Version classiqueVersion mobile

La Consolation de la Philosophie de Boèce

 | 
Boèce

Introduction

Étude des gloses

Texte intégral

L’histoire des gloses

Les gloses latines et les gloses françaises

  • 1 Au Livre III. Voir notre manuscrit, p 89.

1En activité dans le deuxième quart du XIIe siècle (il meurt dans les années 1150), Guillaume de Conches compte parmi les professeurs les plus prestigieux de l’école de Chartres, pôle culturel majeur dans la première moitié du XIIe siècle. Comme ceux qui l’ont précédé (à commencer par son maître Bernard de Chartres) et comme ceux qui seront à leur tour ses disciples, il s’intéresse de près aux idées platoniciennes reprises par Boèce, qui se réfère volontiers à l’auteur du Timée, d’ailleurs, en toute logique, nommément cité à maintes reprises dans la traduction glosée française, où Philosophie l’appelle même « Platon, nostre amy »1.

  • 2 Cf. J. M. Parent, La Doctrine de la Création dans l’École de Chartres, Paris/Ottawa, Vrin/Publicati (...)
  • 3 Encore, lui aussi, cité dans les gloses françaises. Voir notre manuscrit, Livre II, p. 59.
  • 4 Cf. S. Lenormand, Guillaume de Conches et le commentaire sur le De Consolatione philosophiae de Boè (...)
  • 5 Cf. Ch. Jourdain, « Des commentaires inédits de Guillaume de Conches et de Nicolas Triveth sur La C (...)

2Guillaume de Conches rédige donc, probablement au début de sa carrière2, un commentaire latin de la Consolatio philosophiae où il systématise diverses gloses antérieures, dont celles de Macrobe3 (cité lui aussi dans la traduction française que nous éditons, à la fin du Livre II) et de Rémi d’Auxerre4, afin de montrer que doctrine chrétienne et philosophie grecque ne sont pas incompatibles. Son travail fera longtemps autorité, puisque, au XIVe siècle, Nicolas Triveth, dominicain anglais glossateur de Boèce, le désigne encore avec respect comme le « Commentator »5.

  • 6 Cf. Ibid, p. 16.

3Comme d’autre part Guillaume de Conches exerce les fonctions de précepteur au service des Plantagenets, il est un pédagogue de métier, pénétré de l’importance et de la dignité d’un rôle qu’il revendique avec fierté dans le Dragmaticon6. L’intérêt que lui inspire l’œuvre de Boèce est, de ce point de vue, révélateur : la Consolation, connue dans les milieux universitaires mais aussi chez les laïcs, est durant tout le Moyen Âge un des supports fondamentaux de l’enseignement, et, nous essaierons de le montrer, les gloses qui figurent dans notre manuscrit sont à considérer, prioritairement, en fonction de cette vocation pédagogique, qu’on retrouvera aussi dans les enluminures.

  • 7 G. M. Cropp, « Le Prologue de Jean de Meun et Le Livre de Boèce De Consolacion », Romania, t. 103, (...)

4Des traductions du texte de Boèce apparaissent au cours du XIIIe siècle. On peut les classer en deux grandes catégories : celle de Jean de Meun et celle d’un « Pseudo-Jean de Meun », qui reproduit en introduction de son texte le prologue rédigé par l’auteur du Roman de la Rose, sans doute pour s’abriter derrière une autorité reconnue et pour « rehausser la valeur »7 de son travail.

  • 8 « Famille » no 6 dans le classement effectué par M. Roques et A. Thomas.

5Cette seconde traduction, la plus répandue au XIVe et, surtout, au XVe siècle est, dès la seconde moitié du XIVe siècle, complétée par des gloses en français8. Généralement inspirées par le commentaire latin de Guillaume de Couches, vite devenu la référence en la matière, elles sont censées rendre plus intelligible l’œuvre de Boèce.

6On les retrouve dans le manuscrit « Leber 817 » possédé par la Bibliothèque municipale de Rouen, et leur présence est un indice capital de son appartenance à la catégorie des « pseudo-Jean de Meun », puisque plus des trois quarts des manuscrits de cette catégorie les font apparaître.

7Le premier angle d’attaque sur les gloses semble donc amener à une question de réécriture bien délimitée, la confrontation d’un texte et de sa source, question qui pourtant tourne court.

  • 9 Cf. S. Lenormand. op. cit., p. 72.
  • 10 P. 96.
  • 11 G. M. Cropp, « Les Gloses du Livre de Boece de Consolacion », Le Moyen Âge, t. XLII, 1986, no 3-4, (...)

8Il est bien sûr à peu près exclu que celui qui a copié notre texte soit l’auteur des gloses, qui figurent dans de très nombreux autres manuscrits. Mais il est également improbable qu’il ait eu sous les yeux le commentaire de Guillaume de Conches : bien que La Consolation soit encore reproduite dans sa langue originale au XIVe siècle (en témoignent aujourd’hui quatre manuscrits) et au XVe siècle (trois manuscrits)9, elle est, après les années 1350, surtout diffusée dans sa traduction glosée. Un indice probant indique que le manuscrit « Leber 817 » ne s’appuie que sur cette traduction. Lorsque, à la fin du Livre III, il s’abrite derrière l’autorité d’un commentaire (« Note cy, et est traict de la glose, que quant l’en parle de Dieu...10 »), il ne peut alors faire allusion à Guillaume de Conches, qui n’a quant à lui fait aucune observation à cet endroit du texte de Boèce11. La « glose », qui semble ici considérée comme une référence de poids, est manifestement un texte déjà traduit.

9Sans doute notre copiste reprend-il les gloses qu’il a trouvées dans un autre manuscrit, certes issues d’une traduction (première forme de réécriture) et d’une sélection de première ou de seconde main opérée dans le commentaire latin original, qui n’est pas reproduit in extenso en français (autre forme de réécriture, en l’occurrence inévitablement liée à la précédente). Mais ce travail de réécriture n’est vraisemblablement pas de son fait.

