire de gestes que chantent les jongleurs75, et destoume les honneurs des royaumes bencurez, c'est a dire des roys et des puissans qui sont aucunes foiz foulez et confunduz par cas de Fortune et despourveuz ? Car l'en ne scet ne jour ne heure des males aventures qui aviennent. Quant tu estoyes a l'escole, jeunes, ne apreiz tu que ou porche Jupiter avoit "deux tonneaulx, l'un plain de bien et l'autre de mal76 ˮ ? »

277C'est selon l'auctorité de Omer, le poete, qui dit que nul n'entre en ce porche qui ne boive de chascun tonnel, et aucuns plus de l'ung que de l'autre, c'est assavoir de prospérité et adversité.

  • 77 Glose non signalée.

278« Et que diz tu se l'en fa plus baillié du bien que du mal ? Que dis tu se je ne me suis du tout eslongnee vers toy ? Ceste muance que j'ay te doit donner esperance d'avoir mieulx. Pour ce, ne soyes si esmayez et ne demande pas que tu, qui es en commun royaulme a tous, ayes une loy tout seul, c'est a dire en ce monde ou il convient chascun gouster du [f. 26 v] tonnel d'aversité77. »

279Encoire Philosophie en la personne de Fortune contre avarice.

  • 78 Le texte a on pour en.

"Si quantas etc."
« Se autant qu'on78 la mer a d'arainnes
Et les nuytees clercs et serainnes
Ont d'estoilles ou firmament,
Tant administre largement
Fortune aux hommes couvoiteux
Or, argent et dons précieux,
Ja pour ce moins ne se plaindront
Et tousjours plus avoir vouldront.
Se Dieu faisoit tout leur vouloir
Et feist or(es) du ciel plouvoir.
Ne seroyent ilz saoulez ;
Quant avroyent [ilz] engouiez,
Autre guise de plus conquerre
Querroyent en ciel et en terre.
Car quant couvoiteux est plus riche,
Assez plus est avers et chiche. »

280« Certes, se Fortune parloit a toy en telle guise, tu n'y savroyes que contredire, et se tu le scez, si le dy, et nous te donnons lieu du dire et défendre ta complainte. »

  • 79 Glose non signalée.

281Boece respont : « Ce que tu dis est moult bel et plain de rethonque et de musique tant comme on l'oit, c'est a dire de la doulceur des sentences de la prose et de la rime79. Maiz tantost fault, car les chetifz ont si leur mal enraciné dedans que tantost que les doulces paroles faillent et le pleur revient. »

  • 80 Glose non signalée.

282Philosophie : « Ainsi est il car se ne sont pas les remedes de ton mal. maiz sont preparacions contre la durté de ta maladie. Et quant temps [f. 27] sera, je te baillerav ce qui entrera jusques au cuer. Maiz pour ce que tu cuides estre maleureux, as tu oblié le comble et la maniéré de ta beneurté ? Je ne parle pas de ce que, quant ton pere morut, c'est a dire je ne faiz pas grant compte80, tantost les plus grans de la cité te prindrent en cure et te joindirent a eulx par mariaige, qui est une belle manière et très precieuse de affinité : avant tu fuz leur amy que leur prochain de lignaige. »

283Glose

284Note cy trois maniérés d'affinitez : l'une par lignaige, par quoy Pomme est tenu ensamble pour amy et pour prochain ou afin ; la seconde par mariaige, par quoy Pomme est avant prochain que amy ; la tierce par sens et par vertu, par quoy homs est ainçoiz cheriz et amez que affins ne prochains.

  • 81 Le texte a ses pour tes.
  • 82 Ces trois premières lignes de texte sont écrites en caractères de glose.
  • 83 Il est préférable de placer ces trois mots à la fin de la question qui suit.

285« Qui feust cclluy qui ne te appellast très beneuré selon le monde ? Et pour la noblesce des parens ta femme, et pour la bonté de luv et pour ses81 deux enfans masles, je laisse a dire, car ses communes choses font a laissier82 Maiz ne te souvient il que tu, en ta jeunesse, euz les dignitez qu'en l'en ne vouloit pas ballier aux anciens ? Je vieng ores au singulier comble de ta beneurté. ce les choses mortelz peuent avoir point de beneurté et de pns. Pourra le mémoire quasi diceret non d'un jour qui passa estre oubliée pour riens qui aviengne ? Dont ne te membre il que tu veiz mener tes deux filz, qui estoyent faiz consuls de Romme, de ta maison a grant compaignic de cytoyens et a grant joye de peuple ? Quant on les ot assis sur chayeres lors qu'ilz [f. 27 v] furent esleuz consuls de Romme. tu proposas devant tous la louenge royal et euz la gloire de eloquence et de engin quant tu te seiz en la compaignie de plusieurs en la place commune ou millieu d'eulx, selon la coustume de lors, ou milieu d'eulx deux, et le peuple entour et environ attendoit. Tu les saoulas moult glorieusement de ta eloquence. Adonques parloyes tu contre Fortune, car lors elle te flatoit quant elle te norrissoit comme son délicieux enfant, quant tu avoyes de luy le don qu'elle n'avoit onques donné a telle personne ? Veulz tu donques compter a Fortune ? Elle ores au primes regarde ung pou de travers envers toy, ce te semble, et nepourquant, se tu veulx regarder le nombre des biens et des maulx qu'elle t'a faiz et la maniéré, tu ne pourroyes nyer que tu ne soyes encoire beneuré. Et s'il ne le te semble pour ce que les choses qui lors te plaisoyent sont passées, aussi te doit il sembler que tu n'es pas malheureux, car ce qui te desplaist trespasse. Es tu donques venu or a primes comme nouvel hoste en la vilté de ceste vie, et cuides que es choses terriennes ait certain estat quant les hommes les ont ? Ne voiz tu que les hommes mcismes desfaillent en pou d'eure ? S'il peust donques estre que Fortune eust estat, au moins a la mort, au partir de l'ame, fauldroit elle, car quant l'omme meurt et sa beneurté de Fortune meurt quasi diceret nulle83. Quelle difference faiz tu donc, ou qu'elle te laisse en ta vie, ou que tu la laisses a ta mort ? »

286[f. 28] Encoire Philosophie qui monstre que toutes choses sont muahles.

287"Cum polo Phebus etc."

« Au matin, quant naist le souleil
Qui est flamboyant et vermeil,
Aux estoilles toit leur lumière
Et fait palir leur blanche chiere.
Au temps que vente li doulz vens,
Roses et fleurs porte li ans,
Mais quant revient la froide bise,
Roses abat et fleurs debrise.
Or est la mer clere et egaulx.
Or y font les vens irions et vaulx.
S'ainsi souvant change nature
Ses euvres, par quelle aventure
Avra cours certain et estable
Fortune qui est si muable.
Comme ce soit chose affermée,
Par loy pardurable ordonnée,
Que rien nulle ait duracion
Qui vient par generacion ? »

288Cy respont Boece.

289"Tum ego etc."

290Lors dis je : « O maistresse et norrice de toute vertu, tu dis vérité pure ne je ne puis nyer le cours de prospérité mondainne que j'ay eue. Maiz c'est ce qui plus me destruit quant je m’en membre, car le souverain meschief de la maleurté est avoir eu beneurté. »

291Or dit Philosophie en répliquant a Boece :

292« Dont vient ton meschief de ton cuidier, non pas de devers les choses, car se tu te mues pour le faulx nom de Fortune, ce ne vient pas par deffaulte des biens, que tu as encoires très grans. Se Dieu fa gardé tout sain le bien que tu [f. 28 v] plus prisoyes en ta beneurté, te dois plaindre a droit de Fortune, quant tu retiens encoire ce que meilleur te estoit ? Ne vit encoir ce precieulx joyau de ton lignaige, Symacus, le pere ta femme... »

293Glose

294Cilz Cymacus, pere de sa femme, estoit des patrices de Ronme, auquel Theodoire faisoit moult de maulx.

  • 84 Ces cinq lignes sont écrites par erreur en caractères de glose.

295« ... laquelle vie tu eusses rachetee sans delay pour toy abandonner a mort, qui est homme plain de tous sens et de toute vertu et qui de ses injures n'a paour, maiz il se deult pour les tiennes ? Ta femme rest saige et de grant chasteé, et pour briefment dire ses bonnes taiches, elle semble son pere Cymacus84. »

296Ceste femme de Boece fust appellee Hespes et ot tant a souffrir de meschiefau citer pour l'amour de son mary qu'elle en morut de dueil a la fin.

297Texte

  • 85 On lit autres, mais il s'agit d'une erreur du copiste pour ancres (cf. le texte latin « anchorae ») (...)
  • 86 Glose non signalée.

298« Elle vit voirement maugré soy, c'est pour toy garder sa vie. Et c'est ce pour quoy je dy que ta beneurté est plus appeticee, car elle ne fine de plourer pour l'amour de toy. Que diray je de tes deux filz qui sont consulz de Romme et. combien qu'ilz soyent jeunes, le sens du pere de toy et de l'ayeul Cy macus reluist en eulx ? S'il est donques ainsi que la plus grant cure que chascun ait, c'est de garder sa vie, tu te doiz tenir pour beneuré quant tu as celles choses, c'est assavoir tes amis que tu as encoir plus chier que ta vie. Pour ce, laisse ton pleur, car Fortune que tu as n'est pas encoires toute [f. 29] ennuyeuse, ne trop grant tempeste ne t'a pas encoire seurpris quant tes autres85, id est tes amis86, qu'ilz ne te laissent pas ou temps qui est present sans confort ne sans esperance du temps a venir. »

299Or parle Boece et s'acorde a Philosophie :

300« Je prie Dieu que ces autres se tiengnent fermement, car tant comme elles se tiendront, comment qu'il aille, eschapperons nous. »

301Or se complaint Boece de son povre estat :

302« Maiz tu voiz comment je suis desgarny de mes aournemens ! »

303Philosophie le conforte :

  • 87 Glose non signalée.

304« Nous t'avons ung pou mis avant quant tu recongnoiz que tu n'as pas tout perdu, maiz je ne puis souffrir ta mignotie qui te plains si doloreusement de ce que aucune chose fault a ta beneurté. Et qui est tant beneuré en ce monde que aucune chose ne luy faille et qui se tiengne a payé de son estat en tous coustez ? C'est trop engoisseuse chose que la condicion des biens humains. Or le preuve. Car ou ilz ne peuent venir tous ensemble, ou ilz ne peuent durer gueres. Ung exemple. Li horns si a planté de richesses. Or a honte, car il est extraict de vilains. Autre. Li autre a l'un et l'autre. Or ne puet femme trouver selon son estat. Autre exemple. Li autre a bonne femme et belle. Or n'a nulz enfans et amasse richesses a hoirs estranges. Autre exemple. Li autres a enfans. Or font ilz tant de folies qu'ilz en sont souvant doulens. Pour ce est il griefve [f. 29 v] chose que ung chascum s'accort de son sens a la condicion de sa fortune. Car a chascun, ou il luy est a venir mal qui n'a pas encoires essayé, ou il l'a ja qui ne luy plaist. Et se il peust estre que chascum feust benneuré de toutes pars, il serait si dangereux et si délicieux que a très pou d'annuy qu'il n'aroit pas apris, il serait affolé et desconforté se tout ne luy venoit a son plaisir. Et pour ce est il que pour pou de chose se pert la perfection de beneurté. Moult sont ores de gens qui cuyderoyent estre jusques au ciel, id est très beneurez87, s'ilz avoyent ung très pou du demeurant de tes biens. Le heu que tu appelles exil est le pays a ceulx qui y habitent ; pour quoy nul n'est maleureux fors cil qui le cuide estre. Et. au contraire, beneureté si vient de souffrir tout en pacicnce. Qui est cil tant beneuré que, quant il est impacient, ne voulcist changier son estat ? Moult a donques d'amertumes en la beneurté d'omme. et s'elle semble doulce a ceulx qui en usent, au moins ne la peuent ilz retenir qu'elle ne s'en aille quant il luy plaist. Il est donques tout appert de com grant chetiveté est plainne la beneurté des choses mortelz, qui ne puet durer a ceulx a qui elle plaist ne ne delicte a ceulx qui sont angoisseux de plus en avoir. »

305Or s'escrie Philosophie a tous :

306« O gens mortelz, pour quoy querez vous la beneurté la hors, qui est assise dedeans vous ! Selon la glose, grant erreur et ignorance vous confont. »

307Glose

308L'entree de vraye [f. 30] beneurté est par deux voyes : l'une, par estre seigneur de soy et que on soit si fermement fondé que l'en ne se eslieve en prospérité, ne que l'en ne se confunde en adversité ; l'autre, que l'en congnoisse en quoy est assiz le souverain bien.

309Philosophie

310« Je te monstreray briefment la porte de vraye beneurté. As tu chose plus precieuse de toy ? Tu diras certes que non. Donques, se tu as la seignone de toy, tu avras ce que tu ne vouldroyes pas perdre jamais, ne Fortune ne le te pourra tollir. Et pour ce que tu saiches que es choses de Fortune ne puet estre vraye félicité, regarde en telle guise en ce que je te diray. Il couvient que félicité ou beneurté soit le bien souverain de nature ou de creature qui use de raison Maiz bien souverain ne puet estre celuy que l'en peult perdre, car cil est plus grant qui ne peut estre perdu. Dont appert il que la muance de Fortune ne puet touchier a celluy souverain bien ne a vraye félicité. Encoires plus : cil qui la faulse félicité de Fortune charroye, ou il scet qu'elle puet changer, ou il ne le scet mie. S'il ne le scet, comment puet estre bien euré qui est si aveuglez ? Ce ne puet estre. Et s'il le scet, donc couvient il qu'il ait paour de perdre ce qui puet estre perdu, pour quoy la paour qu'il a sans cesser ne le laisse estre beneurez. »

311Autre argument

312« Et se tu diz qu'il ne fait force se il la pert, donc est ce trop chétif bien de quoy il ne chault se l'en le pert. Et car je sçay que l'en t'a monstré par moult de vives raisons que les ames humainnes ne meurent pas [f. 30 v] avec les corps, et c'est certain que la félicité de Fortune fault quant le corps meurt ; s'elle estoit nostre vraye félicité, puis qu'elle ne serait plus, tous hommes seraient maleurez après la mort, comme les appostres et martirs. Maiz nous sçavons que moult de preudommes ont esté, qui ont quise beneurté non pas seulement par la mort, maiz par très grande douleur de tourmens. Dont ne puet seste vie faire beneureux, qui ne fait maleureux ceulx a qui elle fault. »

  • 88 Texte à rapprocher de la parabole de la maison dans Matthieu, VII, 24-29.
  • 89 Cf. encore Le Roman de la Rose, vv 11273 sqq, particulièrement le v. 11279 : li moiens a non souffi (...)

Encoire Philosophie enseigne a tenir moyen estat.
"Quisquis volet..."
« Qui veult choisir lieu couvenable
Pour faire maison pardurable
Ne mette pas ou hault sommon
De la montaigne son donjon,
Car il avroit le cours du vent
Qui le c[r]jolleroit trop souvent.
Aussi est fol cil qui la fonde

de paix et de repos de conscience c'est a entendre le hault estat du monde

Du sablon de la mer, car l'onde
Du flot tot la trébucherait
Ne le mol sablon ne pourrait

c'est a dire povreté ou voluptuosité

Le grant fondement soustenir
Qu'a neant le conviendrait venir.
Maiz a ce que tousjours remaigne,
Lez le millieu de la montaigne
Dessus fenne pierre la face.
Lors ne doubtera la menace
De la mer qui n'y peult toucher
Ne vens n'y peuent approucher.
Adonc reposera en paix
Combien que le temps soit mauvaix88. »

c'est a entendre le moyen estat89

313[f. 31] " Sed quoniam etc. "

314« Maiz pour ce que la preparacion de noz raisons descendent ja dedeans toy, nous voulons user de plus fors. Or entens donc ! Se les dons de Fortune n'estoyent pas defaillans ne de petite duree, que a il en iceulx qui puisse estre vostre et qui ne face a desprisier se l'en les regarde bien ? »

315Glose

316Note cy par especial cinq choses qui peuent estre dittes dons de Fortune, c'est assavoir richesses, dignitez, puissance, gloire et delitz, pour ce que ce sont choses moult desirees entre les terriennes. Or monstre Philosophie que en nul de ceulx cy ne peult estre vraye ne parfaicte beneurté, et que l'en ne se doit esjouyr de leur venue, ne douloir de leur départie. Et premierement en richesses, qui sont en or, en argent, en deniers, en pierres précieuses, en possessions de maisons et de terres, en précieuses robes et joyaulx.

317« Les richesses sont elles précieuses ou pour vous ou pour leur nature ? Que y prisiez vous plus, ou or, ou grant somme de deniers ? »

318Encoir Philosophie parle premièrement de l'or et de l'argent.

319« Maiz, certes, itelles choses n'ont valeur fors quant on les despent. non pas quant on les garde ou amasse, car avarice si attrait haynne. »

320" Quod si manere etc. "

  • 90 Le texte a en pour et. Cf. le texte latin en face : « et vox... ».
  • 91 Forme particulière de P6 de l'indic. pr. de pooir, qui, selon F. de La Chaussée (Initiation à la mo (...)

321Maiz largesce donne gloire. Et se ce que l'en donne ne demeure pas au donneur, – or preuve Philosophie l'autre partie de sa raison – donc n'ont richesses pris, fors quant on les laisse a avoir en donnant a autruy ; et ce en telle guise toutes les richesses estoyent [f. 31 v] baillées a ung seul homme, il couviendroit que tous les autres feussent povres. Exemple par la voix. En90 la voix emple toutes les oreilles de ceulx qui l'oent. maiz voz richesses, s'elles ne sont divisées en pluseurs parties ou pieces, elles ne se peulent91 estandre a pluiseurs Et pour ce couvient que cilz soyent povres qui elles laissent Or s'escrie Philosophie et conclut contre les richesses. O chetives richesses et souffreteuses, lesquelles pluseurs ne peulent toutes avoir et a chascum ne viennent sans apovrir autruy ! »

322"An gemmarum fulgor etc."

323Or preuve sa sentence.

  • 92 Le texte a qui pour que.

324« La clarté des pierres précieuses attrait elle voz yeulx ? Se il a nulle value en celle beauté, elle est aux pierres, non pas aux hommes. Et me merveille trop comment homme fait d'elles si grant denonciacion ou admiracion, car ce qui n'a ne sens ne mouvement de vie ne doit estre prisié de par ce qui a raison et entendement. Et elles font a loer pour ce qu'elles sont euvres du Créateur et qui92 par leurs variables formes elles ont aucun bas degré de beauté. »

325Glose

326Note cy qu'il y a six degrez de beauté : le premier et le souverain est en Dieu le créateur ; le second aux anges ; le tiers aux hommes ; le quart es testes brutes ; le quint es arbres et herbes ; et le. VIe degré est es pierres précieuses, qui est le plus bas. Et ce derrenier degré est appellé anticlaudian essencial, qui est es pierres, car elles ont estre seulement. L'autre qui est es arbres et herbes est appellee vital et sont de plus noble [f. 32] nature et de meilleur que les pierres, car elles ont estre et vivre. Et le tiers degré oultre ont les bestes brutes, que on dit sensible. Maiz les hommes oultre ont le quart degré, qui est raisonnable, et pour ce sont ilz de meilleur et de plus noble nature que les autres, car ilz ont estre, vivre, sentir et entendre.

327Texte

328« Au moins pour ce qu'elles sont plus bas que vous, elles n'ont pas desservy vostre admiracion. Vous delittez vous aussi en la beauté des champs ? Tu diras espoir : "pour quoy donc ?" Car c'est une des très belles porcions du très beau monde. Or parle des possessions des terres. Aussi avons nous joye de veoir la mer quant elle est coye et de veoir la lune, le souleil et les estoiles. Mais ce que t'appartient, oses tu gloriffier de la clarté de telles choses ? Naissent de toy les fleurs de printemps ? La planté des fruitz vient elle de toy ? Pour quoy es tu surpris de faulse joye ? Pour quoy embrassefs] tu les autruy biens comme s'ilz estoyent tiens ? Ja Fortune ne fera que les biens soyent tiens que Nature a esloingnié de toy. Sans faille les fruis de terre sont ordonnez pour estre viande aux hommes et aux bestes. Et se tu veulx prendre ce qui souffist a ta soutenance, ne te couvient ja demander pour ce la superfluité de Fortune ; car Nature est soustenue de pou de choses et des très petites, et se tu la veulx contraindre de prendre a oultraige, il te fera ou douleur ou nuysement. Or parle des précieuses robes. Te semble il que avoir diverses robes précieuses [f. 32 v] soit belle chose ? S'elles sont plaisans a la veue, on louera ou la matière ou l'engin de l'ouvrier, non pas de toy. Nota pour ceulx qui se delictent et glorifient en grant tourbe de maisgnie. La grant route de servans te fait elle beneuré ? S'ilz sont mal monginez, c'est grant charge a l'ostel et périlleuse au seigneur. Se ilz sont bons, compteras tu entre tes biens l'autruy bonté ? »

329Or conclut Philosophie.

330"Ex quibus omnibus etc."

  • 93 Glose non signalée.
  • 94 Ce proverbe est répertorié dans le recueil de J. Morawski, op. cit, no 2080.

331« Pour ce est il certain que nulles des choses dessus dictes, c'est assavoir d'or et d'argent, de pierres précieuses, etc93, que tu comptes entre tes biens ne sont proprement tiennes ; et puis qu'il n'y a point de beauté que tu doives couvoitier. pour quoy as tu dueil se tu les pers ou joye se tu les as ? Et se Nature leur a donné beaulté, que t'appartient il ? Autant scroyent elles belles se tu ne les avoyes car elles n'ont pas pris pour ce se tu les as, mais pour ce les voulsis tu avoir qu'il te sembloit qu'elles eussent pris. Pour quoy estes vous donques entre vous, hommes, en si grant effroy pour ceste prospérité de Fortune ? Espoir vous cuidiez eschuyr souffrete pour l'abondance des choses. Et certes tout le contraire vous en vient car qui plus a de hamoiz, plus luy couvient de gardes pour luy deffendre. Et le proverbe est vray disant « Qui plus a, plus luy fault »94. Et encontre a celluy fault trop pou qui sa souffisance quiert selon l'indigence ou nécessité de nature, non pas selon [f. 33] la superfluité de couvoitise. Est il donques ainsi que vous, hommes, n’avez point de propre bien naturel dedeans vous qu'il vous couviengne querre vostre bien es choses forainnes ? Est ainsi bestoumee la condicion des choses que l'omme qui a entendement et qui est semblant a Dieu n'ait beaulté ne valeur s'il ne l'a par la possession des choses sans ame ! »

332Encoire blasme Philosophie la condicion des hommes.

333"Et aha quidem etc."

  • 95 Affirmation présente dans Le Roman de la Rose, vv. 17797-17799, où elle est suivie dim long dévelop (...)
  • 96 Ces idées sont développées dans Le Roman de la Rose, vv. 9043 sqq. Jean de Meun critique là surtout (...)

334« Les autres choses se tiennent a ce qu'elles ont par nature. Et vous qui estes semblables a Dieu quant a l'ame. demandez vous paremens et choses viles et basses ne ne regardez com grans injures vous faittes a celuy qui vous a fait, c'est a dire qui vous a ordonné que l'umain lignaige feust sur toutes les choses terriennes95, et vous mettez vostre dignité soubz les piedz de toutes choses basses ; car s'il est ainsi que le bien a quoy la chose est faitte a plus de valeur qu'elle n'a. quant vous cuidez que ces vilz choses soyent vostre bien, vous vous mettez soubz elles a vostre jugement. Et voirement estes vous dessoubz a bon droit, car la bonne condicion d'omme est telle que. quant il se congnoist, il est plus hault que toute autre chose ; et quant il se fault a congnoistre, il est plus bas que beste. Que ces autres choses ne se congnoissent, il leur vient de nature, maiz a homme vient de vilté96. Il appert manifestement donc comment vous errez, vous, [f. 33 v] hommes qui cuidez que l'en puisse riens parer d'estranges habillemens ou aoumemens et embellir, car ce ne peult estre que se les choses que l'en met dehors sont belles l'en les loue, mais ce qui est par dessoubz demeure en sa laideur.

335"Ego vero nego illud etc."

  • 97 Juvenal, Satires (X, 22) : « Cantabis uacuus coram latrone uiator » (« Le voyageur dont la poche es (...)

336« Je nye, certes, que ce soit le bien de celluy a qui il nuist. Dis je faulx ? Tu diras que non. Et, certes, les richesses ont nuyt moult de foiz a ceulx qui les avoyent, car les mauvaiz qui ne cuident qu'il soit digne chose fors d'avoir or et pierres précieuses les couvoitent quelque part qu'elles soyent. Dont il avient que toy, qui doubte[s] pour tes deniers que tu ne soyes robé, portes tu ores l'espee ou le glaive. Se tu feusses entré tout wit en la voye de ceste vie, tu chantasses tout seurement devant les larrons. Ce sont les parolles des Juvenaux97. O quant noble donques est la beneurté des richesses que, quant tu les avras, jamais asseur ne seras ! »

  • 98 Jean de Meun a écrit de beaux vers sur cet âge d'or perdu et cette espèce de péché originel que fut (...)
  • 99 Premier cas de numérotation problématique de notre ms, avec ce folio 33 bis, recto et verso ; cf. « (...)

Encoires Philosophie parle.
"Felix nimium etc."
« Bons furent ceulx du premier temps
Qui n'avoyent fors que les champs98.
Pour ce estaient loing des vices
Qu'ilz ne queroyent pas les delices.
Quant ilz est[o]ient jeunz au vespre,

Cy loe sobriété.

De la giant s'aloyent repaistre,

savoir des fruiz des arbres

Sur l'erbe en l'ombre se dormoyent,
De l'eaue des misseaulx beuvoyent
Ne sçavoyent qu'estait clairé,
Et si n'estoyent pas paré
De draps de diverses couleurs.

[f. 33 bis99] Ne savoyent ilz les douleurs
Qu'en mer sueffrent or les marchans
Qui vont divers avoirs serchans.
Ne nul ne fasoit adonc guerre
Ne en la mer ne en la terre.
Qui se feist lors mehaignier
Nulle rien n'y poist gaingnier.
Ha Dieu ! car revenist arriéré
A nous l'ancienne maniéré,
Car or est plus ardant que feux
L'avarice des couvoiteux.
Cil qui premier la terre ouvrit
Et gemmes et or descouvrit
Qui vouloyent estre repostes
Fut au siecle très mauvais hostes.
Moult en devrait estre repris
Qu'ensemble mist peril et pris. »

337Cy demonstre Philosophie que, ainsi comme aux richesses n'a nul bien, aussi n'a il es puissances ne es dignitez du monde.

338Texte

339"Quid autem de dignitatibus etc."

  • 100 Correction nécessaire si l'on veut une traduction plus fidèle au texte latin.

340« Que diray je des dignitez et des puissances du monde, lesquelles vous couvoitez et posez tant que ne savez que est vraye dignité ne vray povoir, et exaucie[z]100 jusques au ciel ? Car se le mauvaiz les a. la flamme de la montaigne Ethne qui souri soudainement et deluge d'eaues ne firent onques si grant destoiction comme ce fait. Et. certes, je cuide qu'il te souvient bien que la seignorie des consulz de Romme, qui fut jadiz cstablie pour la seigneurie de Romme, voz davantiers les Rommains se efforcerent d'abatre par l'orgueil des [f. 33 bis v] consuls, et que aussi pour ce meismes orgueil avoyent ja abbatue la seignorie le ray. »

341Glose

342Note cy que les Rommains jadiz eurent roys qui les gouvernoyent et durèrent ses royautez long temps, jusques au roy Tarquinius, qui par son oultraige en fut bouté hors. Et depuis ordonnèrent que les gouverneroyent par an deux consuls et les muoyent d'an en an. Et depuis establirent deux pers, dont l'un entendoit a gouverner la chose publique, et l'autre la chevalerie. Et en la parfin par l'orgueil des consuls fut la seigneurie des Rommains transportée aux ditateurs et aux empereurs, dont le premier fut Pompee et l'autre Julius Cesar, qui depuis tint la monarchie et l'empire de tout le monde.

343Texte

344« Et s'il avient, ce qui n'est pas souvent, que les bons ayent les dignitez, que plaist a toy, fors que la bonté et la prouesce de ceulx qui en usent ? Dont il avient que la vertu de romme donne honneur aux dignitez. non pas les dignitez aux vertus. Ceste puissance que vous tant couvoitez et tenés a noble, quelle est elle ?

345"Nonne o terrena etc."

346Bestes terriennes, que ne regardez vous sur quelles choses vous voulez avoir povoir ? Se vous veez entre les sons que l'une voulcist avoir seignorie sur les autres, n'en feriez grant derision ? Quasi diceret oy. Se tu regardes le corps d'omme, tu ne trouveras point plus foible chose, lequel le mors d'une mousche ou d'une autre [f. 34] petite vermine ou celle entre dedeans son corps occist souvent. Et en quoy puelt avoir nul homme sur autre povoir fors que sur le corps et sur ce qui est plus bas du corps, ce sont les choses de Fortune ? Quasi diceret nenny.

347"Cum liberum etc."

348Pourras tu mestroyer le cuer franc ? Pourras tu mouvoir le couraige de son estat, puis qu'il est affermé a vive raison ? Quant ung tirant cuida contraindre ung homme de franc cuer... »

349Glose

  • 101 Voir supra, notes 25 et 44.

350Ce fut ung philosophe qui avoit nom Canins et avoit ja respondu au tirant : « Se je l'eusse sceu, tu ne le sceusse[s] ja »101.

351Texte

  • 102 Busiris : dans la mythologie grecque, roi d'Égypte, fils de Poséidon, qui, afin de mettre fin à une (...)

352« ... par tourmens, afin qu'il luy revelast ceulx qui avoyent consenty la conjuracion qui avoit esté faicte contre soy, ly frans horns trencha sa langue aux dens et la cracha au visaige du tirant. Et ainsi les tourmens que le tirant cuidoit faire matière de cruaulté par sa vengance, cil fist matière de vertu par sapience. Et que peult ung homme faire a autruy que autruy ne lui puisse faire ? Exemple. Bucirides, ung roy d'Egipte, souloit murtrir ses hostes, et puis les mettoit sur les autelz. aussi comme s'il les offrist aux dieux et ainsi comme s'il ne feust pas consentant de la traÿson. Et Elercules, son hoste, l'occist102. Autre exemple. Regulus. le Rommain, avoit pnns et enchainnez moult de ceulx d'Auffrique, et assez tost après, ilz le [f. 34 v] vainquirent et lyerent. »

353Glose

  • 103 Le texte a le pour se.
  • 104 Marcus Atilius Regulus : général commandant l'expédition romaine en Afrique lors de la première gue (...)

354Note cy que cil Regulus, ung des consulz de Romme, puis qu'il ot esté prins des Auffriquens et comme les consuls rommains l'eussent fait ramener au Sénat par ostaiges pour le délivrer de prison par grant rançon, il ne le volt souffrir, mais dist que jamais il ne se pourroit bonnement ne dignement mesler de l'ofice de chevalerie. Et quant sa femme et ses enfans le vouldrent baisier, il respondi qu'il n'estoit pas avenant ung chétif prisonnier estre baisié de noble femme, et depuis, si comme dit Orosius, le103 fist prandre et lyer a ses ennemis, et depuis en dormant ot les yeulx crevez104.

355Texte

356« Cuides tu que cil dove estre appelle puissant qui ne peut faire qu'autre n'ait povoir autel sur luy comme il a sur autres ? »

357Encoires demonstre Philosophie que ces dignitez ne sont pas vrayes dignitez.

358" Adhuc si ipsis dignitatibus etc. "

359« Encoires se les dignitez et les puissances avoyent point de bien naturel propre, jamais elles ne se joindroyent aux mauvais, car choses qui se descordent ne se joingnent pas ensemble, ne Nature ne seuffre mie que choses contraires soyent ensemble. Donc quom nous veons que les mauvaix les ont souvent, elle[s] ne sont pas naturellement bonnes puis qu'elles se laissent avoir aux mauvaix. Et aussi povons nous dire de tous les biens de Fortune, car communément les mauvaiz en ont grant partie. Et me semble que ce fait moult a regarder et considérer, que c'est certain que [f. 35] cil est fort qui a force, et cil est legier pour aler qui a legierté. Aussi ceulx qui ont l'art de medicine sont mires, et autel est de musique et de rethorique. Et chascune chose fait en cclluy qui l'a ce que sa nature apporte, ne ne fait riens de ce que son contraire fait, maiz le chasse de soy tant qu'elle peult. Et, certes, les richesses n'estanchent pas l'avarice que on ne peut saouler, ne la puissance ne fait mie avoir povoir sur soy celluy qui est enchaenné des liens de faulx delitz. Et quant povoir ou dignité vient es mauvaiz tant seulement, il ne les fait pas bons ne dignes maiz dcscucvre et monstre leur mauvaistié.

360"Juxta illud..."

361Ne nulle rien ne fait tant cuer felon com grant povoir qui mal en veult user. Dont vient ce que vous avez joye de mettre noms aux choses qui se portent autrement que vous ne les appeliez, et lesquelles l'en peult assez tost reprandre par ce qu'elles font. Et pour ce l'en ne doit appeller ces choses ne vrayes richesses ne vraye puissance ne vraye dignité. En la fin. donc, je puis conclure de toute fortune qu'il n'y a chose qui a désirer face ne qui soit naturelment bonne quant telles choses ne se joingnent pas tousjours aux bons, et ceulx a cuy elles se joingnent elles ne font pas bons. »

[f. 35 v] Encoire Philosophie parle.
"Novimus quantas etc."
« Des douleurs vous recorderons
Que fist l'emperere Noyrons... »

362Glose

363Ci preuve Philosophie ce qu'elle a dit devant par les faiz Noiron l'empereur, qui avant avoit esté digne et vertueux, mais depuis qu'il ot acquis la dignité de Romme, il devint mauvaiz et cruel. Car premièrement, il fist mettre le feu par toute Romme pour veoir corn grantfeu il ot en l'arsure de Troye la grant. Item il occist son frere et sa mere, et puis lafist ouvrir pour veoir le lieu ou il avoit esté conceu. Et si ot si dur cuer et cruel que onques n'en plora, maiz jugea et dit que sa mere avoit esté moult belle, et moult d'autres maulx fist il. Et toutes voyes fut il si grant et si puissant qu'il fut sires de tout le monde.

364Texte

  • 105 Jean de Meun a quasiment traduit ce passage de Boèce en faisant référence à l'estoire (Le Roman de (...)
  • 106 Erreur vraisemblable pour tuit, CS Pl. de l'indéfini to(u)t.

« ... Par son commant fut arse Romme.105

Et mort li ancien saige homme,
Et si fist occire son frere,
Et par my fist fendre sa mere.
Quant occise l'ot a grant douleur,
Pour luy ne fist ne dueil ne pleur,
Fors tant dit quant ot rendu l'ame
Qu'elle avoit esté belle fame.
Et si gouvemoit il le monde
Tant que il dure a la ronde.
Pot l'en donques sa grant puissance
Destourber de telle mescheance ?
C'est merveilles que tout106 ne tramblent
Quant vices et povoir s'assemblent.
C'est mettre ou glaive venin fort
Pour plus y angoissier la mort. »

assavoir Seneque

365[f. 36] "Turn ego etc."

366Je respondy adonc : « Tu sees que couvoitise des choses terriennes a eu moult pou de seigneurie sur nous, maiz pour ce seulement nous nous sommes entremis des besoingnes du commun pour ce que vertu ne feust mise en obly. »

367Philosophie respondy :

  • 107 Le texte a que pour qui. Sur cette confusion fréquente des pronoms relatifs, cf. « Présentation du (...)

368« Certes, dist elle, c'est une chose que107 les preudommes attrait qui ne sont mie encoires parfaiz de tous poins. c'est assavoir ung pou de gloire et ung pou de renommee que ilz ont bien gouverné le bien commun, laquelle gloire comment elle est petite – cy demonstre Philosophie que l'en ne doit pas faire grant compte de gloire et sans tous pris regarde en ceste maniéré. Si comme tu as apnns par vives raisons des astronomiens, toute l'espace de la terre n'est que ung point au regart de la grandeur du ciel, c'est a dire que qui ferait comparaison de l'un a l'autre, la terre ne semblerait néant. Et de ccstc petite partie du monde, la quarte partie n'est pas hantee des choses que nous congnoissons, si comme Tholomees le monstre. Et se tu veulx soustraire en ta pensee de ceste quarte partie ce que la mer, les marez et les desers en cueuvrent, trop estroite place en demeure aux hommes pour habiter. Et vous, hommes, en ce chétif point de ceste petite partie de point enclos, comme est ce que vous pensez comme vous puissiez vostre renommee estandre et [f. 36 v] preschier et multiplier vostre nom ? Quelle grandeur peult donc avoir vostre gloire qui est enclose en si estroit lieu ? »

369Glose

  • 108 La référence à Macrobe au début de cette glose est justifiée par le fait que le Commentaire sur le (...)

370Note cy que, selon ce que dit Macrobes, l'en seuil deux choses quérir en renommee, c'est assavoir grant lieu et grant temps, car homme qui quiert gloire et renommee veult et desire moult qu'elle s'espande de loing et qu'elle dure longuement. Maiz qu'elle ne se puisse estandre loing, elle le monstre cy par la terre qui est moult petite au regart du ciel. Et est assavoir que la terre a cinq porcions ou cinq parties : c'est assavoir septentrionnal et l'austral, qui sont inhabitables aux hommes pour la grande froidure qui y est ; l'autre est equinocenal, qui est inhabitable pour la grant chaleur qui y est ; l'autre solsticial et la brimai, qui sont attrempees de chault et de froidure et sont habitables en aucunes parties d'eulx, non mie par tout, car il y a moult d'eaues, moult de palies et de desers ou hommes ne peuent habiter. Ainsi demeure moult petite partie de terre pour eslargir la renommee des hommes, et mes me ment qu'il y a moult grans diversitez de langaige, que l'ung ne puet entendre l'autre, et aussi moult grant diversité de meurs, car ce qui est loué en aucuns peuples est blasmé et vitupéré es autres. Et aussi a grant difficulté de chemins et de voyes et ou pou de gens peuent aler et converser. Ainsi dont se peult pou eslargir la renommee des hommes108.

371"Quare etc."

372Texte

373« Adjouste encoire que en si briefve espace de habitacions de terre habittent moult de nacions qui sont dissemblables en langue, en meurs et en maniéré de vivre, ausquelx tant [f. 37] pour les appressees des chemins, or pour la diversité des langaiges, or pour la desacoustumance des marchandise !s|, non pas tant seulement des noms des singulières personnes maiz des citez n'y peuent avenir ne n'y sont congneuz. »

374Glose

375Encoire preuve que ce n'est pas merveilles se la remommee d'un homme se peut pou loing estendre quant la renommee des grans citez fault bien comme Romme.

376"Non solum modo..."

  • 109 Marcus Tullius Cicero = Cicéron. L'œuvre de Cicéron à laquelle il est fait ici référence est le Son (...)
  • 110 II est intéressant de noter qu'ici, c'est le toponyme mous Cospiens qui constitue une glose du text (...)
  • 111 Glose non signalée. En fait, Boèce parlait des Parthes, auxquels le traducteur a substitué ceulx de (...)

377« Ou temps de Marques Tules109, si comme il le raconte en ung lieu, le nom de la cité de Romme n'avoit pas encoir passé les mons Cospiens, c'est a dire les nions de Tancasus110. Et si estait ja Romme moult parcreue et la doubtoyent ja ceulx de Perse, c'est a dire les Turcs111, et moult d'autres nacions entour. Vois tu donques quant petite est la gloire que tu cuides eslargir ? La ou le nom de Romme ne peut passer, passera donc le nom d'ung seul homme rommain ? Et plus, que les coustumes des gens sont moult diverses, que ce que l'en loe en ung pays, l'en blasme et pugnist en ung autre. »

378"Verbi gracia..."

379En aucun pays, les amis des mors font pour eulx grans disnez et joyeux, et en autre pays l'en fait le contraire.

380Texte

381« Dont il avient que se aucun se delitte en renommée, il est moult de gens ou sa gloire ne porra [f. 37 v] venir, et aussi sa gloire sera tant seulement congneue entre les siens.

382"Sed quam multos etc."

383Et celle noble gloire sera enclose entre les tenues d'une seule gent. »

384Or monstre cy que gloire ou renommee ne puet longuement perseverer se elle n'est mise en escriptpar ce qui s'ensuit.

  • 112 Glose non signalée.

385« Quans vaillans homs ont esté ça en arriérés, desquelz les faiz ne sont pas mis en escript. ains sont moult tost oblié, et si proffïtte moult pou l'escripture aucunes foiz, car ancienneté l'efface et ceulx aussi pour qui elle est faicte ! Il semble que vous cuidez perpétuer vostre vie et faire immortelle par ce que vous pensez de la renommee du temps advenir et pensez que vostre nom en puisse plus durer. Et se tu veulx comparer ceste duree a l'eternité qui est sans fin, tu n'y trouveras point de proporcion. Car deux durees qui ont fin puet on comparer, combien que l'une soit petite et l'autre grant car si souvant puet on multiplier la petite qu'elle sera égale a la grant. Maiz quant l'une a fin et l'autre n'en a point, l'en n'y puet trouver équité, combien que souvent on multiplie celle qui a fin. Et pour ce. la renommée du temps qui est comparé a la éternité n'est rien. Et si ne savez vous, hommes, faire droittement tel bien, fors que tant comme [f. 38] les oreilles du peuple vous escoutent. et laissiez la droiture de conscience et le mérité de vertu, et demandez louyer des petites paroles et estranges. Mais or entens comment en celle legiereté d'orgueil et de vainne gloire ung homme arrogant fut eschamy de sa vanité d'un autre, car il vouloit estre tenu pour philosophe, c'est a dire pour homme de perfection112. et si n'avoit pas vertu en soy, pour quoy il en feust digne. Si voult ung autre essayer s'il estoit philosophe ou non en telle maniéré, c'est assavoir s'il eust paciencc qui bien le injuriast. Si le commença a injurier, et cil arrogant faingnoit pacience en soy ung pou. Et puis, quant l'autre ne se souffrit, si dit ainsi comme en soy esjouyssant : « N'as pas encoires congneu que je suis philosophe ? » Et cil luy respondi moult raisonnablement et asprement : « Je l'eusse bien congneu se tu te feusses teu ».

386"Quid autem est etc."

387Et quant est ce que preudons et vaillant, car de ceulx icy parlons nous, veulent avoir bonne renommée pour leurs bonnes euvres, qu'en ont ilz a faire après leur mort ? Car. se les hommes meurent et quant au corps et quant a l'ame, laquelle chose noz raisons ne laissent pas ne ne souffrent a croire, la gloire d'eulx ne vault rien, car nulle chose ne demeure a qui on la doive donner.

388"Si vero bene..."

389Mais se l'ame vit [f. 38 v] aprés le corps et par ses mérités elle s'en va franchement ou ciel, que ly chaut il des besoingnes terriennes ne de la gloire de renommée quant elle est a grant joye et est délivrée de la terre ? »

Encoire Philosophie
« Cil qui ne quiert que renommée
Et y met toute sa pensee
Rcgart le ciel qui est si large
Et la terre qu'a si brief marge.
Adonc pourra avoir grant honte
Quant de croistre son nom fait compte
En terre et n'y peult avenir
Orguilleux cuident retenir
Leur vie pour joye esloingnier
Et de mort fuyr le dangier.
Maiz. certes, ce nen ne leur vault.
Qu'a la mort vostre gloire fault
Combien qu'elle soit estendue
Et par mains pays espandue.
La mort fait tous egaulx et prant
Aussi le petit com le grant.

Nota

Ou sont ores les os Platon ?... »

le philosophe

390Glose

  • 113 Gaius Fabricius Luseinus, deux fois consul, se distingua dans les guerres des Romains contre Pyrrhu (...)

391Note cy que la ou il dit icy « Platon », l'acteur du latin dit « Fabrice »113, qui fut jadiz consul de Romme et fut moult vaillant homme et loyal et fut cil qui respondit ce beau mot aux ennemis des Rommains qui luy offroyent grant some d'or : « Nous n'avons cure d'or, mais voulons commander et seigneurir a ceulx qui l'ont ».

