Version classiqueVersion mobile

Raymond Queneau. Le mystère des origines

 | 
Yves Ouallet

« C’est le parapluie que je n’aime pas. »

Marie-Noëlle Campana

Texte intégral

  • 1 Un rude hiver, Œuvres complètes II, édition Henri Godard, Gallimard, « La Pléiade », p. 923.

1Étant d’origine lyonnaise, je reste sensible à l’insertion de Lyonnais dans les romans. Par conséquent et par instinct grégaire j’aurais tendance à suivre leur avis... Mais une fois n’est pas coutume, je n’affirmerai pas comme ma compatriote Mme Dutertre que Le Havre est « une ville de barbares »1. Après lectures et relectures, je la qualifierai plus volontiers de ville du désir et de ville de l’interdit. Plus précisément, l’écriture de cette « Ville Natale » est en partie fondatrice de la rhétorique érotique de Raymond Queneau. Si la poétique de la ville use bien évidemment de motifs romanesques essentiellement urbains, ces lieux spécifiques ou ces objets ne fonctionnent pas comme éléments de décor mais comme indices stylistiques : ils portent, témoignent des procédés d’écriture chers à Raymond Queneau.

  • 2 Fendre les flots, Œuvres complètes I, édition Claude Debon, Gallimard, « La Pléiade », p. 583, vers (...)

2La ville portuaire tout d’abord : le port permet le « contact éprouvant avec la libido »2, comme en témoigne la mésaventure initiale de Sally Mara qui expérimente un premier contact avec l’anatomie masculine. Plus romantiquement, dans le roman Odile, le port signifie le départ vers une vie sexuelle accomplie : la présence d’Odile sur les quais de Marseille suggère que ce mariage singulier va être enfin consommé.

  • 3 « Des étrangers hurlant. », Ibid., p. 897.
  • 4 « L’existence éteinte des lupanars... », Ibid., p. 803.
  • 5 Ibid., p. 589.

3Le port se singularise par la présence des « bistrots », comme le suggère le vers 5 d’un poème inédit : « le long du quai s’organisent les bistrots »3, mais également par « l’existence éteinte des lupanars /qui se développent au bord de la mer4 : c’est ainsi que « les banlieusards », avant d’embarquer pour une promenade en mer, vont « se promener à leur idée dans le port /et la première naturellement fut d’aller au boxon »5. Le poème La lanterne rouge illustre également cette réalité :

  • 6 Ibid., p. 583.

la lanterne rouge au bout du chemin
la lanterne rouge au bout de la main
[…]
pour marins suédois ou américains
qui portent au port café coton bois6.

4Le poème Seul au sol insiste aussi sur cette particularité

Dix heures du soir
le marin seulâtre
traîne dans les rues
d’une ville en plâtre
plus de bordels plus de femmes nues
[…]
la cité déserte
n’offre au navigant
que la vaine perte
d’un bout de son temps

  • 7 Ibid., p. 545.

5Cependant, les caractérisations « une ville en plâtre » et « la cité déserte » semblent suggérer que seuls les bars et les femmes donnent vie au port, comme si s’établissait dans l’imaginaire une définition du port liée à l’érotisme de la prostitution. Lorsque cet érotisme fait défaut, « le marin traîne et traîne [...] et dit adieu au jeu de piéton »7.

  • 8 Un rude hiver, édition citée, p. 947.

6Le port du Havre est longuement évoqué dans Un rude hiver : une des « distractions favorites » de Lehameau est la promenade à travers les quais du quartier de l’Eure8. La description de cette partie de la ville lui permet d’exprimer sa hargne virulente :

partout l’espace haletant et suant, gros de désespoir et de vice, paraissait prêt à sortir de sa cuisse des monstres et des catastrophes. Le temps n’engendrait que la honte [...] De rares et lourdes gouttes se mirent à tomber crevant l’empâtement du ciel et de leur éclatement sur le sol ne germaient que des ombres perverses et accablées [...] avec leurs bordels et leurs estaminets.