  • 12 D’après G. M. Cropp, il y a une étroite association « encore à la fin du XIVe siècle entre, d’une p (...)

10De toute façon, l’étude de cette réécriture qui devrait être systématique, est évidemment impossible dans le cadre limité d’une introduction. D’une part, elle entraînerait la reproduction exhaustive des textes latins censés avoir été les modèles du glossateur, ce qui est exclu pour des raisons matérielles. D’autre part, en toute rigueur, il faudrait déterminer, parmi eux. celui qui précisément a été la source des gloses reproduites dans le manuscrit. Et encore faudrait-il savoir, hypothèse peu vraisemblable mais à considérer malgré tout, si le copiste du texte ici édité a fait dialoguer sa source immédiate avec un autre, voire d’autres modèles français compilés12. Dans tous les cas, on dépasserait de beaucoup le cadre d’un projet à visée non directement érudite, qui se limite à la mise en valeur d’un fonds patrimonial.

  • 13 Voir G. M. Cropp, art. cit., Le Moyen Âge, p. 367-381.

11Une telle approche n’aurait probablement pas. de toute façon, apporté de grandes nouveautés, puisqu’une étude du rapport entre les gloses françaises du Livre de Boece de Consolacion et le commentaire latin dont elles sont issues a déjà été réalisée13.

12On se contentera donc, bien entendu en s’appuyant sur cette étude, d’utiliser les gloses du texte qui appartient à la Bibliothèque municipale de Rouen pour confirmer qu’il est bien une traduction du « Pseudo-Jean de Meun ».

Les gloses du « Pseudo-Jean de Meun » et les gloses du manuscrit

13Le commentaire latin sépare nettement le texte de Boèce et sa glose. On peut y voir un indice de l’importance attachée aux enseignements du Maître. Ils étaient sans doute trop sacralisés pour être l’objet d’interpolations susceptibles de troubler la perception d’une pensée dotée en elle-même d’une forte valeur pédagogique, dont il convenait en conséquence, ce qui n’était pas si courant, de respecter l’originalité.

  • 14 Cf. Ibid, p. 368.

14C’est ce qu’on retrouve dans les gloses françaises. Du point de vue de cette disposition matérielle, en l’occurrence facilitée par l’absence de référence au texte latin, celles qui figurent dans le manuscrit de la Bibliothèque de Rouen sont tout à fait représentatives de la famille du « Pseudo-Jean de Meun ». La présentation traditionnellement adoptée est respectée dans ses grandes lignes14 : en dehors de courtes gloses reproduites dans la marge, apparaissent des développements moins sommaires ou moins ponctuels, qui alternent avec le texte et sont le plus souvent signalés par les mots Glose et Texte, délimitant les deux ensembles avec une clarté acceptable.

  • 15 Par exemple à propos du ministre Conigaste (Livre I, p. 22. Idem pour les trois gloses suivantes).
  • 16 P. 132.

15Ils peuvent cependant être confondus15 et même, cas très particulier, dans un passage versifié. Ainsi « C’om clame le cher saint Martin »16 est un ajout au texte de Boèce, mais il se rattache syntaxiquement aux deux vers initiaux, interrompus par une longue glose en prose ; le glossateur a préféré assurer la continuité du poème plutôt que de signaler son ajout, trop bref et trop différent du commentaire qui le précède.

16Mais c’est évidemment dans la lettre des gloses qu’on trouve les faits les plus probants.

  • 17 Cf. Ibid, p. 376.
  • 18 P. 79.

17Le manuscrit « Leber 817 », là encore, s’inscrit dans la tradition du « Pseudo-Jean de Meun ». Par exemple, inversant l’ordre du commentaire latin17, il ne fait allusion à la mort de Sénèque (Note cy que cil Seneques, quant il vit qu’il le couvenoit [f. 49] mourir, il se saoula et en ung bain chault entra et des deux bras se fist saingner, et selon aucuns but venim18) qu’après avoir traité celle de Néron. Cette distribution de la matière est caractéristique, au même titre que la distinction opérée entre « pluisieurs Neirons » qui figure dans la glose précédente : notre manuscrit ne s’avise guère de la réduction du commentaire latin à de simples anecdotes dont la portée morale a été effacée ; il se contente de corroborer la leçon traditionnelle.

  • 19 P. 42.
  • 20 P. 58.

18Sa capacité critique est donc limitée. Certes, il se permet de petites modifications de détail qui semblent, avec des bonheurs divers, destinées à améliorer la clarté de l’exposé et sont donc typiques de la « posture pédagogique » qui guide les gloses, et à laquelle il paraît adhérer. Ainsi, dans les précisions apportées sur Crésus19, directement empruntées à Guillaume de Conches, il remplace en début de phrase « si » par « et » ou par « et puis » et renforce la cohésion textuelle en ajoutant un pronom de rappel (« Et puis luy avint... »). C’est une préoccupation semblable qui paraît le guider lorsque, dans la première glose sur Néron, il substitue « car » à « et » (« Car premièrement, il fist mettre le feu... »), manifestement pour mieux faire apparaître le rapport logique, ou lorsqu’il ajoute « moult » (« et dit que sa mere avoit esté moult belle »20), sans doute pour accentuer l’ignominie de l’empereur.

  • 21 P. 10.
  • 22 Cf. GM. Cropp, ibid., p. 371
  • 23 P. 43.
  • 24 Cf. G M Cropp, ibid., p. 374.
  • 25 P. 11.
  • 26 P. 13.

