Version classiqueVersion mobile

Raymond Queneau. Le mystère des origines

 | 
Yves Ouallet

Langue étrangère, langue naturalisée

Paul Braffort

Texte intégral

  • 1 Gallimard, 1962, p. 13.

1Dès son plus jeune âge, Raymond Queneau fut écrivain. En 1918 - il n’a que quinze ans ! – il a écrit – et détruit – plus de trois mille pages. L’un de ces textes, un roman dont il ne conserva que quelques feuillets, s’intitulait Roman fou et portait cet inquiétant sous-titre : Kakotrinomaneimatribé-gargodiégésimuthiquie. De toute évidence l’adolescent ne s’intéresse pas seulement à la création littéraire, mais se préoccupe déjà du matériau dont celle-ci se nourrit : le langage. Cet intérêt, qu’on peut suivre tout au long de sa vie, se manifeste dans le domaine des langues naturelles tout comme dans celui des langages artificiels – et pas seulement la mathématique. D’ailleurs, lorsqu’il présente ses Entretiens avec Queneau1, Georges Charbonnier met l’accent sur ce qu’il appelle « l’écartèlement de notre langue » et dès le premier entretien, Queneau énonce une difficulté qui lui semble essentielle :

  • 2 Ibid., p. 13.

Et puis le langage est dans le temps, il est linéaire il est bout à bout ; les mots sont les uns après les autres, aussi bien dans la parole, et on aurait quelquefois envie de pouvoir les mettre les uns à côté des autres2.

2Dans le second entretien, Queneau évoque les recherches des linguistes, les mathématiques, la théorie de l’information ; dans le troisième il est question de « langues artificielles », puis d’algèbre et de combinatoire. Les entretiens 3, 4 et 5 mettent l’accent sur la littérature (que l’on retrouvera en 9, 10, 11 et 12 – où il est beaucoup question de l’Oulipo), mais les sixième, septième et huitième entretiens reviennent sur les problèmes du langage parlé, du « néo-français ».

  • 3 Cambridge University Press, 1985.

3Ces préoccupations de l’auteur de Bâtons, chiffres et lettres sont bien connues – c’est le cas de le dire ! – et ont fait l’objet de nombreux exposés, en particulier celui que propose Christopher Shorley dans son livre Queneau’s fictions3. Le premier chapitre est intitulé Raw material – matières premières – et l’auteur souligne dès la première page, que :

Le “langage” should here be understood in the widest possible sense, so as to embrace any kind of sign-system, for although Queneau is most often concerned with the modern French language, he is forever conscious that this is only one among an infinity of codes.

4Et il cite ce passage d’Odile où, parlant des mathématiques, Roland Travy déclare :

Ce langage se révèle encore plus impuissant à décrire les richesses du monde mathématique que la langue française à formuler la multiplicité des choses, puisqu’ils ne se situent pas au même degré d’existence.

5Il examine alors – sans ordre apparent – divers niveaux de l’expression linguistique : style, néo-français, orthographe, vocabulaire, morphologie et syntaxe, signification, jeux de mots, énumération, images, typographie, communication non verbale, et analyse les approches diverses que Raymond Queneau utilisa, novateur ou non, dans ces domaines. Et il cite Le Voyage en Grèce où Queneau, évoquant le langage, observe cependant (p. 182) : « Ce n’est cependant qu’un aspect de l’existence littéraire, un sens partiel – il y en a d’autres ».

6Queneau s’intéresse à tous les niveaux et à tous les aspects du langage, schémas, dessins et aquarelles y compris. Mais il proclame : « C’est en écrivant qu’on devient écriveron ». Il écrira donc, il formalisera aussi, ces activités se déployant comme des constructions et l’amenant à puiser dans une réserve de matériaux de toute nature qu’il agencera avec soin, parfois avec malice. Aussi les préoccupations de Queneau couvriront le champ linguistique le plus vaste, depuis l’étude de l’arabe, du hittite et de l’hébreu (1916) jusqu’à l’exposé sur L’analyse matricielle du langage au Séminaire de Linguistique quantitative organisé par le mathématicien Jean Favard (septembre 1964). Les témoignages abondent sur ces confrontations avec le langage. Je citerai tout d’abord Yvon Belaval :

  • 4 « Les deux langages », L’Arc, loc. cit., p. 14.