392Texte

393« ... Ou est Brutes ? Ou est Cathon ?... »

394Glose

  • 114 Lucius Junius Brutus devint consul en 509 av. J.-C. après avoir rejeté le gouvernement des rois étr (...)

395Note cy : Brutes fut le premier consul de Romme, après que le roy Tarquinius/'Orguilleux fut bouté hors de Romme pour son filz qui a force ot corrumpue la preux Lucrèce, qui de dueil de son pechié [f. 39] s'occist de sa main. Et cil Cathon fit cil qui fonda premiers les loys et fut moult juste et rigoureux114. Et tous ceulx cy, non contrestant leur grant renommee ancienne, sont mors et, ainsi comme tous, obliez hors de memoire.

396Texte

« ... Les lectres qui voz noms recordent
De la mort pas ne vous descordent
Que vous ne soyez effaciez.
Se vous par gloire pourchassiez
Ou livre d'umainne mémoire,
Certainnement vous devez croire
Que quant vous partirez du monde.
Vous irez a la mort seconde. »

397Glose

398Note cy que icy est entendue double mort, c'est assavoir la premiere qui dessevre l'ame du corps, et l'autre qui fait oblier la renommee.

399Cy demonstre Philosophie par quatre raisons que la fortune perverse vault mieulx et profite plus que la débonnaire.

400"Sed ne etc."

401« Mais pour ce que tu ne cuidcs que j'aye prinse guerre pardurable contre Fortune, je te dy qu'il avient moult de foiz que, quelconque faulceté qu'elle ait en soy, si fait elle grant bien a homme et est quant elle se demonstre et descuevre sa face et fait sa maniéré. Par aventure tu n'entens pas encoires bien ce que c'est que j'ay dit. Je vueil dire merveilles et a pou que parolles ne me faillcnt. Certes, je cuide que plus prouffite a homme la male fortune que la bonne. Car la bonne, quant appert, a tousjours semblant de beneurté, et ainsi attrait elle maint par ses mensonges. Mais [f. 39 v] l'autre est tousjours vair ne vraye – or est la premiere raison – car elle monstre par soy changier qu'elle n'a point d'estat.

402"Itaque illam videos..."

403Celle, c'est assavoir la premiere, déçoit, maiz ceste enseigne. Celle tient en prison ceulx qui en usent par le semblant des faulx biens, maiz ceste les delivre quant ilz congnoissent la faulseté de sa beneurté. Or est la seconde raison. Dont tu verras celle plainne de vent, et dissolus est. qui ne se congnoist, et ceste soubre, qui se congnoist et est saige par usaige des tribulacions. Et plus, car la bonne destoume souvant les sotz hommes par ses losenges de vray bien. Veez cy la tierce raison. Et la male les attrait moult de foiz au vray bien au croc de l'adversité. »

404Glose

  • 115 Psaumes, XXII, 4.
  • 116 Psaumes, LXXXVII, 17.

405Note cy que pluiseurs après les adversitez qu'ilz ont eues se sont chastiez et amendez et devenus preudommes, les uns religieux, les autres autrement selon le psalmiste « Virga tua et baculus tuus »115, et ailleurs « Impie faciès eorum ignomin[i]a »116.

  • 117 Ce thème des vrais amis qui se révèlent dans le malheur est amplement développé dans Le Roman de la (...)

406« Veez cy la quarte raison. Tiens tu a pou de chose ce que ceste fortune si aspre et si horrible fa descouvert les cuers de tes loyaux amis117 »

407Note cy que les amis sont cilz qui ayment aucuns de vray cuer, non mie pour proffit qu'ilz en ayent ou esperent a avoir. Et telz amis ne délaissent pas leur amy en adversité, maiz l'accompaignent et participent de son meschiefet le confortent et luy aident de leur povoir. Maiz les faulx amis sont cilz qui ayment aucuns de chiere et de faulx semblant et pour aucun profftt qu'ilz en ont [f. 40] ou attendent a avoir. Et ceulx cy sont des amis de fortune, qui s'en vont quant la prospérité s'en va, ainsi comme les arondes qui avec l'esté viennent, et quant il se depart, ilz s'en vont aussi.

408« Ceste a dessevré et jugié entre les faulx semblans de tes compaignons et les vrays. Quant elle se departist de toy, elle emmena les amis qu'elle t'avoit donnez, maiz elle fa laissié les tiens. Moult eussent acheté chierement, quant tu estoyes par semblant en ta beneurté, que tu te congneusses bien. Or te plains tu quant tu as perdu tes richesses, quant tu as ce trouvé qui estoit la plus precieuse de tous tes biens. »

409Encoire parle Philosophie qui loe et recommande amour et aliance, qui sont es quatre maniérés de creatures, c'est assavoir es temps, es elemens, es estoilles, es hommes, et tout par l'ordonnance de Dieu.

" Quod mundus stabiliter etc. "
« Que li monde se tient ensemble
Ou une chose autre ne semble,
Que ly element si contraire
Sont or entr'eulx si débonnaire,
Que la haulte mer retient s'onde
Que toute terre ne confonde,
Que par le jour le souleil luyt
Et si la lune esclaire la nuyt,
Tout ce fait la vraye amour
Qui est ou souverain Seignour
Qui ou ciel et en terre regne.
Mais s'il vouloit ladder la resne,
Guerres feroyent toutes choses
Qui par luy sont en paix encloses
Et si fort seignourieroyent
Que le monde despeceroyent. »

  • 118 Ces deux mots manquent dans le manuscrit

410[f. 40 v] Note cy dessoubz de l'aliance et concorde des temps car esté et yver sont contraires en leurs extremitez, maiz printemps et autompne sont moyens entr'eulx et ont ensemble merveilleuse concordance. Car printemps en son commencement prent d'yverfroidure et moisteur, et en la fin il prent d'esté chaleur et seicheur. Et autompne aussi reçoit ces meismes qualitez, maiz c'est au contraire, car premièrement il est chault et sec en son commencement, et ce prent il d'esté, et en la fin il est froit et moiste, et ce prent il d'yver. Et esté [et yve118] qui sont contraires en leurs qualitez sont conjoins ensemble par ces deux moyens : ver et autompne.

« Ceste amour lye les couraiges.
Les sens et les bons mariaiges,
Et tous les vrays amis ralye
Et tient en bonne compaignie.
Hommes seroyent en bon point
Se l'amour qui les cieulx conjoint
Les cuers ensemble ralyoit,
Car droite beneurté serait »

LIVRE III

411[f.41]

412Cy commence le tiers livre ouqnel Philosophie entent a demonstrer les plus fors remedes qu'elle avoir promis, c'est assavoir qu'est faulse heneurté, et par le contraire d'icelle, qu'est vraye beneurté, et en quoy elle est assise, et par quelle maniéré l'en puisse a luy parvenir.

413Boece parle.

414"Jam cantum etc."

  • 119 Glose non signalée.

415Elle, c'est assavoir Philosophie119, avoit ja son chant fine...

416Glose

417Id est son dictié rimé et plain de doulceur et de joye.

418Texte

419Boece

  • 120 Nous corrigeons le texte en supprimant le groupe de mots avoye et, erreur du copiste par anticipati (...)

420... et la doulceur de son chant m'avoit si seurpris que j'(avoye et) estoye120 tout ardant de plus ouyr et avoye drecié mes oreilles. Si luy diz après : « O souverain confort des cuers mesaisiez ! Com tu m'as récréé et par la vertu de tes sentences et par la doulceur de ton chant, tant que je congnoiz après ce que je ne suis pas despareil ou ressoignant aux cours de Fortune, et pour ce je n'ay pas orreur de recevoir l'aigreur des remedes. de quoy tu as fait mencion par dessus, mais je les requier comme ardant de ouyr. »

421Philosophie

422"Turn ilia etc."

  • 121 Glose non signalée.

423« Je l'ay, dist elle, bien sentu quant tu ouoyes si paisiblement et si ententivement noz paroles, si que j'ay entendu de l'abit et de la disposicion de ton cuer, et par aventure et plus vrayement je meismes l'ay parfait. Ces choses donques qui remaingnent. id est qui sont encoires a dire121, sont poignans au goust au commencement ; maiz quant [f. 41 v] elles seront dedens ou cuer, si seront doulcefs]. Et pour ce que tu dis que tu nous desires moult a ouyr, se tu savoyes ou nous te entendons a mener, tu ardroyes tout »

424Boece : « Et quelle part ? »

425Philosophie : « A vraye félicité, laquelle ton cuer songe, maiz pour ce qu'il est occupé a regarder les ymaiges des terriens biens, si ne peult choisir ceste beneurté.

426- Pour Dieu, je te prie que le faces tost, ce dist Boece, et me monstre celle vraye félicité. »

  • 122 Glose non signalée.

427Philosophie : « Je le feray voulentiers pour l'amour de toy, id est ton prouffit122. maiz avant je me peneray toy monstrer paroles couvenables a ce qui plus est prés de ta congnoissance... »

428Glose

429Note cy que la chose est congneue par trois manieres : ou par ses proprietez, ou par son semblable, ou par son contraire.

430Texte

431« ... si que, quant tu le verras clerement, tu puisses legierement entendre, quant tu tourneras tes yeulx de la faulse félicité, qu'elle est vraye. »

  • 123 Le texte a bien s'ensuit, erreur probable pour s'enfuit, lecture qui permet de donner un minimum de (...)

Philosophie. Le premier exemple
"Qui serere etc."
« Qui veult son champ faire porter
Les espines doit essarter
Et les rouses et la fougiere
Pour avoir moisson plus planiere.
Quant d'amer a sentu le goustz,
Miel ly semble le plus doulz.
Les estoilles sont plus plaisans
Après le tremblement des vens.
Quant la lune obscure s'ensuit123,
A plus grant gré le souleil luist.
[f. 42] Aussi regarde les biens faulx.
Quant tu savras jugier les maulx,
Aux vrais biens te retourneras
Et plus grant saveur trouveras. »

432Note cy la contenance des saiges.

433" Tum etc. "

434Adonc elle s'enclina ainsi comme se elle pensast parfondement. puis commença a dire :

435Cy demonstre Philosophie qu'est vraye félicité et met icy trois principalles conclusions, dont s'ensuit la premiere.

436« La cure de toutes choses mortelz, combien qu'elle se travaille en pluiseurs et diverses maniérés et aille par diverses voyes, elle ne tendt fors qu'a ung ternie, c'est a félicité, a qui toute rien desire venir. Ceste félicité ou beneurté n'est autre chose que ung bien si parfait que qui l'a ne peult desirer plus riens ; laquelle félicité est le souverain de tous biens et qui a en soy la perfection de tout bien. Et se nulle de ses perfections li faillent. il ne serait pas souverain, car plus fort de luy avroit que l'en pourrait desirer. Il appert donques que félicité si est ung estât parfait qui prent en soy tout bien, et a tel estat tous mortelz s'efforcent de venir par diverses voyes, si comme nous avons dit, car le désir de bien vray est entré en cuers des hommes naturellement.

437"Sed falsarios error etc."

438Maiz erreur le trestoume aux faulx biens. Cy met Philosophie la seconde conclusion : c'est une opinion, [f. 42 v] Car aucuns, qui pensent que c'est félicité par qui l'en n'a souffrette de rien, si s'efforcent d'avoir nchesses. L'autre oppinion. Les autres cuident qu'elle soit digne de toute honneur et de toute reverence. Si quierent dignitez par quoy ilz soyent en honneur et en reverence entre leurs voisins. Et si sont aucuns qui la mettent en souverain povoir ; et cilz, ou ilz veulent regner, ou estre joings a ceulx qui régnent. Et que cilz qui cuident estre renommez et avoir gloire de nom soit chose souverainne s'efforcent ou par art de paix ou par art de guerre... »

439Glose

440Note que art de paix est a entendre estude de livres, comme de gramaire, logique, rethorique ou d'autre science, pour son nom accroistre. Art de guerre est a savoir lancier le dart, estre legier et appert du corps, estre fort et vertueux et bien introduit, et combatre a pié et a cheval.

441Aultre oppinion

  • 124 Glose non signalée.

442« ... d'accroistre leur renommee. Et les plusieurs mettent celle félicité en joye et en solas, et telle maniere de gens se plungent tuit en délit de corps. Et si sont plusieurs qui leurs choses entremellent et usent de l'une pour l'amour de l'autre, comme aucuns qui veulent principalment delices, et pour les avoir plus legierement s'efforcent d'avoir richesses ou povoir, et autres qui veulent avoir povoir ou pour avoir richesses ou pour avoir renommee. Et en telle manière [f. 43] se diversifient les voyes des euvres humainnes. Et a ces choses s'entendent pour quanqu'ilz font et quanqu'ilz ont, comme noblesse et faveur de peuple pour renommee, femme et enfans pour joye. Amis vrays ne doivent estre contez entre les biens de fortune, comme ce soit très sainte chose, mais doivent estre comptez entre les biens de vertu. Mais autres amis communs, ou ilz sont pourchassez pour avoir plus grant povoir ou plus de soûlas. Et les biens de corps que donne Nature sont ordonnez aux dessusdits, comme d'estre grant et fort si donne povoir, estre bel et legier donne renommee, estre sain donne leesce. En toutes choses, l'en ne demande principalment fors que félicité, c'est assavoir estat parfait124, car chascun. ce qu'il ayme principalment, il tient a bien souverain, et c'est félicité. Dont en désirant celluy, il desire félicité, car il cuide estre beneuré quant il peult avoir ce que plus il desire. Or pués tu donc bien veoir a l'ueil la manière de la félicité que les hommes quierent en ce monde, c'est assavoir richesses, honneurs, puissance, gloire et delices, lesquelx li Epycures cuydent estre souverains biens, si les desire car il ne regarde autre part, ains entent que toutes choses soyent pour avoir délit. »

443Cy retourne Philosophie a ce qu'elle a dit devant.

444« Mais je retourne aux entendons de homme qui quiert naturellement [f. 43 v] bien souverain. Mais il est de luy ainsi comme de l'omme yvre qui veult tourner a sa maison et ne sceit tenir le chemin. Errent donques cilz qui s'estudient d'avoir l'estat ou ilz n'ayent souffrete de rien ? Certes non. car il n'est rien qui plus puisse parfaire félicité que l'estat qui prent tout bien en soy. Errent aussi cilz qui pensent que le bien souverain soit digne de tout honneur ? Certes nenny, car ce n'est pas chose vil qui face a mesprisier, car tous le désirent. Et puissance n'est elle pas ou bien vray ? Quoy donc ! Est ce chose foible comme elle passe de valeur toutes choses ? Et renommee, fait elle a mesprisier ? Certes nenny, car ce qui est si excellant ne peult estre sans los. Et que le bien si parfait soit sans toute tristesse, il ne le couvient pas dire aultrement, car tout délit y est, comme nous veons que avoir ce qu'on desire face joye, combien qu'il soit petit. Ce sont donques les choses que les hommes désirent, et pour ce quierent ilz richesses, dignitez, royaumes et renommee avec les délices, car ilz cuident avoir par ce souffizance. honneur, puissance, gloire et delices. C'est donc le bien parfait que tous désirent par si diverses voyes, en quoy nous povons veoir la force de Nature, car combien que les oppinions de ce bien soyent diverses, toutes foiz en luy amer [f. 44] toutes s'accordent. »

445Cy demonstre Philosophie comment est grant la force de Nature.

446Philosophie

  • 125 Jean de Meun, habituellement si fidèle à Boèce, transforme un peu cet exemple, puisque l'oiseau cap (...)

"Quantas rerum..."
« Or me plaist monstrer en chantant
Comment Nature qui peult tant
A si le monde enchaenné
Et chascune chose enffaenné
Et si lyee de sa loy
Qu'adez l'a fait venir a soy.
Et se par force est destoumee,
Arricr l'estuet estre menee.
Combien que le lyon soit pris
En beaux lyens et de grant pris.
Et pour luy plus aprivoisier
Luy face l'en appareil lier
Bonne viande a luy repaistre
Et saiche ja cremir son maistre.
Se le sang frez luy taint la bouche,
De sa prove qu'au cuer ly touche,
Trestout maintenant luy souvient
Et naturel cuer luy revient.
Quant on cuidoit qu'il feust rassis,
Tous ses lyens fors et massis
En peu d'eure a brisiez et romps.
A son maistre rent son courroux
Qu'il avoit ja doubté grant piece.
Aux dens le desront et depiece.
Quant on prent ung oisel sauvaige
Et le met on en belle caige125,
A grant estude et a grant cure
Luy appareille on sa pasture.
Et s'il peult yssir de prison,
Au bois ou il a sa maison
Naturelle adresce sa voye
[f. 44 v] Et chante souef et fait joye.
Se la main prent le hault sommet
D'une verge et aval la met,
Tout maintenant quant on la laisse,
Vers le ciel au plus droit s'eslaisse.
Le souleil qui se vait escondre
Le soir s'en va dessoubz le monde,
Mais au matin revient arriéré
Pour donner au jour sa lumière.
Toute rien tourne a sa nature
Ne de nul autre ordre n'a cure
Qui ne s'accorde a la fin
Ou l'ordonna le sens divin. »

447"Vos quoque etc."

448« Vous aussi, chose terrestre, combien que ce soit moult obscurément, vous songez vostre commancement et veez vostre vraye fin. mais c'est par congnoissance moult trouble. Et pour ce, d'une part naturel désir vous mainne en vray bien, et d'autre part maintes erreurs vous en destoument. Tu, Boece, regarde donc se ces choses par quoy les hommes cuident venir a félicité les peuent mener a droit port, car se par richesses et par honneurs et par les autres choses de Fortune, homme puet avoir bien parfait a cuy riens ne fault, nous octroyons qu'il sera bien eurez quant il avra ces choses. Et s'il ne puet avoir par ce bien souffisant, ains soit encoires en deffaut grant puis qu'il les avra, certain est que la félicité qu'elles promettent est faulse. »

449[f. 45] Cy demonstre Philosophie que richesses ne font pas a homme avoir souffizance ne beneurté, et par trois raisons qui s'ensuyvent, et use cy d'argumens dyaletiques. savoir en demandant.

450« Premierement, je te demande : quant tu avoyes nagueres grant habondance de nchesses, avoyes tu nul mesaise au cuer pour tort qu'on te feist ? »

451Boece : « Il ne me souvient mye que je feusse onques en telle franchise que je n'eusse adez aucun grief de cuer. »

452Philosophie : « N'estoit ce pour ce que tu n'avoyes pas ce que tu voulsisses avoir ou avoyes tu ce qui te grevoit ? »

453Boece : « Ainsi est il. »

454Philosophie : « Dont voulsisses tu avoir l'une, et estre delivre de l'autre ? »

455Boece : « Je le croy. »

456Philosophie : « N'a donc cil souffrette de ce qu'il desire quant ne l'a ? »

457Boece : « Souffrecte a il. »

458Philosophie : « Cil qui a souffrecte n'a pas parfaitte souffisance ? »

459Boece : « Certes, c'est voir. »

460Philosophie : « Donc quant tu avoyes plus grant planté de richesses que tu n'as ores, tu avoyes en ce ceste souffrette ? »

461Boece : « Quoy donques ? »

462Philosophie : « Les richesses donc ne te puent donner souffisance ne oster souffrette, et si est ce qu'elles promettent. Et plus y fait a regarder que richesses n'ont riens si précieux que on ne leur puisse bien tollir a celluy qui les a maugré sien. » C'est la seconde raison.

463Boece : « Je le congnois. »

464Philosophie : « Pour quoy ne le congnoistrois tu quant tous les jours les plus fors ostent au[x] plus [f. 45 v] foibles ? Dont sont les plais en ces cours fors de ce que on se plaint d'autruy qui luy a tolu le sien ou par force ou par barat ? »

465Boece : « Ainsi est il. »

466Philosophie : « Dont a cil qui les richesses a besoing d'ayde foraine pour garder qu'on ne luy oste. »

467Boece : « Qui pourrait ce nyer ? »

468Philosophie : « Et certes, de ce n'avroit il nul besoing se il n'avoit riens qu'on luy peust oster. »

469Boece : « Cy n'a point de doubte. »

470Philosophie : « Dont est la chose tournée en son contraire, car les richesses qui promettoyent souffisance font avoir nouvelle souffrecte d'ayde forainne pour les defendre. »

471Boece

472"Quis autem etc."

473« En quelle manière donques ostent les richesses souffrecte ? »

474Philosophie : « N'ont pas les richesses fain et soif et froit, mais tu diras que les richesses ont bien dont ilz se peuent saouler et oster la soif et le froit. Et en ceste guise, les richesses peuent donner remede contre souffrecte, mais oster du tout ne la peuent elles ; car se la souffrette qui tousjours revient est confortée de richesses, elle demeure tousjours et revient, si que adez a mestier de secours. Je ne parle pas que Nature a assez de pou de chose, mais a avance riens ne souffist. Pour quoy donques, se les richesses ne peuent oster souffrecte maiz en font une nouvelle, comment cuidez vous qu'elles donnent souffisance ? »

475[f. 46] Cy preuve Philosophie ce meisme par deux raisons qui s'ensuivent.

"Quamvis etc."
« Sc ly avers avoit ruisseaux
D'or et d'argent et de joyaulx
Chargiez de pierres précieuses,
Et cent beufs pour arer ses terres,
Ja sans angoisse ne seroit
Et a la mort trestout lairoit. »

476Glose

477Note cy dessus trois choses en quoy riches gens se delictent. savoir or. pierres précieuses et grans possessions de terres.

478Cy a parlé Philosophie des richesses, or parle cy aprez des dignitez et met cy sa premiere raison.

479"Sed dignitates..."

  • 126 Catulle, Poésies, 52, 2 : « Nonius le scrofuleux siège sur une chaise curule ». Ce personnage serai (...)

480« Et les dignitez, donnent elles honneur et reverence a ceulx qui les ont ? Les maistries ont elles povoir de mettre vertus es cuers de ceulx qui en usent et d'oster les vices ? Certes, elles ne seulent pas les vices oster mais monstrer. Et de ce vient il que nous avons grant desdaing quant nous veons que les mauvais les ont. Dont Cathules, ung poete, quant il vit que Nomous, qui estoit consul de Romme mauvais, estoit assis en la chayere de juge, il l'appella boçu ou contrefait en la presence de tout le peuple126. Ne vois tu donques com grant honte font les dignitez aux mauvais ? Certes, leur mauvaistié serait plus secrette s'ilz n'estoyent pas en dignitez. Tu meismes, ne te meiz tu en grant peril pour empescherque tu n'eusses maistrie avec Decore... »

481Glose

  • 127 Dans le recueil de lettres publiées par Cassiodore, on trouve une lettre du roi Théodoric à Decorat (...)

482Ung malheureux aussi qui estoit consul de Romme du temps de Boece et estoit espaignol. et esmut les Goths contre les Rommains, et en la fin [f. 46 v] fut déposé du consulat et mort127.

483Texte

  • 128 Le texte a de au lieu de a (3ème pers. de l'indic. pr. du verbe avoir).

484« ... pour ce que tu veoyes qu'il avoit cuer felon et mesdisant ? Povons nous jugier que ceulx soyent dignes de reverence pour les dignitez qu'ilz ont quant nous jugeons qu'ilz ne sont pas dignes de dignitez ? Mais se tu veoyes ung homme plain de sapience, pourroyes tu cuider que il ne feust digne de reverence pour l'amour de la sapience qu'il a ? Nenny voir, car vertu de128 sa propre dignité, laquelle elle met en ceulx a cuy elle se joint. »

485Glose

486Note cy que mieulx vault sapience que dignité, car quiconques est saige il est digne d'avoir dignité, c'est a dire honneur et reverence, qui luy sont deuz pour cause de sapience, maiz non pas e converso, car tel a dignité qui n'est pas saige.

487Texte

488« Et pour ce que les dignitez seculieres ne peuent pas ce faire, c'est tout cler qu'elles n'ont pas aussi de soy propre beauté de dignité. »

489Cy met Philosophie la tierce raison.

490"In quo illud etc."

491« Et c'est ce que l'en doit encoir plus regarder, que se celluy est plus ahontez que plusieurs desprisent quant telz dignitez ne luy donnent reverence de soy, de tant est celluy plus alionté qui l'a a tort quant elle monstre a plusieurs ce qui n'est pas digne. »

492Glose

493Note cy ung beau mot, que ainsi comme les dignitez se mocquent des mauvaiz quant elles monstrent et descuevrent, aussi font les mauvaiz d'elles quant ilz les font desprisier et aviler.

494Texte

495« Et certes, c'est a bon droit, car aussi font les mauvais es dignitez, que ilz les font desprisier [f. 47] et aviler par leur compaignie.

496"Atque ut cognoscas etc."

497Et pour ce que tu congnoisscs que l'ombre de ses dignitez ne peuent donner vraye reverence, par aventure se aucun qui a moult de maistries aloit entre les nations estranges, les barbanns qui rien ne scevent de ses dignitez luy en porteroyent ilz reverence ? Quasi diceret nenny. Se honneur leur estait deu par nature, elle ne leur fauldroit point en quelque lieu qu'elles feussent, si com le feu est chault par tout car c'est sa nature. Mais quant honneur n'appartient par nature aux dignitez mais leur donne la foie estimacion des gens, pour ce, quant on les a, la ou on ne les congnoist, tantost s'esvanouissent. Or est ce entre les estranges nacions, et la ou clics sont nccs durent elles tousjours. Certes, la poesté de Romme fut jadiz grant dignité. Or est nom de vanité et contraire a l'avoir des sénateurs qui jadiz avoyent la cure du bien commun : il estait grant homme, or n'a si despit office a Romme. Car selon ce que nous avons dessus dit. ce qui n'a pas honneur de soy mais l'a selon l'oppinion des gens, or est prisié, or est desprisié. »

498Cy fait Philosophie sa conclusion.

499« Se les dignitez donques ne peuent donner reverence, se elles [s'] anullent quant les mauvaiz les ont. se elles perdent leurs pris selon ce que le temps se change, s'elles perdent leur valeur par l'estimacion des gens. [f. 47 v] quelle valeur ont elles en eulx ? Nulle, et aussi moins la peuent donner aux autres. »

Autre exemple
Philosophie

"Ouamvis etc."
« Li mauvais Noiron orguilleux.
Seigneur des joyaulx précieux,
De marguerites, de soye,
S'estoit il haiz toutesvoye
De toute maniéré de gent,
Car sa luxure estait si grant... »
Note cy que cil Noiron avoit geu avec sa mere propre et avec sa seur, et se fardoit d'oignemens.
« ... Et joinct a toute cruaulté.
N'avenoit pas de loyaulté
Que il aux plains de bonnes meurs
Donnoit aucunes fois honneurs :
L'onneur que le mauvais donnoit
De soy bon estre ne povoit. »

  • 129 Glose non signalée.

500« Mais les royaumes et les familiaritez d'eulx, c'est a dire le service des royaulx'129. peuent ilz donner puissance ? »

501Boece : « Et quoy donques ? »

502Philosophie : « Et le te semble il mais quant voiz tu que leur beneurté puisse durer tousjours ? »

503Cy parle de puissance en deux choses, principalment en royaumes et en familiaritez des royaulx.

504« Certes, nous sommes tous plains d'exemplaires, et vielz et nouveaulx, que mains roys ont changié leur beneurté en misere. »

505Glose

  • 130 Selon les identifications proposées par G. M. Cropp (« Two historical glosses in Le Livre de Boece (...)

506Note cy des nouveaux exemples de la chetiveté ou misere des roys de nostre temps, comme du roy Edouart d'Angleterre qui fut mort par ses freres. Item du roy Andrieu qui fit trouvé pendu. Item du roy de Mayogres qui perdit tout, et des vieulx exemples a moult d'escriptures plainnes130.

507[f. 48] C'est la premiere raison.

508Texte

  • 131 Cet exemple renvoie à l'histoire de Damoclès : ce courtisan de Denys 1er l'Ancien de Syracuse affir (...)
  • 132 Glose non signalée.

509« O grant noblesce de ccste puissance qui n'a povoir de soy garder ! Et se le povoir des royaumes peult donner beneurté, la ou ce povoir fault et beneurté aussi y fault, ne couvient il qu'il y ait misere ? La seconde raison. Mais combien que ung roy ait grant royaume et large, si couvient il qu'ilz soyent moult de gens ou cilz royaulmes ne s'estendt pas. La fauldra donques la beneurté de ce povoir, et lors couvient il que maleurté et non puissance y entre, qui les fait d'autre part chetifz. Donc avr(i)ont les roys plus grant porcion de maleurté que de beneurté. Exemple d'un des roys des Roumains qui ot non Denise le tyrant. Ung Rommain, qui avoit esprouvé les perilz qui estoyent en son gouvernement, si les monstra par le semblant d'un glaive qu'il fit tendre sus sa teste, qui tousjours luy fasoit paour131. La tierce raison. Quelle est donques ceste puissance qui ne puet oster les aguillons de cuisacion et le mors de paour ne puet eschuyr ? Certes, si désirent moult seurté, c’est assavoir les roys132, mais avoir ne la peuent et adés se donnent gloire de leur povoir. »

510C'y met la quarte raison.

511"At tu potentem etc."

512« Tiendras tu donc puissant celluy qui ne porra faire ce qu'il veult ? Est cil donques puissant qui est anvironné de sergens d'armes, qui plus doubte(nt) [f. 48 v] ceulx qu'il cuide espovanter qu'ilz ne font luy, combien qu'il leur face par aventure paour, et qui se met en la main de ses sergens pour ce qu'il veult sembler estre puissant ? Et que diray je des amis et des familliers aux roys puis qu'il est monstre avant que les roys ayent si pou de puissance ? Nepourquant cil sont souvent abatu puis que le royaume se tient, et souvent pour ce que les royaumes faillent. Néron l'empereur, et Sencquc son maistre et son famillier : ne le contraint il pas a eslire tel martire qu'il pourrait et qu'il luy plairait ? »

513Glose

  • 133 A qui se réfère le premier ? Le second est celui que nous connaissons bien et qui a été évoqué plus (...)

514Note cy qu’ilz furent pluisieurs Neirons. L'un fit Neyron Tyberius qui occist l'empereur Jovinian, et cestuy fut dit Claudius qui occist Seneque et les apostres saint Pierre et saint Pol. Et depuis morust il chetivement, car les sénateurs de Romme se rebellèrent contre luy pour ce qu'il avoit fait bouter le feu en la cité, et plusieurs Rommains ctvoilfait morir, et le feirent batre de verges de fer. Et ne pot trouver en la fin amy ne ennemy, amy qui luy voulcist aidier, ennemy qui le voulcist tost faire morir pour eschuir les painnes qu'il souffroit, et en la fin se occist de sa main133.

515Texte

  • 134 Il s'agit du célèbre juriste romain Papinien, mis à mort par l'empereur Caracalla (surnom d'Aureliu (...)

516« Anthoines l'empereur fist occire aux glaives de ses chevaliers Papiniain qui avoit esté long temps puissant en sa court, et embedeux vouloyent voulentiers resigner a leur puissance134, mais neis Seneques vouloit baillier toutes ses richesses a Noiron et soy partir de la court. »

517Glose

  • 135 En 62, Sénèque, ayant mesuré son impuissance face à l'évolution du comportement de Néron, lui deman (...)

518Note cy que cil Seneques, quant il vit qu'il le couvenoit [f. 49] mourir, il se saoula et en ung bain chault entra et des deux bras se fist saingnier, et selon aucuns but venim135.

519Texte

520« Mais le fais de maleurté tire a soy si celluy qui doit chcoir qu'il ne se peult retenir, dont ne ly uns ne ly autres ne pot cschapper de mort. »

521Glose

  • 136 Pierre de la Brosse, chambellan de Philippe le Hardi, fut arrêté en 1278 et pendu. Enguerrand de Ma (...)

522Non feirent en nostre temps La Broce, Marigny, Guillaume Guecte, Pierre Remy, Jourdain de l'Ilie, Henry Tappel, Olivier de Cliçon, le conte d'Eu, connestable de France136.

523Texte

  • 137 Nous proposons de lire deviennent plutôt que demeurent, pour le sens et en raison de la quasi simil (...)
  • 138 Glose non signalée.

524« Quelle est donc ceste puissance qui met en paour ceulx qui l'ont et ne seras asseur tant comme tu la vouldras retenir, et se tu la veulx laissier, tu ne pourras pas sans peril ? Te deffendront les amis que prospérité, non pas vertu, t'a donnez ? Ceulx qui ayment, tant que Fortune dure, demeurent137 ennemis quant elle fault. Et il n'est pestilence qui plus puisse nuyre a homme que ly ennemy familier, c'est a dire privé138, et qui scevent son estre. »

« Riens ne te puet pins nuysant estre
Com ton ennemy qui sect ton estre.
Ja ne verrez nul plus grevé
Que par son ennemy privé.
Qui veult donc vraye seignone
Son cuer ait tout en sa baillie.
Que couvoitisc ne luxure
Ne le tiengnent pas en leur cure
Car se tout le mont te doubtoit
Et toute chose te servoit,
Se ton couraige ne doubtoyes.
Ja pour ce puissant ne seroyes. »

525C'y parle Philosophie de la vainne gloire du [f. 49 v] monde et demonstre que en celle n'a point de beneurté.

526"Gloria vero etc."

527« La vainne gloire, regarde qu'elle est faulse et vilz, dont ung poete saturiens se escrie : "O vainne gloire espanduc es milliers de gens,..." »

528Glose

529Note cy que gloire siet en trois choses, c'est assavoir en faveur, en renommee et en noblesse, et parle premièrement de faveur de peuple.

530Texte

  • 139 Euripide, Andromaque, v. 319-320.

531« "... tu n'es pas autre chose fors enfleure d'oreilles"139. Nous avons souvent veu que aucuns ont esté louez par faulse oppinion de peuple, et si n'estoit pas en culx le bien qu'on cuidoit qui y feust. Et certes, ce ne puet estre que leur grant honte quant ce leur fault dont ilz sont loez. Et s'il avient que preudons ait desservy a estre loué pour sa vertu, que luy chault il quant il ne quiert pas la faveur du peuple mais la bonté de sa conscience ? »

532Cy parle Philosophie de la seconde partie, c'est assavoir de renommee.

533Texte

534« Et se l'en tient a belle chose avoir renommee, aussi doit on tenir a layde chose qui ne l'a. Mais nous avons dessus dit qu'il couvient estre plus, sans comparoisons de regions ou la renommee d'un homme ne puet venir que celle[s] ou elle vient. Donc, s'il a renommee en ung petit lieu et ne l'a en plusieurs, dont s'estent plus sa honte que sa gloire. Ceste mondainne renommée qui n'est pas digne qu'on en face mencion ne vient pas adez quant on la desire, et quant elle vient, on ne la [f. 50] puet retenir tant comme l'en veult. La tierce partie, savoir de noblesse. Se aucuns se donnent gloire par leur grant lignaige, c'est chose fainte et sans proffit et chose trop estrange, car noblesse n'est autre chose que louenge des anciens parens qui l'orent par leurs mérités. Dont la loenge est leur, non pas a ceulx qui après viennent, s'ilz n'ont autel mérité comme ilz orent. Et tant puet avoir de bien en gentillesse que ly gentil homme ont nécessité de ensuyvre les bons faiz de leurs anciens, autrement ilz forligneroyent et en devroyent avoir honte. »

535Encoire preuve Philosophie que tous sont nobles fors les mauvais.

"Omnem hominem etc. "
« Qui regarde humain lignaige
Qui est tout venu d'un paraige
- Car il n'est q[u]'ung souverain pere,
Ung seul de trestous gouvemere
Qu'au souleil a clarté rendue
Et qui fait la lune cornue.
Qui des estoilles fit la somme
Et qui sur terre establit l'omme,
Celluy mist l'ame ou corps dedens -
Ne te vante donc des parens
Cartrestuit ont droite franchise
Qui a pechié ne font servise. »

536"Quid autem etc."

537Encoire Philosophie parle cy des deliz du corps et preuve que en eulx n'a point de beneurté par quatre raisons. La premiere.

538« Que diray je des deliz du corps ? Que quant on les quiert, ilz font grant angoisse, quant on les a, ilz apportent [f. 50 v] desplaisance et repentance. la seconde raison. Quantes maladies, quantes douleurs cuidiez vous qu'ilz font au corps ! C'est la paye que les delices font a ceulx qui leur fin y mettent et leur désir. Je ne sçay quelle joye ilz en ont au commancement, mais chascun qui veult recorder ses delices scet que l'issue est douloureuse. Et se telz delices povoyent donner beneurté, dont scroyent les bestes mues beneurees, qui n'entendent fors de acomplir la utilité de délit de corps. La tierce raison. La joye que l'en a en sa femme et en ses enfans serait assez honneste. Mais j'ay ouy dire que aucuns peres ont esté tourmentez de leurs enfans, qui est chose orrible... »

539Glose

  • 140 Erreur pour Tarquinius.
  • 141 Au sujet de Lucius Junius Brutus, voir supra, note 114.

540Note cy que Brutus, qui fut des consulz de Romme, qui ot plusieurs fiIz, comme Tarquirius140, le roy des Rommains, eust esté bouté hors de Romme pour le mejfait de sonfilz, et depuis il eust quiz secours et ayde pour grever les Rommains et eust assegié Romme, les filz de Brutes, qui s'estoyent alyez au filz dudit Tarquinius encontre leur propre pere, vouldrent et s'efforcèrent d'ouvrir la porte de la cité aux ennemis. Et quant Brutus, leur pere, le sceut, leur fist copper les testes sans pitié et sans mercy141.

541Texte

542« ... a Nature, que les enfans tourmentent leur pere. Et ja soit ce que les enfans soyent bons, en a souvent le pere grant mesaise, si comme tu, Bocce, l'as aucunes fois esprouvé. Et pour ce, tien a bien dicte la parolle Euripedes, nostre philosophe, qui dit que cil qui n'a enfans, maleurté l'a fait bien euré(e) de ce mesme. »

[f-51] « C'est la nature des delices
Qu'elles navrent les cuers des vices
Parmy une povre douceur
Qui pou leur donne de saveur,

  • 142 Cette glose marginale ne semble pas être de la main de notre copiste.

Tout ainsi com l'abeille fait.
Qui primes par le miel attrait
.

la mousche guesve142

Et puis y fiche sa pointure
Qui est moult angoisseuse et dure. »

543Cy après monstre Philosophie les inconveniens qui sont enclos en ses faulses beneurtez mondaines.

  • 143 Le texte a le pour la.

544« Pour ce, ne couvient pas doubter que toutes ces voyes ne sont que fourvoyemens de vraye félicité ne ne peuent mener a la fin qu'elles promettent. La premiere partie. Et quans maulx elles ayent enclos en eulx, je te monstreray briefment. Veulx tu assembler pecune ? Il couvient que tu la soubstrayes a celluy qui l'a. Le143 seconde. Veulx tu avoir dignité ? Tu seras ou dangier de celluy qui la donne, et ainsi, tu qui veulx surmonter les autres, t'abaisseras et t'avilleras pour les demander. La tierce. Veulx tu puissance ? Tu seras tousjours en doubte de tes subgetz, mesmement que ilz ne te mettent agaiz. La quarte. Veulx tu gloire et renommee ? Il te couviendra soffrir moult de perilz ne ja asseur ne seras. La quinte. Veulx tu delices ? Tuit te despriseront, qui verront que tu seras serf de si vile chose comme est ta char.

545"Iam vero qui bona etc."

  • 144 Le texte a laissier pour laissiez.
  • 145 Le texte de Boèce parle en réalité de Lyncée. Personnage de la mythologie qui appartient à la race (...)

546Et cilz qui cuident avoir noblesce par les condicions du corps, comme est force ou beauté ou legiereté, ilz sont trop deceuz, car ilz se appovent [f. 51 v] a trop povre possession. Pourrez-vous passer le[s] elephans en grandeur et les torcaux en force ? Serez legiers plus que les tigres ? Quasi diceret ce ne puet estre. Regardez la grandeur du ciel et sa fermeté et son mouvement si ynel, et laissier144 a merveillier ces vilz choses terriennes. Mais ayez merveilles du ciel, non pas par cestes condicions, maiz par la raison qui le gouverne, id est de Dieu. La beauté de corps est si decourant qu'elle semble les fleurs nouvelles qui si legiererhent perdent leur beauté. Se les hommes, si comme dit Aristote, avoyent les veulx si très perçans comme lyns qui voit oultre les murs145... »

547Glose

  • 146 Pline, au livre XXXVII de son Histoire naturelle, consacré aux pierres précieuses, parle de la pier (...)

548Note ce que aucuns dyent que ceste beste lyns avec s'orine gecte une pierre qui est moult prouffitable a faire medicine, mais de sa male et enuyeuse nature, elle la pert et defoule146.

549Texte

  • 147 Lespiade est la forme médiévale courante pour Alcibiade.
  • 148 Alcibiade (450-404 av. J.-C.), politicien athénien réputé pour son aspect et ses talents. Il fut le (...)

550« ... si que robe ne corps ne les detenist, qui verroit dedens les entrailles de Lespiade147, qui avoit la plus belle forme du monde ne semblerait elle très laide148 ? Se donques l'en te tient a bel, ce n'est pas pour toy, qui as si grant laydeur dedens toy, mais vient de la foiblesce des yeulx que ne la peuent veoir. Et nepourquant, ymaginez tous les biens et les beautez qui peuent estre en corps, et vous verrez, vous qui de ce vous merveillez, que une fievre de trois jours gasteratout le corps. Or conclut Philosophie. Dont de toutes choses je fais une somme, c'est assavoir qu'elles [f. 52] ne peuent donner ce qu'elles promettent, ne ne sont cy parfaictes qu'elles ayent en elles bien parfait, ne ne mainnent pas a vraye félicité, ne beneurez ne sont ceulx qui les ont. »

551Cy se complaint Nature de l'ignorance des hommes qui en ces choses néant prouffitables sont cautz et subtilz, et a trouver le souverain bien errent.

  • 149 II s'agit peut-être d'une forme du participe passé de ascondre.

"Heu quam miseros etc."
« Hé, las ! com grant est l'ignorance
Qui toit a homme sa beauté
Ne ne peut trouver ce qu'il quiert
Car en sentiers contraires fiert !
Or dittes, hommes esgarez,
Se vous or es arbres querez
N'en vignes pierres précieuses,
Ce seroyent choses oiseuses.
Vous ne peschiez pas es boucaiges
Ne querez les bestes sauvaiges
En la mer ou en la riviere,
Car vous savez bien la manière
Ou l'en doit prendre venoison
Et ou l'en treuve le poisson.
Mais ou vostre bien sera pris
N'avez vous encoires apris.
Vous le querez en terre bas.
Maiz la ne le trouvrez vous pas.
Car il est sur le ciel amont
Ou se repose l'asecond149.
Je pri que li fol les biens faulx
Ayent, et quant verront les maulx,
Or se tourneront aux biens vrais
Ou il n'avra faulte jamais. »

552Or monstre Philosophie qu'estfaulce feli[f. 52]cité. Or veult monstrer qu'est la vraye félicité ou heneurté.

553"Hactenus mendacis..."

554« Assez est d'avoir monstre la faulse félicité, car se tu congnoiz la faulse, il est temps que je te monstre la vraye. »

555Ceste prose contient quatre parties. La premiere

556Boece : « Certes, dis je, je congnois bien que richesses n'ont pas souffisance, ne royaumes puissances, ne dignitez reverences, ne renommee gloire, ne delitz ne donnent joye. »

557Philosophie : « Et scez tu la cause pour quoy ? dit elle. »

558Boece

559"At qui promptissima..."

560« Il m'est avis, dis je, que je la voy ung pou ainsi comme par une fendasse, mais je lavouldroye avoir de toy plus clerement. »

561Philosophie

562La premiere cause

563« La cause, dist elle, est moult preste, car ce qui est si simple qu'on ne puet partir, l'erreur d'omme le partist en pluseurs parties et prent en lieu de bien fait ce qui n'a point de perfection. »

564Cy preuve Philosophie la majeur de sa raison.

565"An tu arbitraris..."