19Cependant, le plus souvent, il reproduit sans sourciller même les expressions obscures. Commentant, au début du texte, le portrait de Philosophie, « de trop grant vigueur, si estait elle de si grant [f. 4 v] aaige que nulz homs ne s’i prenoit21 », il reste prisonnier de la tradition et commence sa glose par « Non pas fardee ne d’aventure », difficile à comprendre si on ne se reporte pas au texte latin qui a été considérablement réduit22. Dans le même esprit, il emploie dans le corps du texte le mot « nugedres »23, étrange restitution, caractéristique des traductions glosées, du tragoediarum utilisé par Boèce et ici explicitée par la remarque classique « des gestes que chantent les jongleurs »24, cependant bizarrement rattachée au reste du développement, comme si le glossateur ne comprenait pas bien ce qu’il reproduit. D’une part, il ne remonte pas au texte de Guillaume de Conches, qu’il soit dans son adaptation française repris dans ses grandes lignes (par exemple dans la longue explication qui commence par « Note que science est divisée en deux parties »25) ou considérablement allégé (ainsi, l’annotation sur les quatre « espines des affections humaines » ou sur les sirènes26). D’autre part, il ne manifeste guère de recul, sur ni sur le texte, ni même sur les gloses qu’il retranscrit.

  • 27 P. 76
  • 28 Cf. G. M. Cropp, ibid., p. 376.
  • 29 Cf. Ibid., p. 377.
  • 30 P. 77.

20Tous les manuscrits n’en recopient pourtant pas scrupuleusement la totalité. Au moins celui de la Bibliothèque de Rouen est-il à cet egard assez méticuleux. Par exemple, il reproduit une précision sur Néron (« Note cy que cil Noiron avoit geu avec sa mere propre et avec sa seur, et se fardoit d’oignemens », [f. 47 v]27), qui est parfois omise ailleurs28 Dans le même esprit, il mentionne fidèlement l’anecdote sur Denys l’Ancien qui figure chez Guillaume de Conches, pourtant légèrement modifiée ou même purement et simplement oubliée dans certains manuscrits29 : « Exemple d’un des roys des Rommains qui ot non Denise le tyrant... » [f. 48]30. En revanche, il ignore une glose sur les relations entretenues par Démosthène et « une femme durement belle apelee Thays », alors qu’elle figure dans trois manuscrits atypiques, précisément à cause de cette mention.

21Bref, ses gloses en témoignent, le manuscrit « Leber 817 » possédé par la Bibliothèque de Rouen s’inscrit dans la tradition de la traduction réalisée par le « Pseudo-Jean de Meun ».

22Cependant, elles n’ont pas pour seul intérêt de confirmer la situation de ce manuscrit. En effet, elles se présentent comme une parole pédagogique dont on peut étudier rapidement le fonctionnement, en quelque sorte en se mettant à la place des lecteurs qui vivaient au XVe siècle et qui, pas plus que le copiste, ne se préoccupaient sans doute ni de la source latine ni de l’originalité d’un discours alors reçu comme tel, en synchronie.

Le fonctionnement des gloses

23Les gloses sont reprises d’un manuscrit à l’autre, de sorte que le terme « glossateur », dans la présentation qui va suivre, ne désigne pas une personne (et notamment pas le transcripteur du « Leber 817 », qui n’innove guère), mais l’instance énonciative qui, de traduction en traduction, assume le commentaire en prenant, fonctionnellement, une valeur similaire pour chaque lecteur de chaque époque.

  • 31 Livre II, p. 64. Cette glose est ensuite méthodiquement détaillée à l’aide de divers moyens phatiqu (...)

24Se développe en effet sur La Consolation mise en français une sorte de discours professoral, mimé par la multiplication des marques phatiques, dont la plus fréquente est « cy », le plus souvent intégré à la formule « Note cy », mais également inséré dans d’autres expressions figées, comme « veez cy », voire employé avec n’importe quel verbe, en forme d’annonce des propos qui vont suivre (« Cy demonstre Philosophie par quatre raisons que la fortune perverse vault mieux et profite plus que la débonnaire »31).

25Ce discours professoral, qui donne peut-être une idée de ce que pouvait être à l’époque l’explication d’un texte, remplit diverses fonctions. On essaiera de les montrer dans une rapide étude synchronique, qui s’efforce d’adopter, non le point de vue critique de l’analyste moderne, mais celui d’un lecteur médiéval qui prend les gloses telles quelles, sans se soucier ni de leur origine, ni de leur nouveauté, ni de leur pertinence, et sans se demander si le commentateur a toujours bien compris La Consolation.

26Ces gloses, selon qu’elles sont plus ou moins développées, jouent le rôle d’une explication ponctuelle, d’une sorte de guide de lecture, d’une digression savante et d’une exégèse élémentaire.

Explications ponctuelles

27Déjà présentes chez Guillaume de Conches, elles sont comparables aux notes qui figurent dans une édition critique moderne : écrites dans la marge dès que, en regard des passages versifiés, la disposition matérielle le permet, et dans tous les cas en continuité avec la portion de texte élucidé, elles donnent au lecteur de courts renseignements nécessaires à une compréhension au premier degré.

  • 32 Livre I. p. 15.
  • 33 Livre I. p. 20.
  • 34 Livre I, p. 32.

28Elles éclairent d’abord le sens littéral du texte, dans le domaine de la syntaxe ou du vocabulaire. Dans la « complainte rymee de la perturbacion de nostre cuer » que Philosophie propose à Boèce, le sujet de la forme verbale « est revenu » n’est pas clair. « C’est assavoir Boece » lève l’ambiguïté32. De même, « tirant » est explicité par « seigneur ou prince terrien de puissance désordonnee »33, « les nois » par « les gelees », « le temps d’auton » par « en vendanges »34, etc.

  • 35 Voir G. M. Cropp, « Les gloses... ». art. cit., p. 370.