  • 9 Ils s’opposent à celui proche de l’octroi de Sainte-Adresse, ce « café désert qui s’avançait comme (...)
  • 10 Un rude hiver, p. 985.

7Le discours développant « la haine et l’écœurement » de Lehameau se fonde sur une personnification qui anime cet « espace » qui fait l’amour et qui accouche : « suant et haletant, gros, sortir, sa cuisse, engendrait, germaient, perverses ». Mais cette personnification se double d’un jugement moral condamnant ce lieu le « plus proche de l’enfer » : « honte, perverses, bordels, catastrophes, monstres, vice ». Ce quartier de l’Eure symbolise, selon Lehameau, un érotisme condamnable, et de surcroît, trop enclin à se reproduire – où les cafés participent à cette représentation d’horreur généralisée en offrant eux aussi « le spectacle de la lie infecte »9. Lehameau longe ensuite « la pierre luisante des quais » pour arriver « dans Saint-François avec la nuit », où « surgissent des coins obscurs des quémandeurs ignobles »10. Ce quartier aux rues étroites est peuplé « d’humains de diverses espèces [...] et de représentantes pour, payantes, la vénérologie ». Saint-François devient alors un lieu où la sexualité se manifeste bruyamment puisque « les sous-maîtresses se collent aux portes pour héler les passants ».

8Mais ce port qui exhibe une sexualité apparemment condamnable se teinte également d’érotisme accessible, plus noble qui vient réveiller le désir de Lehameau pour Helena :

  • 11 Ibid., p. 946-947.

Le long du Grand Quai, Lehameau s’arrêta [...] puisqu’il pensait à Helena.
C’était là.
C’était là que, pour la première fois, elle avait touché le sol de France11.

  • 12 Un rude hiver, p. 938.

9Ce « Grand Quai » rappelle le quai du premier rendez-vous où Lehameau « se sentait malade de désir ». En effet, c’est « au bout du boulevard de Strasbourg, près de la digue »12 que Lehameau donne rendez-vous à Helena ; ces deux quais opposés dans leur géographie et dans leur fonction initiale à l’intérieur du roman se conjuguent alors pour signifier une seule réalité érotique, celle d’Helena. Cette assimilation des lieux se manifeste de manière redondante dans la narration, la répétition lexicale et une disposition typographique semblable :

  • 13 Ibid., p. 944.
  • 14 Ibid., p. 947-948.

Il se sentait malade de désir. Helena.
Helena. Helena.
Helena13.
[...]
La France. Helena.
Helena. Helena.
Helena14.

10Un poème inédit reprend ce thème de la promenade amoureuse sur les quais :

  • 15 Œuvres complètes I, p. 789. Un poème inédit semble être l’écho de la tristesse de Lehameau : « j’al (...)

je n’ose tenter la merveille
de ce printemps suicide
triomphant de ce rude hiver
[...]
Elle marche le long des quais
et je si douce l’accompagne15

11Si les quais peuvent représenter l’émergence du désir et son éventuelle réalisation, ils peuvent également en symboliser l’interdiction :

L’auto file vers le port [...] C’est un long trajet, on en verra jamais la fin [...] Premier factionnaire, on passe [...] deuxième factionnaire, Lehameau ne passe pas. Il ne passera pas. Il se démène, il interpelle, il supplie, il argumente. Il ne passera pas [...] Il est là sur le quai enfoncé comme un clou.

  • 16 Un rude hiver; p. 984.
  • 17 Ibid., p. 959.
  • 18 Ibid., p. 979.
  • 19 Ibid., p. 984.

