Version classiqueVersion mobile

La Consolation de la Philosophie de Boèce

 | 
Boèce

Introduction

Présentation du manuscrit

Carmelle Mira

Texte intégral

1Le manuscrit Leber 817 de la BM de Rouen appartient à la famille de ceux qui passèrent longtemps pour des copies de la traduction de Jean de Meun parce qu'ils en reprennent le prologue à la première personne. Cette version glosée, connue sous le titre de Livre de Boece de Consolacion, fut bientôt la plus répandue (une soixantaine de manuscrits au XVe siècle, la plupart enluminés).

2Le nôtre est un bel in-quarto soigneusement calligraphié, dans une écriture humanistique très régulière, et il est finement enluminé, en frontispice et entre chacun des cinq livres qui constituent la Consolation de la Philosophie de Boèce, le plus souvent au début du livre qui commence (folio 3 verso, début du Livre I ; f. 22 v, Livre II : f. 68 v, Livre IV), mais, au f. 40 v, l'enluminure signale la fin du Livre II et au f. 94 v, le passage, sans changement de folio, du Livre IV au Livre V.

  • 1 Sur les problèmes de datation, cf. Glynnis M. Cropp, « Les gloses du Livre de Boece de Consolation  (...)

3Une main tardive, en page de garde, déclare cet ouvrage du XVe siècle, mais des traits linguistiques comme la persistance de résidus pas trop fautifs de déclinaison, celle de l'hiatus, et divers autres détails morphologiques invitent à le dater plutôt du XIVe1.

4Il semble que la numérotation des folios soit de la même main, selon laquelle le ms en comporte apparemment 116, recto et verso, mais, en fait, il en compte I I9 car trois erreurs se sont glissées dans la numérotation, contraignant à l'introduction d'un folio 33 bis, d'un folio 95 bis et d'un folio 109 bis, tous trois également recto et verso. Deux folios (ff. 89 et 103) se sont vu amputer de leur partie inférieure, sans dommage pour le texte. Nous avons conservé la numérotation manuscrite, insérée entre crochets droits, et en caractères gras, à l'intérieur du texte.

  • 2 Dans nos études, les « Mètres » seront, plus poétiquement, appelés « Chants ».

5Notre manuscrit ne comporte pas, comme dans la tradition latine, l'indication du numéro des parties en prose et des parties versifiées (Prose, Metre n'2). Nous la donnons dans une table des concordances située à la fin de la transcription.

  • 3 G. M. Cropp, « Les gloses du Livre de Boece de Consolation », art. cit, p. 367.
  • 4 I1 peut arriver, rarement, que ces petites colonnes, préparées, n'aient pas reçu le texte latin att (...)

6Ce manuscrit appartient, comme nous l'avons dit, à l'une des branches des traductions glosées de la Consolation issues de la traduction de Jean de Meun et, comme la plupart des témoins de cette tradition3, il présente le texte latin en regard de la traduction, dans deux petites colonnes latérales4, la grande colonne médiane, constituée la plupart du temps de 35 lignes, étant occupée par le texte traduit, précédé d'une brève citation latine qui renvoie au texte originel, et par des gloses. Rien ne distingue les citations latines du texte français, mais, dans ce dernier, le plus souvent, le texte, c'est-à-dire la traduction, est annoncé par le mot Texte, et les gloses par le mot Glose, les deux rubriqués, ainsi que les didascalies présentant l'intervenant dans les parties dialoguées : Philosophie, Boece et, furtivement L'acteur. Les gloses sont généralement en noir, mais d'un caractère plus petit, ou plus fin, que le texte. Il en existe cependant en rouge, ce qui est particulièrement fréquent pour celles qui ont fonction d'introduction ou de didascalies. Mais certaines ne sont pas signalées comme telles : c'est le cas de toutes les gloses ponctuelles qui, à l'intérieur du texte en prose, explicitent une expression ou un mot, mais aussi parfois de gloses plus longues, que le copiste semble avoir oublié de confier au rubriqueur. En revanche, dans le texte versifié, les gloses ponctuelles apparaissent en très petits caractères, à la droite du vers concerné. Signalons enfin la possibilité qu'un passage de texte soit en caractères de glose, mais ce cas est rare.