29Cette volonté de résoudre les problèmes lexicaux est particulièrement nette quand elle concerne la lettre de la traduction elle-même. Ainsi, rendant « apium », trouvé dans le texte latin, est employé « abeille », terme très récent à la fin du XIIIe siècle et dont en conséquence est donné un équivalent dans une note marginale qui figure dans de nombreux manuscrits35, « la moulche guesve ». En l’occurrence, le glossateur ne s’appuie évidemment pas sur la lettre du commentaire rédigé par Guillaume de Conches ; mais il en saisit l’esprit et le reprend à son compte. Dans sa rareté même, ce genre d’enrichissement témoigne d’une perspective pédagogique très marquée.

  • 36 Livre I, p. 24.
  • 37 Livre II, p. 64.

30Aussi le glossateur cherche-t-il à anticiper d’éventuelles erreurs de lecture. Par exemple, pour éviter une mauvaise interprétation de « crime contre la royal majesté », il précise : « Note cy que crime contre la royal majesté est machiner mal contre son prince et son seigneur »36. De façon un peu plus subtile, craignant que le double sens de « mort » ne soit pas perçu dans un passage qui met en œuvre le topos de ubi sunt ? (« ou est Brutes ? ou est Cathon ? »), le glossateur indique « Note cy que icy est entendue double mort, c’est assavoir le premiere qui dessevre l’ame du corps, et l’autre qui fait oblier la renommee »37. Le redoublement de « cy » (peut-être banalisé à force d’être répété ?) par « icy » accuse une fois encore la visée didactique.

31Ce type de remarque, où l’expression phatique pallie l’absence d’un appel de note, sert aussi, de façon limitée, à compléter l’information du lecteur, sur des sujets divers.

32Le plus courant concerne l’histoire, majoritairement l’histoire antique, sans qu’il soit aisé de savoir si les gloses sont effectivement utiles parce qu’elles comblent une ignorance possible du destinataire (ce qui tirerait le lectorat de notre manuscrit vers le bas), ou si elles ne doivent leur existence qu’à la volonté du glossateur (qui le plus souvent traduit Guillaume de Conches) de justifier sa posture pédagogique en exhibant son savoir.

  • 38 Livre I, p. 22. À noter, comme on l’a vu, que la glose voisine a été intégrée au texte : « Cil Coni (...)
  • 39 Livre I, p. 22.

33L’identité de certains personnages peu connus est ainsi élucidée, notamment ceux qui ont vécu dans l’entourage de Boèce : « Cil Tringuille estoit prevost du roy, a qui Boece fasoit souvant amender les griefz et les tors qu’il faisoit aux subgectz »38. On trouve aussi des renseignements sur des réalités historiques sorties de l’usage médiéval : « Les provinciaulx estoyent les regions conquises et subgectes aux Rommains et tributeurs, que les Goths roboyent et [f. 12] pilloyent trop souvant »39.

34Mais de nombreuses gloses concernent des personnages a priori bien connus. Par conséquent, on peut parfois douter de leur utilité réelle, comme si alors leur valeur informative importait moins que leur force pragmatique, le but recherché étant la légitimation de la posture professorale, qui, de façon typiquement médiévale, tirerait de sa généralisation une partie de son crédit. En tout cas, certaines gloses historiques ne craignent pas les redondances et ne cherchent pas à synthétiser toutes les informations distribuées (on compte par exemple trois gloses sur Néron), peut-être parce qu’elles sont composées (voire destinées à être lues ?) au coup par coup : ainsi, les remarques sur Brutus, disséminées sur deux gloses assez éloignées, se recoupent en partie et auraient pu être regroupées.

  • 40 Livre I, p. 13.

35Quelques gloses ponctuelles renseignent aussi sur la philosophie, la théologie, la littérature, et même les « sciences naturelles », par ailleurs, compte tenu des centres d’intérêt favoris de Guillaume de Conches, sujet privilégié des longues digressions qu’on analysera plus tard. Par exemple, les sirènes sont l’objet d’une simple notule : « Seraines sont monstres de mer qui déçoivent les mariniers par leur chant »40. Le glossateur, dédaignant ou ignorant les descriptions bien connues des bestiaires ou des encyclopédies, n’éprouve pas le besoin de la développer : le lecteur doit se contenter d’un savoir sommaire.

36Néanmoins, les courtes gloses ne se contentent pas de fournir des précisions ponctuelles. Elles ont aussi pour rôle de faire percevoir des ensembles pertinents dans le recueil de Boèce. Leur fonction immédiatement pédagogique apparaît alors clairement, puisqu’elles balisent le texte, dont elles facilitent la compréhension.

Guides de lecture

  • 41 Livre I. p. 12.

37Dans ce domaine, le « degré zéro » de la glose est constitué par les didascalies qui montrent la distribution de la parole entre « Philosophie » et « Boèce », les protagonistes du texte. Bien que minimales, ces notations introduisent une distance avec le texte qui permet au glossateur de considérer les deux interlocuteurs comme de véritables personnages, dont à l’occasion, semblable au critique d’une œuvre de fiction, il sonde la conscience. Par exemple, il explique la stratégie discursive que Philosophie met en place au début du texte : « Note cy que ceste interrogation, Philosophie fait a Boece non pas par ignorance, car elle savoit bien que ce luy estait advenu de la douleur de la perte des biens temporelz, mais pour le blasmer et reprandre de son dueil... »41. Le bouleversement syntaxique qui caractérise cette phrase indique bien son but : faire apparaître l’intention profonde de Philosophie, traitée comme un personnage dont les motivations doivent être explicitées. En soi, le recours à des « didascalies », bien que non original, amorce déjà un mouvement de distanciation.

  • 42 Livre II, p. 41.

38On en trouve confirmation dans le souci de bien montrer qui prend la parole : « Philosophie a Boèce, qui parle en la personne de Fortune42. Alors que le texte qui suit immédiatement semble clair (« Je vueil parler a toy en la personne de Fortune... »), la glose montre ostensiblement l’emboîtement des propos et y insiste un peu plus tard : « Encoire Philosophie en la personne de Fortune contre avarice ». Les « didascalies », indices d’un recul sur le texte, sont un début de commentaire.