566« Cuides tu donques que souffisance, qui n'a souffrecte de rien, ait faultc de puissance ? »

567Boece : « Nenny, dis je. »

568Philosophie : « Tu dis a droit, dit elle, car s'elle n'avoit povoir, dont avroit elle besoing de garde. »

569Boece : « Ainsi est il. »

570Philosophie : « Donc couvient il, dist elle, que souffissance ait puissance par nature. »

571Boece : « Il le me semble, dis je. »

572Philosophie : « Cil qui est tel, dist elle, fait il a mesprisier ou est il digne de ceste reverence ? »

573Boece : « Ouy, dis je, sans [f. 53] doubtence. »

574Philosophie : « Mectons donc, dist elle, en ung souffisance, puissance et reverence. »

575Boece : « Mettons, dis je, car le voir fait a octroyer. »

576Philosophie : « Ceste chose, dist elle, sera elle sans renommee ou digne d'estre louee ? Ce qui n'a besoing de biens et est très puissant et très reverend avra il deffaulte de gloire comme chose vil ? »

577Boece : « Je ne pourroye, dis je, panser que telle chose ne soit trop louee. »

578Philosophie : « Donc couvient il, dit elle, que nous mettons ceste quarte condicion avec les autres. »

579Boece : « Il le couvient, dis je. »

580Philosophie : « Ce, dit elle, qui ces quatre condicions a, ne sera il delictable et plain de joye ? Dont luy porra venir pleur ne tristesse, je ne le savroye penser, ains couvient qu'il ait parfait soulas. Et pour ce, les noms de ces condicions bonnes sont divers, maiz la chose est toute une. »

581Boece : « Ce couvient il, dis je. »

582Philosophie : « Donc vois tu, dist elle, que erreur d'omme despart ce qui est tout ung, et pour ce, quant il cuide prandre une partie pour soy, il n'a pas le tout, car il ne le quiert pas, ne aussi n'a il pas la partie, qui ne puet estre par soy. »

583Boece : « Comment est ce ? dis je. »

584Cy preuve Philosophie la mineur de sa raison.

585"Quo nam inquam etc."

586« Qui quiert, dist elle, richesses pour souffisance, il n'entent de riens a puissance ne n'a cure de renommee, mais veult mieulx estre mescongneu et moult laissier de ses aises pour espargnier. Or n'a il pas donc souffisance a qui povoir fault, qui vilté abaisse et sa renommee estaint et a [f. 53 v] moult de molestes ? Cil qui ne quiert que puissance, il despent par tout ne ne quiert ne délit ne honneur se povoir n'y a. Mais a cestuy fault moult neis aucunes foiz a sa nécessité et moult a de cnnuy, et quant il ne le puet amender, il fault au povoir qu'il quiert, et ainsi est il des honneurs et des delices. Car comme ce soit toute une chose, qui veult l'une sans l'autre, il fault a tout. »

587Boece : « Et qui les veult toutes ensemble, qu'en est il ? »

588Cy après respont Philosophie a une question de Boece.

589« Cil veult avoir la somme de vraye félicité, mais il ne la trouvera pas en ces choses terriennes, car prouvé est qu'elles ne peuent pas donner ce qu'elles promettent. »

590Boece : « C'est voir, dis je. »

591Philosophie : « Donc, dit elle, ne doit on pas querre vraye félicité en ce qui ne promet que partie de ce que l'en requiert, laquelle n'y puet estre. »

592Boece : « L'en ne porroit, dis je, dire chose plus vraye. »

593Philosophie : « Or as tu donc, dit elle, la forme et la cause de la faulse félicité. »

594La tierce partie de principale prose

595Philosophie : « Or tourne ta pensee d'autre part, si verras la vraye bencurté que nous promettons. »

596Boece : « Aveugles est, ce dis je, qui ce ne voit et tu le m'as bien monstré cy devant ou tu me descouvroves les causes de la faulse beneurté, car se je ne suis deceu, vraye félicité est qui donne souffisance, puissance, reverence, gloire et délit tout ensemble. Or est pour ce que tu saiches que je te voy bien et [f. 54] entens Je dis et congnois sans doubte que ce qui peut donner parfaictement une de ces choses, puis qu'elle ne puet estre sans les autres, que c'est vraye et parfaicte félicité. »

597Philosophie : « Or, dit elle, beau filz, tu es beneuré se tu te tiens en ce point, mais que tu y mectes et adjoustes ung pou. »

598Boece : « Et quoy ? dis je. »

599Philosophie : « Se tu cuides, dist elle, que es biens mortelz ait riens qui te puisse cest estât donner. »

600Boece : « Nenny, dis [je], car oultre félicité ne puet on riens désirer, si comme tu le m'as monstré. »

601Philosophie : « Donc, dist elle, ne sont ce fors semblances ou ymaiges de bien parfait ou aucuns biens defaillans que li mortel désirent, qui ne puet pas donner le bien parfait. »

602Boece : « Certes, je m'y accors, dis je. »

603Philosophie : « Puis que tu scez donc, dist elle, quelle est la faulse beneurté ou félicité et quelle est la vraye, il ne te fault plus fors que savoir ou tu pourras trouver la vraye. »

604Boece : « C'est ce que j'ay attendu grant piece. »

  • 150 Platon, Timée, 27 c : « Tous ceux [...] qui ont la moindre parcelle de sagesse, quand ils sont sur (...)

605Philosophie : « Mais pour ce. dist elle, que Platon, nostre amy, dit en son livre de Tymee que neys es petites choses doit on requerre l'ayde de Dieu150, que devons nous donques faire pour trouver le siege a ce souverain bien ? »

606Boece : « Certes, diz je, on doit requerre le souverain pere de toutes choses, car qui ce ne fait, il ne puelt commencicr chose qui soit bien ordonnee. »

607Philosophie : « Tu dis bien. »

608(Boece)

609Lors elle commença ccste oroison.

610Cy est la quarte partie de la principale prose, et appelle l'ayde de Dieu.

611[f. 54 v] « Tu qui par raison qui ne fault

612Gouvernes le bas et le hault... »

  • 151 Sur les quatre causes, cf. Aristote, Physique, II, 3 et Métaphysique, Δ, 7.
  • 152 Sur le premier moteur, cf. Aristote, Physique VIII, 10 et Métaphysique, Δ, 7.

613Note cy que les quatre causes de tout le monde, c'est assavoir la cause efficient – c'est la puissance divine, la cause finale-c'est la bonté divine-la cause formel c'est la sapience divine-, et les quatre elemens sont la cause materiele du monde151. Item note cy que tout ce qui est, ou il est eternel comme Dieu, qui est la premiere cause et qui ne a commencement ne fin, ou perpétuel comme sont les anges et les corps celestiens et les ames raisonnables, qui sans moyen sont yssus de la premiere cause – c'est de Dieu-, qui ont eu commancement avec le temps et dureront oultre le temps et sans fin par la voulenté de Dieu. Ou il est temporel et corrumpable, comme sont hommes, bestes et choses engendrables, qui sont dessoubz le firmament et qui avec le temps ont eu commancement et avec luy fineront152.

614« ... Feïs le ciel et puis la terre... »

615Glose

  • 153 Erreur manifeste du copiste pour quatre.

616Note cy que par le ciel sont entendus les trois153 souverains elemens, c'est assavoir l'air et le feu, par la terre les deux plus bas, savoir l'eaue et la terre.

  • 154 Le texte a fait pour fais.

« ... Et fait154 le temps courre grant erre
Après l'estat certain des anges,
Qui tout mues et point ne te changes... »

617Note cy que Dieu meut toutes choses, c'est a entendre toutes choses mouvables et qui sont meues ; ou dy qu'ilz sont trois maniérés de mouvemens, c'est assavoir mutacion qui est de non estre en estre, et lors y a corrupcion, c'est yssue de substance ; l'autre est commutacion, qui est par qualité, et lors par alteracion ou par quantité, en deux maniérés : ou en plus, et lors c'est accroissement, ou en mains, et lors c'est diminucion. L'autre est transmutacion, qui est de lieu. Toutes voyes est elle mouvable [f. 55] par contraires qualitez. Mais Dieu muet toutes choses et en soy manant estable et immouvable, car en luy n'a generation ne corrupcion, car il n'a commancement ne fin, ne il ne puelt croistre ne appeticier, car il est souverain et parfait bien, ne il ne se altéré ne ne change ne ne se muet point de son lieu, car il est tout present par tout.

618Texte

619« ... Qui as fait les choses fourainnes... »

620Glose

621Note cy que Dieu fist le monde, non pas pour besoing qu'il en eust, mais de sa pure et liberale voulenté et amour, pour donner et départir a nous ses biens largement, car il est sans avarice et sans envie.

622Texte

« ... N'onques n'y ot choses mondainnes
Fors le grant bien qui est en toy,
Qui point d'envie n'a en soy,
Qu. as en toy ton exemplaire
Des choses qu'il te plaist a faire... »

623Glose

  • 155 Jean, Prologue, 1,4.

624Note cy que, selon l'oppinion des Anciens, yl y a deux mondes, l'un dit archithipe, c'est a dire la principal figure et ymaginacion de ce second monde que Dieu avoit en sa pensee avant qu'il formast le monde sensible. Et ce appelle Platon ydee ou forme, et Boece l'appelle cy providence de Dieu, et saint Jehan l'euvangeliste l'appelle vie, disant en son euvangile « Quod factum est in ipso vita erat »155. Et ainsi c'est la concepcion ou l'ymaige qui estoit en la pensee divine, a l'exemple de qui ce monde sensible est fait.

« ... Tu, qui as beauté qui tout passe,
Avoyes descripte la masse
De ce beau monde en ton couraige
Et le formas a celle ymaige.
Tout ensemble en parfaicte guise,
En parfaicte paix le devise... »

625Glose

626Note cy que trois maniérés d'euvres sont : [f. 55 v] l’une du Créateur, qui créa au commancement de néant, ou que il a fait et fait encoir de jour en jour contre Nature. L'autre est euvre de Nature, comme les choses naissent de leurs semblables, comme hommes d'ommes. Et combien que Dieu face tout fors mal, toutevoyes en fait aucunes Nature ouvrant et comme chamberiere servant et ministrant. L'autre est euvre d'artifice, qui ensuit et resemble Nature, comme l'ouvraige des ymaiges et des autres choses que homme fait ensuivant Nature. Maiz Nature et Ars euvrent contrains de nécessité. Mais Dieu, voulant sa bonté plus belle et plus noble demonstrer en commun, voult faire homme creature raisonnable, qui par raison et entendement peust la bonté divine comprendre et ensuyvre tant comme il pourroit.

627Texte

  • 156 Tu numeris elementa ligas, dit Boèce, Livre III, Mètre IX.

« ... Et tous les elemens as joings
Par proporcions et par poins156,
Qu'ensemble sont froit etchaleur
Et seicheressc et humeur... »

628Glose

629Note cy que de tant que la terre est plus pesant de l'eaue, est l'eaue plus pesant de l'ayr, et l'ayr du feu.

  • 157 Le texte latin correspondant à ce vers conduit à supposer une erreur du copiste concernant l'ordre (...)
  • 158 II n'est malheureusement pas possible de citer tout le beau passage du Roman de la Rose (vv. 16733 (...)

« ... Pour son pesant terre n'abaisse,
Ne le feu son cercle ne laisse
Pour legiereté que il ait ;
Ainsi as tout saigement fait.
Tu as devisé creature
En trois parties par nature :
L'une qui de tout corps s'esloingne,
L'autre veulx que au corps se joingne,
La tierce ce que on puet veoir
De la moyenne est assavoir,
Qui aine doit estre appellee,
Qu'elle muet toute chose nee
[f. 56] Et est es membres espandue
Et en trois parties fendue.
Et fait ainsi comme deux cours
En qu'elle se tourne tousjours,
Ung quanque garde a soy revient157,
Autre vers ce que soubz soytient.
Quant scet et voit que ainsi meut
Le ciel au plus tost qu'il peut.
Les âmes qui sont cy embas,
Lesquelx en terre semee as.
Tu fais tourner a leur repayre,
C'est a toy par loy débonnaire
Ou feu de vraye charité. »158

630Glose

631Cy fait Philosophie sa requeste a Dieu contenant trois choses, savoir a luy approuchier, ly congnoistre et y perseverer.

« Donne nous que ta vérité
Puisse monstrer nostre pensée
Et la fontainne soit trouvée
De bien parfait et de lumiere,
Que nous ayons force et maniere
De toy regarder viseement.
Dessipe tout l'ennublement
Qui vient du corps et la pesance.
Et ton cler ray en noz cuers lance,
Car toy congnoistre est nostre fin,
Commancement, dux et chemin,
Recteur et tenue et ung seul bien
En cuy onques ne failly rien. »

  • 159 Le texte a bien divim.

632Cy après l'invocation du divim159 ayde, veult Philosophie demonstrer ou siet le souverain bien.

633« Quant donc tu vois quelle est la félicité faulse et quelle est la vraye, or fault il monstrer ou ceste vraye a sa maison. Et premièrement devons regarder se nul tel bien parfait comme [f. 56 v] nous avons descript puet estre entre les choses qui sont, pour ce que nous ne nous appuyons ou approuchons pas seulement a faulse ymaginacion. mais que tel bien soit aussi comme la fontainne de tous biens ne peut l'en nyer. »

634Glose

635Note cy que d'icy en avant usera Philosophie de raisons demonstratives et ne usera plus de interrogatoires et de responces comme cy devant, mais de très grans et de très certainnes propositions pour faire accorder le couraige de l'auditeur, vueille ou ne vueille. Veez cy la majeur.

636Texte

637"Omnem enim quod imperfectum..."

638« Car toute chose qui est moins parfaicte est ainsi appellee pour ce qu'elle fault a avoir tout ce que la parfaicte a. Pour ce, se en ung ordre de choses a rien qui ne soit parfait, il luy couvient avoir parfait. Car se l'on soustrait perfection, l'en ne puet ymaginer dont le parfait est venu, pour ce que nature ne pot son commancement avoir de chose que feust faillant, pour ce que autrement seroit procés sans fin, mais des choses qui sont entières et delivres, elle descent en ses darrenieres et defaillans. La mineur. Dont s'il est félicité defaillant, si comme nous avons monstré, il en cou vient estre une entière et parfaicte. »

639Boece : « C'est, dis je, chose prouvée et concluse trop certainnement. » Philosophie demonstre cy ou est assis le souverain bien.

640Texte

641« Or regarde donc, dit elle, ou elle habite. La commune oppimon de tous cuers humains est que Dieu est bon et prince de toutes choses, car l'en ne puet penser [f. 57] rien meilleur que Dieu. Dont couvient il que il soit bon. Et puis qu'il est bon. couvient il par raison que son bien soit parfait, car autrement ne serait il pas prince des autres biens. Car comme il couviengne estre aucun bien parfait, se cil n'estoit parfait, il en serait ung autre parfait qui rmeulx vauldroit et premier serait. Car toute chose parfaicte est avant que la mains parfaicte. Se nous ne voulons donques faire procès sans fin, il conviendra venir a cc que Dieu soit plain de bien parfait. Mais nous avons prouve que parfaicte félicité est en bien parfait, donc couvient il qu'elle soit ou souverain Dieu, prima. »

642"Sed queso inqait etc."

643Boece : « J'entens, dis je, trop bien car on n'y pourrait contredire. »

644Cy advise Philosophie Boece qu'il se garde d'erreur.

645« Or te requier, dist elle, que tu voyes com sommierement tu pourras ce prouver et saintement, c'est assavoir que le souverain Dieu soit plain de souverain bien. »

646Boece : « En quelle maniéré ? dis je. »

647Philosophie : « Celluy pere qui est souverain Dieu et qui est plain de tous biens, ne cuide(s) pas qu'il [1'] ait pris aillieurs fors de soy, mais croy certainnement qu'il l'a naturellement, et que luy et son bien ne sont pas deux choses. La premiere raison. Car s'il l'a pris fors de soy, qui n'est pas a croire, cil qui luy avroit donne serait plus noble que luy qui l'avroit pris. Mais nous confessons que Dieu est le souverain bien de tous et le plus noble, et s'ilz estoyent deux choses, quant nous disons [f. 57 v] que Dieu est le prince de tous biens, on ne pourrait trouver qui ces deux choses eust mises ensemble. La seconde raison. Après, finalement, nulle chose ne puet estre celle qui est diverse de luy. Se dont le souverain bien qui est en Dieu autre chose estoit que Dieu, dont ne serait pas dit bien souverain, laquelle chose serait mauvaistié a dire, quant nulle rien n'est meilleur de Dieu et nulle chose n'est meilleur de son commencement. Pour quoy luy qui est commancement de tous, il couvient qu'il soit meilleur de tous par nature. Mais nous avons dit que félicité est en bien très parfait, dont elle est en Dieu. »

648Boece : « Nul ne pourrait, dis je, contrarier a la premiere raison ne a ceste conclusion. »

649La tierce raison

650Philosophie : « Or regarde donc, dit elle, se ce se preuve aussi certainnement, c'est assavoir que il ne puet estre fors que ung seul bien perfait et souverain et que li ung ne soit l'autre. Car se ilz sont divers, li ung n'est pas en l'autre. Se li ung donc fault a l'autre, dont n'a nul d'eulx tout bien en soy, et ainsi il n'est pas souverain, car il n'est pas parfait. Et a ce puet on veoir qui ne puet estre pluiseurs biens souverains divers l'un de l'autre. Et nous avons dit que Dieu est souverain bien. Donques souverainne divinité est souverainne félicité. »

651Boece : « Nulle chose, dis je, n'est [f. 58] plus vraye ne nulle chose n'est plus certainne ne riens plus digne ne puet estre prouvé. »

652Philosophie fait cy une conclusion et s'ensuit des choses avant dictes.

653" Super hoc inquit etc. "

  • 160 Glose non signalée.

654« Aussi, dit elle, comme le[s] geometrien[s] quant ilz ont prouvé certainnement leur principale entencion, ilz concluent de clle(s) aucunes belles veritez qu'ilz appelent porismes, c'est a dire declaracion des choses avant dittes160. »

655Glose

656Note cy que porismes sont les petis pertuis du corps par ou ist la sueur, et aussi par une maniéré de similitude sont dictes les proposicions dont usent les geometriens en leurs sciences, et sont conclusions qui yssent d'autres raisons demoustrees et prouvées.

657Texte

  • 161 Glose non signalée.

658« Aussi te vueil je faire et donne aussi comme ung correlaire c'est a dire ung buyer de couronne161. »

659Glose

660Note cy que correlaire est le buyer que gaingne le luicteur a l'estrif ou le coureur comme est la couronne ou le fermail.

661Texte

662« Car ainsi comme tu vois que homme est fait benneuré quant il puet avoir acquis beneureté, félicité, et félicité si est divinité, donc s'ensuit il que tous beneurez il est Dieu, car il a en soy divinité. Et ainsi comme ceulx qui ont droiture sont droituriers, et ceulx qui ont sapience sont saiges, ainsi ceulx qui ont divinité sont Dieu. Mais cil qui a félicité a divinité, dont s'ensuit il que tous beneurez sont Dieu. Mais est a entendre que par nature il n'est que ung Dieu et par participacion il en est assez. »

663Boece : « Et certes, dis je, [f. 58 v] cy a beau correlaire ou porisme et précieux et belle conclusion comment que il soit appellé. »

664Philosophie : « Encoires, dit elle, est ce aussi bel que je y vueil adjouster par bonne raison Comme beneurté, dit elle, ait en soy plusieurs perfections, sont elles aussi comme ung corps a plusieurs membres et elles joinctes ensemble font elles beneurté, ainsi comme les membres joins font le corps ou est une seule chose qui face en elle et accomplisse la substance de félicité et a qui les autres choses ont relacion. »

665Boece : « Je vouldroye, dis je, que tu meïsse[s] ccste demande plus expressément en exemple des choses. »

666Philosophie : « Ne disons nous, dit elle, que félicité est ung bien ? »

667Boece : « Ouy, dis je, souverain bien. »

668Philosophie : « Or més donc, dit elle, ce que tu adjoustes a toutes les autres choses, c'est assavoir que félicité est souverainne souffisance, souverainne puissance, et reverence, gloire et delis etc. Que diras tu dont ? Sont ces choses aussi comme membre de félicité, ou félicité est ung bien par soy qui est chief auquel cestes sont rapportees ? »

669Boece : « Or entens je bien, dis je, que tu veulx encerchier, mais je desire trop a ouyr ce que tu veulx conclure. »

670Philosophie : « Or entens donc, dit elle, la vérité de ceste chose. Se ces perfections estoyent membres de félicité. l'une serait diverse de l'autre ; car c'est la nature des parties que plusieurs diverses font ung corps. Mais nous avons prouvé que toutes choses sont une meisme chose ; [f. 59] donc ne sont elles parties ne membres, car il conviendrait que beneurté n'eust que ung membre, mais ce ne puet estre. »

671Boece : « En ceste partie, dis je, de la demande n'a point de doubte, mais je atens ce qui remaint. »

672Philosophie : « Je te preuve, dit elle, que toutes ces choses sont rapportées a une : c'est a bien. Car pour ce quiert on souffisance qu'elle est bonne, et puissance que on la tient a bonne et ainsi des autres. Donques de toutes les choses que l'on puet désirer, la somme et la cause si est bien. Car qui n'est bon ne bon ne semble, on ne le puet desirer ne requerre ; et au contraire ce qui n'est pas bon par nature, se il a au moins aucunes semblances de bien, on le desire comme bien vray. La raison donc et la cause souverainne de quanque on desire est bonté. »

673"Cuius vero causa etc."

674« Quant l'on desire donques aucune chose par raison d'autre, l'en desire l'autre principalment, comme qui veult chevauchier pour avoir santé, il desire plus la santé que le chevauchier. Aussi quant on desire toute rien pour raison de bonté, on requiert plus bonté que nulle rien ; et nous avons dit dessus que on desire tout pour raison de beneureté : dont la demande l'on principalment, et couvient que beneurté et bonté soit une mcisme substance. »

675Boece : « Je ne voy, dis je, pour quoy nul se puisse de ce destoumer. »

676Philosophie : « Nous avons, dit elle, monstré que Dieu et vraye félicité est une meisme chose. »

677[f. 59 v] [Boece] « C'est voir, dis je. »

678Philosophie : « Dont, dit elle, puis je conclure seurement que la substance de Dieu est assise en bien et non en autre chose. »

679Glose

680Note cy, et est traict de la glose, que quant l'en parle de Dieu, l'on doit cautement submettre et humilier les âmes dont en l'Appocalipse est dit des quatre bestes, c'est des quatre Euvangelistes, lors que la voix se fasoit oyr sur le firmament, elles submettoyent leurs ailes c'est a dire leur entendement a contempler la divinité. Et aussi devons nous cautement entendre ces paroles c'est assavoir que le souverain bien est en Dieu et e converso. Cy esmuet et attrait Philosophie au souverain bien qu'elle a trouvé, c'est a Dieu.

"Huc omnes etc."
« Ceste part trestuit ci venez
Que pris a et enchaennez
La tenebreur de couvoitise,
Qui les cucrs terriens atise.
Si a repos sans travaillier,
Povoir seur sans perillier
Et refuge contre tout mal.
Nompas es biens de ça aval,
Li or, les pierres precieuses
Ne sont pensees lumineuses,
Car ce qui plus plaist en ce monde
Fut trait de la terre parfonde
Dont cil qui a pou de veue
Com plus s'i met, plus est en mue ;
La clarté qui du ciel est dame
Chace toute obscurté d'ame.
Qui ceste regarder sçavroit

Ja de souleil cure n'avroit. »

C'est a dire du souleil des honneurs de ce monde.

681"Assencior miser etc."

682Roece : « Je octroy, dis [f. 60] je, quanques tu dis. car trop est bien prouve par raisons certainnes. »

683Cy veult Philosophie descripre qu'est le souverain bien.

684« Combien, dit elle, priseroyes tu le bien de quoy je t'ay parlé, se tu savoyes quelle chose c'est ? »

685Boece : « Certes, dis je, je le priseroye sans fin, mais que je congnoisse Dieu qui est bien parfait. »

686Philosophie : « Certainement, dist elle, je le te manifesteray par vive raison ; or tien bien ce que nous t'avons prové par devant. »

687Boece : « Je le tien bien, dis je. »

688Philosophie : « N'avons nous, dist elle, prouvé que les choses que plusieurs désirent ne sont pas vray bien pour ce qu'elles sont diverses entr'eulx ; car comme l'une ne soit en l'autre, elles n'ont pas toute perfection, mais adonc sont elles parfaites quant elles sont si ensemble comme une meisme chose, si que souffisance soit ce meisme qu'est puissance, reverence, gloire et joye ; car se elles n'estoyent une meisme chose, elles n'ont riens en elles pour quoy on les deust desirer. »

689Boece : « Monstre est, dis je, ne n'en doit nul doubter. »

690Cy preuve Philosophie sa premiere proposicion.

691« Donc, dit elle, se les choses sont diverses, ne sont [elles] pas bonnes, mais se elles se adjoustent et viennent en une, adonc sont elles bonnes. Ne vois tu donc que par ce qu'elles acquièrent unité leur vient bonté ? »

692Boece : « C'est bien raison. »

693Philosophie : « Mais ce, dit elle, qui est bon, le est il par la participacion de bonté qu'il a ou non ? »

694Boece : « Ainsi est il. dis je. »

695[f. 60 v] « Dont octroyés tu, dist elle, par autelle raison que estre bon et estre uns soit une mesme chose, car par nature ces choses sont une substance dont vient une meisme chose et qui a diverses choses faire ne se estudient ? »

696Boece : « Je ne le puis, dis je, nyer. »

697La seconde proposicion

698Philosophie : « Et ne sees tu, dit elle, que tant dure la chose comme elle garde son unité sans desjoindre, et fault tantost quant elle se depart et pert son unité ? »

699Boece : « Comment est ce ? dis je. »

  • 162 On peut lire vives ou unies. Connue le texte latin associe les deux notions, et que l'unité est ici (...)

700Philosophie : « Comme tu vois, dist elle, es choses vives162 et qui ont ame, car quant le corps et l'aine sont ensemble, tant dure celle chose, et quant il se depart, si meurt et fault. »

701L'autre raison

702« Et tant demeure la forme de humanité ou corps comme les membres se tiennent ensemble, mais quant ilz se départent et laissent leur unité, si laisse a estre ce qui estoit devant. Et aussi regarde en toutes les autres choses que manifestement verras, car tant que la chose est une, tant dure elle plus, et tantost fault comme unité fault. »

703Boece : « Quant j'ay bien, dis je, regardé en moult de choses, je trouve que tu dis voir. »

704Cy preuve Philosophie la tierce proposicion par les bestes.

705" Estne qui etc. "

706« Est il nulle chose, dit elle, qui selon le desir naturel vueille faillir et laist le desir de durer ? »

  • 163 Glose non signalée.

707Boece : « Se je regarde les choses qui ont vouloir et non vouloir, je ne trouve riens se choses dehors ne luy font force qu'ilz ne vueillent durer et qui se hastent venir [f. 61] a néant, c'est a dire fain, soif ou aucun autre perd ou paour.163 Car toute chose vive s'efforce de défendre sa santé et eschieve sa mort et sa perdicion. »

708Cy preuve [Philosophie] sa proposicion par les herbes et les arbres.

709"Sed quid de herbis..."

710Boece : « Mais des herbes et des arbres ne sçay je que dire ne des autres choses qui n'ont ame. »

711Philosophie : « Certes, dit elle, ne de ces choses aussi ne dois tu pas doubter, car tu vois que les herbes et les arbres naissent plustost es lieux qui leur sont couvenables a ce que ilz puissent plus longuement demourer et durer ; et les unes naissent aux champs et les autres aux montaignes ; et les maraiz si portent les unes, et les autres s'aherdent es roiches, et les autres croissent en sablon. Et se l'en lez veult transplanter et transporter en autres lieux, tantost seichent. Doncques donne nature a chascune chose ce pour quoy elle fuit sa corrupcion tant que elle peut durer. Que diras tu de ce que toutes ses plantes ou arbres ont racines a fuer de bouches qui trayent leur norriçon de terre et le espandent en mouellcs et en cscorses et en fust pour avoir plus de force ? Et ce qui est plus tendre comme la mouelle est par dedeans, et ce qui est plus dur comme le fust est par dehors pour tout défendre, et darricrc contre la destrempance du temps est |l'escorse| dure comme ce qui peut souffrir. Et [f. 61 v] voy com grant est la diligence de nature que toutes choses font semence pour eulx multiplier ; et tout cecy est non pas tant seulement pour ung pou de temps durer mais a tousjours. »

712Cy preuve Philosophie sa proposicion par les choses qui sont sans ame.

713"Ea eciam etc."

714« Et aussi les choses qui sont sans ame, chascune entent a son proufit et a sa maniéré. Et ne vois tu que le feu tent hault et la terre bas. car ce sont lieux qui leur sont couvenables ? Et ce qui leur est couvenable elles gardent et ce qui leur est contraire elles corrumpent. Et les choses dures si comme sont pierres tiennent fermement leurs parties ensemble que on ne les puisse dcspecier, et les choses moles comme l'eaue et l'air sont de legier divisées mais de legier se rassemblent quant on les laisse ; mais le feu si fuyt tout departement ou diviseement. »

715Glose

716Note cy que le feu n'est pas legierement divisé car les parties du feu ne se puent pas si diviser ; elles ne se rejoignent legierement, car se l'en met aucune chose contre la flamme qui soit plus large d'elle, elle se abaissera a bas ; et s'il est moins large, l'une partie de la flamme se tournera deçà et l'autre delà, car naturellement la flambe tent amont.

717Texte

718« Mais nous ne parlons pas ores des voluntaires mouvemens de l'ame qui a franchise de voluntc. mais de ce que naturelle mclinacion leur donne aussi comme il est que nous transgloutissons la [f. 62] viande qui est en la bouche, et que en dormant l'esperit voit la ou nous ne savons. »

719Glose

720Note cy ung exemple que en dormant nature digéré la viande et convertit en norriture, et aussi en dormant nous aspirons et respirons l'air et n'y pensons point et ne nous en donnons garde.

721Texte

722« Car neis aux bestes ne vient pas le désir de durer de par leur voulenté de l'ame mais par nature ; dont il avient que la mort qui nature fuit, la voulenté de l'ame la desire aucunes fois pour aucunes raisons cogentes. Et au contraire ce par cuy les choses mortelz peuent avoir perpétuité, c'est l'euvre de engendrer que nature veult tousjours. voulenté empcsche aucunes fois. Ceste amour donques que chascune chose a en soy meismes ne vient pas de voulenté, mais vient de l'inclinacion de nature, et ceste inclinacion a donné la pourveance de Dieu a toutes choses qu'il a faictes pour les faire durer ; pour quoy doneques tu ne dois plus doubter que toute rien n'ait désir naturel de durer, et paour de faillir et désir de fuyr sa mort et sa destruction. »

723Boèce : « Je congnois, dis je, que je voy ores certainnement ce dont je me souloye douter devant. »

724"Quod autem, inquit, etc."

725Philosophie : « Et ce, dit elle, qui desire a durer desire unité. »

726Boece : « Je l'ayja, dis je, octroyé. »

727Philosophie : « Mais nous avons, dist elle, ja monstre que bonté et unité est une [f. 62 v] meisme chose. »

728Boece : « Ainsi est il, dis je. »

729Philosophie : « Dont, dist elle, toutes ces choses désirent bien ; et pour ce le descripveras tu ainsi : bien est qui est désiré de toutes choses. »

730Boece : « L'en ne puet, dis je, penser chose plus vraye ; car ou toutes choses yront a neant et avront laissié leur chief et chancelèrent sans tout gouvernement, ou ce sera le souverain bien a qui toute nen tent. »

731Philosophie : « Beau filz, dist elle, j'ay moult grant joye, car je voy que tu as fondé la vérité en ton cuer et congnois ce que tu deïs au commancement que tu ne savoyes. »

732Boece : « Et quoy ? dis je. »

  • 164 Cette incise inaugurale est aberrante. Il faut donc comprendre : Qui estoit la fin de toutes choses(...)

733Philosophie : « Dist clic164, qui estoit la fin de toutes choses, car certes c'est ce que toutes choses désirent ; et car c'est bien, donc couvient il que nous confessons que bien est la fin de toutes choses. »

734Encoire cy après enseigne Philosophie a congnoistre vérité.

"Quisquis etc."
« Qui veult cerchier en sa pensee
Vérité pure et esprouvee
Si qu'il ne puisse desvoyer.
Dedens son cuer doit reployer
La clarté de l'entendement.
Et le cours de son pansement
Face arrier a soy revenir
Et au flier d'un cercle tenir. »

735Glose

736Note que le cercle est une rondesce demenee tout entour en retournant a ce meisme point dont elle party. Et a ceste exemple doit l'ame raisonnable demener et retourner sa force tout entour, c'est a dire de l'ame a la chose qu'elle pense, et de la chose retourne a l'ame en ayant grant deliberacion s'il [f. 63] est ainsi ou non. Et doit bien considérer les proprietez de la chose avant que l'en juge hastivement, car aucunes foiz il semble estre a l'omme ce qui n'est mie et non estre ce qui est.

« Si verras quanques est dehors
Estre en son cuer comme ung trésors ;
Les entendra lors clerement.
Si savra qu'estoit ignorant,
Se par le corps qui est pesant
Est troublé li entendement. »

737C’est a dire que jaçoit ce que par oubliance, qui vient de griesve pesanteur du corps, l'ame soyt aucunes foiz troublée et grevee ; toutes fois par l'instruction de doctrine et par exercitacion d'estude elle prent congnoissance de vérité.

  • 165 Cf. le célèbre texte sur l'esclave et la duplication du carré dans le Ménon, par exemple dans la tr (...)

« Pour cest n'est il pas tous estains,
Ains est de vérité ençains
Qu'il enfante par la doctrine,
Car maintenant a luy s'encline.
L'on dit ou demande raison,
Et pour ce, si com dit Platon,
Autre chose n'est nostre aprendre
Fors ce qui est oublié entendre165. »

738Glose

739Note cy de l'intencion de ceste parole de Platon, car par oublier doit estre entendu deffault d'entendement qui vient de la pesanteur de la char.

740Boece se accorde a Philosophie et confesse ce que elle dit.

741Texte : Boece

742"Tum ego etc."

743« Je m'acorde, dis je, trop bien a Platon car tu me fais entendre ces deux choses dont j'avoye perdu le mémoire, et par le pesanteur du corps et par le pleur que j'ay fait. »

744Philosophie : « Se tu regardes, dist elle, ce que tu as desja octroyé, tu verras encoire ce que tu disoyes (tu) non savoir. »

745[f. 63 v] [Boece] : « Et quoy ? dis je. »

746Philosophie : « A quelx gouvernaulx est le monde gouverné. »

747Boece : « Il me souvient, dis je, bien que je recongneuz mon ignorance, mais ce que tu veulx conclure, combien que je le voy ung pou de loing. je le desire a ouir plus plainnement de toy. »

748Philosophie : « Tu ne doubtoye[s] pas que Dieu ne gouvemast le monde. »

749Boece : « Certes encoires, dis je, ne le doubte je pas ne ja ne le doubteray, et je diray briefment les raisons qui a ce me remainnent. » La première

750"Mundus hic etc."

751« Ce monde ne feust jamais venu ensemble de tant de diverses parties contraires se aucun ne feust qui les eust mis ensemble. »

752Glose

753Note cy la cause pour quoy Boece ne nye que Dieu est cil par qui les elemens qui sont si contraires sont conjoings ensemble et non autre ; car ilz ne peussent estre conjoings ensemble se ce ne feust par trois choses : ou par homme, ou par Nature, ou par le Créateur. Mais non pas par homme car ilz furent ainçoiz que homme ; ne par aucune nature, car Nature n'a pas ce povoir qu'elle peut conjoindre ensemble les choses qui naturelment sont diverses ; et aussi les elemens sont par dessus toute nature. Dont ilz deirent qu'ilz furent conjoings et assemblez par Dieu qui tout gouverne.

754La seconde raison

755"Conjuncta vero etc."

756« Et puis qu'il fut assemblé, la contrariété des choses qui y sont l'eust pieça despecié, se aucun ne les tenist ensemble aussi comme il les avoit assemblez ; ne ne pourrait estre si certain ordre de nature, ne les esmouvemens ne seroyent si or[f. 64]donnez en lieux, en temps, en euvres, en espaces et en qualitez se cil meismes n'en ordonnoit qui est ordonneur de diversité... »

757La tierce raison

758Glose

759Note cy de l'ordre de nature car les choses semblables naissent les unes des autres comme homme de homme et non mie d'asne : en lieux, car les legieres choses tendent amont et les pesans aval ; en temps, car les fleurs naissent en printemps, les tonnoirres en esté, les fruis en autompne et la gelee enyver ; en effect, car le feu fait chault, et l'eaue rent moisteur, etc. ; en espace, car l'une est distant de l'autre, et le ciel de la terre ; en qualité, car homme est raisonnable et les autres bestes non raisonnables.

760Texte

761« ... et ce par qui tout est fait et tout dure et tout est démené selon l'usaige du parler commun. »

762Philosophie : « Puis que tu as, dit elle, telle congnoissance, il me couviendra pou a pener de toy faire revenir tout sain et en ton pays et avoir beneurté. Mais regardons avant ce que nous avons proposé : n'avons nous pas monstré que félicité a souffisance et que Dieu et félicité sont une meisme chose ? »

763Boece : « Ouy, dis je. »

764Philosophie : « Adonc, dist elle. Dieu a mestier d'instrumens forains pour gouverner le monde : s'il en a mestier, dont n'a il pas souffisance. »

765Glose

766Note cy que question fut entre les Anciens par quelx gouvernaulx le monde es toit gouverné, car aucuns disoyent que c'estoit par aucuns divins esperis ; les autres disoyent que c'estoit par aucun naturel mouvement qui garde chaleur es choses ; et les autres disoyent que c'estoit par destinées ou par actueles disposicions. [f. 64 v] Mais toutes ces oppinions sontfaulses car tout est gouverné par la bonté de Dieu si comme il preuve cy, car beneurté est soufflsance ; Dieu est beneurté ; donc est Dieu souffisance. Mais puis que Dieu est suffisance, il n'a mes tier de riens estrange a gouverner le monde, ou autrement ne seroit il pas souffisant. Donc gouverne Dieu toutes choses par soy ; mais Dieu est bien : donc par bien, c'est assavoir par bonté, Dieu gouverne et dispose toutes choses.

767Boece : « Ainsi est il, dis je, sans nulle faille. »

768Philosophie : « Donc gouverne il tout par soy mesmes. »

769Boece : « Je ne le puis nyer. dis je. »

770Philosophie :

771"He alias"

772« Et Dieu, dist elle, est le (bien) parfait bien si comme il est prouvé. »

773Boece : « Je m'en membre bien, dis je. »

774Philosophie : « Donc, dist elle, gouverne il tout par bonté se il gouverne toute chose par soy, que nous avons octroyé estre ce qui bien est. Et est la cheville et le gouvernement par qui la masse du monde se tient en estat sans corrupcion. »

775Boece : « Je me accorde, dis je, trop durement a ce et le pensoye bien ung pou cy devant que tu dévoyés ores ce dire. »

776Philosophie : « Je le cuide bien, dist elle, car il m'est advis que tu toume[s] ja tes yeulx trop ententivement a congnoistre vérité ; et aussi ce que je te diray est assez legier a entendre. »

777Boece : « Et quoy ? dis je. »

778Philosophie

779Et fait cy une conclusion.

780« Comme l'en doye croire, dist elle, que Dieu gouverne toutes choses a la cheville de bonté et toutes choses naturellement entendent a bien, on ne doit pas doubter que ce gouvernement ne soit selon leur voulenté, et que toute rien ne se gouverne a la voulenté de son gouverneur comme a ce qui leur est couve[f. 65]nable selon nature. »

781Boece : « Certes, dis je, il le couvient. car le gouverneur ne serait pas beneuré qui seroit grief aux choses beneurees pour quoy ilz se desrangeroyent et desjoindroyent en diverses parties, et ne seroit pas le sauvement a ceulx qui obeyroyent. »

782Glose

783Note cy la difference entre la seignorie et le gouvernement de Dieu a qui toutes choses voluntairement se submettent et obeyssent, et le servi tut des cerfs et des bestes brutes qui est appellé jou, car le serfet le beuf vouldroyent bien mectre jus leur jou et ne peuent, et ainsi leur est painne et non pas salut ; mais a Dieu riens n'est qui naturelment s'efforce de contrester ne desobeyr.

784Texte

785Philosophie : « Dont n'est il riens, dist elle, qui s'efforce naturelment de venir encontre Dieu s'elle garde sa nature. »

786Boece : « Non voir, dis je. »

787Philosophie : « Et s'elle s'efforce, dist elle, par aventure de venir encontre Dieu, pourra elle avoir force encontre luy qui par sa félicité a puissance très grant ? »

788Boece : « Certes, dis je, tout ce ne luy vauldroit riens. »

789Philosophie : « Dont, dist elle, n'est il riens qui puisse contrester a ce bien ne aussi qui le vueille par raison ? »

790Boece : « Certes, dis je, je ne le pense pas. »

791Philosophie : « Dont, dit elle, est ce le bien souverain qui tout gouverne efforcecment et ordonne souefvement. »

792Glose

793Note cy « efforcement » contre les orguilleux et les desobeyssans et « souefvement » envers les humbles et obeyssans.

  • 166 Ce proverbe n'est pas répertorié dans le recueil de Morawski.

794Boece : « J'ay, dis je, grant delectacion non pas seulement es belles raisons qui prouvent si belle venté, mais encoires es paroles que tu més avant car elles monstrent le proverbe avoir vérité qui dit que folie doit avoir honte qui assault ce qui tout seurmonte166. »

795Philosophie : « N'as [f. 65 v] tu pas. dist elle, ouy ces fables des poetes que les jayans jadis acta\noient et assalloyent le ciel, et que la débonnaire force de Nostre Seigneur s'en chevi et destmit ainsi dignement comme droit estoit ? »

796Glose

  • 167 Ovide, Metamorphoses, I, 151-162.

797Note cy la fable d'Ovide le poethe comment les geans167 se vouloyent efforcier de monter au ciel pour en bouter hors le dieu Jupiter et comment ilz accombloyent les unes montaignes sur les autres ; mais Jupiter de sa fouldre les destruit et bouta arriéré ne ne ly porent contrester.

798Par les geans qui furent nez de terre sont entendus les hommes mortelz de terre, pécheurs qui assemblent montaignes sur montaignes pour monter au ciel, les biens temporelz aux autres pour avenir au ciel, id est qui cuident par ce devenir beneurez et immortelz ou longuement vivre ; mais Dieu les débouté par raison et entendement qu’il leur donne et les fait obeyr a raison, ou les destruit et abat leur orgueil.

799Texte

800« Mais veulx tu que nous façons joindre et hurter deux raisons ensemble ? »

801Glose

802Note cy la figure que on dit methaphore, car ainsi comme par hurter une pierre a l'autre le feu en sault, ainsi par argumenter et raisons ensemble amener l'en pourra conclure que mal est néant et Dieu peut toutes choses faire : dont ne puet il mal faire. Et dois en ce ainsi entendre : Dieu puet toute nature faire, mais pechié ou mal est nulle nature, mais est vice de nature comme tenebres ne sont riens fors que privacion de lumière, ne silence n'est riens fors que privacion de son : ou autrement Dieu puet toutes choses, dont le povoir est aucune chose, mais povoir de pecher ou de mal faire est impotence. Cf etc.

803Texte

804« Car je cuide que de ceste luite et conviction istra trop belle chose et trop belle clarté de venté. »

805[f. 66] Boece : « Fay le, dis je, ainsi que tu vouldras. »

806Philosophie : « En doutes tu, dist elle, que Dieu ne puisse toutes choses ? »

807Boece : « Nul, dis je, qui ait mémoire n'en doit doubter. »

808Philosophie : « Dont, dist elle, puis qu'il peut tout, ce qu'il 11e puet est néant. »

809Boece : « Certes, néant est il. dis je. »

810Philosophie : « Puet donc, dit elle, Dieu faire mal ? »

811Boece : « Certes, dis je, nennil ! »

  • 168 Ce développement avait été repris par Jean de Meun dans Le Roman de la Rose, aux vv. 6289 sqq, avec (...)

812Philosophie : « Dont, dit elle, mal est néant.168 »

813Boece fait cy une question.

814« Il me semble, dis je à Philosophie, que tu te joues de moy, car tu enlaces raisons si emboscheusement ou entrelaceement que on n'en puet yssir néant plus que de la maison Dedalus. »

815Glose

816Note cy que ce veult dire que Philosophie fait une maniéré d'argumens et de silogismes circulaires parlant de la divinité par termes et exposicions convertibles.