Enfin qu’est-ce qu’il a, ce Queneau, à maltraiter ainsi le langage ? Écoutez-le, regardez-le : car il faut, à la fois, l’écouter et le regarder. Il prend le mot, il le casse, il en bouscule les syllabes, il en soude les terminales à ce qui précède ou qui suit, il lui accroche des liaisons parasites, il le mimographie en bâââillant, il déforme, réforme, informe, phonétise – et l’on doit, pour s’y reconnaître, lire à voix haute, non pas comme le locuteur d’une langue parlée obligé, s’il la voit écrite, de traduire le visuel en auditif, mais, à l’inverse, pour retrouver le visuel de la graphie commune en se servant de l’auditif...4

7François Laforge, ensuite :

  • 5 François Laforge : « Forme et sens dans les romans de R. Queneau », in Queneau aujourd’hui, Colloq (...)

Les romans de Queneau sont d’abord une tentative d’exploration du langage et de ses pouvoirs. Il s’agit, en désorganisant systématiquement les différentes formes qui l’organisent, de lui faire dire ce qu’il n’a jamais dit, de mettre à jour les vérités qu’il tient enfouies. [...] Avec R. Queneau, le romancier se fait ingénieur : il travaille sur le langage. Mais travailler sur le langage, c’est aussi jouer avec lui. Sans chercher à arraisonner le langage, en le soumettant à tel ou tel Sens, le romancier le laissera librement jouer. Les romans de R. Queneau seront des fêtes du langage, des dimanches de la parole5.

  • 6 Publié pour la première fois dans Bâtons, chiffres et lettres [BCL] Gallimard 1950. Voir en partic (...)

8Queneau s’est exprimé directement sur ses rapports avec le langage dans un article célèbre intitulé « Écrit en 1937 »6 (mais son point de vue subit ensuite d’importantes modifications) :

Je pense que tout dut commencer avec des journaux comme l’Épatant avec leurs Pieds Nickelés. Et puis il s’est trouvé que j’ai lu très jeune Henri Monnier et Jehan Rictus. C’est par là que j’ai commencé à connaître le langage populaire. Si l’on s’écrie livresque ! livresque ! je n’y contredirai pas. Mais c’est comme ça. Je passe.

  • 7 Jacques Bens (loc. cit., p. 50-54) a bien analysé la spécificité de Queneau par rapport au projet (...)
  • 8 Publié pour la première fois dans l’ouvrage de Jacques Jouet (loc. cit., p. 165-169.)

9Il évoque alors les ouvrages de Manchon et de Vendryès, cite Céline et précise ce que pourrait être un néo-français7. En 1953, il rédige un manuscrit intitulé Pour Radio canadienne8 où il tente même une analyse de la langue comme système de dix sous-langues.

  • 9 Article reproduit (sous le titre Errata) dans Le Voyage en Grèce, Gallimard 1973, p. 219-222.
  • 10 II est intéressant de noter que Dunne est aussi à l’origine de l'opus magnum de Vladimir Nabokov :(...)

10Mais dans le numéro d’avril 1969 de la N.R.F.9, revenant sur l’erreur commise par les commentateurs (et lui-même) qui considéraient Le Chiendent comme une version en français parlé du Discours de la méthode, alors que l’inspiration venait d’un livre de J.W. Dunne10, An Experiment with Time, il explique :

Et pourquoi tiens-je maintenant à faire cette rectification ? C’est que cette question du « néo-français » me paraît moins importante ; ou plutôt, je m’aperçois que les théories que j’ai soutenues à ce sujet n’ont pas été confirmées par les faits. Le « néo-français » n’a progressé ni dans le langage courant, ni dans l’usage littéraire. Au contraire, il a reculé. Le « français écrit » non seulement s’est maintenu, mais s’est renforcé. On doit en chercher la raison, paradoxalement (ou dialectiquement) dans le développement de la radio et de la télévision (des moyens de communication audio-visuels comme on dit) qui a répandu une certaine manière (plus ou moins) correcte de parler, et qui a appris aux locuteurs à se surveiller [...]
C’était pour dire cela que j’ai rédigé ce petit errata.