39De façon moins ambiguë, les gloses font aussi apparaître les grandes divisions du recueil, directement (« Cy commence le tiers livre... »), ou plus indirectement (« Cy en ce second livre baille et desmontre Philosophie... » ; « En ce quint livre de Boece, determine Philosophie... »).

  • 43 Livre I, p. 43.
  • 44 Livre I. p. 26 et 27.
  • 45 Livre I, p. 29.

40Mais elles fonctionnent aussi fréquemment comme de véritables intertitres, qui annoncent la matière en soulignant un de ses tournants : « Cy de monstre Boece la durté de ses juges... » ; « Et preuve Boece son innocence »43, etc C’est même parfois l’articulation du propos qui est nettement soulignée : « Or a Boece jusque cy démontré la cause de sa maladie et de sa douleur a Philosophie et elle luy respont et le conforte »44. Selon toute apparence, les gloses délimitent des unités de lecture, des espaces de texte au-delà desquels le fil conducteur du propos pourrait être perdu. Ainsi s’expliquent les fréquentes notations rappelant qui assume telle ou telle argumentation : « Encoire Philosophie parle »45. Dans tous les cas, la démarche préceptorale ne fait pas de doute.

  • 46 Livre III. p. 82-83.
  • 47 Livre II, p. 44

41Les gloses, dans cet esprit, en viennent à un balisage encore plus fin, montrant pas à pas comment se développe l’argumentation. Après avoir annoncé que Philosophie procédera par « quatre raisons », le glossateur les délimite tour à tour au fil du texte : « Or est la premiere raison » ; « Or est la seconde » ; « Veez cy la tierce raison » ; « Veez cy la quarte raison ». Même quand la traduction laisse apparaître les articulations d’un développement bref, certaines gloses les « surlignent ». Lorsque « monstre Philosophie les inconveniens qui sont enclos en ses faulses beneurtez mondainnes », les tournures interrogatives du texte, qui pourtant indiquent clairement le cheminement de la pensée, sont ainsi redoublées : « La premiere partie : / Veulx tu assembler pecune ?... » ; « La seconde / Veulx tu avoir dignité ?... »46. « La tierce Veulx tu puissance ?... » ; « La quarte / Veulx tu gloire et renommee ?... » ; « La quinte / Veulx tu dclices ?... ». Le didactisme est alors particulièrement appuyé et révèle une véritable obsession de la nomenclature et du classement. Un seul exemple parmi une multitude : « Note cy trois manieres d’affinitez : l’une par lignaige (...). La seconde, par mariaige (...). La tierce, par sens et par vertu... »47.

  • 48 Livre I. p. 21.
  • 49 Livre IL p. 74.
  • 50 Livre I, p. 28, puis Livre III, p. 72.

42L’attitude que révèlent ces jalons scrupuleusement disposés se retrouve lorsque la glose fait par avance ressortir des axes de lecture pertinents, dans un passage censé égarer le lecteur en raison de sa subtilité : « Cy endroit commence Boece a descouvrir son plaint (...) et en sa maniéré de parler dit aucunes choses contre raison (...) et aucunes choses dit il par raison... »48. Cette attitude peut intervenir rétrospectivement : « Note cy la double douleur [f. 16] de Boece, en ce qu’il voit les bons et les saiges. Et aussi il voit que les mauvais... » – le parallélisme de construction soulignant en l’occurrence la dualité du propos. Elle peut aussi annoncer l’organisation de l’argumentation : « Cy preuve Philosophie ce meisme par deux raisons qui s’ensuivent »49. Elle débouche même sur des remarques rhétoriques, qui attirent par exemple l’attention sur les « arguments dyaletiques » utilisés par Philosophie dans sa remise en cause des richesses50.

43À chaque fois se retrouve un souci identique d’explication du texte, censé n’être pas immédiatement intelligible, au point qu’il devient souvent pour le glossateur un pré-texte, un prétexte à l’exposition d’une science extérieure à l’œuvre de Boèce.

Digressions

  • 51 Livre III, p. 68.

44À partir d’un mot ou d’une expression figurant dans le texte, est plaqué un savoir qui peut n’avoir qu’un lointain rapport avec lui. Que le point de départ soit un terme latin, sous la plume de Guillaume de Conches qui inaugure le procédé, ou qu’il soit un ternie français, comme chez le glossateur français, les digressions donnent parfois naissance à de courtes remarques qui ne constituent pas des « explications ponctuelles » du texte, puisque cette fois elles invitent à en sortir au lieu d’en éclairer le sens. Ainsi, il suffit que Philosophie emploie « congnoissance » (« ...Je me pencroy toy monstrer paroles couvenables a ce qui plus est près de ta congnoissance ») pour qu’une glose s’y accroche, en un bref ajout érudit : « Note cy que la chose est congneue par trois manieres : ou par ses proprietez, ou par son semblable, ou par son contraire »51. Mais, le plus souvent, ce type de collage débouche sur des développements nourris.

  • 52 Livre I. p. 9-10.

45Tel est par exemple le cas dès le début du Livre I, lorsque Boèce déclare : « Il m’estoit avis que une femme estait sur mon chief. ». La simple mention de ce mot déclenche un exposé vaguement anatomique, dont le début montre bien l’accrochage artificiel : « Note cy que Philosophie ou sapience a son siege ou chief de l’omme, car trois choses sont qui font l’omme saige, c’est assavoir engin naturel a bien entendre, qui siet en la premiere partie du chief que on dit la celle du cervel fantasieuse, et la gist la force apprehensive... »52 Complétées par des précisions sur la localisation des deux autres « forces », ces remarques n’ont plus qu’un lointain rapport avec le texte de Boèce.

46Les digressions les plus nombreuses abordent des questions scientifiques, qui avaient la faveur de Guillaume de Conches. Y sont par exemple traitées, dans des exposés de longueur variable, des questions de géographie, de météorologie, de cosmologie, d’anatomie ou de nosologie.