817Texte

818« Et ores est il ainsi que tu entres quant l'en cuide que tu ysses, et ys quant il appert que tu entres. Tu me ployes ung merveilleux tour de la simplesce de Dieu, car tu as premièrement commencé a félicité, et as dit qu'elle est le bien souverain ; et disoyes aussi qu'elle est assise ou souverain Dieu, et prouvoyes que Dieu est souverain bien et parfaicte félicité ; et nous donnoyes aussi comme ung jouel ou ung correlaire, c'est a dire que nul ne puet estre beneurez s'il ne devient Dieu. Et puis as dit que la forme de Dieu et félicité est leur substance et que c'est ung bien souverain, et que toute chose qui a nature desire ; et as monstré par ta disputacion que Dieu gouverne le monde au gouvernai de sa bonté et que toutes choses luy veulent obeyr, et que mal n'a point de nature. »

819"At que hec [f. 66 v] nullis extrinsecus etc."

820Encoire Boece monstre la maniere de la conclusion de Philosophie.

821« Et toutes ces conclusions tu as prouvées non pas par raisons prinses dehors, mais as prouvé par l'une chose l'autre et par ce que chascun a en son cuer. »

822Glose

823Note que ainsi que la divinité ne prent riens dehors mais tout de soy meismes. aussi a prover aucune chose de la divinité l'en ne doit riens prendre estrange ; mais doit l'on prendre termes et proposicions convertibles.

824Texte

  • 169 Glose non signalée.
  • 170 Glose non signalée.

825Philosophie : « Nous, dist elle, ne nous jouons pas ne moquons de toy, mais avons actaint par le don de Dieu la très grant chose pour quoy nous priames avant. Car c'est la forme de la substance de Dieu, c'est a dire a demonstrer la ou est assis le souverain bien qu'elle ne se esloingne pas en choses forainnes ne estranges, ne elle ne reçoit en soy riens estrange ne forain. Et pour ce dist Parmenides de telle divine substance qu'elle tournoyé et environne le monde et la rondesce mouvable toutes choses, endementiers qu'elle se garde sans soy mouvoir, c'est a dire que celle forme de la divinité voit et oit et tousjours demeure en soy néant mouvable.169 Et pour ce nous avons prises raisons non pas forainnes mais dedeans, car tu as aprins de Platon le philosophe que les paroles doivent estre cousines, c'est prochainne[s] aux choses de quoy elles sont170. »

"Felix qui potuit etc."
« Cil a beneurté certainne
Qui puet venir a la fontainne

Du cler bien qui est lassus hault
Ou beneureté pas ne fault
Qui puet desrompre les chaennes
[f-67] Pesans de choses terriennes. »

c'est a dire de Dieu c'est a dire la couvoitise

826Glose

  • 171 Ovide, Métamorphoses, Livre X, vv. 1-85

827Cy enhorte Philosophie a perseverer en la congnoissance du bien souverain sans regarder darriere comme fist Orpheus selon ta fable qui est telle171 : Erudices. femme de Orpheus, se esbatoit en ung pré. Arristeus, ung pasteur, la vit et l’ama, et la prist a suivre ; et elle fuyant passa par dessus ung serpent qui l'envesfnjima, et morut du venin et ala en enfer. Et le beau doulz Orpheus prist si desatrempeement a crier la mort de sa femme qu'il ne s'en pot reconforter et se efforça de harper et de chanter pour son dueil oblier ; mais riens n'y valoit, combien que la mélodie de sa harpe et de son chant eussent si grant force que toutes choses a ame et sans ame selon la fable le suyvoyent et compassion de luy avoyent. Il faisoit par son harper les roiches et les bois aler ; les rivieres courons contremont retourner ; les cerfs avec les lyons habiter ; les lievres et les chiens ensemble seurement demourer. Mais soy mesmes ne pot reconforter, et en la fin s'en ala en enfer et la si doulcement harpa et piteusement chanta que le cruel Cerberus, portier d'enfer qui a trois testes de chiens horribles, s'en esbaïst tout et en fut si seurpris qu'il le laissa entrer dedeans et veoir les dampnez et ceulx qui les tormentoyent ; et s'escrierent tous ensemble et vouldrent qu'il eust sa femme et qu'il la menast hors d'enfer, par telle condicion que, s'il regardoit darriere soy, il la perdroit sans jamais ravoir. Et le las chétif de mary qui trop l'aymoit ne pot tant attendre que, avant qu'il feust hors des bournes d'enfer, pour ouyr s’elle venoit, regarda darriere luy et ainsi sa femme perdit, ne puis ne l'ot et en la fin de dueil en morut. Or est bon de savoir que ce signifie, car il n'est pas a croire que Boece, qui fut si saiges homs et parfait philosophe, en si haulte euvre comme est cest livre eust mis sans cause [f. 67 v] fables ne choses superflues. Donc par Orpheus est entendu homme saige ; par sa femme, naturelle concupiscence qui a chascun tant qu'il vit naturelment et sans departement est conjoincte ; par Arristeus, le pasteur qui l'ayma, est entendue la vertu divine ; par les près ou elle vagoit et par le serpent qui la point, sont entendus les biens temporelz qui mainnent en enfer ; par ce que Orpheus vainquoit toutes choses par son doulz chant et non pas son dueil, est signifié que aucun est souvant saige pour autruy chastier, et soy meismes ne scet chastier ; par les roiches et par les bois sont entendus les paresceux ; par les rivieres courans, les dissolus ; par les bestes sauvaiges, les ireux et cruelz ; par le chant d'Orpheus, sa sapience ; par son pleur, paour et esperance ; par son descendre en enfer, desesperance.

  • 172 Les folios 68 et 68 v sont d'une autre main que le reste du manuscrit.

« Orpheus, qui par ses instrumens
Rendoit si mélodieux chans
Qu'il fasoit après soy aler
Les bois par son beau vieler,
Et fasoit retourner arriéres
Par son chant les courans rivieres.
Et joingnoit le cerf au lyon
Et le lievre au chien felon,
Quant il ot perdue s'amie
Qui trespassa de ceste vie.
Ne se pot de plourer retraire
Pour honte qu'on luy en sceut faire.
Cil qui tous autres sceut matter,
Par son chant ne se pot donter ;
Ains s'appresta et print son erre
Vers enfer pour s'amie querre.
Et s'efforça au mieulx qu'il pot
De chanter quanques de bien sot.
[f. 68]172 Par son biau chanter fut ferus
Et mates le fier Cerberus.
Ceulx qui les dampnez tormentoient
Au chant en plorant s'arrestoient ;
Tantalus pourchoif que [i]l ait
Vers l'caue sa langue ne trait.
Le dieu d'enfer dit : "Vaincus sommes !
A cestuy sa femme rendommes.
Par tel loyer, par tel maniere
Que s'il regarde voire arriere
Perde la sans avoir jamais."
Or cil s'en va. s'amie apres.
Qui puct donner aux amans loy ?
Amour ne veult loix fors que soy.
Quant ils alloient leur chemin
Si que prés feurent de la fin,
Cil se tourne pour veoir s'amie,
Et maintenant luy fut ravie.
Quant il ot perdu son confort.
Tel ducil ot que [i|l print la mort.
Pour vous est dicte ceste fable,
Qui deves estre pardurable ;
Mettez toute l'entencion
Si que par nulle affection
Vers la terre ne vous tournez,
Car se oultre mesure l'amez
Et retournez vers ce qui fault.
Perdu avez ce qui tout vault. »

LIVRE IV

828[f. 68 v] Cy commence le quart livre de Boece qui contient premièrement pour quoy les mauvais sont avanciés en ce monde et les bons défoulés.

829"Hec cum etc."

  • 173 Glose non signalée.
  • 174 Glose non signalée.

830Quant sapience – et très doucement chante a grant dignité de chiere et meureté de viaree, je, qui n'avois pas encores oublié ma doleur, entrerompt l'cntcncion qu'elle avoit de plus dire si comme il me sembloit. et dis : « O guigneresse de vraye lumière, ccs choses que tu as dictes sont trop magnifestes et par la contcmplacion du divin regart et par tes certaines raisons lesquels – et se je les avois oubliés par mon pleur – je les sçavois bien par avant, mais c'est la très grant cause de mon pleur. Que comme toutes choses ayent bon gouverneur, comment mal poet estre ? Ou passer sans punicion. Et tu mesmes vois [f. 69] que ceste chose est digne de grant admiracion. Et encoires certes y a il plus grief et plus merveille chose a adjouster, car en tant que felonnie flonst et a le gouvernement, c'est a dire que les félons ont grans estas, richesses et prosperitez173 ; et vertu ne pert pas tant seulement son guierdon ne son loyer, ains est defoulee aux piez des felons et emporte la painne que felonnie devrait avoir. Et ce estre ainsi fait ou royaume de celluy qui tout scet et tout puet, et riens fors que bien ne veult - c'est Dieu174-, nulz ne se pourrait assez merveillier ne assez complaindre. »

831Philosophie respont a la demande de Boece.

  • 175 Glose non signalée.
  • 176 Glose non signalée.

832« Voirement, dist elle, ce serait esbalhssement sans mesure et chose plus horrible de tous monstres, se ainsi estoit comme tu cuides que en la maison très ordonnée de ce souverain pere. - c'est Dieu175-, les vils vaisseaulx et ors feussent bien gardez noblement, et des précieux on n'eust cure ; mais ainsi n'est il pas, car se tu retiens certainnement ce que nous avons prouvé a l'ayde de celluy de cuy royaume nous parlons, - cest de Dieu176 -, tu congnoistras que les bons sont tousjours puissans et les maulx foibles et vilz, et que vices ne sont point sans punicion, ne vertu sans gueredon ; et que aux bons avient tousjours beneuretez et aux mauvais adversitez ; et moult d'autres choses verras tu qui confermeront toutes cestes maniérés de choses, et osteront de ton cuer toutes complaintes et te renforceront par ferme forteresse. Et pour [f. 69 v] ce que par noz preuves tu as veue la forme de vraye félicité et ou elle est assize, passant toutes les choses qui font a passer et traictier de nécessité, je te monstreray la voye par quoy tu viendras a ta maison et a la paix de ta conscience ; et attacheray ailes ou pennes a ta pensee seure par lesquelles elle puisse voler en hault... »

833Glose

834Note cy que les pennes ou ailes dont Philosophie fait mencion sont sapience et vertus car par cestes monte Pomme a la congnoissance de son créateur quant il fiche bien et joinct ses pennes a sa pensee, et lors il de spit et laisse toutes choses terriennes et s'en vole lassus hault.

835Texte

836« ... si que ostee toute turbacion de ton cuer a mon conduit et par ma voye et a ma voicture tu viengnes en ton pays sain et haictié. »

837Glose

838Note cy : « a mon conduit », c'est a dire par mes raisons de rethorique qui mainne l'omme a vray entendement ; « par ma voye », c'est a dire par mes raisons dyaletiques qui sont congnoistre vérité ; « a ma voicture », c'est a dire par mes raisons demonstratives qui demonstrent a Pomme vérité, vueille ou non : ainsi comme celluy qui est porté en ung cher est porté vueille ou ne vueille.

839En ceste ryme qui s'ensuit monstre Philosophie comment l'on puet parvenir au pays et a la congnoissance de Dieu son createur.

  • 177 Cellules, chambres, habitations...
  • 178 Dans Le Roman de la Rose (vv. 5021-5036), Jean de Meun avait développé ce thème de l'âme exilée en (...)

"Sunt et .II...."
« J'ay sans doubter ailes ysnelles
Qui vont aux celestiaux celles177,
Lesquclx se l'ame puetavoir
En terre ne puet remanoir ;
Sur l'air et sur le feu s'en monte
Et tout ce pas ne luy habunde,
Ains s'en va sur toutes les nues.
[f. 70] Quant derricr soy les a perdues,
Sur toutes cstoilles s'en vait,
Encoir n'a elle pas tout fait ;
Ains s'en monte lassus tout hault
Ou toute rien corporel fault
Si s'en entre en si grant lumière
Que nuyt semble quanqu'est darricre ;
La se siet le souverain sire
Lequel povoir, lequel empire
Trestout gouverne, trestout muet.
Ne ja remuer ne l'estuet.
Lors se racorde et se ravise
Que c'est son pays sans faintise ;
La veult estre sans rcmanoir178,
Et se en la fin puet veoir
Ceulx qu'on doubte com grans seigneurs,
Luy semblent povres et meneurs. »

i[e] souffit

840Cy esmeut Boece Philosophie a luy monstrer ces trois choses qu'elle luy a promis a prouver, et les tient a moult grans.

841"Tum ego etc."

842« Adont, dis je, hé Dieu ! Tu me prometz moult grant chose, ne je ne doubte pas que tu ne les puisses bien parfaire, mais je te prye tant seulement que tu ne les me tardes a monstrer puis que tu m'as esmeu a entendre. »

843Philosophie : « Tu congnoistras. dist elle, premièrement, legierement que les bons ont tousjours povoir et que les mauvais sont sans toute puissance ; car l'en monstre l'un par l'autre pour ce que quant bien et mal sont contraires, se l'un a povoir, l'autre avra non puissance. Et qui ne voit la puissance ou foiblesce du mal, il ne puet veoir la force du bien. [f. 70 v] Mais pour ce que l'en crove plus fermement nostre sentence, nous monstrerons chascun par soy et confermerons nostre propos or de l'ung, or de l'autre. »

844Cy preuve Philosophie sa majeur, savoir que quiconques fait et accomplit ce qu'il veult, il est puissant ; et qui ne fait n'acomplit ce qu'il veult, il est non puissant.

845« Deux choses sont dont viennent tous les fais d'omme : c'est assavoir voulenté et puissance, et se l'une de ccs deux fault, riens ne puet estre fait ; car se voulenté fault, nul n'enprent a faire ce qu'il ne veult ; et se povoir fault, la voulenté est pour néant. Pour ce, se tu vois que aucun vueille aucune chose avoir et il ne l'a, tu diras qu'il n'a pas povoir de le pourchacier. »

846Boece : « C'est, dis je, tout eler ne nyer ne le puet on ! »

847Philosophie : « Et se, dist elle, il fait ce qu'il veult, diras tu qu'il n'a pas povoir ? »

848Boece : « Nenny voir, dis je. »

849Philosophie : « Cil, dist elle, qui peut est fort en ce qu'il puet, et cil foible qui ne puet. »

850Boece : « Je le croy, dis je. »

851Cy preuve Philosophie sa mineur, savoir que les bons aviennent a ce qu'ilz désirent, et les mauvais non.

852Texte

853"Meministine etc."

854« Te membre il onques. dist elle, qu'il a esté prouvé par les raisons dessus dictes que l'entencion de toute voulenté humainne, combien qu'elle soit demenee par divers chemins, tent a avoir beneurté ? »

855Boece : « Je m'en recorde bien, dis je. et qu'il est prouvé par vive raison. »

856Philosophie : « Et ne te membre il, dist elle, que beneureté est une meisme (est une meisme) chose que bien, et qui veult l'un, [f. 71] il veult l'autre ? »

857Boece : « Je ne le recorde pas tant seulement, dis je, car je le tien tout clerement en mon mémoire. »

858Philosophie : « Dont, dist elle, tout homme et bon et mauvais, combien qu'ilz ayent diverses pensces. ilz s'efforcent de venir a bien. »

859Boece : « Il s'ensuit, dis je. »

860Philosophie : « Mais est certain, dist elle, que pour avoir bien en soy est l'en bon. »

861Boece : « C'est certain, dis je. »

862Philosophie : « Donc ont, dist elle, les bons ce qu'ilz desirent : c'est bien. »

863Boece : « C'est voir, dis je. »

  • 179 Cette réplique de Philosophie, et celle de Boèce qui la suit, sont omises par le copiste dans le co (...)

864Philosophie179 : « Mais se li mauvais, dist elle, povoi[en|t avoir en soy le bien qu'ilz désirent, ilz ne pourroyent estre mauvais. »

865Boece : « C'est voir, dis je. »

866Philosophie : « Donc, dist elle, comme bon et mal désirent bien, et les bons l'ont et les mauvais non. certain est que les bons sont puissans et les mauvais sans puissance. »

867Boece : « Qui de ce doubte, dis je, il n'entent pas la nature des choses ne la consequence de l'argument. »

868Cy met Philosophie une autre raison a monstrer que les bons sont puissans et les mauvais sont impotens.

869« Encoire. dist elle, plus que s'ilz sont deux ordonnez a une meisme euvre par nature, et ly uns la face par sa nature et l'autre la vueille faire, mais il ne peult, ains prent ayde par quoy il ne fait celle euvre mais scmblance aucune, lequel tiens tu a plus puissant ? »

870Boece : « Combien, dis je, que je pense que tu veulx dire, je le vouldroye ouir plus clerement ! »

871Philosophie : « L'office d'aller, dit elle, nyeras tu qu'il ne appartiengne a homme par nature ? »

872Boece : « Nenny, dis je. »

873Philosophie : « Et celle office, dist elle, ne le met on pas en euvre par l'usaige des piedz naturelment ? »

874[f. 71 v] Boece : « Ouy, dis je, c'est voir. »

875Philosophie : « Se ung homme aille, dist elle, a ses piedz et ung autre qui avra perdu le povoir des piez s'efforce d'aler aux mains ou aux couttes, qui sera plus puissant en ceste chose ? »

876Boece : « Dy avant, diz je, car certain est que(l) cil est plus puissant qui fait naturelment son office que cil qui ce ne puet. »

877Philosophie : « Mais, dist elle, le souverain bien et bons et mauvais le quierent : le bon par naturel maniéré, c'est par vertu ; les mauvais le quierent par diverses couvoitises qui ne sont pas naturelment ordonnées a luy querre. Cuides tu qu'il soit autrement ? »

878Boece : « Nenny voir, dis je, ains s'ensuit apertement par ce que j'ay octroyé que les bons sont puissans et les mauvais foibles. »

879Philosophie : « Tu commences, dist elle, a entendre a droit, et c'est ainsi comme les bons phisiciens seulent avoir esperance quant ilz apperçoivent par les signes de leurs malades que nature se redresce en eulx pour contrester a la maladie. »

880Pour ce que Philosophie voit Boece prest a bien entendre, elle multiplie ses raisons a prouver que les bons sont puissans et les mauvais impotens.

881"Sed quoniam te ad intelligendum..."

  • 180 Glose non signalée.

882« Et car je te voy prest d'entendre, je vueil proposer raisons espessement. Regarde dont quant grant appert la foiblesce des mauvais qui ne peuent venir a ce la ou le désir naturel les |f. 72] empaint aussi comme a force : c'est assavoir a bien180. »

883Note cy la force de nature.

884« Et que serait il ce cest aide si fort et si grant de nature qui les devance et qui leur va devant les laissoit ? »

885Une autre raison qui de monstre l'inpotence des mauvais.

886" Considera vero etc. "

887« Et voy quant grant ceste non puissance tient les felons. »

888Glose

889Puis que si grant chose ne leur puet aidier car ilz ne quierent pas le louyer ne la haultesse en ce qui est souverain de tout bien.

890Texte

  • 181 On attendrait plutôt et.
  • 182 Glose non signalée.

891« Car ce ne sont pas petites choses de quoy l'en ne face que jouer que ilz quierent ne avoir ne les puent, mais faillent en ce qui est le chief souverain de tout bien ; en181 ceste faulte n'avient pas aux maleureux en ce que jour et nuyt les entrestoume, c'est assavoir deffault de penser182 ; et en quoy tu pués veoir le grant povoir des bons. »

892Exemple :

893« Car se aucun aloit a son pic tant que nul ne peut oultre aler, on le tiendrait a très puissant en l'office d'aler. Aussi te couvient il jugier que, en querant le bien que tuit quierent, cil est très puissant qui peut venir au bien oultre lequel l'en ne puet riens demander ; et de ce vient que les mauvais sont de feible povoir. »

894" Cur enim relicta virtute etc. "

895« Car pour quoy laissent ilz vertus et se tournent aux vices ? Est ce pour ce qu'ilz ne scevent pas qui sont biens ? Et quelle chose est plus sans force que l'aveuglement d'ignorance ? Ou ilz congnoissent les biens, mais l'ardeur de lecherie les fait verser d'autre part ; [f. 72 v] et adonc les fait oultraige de glotonnie si foibles qu'ilz ne peuent luiter ne contrester aux vices ; ou ilz scevent les biens et sans autre force que temptacion leur face ilz laissent de leur bon gré a bien faire. Mais en ceste guise (se) ilz ne sont pas tant seulement non puissans mais sont néant, car cilz qui laissent la commune fin de quanque est ne sont pas ou nombre des choses qui sont. »

896Glose

  • 183 Saint Augustin, Confessions, VII, 12 : Omnia, quae corrumpmtur, privantur bono. Si autem omni bono (...)

897Note cy, selon saint Augustin, quant homme par pechié laisse Dieu en tant qu'il devient mauvais, il devient néant, car mal est néant, et ce dist grant chetiveté d'omme d'estre sans celluy sans cuy il devient néant183.

898Texte

899« Mais ce sera espoir merveilles a aucun comment les mauvais qui sont assez plus que les bons ne soyent riens ; et si est il ainsi, car les mauvais je ne met pas qu'ilz ne soyent mal mais nyc qu'ilz soyent simplement. Car tout aussi que tu appelles le corps d'omme mort et se ne est il pas homme a simplement parler, aussi nous disons que les felons sont mauvais mais non pas simplement que ilz soyent, car ce est simplement que tient ordre et garde sa nature. »

900Glose

901Note cy que c'est ordre de vivre et nature de Dieu donnée de recongnoistre son createur.

902Texte

903« Mais ce qu'il laisse comme ce qui est soit assis en l'ordre de sa nature laisse a estre. »

904Cy oste Philosophie ung double que Ten pouvroit mouvoir.

905"Sed possunt etc."

906« Et tu diras que les mauvais ont povoir ; je ne le nye pas, mais leur povoir ne vient pas de force mais de foiblesse, car ilz ont povoir de mal faire, lequel [f. 73] ilz ne pourroyent pas s'ilz estoyent bons ; et pour ce tel povoir monstre leur foiblesse, car nous avons prouvé dessus que mal est neant. »

907Boece : « C'est, dis je, chose clere. »

908C'y monstre Philosophie que povoir mal n'est pas puissance.

909"At qui ut intelligas etc."

910« Je te fcrav, dist Philosophie, entendre quelle force a le povoir que li mauvais ont. J'ay monstré que nulle chose n'est plus puissant du souverain bien, et cil ne puet fere mal. »

  • 184 Il doit là manquer une réplique de Boèce ; dans l'édition de V. L. Dedeck-Héry, il intervient même (...)

911« Est il nul, dist elle184, qui cuide que homme puisse tout ? »

912Boece : « Nenny, dis je, s'il n'estoit hors du sens. »

913Philosophie : « Et ilz, dist elle, peuent bien mal faire. »

914Boece : « Ce me poise, dis je. »

915Philosophie : « Comme donc, dist elle, cil qui tout puet ne puisse mal faire, dont ont moins de povoir ceulx qui peuent mal faire que ceulx qui mal ne peuent faire. »

916Encoire preuve Philosophie que pov[oi]r mal faire n'est pas puissance.

917"Huc accedit etc."

918« Et puis que puissance est ung des biens qui font a desirer, et tout quanques on desire est ordonne a bien comme a ce qui est le chief de toute nature si comme nous avons prouvé dessus, mais povoir faire pechié ne puet estre ordonné a bien ; donc ne fait il pas a desirer. Mais toute puissance fait a desirer : donc povoir mal n'est pas puissance. Pour toutes ces choses doneques appert il que les bons ont povoir et h mal foiblesce, de qui on ne doit pas doubter ne avoir paour. Et ainsi appert que Platon le philosophe dist voir que les preudommes seulement peuent faire [f. 73 v] ce qu'ilz veulent ; mais les mauvais font ce qui les delicte(nt), mais non pas ce qu'ilz veulent. »

919Glose

920C'est a dire que les mauvais ne peuent parfaire ne accomplir ce qu'ilz veulent, mais Hz font les maulx ou ilz se delictent, et cuident attaindre au bien et ne peuent : car les maulx qu'ilz font ne amainnent pas beneurté mais la chassent.

921Texte

922« Car ilz veulent venir au bien qu'ilz veulent naturelment par les maulx en quoy ilz se delictent. mais ce ne puet estre car vices ne mainne[n]t pas a beneurté ou a bonne fin. »

923En ceste rime demonstre Philosophie que les mauvais sont serfs et
subgetz des vices.

"Quos vides etc."
« Ceulx que tu vois en ceste vie
Seoir en haulte seigneurie,
Vestus de robes orfroisees,
Anvironnez de gens armees,
D'escuyers, de sergens a maces.
Par fiez regars et par menaces
Se font aux simples gens doubter.
Qui saigement vouldroit oster
Par sens d'ymaginacion
Tout ce qui leur est environ,
Legierement avroit apris
Comment les cuers dedans sont pris
Et lyez de maintes chaennes
De couvoitisc terriennes,
Et dessus de faulses delices,
D’ire, d'envie et autres vices.
Cilz qui est ung seul sur plusieurs
Est pressé de divers seigneurs
Qui tant le chargent qu'il s'en deult.
Car il ne fait pas ce qu'il veult. »

i [e.] leurs aournemens dehors

924[f. 74] C'y veult prouver Philosophie ce qu’elle a secondement promis : savoir que les bons ne failient onques a bons loyers ne les mauvais a tormens.

925"Videsne qui etc."

  • 185 Langaige, très péjoratif ici, comme il peut l'être, semble devoir être pris au sens élargi de (mauv (...)

926« Vois tu doneques en quel langaige185 vices sont vautroulliez et en quant grant lumière vertu se tient ? En quoy il appert que vertu n'est onques sans guierdon, ne vice sans tourment ; car la fin pour quoy l'euvre est faicte est le louyer de l'euvre, aussi comme ceulx qui courent en l'estade pour la couronne avoir ; c'est a dire en l'estrif, la couronne est le louyer du cours. Mais nous avons monstré que félicité est souverain bien pour quoy toutes choses sont faictes : dont est le souverain bien le louyer de toutes euvres humainnes. Mais cestuy ne puet on oster aux bons car ilz ne seroyent pas bons s'ilz n'avoyent tout bien pour quoy bonnes meurs ne puent estre sans leur louyer. Combien doncques que les mauvais desprisent les bons, la couronne du preudomme ne puet cheoir ne sechier ; car la beaute que li preudons a dedeans son cuer, l'autruy mauvaistié ne puet arrachier ; mais s'il s'esjouissoit de chose fourainne. tout ce luy pourroit ung autre, ou cil qui luy avroit donné, tollir. Mais pour ce que sa bonté propre luy donne tel louyer, adonc seulement le perdra il quant il laissera a estre bon. »

927"Postremo etc."

  • 186 Le texte a bien soy pour soit.
  • 187 Glose non signalée.
  • 188 Il paraît préférable de lire : et tous beneurez sont Dieu.

928« Et après comme toute manière de louyer soy186 desiree pour [f. 74 v] raison du bien que l'on y attend, cil qui a bien eu comment sera il sans louyer ? Ce ne puet estre. Et quel louyer ? Certes le plus grant et le plus bel qui puisse estre. Car or te souviengne que j'ay dessus conclud, c'est a dire du silogis me ou de l'argument187, et le recors en telle guise : bien n'est autre chose que félicité ; dont tous les bons sont beneurez par la bonté qu'ilz ont et tous sont beneurez Dieu188. Dont est tel le louyer des bons que nul jour ne le destruira. nulle mauvaistié ne l'obscunra, ne puissance de nul ne l'apeticera : c'est assavoir estre fait Dieu. Comme ce soit voir, nul saige ne doit doubter que les mauvais n'ayent adés painne sans faillir. »

929Cy conclut Philosophie au contraire que aux mauvais jamais ne deffault peine.

930"Que cum ita etc."

931« Car comme bien et mal soyent contraires et que louyer et peine soyent contraires, ce que nous veons avenir au bien quant au louyer, nous verrons du mal quant a la peine ; car ainsi comme aux bons leur bonté est leur louyer, aussi aux mauvais leur mauvaistié est leur peinne et leur tourment. »

932"Jam vero etc"

  • 189 Glose non signalée.
  • 190 Passage présent aussi dans Le Roman de la Rose, à la suite du développement sur le mal <qui> est né (...)

933« Or est ainsi que qui se sent enteschié de peine, il ne doubte pas qu'il ne soit enteschié de mal. Se li mauvais donc se veulent recongnoistre, pourront ilz penser qu'ilz soyent sans peine ? Je croy que non car le pire mal qui soit, c'est mauvaistié qui non pas seulement les enteiche mais les corrompt. Or voy aussi au contraire des bons quelles pcinncs les mauvais [f. 75] ont ! Tout quanques est est une chose belle et bonne, comme monstré avons dessus ; et de ce s'ensuit que ce qui est bon est simplement : dont qui se esloingne de bien, il laisse a estre. Et pour ce les mauvais laissent a estre ce qu'ilz furent devant. Mais il appert a la forme du corps que ilz ont encoires qu'ilz furent hommes ; dont ceulx qui par leur mauvaistié ont laissié ce qu'ilz avoyent et qu'ilz estoyent ne sont plus ne ont la nature d'omme. Mais comme la seule prouesce des hommes et leur bonté les puisse eslever sur les autres, se leur mauvaistié et leur felonnie leur oste dont d'umanité et de la condicion humainne, couvient qu'ilz en cheent plus bas de homme, c'est a dire en entribouil189, et qu'ilz soyent mis soubz la mérité des hommes. Dont il aviendra que quant tu vois ung homme deffiguré par vices, tu ne le dois pas tenir pour homme.190 »

934Glose

935Note cy que homme tant qu'il se tient en sa propre nature, il est moyen entre les celestiennes choses et les terriennes ; et quant il est raemply de toutes vertus, il se estendt au dessus de soy mesme et devient ainsi comme Dieu. Et quant il se laisse corrompre des vices, il devient beste par qualité de meurs, non mie par espace de corps.

936Texte

937« Car s'il est ardant d'avarice et par sa violence oste a autruy son avoir, tu diras par droit qu'il est semblant aux loups ; s'il est felon et plain de raige et que il tence tousjours, tu le compareras aux chiens. S'il met a guet en repos et [f. 75 v] a joye quant il puet par barat aucune chose prendre, il est égal au renaît ; se il a yre sans attrempement et fremist de courroux, il a cuer de lyon. Se il est paoureux et doubte la ou il ne doive doubter, il semble les cerfs ; s'il est lourt et paresceux, il vit au fuer d'asne. S'il est muable et ne tient son propos, il n'est dissemblant aux oiseaulx ; s'il se plonge en la vilté de luxure, il est comme truye soullee. Ainsi avient que homme qui par mauvaistié laisse bonne vie par qui il serait Dieu, puis que ce luy avient, il est mué en beste. »

938Glose

939Note cy qu'il sont trois maniérés de transmutacions : l'une est naturelle comme des elemens ; l'autre corporelle quant une chose semble estre et qu'elle n'est mie ; et l’autre immeritoire, et c'est la plus grant : c'est assavoir quant homme se enforme et prent la propriété des bestes par mener vie vicieuse, et ce appert par la fable de Cyrcé qui avoit povoir de muer le corps des hommes mais les couraiges ne pol elle muer. Et avint que quant Ulixes retournoit de la bataille et de la desconfiture de Troyes la grant, et qui longuement avoit garrié et esté demené par les tempestes de la mer. en la fin arriva en ung isle de mer ou regnoit Circé, la fille du souleil, laquelle fut si enamouree de luy que grant peine mist a le retenir ; mais ne pot pour force ne pour priiere ne pour pris qu'elle peust. Lors s'appensa et s'adreça a ses compaignons, et par buvraiges charmez qu'elle leur fist boire les mua les uns en porcs, les autres en diverses bestes sauvaiges quant aux corps, non pas quant aux couraiges ; mais elle ne pot onques venir a chief de Ulixes, car par le con[f. 76]seil de dieu Mercurius il la laissa et s'enfouyt et escheva sa decepcion sain et sauf.

940Moralité.

  • 191 Tout ce passage de glose, depuis Moralité, est en caractères de texte dans le manuscrit. Nous corri (...)

941Moralité : Par Cyrcé puet estre entendue toute mauvaise femme qui par ses blandices déçoit les hommes et les mue de vertus en vices, et les fait devenir bestes luxurieux, glouton[s] et paresceux ; mais Ulixes qui veult dire saige ne pot traire de vertu en vices, car par le conseil de Mercurius. c'est a dire de sapience, il a fouy et escheva. Ou autrement par Ulixes puet on entendre homme saige, par sa nef sa voulenté, par l'isle le monde environné de la mer de tempestes ; par Cyrcé, fille du souleil, habondance de biens terriens ; par les bruvaiges ou poisons enherbez les mauvais conseilz et decevables191.

  • 192 Ovide, Métamorphoses, XIV, 257-295.

942En ceste rime amainne Philosophie a son propos une fable d'Ovide192.

943"Vela etc."

« Quant Ulixes revint de Troye
Et par la mer ot prins sa voye,
Eurus le vent empaint si fort
Les nefs qu'elles vindrent au port
D'une isle ou estoit la deesse,
Fille au souleil, enchanteresse,
Qui telz poisons savoit confire
Que cil qui en boit tel atire
Que deviennent bestes sauvaiges :
Durs lyons et loups ramaiges.
Par ung dieu fut amonnesté
Le duc qu'il ne feust enherbe ;
Mais trestous ses compaignons burent
Des poisons qu'en pors muez furent :
En lieu de pain mangoient glant.
Mais rien n'y vault enchantement
[f. 76 v] Que le cuer leur peust changier.
Herbe qu'ilz poussent mangier.
Ains font grant dueil quant leur remembre
Que de pors sont changié si membre :
Li lions a au cuer sa vigueur
Par l'euvre de son créateur.
Qui par poisons d'erbe ne fuit ;
Mais ce trop griefment luy nuit
Que de luy vient, nompas dehors.
Tout ne face il de mal au corps,
Ce sont vices qu'a male fin
Le mainnent comme grief venin. »

944C'y s'accorde Boece a Philosophie etfait admiracion.

945"Turn ego etc."

946« Adonc, je dis, n'est pas dit a tort que les pécheurs, combien qu'ilz ayent forme d'omme par dehors, qu'ilz sont changiez en bestes quant a la condicion du cuer ; mais la cruaulté du cuer et la vilté que sans pitié poursuyvent les bons, vouldroye qu'ilz perdissent le povoir de ce faire. »

  • 193 Glose non signalée

947Philosophie : « Certes, dist elle, povoir n'en ont ilz pas comme il sera prouvé en son lieu. Et si diz que se le povoir qu'il te semble qu'ilz ont leur estoit osté, leur peine serait alegee de grant chose. Car il avient ce que pou de gens croyent que les mauvais sont plus maleureux quant ilz puent accomplir leur désir que quant ilz n'ont povoir de l'acomplir ; car se vouloir mauvaistié est chose maleureuse, encoires le est plus le povoir, car sans luy la voulenté languist sans riens faire. Dont corn chascune de ces choses emporte sa mal[f. 77]eurté, c'est assavoir vouloir, povoir et faire mal'193, il couvient que les mauvais ayent trois maleurtez quant tu vois qu'ilz ont le vouloir, le povoir et l'envye de mal faire. »

948Boece

949"Sed uti hoc etc."

950« Il le semble, dis je ; mais adés vouldroye qu'ilz n'eussent pas ceste maleurté de mal faire, et desire moult qu'elle leur soit soubstraicte. »

951Philosophie : « Soubstraicte, dist elle, leur sera elle espoir plus tost que tu ne vouldroyes... »

952Glose

953Note cy que tu ne le devroyes vouloir pour deux causes : l'une est que par la fin de leur maleurté cesseraient maintes utilitez qui viennent aux bons de la persecucion des mauvais ; l'autre cause si est car de tant comme plus dure la maleurté des mauvais, de tant sont ilz plus mauvais.

954Texte

955« ... ne qu'ilz cuident, car en ceste briefve vie n'est rien si tardif qui doye sembler long d'attendre a l'ame qui est sans fin. Et toutevoyes leur grant esperance et le povoir de mal faire qu'ilz ont est souvant destruit soudainnement, car cecy est remede de leur maleurté ; car se leur maleurté vient de mauvaistié, dont sont ilz plus maleureux qui plus longuement sont mauvais. Lesquelz je tiendroye trop maleureux se leur malice avoit finé a leur derreniere mort. Donques se nous avons prouvé vravement que mauvaistié vient de maleurté, telle misere n'a point de fin qui est pardurable. »

956Boece : « Ceste consequence est merveilleuse, dis je ; mais elle se accorde bien a ce qui est dit par avant et octroyé. »

957Philosophie : « Tu cuides a droit, dist elle. [f. 77 v] Mais cil qui tient la conclusion a fort a croire, ou il couvient qu'il monstre que l'en a mis aucun faulx avant dont elle s'ensuive, ou que la consequence n'est pas raisonnable a ce que la conclusion en viengne ; ou il couvient que l'en ouctroye les choses avant mises, que l'en ne s'en plaingne pas de ce qui s'ensuit des premisses. »

958Boece

959"Nam hoc quoque etc."

960« Et quoy ? dis je. »

961Philosophie preuve cy une autre raison merveilleuse.

962« Que les mauvais sont plus beneurez, dist elle, quant ilz sont pugnis que quant ilz s'en passent sans peine. »

963Cy oste Philosophie ung doubte qui pourroit sourdre.

964« Je n'entens pas a dire par aventure ce que chascun pense que les mauvais soyent aucunes fois corrigiez par la pugnicion et que par la paour de la peine se tournent a droit et les autres y prennent exemple de laissier mal a faire. Mais en autre maniéré, tout ce laissié, ilz sont plus benneurez quant ilz sont plus pugnis et plus maleureux quant ilz n'ont point de peine pour leurs maulx. »

965Boece : « Et quelle maniere autre, dis je, pourra estre que une de celles ? »

966Philosophie : « Ne avons nous mie octroyé que le bon est beneuré et le mauvais maleuré ? »

967Boece : « Ouy, dis je. »

968Philosophie : « Se l'en met, dist elle, aucun bien avec maleurté d'aucun, n'est il pas beneuré plus que cil qui a pure maleurté ? »

969Boece : « Il le semble, dis je. »

  • 194 Qui est mis là pour cui, complément de nom de maleurté.

970Philosophie : « Et se l'en met, dist elle, nouvel mal avec maleurté de celluy [f. 78] qui l'avoit toute pure sans mistion de bien, ne sera il mie plus maleureux que celluy avec qui194 maleurté l'en met quelque bien pour la relever ? »

971Boece : « Quoy dont ? dis je. »

972Philosophie : « Dont ont les mauvais quant ilz sont punis aucun pou de bien, c'est a dire la painc par qui la droitture qui y est est bonne ; et quant ilz n'en ont point, il y a ung nouvel mal, c'est assavoir ce qu'ilz sont quictes de painne, et ce est tort qui est mauvais selon ta confession. »

973Boece : « Je ne le puis nyer, dis je. »

974Philosophie : « Dont sont, dist elle, les mauvais plus maleureux quant ilz sont quittes de peine contre droit que quant ilz sont pugnis droiturierement. Car que les mauvais soyent pugnis, c'est droiture, et eulx estre sans peine, c'est tort. »

975Boece : « Qui puet. dis je, ce nyer ? »

976Philosophie : « Aussi puet on nyer, dist elle, bien pou que droit ne soit bien et ce qui est tort est mal. »

977Boece : « Ce s'ensuit, dis je. trop bien a ce qui est conclut devant. »

978Glose

979Note cy deux maniérés de tourmens : l'un moult aigre et pénible en enfer et pardurable pour ceulx qui meurent sans confession et sont ja jugiez ; l'autre est plus débonnaire en purgatoire et a temps selon la voulenté de Nostre Seigneur. A ceulx qui en vraye confession sont trespassez et en la foy catholique, et qui n'ont mie parfait leurs penitences, et après ce passeront au repos pardurable. Et dist l'Escripture que les âmes hors du corps sont divisées en trois parties : les unes s'en vont droit [f. 78 v] es peines d'enfer pardurables et revendront au Jugement pour estre doublement tourmentées en ames et en corps : les autres s'en yront en gloire pardurable et reviendront au Jugement pour estre revestues de double estole, savoir de double gloire en ame et en corps ; les autres ne tantost en gloire ne tantost en peine pardurable s'en vont, mais en purgatoire et revendront au jour du Jugement pour estre jugees a droit.

980Texte

981Boece : « Mais je te requier que tu me dies se tu assignes aux âmes après la mort du corps nulz tormenz. »

982Philosophie : « Ouy. dist elle, moult grans ; de quoy les uns sont en punir les ames par aigreur de peines, et les autres sont purgatoires plus débonnaires. Mais nostre conseil n'est pas de traictier maintenant de ce ; ains te avons monstré que la puissance des mauvais que tu tenoyes a si digne n'est nen, et que ceulx desquelz tu te plaingnoies qu'ilz n'estoyent pugnis ne sont point sans la painne de leur mauvaistié. Et le povoir qu'ilz ont de mal faire que tu desiroyes estre tost fine tu sceusses qu'il n'est pas loing, et que tant serait il cause de plus grant maleurté quant plus durerait, et très grant cil estoit sans fin. Et plus que les mauvais sont plus maleureux quant ilz contre droit sont quittes des peines que quant ilz sont pugnis a droit ; et de cestc sentence s'ensuit qu'ilz sont plus griefment pugnis quant tu plus cuide[s] qu'ilz soyent quictes. »

983Cy s'accorde Boece a Philosophie et toutes voyes s'es merveille moult de ceste sentence.

984"Turn ego etc."

985« Quant je regarde, [f. 79] dis je, ces raisons, il me semble que l'on ne pourrait dire plus chose voire ; mais quant je me tourne au jugement des hommes, qui est cil qui ce voulcist croire ? »

986Philosophie : « Ainsi est il, dist elle, car les hommes ne peuent lever les yeulx vers la clarté de vérité qui sont accoustumez d'estre en tenebres et sont semblans aux oyseaulx a qui la nuit donne veue et le jour les aveugle. »

987Glose

  • 195 À partir de ses, on passe au singulier...

988Note cy des oiseaulx savoir des chouettes, chashuans et chauves soris qui fuyent la lumière du jour, et de nuyt apperent ; et ce leur avient de leur propre nature et de coustume de nature, car en leurs yeulx habondent moult d'umeurs blanches, qui de jour leur empesche leur veue. ainsi que nous ne povons regarder contre le souleil ; et encontre ce Nature leur a pourveu de remede savoir qu'Hz ont ou millieu des yeulx une prunelle bien noire qui leur attrempe celle lueur ; or de coustume et d'usaige, car les chashuans doutent naturelment les autres oiseaulx comme ses195 ennemis ; et pour ce de jour ne se ouse apparoir, mais se muce es bois des arbres, et de nuyt par nécessité de fain ou autre chose par contraincte de nature, quant les autres oiseaulx dorment, yst hors en appert ; et ainsi de usaige voit mieulx de nuit que de jour. Et semblablement est il des hommes, car a aucuns naturellement plaisent les delitz corporelz comme aux chaloureux moistes la gloutonnie et la luxure, et aux autres de coustume qui est une autre nature etc.

  • 196 Glose non signalée.
  • 197 Glose non signalée.

989« Car quant ilz ne regardent pas l'ordre des choses mais leurs affections, ilz cuident que les mauvais soyent beneurez, ou pour ce qu'ilz ont povoir de mal faire ou pour ce qu'ilz sont quictes [f. 79 v] de pugnicion. Or regarde donc que la loy pardurable a establi que. quant tu as enformé ton cuer de bonnes meurs, tu n'as mestier de juge qui te rende ton loyer, c'est a dire qui te loe196, car tu meismes t'es accompaignié aux très grans biens. Et se tu mes bien ton entencion a mal faire, ne demande ja fors de toy qui te punisse, c'est a dire hors ta (con ta) conscience197, car tu meismes tu es joinct a mal tout aussi comme se tu par diverses fois regardoyes or le ciel or le fiens en terre sans nulle autre chose qui te avenist fors par la raison de ton divers regart, il te semblerait que tu feusses joinct or aux estoilles or a la boe. »

990Encoire cy met Philosophie ung exemple a son propos.

