Version classiqueVersion mobile

La Consolation de la Philosophie de Boèce

 | 
Boèce

Introduction

Préscience divine et libre-arbitre humain : Considérations quantitatives et comparatives sur la démonstration de leur compatibilité dans différentes versions de La Consolation et dans le Roman de la Rose

Carmelle Mira

Texte intégral

1Éditions retenues :

  • celle de J.-P. Migne dans la Patrologie Latine, tome LXIII, Paris, 1846 (texte latin)

  • celle de V. L. Dedeck-Héry dans Mediaeval Studies, volume XIV, Toronto, 1952 (texte roman sans gloses)

  • notre édition du ms Leber 817 de la Bibliothèque Municipale de Rouen (texte roman glosé)

  • la traduction moderne de L. Colesse, Genève, Slatkine. 1994.

2Pour limiter les dénombrements, toujours un peu fastidieux, je n'ai pas travaillé sur l'ensemble du texte mais sur le vaste ensemble final, constitué de la 2e moitié du Livre IV et de l'intégralité du Livre V. passage consacré à la démonstration de la compatibilité entre la prescience divine et le libre-arbitre. En voici les références :

  • Migne : col 810, § 288

  • DH : p. 246,1. 15

  • notre ms : p. 96, f. 81 v-82

  • Colesse : p. 173

3Ces éditions ayant toutes des types de caractères différents, il est nécessaire, pour pouvoir se livrer à des comparaisons parlantes, de les ramener, non dans leur ensemble mais en choisissant quelques lignes correspondant au même passage, à une police de caractères commune ; j'ai choisi le Times New Roman, de format 12, et tapé les lignes-test en respectant leur longueur dans le format original, sans introduire de justification naturellement. Notre édition ayant encore un autre format que celui du test, le reproduire n'aurait guère d'intérêt, et nous allons passer directement aux résultats de l'observation qu'il permet.

4La ligne de Migne occupe 85 mm, celle de DH 115, celle de notre ms 130 et celle de Colesse 75. Il y a, bien entendu, une part d'approximation, consécutive à la justification des éditions imprimées, que ce soit en librairie ou à l'ordinateur en ce qui concerne notre ms.

5On peut maintenant se livrer à une recherche de proportions, exprimées en pourcentage, par rapport à Migne, considéré comme base 100.

  • DH : (115/85) x 100 = 135,3 % de Migne

  • notre ms : (130/85) x 100 = 152,9 % de Migne

    • 1 On peut adopter un autre mode de calcul, qui donne exactement les mêmes résultats, sachant qu'avec (...)

    Colesse : (75/85) x 100 = 88,3 % de Migne1

6Voici le résultat du passionnant décompte desdites lignes (2e moitié de IV + V) ; il faut préciser que, pour Migne, j'assimile prose et mètres, qui sont peu différents. DH et Colesse donnent tout en prose. Pour notre ms, l'écart est tel que je compte 2 vers (octosyllabiques) pour une ligne :

  • Migne : 381+ 668 = 1049

  • DH : 248 + 636 = 884

  • notre ms : 492 + 897 = 1389

  • Colesse : 523 + 846 = 1369

7Détail nécessaire pour notre ms :

8IV contient 235 lignes de texte en prose + 104 vers équivalant à 52 lignes (de texte) + 205 lignes de glose.

9V contient 440 lignes de texte en prose, 100 vers équivalant à 50 lignes (de texte) et 407 lignes de glose. Encore n'ai-je pas compté (ni en IV ni en V) de courtes gloses, souvent non déclarées, mais qui, mises bout à bout, finiraient par « chiffrer », ni les gloses d'introduction qui résument le propos à venir

10Au total, on a donc 675 + 102 = 777 lignes de texte et 612 lignes de glose.

11Et maintenant, calculons et... concluons !

12Nous allons donc « ramener en format Migne » les différents textes, en appliquant à leur longueur « telle quelle » le coefficient de proportionnalité (en pourcentage) calculé plus haut :

  • DH « ramené » en format Migne compterait : (884 x 135,3)/100 = 1 196 lignes, soit 14 % de plus que Boèce.

  • Colesse en compterait (1369 x 88,3)/100 = 1207, soit 15 % de plus que Boèce.

  • Quant à notre ms, il se fait volumineux ! En effet, (1389 x 152,9)/100 = 2123.78, disons 2124, soit plus du double (exactement 202,36 %) du texte de Boèce, qui occupe - rappelons-le - 1049 lignes

13Mais il faut détailler pour distinguer texte et glose : le texte compterait (777 x 153)/100 = 1188,81, disons 1189 lignes, soit 13,34 % de plus que Migne. Quant à la glose, elle occupe 78,76, disons 79 % du texte (et même un peu plus...)