  • 53 Livre I, p. 11.

47Parfois, cela ne va pas sans quelques acrobaties. Pour récupérer la présentation des Arts libéraux que Guillaume de Conches a greffée sur la description de la robe portée par Philosophie, le glossateur est ainsi contraint de solliciter le mot « sciences », ce qui lui permet d’introduire un des plus longs exposés de tout le recueil : « Note que science est divisee en deux parties... ». L’artifice intervient alors à plusieurs niveaux. Passage du pluriel, justifié par une glose ébauchée par Boèce lui-même (« Sa robe estait de tres deliez filz soubtilement tissue et de matiere trop durable, c’est a dire des ars et des sciences qui sont soutiles et deliees... ») à un singulier à valeur plus générale. Rupture de l’explication allégorique systématique esquissée dans le texte, exploitée dans les courtes remarques précédentes (« Note cy : les yeulx de Philosophie... » ; « Les mains de Philosophie... ») et même reprise après la présentation des Arts libéraux (« Et ces deux lettres grejoises... »)53. Mais cette présentation est trop importante pour que le glossateur se préoccupe de la cohérence de ses interventions successives : son parti pris discursif est bien celui de la digression.

  • 54 P. 79.
  • 55 Voir G. M. Cropp, « Two Historical glosses in Le Livre de Boece De la Consolacion », New Zealand Jo (...)
  • 56 Ibid, 9-11.

48Le procédé, très fréquent parce que Guillaume de Conches l’affectionnait particulièrement, fait entendre avec une grande netteté une voix professorale, surplombant le texte jusqu’à atteindre une quasi autonomie, comme le prouve l’énumération de noms propres qui, au Livre III, montre qu’on ne peut échapper à la mort : « Non feirenl en nostre temps La Broce, Marigny, Guillaume Gueste, Pierre Remy, Jourdain de Lille, Henry Tappel, Olivier de Clicon, le conte d’Eu, connestable de France »54. Inaugurée par une marque phatique temporelle équivalente à « Cy », cette remarque, qui, fait unique, met en jeu des personnages contemporains morts entre 1276 et 135055, interpelle le lecteur dans son expérience immédiate, éventuellement relayée par des textes littéraires et des chroniques56. Elle renforce la crédibilité d’un commentaire qui évoque des événements peut-être encore présents dans les mémoires et peut donc, par extension, se prévaloir d’une exactitude générale.

49La fonction première des digressions est donc de renforcer la posture didactique du glossateur, détenteur de vérités toutes bonnes à dire quel qu’en soit le contexte.

50Au bout de ce chemin, il lui revient de révéler le sens caché des propos de Boèce, de lever le voile qui parfois recouvre ses propos. Le glossateur se fait alors exégète.

Exégèses

  • 57 Voir Henri de Lubac, L’Exégèse médiévale (2 parties, 4 volumes), Paris, Aubier, 1959.
  • 58 Sur le fonctionnement théorique de ce type de glose, dont on peut rendre compte à l’aide de concept (...)

51On retrouve en l’occurrence, tirées d’une exégèse biblique extrêmement simplifiée, les techniques qui. pour ne parler que de la littérature « didactique », sont à la base des Bestiaires ou des lapidaires et qui sont illustrées avec plus de dextérité dans La Oueste del saint Graal. Une démarche fondamentalement similaire à la subtile construction du « quadruple sens de l’écriture »57 inspire le glossateur, bien que ses démarches et ses résultats soient évidemment beaucoup plus élémentaires. D’une information « objective » (historique, physique, zoologique, etc), il extrait une signification cachée, à l’aide d’un commentaire qui sélectionne certaines unités descriptives et montre qu’elles prennent une dimension allégorique58.

  • 59 Livre 1. p. 30.

52Cette technique peut s’appliquer à un seul mot, ce qui l’apparente à une digression limitée. Ainsi, Philosophie ayant posé la question « Ne scez tu l’ancienne loy de ta cité ? », la glose montre que « ceste cité puelt estre entendue doublement : ou pour Romme la grant (...). Ou autrement puelt estre entendue la cité de Jherusalem.. »59. Comme dans l’exégèse biblique, le sens « historique » et le sens figuré coexistent, parce qu’ils sont l’un et l’autre considérés connue vrais.

  • 60 Livre I. p. 15.

53Le procédé est de temps à autre un peu plus élaboré, quand il construit une signification seconde portant sur plusieurs termes mis en réseau de manière cohérente. Ainsi, lorsque Philosophie s’adresse à Boèce de manière imagée : « N’ez tu pas cil qui as esté nourry de nostre lait et peu de noz viandes tant que tu avoyes passé toute enfance ? (...) Nous te avions données telles annes... ». La glose donne de ces propos une interprétation méthodique : « La norriture du lait de Philosophie est l’estude des lettres et des mendres sciences aux enfans et aux jeunes. Et la pasture des viandes est de meurs et de vertus aux grans et aux percreuz. Les armes de Philosophie sont ses sentences... »60. Le rapport métonymique entre « lait », « viandes » et, plus lointainement, « armes », se retrouve tant bien que mal dans le lien établi entre différents éléments contribuant à la sagesse humaine : on est ici à la limite d’une construction allégorique.

  • 61 P. 108-110.

54On trouve un bon exemple de ce procédé dans la longue glose consacrée à Orphée qui figure à la toute fin du Livre III61. Après avoir raconté en détail les mésaventures du héros, Guillaume de Conches, déjà, en donnait point par point la signification seconde. Le glossateur français la reprend, en la simplifiant, mais en en conservant les traits les plus spectaculaires. Tel est aussi le cas dans le manuscrit « Leber 817 ».