991"Quid qui huius etc."

992« Mais la simple gent ne voyent pas ce ne ne jugent pas selon la conscience par dedeans ; mais que dirons nous donc ? Nous accorderons nous et conformerons a ceulx qui sont semblans aux bestes si comme il est prouvé la dessus ? Et aussi se aucun avoit perdue la veue et eust oublié qu'il ne l'eust onques eue et pour ce ne cuidast pas que veue feust de la perfection de homme, ne jugerons nous pas pour ce que cilz et ceulx qui seroyent de semblable oppinion ne feussent aveuglez ? Et certes ainsi est il de ceulx qui ne voyent es choses que nous avons dit ; et aussi pou creroyent ilz se nous prouvons par vives raisons que cilz sont plus maleureux qui font a autruy injure que [f. 80] cil a qui ilz la font. »

993Boece : « Ces raisons, dis je, octroye je voulentiers ! »

994Philosophie : « Pués tu nyer, dist elle, que mauvais n'ait desservy estre pugny ? »

995Boece : « Nenny voir, dis je. »

996Philosophie : « Donc pert il, dit elle, par moult de raisons que les mauvais sont maleureux en pluiseurs maniérés. »

997Boece : « C'est cler, dis je. »

998Philosophie : « Et pour ce, dist elle, cil qui a desservy d'estre pugny, doubtes tu que ce ne luy doint maleurté ? »

999Boece : « Certes non. car ce est avenant. »

1000Philosophie : « Et se tu estoyes, dist elle, leur juge, lors que presenteroyes tu : ou celluy qui avroit faicte l'injure, ou celluy a qui l'en l'a faicte ? »

1001Boece : « Ja n'en doubtez, dis je : je feroye faire satisfacion a celluy a qui on a fait tort par celluy qui l'a fait en le pugnissant. »

1002"Hinc igitur aliis etc."

1003Cy fait Philosophie sa conclusion.

1004« Donques tendroyes, dist elle, que celluy est plus en misere qui a fait le tort que celluy qui l'a receu ? »

1005Boece : « Certes, dis je, il s'ensuit. »

1006Philosophie : « Donc, dist elle, pour ceste cause et pour ces autres raisons qui viennent de une meisme racine, la mauvaistié de sa nature fait maleureux celluy qui la fait. Il appert que quiconques fait mauvaistié a autruy et injure, elle est plus a celluy qui la fait que a celluy qui la reçoit. Et certes les advocas font ores tout le contraire, car ilz s'enforcent d'encliner le juge qu'il ait mercy de celluy qui a receu le tort, comme cil qui le tort a fait eust plus grant mestier de mi[f. 80 v]sericorde ; les mauvais donques devroyent estre menez devant les juges non pas pour courroux mais par pitié aussi comme les malades devant les mires, pour ce que le juge par droituree painne ostast d'eulx la maladie de pechié. Et en telle guise ne serait mestier qu'ilz eussent advocas pour eulx defendre ; ou si les vouloyent avoir, ilz devroyent changier la defense en accusacion contre eulx meismes. Et se ilz avoyent povoir de regarder par aucun petit pertuis ce tant petit de vertu qui leur est remede et la vilté de leur pechié, et congncussent que par leur peine ilz osteroyent la vilté de leur pechié et recouvreroyent bonté, ilz ne tiendroyent pas la punicion a tourment ne n'avroyent euvre de defendeur, mais ce mettroyent du tout en la voulenté des accuseurs et des juges. Et de ce vient que haynne ne a point de lieu en cuer de saige homme, car les bons nul ne hect s'il n'est très felon ; et raison ne dicte pas a haÿr les mauvais car ce vice est maladie de cuer aussi comme langueur e[s|t maladie de corps, comme les malades corporelment ne ont pas mestier d'estre haÿs. mais en doit on avoir pitié moult. Cilz plus qui sont malades de cuer ne doivent pas estre poursuis mais seurs et supporté[s] piteusement comme la maladie du cuer soit plus gnesve que la maladie du corps. »

1007Cy reprent Philosophie tous ceulx qui heent autruy car l’en doit amer les bons pour leurs bontez et des mauvais avoir pitié, [f. 81]

« Pour quoy vous mouvez si fort
Pour querir a voz mains la mort ?
Elle vient bien sans appeller
Et fait ses chevaux tost aler !
Sangliers, lyons et loups sauvaiges
Luy rendent moult bien ses treuaiges,
Mais hommes s'ocient aux dens. »

glose : entre vous foulz hommes

1008Glose Note cy qu'ilz sont trois maniérés de mort – savoir : casuelle, fatatique et naturelle. Casuelle, qui avient de cas d'aventure si comme nous veons avenir chascun jour des hommes qui se noyent ou qui s'entretuent ; fatatique, qui avient par imfluence des constellacions, car l'omme puet naistre en telle constellacion que sa complexion emporte mains de chaleur naturelle, et par consequent le couvient mourir avant sa viellesce sans nul cas d'aventure ; mort naturelle est qui avient en la fin de viellesce par deffault de humour ou de chaleur naturelle.

« Souffrez donc sans faire senglans
Voz glaives, car vous n'avez droit
De guerroyer nul quel qu'il soit.
Ne de mener forsenerie
A nul tant soit de male vie.
Veulx guerredonner a chascun
Couvenablement par raison :
Par droit aux bons dois bien vouloir
Et des mauvais pitié avoir. »

glose : en tuant l'un l'autre

1009Cy parle Boece et fait a Philosophie une trop haulte question et forte qui touche les termes de destinee, de la providence divine, de franc arbitre ; c'est a dire de franche voulenté, de cas d'aventure et autrement.

1010"Hic ego video, inquam etc."

1011« Je voy bien, dis je, que beneureté et malcurcté sont mérités des bons et [f. 81 v] des mauvais. Mais je voy que en cestc prospérité mondainne a aucun bien et aucun mal ; et quant je regarde que aucun preudomme ne desire estre essillié, souffraicteux ne a honte, mais veulent mieulx les preudons planté de richesses et estre en honneur et en reverence et avoir povoir et force de demeurer en paix leurs estas ; non pas par couvoitise ne par orgueil ou vainne gloire, mais a fin d'excercer leurs vertus et de plus proffiter a la chose commune. Car en ceste maniéré ne peuent ilz mieulx et plus prouffitablement traictier les euvres de perfection et faire le peuple gouverner par commencement de beneurté. Et aussi les Chartres et les posons et les lois et les tourmens sont plus fais pour les cytoiens de male vie et plus couvenables pour qui ilz furent premièrement establis que pour les bons. »

1012Or fait maintenant la question :

1013« Pour quoy est donc la chose bestoumee que les bons seuffrent les maulx que les mauvais devroyent avoir, et les mauvais ont le guierdon que les bons devroyent avoir ? Je m'en merveille moult durement et desire moult que tu me feisses savoir la raison de ceste confusion : je ne m'en merveilleroye se je cuidoye que aventure sans raison trestoumast tout ; mais le gouvernement de Dieu me esbahist. car aucunes foiz il donne bien aux bons et mal aux mauvais, autres fois mal aux [f. 82] bons et aux mauvais ce qu'ilz désirent. »

1014Forte question

  • 198 Psaumes (« de David »), 72, 12 dans la Vulgate latine, 73 (72), 12 dans « nos » éditions de la Bibl (...)

1015"David in Psalmis : Ecce ipsi peccatores et habundantes in seculo obtinuerunt divicias198 etc."

1016« Et se l'en n'y treuve aucune raison, quelle difference sera entre ceulx de Dieu et les euvres de fortune ? »

1017Philosophie : « Ce n'est pas merveilles, dist elle, se il semble que aucune chose soit désordonnée et confuse quant on ne sect mic la cause ! Mais tu qui scez que Dieu qui est bon gouverne le monde, combien que tu ne saiches la cause de son ordonnement. tu ne dois pas doubter que toutes choses ne sovent bien faictes et droicturierement. »

1018Cy met Philosophie la cause de la divinacion et de l'ignorance de Boece.

1019"Si quis etc."

« Cilz qui ne scevent la raison
Pour quoy tart court Septentrion.. »

1020Glose

  • 199 Le texte a bien Ouise pour Ourse (cf. note suivante).
  • 200 La vision du ciel étoilé de notre glossateur ne brille pas par sa précision. Il mentionne donc sans (...)

1021Note cy que c'est ung signe ou ciel composé de sept notables et principaulx estoilles qui tousjours communément apperent ou ciel, et autrement est dit le cher saint Martin : et est double, l'un plus grant et l'autre moindre. Et autrement selon les fables est dit Ouise199 et autrement Achirus200 et Archephilas et Boetes. Et ce signe de nature tart se couche et tost se lieve, et est la cause pour ce que une estoille double qui est ou chiel ou chiefde l'ai sceau, et est le centre entour qui tourne tout le firmament, a de costé soy ung cercle ouquel est contenu ce signe que on dit Archirus – savoir la majour et la minour Ourse ; et delez ce cercle est ung autre cercle ouquel est contenu Boetes. Et pour ce du premier cercle qui est delez celle estoille Polus, la plus grant [f. 82 v] partie appert dessoubz terre, et la meneur dessuz ; et de ce avient il que ce signe Archirus ou Septentrion se couche plus tart ou ciel et naist plus tost, et pour ce se merveillent aucuns qui ne scevent la cause.

  • 201 Le texte a bien bacin ; peut-être faut-il comprendre le bucin ( ?).

1022Item note cy de l’esclipse de la lune qui n'a point de propre lumière de soy mais l'a du solde il, qui selon les philosophes est plus grant de toute la terre, mais la lune est moindre. S'il avient que ces trois choses, savoir le souleil, la lune et la terre soyent ainsi ordonné que le souleil soit au plus bas hemispere, c'est a dire en son plus bas domicilie, et la lune soit en son souverain hemispere si que une ligne se parte du millieu du souleil, elle passeroit par le millieu de la terre et de la lune ; et ainsi l'ombre de la terre s'en monteroit jusques a la lune. Lors la lune ne pourroit prendre point de lumière du souleil et soufferroit eclipse et couvient qu'elle soit plaine, car autrement il ne aviendroit pas ainsi. Et lors s'esmerveillent les gens et cuident aucuns que ce soit par enchantement de vieilles, et font sonner le bacin201 et gectent le feu par brandons.

  • 202 Ce vers n'appartient pas au texte de Boèce, où le glossateur l'a inclus, ce qui est exceptionnel da (...)
  • 203 Même développement sur l'attitude des "naïfs" devant les éclipses dans Le Roman de la Rose, vv. 189 (...)

« ... C'om clame le cher saint Martin202
Qui fait son tour prés de la fin
De l'aissil sur quoy le ciel vire.
Merveille leur semble a descripre ;
Et quant la lune est toute plaine
Si luy vient obscurté soudainne.
De l'obscurté qui la surprent
Merveilles en ont simple gent,
Et semble que ce soit erreur :
Si en parlent li plusieur.
Mais ilz ne se merveillent pas
De ce qu'ilz voyent cy embas,
Quant pour le vent la mer assault
La rive, et la nef font ou chault,
[f. 83] Que veoirest chose legiere
Qui la cause a et la manière.
Mais de ce s'en vont esmayant
Que ilz ne voyent pas souvant.
Se les causes de tous savoyent,
De riens ne se merveilleroyent !203 »

i.[e] eclipse

1023Cy met Boece aucunes choses qui font a souldre la question.

1024"Ita est, inquam etc."

1025« Ainsi est il, fis je, mais comme de toy viengne le don de descouvrir les causes des choses repostes et de desployer les raisons que obscurté a obscurcies, je te requier que tu me descueuvres ce, car ce miracle me trouble trop ; si te pri que tu le manifestes. »

  • 204 Cette « didascalie » n'est pas graphiquement distinguée du texte.

1026Elle savoir Philosophie – commença ungpou a sousrire et dit :204

  • 205 Ovide, Métamorphoses, IX, 69 sqq.

1027« Tu me veulx mener a ce qui est le plus grant de toutes demandes, car quoy que on espise – alias : espuise – il ne souffist a nul. Car ceste matière est telle que quant on soult une doubtance, d'elle en naissent tant que l'en n'en scet le nombre aussi comme la fable compte du serpent de la palude Lerne. que quant Hercules luy coppoit une teste trois luy en revenoyent. et a la parfin le tua Hercules ne yl n'en est point de fin, se ce n'est a celluy qui a très vif et très ardant engin205... »

1028Glose

  • 206 Le texte a ses pour les.

1029Note cy que il appelle très ardant engin et vigoureux, car selon les philosophes de bon engin sont ceulx qui sont de plus chaude nature ; et a l'encontre ses206 viellars et les paresceux de nature de terre sont de dur engin. Aussi comme le feu est legier et legierement entre es choses très fors, ainsi le soubtil engin prent legierement les choses fortes.

1030Texte

1031« ... a qui il les puisse (re)[f. 83 v]restreindre, car s'il sceust ou quenr, de la simple pourveance de Dieu, de l'ordre de destinee, des cas qui aviennent soudainnement, de la congnoissance et la predestinacion de Dieu, de la franchise de la voulenté humainne. Dont pués bien veoir quelz fais cy a, mais pour ce que or avoir la congnoissance de ces choses est une partie de ta garison, combien que la briefté du temps nous estraingne la voye aucun pou, toutes voyes nous efforcerons nous de ce despeschier et délivrer aucune chose. Et se les beautez des rimes ou des escnptures veriffiees te dclictent, il te couviendra souffrir ung pou les raisons enchainnees qu'il me couviendra tiltre ordonneement. »

1032Boece : « Parle, dis je, ainsi comme il te plaira. »

1033Cy commence Philosophie a parler de la p[ro]vidence divine et de destinee, et monstre premièrement qu'est providence divine puis qu'est destinee.

1034"Omnium generacio rerum etc."

1035Adonc elle print ung nouvel principe aussi comme ung nouvel fondement pour conmencer s'entencion et dit :

1036« Toute generacion et tout procès de nature qui se change... »

1037Glose

  • 207 Pour arriver au total de 6, sans doute faut-il dédoubler la mutacion en aller et retour...

1038Note cy qu'ilz sont six maniérés de mouvemens, c'est assavoir : generacion et corrupcion, augmentacion et dimimicion, et de lieu en lieu mutacion207.

  • 208 Le texte a bien teste !

1039Teste208

  • 209 Qui pour cui = « pour qui ».
  • 210 Glose non signalée

1040« ... et tout quanqu'il se.meut en aucune maniéré [a] prise sa cause, son ordre et sa forme de l'estat certain sans mouvement qui est en l'entendement de Dieu ; et cil qui a souverainne simplesce establit diverses [f. 84] manieres aux choses qui de luy viennent. Et ses maniérés diverses, qui2099 les regarde en purté mesmement du divin entendement, sont appellees pourveance ; et quant elles sont rapportées par nous aux choses dont elles sont, c'est a dire a la difference d'eulx210, si sont nommées des Anciens destinées. Et la diversité de pourveance et destinée voit on legierement. car pourveance dit la raison des choses tant comme elles sont ou souverain prince de toutes choses qui tout pourvoit et tout ordonne. Mais destince si est l'ordre qui est es choses de dehors joinct aussi comme h desploiemens de pourveance, laquelle contient en soy toutes choses combien qu'elles soyent diverses... »

1041Glose

1042Note cy que ces trois – Dieu, pensee et providence – sont trois noms et une meisme chose appartenant a la divine substance pardurable, savoir : Dieu, en tant qu'il est créateur de toutes choses ; pensee, en tant qu’il est exemplaire voit il en sa pensee, c'est a dire sa sapience ; providence, en tant qu'il a sceu et pourveu toutes choses en sa pensee avant qu'elles soyent faittes ; ou Dieu, et avant, voit de chascune chose quoy, et quelle, et quant elle doit estre, en quoy elle différera des autres. Dont n'est autre chose providence que de invisible Dieu la disposicion de toutes choses : et la destinee est la explicacion de la divine disposicion de temps.

1043Texte

1044« ... et combien qu'elles soyent sans nombre. Mais destinée ordonne chascune chose par soy en son mouvement et en son lieu... »

  • 211 Le texte a Philosophie pour Glose.

1045Philosophie211

1046Note cy comme les hommes [f. 84 v] en la terre, les poissons en l'eaue, les oi se aulx en l'air.

1047Texte

1048« ... en la forme, car autre est la forme d'omme, autre d'asne ; en son temps, car avant sont les unes choses que les autres couvenables. Si que celle ordre temporel ainsi desployé. quant il est simplement en l'entendement de Dieu, si est dit pourveance ; mais quant celle simplesce se depart es choses forainnes en divers temps, si est dicte destinee. »

1049Cy demonstre Philosophie comme destinee deppent de Providence.

1050« Et nepourquant tout soyent ces deux choses diverses, si se part et despent l'une de l'autre ; car l'ordre de destinée si vient de la simple Providence aussi comme l'ouvrier qui a en son cuer la forme de la chose qu'il veult faire, et par celle il muet l'euvre et la matière par dehors par cours de temps, et s'il l'avoit ores avant en son cuer simplement. Aussi la pourveance de Dieu ordonne fermement et singulièrement ce qu'il doit faire ; mais par la destinee il met a euvre en moult de maniérés et en divers temps ce qu'il a pourveu. Donques en quelque maniéré que la destinee soit mise en euvre, ou par esperis qui servent a la pourveance de Dieu, ou par ame, ou par le service de toute nature, ou par le mouvement des estoilles, ou par la vertu des anges, ou par diverses saigesses des deables, ou par une des parties des choses dessus dictes, ou par tout ensemble... »

1051Glose

1052Note cy que entre les Anciens fut jadiz question se Dieu gouvernoit le monde par soy ou par aucune chose. Les ungs disoyent que [f. 85] par esperis divers ou par anges ; les autres par l'ame du monde ; les autres que par nature ou par l'issue de l'ung et de l'autre, ou par complexion ou l'entresuivent des elemens ; et ceste est l'oppinion des philosophes. Les autres disoyent par l'influence et le mouvement des estoilles selon les astrologiens ; les autres que par mauvais anges – id est deables. Mais nous devons croire et tenir que toutes choses sont faictes et gouvernées par la sapience et providence divine, qui est la forme simple et raisonnable et immouvable de toutes choses qui sont ; et l'appelle Platon le philosophe « le monde anticipé ».

1053Texte

1054« ... c'est certain que pourveance est la forme des choses qui doivent estrc faictes, laquelle est estable et simple ; mais la destinée est ordre muable et temporel de ce que la simple pourveance a ordonné. »

1055Cy fait Philosophie une conclusion des premisses.

1056« Et de ce avient que quant est subgect a destinée est subgect a pourveance. »

1057"Quo sic ut omnia"

1058« Car meisme la destinee luy est subgecte, et sont aucunes choses qui sont soubz pourveance qui passent l'ordre de destinee et seumiontent : ce sont celles qui sont si prés de Dieu comme sont les divins esperis si estables et si fermes que la maniéré de destinee ne s'i extend. »

1059Glose

  • 212 Il s'agit là de saint Grégoire le Grand, qui fut pape, et qu'il ne faut pas confondre avec Grégoire (...)

1060Ci puet l'en faire une question : assavoir mon se Tame estant ou corps d'omme puet surmonter l'ordonnance de destinee ; et dit que ouy et non pas du tout en tout, mais a temps. Car, selon ce que on dit ou Dyalogue de saint Grégoire de la vie de saint Benoist212, il fut par divin esperit si eslevé oultre la commune nature des choses que il vit dessoubz soy [f. 85 v] tout le monde ; et lors seurmonta il l'ordonnance de destinee, mais tantost pour ce qu'il estoit encoir environné de la pesanteur de la char mortelle, il revint a soy et congneust qu'il estoit encoires en ce monde et semblable aux hommes morteIz. Par quoy il appert qu’il fut prochain de Dieu et seurmonta l'ordonnance de destinee, et derechiefpar la char qui estoit mortelle il revint a soy etc.

1061Cy met Philosophie ung exemple bien propre du centre au Créateur ; c'est assavoir comme le centre est indivisible et de luy me s mes puent descendre pluseurs cercles et sans fin, aussi le Créateur, qui est une meisme chose et maint indivisible, toutes choses sans fin et sans nombre créé et gouverne.

1062« Tout aussi comme nous veons que quant plusieurs roues se tournent sur ung point dont l'une est dedens l'autre, celle qui est plus prés du point qui est leur centre a moins de mouvement et est aussi comme centre des autres qui se meuvent entour ; et celle qui plus s'en esloigne se muet en plus grant espace, et se aucune chose [se] joint au point, elle acquiert l'estat de luy ne ne se muet. Par ceste raison cil qui plus se esloingne de Dieu a plus grant mouvement de destinee, et cil qui plus s'approche de luy est plus franc dudit mouvement, et ce qui se joinct a luy n'a point dudit mouvement, mais fuit et seurmonte la muance de destinee et toute necessité. »

1063Glose

1064Note cy dessoubz quatre couvenables similitudes d'entendement et de ratiocinacion ou de [f. 86] argumentacion a Providence et a destinee. Car aussi comme l'entendement pense premier d'aucune chose et puis la met en euvre par ratiocinacion ou par argumentacion, aussi la providence divine prévoit les choses avant a faire et puis les explique et met a effect et a euvre ; et ceste explicacion est appellee destinee.

1065Secondement aussi, comme Dieu le créateur est dit proprement estre a qui n'est riens ne preterit ne futur, mais toutes choses luy sont présentés, et ce qui est dit engendré a commancement d'estre et ne euvre pas tousjours, aussi la providence divine n'est riens, ne preterit ne futur, mais destinee a commencement.

1066Tiercement aussi, comme éternité est le present estat a toutes choses qui sont et ont esté ou seront, et le temps est la disposicion de la demeure et du mouvement des choses muables, aussi la providence divine est pardurable, et la destinee trespasse par succession de temps.

1067Et quartement aussi, comme du centre ou du point descent le cercle, aussi de la Providence descent la destinee.

1068Texte

  • 213 Glose non signalée.

1069« Doncques aussi comme l'en puet faire comparaison de parole, de ratiocinacion a entendement, et de chose engendree a ce qui est au Créateur, et de temps a éternité, et du cercle au centre, c'est a dire le point du millieu213, aussi puet estre comparée la muance de la destinee a la pourveance divine ferme et estable, laquelle muet le ciel et les estoilles... »

1070Glose

1071C'est assavoir par jour et par nuit la lune, par mois le souleil, par an les elemens – savoir les pesons avec les legiers, les chaulx avec les frois, les secs avec les moistes.

1072Texte

1073« ... et attrempe les elemens ensemble [f. 86 v] et leur donne que l'un transmue l'autre et trait a sa nature, et ceste meisme renouvelle les cours des choses qui naissent et corrompent : par semence quant aux arbres, et aux herbes par fruis, quant aux bestes par fruis qu'elles portent. Ceste aussi enclost les euvres et les fortunes humainnes par adjoustement et enserrement des causes qui ne peuent estre desliees ; et car ces causes ont leur commancement de la pourveance de Dieu qui est estable, il les couvient estre estables, et ainsi les choses sont très bien gouvernées. (De) la simplesce qui ne se muet de l'entendement de Dieu met hors l'ordre des causes qui ne puet estre laissiee ; cil ordre restraint les choses muables en sa propre fermeté... »

1074"Igitur uti etc."

1075« ... car autrement chancelleroyent elles sans toute raison, c'est a dire qu'elles aviendroyent casuelment et d'aventure. »

1076Cyfait Philosophie une autre conclusion par quatre similitudes.

1077« Et de ce vient que comme vous, hommes, ne povés veoir ne congnoistre ceste ordre, et pour ce vous semblent estre les aventures mondainnes troubles et confuses, toutes voyes ces choses cy ont certainnes maniérés qui les adrescent a bien. Car il n'est rien que l'en face pour entencion de mal, neis ce que les mauvais font, car il est cy dessus prouvé qu'ilz quierent le bien, mais erreur les en destoume. Dont ce qui vient de Dieu puet encoires moins ordonne[r] a mal quelque part qu'il tourne. »

1078D'ores en avant vuelt Philosophie faire satisfacion et [f. 87] respondre a la question faicte cy devant, c'est assavoir pour quoy aux bons mal leur vient et aux mauvais les biens temporelz.

1079"Que vero, inquies, etc."

1080« Et espoir tu me diras : que puet estre plus désordonnée chose que ce que aux bons vient aucunes fois bien et autres fois mal. et aux mauvais aussi ? Or me dise : les hommes ont si clere congnoissance qu'ilz ne puissent faillir a jugier lesquelz sont bons et lesquelz sont mauvais ? Certes en ceste chose les oppinions sont diverses, car ceulx que les ungs tiennent a bons, les autres tiennent a mauvais. Nepourquant posons que aucuns puisse congnoistrc les bons et les mauvais : pourrait il congnoistre toutes les condicions des cuers qui se diversifient au fuer des complexions du corps ? »

1081Glose

  • 214 Exode, 20, 17 ; Deutéronome, 5, 21.

1082Note cy que aussi comme le corps de l'omme a quatre complexions, c'est assavoir : sanguin, colorique. flamatique et melencolique, et s'aucune habunde et croist plus que raison, grant corrupcion du corps s'entresuivra ; aussi le couraige ou l'ame de l'omme a trois maniérés de condicions ou de qualitez de meurs, scilicet : raisonnable, irascible et concupiscible ; desquelles condicions, se l'une habonde oultre raison, grant corrupcion de couraige et de meurs en vient. Comme se la raisonnable surhabonde, il cuidra estre trop saige et en deviendra orguilleux, contumelieux et escharnisseur ; dont il est escript : « Non plus savoir qu'il escouvient mais a mesure. » Se la concupiscible surhabonde, de la ystroit avarice, males cogitacions, oultraigeux désirs, dont il est escript : « Ne convoite pas la chose de ton prochain. »214 Et se [f. 87 v] la irascible surhabonde, de la naistra rancune, corroux et tençon, dont il est escript : « Courroucez vous de voz vices et ne vueilliez mie pechier. »

1083« Car aussi est il des couraiges comme des corps ausquelz, tout soyent ilz sain, si est couvenable a l'un chose doulce et a l'autre amere ; et aux malades donne leur choses aux ungs souefves et aux autres aigres et poingnans. Et cecy semble merveilles a ceulx qui ne congnoissent les complexions des gens ; au moins aux phicisiens qui congnoissent le attrempement des corps n'est pas merveilles. Et tout aussi est il des couraiges qui sont malades de pechiés et sains par vertus. Et qui porra ou ceste santé garder ou ceste maladie que Dieu qui est phisicien et gouverneur des cuers ? Ouasi diceret : nul ! Que, quant il regarde de sa haulte fenestre de sapience, il voit qui est mestier a chascun et ce luy amenistre ; et est le beau miracle de destince ou belle merveille de destinée que fait cil qui sceit la raison pour quov cil qui ne la scet se merveille. »

1084Cy commence Philosophie a prouver les choses qu'elle a dit cy devant.

1085"Nam utpauca etc."

  • 215 Lucain, Pharsale, I, v. 128 : Victrix causa deis placuit, sed vida Catoni (« La cause du vainqueur (...)

1086« Et pour ce que je t'ay touchié aucun pou de la pourvcance de Nostre Seigneur selon ce que raison se peut estendre, il est aucunes fois que de ce que tu cuides qui soit trop droituriere chose, il est tout autrement devant celluy qui tout scet et tout voit et tout fait : dont Lucains. nostre familier, si dit que la cause qui vaint tout si plaist aux dieux215... »

1087Glose

1088Note cy que Lucain. qui traicta de la [f. 88] victoire que ot Julius César contre Pompee, dit que la cause de Julius César pleut aux dieux, et pour ce ot il victoire ; et la cause de Pompee qui fut vaincu plut a Cathon qui estoit de sa partie. C'est a dire que Cathon et les autres du peuple qui estoyent cuidoyent que Pompee eust bonne cause et juste, et que Cesar l'eust mauvaise ; mais il fut autrement par le jugement des dieux qui donnèrent victoire a Cesar.

1089Texte

  • 216 Glose non signalée.

1090« ... mais la cause qui est vaincue quant elle ne fait pas tous diz ce que l'en cuide plaist a Cathon. C'est a dire que les causes que Dieu a ordonnées ont tousjours victoire car elles ne faillent ; mais les causes de ça jus bas qui regardent les hommes sont vaincues souvent car elles faillent216. Donc quanques tu vois qui avient contre esperance, tout est ordonné a droit ; mais selon ton oppinion telles choses te semblent confuses. Or soit aucun si très bien condicionné qu'il soit bon au jugement de Dieu et des hommes, mais il a pou de force ou cuer, si que quant adversité luy vient, il laira par aventure sa bonne vie pour ce que elle ne luy a valu a ly garder de meschief. »

1091Glose

  • 217 La Légende dorée, op. cit., p. 171 sqq et 1142 sqq (note), raconte la vie de cinq personnages préno (...)

1092Note cy que on lit en la vie de saint Julien217 que, comme l’en le traynnast et menast on en la prison d'ung tyrant, ung sien jtlz qui par l'inspiracion divine creoit en Jhesucrist et suyvoit le martir de Dieu, et fut mis en la prison avec luy, et depuis il convertist sa mere a la foy Nostre Seigneur. Et quant le tyrant le sot, il fist occire son filz et commenda que on luy amenast sa mere pour le faire morir ; mais cilz qui la vouloyent prendre ne povoyent et [f. 88 v] perdoyent le povoir des mains, car Dieu qui sauver la voulait savoit bien endurer les tourmens mais quant elle ot dicte s'oroison elle trespassa en Nostre Seigneur.

1093Texte

1094« Pour cc le sens de Dieu l'espargncra que adversité ne le face devenir mauvais et que il ne doint paine a celluy a qui elle n'est couvenable. Or est ung autre plain de vertu saint homme et ami de Dieu de qui il semble a Dieu que ce scroit pechié se nul mal luy venoit, neis maladie de corps. »

1095Glose

  • 218 La Légende dorée, op. cit., raconte comment l'empereur Domitien convoqua Saint Jean, apôtre, devant (...)

1096Note cy que aucuns sont si justes et si sains et si amis de Dieu que leur justice et sainteté les garde et dejfent de tout ma ! et de toute enfermeté, a l'exemple de Moÿses que Nostre Seigneur ne volt onques souffrir a estre travaillié d'aucune enfermeté. Et aussi list on de monseigneur saint Jehan Euvangeliste que pour sa bonté, sans souffrir douleur ne maladie de corps, il entra en sa sepulture et la rendy Tame a Nostre Seigneur218.

1097Texte

  • 219 On attend croissent.

1098« Et pour ce ne laisse Dieu qu'elle luy viengne, car celluy qui est plus grant de moy – c'est Dieu – a dit que les hommes parfais ont ainsi ediffiez leurs corps de vertus, que nulle adversité ne leur peut venir. Et souvent les bons sont mis en hault gouvernement pour abaissier les malices des mauvais qui trop croist219. »

1099C'y demonstre Philosophie pour quoy Dieu sueffre que mal avient aucunes fois aux bons.

1100"Aliis mixta quedam etc."

1101« Aultres fois Dieu depart a aucuns ysnelment selon la condicion des cuers. et les autres il point aucunes fois pour ce qu'ilz ne s'enorguillissent se beneurté leur durait longuement. Et aux autres il leur donne autres tnbulacions pour ce que leurs [f. 89] vertus soyent conformées par l'usaige de pacience et par les accoustumemens de tribulacions ; les ungs si ont paour plus qu'ilz ne devroyent de emprendre ce qu'ilz pourroyent faire. »

1102Glose

  • 220 Matthieu, 26, 33 ; Marc, 14, 31 ; Luc, 22, 33 ; Jean, 14, 37.

1103Note cy que aucuns sont qui plus doubtent et ressoignent a souffrir les adversitez qu'ilz ne doivent et qu'ilzporroyent bien souffrir ; et a ceulx envoyé Nostre Seigneur aucunes fois adversitez ad ce qu'ilz ce congnoissent puissans en ce qu'ilz se doubtoyent. Autres sont qui plus que droit par surcuidance despisent ce qu'ilz ne peuent souffrir ne porter comme fut monseigneur saint Pierre qui dit a Nostre Seigneur : « Et s'il me couvenoit morir avec toy, si ne te renie ray je mie etc. »220 Et a ceulx envoyé Nostre Seigneur adversité aucunes foiz a ce qu'ilz doubtent ce qu'ilz ne peuent souffrir, et que ilz recongnoissent combien est fraisle l'umainne nature se ce n'es toit la grace divine. Et ainsi donne Dieu aux paoureux de leur possibilité et aux presumptueux de leurfragilité vray experiment.

1104Texte

  • 221 On attend le pluriel, puisque tourment est repris par ilz.

1105« Les autres en prennent plus qu'ilz ne peuent et ceulx il tribole pour ce qu’ilz se congnoissent. Aucuns ont achatez noms glorieux en ce siecle pour morir honorablement ; les autres ont donné exemple de souffrir les tourmens sans estre vaincu et pour monstrer que vertu ne puet estre vaincue par mal. Et de toute[s] ces choses ne fait nulz doubte qu'elles ne soyent faictes très ordonneement et bien si comme il appert par le bien qui avient a ceulx a qui on le depart. Et par ces meismes causes aviennent aux mauvais ores prosperitez, ores adversitez ; et des adversitez ne doubte nul qu'elles ne leur viennent a bon droit car leur [f. 89 v] tourment221 ou ilz retrayent les autres de mal faire, ou ilz corrigent eulx meismes de leur mauvaistié. La prospérité qui leur vient donne grant enseignement aux bons qu'ilz doivent jugier quelle est la prospérité mondainne, quant ilz voyent qu'elle sert aux mauvais. »

1106Cy demonstre Philosophie pour quoy Dieu seuffre avoir bien aux mauvais.

1107« Et croy que la disposicion de ceste prospérité est aucunes fois faicte de Dieu, car aucuns ont nature si engresse que quant ilz ont faictes des choses temporelles ilz se habandonnent a toute malice pour les avoir. »

1108Glose

  • 222 Livre de Job - bien connu - et Livre de Tobie, Liber Tobiae dans la Vulgate en latin, qui raconte l (...)
  • 223 Il s'agit de la prophétesse Miryam en hébreu et dans la traduction moderne de la Bible de Jérusalem (...)
  • 224 Matthieu, 9, 27-31 ou 20, 29-34 ; Marc, 8, 22-26 ou 10, 41-45 ; Luc, 22, 25-27.
  • 225 Jean, 11, 1-44.
  • 226 Premier Livre des Maccabées, 1 (pour sa profanation du temple) et 6 (pour sa mort douloureuse).
  • 227 La Légende Dorée, « Les Innocents », p. 80-82.

1109Note cy que pour cinq maniérés de causes viennent aux gens tribulacions temporeIz et corporelles en ce monde. L'une pour accroistre les merittes des personnes par leur bonne pacience, comme il civint de Job et de Thobie222 ; la secunde pour garder la grace des vertus acquises, comme il est escript de saint Pol que, pour ce qu'il ne se donnast vainne gloire, il souffrit les temptacions de la cher ; la tierce pour congnoistre et corrigier les pechiés, comme il avint a Marie, la suer de Aaron, qui fut pugnie de meselerie223 ; la quarte pour manifester la gloire de Dieu, comme il fit de celluy qui selon l'Euvangile fut né aveugle et que Jhesucrist enlumina224, et aussi du ladre mort qu'il resuscita225 ; la quinte cause si est pour haster et avancer la paine de la dampnacion perpétuelle des mauvais, comme il fil d'Anthiocus226 et de Herode227 qui commancerent a avoir et souffrir leur enfer en ce monde.

1110Texte

1111« Et pour ce les leur donne Dieu pour estanchier ce mal. Or est ung autre qui se sent cntcschié de vices et voit qu'il a [f. 90] prospérité ; si a paour de perdre la par son pechié s'il seuffre de mal faire, et ainsi quant cuide perdre ce qu'il a. laiss(i)e il sa mauvaistié. Les autres sont aucunes fois chcuz en meschief qu'ilz avovent desservy pour la prospérité qu'ilz avovent. Aucuns ont povoir de pugnir pour excerciter les bons et tormenter les mauvais, comme furent le roy Anthiocus et le roy Hcrodcs et aussi l'empereur Neyron et pluseurs autres. Car tout aussi comme entre les bons et les mauvais n'a point d'accort, ne les mauvais aussi ne l'ont pas entr'eulx ; ne ce n'est pas merveilles comme eulx meismes n'ayent mye accort a leurs cuers, ains font souvent ce que leur cuer leur enseigne et dicte a laissier. Et de ce avient ce beau miracle de la pourveance de Dieu que les mauvais font aucunes fois des mauvais bons ; car quant ilz voyent que très grans vilenies leur viennent des mauvais, ilz prennent haynne contre mauvaistié et se toume[nt] au contraire c'est a vertu-, pour ce qu'ilz soyent dissemblans a ceulx qui hayent. Et Dieu seulement a ce povoir que mal luy soit bon. car quant il en use bien il trait du mal le bien. »

1112Cy preuve Philosophie que rien n'est desordonné soubz la providence divine.

1113"Ordo enim etc."

1114« Il est donques ung ordre general qui tout comprent si que, se aucune chose laisse l'ordre especial et qu'il semble qu'elle soit deffaicte, elle chiet en ung autre ordre... »

1115Glose

  • 228 Genèse, 37, 12-36 ; 41, 53-57 ; 42, 1-24. L'histoire de Joseph apparaît aussi dans Le Roman de la R (...)

1116C'est [f. 90 v] a dire que nul tant s'en efforce ne puet eschapper par l'ordre que Dieu a pourveu, comme il avint des freres de Joseph qui le vendirent par envie de ce qu'ilz ne vouloyent pas qu'il feust leur seigneur, et ainsi se départirent de l'ordre naturel ; mais en la fin ilz recheurent en l'ordre que Dieu ot pourveu, car après ce Josep ou temps de la fain soustint ou promist et porveut ses freres et ainsi le pays, et ainsi fut fait seigneur d'eulx tous228.

1117Texte

1118« ... si que riens ne puet estre désordonné dedens le royaulme de la pourveance Nostre Seigneur. »

1119Glose

1120Note cy que ilz sont deux maniérés d'ordres : l'un naturel, l’autre pourveu. Ordre naturel est que ce qui est par dessus nous est Dieu, nostre créateur que nous devons plus amer que nous meismes : ce qui est égal a nous comme les autres hommes, nous devons amer autant comme nous ; et ce qui est plus bas de nous, ce sont les biens temporelz, nous devons despire et fouler. Ordre pourveu est temporel ordonneement des choses, c'est a dire de destinee ; or est ainsi que souvant nous laissons ordre naturel quant nous aimons plus aucune chose que Dieu le créateur, et quant nous heons noz prouchains et quant nous nous submettons aux choses temporelles ; mais l'ordre pourveu nous ne povons jamais fouyr, car il n'avient rien a aucun que Dieu n'ait avant pourveu.

1121Texte

  • 229 Homere, Iliade, XII, vv. 176 sqq.

1122« Donques ung Grecjoys dist229 : "Dieu a très forte veue qui tout fait part et qui tout le monde pourvoit, ne il n'est nulz homs qui puisse comprendre ce que les instrumens des euvres Nostre Seigneur peuent ne qui les puisse raconter." Ce doit souffire a regarder que Dieu qui toute creature a faicte toute l'ordonne a bien ; et quant il entent a garder ce qu'il a fait a la semblance de sa beaulté, il deschasse tout mal |f. 91] de son commun par l'ordre de destinee. Et de ce avient que qui veult regarder l'ordonnement de la pourveance de Dieu, il ne trouvera point de mal en terre combien qu'il semble qu'il en y ait grant habundance. Mais je voy que tu es chargié de la pesanteur de ceste question et ennuyés de ce que la raison est si longue, et attens ung peu de douceur de dit rimé ! Il est bien temps que tu preignes ung tant de beneurté qui te doint force a soustenir ce qui vient aprés. »

1123En ceste rime qui s'ensuit monstre Philosophie que toutes choses sont bien droiturierement ordonnées de Dieu.

" Si vis celsi et cetera. "
« Se tu veulx clerement veoir
Le droit de Dieu et son povoir.
Regarde vers le ciel en hault.
Si trouveras que riens n'y fault
De garder l'ancienne paix.
Le |c]hault qui du souleil est trais
Laisse a la lune sa droitture
Ne le char saint Martin n'a cure
Devers la mer soy devaler ;
Et si voit on souvent aler
Les autres estoilles plungier
Quant le souleil se va couchier. »

1124Glose

1125Il le semble a ceulx qui habittent en occident pour la mer qui est entre eulx et les estoilles.

  • 230 Le manuscrit semble bien avoir fuit, ce qui produit une phrase incohérente ; nous proposons de lire (...)
  • 231 Sans doute faut-il entendre gouverne en comme gouvernant.

« Or appert l'estoile du vespre,
Autres fois va devant son maistre ;
Ainsi fuit230 leur(s) cours pardurable
L'amour qu'entr'eulx est pardurable,
Qui du ciel toute guerre chace
Et tous les elemens enlace,
[f. 91 v] Qui joint le seq avec l'umeur
Et le froit avec la chaleur.
Le feu legier sus se balance,
La terre met jus sa pesance ;
Si fait printemps florir buissons
Et esté sechier les moissons ;
Puis vient automp chargiez de fruit,
En yver la fueille s'en fuit.
Ceste cause fait et norrist
Trcstout quanqu'en ce siecle vist.
Puis les met en autre chemin
Que venir les fait a leur fin.
Cil qui tout fait en tel maniéré
Se siet tousjours en sa chayere
Et gouverne en tire sa rayne231. »

1126Glose

1127Note cy que les reynes font deux choses au cheval, car aucunes fois elles amainnent le cheval ou il ne veult mie et autres fois le retrayent d'aler ou il desire. Aussi par une maniéré de similitude, Dieu nostre créateur est dit tirer sa rayne, car aucunes foiz oultre nostre voulenté il fait moult de choses avenir, et d'autre part moult de choses que nous desirons il fait faillir.

1128Texte

« Cil qui est sire et fontainne
Et saige juge de droiture.
Et qui l'a mis en l'aleure
De son cours met en fermer loy
Et revenir le fait a soy,

  • 232 Tine = cuve, baquet, tonneau. Voilà une image surprenante destinée sans doute à évoquer « le mouvem (...)

Ce qui est droit resne en son cerne.
Ainsi toute chose gouverne,
Car se cil de luy s'esloingnoit
N'a la fois vers luy se toumoit.
Ce qui est en ordre certain
Devendroit defaillant et vain.
C'est l'amour qui trcstout contient.
Par ou tout a son bien revient,
[f. 921] Car autrement n'avroit duree
Nulle chose se retoumee
N'estoit a son commancement
Qui luy donne estre fermement. »

alias tine232

1129C'y conclut Philosophie ce qu'elle a cy dessus dit que toute fortune est bonne.

1130"Jam ne vides..."

1131« Vois tu, dist elle, qui s'ensuit a toutes les choses que nous avons dictes ? »

1132Boece : « Et quoy ? dis je. »

1133Philosophie : « Que toute manière, dist elle, de fortune est bonne. »

1134Boece : « Comment, dis je, puet ce estre ? »

1135P[hilosophie] : « Or entens comment toute fortune, ou plaisant ou aspre, soit pour guerdonner ou pour excerciter les preudommes, ou pour pugnir ou pour amender les mauvais. Toute fortune ou elle est droituricre, ou elle est proffitable, et toute droiture est bonne et tout proffit est bon. »

1136Boece : « Certes, dis je, ceste raison est bonne et trop vraye. Et se je regarde la pourveance et la destinee de quoy tu m'as enseignié cy devant, ceste sentence s'apuye a trop fermes raisons ; mais, s'il te plaist, mettons la avecques celles que tu as dessus dictes qui sont fort a croire. »

1137Philosophie : « Pour quoy ? dist elle. »

1138Boece : « Car, dis je, la commune parole des hommes si est et trop souvent se dient que aucuns ont male fortune. »

1139Philosophie : « Veulx tu donc, dit elle, que nous parlions ung pou a la maniéré du peuple, pour ce qu'il ne semble pas que nous nous eloingnons trop du commun usaige des hommes ? »

1140Boece : « Si comme il te plaira ! dis je. »

1141Philosophie : « Ne juges tu pas [f. 92 v] que ce qui proufficte est bon ? »

1142Boece : « Ouy voir, dis je. »

1143Glose

1144Note cy qu'il y a trois maniérés ou trois estas de bons ausquelx respondent trois maniérés de fortunes ; car ilz sont aucuns bons qui se sont départis des vices et ont commencié a bien faire, et la fortune de ceulx est appellee « corrigent ». Et si sont autre[s] bons qui dés ja ont commencié a bien faire, et de jour en jour parfont de bien en mieulx ; et de ceulx ci est la fortune appellee « excercitant » ou « continuant ». Et sont autres parfais qui sont ja parfaictement purgiez, et de ceulx cy la fortune est appellee « rémunérant » et « guerdonnant ». Si puet on ainsi conclure que toute la fortune des bons est bonne et profitable ; car ou elle corrige, ou elle excercite, ou elle rémunéré. Et toute la fortune des mauvais est mauvaise car elle nuyt a eulx et aux autres.