  • 11 Loc. cit., p. 240.

11On rencontre, dans Bâtons, chiffres et lettres, d’autres textes d’inspiration linguistique, issus de méditations sur les phénomènes du langage et souvent très sophistiqués, tels qu’Une traduction en joycien11 – qui était demeurée inédite – appliquée au début de Gueule de pierre :

Drôle de vie, la vie de poisson !... Je n’ai jamais pu comprendre
comment on pouvait vivre comme cela. L’existence de la Vie
sous cette forme m’inquiète bien au-delà de tout autre sujet
d’alarme que peut m’imposer le Monde...

Doradrôle de vie la vie de poisson. Je n’ai jeunet jamais
pu unteldigérer qu’on ment on puvait vivier comme ce
la sol dos rêt. Fishtre, ouïes ! Son aiguesistence sucette
mortphe m’astruitte et me cotte, mets ta morphose dans
la raie en carnation, euyet-moi ça, l’alarme dont crevette
le monde, ô mort fausse, hue mor !..

12Dans le même recueil, on trouve aussi une tentative plus ancienne (1928) de récit en 8 Pictogrammes. Le premier reproduit des « Pictogrammes Peaux-Rouges » tandis que le deuxième se présente comme une sorte de narration graphique : Récit d’un voyage en automobile de Paris à Cerbère (en prose) (loc. cit., p. 278).

13Le système des pictogrammes offre une représentation symbolique – de type analogique – de la réalité. Son aboutissement abstrait est naturellement celui de la mathématique.

14La rencontre entre littérature et mathématique n’est – pour Queneau comme pour Calvino, d’ailleurs – qu’un cas particulier de la rencontre entre Science et Littérature, rencontre que les deux auteurs évoquent dans un numéro du Times Literary Supplement où il est question des rapports entre science, littérature et philosophie.

15Il faut avouer que la contribution de Barthes dans ce numéro n’est guère convaincante : la science est pratiquement réduite aux sciences humaines et la littérature est envisagée comme une simple dépendance de la linguistique via le structuralisme.

  • 12 La version anglaise publiée dans le T.L.S. est due à Barbara Wright. Je dois à l’obligeance du C.I (...)

16Le texte de Queneau12, plus substantiel, semble parfois insuffisamment informé, lui aussi. Il commence par une attaque contre Victor Hugo, accusé de se livrer à des « vitupérations ténébreuses et comiques » contre la mathématique, puis déplore les renoncements des écrivains et des philosophes devant les problèmes de la science, donnant en exemple la maladroite réaction de Bergson à propos de la théorie de la Relativité. La littérature est fustigée, y compris la littérature française de science-fiction. Proust, seul, est épargné. Pourtant, déclare-t-il, Jacques Peletier du Mans et Salluste du Bartas ont donné l’exemple, dès le seizième siècle, d’une véritable poésie scientifique :

c’est-à-dire non seulement dont le sujet est tel, mais encore où le langage de la science est transmué en poésie. C’est ce que j’ai essayé moi-même de faire dans la Petite Cosmogonie Portative.