  • 5 Ces corrections sont signalées en note de bas de page.

7En ce qui nous concerne, et dans l'impossibilité de restituer toutes ces nuances, nous transcrivons les citations latines en italique, entre guillemets droits, mais sur une ligne autonome. Lorsque le copiste les a fait suivre de l'abréviation etc., nous l'imitons ; lorsqu'il ne l'a pas fait, nous mettons des points de suspension. Les gloses, quelle que soit leur fonction, sont en italique, y compris lorsque le manuscrit « oublie » ses codes5, et le texte est en caractères droits, ses parties dialoguées encadrées de guillemets français. Le texte est fréquemment interrompu par une glose ; lorsque celle-ci survient au beau milieu d'une phrase, nous indiquons l'interruption par des points de suspension, dans le texte, avant et après la glose.

8Par ailleurs, nous avons ponctué, avec discrétion, selon l'usage moderne ; de même, nous avons organisé le texte en paragraphes, sans tenir compte des pieds-de-mouche, abondants dans le manuscrit, mais purement ornementaux.

  • 6 C'est le cas p. 7, 12, 45, 55, 75, 99, 134, 152.

9En ce qui concerne la langue, celle de notre copiste présente quelques traits –discrets– relevant de la scripta picarde. Ainsi, l'article défini féminin la est parfois remplacé par le (ex. p. 175, le ymaginacion). Mais il faut surtout noter les confusions, nombreuses, concernant la graphie de la sifflante [s], entre –s- et –c- ; on trouve donc fréquemment ce qui semble le possessif ses, là où l'on attend le démonstratif ces6, et, au féminin, seste pour ceste (p. 49). De même, la confusion entre se/si et ce est fréquente, que le réfléchi prenne la place du démonstratif (p. 44), ou l'inverse (p. 45) ou que le démonstratif prenne celle de l'hypothétique si (p. 116). On trouve aussi ci pour si, voire cy, normalement locatif, pour si intensif, de même que cil pour s'il. En morphologie verbale, les formes sigmatiques du parfait et du subjonctif imparfait de voloir, dont la radical est voulsi-, sont presque toujours graphiées voulçi-. On constate aussi quelques flottements de graphie de la constrictive entre –g- et –ge- : on trouve ainsi losengoit (p. 38) aussi bien que losengeoit (p. 39), et mangoient (p. 123) ; quant aux Gregois, ils restent des références culturelles (ex. p. 157) ! Terminons en signalant la présence d'une 1ère personne du pluriel de l'impératif en ommes (rendommes, p. 109), et la forme poist. ainsi que sa variante tardive pouist, 3e personne du singulier du sub jonctif présent de pooir (p. 54 et 167).

10Sans rapport avec la scripta picarde, il faut signaler des confusions, fréquentes en ancien français, entre les relatifs qui (CS), que (CR direct), et cui (CR indirect) ; nous les avons généralement signalées en note de bas de page, pour faciliter la compréhension.

11Sur un plan purement graphique, il est parfois difficile de distinguer le groupe interne –sf- du groupe –ff- pour lequel nous avons opté, comme dans deffault, efforcier, etc. Lorsque nous rencontrons embas, nous le transcrivons en un mot, mais en bas sera en deux mots ; de même pour toutevoyes/toutes voyes. Bien eurez sera transcrit en deux mots, mais beneurez le sera en un, ben n'ayant pas, à notre connaissance, d'autonomie en ancien français ! Nous n'avons employé le tréma que pour lever une ambiguïté (ex. : aguë, mais argue, haÿr. mais haynne).

12Nous avons évité, autant que possible, d'intervenir sur le texte ; cependant, les crochets droits signalent un ajout de notre part ; les parenthèses suppriment une lettre parasitaire ou une répétition fautive du copiste. Dans des cas très obscurs, nous proposons en note une tentative de lecture cohérente, par une modification aussi limitée que possible du manuscrit.