1145Texte

1146Philosophie : « Or y a. dist elle, aucuns qui sont vertueux et esprouvez en la bataille qu'ilz ont contre adversité ; les autres qui sont mauvais par adversité se trayent en la voye de vertu, et ainsi adverse fortune leur proffitte. »

1147Boece : « Je ne le puis nyer, dis je. »

1148Philosophie : « Et celle fortune qui plaist quant elle vient aux bons pour les guierdonner, dira le peuple qu'elle soit male ? »

1149Boece : « Nenny, dis je, mais est bonne, et le peuple la tient a très bonne. »

1150Philosophie : « Et l'autre, dist elle, qui est aspre et vient aux mauvais pour les pugnir et pour les réfréner, ne la tient pas le peuple a bonne ? »

1151Boece : « Ains, dis je, la tiennent a trop maleuree sur quanque on pue[t] penser. »

1152Philosophie : « Or gart dont, dist elle, que nous ne ayons prouvé une autre chose qui fait trop bien a croire tant que nous avons usé desdites paroles. »

1153Boece : « Et quelle chose ? dis je. »

1154[f. 93] Texte

1155« De ce qui est octroyé, dist elle, il avient que la fortune qui avient a ceulx qui sont vertueux ou qui a vertu entendent est très bonne ; et a ceulx qui sont mauvais, toute fortune est très mauvaise. »

1156Boece : « Certes c'est voir, dis je. mais nul ne l'ose octroyer. »

1157Cy fait Philosophie sa conclusion – savoir que toute adverse fortune, ou elle corrige, ou elle excercite, ou elle remunere.

  • 233 Glose non signalée.
  • 234 Glose non signalée.

1158« Pour ce homme vertueux ne doit pas tenir a grief quant il chiet en l'estnf de fortune, aussi comme le preux chevalier ne se doit pas courroucer quant on crie aux armes ; car a l'un et a l'autre est appareillée matière ou de gloire accroistre – c'est assavoir ou d'accroistre vertu au vertueux chevalier233-, et de ce vient le nom de vertu qu'elle use si de sa vertuosité, par quoy elle ne soit vaincue d'aversité. Et pour ce vous qui estes ou pourchas de vertu ne vous devez pas delaissier en delices – alias empeschier ne degaster en aises234 -, car vous en prenez la bataille trop aspre contre fortune que l'adverse ne vous abbate. ne la joyeuse ne vous corrompe. Tenez vous donc fermement ou millieu, car ce qui est moins ou qui est plus, beneurté vraye le desprise ne n'a point de guierdon de son travail. En vostre main avez le povoir de vous faire vostre fortune qui semble aspre : s'elle ne corrige ou espreuve, elle pugnist. »

  • 235 Le syntagme de louyer est rejeté après la citation latine..

1159Cy ennorte Philosophie par l’exemple des Anciens, fors et vaillans hommes, a entendre a vertu, et a vigoureusement estriver contre fortune ; et se enseigne elle en [f. 93 v] trois maniérés : premièrement par hystoire, par alegoire et promesse de buyer235

1160"Bella bis etc."

« Quant Paris Helene ot ravie,
Le roy des Gréez a grant navie
S'en ala pour Troye assegier,
La honte son frere vangier ;
Pour oster aux vens leur malice
De sa fille fist sacrifice. »

savoir Menelay la tempeste de la mer savoir Ephigenie

  • 236 3ème personne du singulier du passé simple de galcrer = vaucrer, « voguer ».

1161Note cy histoire qui est telle : après ce que Paris ot ravie Helainne, la femme Menelaus, Agamenon son frere assembla grant ost de Grejois pour aler faire vengence de ce fait contre les Troyens. Et quant ilz furent arrivez en l'isle d'Aulice, ilz jurèrent que jamais ne retourneroyent devant qu'ilz eussent prins la cité de Troye. Mais comme ilz ne peussent oultre passer pour les vens qui estoyent contraires, et eurent response du dieu Apolin qu'il couvenoit appaisier le dieu des vens par le sang de la fille de Agamenon, et lors par conseil du saige Ulixes, Ephigenia, la belle fille dAgamenon, fut menee et saccriffiee au dieu des vens. Et ainsi fut accompli le oracle du dieu Appolo et appaisee l'ire des vens, et passèrent oultre les Grejoys. Et après ce qu'ilz orent esté (s) dix ans devant Troye, ilz desconfirent le roy Priam et tous ses enfans, et son povoir, et prindrent la cité a force. Or a enseigniè par histoire, or demonstré par fables et par alegoire. Selon la fable, Ulixes au retourner de la destruction de Troye erra et gaucra236 par la mer bien par dix ans ; et en la fin arriva a ung monstre de mer, dit Poliphemus, qui assailly ses compaignons et les dévora. Et puis Ulixes le trouva dormant et luy creva Vueil seul qu'il avoit. Et veez cy l'agorie : par Poliphemus qui assailly ses compaignons et les dévora, est entendu orguilleux de jeunesse qui a plus cure de sa voulenté faire que de sa renommee garder ; et n'a que ung oeil ou fronc [f. 94]savoir le sens corporel seulement ; ce qu'il dévora les compaignons de Ulixes : c'est orgueil qui confiant les foulz ; mais Ulixes, qui signiffie sapience, confont orgueil.

1162Texte

Celle guerre dura dix ans
Et fut vaincu le roy Prians.
Ulixes ses soudaulx ploura
Que Poliphemus devoura,
Mais de tant son dueil releva
Qu'un œil qu'il avoit luy creva.
Hercules souffrit grans travaulx :
Gens qui erent moitié chevaulx
Mist au dessoubz a son talent. »

id est monstre de mer

1163Glose

1164Cy recite Philosophie les fais et les prouesces de Hercides, qui signiffie homme glorieux et saige. Par la centaire, moictié homme moittié cheval, sont entendus les fais mondains qui sont en partie raisonnables et en partie non. Par les oiseaulx sont entenduz les hommes mouvables et inconstans ; par le lyon cruel est entendu homme destrampé et courrouceux ; par le dragon est entendu curiosité et sapience. Par la pomme d'or, par Cerberum, le portier d'Enfer, sont entendues les mauvaises temptacions de l'Ennemy ; et que tous ces monstres seurmonta Hercules, qui signiffie homme saige et vertueux.

1165Texte

  • 237 Enrourta : Godefroy donne enroorter, « lier, attacher, entortiller ».
  • 238 Notre texte contredit le texte latin ; il faut comprendre « sans paresse ».

« Les oyseaulx ferait en voulant ;
Au lyon tolu il sa pel,
Si l'affubla com ung mantel.
Au dragon qu'Adés esgardoit
Les pommes d'or que il gardoit
Tolli et si les emporta.
Cerberum si enrourta237
A trois chaennes si qu'arrier,
D'Enfer le trait ou il est portier.
[f. 94 v] Et tant ot de fors aventures
Que plaines en sont escriptures.
Et quant assés fut travaillié
Avec les dieux fut essaucié.
Alez donc les fors par peresce238
Ou bon exemple vous adresce
Et veez que cilz vont requerre
Le ciel, qui ont vaincu la terre. »

LIVRE V

1166En ce quint livre de Boece, determine Philosophie trois moult fortes questions nees des choses dessus dictes.

1167La premiere est assavoir mon se cas ou adventure estc'est a dire se les choses de ce monde sont ou aviennent de cas ou d'aventure.

1168La seconde est se franc arbitraige – c'est a dire franche voulenté d'omme – est.

1169La tierce est se franche voulenté d'omme puet [f. 95] estre ensemble avec la divine providence. Et premièrement reprouve la faulse oppinion d'aucuns sur ces choses, et puis met ses solucions et conferme par raisons.

1170Quant elle ot ce dit, elle se appareilla de poursuyvre sa parolle a autre chose. Je luy dis : « Ton admonnestement est droiturier de grant dignité par l'auctorité que tu as ; mais car tu as dit que la question de Dieu contient moult d'autres, je le voy bien par ce que tu as dit Or te prie je que tu me dies se aventure est riens et quelle chose c'est. »

1171Cy se excuse Philosophie sur cette question que Boece fait.

1172Texte

1173« Je me haste, dist elle, de rendre ce que j'ay promis : c'est de toy monstrer la voye par quoy tu retoumejs] en ton pays. Et ce que tu demandes, combien qu'il soit prouffitable a congnoistre, toutes voyes il est loing de nostre propos ; si fait a doubter que tu ne soyes si travaillié en ses fourvoyemens que tu ne puisses faire la voye qui te doit mener droit. »

1174Boece : « Ne fen doubte pas en nulle maniere car ce me sera grant repos se je puis congnoistre ce en quoy je me delicte. Et mesmement comme ta disputacion soit si parfaicte en tous estas qu'il n'y a consequence qui face a doubter. »

1175Philosophie : « Je le feray donc, dist elle. »

1176Boece : « Adonc elle commença en telle guise. »

1177Philosophie prent cy la premiere question savoir de cas ou d'aventure, et ceste estoit l'oppinion des Epycuriens mais [f. 95 v] elle la reprouve par ceste raison :

1178« Se l'en vouloit appeller cas ou aventure ce qui avient sans cause et sans raison qui la face venir, cas ou aventure n'est fors que nom sans chose nommee. »

1179Cy repreuve Philosophie l'autre partie savoir que cas ou aventure n'aviengne sans aucune cause.

1180"Nam nichil etc."

1181« Car comme Dieu met tout en ordre, comment puet avoir lieu telle aventure sans cause ? Et c'est la commune sentence de tous a qui nulz des Anciens ne contredit onques que nulle chose peust venir de néant ; et entendoyent de néant non pas tant seulement de celluy qui la chose fait, mais encoire de la matière de la chose de quoy elle est faicte. Et ce fut le general fondement que les anciens philosophes jecterent. S'il avient donc chose que met nulle cause, elle vendra de néant ; dont ne puet estre cas et aventure en la guise qui est dessus dicte. »

1182Cy demande Boece en soy merveillant que ce pourra estre.

1183"Quid qui, inquam etc."

1184« Que sera donc ? dis je. Ne sera il riens que l'en puisse appeller a droit cas ou aventure, ou aucune chose combien que le peuple ne perçoive pas que l'en les puisse ainsi appeller ? »

  • 239 Le Livre II de la Physique d'Aristote est consacré à ce problème du « hasard », produit d'une causa (...)

1185Philosophie : « Aristote, dist elle, le mien clerc, en son livre de Phisique le descnpt par briefs mos et par vrayes raisons239. »

1186Boece : « En quelle maniere ? dis je. »

  • 240 Erreur de pagination dans le manuscrit.

1187Philosophie : « A ci[l], dist elle, qui entent a faire aucune chose en ung autre, et il avient de ce autre chose que l'en ne entendrait pas : ce est appellé cas [f. 95 bis]240 ou aventure. Comme se ung homme va fouyr en un champ sien et il trouve trésor : l'en dist que c'est aventure, et si ne vient ce pas de néant car il y a causes qui se mettent ensemble. Et toutes voyes est advis que ce soit cas pour ce que elles se joingnent ensemble despourveuement. Car se cil ne fouist son champ et se ung autre n'eust mis trésor la ou cil fouist, le trésor n'eust pas esté trouvé ! Ce sont doncques les causes d'aventure quant diverses causes s'assemblent soudainnemcnt sans l'entencion de ceulx qui les font. Car cil qui fouist n'e[n]tendoit pas que cil le trouvast, car aussi comme j'ay dit : la ou l'un l'a mis, l'autre fouist ; et ainsi se joingnent ces causes ensemble, dont puet on descripre ou diffinir cas en telle guise. Cas est ce qui est, ce qui avient, sans cinder de causes assemblées qui sont faictes par autre entencion des faiseurs ; et cest assemblement fait l'ordonnance qui vient de l'enlacement certain qui descent de la fontainne de la divine pourveance qui toutes choses met en droit lieu et en droit temps. »

1188C'y demomtre Philosophie que jaçoit ce que cas soit aventure inopinable et non cuidable, toutes voyes n'est il pas sans cause et sans la disposicion divine ; et ce monstre elle par la similitude de ces deux fleuves : Euffratez et le Tigre.

« Eufrates la grande nviere
Naist soubz un mont d'une droyere ;
Ung autre naist aussi de celle.
Que le peuple Tygres appelle. »

1189[f. 95 bis v] Glose

1190Note cy que les deux fleuves Euffrates et le Tigre sourdent et naissent d'une fontainne, c'est assavoir de Paradis terrestre ; et pour ce qu'ilz se boutent et decevrent par dessoubz terre tant qu'ilz apperent premièrement en Caldee, il semble qu'ilz y naissent et la divisent. Et s'en va le Tigre par Arménie, et Euffrates par Caldee, ne puis ne se rassemblent.

1191Texte

  • 241 Gours = gort, gorc : « cascade, torrent ».
  • 242 On attend plutôt nefz, qui serait encore une forme aberrante pour nez, CR PL de nef ; cf, page suiv (...)

« Ensemble sont en leur naissance,
Mais le ruissel courant se lance
Vers une roiche moult aguë,
Si que, l'eaue en deux fendue.
L'une part s'en va a senestre
Et l'autre part s'en va a destre.
Et par grant espace s'esloingnent.
Mais je pense qu'ailleurs se joingne[nJt
Et mettent ensemble leurs gours241.
Les nesz242qui par eulx ont leurs cours
S'entrehurtent en la jointure,
Et ce semble grant aventure.
Aussi semble que destinée
De travers viengne a la voulee,
Mais elle est menee a la main
Dieu, qui a tous a mis le frain. »

1192Cy demonstre Philosophie la question de franche voulenté après ce que Boece l'a meue ; et contient trois parties.

1193Boece : « J'entens, dis je, trop bien ce que tu dis et m'accors fort en ce, mais en cest enlacement de causes – savoir certainncs – avons nous point de franche voulenté ou sont noz euvres lyees de la destinee et les mouvemens de noz cuers ? »

1194Philosophie met la premiere partie, c'est assavoir se franche voulenté est a toute nature ou creature raisonnable.

1195« Franchise, dist elle, y a il, car [f. 96] il n'est rien qui ait raison qui ne ait franche voulenté ; car ce qui puct user de raison puet avoir jugement de discrection par qui il voit ce qu'il fait a desirer et que fait a fouvr ; et ce qu'il juge bon, il pourchasse et a soy ce qu'il juge nuysant, il fuyt. Pour quoy en ce en quoy est raison e[s]t franchise de vouloir et de non vouloir. »

1196Veez cy la seconde partie – savoir que egalment elle n’est mie aux hommes et aux anges.

1197« Mais je ne dy pas qu'elle soit egaulment a tous, car les choses souverainnes espirituelles qui sont en Dieu – comme anges – ont très cler jugement et voulenté sans corruption, et plain povoir d'avoir quanques elles désirent. Mais les ames tant sont plus franches quant plus s'eslievent sur les corps par contcmplacion... »

1198Glose

1199Note cy que aussi comme il a plus grant franchise de voulenté es anges que es hommes, aussi est elle plus grant en aucuns hommes que es autres – c'est assavoir a ceulx qui a seule contemplacion et a la voulenté de Dieu servent et entendent, comme font les sains vrais hermites et moinnes es quelz est cler jugement et sainte voulenté, et preste puissance de bien faire. Mais elle est mendre es hommes qui descendent et entendent a la cure de leurs propre[s] corps des choses temporelz et a la vie active, es quelles a aucunes foiz faulte de vray jugement. La voulenté y est corrumpue et la puissance fault, et encoires moins en ceulx qui entendent a la cure de leurs propre[s] corps ; et encoire très piz en ceulx qui submettent aux pechiez et aux vices et perdent toute congnoissance de raison ; et selon saint Augustin ilz deviennent sersz aux vices.

1200Texte

1201« ... et moins quant [f. 96 v] elles s'entendent aux corps. »

1202Glose

1203Note cy qu'il y a trois choses en la franchise de voulenté – savoir : discrection a congnoistre le bien du mal ; voulenté de desirer bien et haÿr le mal ; et puissance de faire le bien et laissier le mai Or y a trois choses qui empeschent ces troisc'est assavoir : ignorance qui empesche la discrecion ; corrupcion qui empesche la voulenté ; la fragilité et foiblesce humainne qui empesche la franchise et la possibilité de faire le bien et de laissier le mal. Et pour ce n'ont pas les hommes pareille ne égalé franchise de voulenté aux anges et aux divins esperis. Item que lez malignes esperilz, dés ce qu'ilz cheurent par leur orgueil, leur franchise de voulenté de bien faire, de bien dire, de bien vouloir et de bien povoir ilz perdirent ; et ne leur demeura que mauvaise voidenté, car ilz s'enhardirent de mal faire. Mais les sains anges par la ruyne des mauvais sont si affermez et si amendez en arbitre de seule bonté qu'ilz ne veulent ne ne peuent mal faire ; et tout le bien qu'ilz veulent, ilz puent parfaire. Mais homme, tantost qu'il ot pechié, perdy sa franche voulenté de bien faire, et luy demeura seulement la male voidenté qu'il prist de mal faire ; car non pas tant seulement bien faire, mais penser de soy, homs ne puet sans la grace de Dieu, et a bien Tomme franche voulenté, non pas sainne mais corrompte et tousjours a mal trébuchant.

1204Veez cy la tierce partie – savoir que aussi qu'elle n'est pas egalment a tous hommes.

1205"Humanas vero etc."

  • 243 Glose non signalée.
  • 244 Homere, Iliade, VII, 277.
  • 245 Glose non signalée.

1206« Mais adonc sont elles serves du tout quant elles se soubzmettent a pechié et laissent le jugement de raison ; car quant elles destoment les yeulx de souverainne clarté vers ces choses basses et obscures, se sont [f. 97] comme aveugles, et pour ce elles sont troubles par mauvaises affections comme de joye, d'ire, d'esperance et de paour, ausquelz quant elles se trayent et s'i accordent, ilz aident a croistre la servitute qu'elles avovent avant pourchaciee ; et sont aussi comme serves par leur franchise meismes, c'est a dire par leur voulenté243, laquelle cilz voit seulement qui toutes choses a veues pardurablement sans commencement, et ordonne par pourveance de sa predestinacion selon ce que les mérités requièrent, : les ungs a couronne, les autres a paine -dont dit ung Gregois244 : " Tout voit, tout gouverne, savoir Dieu245 »

1207Cy loue Philosophie ce vray souleil qui tout voit et tout scet, et a qui riens ne se puet celer a l'exemple de Orner lo poethe qui moult loue en son livre le souleil materiel qui enlumine le monde.

"Puro clarum etc."
« Le souleil qui est bel et cler
Loue moult le saige Orner.
Et si ne puet il alumer
Fons de terre ou fons de mer !
Tel n'est pas cil qui fit le mont
Car tout voit de lassus amont :
Rien ne se puet a luy celer
Ne nuit ne luy puet riens veher
Quanque fut et sera et soit.
A ung seul regart trestout voit
Car il met donc par tout son ray ;
Appelions le " le souleil vray ". »

1208Glose

1209Or a esté prouvé par Philosophie que il couvient que franc arbitre ou franche voulenté soit : or met cy aucuns argumens par lesquelz il semble qu'ilz ne puissent estre ensemble avec la divine pourveance. [f. 97 v] et les met soubz la personne de Boece qui parle en maniere de maleureux ausquelx il appartient de argumenter contre franc arbitre ; et sont ses paroles entendues ou a entendre moult cautement, car s'il n'y a fais aucuns faidz argumens, ce n'est mie pour ce que on les doye tenir, mais a ce que aprez par Philosophie ilz soyent solus et satisfaiz ; car a chascun argument Philosophie respondra et soudra, et prouvera franc arbitre estre avec la divine pourveance.

1210« Lors, dis je, or suis je en plus grant confusion de doubtance que devant ! »

1211Philosophie : « Et quelle ? me dit Philosophie. Je pense, dist elle, quelle elle est. »

  • 246 Sur la reprise par Jean de Meun dans Le Roman de la Rose, vv. 17105 sqq, de la démonstration qui oc (...)

1212Boece : « Il semble, dis je, que ces choses sont trop contraires. – C'est la question – C'est assavoir que Dieu saiche avant quant qu'est a venir et sa congnoissance ne puet faillir, il estuet de nécessité qu[e] ce aviengne qu'il a devant congneu.246 »

1213Conclusion

1214« Pour quoy, se Dieu pardurablement sans commancement a devant congneu non pas seulement les fais des hommes, neis leurs conseilz et leurs voulcntcz, il ne sera point de franchise de voulenté, car ne fais autres ne voulentez autres ne peuent estre, fors ce que la precongnoissance de Dieu a precongneu qui ne puet faillir. Car se l'en les puet trouver en autre guise qu'elles sont precongneues, dont la precongnoissance des choses a venir ne sera pas certainne, mais sera oppinion doubteuse. »

1215" Neque enim etc. "

  • 247 Le texte a qui pour qu'il.

1216« Laquelle chose croire de Dieu est grant bougrerie ! Car je ne tien pas celle responce a souffisante, par laquelle aucuns cuident espoir eschapper ceste [f. 98] prolixité, et le neu de ceste question c'est la difficulté ; et dient que les choses n'aviennent pas pour ce que Dieu les a precongneues, mais pour ce que Dieu les a precongneues que elles sont a avenir. Et ainsi la precongnoissance ou pourveance ne donne pas nécessité aux choses, mais puent estre franchement ; mais ce qu'elles sont a venir donne nécessité qu'elles soyent precongneues. Mais ne travaillons pas a savoir l'ordre des causes, laquelle va devant, mais la nécessité des choses a venir ; car comment qu'elles aillent, il est nécessité que ce que Dieu precongnoist aviengne, combien que la precongnoissance ne leur donne point de nécessité. Car se aucun se siet, il couvicnt de nécessité que l'oppinion de celluy soit voire qui le pense seoir ; et aussi au contraire se l'oppinion de celluy qui pense qui247 sc siet est vraye, il s'ensuit de nécessité qu'il se sice ; et ainsi a nécessité et en l'un et en l'autre : en l'un, nécessité de seoir ; en l'autre, vérité d'oppinion. Et toutes voyes l'oppinion vraye ne donne pas nécessité a l'autre de seoir, mais pour ce qu'autre se sist avant, donne il venté necessaire a l'oppinion. Et combien que la venté soit d'une part, toutes voyes la nécessité est a tous deux commune ; et tout aussi puet on dire de la precongnoissance de Dieu et des choses a venir. Car se pour ce que les choses sont a avenir, pour ce sont elles pourveucs, pour ce ne aviennent elles pas ; tout adés couvient il de nécessité ou pourveoir ce qui est avenu, [f. 98 v] ou a venir ce qui est pourveu, et l'un (et) souffist a destruire franchise de voulenté ; nepourquant ce serait chose desordonnée et bestoumée que l'advenement des choses temporelles feust cause de ce que fu sans commencement : c'est la precongnoissance de Dieu. »

1217Veez cy autre raison qui repreuve la devant dite question.

1218"Jam vero preposterum etc."

1219« Et qu'est autre chose a penser mais que les choses a venir soyent cause de la precongnoissance de Dieu que penser que ce qui avint jadis soit cause de la souverainne prescience de Dieu ? »

1220Cy repreuve Boece que ce que Dieu pourvoit il couvient qu'il aviengne de nécessité.

1221« Après, se j'ay science d'aucune chose, il couvient qu'elle soit ; aussi couvient il que se j'ay science que aucune chose soit a venir, il couvient qu'elle aviengne. Dont couvient il de nécessité que ce qui est pourveu a avenir qu'il aviengne et qu'il ne puet estre changié. »

1222Cy demonstre Boece quelle difference a entre science et oppinion.

1223« Et a la fin se aucun pense a la chose autrement qu'elle n'est, il n'a pas science de luy mais faulse oppinion qui est moult diverse de science. »

1224Cy conclut Boece des inconveniens qui s'ensuyvroyent, ce semble, c'il estoit nécessité de avenir toutes les choses qui sont pourveues de Dieu ainsi qu'il appert en la Lettre.

1225« Pour quoy se aucune chose est a avenir – lequel avenement n'est pas certain ne necessaire qui pourra ce savoir ccrtainnemcnt ne [f. 99] jugier avant qu'elle soit a venir ? »

1226Cy preuve Boece son intention par la diffinicion de science.

1227« Car aussi comme science ne puet estre meslee avec faulceté, aussi ce qu'elle congnoist ou conçoit ne puet estre autrement qu'elle a congncu ou conceu ; ca[r] la cause pour quoy science ne seuffre avec soy faulceté, si est pour ce qu'elle le congnoist, et ne puet estre autrement que en la guise qu'elle la scet et comprent. »

1228Encoir preuve cy Boece que les choses que Dieu a pourveues, il couvient de nécessité qu'elles aviengnent.

  • 248 Voir infra, note 251, p. 161

1229« Quoy donc ? En quelle manière puet Dieu avant congnoistre ces choses advenir qui n'ont point de certainneté ? Car se il sect et juge qu'ilz soyent a avenir sans faillir, et il puet faillir qu'elles n'aviengnent mye, il est deceu de sa prescience ; laquelle chose non pas seulement cuider mais le dire de Dieu est grant erreur et felonnie ! Et se il les precongnoist ainsi comme elles sont a avenir, que il voye que s'elles viennent, elles venront, et s'elles ne viennent, elles ne venront point, quelle prescience est ce qui rien certain ne estable ne comprent ne congnoist ? Ou que seroit ce autre chose que le devinement de Thyresie248 le devineur qui dist : " Quanques je diray aviendra ou non " ? De quoy l'on ne se doit que rire ! Et se ainsi est il, ne a point de difference entre la precongnoissance de Dieu et la cuidance des hommes de ce qu'ilz cuident avenir ou non [f. 99 v] avenir ! »

1230Glose

  • 249 Ce passage en caractères droits a été oublié par le copiste et rajouté dans la marge (saut du même (...)

1231Pour ce que ceste raison ne nous mette en erreur, disons aucun pou des choses d'entendement et de science ou de prescience ; et ce que nous dirons d'entendement soit entendu de science ou de prescience. Cest Boece, en son comment sur Porphire, si dist que double est l'entendement : c'est assavoir ung par as traction ou division, et autre par conjunction. Entendement par conjunction est quant nous entendons les choses conjoinctes ainsi que nature les suejfre estre conjoinctes, si comme homme est ou autre chose qui a ame : ou qu'elle ne sueffre pas estre conjoinctes comme ung centaurin est un monstre d'omme et de cheval. Entendement par astraction ou division est comme nous entendons dessevrement des choses qui dessevrement ne sont mye, ainsi que nous entendons l'ame dessevree du corps, combien qu'elle n'en soit pas dessevree, et semblablement comme nous entendons249 les accidens sans leur subgiet, combien qu'elles ne soyent onques sans leur subgiet.

  • 250 Il doit y avoir encore là un saut du même au même, qui produit une contradiction interne.
  • 251 Il s'agit là d'un bel exemple de fausse référence, conséquence vraisemblable d'un mode de fonctionn (...)

1232Car, si comme il dist, illec est la force de l'entendement les choses conjoinctes desjoindre et les desjointes conjoindre ; mais quant par l'entendement par astraction nous entendons la chose autrement qu'elle ne soit, car nous l'apparcevons dessevrement et toutes fois elle n'est pas dessevree : ce n'est pas faulx entendement. Mais se nous l'entendons ou appercevons autrement estre qu'elle n'est, lors seroit ce faulx entendement. Car (apparcevoir ou entendre aucune chose autrement qu'elle n'est n'est pas inconvenient ; mais) apparcevoir ou entendre la estre autrement qu'elle n'est, c'est inconvenient250 Mais aucuns pou entendons quant ilz oyent dire que la chose est a appercevoir ou a entendre autrement qu'elle n'est, ilz cuident que la divine prescience apperçoit ou congnoist les choses autrement qu'elles ne sont, car néant muablement et néant variablement elle pourvoit toutes choses. Jaçoit ce que les unes soyent muables et les autres non muables, ne pour ce [f. 100] n'est ce pas faut se oppinion ? Mais s'elle pourvoit les choses estre autrement a venir qu'elles n'avendroyent, lors seroit ce mauvaise oppinion ? Ces choses supposees, soit faicte une telle raison : se Dieu precongnoist ou pourvoit ces choses non certainnes a avenir, ou il les jugera néant eschevablement a avenir, et lesquelles sont par aventure possibles a non avenir ; ou que ja n'avendront et ainsi fauldroit sa prescience en celles choses – laquelle a dire de Dieu est grant felonnie. Ou ces choses a venir contingens, qui peuent estre faictes ou non faittes, il jugera selon qu'elles sont néant certainnes, et lors ce ne sera pas sa prescience vraye ou congnoissance qui ne comprent ne ne tient rien certain ; ne il n'a difference entre telle prescience qui n'a point de certainneté, et c'est le devinement, dont l'en se rit, de Thyresie, et est le devinement dont l'en dit, es fables d'Ovide le poete251, que quant Ulixes luy enquist et demenda ou l'en trouverait le trésor, il respondit aussi comme en mocquant : "Quanques je vous en diray, ou il sera ou il ne sera mye." Et se la prescience divine ainsi les choses incertainnes pourveoit, elle ne differeroit point de l'oppinion humainne jugeant des choses dont l'advenement est incertain ; et puis que envers Dieu ne puet avoir rien certain, il couvient que certain soit l'avenement des choses a venir, lequel il fermement precongnoist et pourvoit.

1233Texte

1234« Mais se en la fontainne de la souverainne congnoissance ne puet riens estre sans certainneté, il couvient de nécessité que tout aviengne quanqu'il avra precongneu. »

1235Cy conclut Boece moult de inconveniens qui s'ensuyvroyent, ce semble, s'il [f. 100 v] est oit nécessité d'avenir toutes les choses qui sont pourveues de Dieu, ainsi qu'il appert en la Lettre.

1236"Quare nulla..."

1237« Pour quoy nulle franchise n'est es fais humains ne es consulz, puis que le penser de Dieu qui tout voit sans nulle erreur les a tous liez a une fin par nécessité ; et s'il est ainsi, il appert quant grant meschief avient aux fais humains et aux consulz. »

1238Le premier inconvenient

1239« Car pour néant promet son louyer aux bons et tourment aux mauvais quant ilz n'ont franchise de faire mal ou bien. »

1240Le second inconvenient

1241« Et semblera que ce soit très grant desloyauté qui semble très grant loyaulté – c'est assavoir que les bons soyent guerdonnez et les mauvais pugnis ; car ilz ne font bien ne mal de leur voulenté. mais pour ce qu'il est de nécessité ainsi advenir. »

1242Le tiers inconvenient

  • 252 Glose non signalée.

1243« Ne vertu ne vice ne sont riens, mais sera une confusion de mérités sans discrecion et pis encoire, et est très grant desloyauté a dire. Car se toutes choses sont faictes et ordonnées par la pourveance de Dieu et ly conseuls humain n'y fait ou puet riens, il s'ensuit que noz péchiez viennent de cclluy dont tout bien vient ; dont n'est il nulle raison de riens esperer ne Dieu prier ! Chascun pourrait donc dire : "Il ne me chaut que je face ou bien ou mal, car Dieu m'a ainsi ordonné !" [f. 101] Car qui esperera ne depriera celluy ordre de destinées qui ne puet fléchir, joint et enlace toutes les choses que l'en puet désirer ? Dont sera soubstraicte celle singulière aliance et participacion entre Dieu et homme, c'est assavoir de prier et d'esperer en Dieu252 ; car nous desservons aucunes fois par le pris et la valeur de droite et vraye humilité... »

1244Glose

1245Note cy que aucuns par orgueil se faingnent humbles ; dont dist Seneques que trop soy humilier est aucunes fois très grant partie d'orgueil.

1246Texte

  • 253 Glose non signalée.

1247« ... envers Dieu le très grant benefice de sa grace, et c'est seulement la maniéré de quoy les hommes peuent parler a Dieu – c'est assavoir prier et esperer253 -, et approchier de celle très excellant lumière et y estre joinct avant qu'ilz le impetrent par supplicacion humble. »

1248Glose

  • 254 1ere Epitre de Saint Paul à Timothée, 6, 16. Il n'est pas explicitement question d'humble prière ni (...)

1249Très excellent lumière : autrement lumière inaccessible ; car selon saint Pol nul entendement ne lapuet entamer ne comprendre254.

1250L'autre inconvenient

1251Texte

  • 255 Glose non signalée.

1252« Et se ceste nécessité des choses a venir toit aux hommes qu'ilz ne puissent avoir force de soy joindre et aherdre a Dieu qui est commencement de toutes choses, dont couvient il que l’umain 1 ignaige deffaille et deviengne néant desjoinct et estrange de la fontainne de son commancement – c'est assavoir de Dieu255-, si comme tu as chanté avant. »

1253En ces mettres cy se complaint Boece dont il vient qu'il semble et que la providence divine et [f. 101] franc arbitre chascun par soy puisse estre, mais l'une avec l'autre si comme il est avis ne puet estre.

« Quel cause puet mettre discorde
Es choses dont l'une s'accorde
A l'autre ? car ce les assemble,
Dont ont guerre voirs deux ensemble,
Que chascun par soy soit certains,
Ensemble joinct li ung soit vain. »
Cy rent Boece cause des choses dessus dictes.
« C'est par deffault d'entendement
Que le corps trouble si forment
Qu'il ne puet vcoir leur accort.
Pour quoy desire il si fort
De le savoir ? Car desiree
N'est chose s'ainçois n'est pensee.
Nul ce qu'il ne pense ne chasse.
Et ce qu'il a nul ne pourchasse.
S'il le scet donc, pour quoy labeure
De savoir ce qu'il scet en l'eure ? »

Cy met sa sentence.
« Espoir le scet en general... »

1254Glose

  • 256 Peut-être s’agit-il d'une allusion par antiphrase au v. 356 de la Satire X : mens sana in corpore s (...)

1255Note cy que moult sont qui scevent la somme des choses, qui ne scevent mie les singularitez aussi comme le Créateur ; car l'ame humainne est en ce semblable a la divine pensee natureIment, qu'elle congnoist la somme des choses ; et toutes autres savroit elle dés ce qu'elles sont s'elle n’es toit grevee de la charge de la char. Et ce puet estre prouvé par le premier homme qui ot parfaicte science humainne dés ce qu'il fut fait, car encoir n'estoit pas la char corrumpte ; mais maintenant pour ce que toute char est corrupte, aussi est l'ame car elle est conjoincte a la char corrupte, selon la sentence du poethe [f. 102] Juvenal256.

« ... Mais non pas en especial ;
Si veult savoir certainnement
Ce qu'il pense confusément. »

1256Glose

1257Cy a mis Philosophie plusieurs argumens par lesquelz il semble franc arbitre ne povoir estre ensemble avec la divine providence ; desquelx c'est la somme et la sentence que ce que Dieu pourvoit, il est nécessité qu'il aviengne. Mais Dieu pourvoit et precongnoist toutes choses ; doncques toutes choses avendront de nécessité. Or veez cy autre chose congnoistre oupourveoir les choses autrement qu'elles ne soyent : c'est faulse oppinion qui n'est mie a dire ne a entendre de Dieu ; car il precongnoist et prévoit tout, sans ce que autrement se puisse muer : ainsi périra dontfranc arbitre ou franche voulenté.

1258A ce respont Philosophie en monstrant que Dieu ne puet autrement les choses pourveoir qu'elles ne soyent, ne ce n'est pas faulse oppinion. Et après monstre comment tel argument est a entendre : ce que Dieu pourvoit, il convient de nécessité avenir, etc. Et fait trois choses : premièrement, elle dist que ceste question est moult ancienne et a esté des Anciens moult demenee, mais non a plain despeschee. Secondement, elle rent la cause pour quoy nous faillons a venir a la vérité de ceste question la ou elle dist et la cause, etc. Tiercement, qu'elle essayera a la determiner quant elle dist laquelle.

  • 257 Cicéron, De Divinatione.

1259« Lors, dist elle, ancienne est la complainte qui vient de ceste pourveancc. Et Marques Tides l'a bien demenee, quant il devise la maniéré des devinailles257 ; tu meismcs, l'as moult enquise, mais encoir n’a elle pas esté [f. 102 v] jusques cy assés diligemment dctcnninee ne délivrée fermement par nul de vous. Et la cause de si grant obscurté et de si grant ignorance si est que mouvement de la raison humainne ne puet attaindre ne soy adjouster a la simplesce de la providence de Dieu ; car qui la pourrait penser, il n'y avroit point de doubtancc – laquelle chose je essayeray... »

1260Glose

1261Note cy que Marques Tidies en son livre de devinacions devise ceste science de devinacion en sept especes – c'est assavoir : en aruspice, geometrie, ydromancie, piromencie, nigromencie, ciromencie et orimencie ; et toutes ces choses traicte moult ung acteur que l'en dit Marcien.

1262Texte

1263« ... a manifester, mais que t'aye délivré avant de ce qui te nuist – c'est assavoir que j'aye respondu aux raisons qui te esmeuvent. »

1264Glose

1265Cy dessoubz demonstre Philosophie par ses paroles meismes et par ce que a cy dessus octroyé et confessé que les choses ne viennent mye de nécessité pour ce se Dieu precongnoist ou prévoit ; et ainsi pour la providence divine ne périra pas franc arbitre ; et luy argue ainsi qu'il appert en la Lettre.

1266Texte

1267« Je te demande pour quoy tu tiens celle raison a mains souffisant qui soult telle nécessité, car ce que la precongnoissance de Dieu ne donne nulle nécessité aux choses a venir ne toit point la franchise de voulenté. As tu nul autre argument de ceste nécessité fors icelluy que ce qui est precongneu ne puet faillir que [f. 103] il n'aviengne ? »

1268Glose

1269Note cy ainsi ou Philosophie réprouvé la solucion des anciens philosophes sur la question de la providence divine et de franc arbitre qu'ilz disoyent bien en ce qu'ilz disoyent que franc arbitre n'est pas empeschié de la prescience divine, car elle ne met nulle nécessité aux choses a venir. Mais Hz erroyent en ce qu'Hz disoyent que les choses en ce qu'ilz sont a venir pour ce sont elles precongneues et pourveues de Dieu ; et ainsi mettoyent les avenemens des choses advenir temporelles estre cause de la pardurable prescience de Dieu et ainsi pechoyent ilz qu'ilz ne souloyent pas la devant dicte question.

1270Texte

1271« Se doncques celle precongnoissance ne donne nulle nécessité aux choses a venir ainsi que tu l'as octroyé ung pou avant, qui sera ce qui ces choses qui viennent de voulenté contraindra a venir de nécessité ? Et pour ce que tu mieulx entendes ce qui s'ensuit, posons qu'il ne soit nulle precongnoissance : seront doneques les choses qui seront faictes franchement contraintes a nécessité ? Certes, tu diras que non ! Mais or posons que telle prescience soit mais elle ne donne nulle nécessité telle ; donc remaindra a voulenté sa franchise toute entière et toute delivre. Mais tu diras pour ce que la precongnoissance n'est pas cause de la nécessité, mais elle est signe qu'elles soyent a avenir sans faillir. »

1272Glose

1273Note cy dessus que pour ce que Boece pourroit dire de la prescience divine ne puet estre nécessité es [f. 103 v] choses advenir, et toutes fois elle est signe qu'elles doyent de nécessité avenir. Philosophie ceste solucion recite ci et la preuve par deux raisons qui apperent en la Lettre.

1274Texte

1275« Mais aussi s'il n'estoit nulle precongnoissance, seroyent elles a avenir sans faille ? Car le signe ne fait pas ce qu'il signiffie, ains le monstre tant seulement. Pour quoy il couvient avant monstrer que aucune chose vient de nécessité de qui la precongnoissance soit signe, car ce celle chose n'estoit, elle n'avroit point de signe qui pouist naistre de ce qui rien n'est. Certes celle preuve est ferme et esprouvee de raison qui vient de la nature de la chose prouvée, non pas de signes ne de choses fourainnes, mais de ses propres causes couvenables et necessaires. »

1276Glose

1277Cy endroit a oster le dessus dit erreur met encoir Philosophie autre raison qui a quatre parties. La premiere appert en la Lettre ung pou obscurément la ou elle dist : « Ne cuidiez pas que les choses de Dieu pourveues a avenir ne aviengnent, car il ne puet estre autrement », et octroyé ces te majeur de la mineur – c'est assavoir que Dieu toutes choses pourvoit : nul n'en doubte ! Mais ainsi l'entent Philosophie que jaçoit ce que les choses de Dieu pourveues aviengnent, toutes voyes en leur nature n'a riens eu de nécessité de avenir. Et par ce veult dire que ces te conclusion ne s'ensuit pas que toutes choses aviengnent de nécessité ; car es premisses la nécessité estoit apportée a toute la consequence, mais en la conclusion elle sera portée tant seulement au consequent. Et note cy qu'il est double nécessité : une qui est absolue naturelle, et ceste n'est pas en toutes choses ; et l’autre est condicionnelle qui est en toutes choses, et ceste ne [f. 104] os te point la liberté et d'elle parlera l'on.

1278Texte

1279« Mais tu pourras dire : "Comment porra ce estre que ce qui est precongneu n'aviengne ?" Comme se nous pensions que ce que precongnoissance juge a avenir ne soit pas a avenir ; ou se nous pensions qu'elle doye avenir, mais elle n'avra point de nécessité de sa nature ; laquelle chose est legiere a prouver : car nous veons moult de choses a l'ueil tant comme l'en les fait... »

1280Glose

  • 258 Il n'est pas exclu que le texte ait qncoires pour encoires, ce q- initial pouvant provenir par dila (...)

1281Cy est la seconde partie que met Philosophie a oster le dessus dit erreur et conferme sa sentence par exemple. Car nous veons aucunes choses estre faictes de art ou de voulenté qui comme elles se font aussi comme apposites ou possibles et sans nulle nécessité – comme est es charrectes mener et ordonner, et es autres operacions d'art qui. se par contraincte ou nécessité estoyent menees, pour néant seroyent les ars des charpentiers ; car se les operacions d'art estoyent de nécessité faictes, pour néant les apprendroit on a faire ! Ces choses dont, comment qu'elles aviengnent, toutes voyes en leur nature elles n'ont point de nécessité : et ainsi comme quant elles se font, elles défaillent de nécessité de estre ; aussi avant qu'elles soyent faictes sans nécessité, elle sont a avenir. Car par telle maniéré qu'elles viennent, elles furent a avenir ; donc puis qu'elles ne viennent de nécessité ne aussi ne sont a venir de nécessité. Dont comme il ne soit pas a dire que encoires258 est fait avant qu'il feust fait ne feust a avenir, et ainsi comme il est dit aucunes choses sont que quant on les fait elles deffaillent de nécessité d'estre, et pour ce n'estoyent elles pas avant a venir [f. 104 v] de nécessité, nous pourrons conclure – ou povons – de ces choses que ces choses a avenir sont precongneues frans avenemens. Dont est ce voir que dit est que aucunes choses jaçoit ce qu'elles aviengnent – toutes voyes de leur nature elles n'ont riens de nécessité qu'elles deussent avenir.

1282Texte

  • 259 Ouan : « alors, désormais ».