17Une traduction est évidemment une transmutation particulière et Queneau a effectué plusieurs traductions anglais/français pour le compte de Gallimard (Maurice O’Sullivan, Georges du Maurier, Amos Tutuola). Il a préfacé ou commenté de nombreux auteurs dans ses chroniques de Ta critique sociale, Volontés, la N.R.F., Front national – le journal issu de la Résistance et qui parut pendant quelques années après la Libération – et s’est intéressé tout particulièrement à Fourier – comme Calvino –, Flaubert et Faulkner, et il fut le maître d’œuvre du volume de la Pléiade consacré à l’Histoire des Littératures où les littératures les plus diverses, voire exotiques, sont présentées.

  • 13 Gallimard, 1938.

18Il avait d’ailleurs commencé son activité de chercheur par un projet d’Encyclopédie des sciences inexactes – un travail sur les « fous littéraires » dont il fit une composante importante de son roman Les enfants du limon13.

  • 14 Bibliothèque Oulipienne no 3,1976.
  • 15 Morale élémentaire, Gallimard, 1975.

19Traduction et critique sont des activités qui vont souvent de pair avec l’activité créatrice d’un écrivain – tout comme celle d’un scientifique : la mise en forme d’une théorie n’est-elle pas une sorte de traduction ? – C’est ce que démontre encore, après le chef d’œuvre encyclopédique qu’est la Petite cosmogonie portative, le dernier texte paru du vivant de l’auteur : Les Fondements de la littérature d’après David Hilbert14. Mais, avoue-t-il15, pour en arriver là, il aura fallu remuer ciel et terre.

20OuLiPo, ALAMO

Notes

1 Gallimard, 1962, p. 13.

2 Ibid., p. 13.

3 Cambridge University Press, 1985.

4 « Les deux langages », L’Arc, loc. cit., p. 14.

5 François Laforge : « Forme et sens dans les romans de R. Queneau », in Queneau aujourd’hui, Colloque de l’Université de Limoges (mars 1984), Clancier Guénaud, 1985, p. 65.

6 Publié pour la première fois dans Bâtons, chiffres et lettres [BCL] Gallimard 1950. Voir en particulier : « Technique du roman », p. 27 de la réédition de 1967 (Idées no 70).

7 Jacques Bens (loc. cit., p. 50-54) a bien analysé la spécificité de Queneau par rapport au projet célinien.

8 Publié pour la première fois dans l’ouvrage de Jacques Jouet (loc. cit., p. 165-169.)

9 Article reproduit (sous le titre Errata) dans Le Voyage en Grèce, Gallimard 1973, p. 219-222.

10 II est intéressant de noter que Dunne est aussi à l’origine de l'opus magnum de Vladimir Nabokov : Ada.

11 Loc. cit., p. 240.

12 La version anglaise publiée dans le T.L.S. est due à Barbara Wright. Je dois à l’obligeance du C.I.D.R.E Raymond Queneau d’avoir pu disposer de l’original qui est demeuré inédit.

13 Gallimard, 1938.

14 Bibliothèque Oulipienne no 3,1976.

15 Morale élémentaire, Gallimard, 1975.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

Auteur

Né en 1923 à Paris, Paul Braffort, Licencié ès Sciences (Mathématique) et ès Lettres (Philosophie), a été responsable du Laboratoire de Calcul Analogique au Commissariat à l’Énergie Atomique. Détaché à l’EURATOM, à l’ESTEC (European Space Technology Centre) puis à l’Université de Paris XI (Orsay), il a dirigé une société de services informatiques puis a été « Visiting Scholar » à l’Université de Chicago et directeur de programme au Collège International de Philosophie. Élu membre de l’OuLiPo le 13 mars 1961, il a fondé, avec Jacques Roubaud, l’ALAMO (Atelier de Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateurs). Il a composé la musique du film d’Henri Gruel La Joconde et celle de nombreuses chansons sur des poèmes de Raymond Queneau, Jacques Bens, Guillaume Apollinaire... et lui-même. Il est l’auteur notamment de L’Intelligence artificielle (Presses Universitaires de France, 1968), Science et Littérature : les deux cultures, dialogues et controverses pour l’an 2000 (Diderot, 1998) et I & J, les deux combinateurs et la totalité (Plein chant, 2002)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search