Version classiqueVersion mobile

Raymond Queneau. Le mystère des origines

 | 
Yves Ouallet

Notice sur les auteurs

Texte intégral

1Paul Braffort
Né en 1923 à Paris, Paul Braffort, Licencié ès Sciences (Mathématique) et ès Lettres (Philosophie), a été responsable du Laboratoire de Calcul Analogique au Commissariat à l’Énergie Atomique. Détaché à l’EURATOM, à l’ESTEC (European Space Technology Centre) puis à l’Université de Paris XI (Orsay), il a dirigé une société de services informatiques puis a été « Visiting Scholar » à l’Université de Chicago et directeur de programme au Collège International de Philosophie. Élu membre de l’OuLiPo le 13 mars 1961, il a fondé, avec Jacques Roubaud, l’ALAMO (Atelier de Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateurs). Il a composé la musique du film d’Henri Gruel La Joconde et celle de nombreuses chansons sur des poèmes de Raymond Queneau, Jacques Bens, Guillaume Apollinaire... et lui-même. Il est l’auteur notamment de L’Intelligence artificielle (Presses Universitaires de France, 1968), Science et Littérature : les deux cultures, dialogues et controverses pour l’an 2000 (Diderot, 1998) et I & J, les deux combinateurs et la totalité (Plein chant, 2002)

2Marie-Noëlle Campana
Marie-Noëlle Campana enseigne à Paris III–Sorbonne. Elle est l’auteur d’une thèse sur l’écriture de l’érotisme dans l’œuvre de Raymond Queneau et d’un Queneau pudique, Queneau coquin (à paraître) ainsi que de plusieurs articles sur Raymond Queneau.

3Michel Lécureur
Né en 1941 à Deauville, Michel Lécureur fut enseignant par vocation, du primaire à l’université. Passionné par Marcel Aymé, il lui a consacré plusieurs ouvrages et a édité ses romans, contes et nouvelles dans la collection de « La Pléiade ». L’album qu’il a signé dans cette collection lui tient particulièrement à cœur. Sollicité en 1995 par les Belles-Lettres, il y a régulièrement publié depuis. On lui doit des recueils de textes de Marcel Aymé, Barbey d’Aurevilly et, récemment, René Fallet. Après ses biographies de Marcel Aymé et Raymond Queneau, il vient de publier celle de René Fallet.

4Daiana Manoury
Docteur ès Lettres de l’Université de Caen, Daiana Manoury est l’auteur d’une thèse et d’un essai : Queneau, Perec, Butor, Blanchot. Éminences du rêve en fiction (L’Harmattan, 2004). Elle a traduit en roumain l’essai de Stéphane Zagdanski, Le Sexe de Proust (Gallimard).

5Christine Méry
Christine Méry est professeur agrégée de Lettres classiques dans l’enseignement secondaire, chargée de cours à l’Université de Tours, trésorière des Amis de Valentin Brû depuis 1993. Elle a soutenu une thèse en 1992 sur « L’Onomastique dans les romans de Raymond Queneau » sous la direction de Claude Debon à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle.

6Yves Ouallet
Maître de Conférences en Littérature comparée à l’Université du Havre, Yves Ouallet a d’abord essayé de réfléchir sur la figuration du temps dans le récit de fiction (Temps et fiction, Presses Universitaires de Lille, 2001). Il a travaillé sur Antonin Artaud, Mikhaïl Boulgakov, Marcel Proust. Il s’intéresse aujourd’hui à la théorie littéraire, ainsi qu’aux relations entre Lettres et Arts et aux liens entre Littérature et Philosophie.

7Emmanuël Souchier
Professeur à l’École Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris, Emmanuël Souchier est Directeur de recherche associé à l’Ecole doctorale V, Université Paris IVSorbonne, co-rédacteur en chef de Communication & Langages (Armand Colin) et éditeur de l’œuvre de Raymond Queneau : « Philosophes et voyous (II) » (Littérature, 1992), Traité des vertus démocratiques (Gallimard, 1993), Un rude hiver (Pléiade, 2002), Exercices de style (Pléiade, à paraître), il a notamment publié Mai 68—Les médias et l’événement (La Documentation française, 1988), Raymond Queneau (Seuil, 1991), Pi Silence (L’Impatiente, 1993), L’Aventure des écritures, la page (col. BNF—Seuil, 1999), Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés (col., BPI—Beaubourg, 2003).

8Jordan Stump
Professeur de Littérature française à l’University of Nebraska-Lincoln (USA), Jordan Stump est l’auteur de Naming and Unnaming : On Raymond Queneau (University of Nebraska Press, 1998), ainsi que de nombreuses traductions de romans français contemporains (Éric Chevillard, Claude Simon, Jean-Philippe Toussaint, Antoine Volodine...).

9Annamaria Tango
Annamaria Tango enseigne à l’université orientale de Naples. Elle se consacre à la critique littéraire depuis 1979 et a publié en Italie et à l’étranger beaucoup d’articles sur Queneau, Apollinaire, Bonnefoy et Montaigne. Elle s’est particulièrement intéressée à Michel Leiris, à qui elle a consacré un livre : Medusa allo specchio (Champion, 1993). Ses recherches l’ont conduite d’emblée à Raymond Queneau et à ses Fleurs bleues, objet d’un premier article publié auprès de l’Institut de Linguistique de Louvain. Depuis sa passion pour Queneau l’a amenée dans nombre de colloques internationaux consacrés à cet auteur : Urbino, Thionville, Le Havre, Luxembourg, Tunis.

10Florence Wilden
Florence Wilden a enseigné à l’University of Utah pendant plus de quinze ans. Sur Queneau, elle a publié deux articles et un essai critique. Elle a aussi participé aux colloques en Californie, en Ohio et en Floride où elle a présenté une étude lacanienne de l’œuvre quenienne. Maintenant à la retraite, elle a en chantier un livre : Queneau en dialogue avec Heidegger, Lacan et Guénon.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search