1283« ... comme ce que l'en fait es charrettes pour les mener et retourner par les charretiers et par les mestiers et ouvraige. Est il donques aucune nécessité qui les contraigne a ce faire ? Tu diras que non. Car pour néant seroyent les euvres des mestiers s'ellcs devoyent estre par force. Donques quant on les laisse oua[n]259 elles n'ont point de nécessité d'estre ; aussi n'avoyent elles quant elles estoyent a venir. Pour quoy aucunes choses sont a avenir et que leur venue est toute quicte de nécessité ; car je ne cuide pas que nul deist que ce que l'en fait ore ne feust a avenir avant que l'en le feist. Doncques vient il franchement combien que on ne le sceust avant. Car aussi... »

1284Glose

1285Cy est la tierce partie que met Philosophie a confermer sa sentence contre le dessus dit erreur, et dit que aussi comme ce que Ten scet de present des choses ne leur donne pas nécessité d'estre ; car plusieurs choses sont sceues de present que peuent bien non estre, ne pour le povoir de non estre ne fault la science, mais pour l'autre ment savoir fauldroit la science ; aussi semblablement est il de la prescience divine de qui moult de choses peuent estre precongnues a avenir, qui pour ce de nécessité n'aviennent mie, ne pour ce [f. 105] ne fauldra la prescience divine,car ne science a la chose présenté ne prescience a la chose a venir ne donne [ne] ne met nécessité. Donc ques nous ne povons conclure comme devant – c'est assavoir que moult de choses ja soit ce qu'elles aviengnent toutes voyes de leur nature elles n'ont eu riens de nécessité qu'elles deussent avenir.

1286Texte

1287« ... comme la congnoissance de ce que l'en fait a present ne luy donne point de nécessité, aussi ne fait la precongnoissance de ce qui est a avenir. Mais tu diras que ce est doubte s'il puet estre certainne precongnoissance des choses qui n'ont pas certainneté de venir. »

1288Glose

  • 260 Le texte a maint pour mains, « moins » ; cf. 7 lignes plus bas.

1289Or a esté monstré que non mie pour ce que Dieu precongnoist et pourvoit les choses, il soit de nécessité qu'elles aviengnent ; mais aucunes choses qui sont de Dieu pourveues ont franc advenement maintenant pour ce que ces choses desquelles est Tadvenement incertain sont pourveues de Dieu incommutablement, et ainsi autrement qu'elles ne soyent, elles sont de Dieu pourveues. Quant Boece et plusieurs autres maint260 parfaiz voyent ces choses ainsi estre. il leur semble que ce n'est pas vraye prescience en Dieu mais mieulx faulse oppinion. Pour ce monstre cy Philosophie que ces choses savoir et pourveoir autrement qu'elles ne sont n'est pas inconvenient. Et premièrement met la raison de ceste dubitacion et puet ainsi estre formée la raison qui autrement pourvoit les choses qu'elles ne aviennent : il fault ou il est deceu. Ceste proposicion cuide Boece et pluiseurs autres mains saiges estre vraye ; laquelle toutes voye[s] [f. 105 v] est faidse ainsi qu'il apperra. car il leur semble qui ne se peust pas souffrir ne accorder ensemble c'est assavoir que Tadvenement des choses soit incertain et la prescience de Dieu qui d'icelle est soit certainne : dont ilz arguent ainsi que la prescience de Dieu ne pourroit rien comprendre qui ne soit certain, et les choses qui sont de Dieu pourveues de nécessité et sans mutacion avendroit. Mais les choses comme elles viennent certainnement et incommutablement de Dieu scenes et pourveues, il convient que nécessairement et incommutablement qu'elles aviengnent. Doncques s'ensuivra il certainnement des choses a la certainne precongnoissance et prescience de Dieu ; si donques les avenemens des choses sont incertains et elles soyent certainnement et incommutablement de Dieu precongnues et sceues, ceste precongnoissance ne sera pas vraye science mais sera faulse oppinion et decepvable ; et que les choses ayentfrans advenemens et qu'elles soyent pourveues et sceues de Dieu de qui est certainne la congnoissance, et ce semble moult grans discordes c'est assavoir de la certainne congnoissance de Dieu estre avec le incertain avenement des choses ; mais en vérité incertain est le advenement des choses, mais la prescience de Dieu est certainne.

1290Texte

1291« Car il semble avoir discord, car tu cuides que s'elles sont precongneues qu'elles ayent nécessité ; ou se elles n'ont nécessité, qu'elles ne soyent precongnues et que l'en ne puisse avoir science fors de chose certainne. Et se ce de qui la venue n'est pas certainne est pourveue certainnemcnt, ce ne sera pas science mais occulte oppinion. »

1292"Aliter enim etc."

1293[f. 106] « Car congnoistre la chose autrement qu'elle n'est est loing de vraye science... »

1294Glose

1295Or met Philosophie sa sentence ou sa solucion sur les choses dictes, et dit que ceulx qui ne croyent pas que les choses qui ont frans avenemens ne puissent estre pourveues de Dieu, de qui la prescience est certainne,/aillent et sont deceus ; car ilz cuident que ce soit moult diverse chose de parfaicte science de congnoistre la chose autrement qu'elle ne soit, pour ce que l'avenement des choses est incertain. Et la prescience de Dieu doit estre certainne mais non est : car pour ce n'en sera ja moins parfaicte la prescience de Dieu, car elle doit très certainnement comprendre les choses-jaçoit ce que/'advenement d'icelles soit incertain, et ainsi de comprendre les choses autrement qu'elles ne soyent n'est pas faulceté ; aussi comme se elles estoyent pourveues estre certainnes comme elles soyent incertainnes, car Dieu ne comprint onques les choses certainnes estre incertainnes ; mais tant les choses certainnes comme incertainnes, il comprent certainnement.

1296Texte

1297« ... et la cause de cest erreur cy est de ce que l'en cuide que la congnoissance des choses despende de leur propre nature – laquelle chose est au contraire... »

1298Glose

1299Cy assigne Philosophie la cause de cest erreur et monstre dont vient cest erreur que les choses ne puissent estre autrement sceues qu'elles sont ; et ce vient de ce qu ilz cuident les choses estre sceues de leur nature, nompas de la nature de celluy qui les scet ; et pour ce ilz cuident qu'elles ne puissent estre sceues fors que en la maniéré qu'elles sont. Mais il est autrement : car les choses sont sceues et congneues [f. 106 v] de la possibilité du congnoissant et non pas de la nature d'icelles meismes choses ; laquelle chose puet estre prouvée par ce que d'une meisme chose divers en diverse maniéré sentent selon leur capacitéc'est a dire selon la condicion de la vertu congnoissant, aussi comme nous veons de la science de gramaire que l'ung plus, et l'autre moins, entent selon la faculté de sa vertu congnoissant. Mais se selon leur nature les choses estoyent jugees, elles seroyent en une meisme maniéré de tous jugees, comme la nature de la chose ne se mue point jaçoit ce que les jugemens d'icelle se varient. Mais comme la providence divine toutes les choses a venir pourvoit ou regarde en sa propre vertu, et nous, pour l'enfermeté de nostre entendement a comprendre cette prescience divine, ne puissions actaindre en nulle maniéré, il nous est advis que les choses muables qui ont francs avenemens elle ne les puisse incommutablement precongnoistre et pourveoir, par ce que nous n'entendons pas que ceste congnoissance soitfaicte selon la nature du congnoissant, non pas selon la nature de la chose congneue.

1300Texte

1301« ... car quanqu'i est congneu est comprins et congncu selon la condicion et le povoir de celluy qui le congnoist et non pas selon sa force et sa nature. Et pour ce que ce appere en brief exemple : une chose ronde autrement la scet et congnoist la veue, et autrement l'atouchement. »

1302Glose

1303Cy preuve Philosophie ce que dit est – c'est assavoir que selon la faculté du jugeant est la chose congneue ; car autrement d'un, et autrement d'un autre, est une meisme chose comprinse. Et ce elle de monstre par la ronde see d'un corps, laquelle [f. 107] participent – alias parçoivent – la veue et le tast ; mais autrement le parçoit la veue selon sa nature et autrement le tast. Car la veue de loing tout le corps ront ensemble et non pas par succession regarde par mi ses rais qu'elle jecte ; car les philosophes dyent que des yeulx une maniéré de rais sont envoyez et adreciez aux choses, et comme l'ueil soit ung corps plain de lumière et de rais, quant luy vient a l'encontre la lumière de l'air enluminé, la lumière qui fiert les yeulx excite et esmuet l'ame a veoir les objectzc'est a dire les choses qui viennent a l'encontre ; et ainsi parçoit la veue la rondesce du corps et les autres qu'elle voit. Mais l'atouchement qui se ahert environ l'environnement du mouvement, c'est assavoir par succession ore par dessus, ore par dedeans, par parties icelle rondesce comprent et non pas tout ensemble comme fait la veue ; et ainsi la veue et le tast selon leur possibilité une meisme chose comprennent et parçoivent.

1304Texte

1305« La veue jecte de loing ses rais et voit tout ensemble ; mais le atouchier et le taster couvient qu'il se joingne a luy et l'environne de toutes pars. »

1306"Ipsum quoque etc."

1307« Et l'omme meismes congnoist autrement le sens, autrement l'ymaginacion, autrement la raison, autrement l'entendement ou l'intelligence. »

1308Glose

1309Par autre exemple preuve ce meismes Philosophie : car homme meismes autrement aperçoit le sens, autrement l'ymaginacion, autrement la raison et autrement l'intelligence. Et a ce monstrer fault veoir qu’est chascun d'iceulx et quelles chose[s] ilz perçoivent, et de qui ilz prennent leur commencement. Car le sens est une force de l’ame [f. 107 v] par laquelle homme voit, ou il flaire, ou il gouste, ou il oit ; et a luy – c'est au sens – appartient apparcevoir la figure en la subjecte matière, c'est a dire le corps constant de matière et de forme ; et n'a aucun commencement fors que d'aucune passion qui est faicte environ le corporel instrument, si comme il appert en la veue, car quant la lumière fiert les yeulx, l'ame est esmeue a aucune chose veoir.

1310Or est ymaginacion une force de l'ame par laquelle homme parçoit la figure de la chose absent, c'est a dire en pensee, et la regarde ymaginablement ; par recordacion oste le corps hors le corps de la chose du regart, et a commencement du sens comme ung homme present : quant je le voy, je le regarde actuelment du sens : c'est de l'ueil ; mais ly absens après en ma pensee je advise et parçoy.

  • 261 Virgile, Bucoliques, I, 19-20 : Urbem quant dicunt Romani, Meliboee, putavi / stultus ego huic nost (...)

1311Car quanque nous avons veu en la maniéré que nous l'avons veu, nous le ymaginons ou a la semblance d’une autre chose a celle meisme maniéré que nous veons, aussi comme ung vilain – ainsi comme dit Virgilian – qui onques n'avoit veu Romme et toutes voyes a la semblance de sa cité qu'il veoit ilymaginoit Romme, dont il dit : « Celle cité qu'on dit Romme, je la voy en present. »261

1312Et après raison est une force de l'ame par laquelle homme parçoit qu'est une chascune chose, et en quoy elle différé des autres, et en quoy elle couviengne et accorde aux autres, et a son commencement de sens et de ymaginacion. Car avant nous congnoissons la chose et la figure, les couleurs et les proprietez d'icelles, et enaprès congnoissons qu'est la chose et en quoy elle s'accorde et différé des autres.

1313Mais intelligence est une force de l'ame par laquelle homme parçoit les choses néant corporelles avec certainne raison ; par quoy il est ainsi, et ce y adjoustons notes pourtant car [f. 108] se nous parcevions aucune chose par cas ou adventure, et nous n'avions certainnes raisons pour quoy il feust ainsi, ce ne seroit pas entendement mais seroit oppinion et a son commancement de raison. Car par raison congnoist homme la nature des choses et les proprietez, et congnoist les unes corporelment : les griefves et pesons mouvoir ainsi comme le corps humain ; et congnoist que c'est autre chose que corps qui ainsi muet le corps. Car comme le corps naturelment soit grief et pesant, il ne a pas en soy qu'il se puisse mouvoir ; et adonc congnoist l'entendement que c'est d'autre chose, et ainsi par raison qui ainsi le mainne vient homme a la congnoissance des choses non corporelles, et puis a la congnoissance du Créateur. Mais pour ce que de ce propos a esté autres fois parlé, pour ce de ce ne dirons nous plus a present.

1314Doncques ces quatre vertus par diverse maniéré regardent l'omme car le sens le regarde present ; l'ymaginacion regarde en pensee la figure de luy absent, et la raison parçoit quelle chose est l'omme et en quoy il se accorde avec les autres choses, et en quoy il différé. Mais intelligence parçoit quelle chose est en luy non corporelle par laquelle est gouverné le corps de l'omme, et ainsi chascune de ces quatre vertus regarde homme selon sa possibilité.

1315Texte

1316« Car le sens prent la figure du corps de l'omme qui est emprainte et estable en la matière soubz mise. Mais ymaginacion comprent la seule figure sans matière ; la raison si seurmonte et comprent la commune renommée ou espece qui est en plusieurs hommes, comme entencion universale, [f. 108 v] Entendement va plus hault car il passe celle commune universale communaulté, et regarde par pure subtilité de pensee la forme de l'omme en sa propre simplesce. Et en ce fait cy a moult a regarder, car entre ces choses celle qui est plus hault contient et comprcnt toute celle qui est plus basse. »

1317Glose

1318Cy dit Philosophie que la souverainne vertu comprent et embrasse la plus basse, et congnoist quantques elle(s) congnoist ; mais la plus basse en nulle maniéré ne se eslieve a la haulte et se monstre ainsi, car le sens ne puet ne ne vault hors de la matière ainsi comme fait ymaginacion.

1319Item ymaginacion ne regarde point universalité comme fait raison, et raison ne puet regarder la simple forme des choses néant corporelles comme fait intelligence. Et ainsi la vertu plus basse a la plus haulte ne se eslieve point.

  • 262 Allusion furtive à la définition platonicienne de l'homme, mortel, pourvu de deux pieds et... dépou (...)

1320Mais la souverainne vertu embrasse et comprent la plus basse, et ainsi intelligence qui est dessus, non pas en lieu mais en dignité, quant elle a conceu la forme des formes néant corporelles qui sont dessoubz, elle discerne ou elle juge. Car quant elle a congneu la forme qui de nulle des autres vertus n'est congneue. elle congnoit aussi toutes les autres que raison, ymaginacion et sens comprennent. Toutes voyes sans user d'aucunes d'icelles mais a ung seul coup et regart de pensee formelment, elle comprent toutes choses ; et aussi raison les choses ymaginables et sensibles comprent non pas qu'elle use de ymaginacion ne de sens ; et ce qu'elle conçoit univer[f. 109]salment elle diffinit en telle maniéré : homme est chose qui a vie et raison, et qui est mortel ; et a deux piez etc., comme il appert en la Lettre262. Doncques toutes ces vertus usent plus de leur faculté que des autres. Et sachiés que le sens congnoissant la figure de la chose requiert la presence de la matière ; car selon la matière, elle congnoist par l'espece. Car, selon Aristote, sens est presentable des especes qui sont en la matière, – toutes voyes hors de la matière ; mais ymaginacion a congnoistre la figure de la chose ne requiert point la presence de la matiere.

1321Texte

1322« Mais la plus basse ne puet estaindre a la perfection de la haulte ; car le sens ne puet rien congnoistre ne comprendre hors de matière, ne rymaginacion ne regarde point les especes en universalité, ne la raison ne prent pas la forme en sa simplesce ; mais l'entendement qui est par dessus tous, en congnoissant la simple forme, congnoist tout ce que les autres font. Mais c'est en la maniéré que il congnoist la forme simple a quoy nulle(s) des autres n'attaint. car l'entendement congnoist l'univers[al]ité de raison, et la figure de l'imaginacion et la materielle fonne que le sens congnoist ; et si ne use il point de raison ne de ymaginacion ne de sens, mais comme a ung seul cop, et a ung seul regart simple, et pensee, il voit toutes ces choses formeement. Et raison, quant elle regarde et congnoist universalité, elle n'a mestier de user de ymaginacion ne de sens ; si voit elle toutes [f. 109 v] voyes ce qui est et sentu et vmaginé. Car ceste est qui descript et qui congnoist universalment en tele guise homme, si est chose qui a vie et a deux piedz et raison. Et combien que ceste congnoissance soit universale, si congnoist elle que c'est chose qui a grandesce et que l'en puet sentir ; et ce n'est pas par ymaginacion ne par sens de quoy elle use, mais seulement par la vertu qu'elle a de concepcion raisonnable. Et le ymaginacion aussi, combien qu'elle preigne de sens le commencement de veoir et former la figure des choses qui sont sentues, toutes voyes, et se les sens ne luy sont pas presens, si puelt elle comprendre et ymaginer sans eulx les choses sentues non pas par sens – qui n'est mie present – mais par raison ymaginative de jugier. Vois tu doneques que quanques est congneu n'est pas sceu selon la manière de sa nature, mais selon la maniéré de la nature de celluy qui la congnoist, et ce n'est mie a tort ? Car comme jugié soit l'euvre et le fait de celluy qui juge, il couvient qu'il use de son povoir, et non pas d'autruy. »

1323Glose

  • 263 3e et dernière erreur de pagination dans le ms.
  • 264 Le texte a en pour ou.

1324En ces vers cy dessoubz rimez, puis qu'il a esté devant prouvé que les choses conprinses et jugees selon la faculté du jugeant, et non pas selon la nature de la chose congneue, maintenant par ces vers veult monstrer Philosophie desquelz gens cest erreur ot commancement et puis réprouvé leur sentence. Et cy note que les disciples Platon le philosophe, que on appelloit Stoïssiens, tenoyent [f. 109 bis]263 ceste oppinion que les sens et les ymaiges des choses dehors estoyent empraintes en Pomme et en la pensee comme est le seel en la cire ; et illec apparoyent comme fait l'emprainte du seel en la cire, ne l'ame ne faisoit riens mais tant seulement comme la cire ou comme la pianette de la table ou les lettres sont escriptes, ou comme le miroir en264 la forme dehors resplent.

1325Cy repreuve Philosophie l'oppinion des anciens philosophes

« Aucun philosophe anciani
Furent de jugement si vain
Que selon leur oppinion
Sens et ymaginacion
Vienne[n]t des corps forains en l'ame.
Si que n'est maistresse ne dame
De riens faire, fors de souffrir
Ce qui a luy se veult offrir.
Si com la table riens ne fait.
Fors recevoir ce qu'on pourtrait.
La forme ou mirouer resplent
Du corps qui luy est en present ;
Mais se c'est voir dont puet venir
Que l'ame de luy puet veïrr
Les choses qui sont divisées
Et départir les assemblées,
Or puet hault. or puet bas veoir,
Et dessevre le faulx du voir ;
Et puis autre chemin tenir
A soy congnoistre devenir,
Ce n'est pas souffrir de matière,
Ains est cause qu'on clame ouvrière.
Mais tout font les choses dehors
Qu'elles euvrent le sens du corps.
Or pour veoir, or pour ouir.
Or pour gouster, or pour sentir.
[f. 109 bis v] Et adonc l'ame s'esveille
Et a droit jugier s'appareille,
Et ordonner a son talent
Les formes qu'elle avoit avant
En pensée et en mémoire,
Et ceste oppinion est voire. »

1326Or a prouvé Philosophie que l'ame humainne, qui est esmeue des passions de dehors, juge les choses selon leur propre nature. Ci veult monstrer que par plus forte raison la pensee divine jugera les choses fourainnes non pas selon la nature d'icelles, mais selon le povoir de sa pensee ; et c'est la premiere partie de ceste parole.

1327"Quod si in corporibus etc."

1328« S'il est doneques ainsi que au sentir les corps deffors les qualitez des corps esmeuvent les instrumens des sens, et que cil esmouvement avance la vertu de l'ame qui doit jugier, si que elle est esmeue de faire ce qui luy appartient et esmeuvent les formes qui dedens luy se reposent – et non pas tant seulement en souffrant mais en faisant jugement par sa vigueur des passions et des condicions des corps, par plus forte raison ce qui est quicte de toutes affections corporelles en son jugement ne suyvra pas les choses forainnes mais le povoir de sa pensee. »

1329Ci est la seconde partie de ceste parolle, ou elle monstre diverses congnoissances estre en diverses substances ; et assez appert par la Lettre :

1330« E[t] pour ceste raison maintes maniérés de con[f. 110]gnoissances sont en diverses substances. »

1331Glose

1332Note cy que le[s] bestes dont il parle cy dessoubz n'ont que les sens corporelz, ne ne puent riens ymaginer ne recorder comme font les autres bestes mouvans.

1333Texte

1334« Car pur sens dessevrez de toutes autres congnoissances se tient es bestes qui n'ont point de mouvement, comme sont oistres et meoles de mer et autres qui se aherdent aux roiches et la prennent leur norriture. Mais ymaginacion si est es bestes mouvans qui ont ja affection d'esjouyr ou de poursuyvre aucune chose. Mais raison tant seulement si est en l'umain lignaige aussi comme pur entendement en Dieu et es choses divines qui sont prez de Dieu, comme sont aucuns sains hommes qui se ahcrdent a Dieu et desservent cstre appeliez les hommes divins. »

1335"Quo sit etc."

1336« Dont il avient que ceste congnoissance passe toutes les autres qui pour sa excellent nature non pas seulement ce qui luy est propre congnoist... »

1337Glose

  • 265 Le texte a qui pour qu'ilz.

1338Or monstre cy Philosophie la preeminence qui est entre les vertus cognoisitives, etfait comparacion de sens et de ymaginacion a raison, et d'umainne raison a l’intelligence de la divinité en voulant monstrer que, aussi comme sens et ymaginacion donnent lieu a raison ; et ce qui265 ne peuent regarder ne comprendre, ilz ne cuident pas aussi que raison le puisse regarder ne comprendre ; tout aussi humainne raison doit donner lieu a intelligence divine, car elle est deceue en créant que la divine intelligence ne puisse regarder ne comprendre [f. 110 v] ce qu'elle ne puet.

1339Texte

1340« ... mais toutes les choses qui sont subjectes aux autres congnoissances. Et quoy doncques, se sens et ymaginacion s'opposoyent a raison et disoyent que le universal, que raison dit qu'elle congnoit, est néant ? Car ce qu'on puet sentir ne ymaginer, si est chose singulière, non pas universale. Ou se le jugement de raison est vray, riens ne sera sensible ; ou s'elle scet que l'en congnoist moult de choses par le sens, dont sera la condicion vainne qui cuide que ce qui est singulier soit universal. Et se raison respont a ce que ce que l'cn sent et que l'en ymagine est congneu en la raison de universalité, mais sens et ymaginacion ne peuent a ce actamdre, car elles ne peuent passer les figures corporelles, et de la congnoissance des choses l'en doit mieulx croire a ce que a plus grant perfection. En ceste tencion, nous qui avons sens et ymaginacion ne louons nous mieulx la cause de raison ? »

1341Philosophie fait conclusion.

  • 266 Il y a une barre de nasalisation, difficilement compréhensible, sur le –u- de nulz.

1342« Par autel semblant raison humainne ne puet veoir comment divine intelligence puisse congnoistre les choses advenir autrement qu'elle les congnoist. Car tu diras que se aucunes sont qui n'ayent point de certainneté de advenement, elles ne peuent estre precongneues ccrtainnement ; pour quoy de telles choses ne puet estre prescience. Et se nous créons qu'elle soit il ne sera riens qui aviengne de nécessité. Mais se nous, ainsi comme nous avons raison, avions [f. 111] le jugement de l'entendement de Dieu, aussi comme ymaginacion et sens obeyssent a ce que raison dit, aussi jugerons nous a droit que la pensee d'omme se accordast a l'entendement de Dieu. Pour quoy efforçons nous de nous adrecier a la souverainne haultesse de cel entendement tant comme nous pourrons, car la verra raison qu'elle ne puet veoir de soy : c'est comment ce qui n'a pas certain avenement puet estre congneu ccrtainnement, et que ceste prescience n'est pas vainne oppinion. mais est la simplesce de celle souverainne science qui ne puet estre enclose dedens nulz266 termes. »

1343"Quam variis etc."

1344C'y nous admonneste Philosophie a la consideracion de la divine sapience.

« Tantes maniérés, tantes guises
Sont en terre de bestes mises :
L'une sur la terre s'extent
Et de tout le corps va rampant ;

comme serpens

L'autre a plume en l'air s'en vole,
Et l'autre la terre desfoule.
L'ung aux champs vit, l'autre au boscaige,
Et l'autre si vit au rivaige.
Mais nulle n'a droitte estatture.
Fors que l'ommc qui par nature
A corps et chief drecez en hault.
Doncques saiches que moult deffault
Se il n'entent au ciel requerre,
Se le corps se baisse vers terre ;
Car c'est chose désordonnée
S'en corps droit a courbe pensee ! »

Oiseaux
chevaulx
lyons et cerfs

1345Cy demonstre Philosophie l'estat de la divine substance en tant comme il est possible chose [f. 111 v] a ce qu'elle nous puisse faire congnoistre la prescience divine ; et ce appert assez en la Lettre. Eternité est parfaicte possession de vie sans terme qui est toute ensemble.

1346Note cy par ceste diffinicion quant elle dit parfaicte diffinicion ou possession de vies sont ostees de éternité toutes les choses qui ne vivent mie. Mais pour ce que a l’omme appartient ou convient possession de vie, pour ce icelle adjouste : « sans terme » ; car la vie d'omme est par la mort terminée. Mais pour ce que tout ce ont les ames et les anges qui n'ont point de fin, pour ce est il adjousté : « parfaicte » et « tout ensemble » ; car en Dieu n'a nulle succession, mais toutes choses luy sont présentes, et pour ce au créateur Dieu seulement appartient eternité.

1347"Quoniam qui..."

1348« Car doncques, si comme il est monstre ung pou avant, toute chose qui est congneue n'est pas sceue selon la condicion de sa nature, mais selon congnoissance de la chose congnoissant. Or regardons doncques orendroit. en tant comme il nous loist, l'estat de la nature divine pour ce que nous puissons savoir quelle est sa science. Et le commun argument de toutes creatures raisonnables si est que Dieu a éternité. Or regardons dont qu'est eternité, car ce nous monstrera la nature divine et sa science.

1349Eternité est parfaicte possession de vie qui est toute ensemble, laquelle chose nous verrons plus clerement a la comparacion des choses temporelles ; car toute chose qui vit en temps – c'est a dire qui est en present – a laissié ce qui est passé et s'en va a ce qui est a venir, [f. 112] ne nulle chose n'est en temps qui ait tout le cours de sa vie ensemble, car elle n'a pas encoires demain et hier luy est ja passé ; et neis aujourd'uy n'avons nous que ung mouvement de vie qui est trespassé. »

1350Glose

1351De l'oppinion de Aristote qui dit cy dessoubz du monde qu'il ne commença onques ne ne finira, toutes voyes n'est il pas eternel, car il ne a pas tout ensemble l'espace de sa vie.

1352Note cy que Aristote entendit ainsi que le monde ne commença onques, c'est a entendre en temps : car le monde a esté créé non mie en temps mais avec le temps, car il ne povoit mie estre que temps feust avant la constitucion ou creacion du monde ; car temps est certainne mesure de demeure et de mouvement des choses muables, mais, avant que le monde feust, nulles muables choses n'estoyent, et doncques ne temps aussi. Donques le monde ne fit pas créé en temps, car depuis que le monde fut, firent les choses muables qui sans temps ne povoyent estre. Dont fut créé le monde avec le temps, et non pas en temps : ne ja ne fauldra, c'est a dire en temps, mais avec le temps finera s'il laisse a estre.

1353Texte

  • 267 Platon n'a pas dit cela ; cf. le Timée ; expression maladroite ou erreur d'interprétation, l'erreur (...)

1354« Dont ce qui est soubz la condicion du temps – combien que Aristote die du monde qu'il ne commença oneques ne qu'il ne finera, et que sa duree se extende a infinité de temps-, si ne puet il attaindre a éternité, car il n'a pas sa duree tout ensemble ; et si ne a pas encoires ce qui est a avenir qui encoires ne est trespassé. Ce donc qui a la plainté de vie sans ternie tout ensemble a qui [f. 112 v] il ne fault riens qui soit a venir ne riens n'en trespassc, ce doit on dire a droit avoir etemité, et qu'il couvient qu'il soit sires dessus tous presens a luy adés, et avoir en sa presence toute l'infinité du temps qui est muable. Et pour ce s'ilz ne jugent mie a droit que, comme ilz oyent que Platon dit que le monde n'ot point de commencement ne ne fauldra267, dient que le monde que Dieu a fait ait éternité comme cil qui le a fait. Car autre chose est avoir vie sans fin. si comme dit [Platon] du monde ; autre chose est d'avoir la toute ensemble, laquelle est propre seulement a Dieu. »

  • 268 Le ms présente là un blanc.

1355En ceste seconde partie cy monstre Philosophie comment le Créateur se [...f268 commencement du monde et dit [...] :

  • 269 Saint Augustin, Confessions, XI, 13 : Nec tu tempore tempora praecedis [...]. Omnia tempora tufecis (...)

1356Que le Créateur ne procédé point la creature en quantité de temps mais en simplesee de nature, c'est a entendre que comme ce soit impossible chose, si comme il a esté monstré cy devant le temps estre sans creature muable, il ne puet estre que le Créateur feust en aucun temps et qu'il ne feust creature ; dont ne a point précédé le Créateur la creature en quantité de temps. Et se aucun demandoit se le Créateur a point esté avant que creature feust, ceste question n'est mie a faire selon saint Augustin en son livre des Confessions269 ; car ce mot « avant » est significatif de temps, et devant creature ne fut point de temps ; et pour ce le Créateur ne precede point la creature par quantité de temps, mais par simplesce de nature ; et veult dire « simplesce de nature » ainsi estre qu'elle ne soit point composée d'autres choses diverses, mais toutes [f. 113] choses sont et viennent de luy. Et telle est la nature du Créateur, car il n'est pas composé de parties, car c'est esperit : il n'est pas d'autruy mais est commencement de toutes choses.

1357Texte

1358« Car l'en ne doit pas dire que Dieu soit plus ancien des choses qu'il a faictes par plus grant espace de temps, mais par la simplesce de sa nature. Et ceste presencialité d'estat qui ne se muet, li mouvemens infinis des choses temporelles ensuit au plus prés qu'il puet, mais ne le puet contrefaire ne faindre ne estre egaulx a luy. »

1359Icy en ceste partie de la prose monstre Philosophie en quelle maniéré creature se a au Créateur et ce appert assez par la Lectre.

1360Mais note cy que les choses temporelles en preterit et futur different de la éternité qui n'a preterit ne futur, mais quant au present aucunement s'accordent mais encoires y a difference. Car le present des choses temporelles est petit et ainsi comme ung mo(uve)ment au regart de presence de éternité. Item il n'est mie manant mais tournant, et tousjours trespassant ; et pour ce different ilz moult de la presence divine et la divine éternité.

1361Texte

1362« Car il est sans tout mouvement, et se cil se muet, cil est simples ; et cilz est partit tousjours en prêtent et en futur, combien qu'il n'ait point de fin et qu'il ne puisse avoir toute la possession de sa vie ensemble en ce qui dure sans fin. En aucune maniéré il se efforce de ressembler ce qu'il ne puet avoir parfaictement, et se joinct tant comme il puet a la presence du mouvement [f. 113 v] qui tousjours se change. »

1363Glose

1364Or a prouvé Philosophie que seulement Dieu le créateur est eternel, et que le monde n'est pas eternel. Maintenant cy demonstre que, par les parolles de Platon le philosophe qui dit que le monde n'a ne commencement ne fin, aucuns sont qui dient que le monde soit eternel aussi comme le Créateur : mais ilz sont deceuz, car autre chose est estre demené par interminable vie – c'est a dire par succession de temps très passé sans fin, selon ce que Platon l'attribue au monde-, et autre chose est d'avoir de interm[i]nable vie toute la presence ensemble conjoinctec'est a dire toute presence ensemble sans preterit et sans futur, laquelle chose appartient seulement a Dieu le créateur. Et aussi le seul Créateur est eternel, non pas le monde ainsi comme il ; et c'est la première partie de ceste prose.

1365Texte

1366« Et pour ce il represente la presence de ceste presencialité, en tant que a quelque mouvement qui viengne, adés le voit on estre ; et pour ce qu'il ne puet estre en ung mouvement, a il pris son chemin ou temps sans fin. Et en ceste maniéré avient que il continue en alant sa vie – laquel planté il ne puet avoir en remanant. Se nous voulons doncques nommer les choses par dignes noms et ensuyvre Platon, nous dirons que Dieu a éternité et le monde pardurableté. »

1367Or a monstré Philosophie l'estat de la divine substance. Cy en ceste seconde partie principale de toute la prose, demonstre quelle est sa prescience, et dit que de chose incertainne elle puet bien avoir certainne congnoissance aussi [f. 114] comme il appert assez par la Lectre.

1368« Et pour ce que le jugement des choses est selon la condicion de la nature de celluy qui juge – et Dieu selon sa nature a en éternité toute perfection ensemble-, il couvient que sa science soit tout ensemble et qu'elle seurmonte le mouvement du temps ; et a tout present en sa simplesce de son entendement, et les espaces de temps sans fin, passé et a venir, elle enclost, si que toutes choses li sont présentes pour la raison de sa simplesce et de sa congnoissance.

  • 270 Le passage « tu ne jugeras pas prescience comme des choses a avenir » est répété.

1369Et pour ce que tu veulx regarder la prescience de Dieu pour quoy il congnoist toutes choses a avenir, tu ne jugeras pas prescience comme des choses a avenir270, mais comme science des choses qui onques ne se fortrayent a sa prescience ; et aussi non pas previdence, mais droittement doit estre appellee pourveance, car elle est estable en hault loing des choses qui sont très basses, et regarde et pourvoit de loing toutes choses aussi comme du sommet d'une haultc montaigne. »

1370Maintenant se approuche Philosophie au comble de la question en mettant les objections de Boece, et puis après les soult en reprouvant ses argumens. Et cy est la tierce partie principal de la prose.

1371« Pour quoy donc veulx tu dire que les choses ayent nécessité en eulx pour ce que Dieu les voit en sa lumière, comme les hommes quant [f. 114 v] ilz voyent faire les choses ne donnent nulle nécessité aux choses qu'ilz voyent faire ? Car es choses que tu regardes présentes, ton regart y met il nulle nécessité sur elles ? Certes, tu diras que non ! Se tu fais doncques collacion digne en la presence du regart de Dieu et d'omme, tout aussi comme tu vois la chose en present temps, aussi la voit Dieu en sa éternité, pour quoy ceste precongnoissance de Dieu ne change riens en la nature des choses ; car toutes choses sont présentes envers soy : il les voit en present quelles qu'elles soyent. aussi comme elles avendront, quant elles seront parfaictes ; ne ce ne confont pas le jugement des choses... »

1372Or conclut Philosophie que la divine pensee ne confont point le jugement. Or s'ensuit cy aprés une question.

1373« ... ainçois congnoist les choses necessaires et non necessaires qui sont a avenir a ung seul regart de son entendement, aussi comme vous veez ensemble ung homme et naistre le souleil, combien que vous veez ces deux choses ensemble, vous jugiez venir l'une de voulenté et l'autre de nécessité. Aussi le regart de Dieu ne trouble point la condicion des choses presens a luy ; mais a la condicion du temps d'elles a avenir, dont il avient que ce n'est pas oppinion, mais certainne science quant Dieu congnoist ce qui doit estre, et si sect que ce n'a en soy nulle nécessité. Et se tu dis que ce que Dieu congnoist estre a venir ne puet faillir que il n'aviengne, et [f. 115] que donc avendra il de nécessité, et se tu me contraignoyes que je appellasse ce nécessité, je te octroyé que c'est ferme venté a qui nul ne fait force fors que le regart de Dieu. Car respondre couvient que ce que Dieu precongnoist a avenir, se l'en le rapporte a sa congnoissance qui ne a nécessité mais en sa nature, il y a franchise, car ilz sont deux nécessitez : une simple comme la nécessité que tous hommes ont a morir ; l'autre condicionnelle comme se voy ung homme aler, il est nécessité qu'il aille. Car ce que chascun congnoit ne puet estre autrement que l'en le congnoist ; mais ceste condicion ne trait pas a soy la simple nécessité. Car ceste nécessité ne fait pas sa nature, mais la fait la condicion ajoustee ; car nulle nécessité ne contraint a aler celluy qui va de sa voulenté, combien qu'il soit necessaire que celluy aille tant comme il vait. En autele maniéré ce que la pourveance de Dieu voit en present, il couvient de nécessité que elle soit, combien qu'il n'y ait nulle nécessité de nature. Et certes quantque est a venir par franchise, la voulenté Dieu le voit en present. Se tu le rapportes dont a la condicion de la veue de Dieu, il est nécessité ; mais s'il est regardé en sa nature, il vient de franchise de voulenté. Doncques toutes choses seront que Dieu a pourveu a avenir, mais aucunes d’elles vendront de franchise ; et quant elles seront, ne perdront pas [f. 115 v] leur propre nature ; car avant qu'elles soyent, elles peuent non avenir. »

1374Or a Philosophie solu son argument. Or fait autre question et puis la soult.

1375"Quid differt etc."

1376« Quelle difference avra il dont ci puis que nécessité y vient de quelque part, celle que – aussi comme j'ay proposé le souleil a naistre et homme aler-, quant elles sont faictes, il ne puet qu'elles ne soyent, maiz l'une devant qu'elle venist avoit nécessité de venir, et l'autre non ? Aussi les choses que Dieu a ja en sa presence sont sans faillir ; mais les unes seront par la nécessité de leur nature, les autres par la voulenté de ceulx qui les feront. Nous ne errons pas doneques trop se nous disons qu'elles sont necessaires rapportées a la présente congnoissance de Dieu, mais en culx regardées elles sont quictes de toute nécessité, tout aussi comme toute chose que le sens congnoist rapportée a raison est universale, mais rapportée au sens est singuliere. »

1377C'y met Philosophie une autre objection, et puis y respont.

1378"Sed si in mea etc."

1379« Mais tu diras : "S'il est en ma puissance de changier mon propos, je empescheray la pourveance puis que je changeray ce qu'elle a pourveu ou avoit pourveu !" Je respondray que tu pués changier ton propos, mais ce que tu pués changier et comment tu le changeras, et quelle part tu te tourneras, la venté de la present pourveance divine voit ; et ainsi ne se pourra changier la prescience de Dieu, ne plus que tu pués [f. 116] fouyr la veue de celluy qui te voit en present, combien que tu te changes par diverses actions par ta franche voulenté. »

1380C'y met Philosophie une autre question et puis la soult.

1381"Quid qui etc."

1382« Mais tu diras : " Se changera doneques la science de Dieu au changement de ma disposicion. que aussi comme je vueil ung, je vueil ores autre, elle se change ores d'une part, ores d'ung autre ? " Je te dis que non ! Car quanques y est a venir, le regart de Dieu voit et scet avant, et le retourne et rappelle a la presence de sa congnoissance, ne ne se muet or cy, or ça, aussi comme tu cuides ; mais a ung seul cop telles muances elle, sans tout mouvement, enclost. laquelle force de tout prendre ensemble et de veoir en present elle ne a pas des choses a venir, mais de sa propre simplesce. »

  • 271 Tout ce passage de glose n'est pas signalé comme tel dans le manuscrit.

1383Or a conclu Philosophie que la congnoissance divine ne vient pas des choses a venir, mais de la simplesce de la substance divine ; et de ce elle soult l'objection que Boece avoit faicte cy dessus – c'est assavoir que l'advenement des choses estoit cause de la providence divine ; et de celle soult l'objection qui sembloit a Boece moult désordonnée choseet a droit, car ainsi n'est il pas. Et puis après conclut finable ment que le franc arbitre ou la voulenté des hommes ne périra mie, mais sera ensemble avec la divine pourveance271.

1384« Et pour ce est soult ce que tu disoyes cy devant, que ce serait chose désordonnée se noz choses desordon[f. 116 v]nees donnoyent cause a la prescience de Dieu ; car ceste vertu de science, qui en sa presencialité enclost tout et embrasse, donne et establist maniéré a tous, ne riens ne doit aux choses derrenieres et a venir. Et comme il soit ainsi, il remaint aux mortels franchise entière de voulenté, ne les lois ne sont pas mauvaises qui proposent guerredons et peines aux voulcntez franches de toutes nécessitez. Et le souverain regardeur, c'est Dieu, qui est par dessus, qui tout voit et precongnoist en la presence de sa vision eternelle, qui créé avec la condicion de noz faiz a venir, et dispense et ordonne aux bons louyers, et aux mauvais tourmens. Et doneques pour néant ne sont pas mises en Dieu espérances et prières, lesquelles quant elles sont droituneres ne peuent estre sans fruit. Soyez doneques ennemis aux vices et frequantés les vertus, et levez voz cuers a droictes espérances ; et envoyez prières humbles vers le ciel, car grant nécessité vous est enjoincte et enchargee de prouesce et de bien faire, se vous ne voulez dissimuler et faindre, o vous mortelz, quant vous faictes voz euvres devant les yeulx d'icelluy juge qui tout voit ! »

1385Explicit.

Notes

1 Parmi les traductions énumérées ici comme ayant été faites par Jean de Meun, deux se sont perdues : celle du De amicitia spirituali de Aelred de Rievaulx et celle de la Topographia hibemica de Giraut de Barri (appelée ici Livre des Merveilles d'Irlande). En revanche nous sont parvenues les traductions de la correspondance de Pierre Abélard et d'Héloïse (dans la copie unique due à l'humaniste Gontier Col) et du Livre de chevalerie de Végèce (achevée en 1284 et dont une vingtaine de manuscrits sont conservés).

2 Ce passage est d'une grande fidélité méthodologique à Boèce, traducteur de L'Introduction Arithmétique de Nicomaque de Gérase. Qu'on en juge par ce qu'écrit Boèce : « Je ne me tiens pas enchaîné par la manière d'un autre (Nicomaque) et je ne m'astreins pas à l'obligation d'une traduction serrée ; mais, m'autorisant une certaine liberté, je suis la route d'un autre, sans pour autant mettre mes pas dans les siens. En effet, quand Nicomaque, dans son exposé sur les nombres, a des développements trop longs, je les ai abrégés et ramenés à une juste mesure et, lorsqu'il fiasse trop vite, offrant des passages d'un abord difficile, j'ai fait des additions mesurées pour les rendre accessibles, allant jusqu'à recourir quelquefois, pour la clarté des choses, à des tableaux et à des figures de mon cru. » Boece, Institution Arithmétique, édition et traduction de Jean-Yves Guillaumin. Paris, Les Belles Lettres, 1995, Préface, 3, p. 2-3.

3 Aristote, Politique I, 1, 1 : « Toute communauté est constituée en vue d'un certain bien (car tous les hommes font tout en vue de ce qui leur paraît un bien) ». On peut aussi rapprocher la citation de Jean de Meun du début de l'Éthique de Nicomaque : « Tout art et toute recherche, de même que toute action et toute délibération réfléchie, tendent, semble-t-il, vers quelque bien ». D'ailleurs, dans le prologue de sa traduction, Jean de Meun s'appuyait un peu plus loin sur cet ouvrage (voir éd. Dedeck-Héry, p. 170, ligne 103).

4 La phrase incomplète met clairement en évidence une lacune de notre manuscrit. Or, si nous nous référons à l'étude du prologue que fait G. M. Cropp (« Le prologue de Jean de Meun et le Livre de Boece de Consolacion », Romania, 103, 1982, p. 278-298), où elle compare la traduction fournie par Jean de Meun d'une part et d'autre part la traduction anonyme en prose et en vers, accompagnée de gloses, dont relève à l'évidence notre manuscrit-, nous pouvons en déduire quelques remarques intéressantes. Le groupe des manuscrits procurant cette traduction glosée en prose et en vers se caractérise en effet par un prologue qui reprend littéralement celui de Jean de Meun, mais l’allonge d'une continuation qui détaille le contenu du livre de Boèce. Or la lacune que nous relevons dans notre manuscrit a pour effet d'un côté de ne nous donner que le début du prologue de Jean de Meun (les soixante premières lignes de l'édition Dedeck-Héry, alors que le prologue en compte un peu plus du double), de l'autre de nous livrer la continuation de manière tronquée, l'amputant de son début. Peut-on l'interpréter comme le désir de notre copiste d'abréger le texte qu'il a sous les yeux ? C'est possible, mais il faut avouer que le raccord n'est pas bien fait. Comme nous y invite le texte intégral de la continuation tel que le fournit Cropp à la fin de son article et qu'elle prend au ms Aberystwyth, Nat. Libr. of Wales 5039 D, il faut ici comprendre qu'il s'agit de distinguer le souverain bien du bien temporel qu'on a le tort de confondre avec le premier « car l'en seult apeler celui beneuré en qui habundent richesses et qui a aucune honneur.. ».