55La glose commence par relater « la fable » d’Orphée et d’Eurydice, qui pourtant fait double emploi avec le passage versifié qui, placé immédiatement après elle, raconte la même histoire. Malgré un ordonnancement des épisodes légèrement différent et une allusion à Tantale absente de la prose, la trame du récit est identique d’un passage à l’autre : le glossateur reproduit servilement le commentaire de Guillaume de Conches sans se soucier de la cohérence globale de son énoncé. Mais cette maladresse présente un grand avantage, dans une perspective didactique, car elle met en évidence le fonctionnement de Lallégorie. En quelque sorte, elle exhibe son mécanisme : une « fable » ; une phrase de transition indiquant qu’elle comporte une vérité cachée (« Or est bon de savoir que ce signifie, car il n’est pas a croire que Boece, qui fut si saiges homs et parfait philosophe, en si haulte euvre comme est ce livre exist mis sans cause [f. 67 v] fables ne choses superflues ») ; une interprétation. La coexistence de ces trois éléments constitutifs dans un énoncé clos sur lui-même et clairement pris en charge par le commentateur donne à voir un mode rhétorique pourvu de sa logique discursive propre. La seule « senefiance », détachée du récit, aurait eu moins de clarté, de force démonstrative, du point de vue du contenu comme de celui du procédé.

56Chaque élément du récit est méthodiquement glosé. Les personnages : « Donc par Orpheus est entendu homme saige ; par sa femme, naturelle concupiscence (...) : par Arristeus (...) est entendu la vertu divine ». Mais aussi leurs actions : « Par ce que Orpheus vainquait toutes choses par son doulz chant et non pas son dueil, est signiffié que aucun est souvant saige pour autrui chastier, et soy meismes ne scet chastier. ». Cependant, peut-être parce que ce genre de transposition suppose une trop grande agilité mentale, la glose se réduit vite à une série de six correspondances terme à terme, tellement systématique qu’elle permet vite l’ellipse du terme introduisant le sens second : « Par les roiches et les bois sont entendus les paresceux ; par les rivieres courons, les dissolus », etc. C’est une solution de facilité, mais elle a le grand mérite d’exhiber le procédé majeur de l’allégorie, de démonter le mécanisme d’un procédé d’écriture.

  • 62 Charles Jourdain, « Des Commentaires inédits de Guillaume de Conches et de Nicolas Triveth sur La C (...)

57Certes, le glossateur affadit son modèle latin parce qu’il ne le comprend qu’imparfaitement. Mais il n’est pas exclu (les deux hypothèses ne sont pas incompatibles) qu’il soit guidé par un souci pédagogique qui le pousse à éliminer ce qui lui paraît trop difficile, et notamment les interprétations les plus abstraites. Ainsi, selon Guillaume de Conches, Eurydice fuit Aristée parce que la passion est ennemie de la vertu : « Euridice Aristeum fugit, quia naturalis concupiscentia contradicit virtuti, quia appétit voluntatem propriam, cui virtus contradicit. ». Cette notation psychologique est sans doute jugée peu intelligible et elle est donc édulcorée, comme l’interprétation de la descente aux enfers d’Eurydice : « ...ad infernos descendit, id est ad delectationem temporalium »62. On peut juger le glossateur maladroit et réducteur. Mais au moins a-t-il l’excuse de s’en tenir à son point de vue didactique.

58C’est même ce point de vue qui semble lui inspirer certaines modifications de détail, dans cette mesure plus intelligentes et cohérentes qu’il n’y paraît de prime abord. Ainsi, il restreint le sens second donné au protagoniste du récit à un seul aspect (« ...par Orpheus est entendu homme saige »), alors que pour Guillaume de Conches le héros est un emblème de sagesse et d’éloquence : « Orpheus ponitur pro quolibet sapiente et eloquente, et inde Orpheus dicitur, quasi orea phone, id est optima vox ». On retrouve cette précision dans certaines traductions glosées, où Orphée est un homme « saige », mais aussi « bien parlant ». Néanmoins ce qualificatif n’est pas directement utile lorsqu’on veut centrer son commentaire sur la sagesse, comme c’est le cas du manuscrit « Leber 817 », qui annonce cette idée générale dès la première phrase de son exégèse : « Cy enhorte Philosophie a perseverer en la congnoissance du bien souverain sans regarder dariere comme fist Orpheus... ». Fidèle à cet axe interprétatif, il supprime ce qui pourrait en troubler la perception.

59Il n’est pas étonnant que ce type d’exégèse élémentaire se greffe sur La Consolation de la Philosophie. Fondé sur le procédé de la personnification, le texte de Boèce, au même titre que Les Noces de Mercure et de Philologie, compte parmi les ancêtres, lointains mais très présents dans les esprits, de l’importante littérature allégorique médiévale. Le procédé est même finalement moins répandu qu’on ne pourrait l’attendre : recul devant une opération mentale complexe ? Simplification pédagogique amenant à privilégier une herméneutique élémentaire ?

60En fait, ces questions se posent à propos de tous les types de glose. Faut-il. pour expliquer certaines maladresses, se contenter d’invoquer les imperfections déjà présentes chez Guillaume de Conches, et redoublées par la médiocrité du glossateur ? Ou faut-il faire crédit aux commentateurs et supposer qu’ils cherchent à rendre accessible un texte considéré comme fondateur, au prix de schématisations ou de réductions abusives, au moins selon des critères modernes ?

61On l’aura compris, c’est la seconde hypothèse, d’ailleurs non exclusive de la première, que nous privilégions, parce que La Consolation de la Philosophie est un livre d’étude extrêmement répandu : il n’est pas anormal qu’il soit accompagné d’un « appareil pédagogique » dont la logique discursive unit fondamentalement toutes les gloses et qui anticipe sur la présente démarche d’explication.

62Quant à la valeur intrinsèque de cet appareil didactique, voire de la posture pédagogique elle-même, c’est une autre histoire...

Conclusion

  • 63 G. M. Cropp, « Les gloses... », art. cit., p. 380.