14Il apparaît que les traductions, les trois, représentent une augmentation à peu près identique du texte de Boèce édité par Migne, ce qui s'explique au moins en partie par l'allongement inhérent au passage d'une langue synthétique à une langue analytique, le français moderne de Colesse étant d'ailleurs un peu plus analytique encore que l'ancien français de DH et de notre ms. il faut rappeler, d'autre part, que « Jean de Meun » annonçait d'entrée de jeu qu'il ne s'astreindrait pas à une traduction littérale, reprenant à peu près mot pour mot la même annonce que Boèce, en préface, § 3, de son Institution Arithmétique, traduction de l'Introduction Arithmétique de Nicomaque de Gérasc (cf. f 1, p. 5, note 2). En ce qui concerne sa traduction, on peut dire qu'il n'a pas exagéré avec « la liberté du traducteur », au moins quantitativement (et même qualitativement, d'ailleurs). L'amplificatio est le fait des gloses.

  • 2 L'édition de référence du Roman de la Rose est celle d'Armand Strubel, au Livre de Poche, coll. « L (...)

15Il semble intéressant d'ajouter à ces quatre versions de la célèbre démonstration qui occupe la fin de la Consolation, celle que Jean de Meun avait rédigée, des années auparavant, pour la placer dans la bouche de Nature, vers la fin du Roman de la Rose. Ce passage, qui occupe les vv. 17105-175462, soit 442 octosyllabes, qu'on peut considérer comme 221 lignes, reprend l'ensemble du Livre V de Boèce, soit 897 lignes de notre ms et 668 lignes du texte latin édité par Migne. Une fois n'étant pas coutume, ramenons aussi Migne au format de notre ms. dans lequel le Livre V occuperait 666 x 100/152.9 = 436 lignes. La démonstration de Jean de Meun, très proche de celle de Boèce occupe donc à peu près la moitié de celle du Maître, et un peu moins du quart de celle de notre ms... sans déperdition de clarté, plutôt au contraire. Cette concision est d'autant plus remarquable qu'elle n'est pas précisément le propre de l'écriture de notre auteur, et elle témoigne à l'évidence d'un savoir bien assimilé, de môme que certains passages qui sonnent comme des traductions avant la lettre. Le livre V n'étant pas des plus simples, et quoique ces considérations échappent, au moins partiellement au quantitatif, on nous permettra de donner maintenant un aperçu du raisonnement de Jean de Meun. le disciple pouvant, en la circonstance, éclairer l'œuvre du maître.

16Le problème est d'abord posé, accompagné du leitmotiv de la difficulté à se faire comprendre des laïcs : Mais de soudre la question / Comment predestinacion / Et la divine presciance, / Plaine de toute porveance, / Puet estre o volenté delivre, / Forz est a gens lais a descrivre. (vv. 17105-17110). Et la conclusion est d'emblée affirmée : Mais il est voirs, [...] / Qu'il s'entresueffrent bien ensemble (vv. 17115-17116), même si cela dépasse beaucoup d'entendements.

17Alors commence (au v. 17117), introduit par autrement et le passage au conditionnel, le premier des nombreux raisonnements par l'absurde de cette démonstration - comme chez Boèce -, qui, en réalité, procède en deux temps, visant à détruire la thèse des partisans d'une toute-puissance divine qui exclurait le libre-arbitre, tout en acceptant d'exclure avec eux, en un deuxième raisonnement apagogique inclus dans le premier, la thèse qui ruinerait la prescience de Dieu. Supposons, en effet, que par sa prescience, Dieu détermine tout : la notion de rétribution des mérites, récompense ou châtiment, serait alors un non-sens, l'homme n'étant pas libre de ses choix : [...] cil qui bien feroient / Ja loier avoir n'en devroient, / Ne cil qui de pechié se paine, / Jamais n'en devroient avoir paine/Se tels es toit la vérité / Que tout fust par nécessité, (vv. 17117-17122). D'un autre côté, il faut bien admettre que Dieu sait tout d'avance, car autrement (v. 17137), il ne serait pas tout-puissant, ce qui est une hypothèse exclue, une dyablie a faire (v. 17148) à Dieu que de simplement le penser ! La toute-puissance divine est sauve, mais... on semble aboutir à la négation du libre-arbitre, pourtant affirmé plus haut.