5 Théodoric le Grand, chef des Ostrogoths, pénètre en Italie en 489. Il fut proclamé roi d'Italie en 495 et choisit Ravenne comme capitale. Pour la vie de Boèce, voir supra les informations données dans « Boèce... au Moyen Âge », p. 5-8.

6 Boèce avait reçu de Théodoric la charge de magister qfficiorum (chef du service administratif) ; mais en 523 il fut suspecté de trahison pour avoir défendu un sénateur accusé de conspirer avec l'empereur d'Orient : il fut emprisonné et mis à mort en 524.

7 Passage obscur que l'on trouve dans les autres manuscrits rapportant la traduction glosée du Pseudo-Jean de Meun. Cette obscurité résulte, selon G. M. Cropp, de la technique même qu'adopte le glossateur qui se contente en grande partie de traduire les gloses en latin de Guillaume de Conches au livre de Boèce, tout en les résumant parfois de façon si drastique que l'on peine à saisir le sens premier. Ici le « fard » renvoie aux couleurs de rhétorique, étrangères à la beauté naturelle de Philosophie, qui ne doit rien à l'artifice ni au hasard. Voir l'article de G. M. Cropp, « Les gloses du Livre de Boèce de Consolacion », Le Moyen Âge, t. 92, 1986, p. 371 et supra, « Etude des gloses », p. XLIII.

8 Glose non signalée dans le texte.

9 On attendrait proportions, fréquent dans ce contexte ; Boèce utilise modulamen, « harmonie ».

10 Cf. Boece, Institution Arithmétique, op. cit., I, I, 4, p. 7, présentation du quadrivium : « La multiplicité qui existe en soi fait l'objet de la recherche de l'arithmétique dans son ensemble, la multiplicité relative est l'objet de connaissance de la musique et de ses combinaisons harmoniques ; quant à la grandeur immobile, c'est la géométrie qui en propose la connaissance, tandis que la science de la grandeur en mouvement est revendiquée par les connaissances de l'astronomie. »

11 Mauvaise lecture de la lettre grecque θ.

12 Mauvaise lecture de la lettre grecque π.

13 Aucune des gloses de ce passage n'est signalée.

14 Glose non signalée.

15 Forme étonnante de conditionnel pour avoir.

16 En chassant les muses, Philosophie renouvelle le geste de Platon, chassant les poètes de la cité idéale (République, livre X).

17 Amis = enmi (voir Glossaire).

18 Le copiste avait d'abord écrit ne me povoye, puis a barré me.

19 Glose non signalée.

20 Glose non signalée.

21 L'incohérence de cette phrase n'est pas propre à notre copiste et se retrouve dans d'autres (tous les autres ?) manuscrits de la traduction glosée du livre de Boèce. G. M. Cropp la relève en effet dans les manuscrits qu'elle a consultés et la fait remonter à l'inattention du glossateur qui traduit les notes de Guillaume de Conches et déforme le non sequitur du texte latin (G. M. Cropp, « Les gloses... », art. cit, note 13, p. 372-73).

22 Anytos : l'un des adversaires de Socrate.

23 Le copiste a corrigé en suscrivant la syllabe za qu'il avait oubliée.
Anaxagore : philosophe du Ve siècle avant J.-C., qui fut l'ami et le maître de Périclès. Accusé d’impiété, il se retira à Lampsaque où il fonda une école.

24 Zénon d'Élée, philosophe du Ve siècle avant J.-C., disciple de Parménide.

25 Julius Canius ou Canus, contemporain de Sénèque, philosophe réputé ; condamné à mort par Caligula, il sut affronter cette épreuve avec une parfaite sérénité (voir Seneque, De la tranquillité de l'âme, XIV, 4-10).

26 Sénèque « le Jeune » ou « le Philosophe », choisi en 49 ap. J.-C. pour être le précepteur du jeune Néron, fut son conseiller politique de 54, lorsque celui-ci devint empereur, à 62. En 65, impliqué dans la conspiration des Pisons, il fut contraint à se suicider.

27 Barea Soranus, stoïcien contemporain de Sénèque, mis à mort par Néron (voir Tacite, Annales, livre XVI, 21, 23 et 30-33).

28 Glose non signalée.

29 Référence aux trois Parques Klotho la fileuse, Lachésis qui tire le fil et Atropos qui le coupe.

30 D'après un proverbe grec exprimant l'incompétence par la comparaison avec « l'âne devant la lyre ».

31 Le proverbe figure bien en grec (quelques mots seulement) dans le texte latin à côté, mais non dans le texte français.

32 Glose non signalée.

33 Glose non signalée.

34 Le texte a te pour de.

35 Platon, République, Livre VI, 473 d : « Tant que les philosophes ne seront pas rois dans les cités, ou que ceux qu'on appelle aujourd'hui rois et souverains ne seront pas vraiment et sérieusement philosophes [...], il n'y aura de cesse [...] aux maux des cités, ni, ce me semble, à ceux du genre humain » (trad. R. Baccou, GF Flammarion, Paris, 1966, p. 229).

36 Conigastus ou Cunigastus : homme puissant de l'entourage de Théodoric. Dans le recueil de lettres publiées par Cassiodore, on trouve une lettre du roi Théodoric à ce personnage (Cassiodore, Van, lib. VIII, epistola XXVIII, in P. L., t. LXIX, c. 759-760).

37 Glose non signalée.

38 Triguilla : préfet du palais de Théodoric.

39 Glose non signalée.

40 Glose non signalée.

41 Glose non signalée.

42 Glose non signalée. Comme l'indique G. M. Cropp, ce commentaire est très intéressant pour dater la rédaction des gloses. En effet, la gabelle du sel a été « instituée comme un droit domanial par les ordonnances du roi Philippe VI (1341-M3) » (« Les gloses... », art. cit, p. 369). Elle fut ensuite supprimée en 1346, rétablie en 1356, supprimée de nouveau en 1380 pour être rétablie pour longtemps en 1383. Cropp en conclut : « [C'est] surtout pendant la deuxième moitié du XIVe siècle [que] le parallèle a dû sembler très approprié ».

43 Opilio et Gaudentius dans le texte de Boèce.

44 Voir supra, note 25.

45 Caligula, fils de Germanicus, empereur de 37 à 41 ap. J.-C.

46 Notre manuscrit a ses pour tes. Nous proposons cette lecture d'après le texte de Boèce et la traduction de Jean de Meun (éd. Dedeck-Héry, p. 179, ligne 105). Ce familier de Boèce est sans doute Platon qui traite ce sujet au Livre X des Lois.

47 Glose non signalée.

48 Erreur vraisemblable pour contre.

49 Erreur vraisemblable çom grant.

50 Glose non signalée. Le proverbe est répertorié dans le recueil de Joseph Morawski, Proverbes français antérieurs au XVe siècle, Paris, Champion, coll. « CFMA », no 1411.

51 Glose non signalée.

52 La maxime pythagoricienne donnée par Boèce est en fait : « Laisse-toi guider par Dieu ». La transposition qui en est faite ici rappelle Deutéronome, XIII, 1-4 et Matthieu, VI, 24 (« Nul ne peut servir deux maîtres »).

53 Glose non signalée.

54 Froit, variante de frait ( = « rompu », « brisé »). Le dictionnaire Godefroy cite d'ailleurs pour ce mot une expression identique à celle que nous trouvons ici, extraite de la Chronique des rois de Normandie de Benoît de Sainte-Maure : « De bien fait m'unt rendu col frait » (édition Michel, II, v. 13152).

55 Glose non signalée.

56 Terme obscur.

57 Les Trente Tyrans : profitant de la fin de la guerre du Péloponnèse (404 av. J.-C.), les Athéniens qui soutenaient le principe oligarchique renversèrent la démocratie et obtinrent la nomination d'une commission de trente personnes chargée d'élaborer une nouvelle constitution. Ce gouvernement des Trente se révéla tyrannique et sanguinaire et fut bientôt remplacé par une oligarchie modérée avant que la démocratie ne fut à nouveau rétablie.

58 Glose non signalée, intéressante en ce que le terme librairie (empranté au latin impérial libraria « bibliothèque », pluriel pris comme féminin singulier de librarium, neutre tiré de l'adjectif dérivé de liber) semble d'apparition très récente. Le Dictionnaire historique de la langue française d'Alain Rey date la première occurrence de 1365. Jean de Meun traduisait le terme latin par « [l'] aumaire ou [la] chambre » (éd. Dedeck-Héry, p 183, ligne 21).

59 Mot illisible sur notre manuscrit

60 Apocalypse, Prologue, I, 8.

61 Le nombre .IIII. ne comporte pas ici les 2 points d'encadrement de l'écriture des nombres en chiffres romains au Moyen Âge.

62 Du grec hulê = matière.

63 Le grec de la maxime socratique est quelque peu estropié, mais c'est bien elle que cite Juvenal dans ses Satires (XI, v. 27-28) : « E caelo descendit gnoti seauton/figendum et memori tractandum pectore... » (« C'est du ciel qu'est descendu le " connais-toi toi-même " ; il faut le graver dans son coeur, le méditer constamment... »).

64 Cette proposition introduite par que n'a pas un sens bien clair, alors que chez Boèce, il s'agit d'une tournure impérative : « N’aie donc pas peur » (trad. Colette Lazam, p. 67).

65 Ce début de phrase reprend le discours là où il avait été laissé un peu avant que ne commence la glose.

66 Glose non signalée.

67 Glose non signalée.

68 Erreur probable pour l'infinitif dessevrer.

69 Glose non signalée.

70 La glose en latin semble renvoyer à l'image de la roue de Fortune qui ouvre le livre II, mais il s'agit dans notre manuscrit du folio 22 v.

71 Dans cette occurrence comme dans celle que l'on trouve trois lignes plus bas, il est préférable de lire sa fille.

72 Crésus, dernier roi de Lydie. L'oracle ambigu qui l'enhardit à attaquer Cyrus, roi de Perse, est : « Si tu traverses le fleuve Halys, tu détruiras un grand royaume » (Dict, de l’Antiquité, Université d'Oxford, Paris, 1993, p. 263). C'est Némésis qui l'entraîne dans son expédition contre Cyrus pour le punir de l'orgueil qu'il tire de sa richesse et de sa puissance (Pierre Grimal, Dict, de la mythologie grecque et romaine, Paris, 1996, p. 312). Jean de Meun avait repris ce passage sur la pluie libératrice pour Crésus dans Le Roman de la Rose (vv. 6485 sqq) ; quant à Phanie sa fille - et à ses prédictions-, elle intervenait aux vv. 6509 sqq. (Rappelons que nos références au Roman de la Rose renvoient à l'éd. d'Armand Strubel, dans la collection « Lettres Gothiques »). Selon G. M. Cropp, malgré la proximité des textes, la glose qui met longuement en scène l'orgueilleux Crésus qui ne veut pas écouter les sages conseils de sa fille Phania, « ne doit rien [...] à Jean de Meun, mais traduit l'interprétation de Guillaume de Conches » (G. M. Cropp, « Les gloses... », art. cit., p. 374). Voir aussi supra, « Etude des gloses », p. XLIII.

73 Paul Émile (230-160 av. J.-C.), vainqueur du roi de Macédoine Persée à la bataille de Pydna (en 168).

74 Ce mot, que l'on trouve dans d'autres manuscrits de la traduction glosée de Boèce, serait en fait une déformation du terme tragoediarum utilisé par Boèce (voir G. M. Cropp, « Les gloses... », art. cit., p. 374 et supra, « Etude des gloses », p. XLIII.).

75 Glose non signalée, qu'il serait plus logique de placer à la ligne précédente, après nugedres.

76 Homere, Iliade, chant XXIV, v. 527. Les deux tonneaux de Jupiter figurent aussi dans Le Roman de la Rose, vv. 10635-10638

77 Glose non signalée.

78 Le texte a on pour en.

79 Glose non signalée.

80 Glose non signalée.

81 Le texte a ses pour tes.

82 Ces trois premières lignes de texte sont écrites en caractères de glose.

83 Il est préférable de placer ces trois mots à la fin de la question qui suit.

84 Ces cinq lignes sont écrites par erreur en caractères de glose.

85 On lit autres, mais il s'agit d'une erreur du copiste pour ancres (cf. le texte latin « anchorae »), terme utilisé pour prolonger la métaphore filée de la tempête. Idem pour l'autre occurrence de autres dans la phrase suivante. Cf. en outre le pronom de rappel elles dans la phrase suivante.

86 Glose non signalée.

87 Glose non signalée.

88 Texte à rapprocher de la parabole de la maison dans Matthieu, VII, 24-29.

89 Cf. encore Le Roman de la Rose, vv 11273 sqq, particulièrement le v. 11279 : li moiens a non souffisance.

90 Le texte a en pour et. Cf. le texte latin en face : « et vox... ».

91 Forme particulière de P6 de l'indic. pr. de pooir, qui, selon F. de La Chaussée (Initiation à la morphologie historique de l'ancien français, Klincksieck, 1989, p. 162), serait une forme dialectale de l'Est. Cette forme, qu'on rencontre aussi dans la scripta picarde (par ex. chez Guillaume de Machaut) est rare dans notre ms par rapport au fréquent peuent.

92 Le texte a qui pour que.

93 Glose non signalée.

94 Ce proverbe est répertorié dans le recueil de J. Morawski, op. cit, no 2080.

95 Affirmation présente dans Le Roman de la Rose, vv. 17797-17799, où elle est suivie dim long développement sur ce que serait « la révolte des animaux » si, justement, ils ne se mesconnoissoientpar nature (v. 17799).

96 Ces idées sont développées dans Le Roman de la Rose, vv. 9043 sqq. Jean de Meun critique là surtout les femmes qui se parent et vont ainsi Dieu desprisant, le tenant pour non souffisant. Mais si les femmes excellent en la matière, sans faille, ausi est il des hommes (v. 9067). Pour une fois, la parité est respectée chez notre incorrigible misogyne !

97 Juvenal, Satires (X, 22) : « Cantabis uacuus coram latrone uiator » (« Le voyageur dont la poche est vide chantera au nez du voleur »).

98 Jean de Meun a écrit de beaux vers sur cet âge d'or perdu et cette espèce de péché originel que fut l'institution de la propriété ; cf. Le Roman de la Rose, vv. 9591 sqq.

99 Premier cas de numérotation problématique de notre ms, avec ce folio 33 bis, recto et verso ; cf. « Présentation du manuscrit », p. XXV.

100 Correction nécessaire si l'on veut une traduction plus fidèle au texte latin.

101 Voir supra, notes 25 et 44.

102 Busiris : dans la mythologie grecque, roi d'Égypte, fils de Poséidon, qui, afin de mettre fin à une période de sécheresse, sacrifia aux dieux tous les étrangers qui arrivaient dans son royaume. Héraclès le tua, ainsi que son fils et tous ses gens (Dictionnaire de l’Antiquité, Université d'Oxford, p. 163).

103 Le texte a le pour se.

104 Marcus Atilius Regulus : général commandant l'expédition romaine en Afrique lors de la première guerre punique en 256 av. J.-C. Après avoir vaincu les Carthaginois, il leur proposa des conditions totalement inacceptables lorsque ceux-ci voulurent négocier. Ils reprirent alors la guerre et vainquirent les Romains. Regulus fut fait prisonnier (255) et les Carthaginois l’envoyèrent à Rome avec mission de négocier la paix : il s'était engagé à revenir à Carthage s'il échouait. Au mépris de son propre sort, il persuada les Romains de continuer la guerre, puis revint à Carthage où il fut mis à mort dans d'horribles tortures. Horace célèbre son héroïsme dans ses Odes (III, 5) et c'est à ce passage que renvoie la glose, malgré la déformation que subit le nom de l'auteur (Orosius).

105 Jean de Meun a quasiment traduit ce passage de Boèce en faisant référence à l'estoire (Le Roman de la Rose, vv. 6185-6246). Peut-être se souvient-il aussi de Tacite ou de Suétone, mais le souvenir de Boèce semble évident. La référence à Néron est récurrente chez ce dernier ; chez Jean de Meun, on la rencontre encore aux vv. 6409 sqq, qui racontent sa mort.

106 Erreur vraisemblable pour tuit, CS Pl. de l'indéfini to(u)t.

107 Le texte a que pour qui. Sur cette confusion fréquente des pronoms relatifs, cf. « Présentation du manuscrit », p. XXVII.

108 La référence à Macrobe au début de cette glose est justifiée par le fait que le Commentaire sur le songe de Scipion contient une description de la terre selon cette division en cinq zones et qu'en outre des mappemondes à cinq zones accompagnaient souvent les manuscrits contenant cette œuvre. Il s'agit du reste d'un texte néoplatonicien très exploité par l'école de Chartres, dont l'un des maîtres fut Guillaume de Conches, auteur des gloses latines du livre de Boèce, que notre glossateur se contente en grande partie de traduire. Ajoutons que Guillaume écrivit aussi des gloses sur cette œuvre de Macrobe (voir L. G. Donovan, Recherches sur le Roman de Thèbes, Paris, Sedes, 1975, p 226-227).

109 Marcus Tullius Cicero = Cicéron. L'œuvre de Cicéron à laquelle il est fait ici référence est le Songe de Scipion, qui faisait partie du Livre VI de la République. Ce livre ne nous est pas parvenu mais le Songe de Scipion nous a été conservé dans le commentaire qu’en donne Macrobe (éd. J. J. Dubochet, Paris, 1845).

110 II est intéressant de noter qu'ici, c'est le toponyme mous Cospiens qui constitue une glose du texte latin : celui-ci ne contient en effet que la mention des monts du Caucase. La disposition adoptée par le traducteur glossateur qui préfère introduire d'abord la référence aux Monts Caspiens, avant celle du Caucase, pourrait donc indiquer que ce toponyme est plus familier que le second. Le passage du Songe de Scipion auquel se réfère le glossateur est le suivant : « Nam ex his ipsis cultis notisque terris, num aut tuum aut cujusquam nostrum nomen ultra Caucasum hunc, quern cemis, transcendere potuit, vel ilium Gangem transnatare ? ».

111 Glose non signalée. En fait, Boèce parlait des Parthes, auxquels le traducteur a substitué ceulx de Perse, référence actualisée par la glose c'est a dire les Turcs.

112 Glose non signalée.

113 Gaius Fabricius Luseinus, deux fois consul, se distingua dans les guerres des Romains contre Pyrrhus (280-272 av. J.-C.) et fut célèbre pour l'austérité de ses moeurs et son incorruptibilité. La glose est intéressante en ce que notre copiste remarque, “à voix haute” pour ainsi dire, la divergence entre le texte de Boèce et la traduction qu'il utilise. Or la substitution de Platon à Fabricius a sans doute été opérée par le traducteur avec l'intention d'évoquer un personnage bien connu de tous, un autre élément parmi d'autres pour confirmer sa destination à un public laïc.

114 Lucius Junius Brutus devint consul en 509 av. J.-C. après avoir rejeté le gouvernement des rois étrusques sur Rome. Quand Lucrèce fut violée par le fils de Tarquin, Brutus réunit le peuple et obtint le bannissement de la famille des Tarquins. Célèbre pour sa justice rigoureuse : il fit mourir ses deux fils qui travaillaient à la restauration des Tarquins.
Caton « l'Ancien » ou « le Censeur » (234-149 av. J.-C.) occupa diverses charges politiques et s'appliqua à réformer les mœurs relâchées de la noblesse romaine. C'est sans doute en vertu de ce dernier trait que notre glossateur fait de Caton un fondateur de lois.

115 Psaumes, XXII, 4.

116 Psaumes, LXXXVII, 17.

117 Ce thème des vrais amis qui se révèlent dans le malheur est amplement développé dans Le Roman de la Rose, aux vv. 4699 sqq et surtout dans le long passage de quelque 104 vers qui commence en 4835. Cf. encore les vv. 8020 sqq.

118 Ces deux mots manquent dans le manuscrit

119 Glose non signalée.

120 Nous corrigeons le texte en supprimant le groupe de mots avoye et, erreur du copiste par anticipation de ce qui suit.

121 Glose non signalée.

122 Glose non signalée.

123 Le texte a bien s'ensuit, erreur probable pour s'enfuit, lecture qui permet de donner un minimum de sens à ce passage confus.

124 Glose non signalée.

125 Jean de Meun, habituellement si fidèle à Boèce, transforme un peu cet exemple, puisque l'oiseau captif de Boèce chante lorsqu'il retrouve la liberté, alors que celui de Jean de Meun chante en cage, donnant l'illusion d'être heureux, alors qu'il est surtout nostalgique. Cf. Le Roman de la Rose, vv. 13945 sqq.

126 Catulle, Poésies, 52, 2 : « Nonius le scrofuleux siège sur une chaise curule ». Ce personnage serait Nonius Asprenas, qui venait d'être élevé à l'une des magistratures curules, au moins à l'édilité.

127 Dans le recueil de lettres publiées par Cassiodore, on trouve une lettre du roi Théodoric à Decoratus (Cassiodore, Var., liber V, epistola 31, in P. L, t. LXIX, c. 665-666).

128 Le texte a de au lieu de a (3ème pers. de l'indic. pr. du verbe avoir).

129 Glose non signalée.

130 Selon les identifications proposées par G. M. Cropp (« Two historical glosses in Le Livre de Boece de la Consolation », New Zealand Journal of French Studies, vol. 2/2,1981, p. 6), ces rois qui connurent tous une fin tragique seraient : Edouard II d'Angleterre (1284-1327), André de Hongrie, roi de Naples (1324-1345) et Jacques II, roi de Majorque (1315-1349).

131 Cet exemple renvoie à l'histoire de Damoclès : ce courtisan de Denys 1er l'Ancien de Syracuse affirmait que la condition de tyran était bienheureuse ; Denys, afin de le détromper, l'invita à un banquet et le fit asseoir sous une épée suspendue par un seul crin de cheval, afin qu'il mesure le caractère précaire de ce bonheur. Notons que dans le texte de Boèce le nom du tyran n'est pas précisé. C'est le glossateur qui l'ajoute, mais il se trompe en l’identifiant à « un roy des Rommains ».

132 Glose non signalée.

133 A qui se réfère le premier ? Le second est celui que nous connaissons bien et qui a été évoqué plus haut : Lucius Domitius Claudius, dit Néron, empereur romain de 54 à 68 ap. J.-C. Saint Pierre meurt martyr à Rome en 64 et saint Paul en 67.

134 Il s'agit du célèbre juriste romain Papinien, mis à mort par l'empereur Caracalla (surnom d'Aurelius Antoninus) en 212 ap. J.-C. pour avoir refusé de le défendre auprès du Sénat après son fratricide (Caracalla avait en effet assassiné son frère Géta).

135 En 62, Sénèque, ayant mesuré son impuissance face à l'évolution du comportement de Néron, lui demanda la permission de se retirer et quitta Rome. Mais en 65, impliqué dans la conspiration des Pisons, il fut contraint au suicide.

136 Pierre de la Brosse, chambellan de Philippe le Hardi, fut arrêté en 1278 et pendu. Enguerrand de Marigny, surintendant des finances de Philippe le Bel, fut mis à mort le 30 avril 1315 sur ordre de Charles de Valois. Gérard de la Guette (et non Guillaume, comme l'indique notre texte), surintendant lui aussi, fut accusé d'avoir puisé dans le trésor royal lors de l'accession au trône de Charles IV : il meurt sous la torture en 1322. Pierre Rémy, trésorier de Charles IV, fut emprisonné en 1326 et pendu en 1328. Jourdain de l'Isle, noble gascon, fut condamné à la pendaison en 1323 pour sa vie désordonnée. Henry Tappel (en réalité Tapperel), préfet de Paris, fut pendu en 1320 pour avoir substitué un pauvre bougre à un homme riche qui avait été condamné à mort. Olivier III, sire de Clisson, noble breton, fut accusé de trahison en 1343 et décapité sur ordre de Philippe VI. Enfin, Raoul de Brienne, comte d'Eu et connétable de France, accusé de trahison, fut emprisonné et décapité le 19 novembre 1350. Sur ces personnages, voir G. M. Cropp, « Two historical glosses... », art. cit., p. 7-12.

137 Nous proposons de lire deviennent plutôt que demeurent, pour le sens et en raison de la quasi similitude de la graphie.

138 Glose non signalée.

139 Euripide, Andromaque, v. 319-320.

140 Erreur pour Tarquinius.

141 Au sujet de Lucius Junius Brutus, voir supra, note 114.

142 Cette glose marginale ne semble pas être de la main de notre copiste.

143 Le texte a le pour la.

144 Le texte a laissier pour laissiez.

145 Le texte de Boèce parle en réalité de Lyncée. Personnage de la mythologie qui appartient à la race des Perséides : il prit part à la chasse de Calydon, à l'expédition des Argonautes, ou il fut utilisé pour sa vue perçante (ainsi, il était capable de voir à travers une planche de chêne), et à la lutte contre les Dioscures. Le Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine de Pierre Grimai qui fournit ces informations n'indique toutefois aucune source concernant ce personnage dans l'oeuvre d'Aristote (p. 270). Le Roman de la Rose reprend ce passage, avec référence explicite à Boèce, rappel de sa référence à Aristote et même faute de lecture que dans notre traduction sur Lyncée devenu lynx (lins) (vv. 8946 sqq).

146 Pline, au livre XXXVII de son Histoire naturelle, consacré aux pierres précieuses, parle de la pierre lyncurium (étymologiquement « urine de lynx ») qui se forme à partir de l'urine de lynx et qu'il associe à l'ambre (11, 34). Dans son Poème des pierres précieuses, Marbode (1035-1123) donne cette origine à une pierre nommée « rubellite » : « Ce qui s'écoule de la vessie du lynx se transforme en une pierre qu'on appelle la rubellite et qui est un "calcul" très précieux. On croit, en effet, que les lynx aussi en ont bien conscience et s'efforcent de recouvrir le liquide à peine émis en accumulant sur lui une masse de sable, sans doute par malveillance, pour qu'il ne soit pas à notre disposition » (Marbode, Poème des pierres précieuses, trad. P. Monat, éd. J. Millon, Paris, 19 %, p. 44). Sur le lynx, voici ce que rapporte le Bestiaire Ashmole 1511 de la Bodleian Library d'Oxford (Ph. Lebaud) : « Il est une bête appelée lynx, lincis, qui fait partie de la race des loups. C'est une bête au pelage bigarré comme le pard mais qui ressemble au loup. On raconte que son pissat se cristallise et se pétrifie en une pierre très précieuse que l'on appelle lyncurius ; et les lynx sont parfaitement conscients de la chose, comme le prouve ce qui suit : après s'être délestés à n'en plus pouvoir, ils ensevelissent leur pissat dans le sable. Leur haine toute viscérale pour le genre humain est telle qu'ils se refusent à ce que l'homme profite de leur excrétion. »

147 Lespiade est la forme médiévale courante pour Alcibiade.

148 Alcibiade (450-404 av. J.-C.), politicien athénien réputé pour son aspect et ses talents. Il fut le disciple et l'ami de Socrate et apparaît dans le Banquet de Platon. Comme l'atteste encore le Testament de François Villon (v. 331), les auteurs du Moyen Âge le prirent pour une femme, et il est probable que ce soit justement la mauvaise interprétation de ce passage de Boèce dédié à la beauté qui fut la source de cette erreur. Voir E. Langlois, « Archipiada », Mélanges C. Wahlund, Mâcon, 1896, p. 173-179 et supra, « Boèce... au Moyen Âge », note 22, p. IX.

149 II s'agit peut-être d'une forme du participe passé de ascondre.

150 Platon, Timée, 27 c : « Tous ceux [...] qui ont la moindre parcelle de sagesse, quand ils sont sur le point d'entreprendre une affaire, grande ou petite, invoquent toujours une divinité » (trad. L. Brisson, Garnier-Flammarion, Paris, 1992).

151 Sur les quatre causes, cf. Aristote, Physique, II, 3 et Métaphysique, Δ, 7.

152 Sur le premier moteur, cf. Aristote, Physique VIII, 10 et Métaphysique, Δ, 7.

153 Erreur manifeste du copiste pour quatre.

154 Le texte a fait pour fais.

155 Jean, Prologue, 1,4.

156 Tu numeris elementa ligas, dit Boèce, Livre III, Mètre IX.

157 Le texte latin correspondant à ce vers conduit à supposer une erreur du copiste concernant l'ordre des mots. Il faudrait lire : Ung garde a soy quanque revient.

158 II n'est malheureusement pas possible de citer tout le beau passage du Roman de la Rose (vv. 16733 sqq) qui raconte, en synthétisant la Genèse, Platon, Aristote et, naturellement, Boèce, la création du monde par un dieu aimant et... géomètre, Cil dieus, qui de hiauté hahonde,/< et qui > Quant il très hiau fist cest biau monde/Dont il portait en sa pensee/La belle forme porpensee/[...] de néant fist tout saillir/ < lui > en cui riens ne fiuetfaillir ;/N'ainc riens ne l'esmut a ce faite/Fors sa volenté débonnaire,/Large, cortoise, sans envie,/Qui fontaine est de toute vie. Puis intervint le géomètre qui devisa par parties ce monde d'abord informe, et tout par nombres assoma, puis mit chaque élément en son heu naturel, - couvenable, dit le texte -, ordonnant tout par droit compas, par droite espace. Et tout, maintenant, en ce beau monde, tourne rond... sauf l'homme !

159 Le texte a bien divim.

160 Glose non signalée.

161 Glose non signalée.

162 On peut lire vives ou unies. Connue le texte latin associe les deux notions, et que l'unité est ici explicite, il nous a paru préférable d'opter pour vives.

163 Glose non signalée.

164 Cette incise inaugurale est aberrante. Il faut donc comprendre : Qui estoit la fin de toutes choses, dist elle.

165 Cf. le célèbre texte sur l'esclave et la duplication du carré dans le Ménon, par exemple dans la trad, de Monique Canto-Sperber, Paris, GF-Flammarion, 81d-86b.

166 Ce proverbe n'est pas répertorié dans le recueil de Morawski.

167 Ovide, Metamorphoses, I, 151-162.

168 Ce développement avait été repris par Jean de Meun dans Le Roman de la Rose, aux vv. 6289 sqq, avec trois références à l'escripture, présentée comme auctorité.

169 Glose non signalée.

170 Glose non signalée.

171 Ovide, Métamorphoses, Livre X, vv. 1-85

172 Les folios 68 et 68 v sont d'une autre main que le reste du manuscrit.

173 Glose non signalée.

174 Glose non signalée.

175 Glose non signalée.

176 Glose non signalée.

177 Cellules, chambres, habitations...

178 Dans Le Roman de la Rose (vv. 5021-5036), Jean de Meun avait développé ce thème de l'âme exilée en ce monde aspirant à rejoindre sa vraie patrie. Il le faisait en référence à Pythagore et à ses Vers Dorés d'une authenticité douteuse, mais aussi en référence à Boèce et à son ouvrage de confort - « notre » Consolation - dont il regrettait qu'aucun clerc n'eût encore pris la peine de le traduire, pour le plus grand bien des laïcs. C'est sans doute devant la défaillance obstinée de ses pairs que Jean de Meun, bien plus tard, s'est attelé à la tâche...

179 Cette réplique de Philosophie, et celle de Boèce qui la suit, sont omises par le copiste dans le cours du texte, par saut du même au même ; elles sont appelées par une note en bas de page, dont le contenu est restitué dans notre texte.

180 Glose non signalée.

181 On attendrait plutôt et.

182 Glose non signalée.

183 Saint Augustin, Confessions, VII, 12 : Omnia, quae corrumpmtur, privantur bono. Si autem omni bono privabuntur, omnino non erunt... Ergo si omni bono privabuntur, omnino nulla erunt : « Tout ce qui se corrompt est privé d'un bien. Et qu'une chose vienne à être privée de tout bien, ce sera le néant... Donc être privé de tout bien, c'est le néant absolu. »

184 Il doit là manquer une réplique de Boèce ; dans l'édition de V. L. Dedeck-Héry, il intervient même deux fois pour approuver (p. 238, 11. 116-117).

185 Langaige, très péjoratif ici, comme il peut l'être, semble devoir être pris au sens élargi de (mauvaise) manière ; Dedeck-Héry a en com grant ordure li mauvais sont tourné.

186 Le texte a bien soy pour soit.

187 Glose non signalée.

188 Il paraît préférable de lire : et tous beneurez sont Dieu.

189 Glose non signalée.

190 Passage présent aussi dans Le Roman de la Rose, à la suite du développement sur le mal <qui> est néant, aux vv. 6316 sqq, avec, cette fois, référence à la lettre.

191 Tout ce passage de glose, depuis Moralité, est en caractères de texte dans le manuscrit. Nous corrigeons.

192 Ovide, Métamorphoses, XIV, 257-295.

193 Glose non signalée

194 Qui est mis là pour cui, complément de nom de maleurté.

195 À partir de ses, on passe au singulier...

196 Glose non signalée.

197 Glose non signalée.

198 Psaumes (« de David »), 72, 12 dans la Vulgate latine, 73 (72), 12 dans « nos » éditions de la Bible.

199 Le texte a bien Ouise pour Ourse (cf. note suivante).

200 La vision du ciel étoilé de notre glossateur ne brille pas par sa précision. Il mentionne donc sans doute le grand chariot, c'est-à-dire la Grande Ourse (ici Ouise), désigné sous le nom de « char de saint Martin », dans lequel il semble inclure la Petite Ourse (l'autre qui est moindre). Quant à Archirus, notre Arcturus, c'est une géante rouge, étoile très brillante, visible à l'œil nu, de la constellation du Bouvier, Bootes, nommé Boetes dans notre texte. Etoiles et constellations sont mises sur le même plan, et ces dernières sont mal distinguées les unes des autres. Dans toute cette confusion, les sources de notre apprenti astronome sont difficilement identifiables...

201 Le texte a bien bacin ; peut-être faut-il comprendre le bucin ( ?).

202 Ce vers n'appartient pas au texte de Boèce, où le glossateur l'a inclus, ce qui est exceptionnel dans les parties versifiées, où les brèves gloses sont en regard du texte.

203 Même développement sur l'attitude des "naïfs" devant les éclipses dans Le Roman de la Rose, vv. 18943 sqq.

204 Cette « didascalie » n'est pas graphiquement distinguée du texte.

205 Ovide, Métamorphoses, IX, 69 sqq.

206 Le texte a ses pour les.

207 Pour arriver au total de 6, sans doute faut-il dédoubler la mutacion en aller et retour...

208 Le texte a bien teste !

209 Qui pour cui = « pour qui ».

210 Glose non signalée

211 Le texte a Philosophie pour Glose.

212 Il s'agit là de saint Grégoire le Grand, qui fut pape, et qu'il ne faut pas confondre avec Grégoire de Tours que nous évoquerons plus loin. Très célèbre au Moyen Âge pour ses Moralia in Job, il est mentionné ici pour ses Dialogues stales miracles des Pères d'Italie, qui contiennent tout un livre consacré à saint Benoît. Cf. La Légende dorée de J. de Voragine, Paris, nrf, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2004, p. 288, 1182 sqq (note) et 245 sqq sur saint Benoît.

213 Glose non signalée.

214 Exode, 20, 17 ; Deutéronome, 5, 21.

215 Lucain, Pharsale, I, v. 128 : Victrix causa deis placuit, sed vida Catoni (« La cause du vainqueur plut aux dieux, mais celle du vaincu à Caton. »).

216 Glose non signalée.

217 La Légende dorée, op. cit., p. 171 sqq et 1142 sqq (note), raconte la vie de cinq personnages prénommés Julien (quatre saints et... l'Apostat). Mais le martyrologue romain en compte une trentaine... Celui de notre ms ne semble pas appartenir à la Légende dorée ; quel qu'il soit, il n'est pas l'Hospitalier cher au cœur des Normands grâce à Flaubert et au beau vitrail de la cathédrale de Rouen qui a inspiré sa Légende. Pourrait-il être saint Juhen de Brioude, martyr, à qui Grégoire de Tours a consacré un texte racontant ses miracles ? Le texte de la glose ne permet guère de trancher.

218 La Légende dorée, op. cit., raconte comment l'empereur Domitien convoqua Saint Jean, apôtre, devant la porte Latine et le fit jeter dans une cuve d'huile bouillante dont il sortit [...] indemne. Sa mort est racontée p. 76 : Il fit creuser une fosse carrée près de l'autel [...]. Il descendit alors dans la fosse, tendit ses bras vers Dieu en le priant, et une intense lumière le déroba aux yeux humains.

219 On attend croissent.

220 Matthieu, 26, 33 ; Marc, 14, 31 ; Luc, 22, 33 ; Jean, 14, 37.

221 On attend le pluriel, puisque tourment est repris par ilz.

222 Livre de Job - bien connu - et Livre de Tobie, Liber Tobiae dans la Vulgate en latin, qui raconte l'histoire de Tobit, le père, et de son fils Tobie, recompenses par Dieu pour leur foi et leurs mérites, après de rudes épreuves familiales.

223 Il s'agit de la prophétesse Miryam en hébreu et dans la traduction moderne de la Bible de Jérusalem. La Vulgate en latin la nomme Maria et ajoute prophetis soror Aaron. Cf. Exode, 15, 20-21, et surtout, pour sa lèpre, Nombres, 12, 1-16 ; accessoirement 20,1, pour sa mort

224 Matthieu, 9, 27-31 ou 20, 29-34 ; Marc, 8, 22-26 ou 10, 41-45 ; Luc, 22, 25-27.

225 Jean, 11, 1-44.

226 Premier Livre des Maccabées, 1 (pour sa profanation du temple) et 6 (pour sa mort douloureuse).

227 La Légende Dorée, « Les Innocents », p. 80-82.

228 Genèse, 37, 12-36 ; 41, 53-57 ; 42, 1-24. L'histoire de Joseph apparaît aussi dans Le Roman de la Rose, vv. 17665 sqq.

229 Homere, Iliade, XII, vv. 176 sqq.

230 Le manuscrit semble bien avoir fuit, ce qui produit une phrase incohérente ; nous proposons de lirefait, qui correspond davantage au texte latin.

231 Sans doute faut-il entendre gouverne en comme gouvernant.

232 Tine = cuve, baquet, tonneau. Voilà une image surprenante destinée sans doute à évoquer « le mouvement circulaire des sphères » (Macrobe, Commentaire sur le songe de Scipion..., op. cil, Livre II, ch. I, P 73), ou l'orbem terrarum de saint Augustin (De Genesi ad litteram, Livre III, I, 1, Paris, Desclée de Brouwer, 1972, p. 214-215).

233 Glose non signalée.

234 Glose non signalée.

235 Le syntagme de louyer est rejeté après la citation latine..

236 3ème personne du singulier du passé simple de galcrer = vaucrer, « voguer ».

237 Enrourta : Godefroy donne enroorter, « lier, attacher, entortiller ».

238 Notre texte contredit le texte latin ; il faut comprendre « sans paresse ».

239 Le Livre II de la Physique d'Aristote est consacré à ce problème du « hasard », produit d'une causalité particulière.

240 Erreur de pagination dans le manuscrit.

241 Gours = gort, gorc : « cascade, torrent ».

242 On attend plutôt nefz, qui serait encore une forme aberrante pour nez, CR PL de nef ; cf, page suivante sersz.

243 Glose non signalée.

244 Homere, Iliade, VII, 277.

245 Glose non signalée.

246 Sur la reprise par Jean de Meun dans Le Roman de la Rose, vv. 17105 sqq, de la démonstration qui occupe le Livre V, selon laquelle la préscience divine est compatible avec la liberté humaine, cf. introduction p. XXXIII-XXXVII. Rappelons que cette question a été anticipée depuis le début de la Consolation, mais particulièrement au Livre IV, par le problème que pose l'existence du mal dans un monde régi non par un aveugle hasard mais par la Providence, ainsi donc que par le thème de l'apparente injustice de Dieu, que réfute aussi Jean de Meun.

247 Le texte a qui pour qu'il.

248 Voir infra, note 251, p. 161

249 Ce passage en caractères droits a été oublié par le copiste et rajouté dans la marge (saut du même au même).

250 Il doit y avoir encore là un saut du même au même, qui produit une contradiction interne.

251 Il s'agit là d'un bel exemple de fausse référence, conséquence vraisemblable d'un mode de fonctionnement fondé exclusivement sur la mémoire. En effet, au Livre XIV des Métamorphoses, OVIDE raconte bien les aventures d'Ulysse chez Circé, mais il ne s'intéresse guère qu'à la métamorphose réversible de ses compagnons en porcs. Il n'est pas question du conseil qu'elle donne à Ulysse de consulter Tirésias. C'est à Horace que cet épisode fait allusion (Sermonum Liber, II, 2, 5). À la décharge du glossateur, Tirésias apparaît aussi dans Les Métamorphoses, mais au Livre III, où Junon le frappe de cécité avant qu'en compensation Jupiter lui accorde le don de prophétie. Ajoutons qu'il est également nommé - seulement nommé - au Livre VI, comme père de la prophétesse Manto.

252 Glose non signalée.

253 Glose non signalée.

254 1ere Epitre de Saint Paul à Timothée, 6, 16. Il n'est pas explicitement question d'humble prière ni d'espérance dans ce passage sur la lumière divine inaccessible aux hommes, mais ces thèmes sous-tendent tous les écrits de saint Paul.

255 Glose non signalée.

256 Peut-être s’agit-il d'une allusion par antiphrase au v. 356 de la Satire X : mens sana in corpore sano ?

257 Cicéron, De Divinatione.

258 Il n'est pas exclu que le texte ait qncoires pour encoires, ce q- initial pouvant provenir par dilation du que complétif qui le précède. Nous corrigeons pour faciliter la compréhension.

259 Ouan : « alors, désormais ».

260 Le texte a maint pour mains, « moins » ; cf. 7 lignes plus bas.

261 Virgile, Bucoliques, I, 19-20 : Urbem quant dicunt Romani, Meliboee, putavi / stultus ego huic nostrae similem : "La ville qu'on appelle Rome, Mélibée, je me la figurais, / dans ma sottise, semblable à la nôtre."

262 Allusion furtive à la définition platonicienne de l'homme, mortel, pourvu de deux pieds et... dépourvu de plumes. Cette célèbre définition est sans doute connue de Boèce et de ses glossateurs par les Seconds Analytiques d'Aristote, où la définition est citée sans référence explicite à Platon, mais où la méthode dichotomique, dont chacun sait qu'elle est sienne, est contestée (cf. éd. de J. Tricot, Paris, Vrin, 1987, II, 5, 91 b-92 a, p. 179). Le destin de cette définition - et des critiques plus ou moins ironiques qu'elle a suscitées - mérite d’être rappelé : Diogène Laërce (Vie de Diogène, VI, XL) raconte que Platon a dû rajouter des ongles plats ( !) et, oubliant ces derniers, Montaigne (Essais, Livre II, ch. XII, « Apologie de Raimond Sebond », Pléiade, p. 526-527) et Pascal (De l'esprit géométrique, Pléiade, p. 579) se moquent tous deux d'une pareille.. non-information. Sans doute ne sont-ils pas les seuls.

263 3e et dernière erreur de pagination dans le ms.

264 Le texte a en pour ou.

265 Le texte a qui pour qu'ilz.

266 Il y a une barre de nasalisation, difficilement compréhensible, sur le –u- de nulz.

267 Platon n'a pas dit cela ; cf. le Timée ; expression maladroite ou erreur d'interprétation, l'erreur, que l'on retouve un peu plus bas dans une glose, remonte à Boèce (Migne, op. cit. col 895, 349, 10).

268 Le ms présente là un blanc.

269 Saint Augustin, Confessions, XI, 13 : Nec tu tempore tempora praecedis [...]. Omnia tempora tufecisti et ante omnia tempora tu es, nec aliquo tempore non erat tempus (« Ce n'est pas dans le temps que vous précédez le temps [...]. Tous les temps sont votre œuvre, vous êtes avant tous les temps et il ne se peut pas qu'il y eût un temps où le temps n'était pas. »)

270 Le passage « tu ne jugeras pas prescience comme des choses a avenir » est répété.

271 Tout ce passage de glose n'est pas signalé comme tel dans le manuscrit.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search