63G. M. Cropp pense que la traduction de Boèce a été complétée par des gloses parce qu’« elle a dû sembler un peu austère »63, notamment après l’apparition d’adaptations en vers. Mais l’agrément du lecteur n’est pas leur seule fonction. Selon nous, elles ont d’abord pour rôle de faciliter la compréhension du texte, parce que La Consolation a pu paraître de plus en plus difficile au fur et à mesure que la philosophie platonicienne devenait moins intelligible. Peut-être ce besoin de l’expliquer donne-t-il précisément une indication sur le lectorat des traductions françaises dont le manuscrit « Leber 817 » est un représentant : un public laïc, déconnecté des tendances les plus récentes de la pensée, mais soucieux de connaître un livre d’étude, au sens propre classique, qui fait partie d’une culture de base et a comme tel été abondamment commenté durant tout le Moyen Âge.

Notes

1 Au Livre III. Voir notre manuscrit, p 89.

2 Cf. J. M. Parent, La Doctrine de la Création dans l’École de Chartres, Paris/Ottawa, Vrin/Publications de l’Institut d’études médiévales d’Ottawa, 1938, p. 119-120.

3 Encore, lui aussi, cité dans les gloses françaises. Voir notre manuscrit, Livre II, p. 59.

4 Cf. S. Lenormand, Guillaume de Conches et le commentaire sur le De Consolatione philosophiae de Boèce, Étude et édition critique, Position de thèses de l’École des Chartes. Paris, 1979, p. 71-72.

5 Cf. Ch. Jourdain, « Des commentaires inédits de Guillaume de Conches et de Nicolas Triveth sur La Consolation de la philosophie de Boèce », Notice et extraits des manuscrits de la bibliothèque impériale et autres bibliothèques, Tome 20, 1865, p. 62 et suivantes.

6 Cf. Ibid, p. 16.

7 G. M. Cropp, « Le Prologue de Jean de Meun et Le Livre de Boèce De Consolacion », Romania, t. 103, 1982, p. 278.

8 « Famille » no 6 dans le classement effectué par M. Roques et A. Thomas.

9 Cf. S. Lenormand. op. cit., p. 72.

10 P. 96.

11 G. M. Cropp, « Les Gloses du Livre de Boece de Consolacion », Le Moyen Âge, t. XLII, 1986, no 3-4, p. 378.

12 D’après G. M. Cropp, il y a une étroite association « encore à la fin du XIVe siècle entre, d’une part, le texte latin et ses nombreux commentaires, et de l’autre, la traduction. » (art. cit.. Romania, t. 103. 1982. p. 290).

13 Voir G. M. Cropp, art. cit., Le Moyen Âge, p. 367-381.

14 Cf. Ibid, p. 368.

15 Par exemple à propos du ministre Conigaste (Livre I, p. 22. Idem pour les trois gloses suivantes).

16 P. 132.

17 Cf. Ibid, p. 376.

18 P. 79.

19 P. 42.

20 P. 58.

21 P. 10.

22 Cf. GM. Cropp, ibid., p. 371

23 P. 43.

24 Cf. G M Cropp, ibid., p. 374.

25 P. 11.

26 P. 13.

27 P. 76

28 Cf. G. M. Cropp, ibid., p. 376.

29 Cf. Ibid., p. 377.

30 P. 77.

31 Livre II, p. 64. Cette glose est ensuite méthodiquement détaillée à l’aide de divers moyens phatiques.

32 Livre I. p. 15.

33 Livre I. p. 20.

34 Livre I, p. 32.

35 Voir G. M. Cropp, « Les gloses... ». art. cit., p. 370.

36 Livre I, p. 24.

37 Livre II, p. 64.

38 Livre I, p. 22. À noter, comme on l’a vu, que la glose voisine a été intégrée au texte : « Cil Conigaste estoit ung des menistres de la court du roy Theodoire, qui ne se ousoit prandre aux fors et puissans, maiz aux faibles et pouvres il nuysoit tant qu’il povoit ».

39 Livre I, p. 22.

40 Livre I, p. 13.

41 Livre I. p. 12.

42 Livre II, p. 41.

43 Livre I, p. 43.

44 Livre I. p. 26 et 27.

45 Livre I, p. 29.

46 Livre III. p. 82-83.

47 Livre II, p. 44

48 Livre I. p. 21.

49 Livre IL p. 74.

50 Livre I, p. 28, puis Livre III, p. 72.

51 Livre III, p. 68.

52 Livre I. p. 9-10.

53 Livre I, p. 11.

54 P. 79.

55 Voir G. M. Cropp, « Two Historical glosses in Le Livre de Boece De la Consolacion », New Zealand Journal of French Studies, vol. 2/2 (1981), p. 7-9. Notre manuscrit, qui reproduit cette énumération telle quelle, sans les ajouts qui existent dans certaines versions interpolées, apparaît donc une fois encore comme très représentatif de la « famille » no 6.

56 Ibid, 9-11.

57 Voir Henri de Lubac, L’Exégèse médiévale (2 parties, 4 volumes), Paris, Aubier, 1959.

58 Sur le fonctionnement théorique de ce type de glose, dont on peut rendre compte à l’aide de concepts linguistiques, voir Jean Maurice, « Signes animaux au XIIIe siècle dans les bestiaires moralisés et dans le bestiaire « encyclopédique » de Brunetto Latini », « L’Animalité », Gunter Narr Verlag, Tübingen, 1994, p. 39-54.

59 Livre 1. p. 30.

60 Livre I. p. 15.

61 P. 108-110.

62 Charles Jourdain, « Des Commentaires inédits de Guillaume de Conches et de Nicolas Triveth sur La Consolation de la Philosophie de Boèce », Notices et extraits des manuscrits de la bibliothèque impériale et autres bibliothèques, tome 20, seconde partie, 1865, p. 81.

63 G. M. Cropp, « Les gloses... », art. cit., p. 380.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search