18Pour sortir de l'impasse, Jean de Meun revient au problème de la justice divine, qu'il a peut-être posé plus haut un peu trop tôt pour une parfaite clarté du raisonnement : si Dieu ne prenait en compte ni la vertu ni le vice, ni les prières qu'on lui adresse ou lui refuse, Il ne seroit pas droituriers (v. 17179) ; or, cette hypothèse n'est pas moins exclue que celle de son impuissance relative : Dieu est droituriers sanz doute (v. 17191), et tient donc compte des mérites de chacun, ce qui revient à dire que le libre-arbitre existe puisque sa négation aboutirait à une monstruosité pour l'esprit.

19Il reste à dépasser la contradiction, et la synthèse de Jean de Meun consiste à réfuter ce qu'il considère comme une faute de logique des opposants au libre-arbitre, la convertibilité de voir (de vérité) et de nécessité (vv. 17219-17220). En effet, pour lui, comme pour Boèce d'ailleurs, une chose vraie peut relever du simple possible (v. 17230), et Si ne puet tel raison passer/Pour franche volenté quasser (vv. 17241-17242).

20Il en ressort que, si la prescience divine est réelle, le libre-arbitre l'est aussi, parce que la première, qui n'implique pas la nécessité, n'exclut donc pas le second. Il serait peut-être excessif de prétendre que le raisonnement est limpide, mais, à l'exception d'une petite anticipation un peu maladroite sur le thème obsessionnel des bons et des méchants, il est rigoureusement mené, et intellectuellement convaincant... à condition d'accepter le postulat initial de l'existence de Dieu, et d'un Dieu bon Mais qui. au Moyen Âge, eût osé le réfuter et se livrer ainsi à une telle dyablie ?

  • 3 Contenue dans les 554 vers 17243-17796 équivalant à 277 lignes.

21Ce « cœur de la démonstration » (les 138 vers 17105-17242, équivalant à 69 lignes) est suivi d'une longue réfutation des thèses adverses3, qui n'évite pas une certaine redondance, et qui procède encore beaucoup, sinon vraiment par raisonnement apagogique, du moins par recours à l'hypothèse exclue ; ainsi, Se tout ert avant destiné (v. 17249), nul en ferait aucun effort par exemple pour apprendre, puisqu'on aurait – ou pas – la science infuse : la nécessité est donc exclue, et du coup, le libre-arbitre affirmé (vv. 17262-17270). Alors se pose, en trois vers, la question des réponses possibles aux arguments de ceux qui ne croient pas au libre-arbitre.

22Les uns prétendent que si les choses doivent se produire, alors Dieu sait qu'elles se produiront ; cela revient à dire que la prescience divine est infléchie, voire modifiée, par les actions humaines, ce qui revient à limiter la puissance divine et constitue donc mout [...] grant folie a croire et pechiez neïs dou penser (vv. 17274-17316) ; d'autres voudraient que Dieu ne connaisse qu'une simple possibilité, les choses pouvant se produire ou non ; il saurait donc sans certitude -en doutance (v. 17344)- ce qu'il adviendra, ce qui ravalerait sa connaissance au niveau de celle des hommes, au niveau des opinions et non de la science (vv. 17318-17356). Ces deux points traduisent pratiquement des passages de la Prose III du Livre V de Boèce où ces positions sont qualifiées dans notre ms de grant bougrerie (p. 158) !

  • 4 Là, un exemple emprunté à l'univers humain est censé, comme chez Boèce, éclairer le débat à l'inten (...)

23D'autres enfin-et ce passage (vv. 17357-17502) reprend essentiellement le Livre V, Prose IV – distinguent les points de vue : ce qui est nécessaire aux yeux de Dieu arrive ici-bas par possibilité ; cette position est déclarée vraie car la connaissance divine provient d'une science nécessaire qui n'exerce aucune contrainte : la prescience divine n'implique pas que les choses se réalisent, de même que leur réalisation n'est pas cause de la prescience divine, mais la toute-puissance de Dieu lui confère une connaissance universelle4 ; il englobe passé, présent et futur dans son regard et donc sait tout ce qui se passe ou se passera en fonction du libre-arbitre humain, ce qui lui permet aussi de prévoir la rétribution, salut ou damnation ; cela, C'est le predestination, / C'est la prescience divine/Qui tout sait et riens ne devine, / Qui set as genz sa grace estendre / Quant il les voit a bien entendre,/Ne n'a pas pour ce sousplanté Pooir de franche voulanté. (vv. 17488-17494 ; cf. Boèce. Livre IV. Prose VI)