13Ajoutons quelques mots sur l'histoire de ce bel ouvrage : Le ms Leber 817 semble être passé par les collections de Charles II d'Anjou (mort en 1481 ; comte du Maine et de Guise, roi de Naples et de Jérusalem, Comte de Provence et de Forcalquier, époux de Jeanne, fille de Ferry IV de Lorraine et duchesse de Lorraine) et de Charles de Guise, cardinal de Lorraine (1524-1574).

14Nous n'avons pas pu retrouver ailleurs l’équivalent exact des armes qui ornent sa page de garde ; toutefois, le motif principal (d'or à bande de gueule avec trois alérions d’argent) est celui de la maison de Lorraine, qui s'imposa sous cette fonne simple depuis Simon II (vers 1152-1206) jusqu'à Charles Ier le Hardi (vers 1365-1431. duc en 1391). L'initiale dorée K qui encadre la miniature de la même page semble nous orienter vers le règne de Charles (Karolus) lui-même, ce qui paraît concorder avec la langue et la calligraphie employées par le copiste du manuscrit.

15Mais les autres motifs de ce blason complexe ne peuvent s'expliquer que par référence à l'histoire ultérieure de la maison de Lorraine et de scs relations matrimoniales complexes avec la maison d'Anjou.

16À la mort de Charles le Hardi, demeuré sans héritier mâle, la Lorraine passa à son gendre, le comte René d'Anjou, que sa fille Isabelle avait épousé en 1420. Celui-ci. représentant la première maison capétienne d'Anjou, avait pour armes celles qui ornent le quart supérieur droit et le quart inférieur gauche du blason étudié : d’azur, semé de fleurs de lys d'or, au lambel à quatre pendants de gueule, brochant. René II était également roi titulaire de Naples (fleurs de lys d’or sur fond azuré) et de Jérusalem (croix potencée de Jérusalem, au-dessus des poissons dorés), duc de Bar (poissons dorés) et comte de Provence.

17À partir de René II (1451-1508, duc de Lorraine en 1473), la maison d'Anjou-Lorraine fit place à la maison Lorraine-Vaudémont, dont les armes reprennent les motifs précédemment évoqués et y ajoutent celles d'Aragon (bandes d'or verticales sur fond de gueule), de Hongrie (bandes horizontales de sable sur fond de gueule). René II et ses successeurs portaient en effet les titres de duc de Lorraine, de roi de Jérusalem, de Naples, de Hongrie et d'Aragon, de duc d'Anjou, de Bar, de Gueldre et de Juliers.

  • 7 Cf. supra, p. XXV.

18Ces éléments nous incitent à penser que, si le texte même de notre manuscrit est plus ancien7, la mise en forme définitive de l'ouvrage n'a pas dû être achevée avant le début du XVe siècle, ou peut-être même l'a été dans le courant de ce siècle... surtout si les héritiers successifs ont voulu marquer le blason de leur empreinte.

Notes

1 Sur les problèmes de datation, cf. Glynnis M. Cropp, « Les gloses du Livre de Boece de Consolation », Le Moyen Age, 1986, no 92, p. 367-381 ; « Two historical glosses in Le Livre de Boece de la Consolacion », New Zealand Journal of French Studies, 1981, vol. 2/2, p. 5-10. Les travaux de G. M. Cropp s'appuient sur la mention de personnages contemporains (cf. note 136, p. 79) ainsi que sur un détail relatif à la gabelle du sel (cf note 42, p. 23) pour conclure à la 2e moitié du XIVe siècle en ce qui concerne le texte et ses gloses. Les enluminures sont peut-être un peu plus tardives.

2 Dans nos études, les « Mètres » seront, plus poétiquement, appelés « Chants ».

3 G. M. Cropp, « Les gloses du Livre de Boece de Consolation », art. cit, p. 367.

4 I1 peut arriver, rarement, que ces petites colonnes, préparées, n'aient pas reçu le texte latin attendu.

5 Ces corrections sont signalées en note de bas de page.

6 C'est le cas p. 7, 12, 45, 55, 75, 99, 134, 152.

7 Cf. supra, p. XXV.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search