24En revanche, pour Jean de Meun comme pour Boèce (cf Livre IV. Prose VI), il y a déterminisme dans la marche du monde : [...]Touz jors feront li cors celestre/Selonc leurs revolutions [...] et touz jors choses engendrables/Engendreront choses semblables [..] (vv. 17503-17530). Mais il n'y a pas de déterminisme astral pesant sur l'homme, dont la volonté, aidée par ce que nous appellerions le contexte socio-culturel, peut résister aux influences des corps célestes ; le destin n'est alors qu'une disposition, donc un possible : Ainsi otroi je destinee :/Oue ce soit disposition/Sous la predestination/Ajoustee as choses mouvables/Selonc ce qu'el sont enclinables. (vv. 17542-17546). Ce passage (vv. 17531-17546), qui revient au problème des destinées posé juste avant le long développement que nous venons d'observer, reprend fidèlement la Prose VI du Livre IV de Boèce, et la définition du destin que nous venons de citer est même, plus fidèlement traduite que dans la Consolation, p. 134. Après quoi on passe à un exemple concret où se noie le débat philosophique mais, comme dit Nature un peu plus loin, malgré son désir de tout expliquer et d'argumenter trop longuement i meïsse/Ainz que g'eüsse toutfiné (vv. 17736-17737), ce qui d'ailleurs, au moins provisoirement, n'est qu'une prétérition puisque les 48 vers qui suivent (vv. 17749-17796) reprennent encore une fois la réfutation de la nécessité prétendument introduite dans les actions humaines par la prescience divine. Franche volenté, quand tu nous tiens...

  • 5 Bien d'autres passages du texte de Boèce sont repris dans Le Roman de la Rose ; ils seront signalés (...)

25Beaucoup plus synthétique que Boèce, Jean de Meun, dans Le Roman de la Rose, traduit par anticipation des passages essentiels de l'argumentation qui couronne la Consolation. Il montre, ce faisant, combien il en est nourri5, au point même de s'assimiler, en adoptant son je, au Boèce qui dialogue avec Philosophie, particulièrement lorsqu'il évoque les thèses qu'il veut réfuter. En effet, dans le roman de Jean de Meun, Nature, qui dissimule assez mal qu'elle est le porte-parole de son auteur, s'en prend à ceux qui disent ceci, et aux autres qui disent cela, mais il ne faudrait pas croire que nous sommes plongés là dans les débats philosophiques du XIIIe siècle, puisque cette manière de procéder est exactement celle du personnage Boèce qui lui aussi convoque les uns et les autres pour contester leur erreur, et le sacrilège (nefas) qu'il commettent devient dyablie, folie dans le Roman de la Rose, avant d'être bougrerie et felonnie dans notre manuscrit. Par sa relative sobriété, et sa vigueur dialectique, cet extrait du Roman de la Rose semble pouvoir faciliter la lecture de la Consolation traduite, qui semble d'autant plus bavarde que les gloses ne cessent de l'interrompre, pleines de bonnes intentions explicatives sans doute, mais d'une efficacité qu'on est en droit de contester, tant le rapport clarté/quantité laisse parfois à désirer...

Notes

1 On peut adopter un autre mode de calcul, qui donne exactement les mêmes résultats, sachant qu'avec le format choisi pour le test, il entre 5,8 caractères par cm, ou 0,58 par mm. On évite ainsi, en calculant en nombre de caractères, la terrible règle de trois ! On obtient ainsi, pour Migne : 85 x0,58 x 1049 = 51716 caractères, pour DH : 115x0,58x884 = 58963 soit 14,01 % de plus, pour notre ms : 130x0,58x 1389 =104730 soit 102,5 % de plus dont, pour le texte : 130 x0,58x777 = 58586 soit 13,28 % de plus, et pour Colesse : 75 x 0,58 x 1369 = 59552 soit 15,15 % de plus.

2 L'édition de référence du Roman de la Rose est celle d'Armand Strubel, au Livre de Poche, coll. « Lettres Gothiques », Paris, 1992.

3 Contenue dans les 554 vers 17243-17796 équivalant à 277 lignes.

4 Là, un exemple emprunté à l'univers humain est censé, comme chez Boèce, éclairer le débat à l'intention des lais, ces pauvres profanes laïcs ; qu'on nous permette sur ce point de trouver Boèce plus pédagogue !

5 Bien d'autres passages du texte de Boèce sont repris dans Le Roman de la Rose ; ils seront signalés en notes de bas de page.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search