12Le récit du départ d’Helena fait suite à une série de refus qu’elle a opposée lors de chaque rendez-vous. Ces quais qui sont à présent « pas plus gai(s) que les autres »16 peuvent matérialiser le peu d’enthousiasme d’Helena face à ce « Frenchy » qui ne représentait pour elle « qu’un élément du paysage, paysage de voyage, paysage de guerre »17. Les quais accompagnaient ou favorisaient la rêverie érotique de Lehameau mais les « deux factionnaires » (avatars d’Helena ?) rappellent à Lehameau le poids de « l’histoire (qui) écrase le roman de sa patte épaisse »18. Ce désir « écrasé » est ainsi justifié par le « captain » : « l’entente cordiale ne consiste pas à dépuceler les petites vierges britanniques »19.

13À l’opposé de ces quais et du désir fulgurant et fugace d’un homme pour une femme, la villa d’Annette, proche du fort de Tourneville, représente le sentiment durable de Lehameau pour la jeune fille. Ce fort se trouve à l’opposé nord du port et à l’opposé est de Sainte-Adresse, but de la première promenade de Lehameau et Helena.

  • 20 Œuvres complètes I, p. 789.

14Les quais de la Seine ont eux aussi un rôle teinté d’affectivité dans le poème inédit débutant par « Au printemps de quarante-six »20, et d’érotisme dans Pierrot mon ami, où Pierrot, sur le quai, s’attarde devant le « spectacle des bateaux et des pêcheurs » :

Tout cela n’intéressait pas spécialement Pierrot [...] il ne cherchait pas non plus à se distraire, et il en vint bientôt à se figurer l’image d’Yvonne [...] la blondeur des poils, le rentré des joues, le modelé des hanches.

  • 21 Pierrot mon ami, Œuvres complètes II, p. 1140-1 141.

15L’image érotique d’Yvonne correspond partiellement aux éléments traditionnels des zones excitantes telles qu’elles sont définies par l’œil masculin : « la blondeur des poils » et « le modelé des hanches ». Puis la narration développe cet érotisme par d’autres éléments sensuels, le toucher et l’odorat. L’image semble alors tout à fait complète. Cependant cette « image » créée par la Seine contient paradoxalement la fin de l’attirance de Pierrot pour Yvonne : en effet, si la Seine « coulait (toujours) aussi belle », elle est « aussi graillonneuse », en d’autres termes, sale comme la ménagère que devient Yvonne à la fin du roman. La description du quai insiste alors sur la saleté ambiante : « un chien, roquet bâtard, se roulait joyeux dans de la crotte ». Et, sous la phrase « les pailles immobiles surveillaient leurs lignes stériles »21, qui en apparence ne fait office que de détail descriptif, peut se lire la non réalisation annoncée de cette histoire d’amour.

16Il semble que les quais de la Seine conservent dans Un rude hiver et dans Pierrot mon ami des caractéristiques semblables : s’ils favorisent la rêverie érotique, ils figurent aussi la fin d’une histoire d’amour fondée uniquement sur le désir physique. Cette similitude de caractères inscrit Paris et Le Havre dans une même thématique, où ville natale et ville d’adoption se fondent dans une même réalité littéraire, car l’objectif de Raymond Queneau consiste plus à établir sa littérature de la ville qu’à transcrire avec fidélité une réalité spécifique.

  • 22 Un rude hiver, p. 939.
  • 23 Ibid., p. 959.
  • 24 Ibid, p. 960.

17Le vent, la mer jouent également un rôle double : lors de son premier rendez-vous, Lehameau a un complice qui ose à sa place, le vent impudique qui tente de s’engouffrer sous les jupes de Miss Weeds. Sans succès, cette Anglaise résiste autant au vent qu’à Lehameau. Toujours complice, il offre en contrepartie un spectacle de choix, excitant : Lehameau « la regarda ainsi dessinée par le vent »22. Ce vent par ailleurs déchaîne la mer, qui assiste chacune de leurs promenades... Si « la mer est la même qu’au premier jour », c’est parce que le vent encore une fois, « gonfle les vagues » tandis que Lehameau déclare enfin son amour à Helena « en termes gonflés de désir »23. Dehors, la mer et « son agitation insensée », avec « le fracas des vagues » rythme l’excitation de Lehameau : « Vent et mer continuaient à se rompre [...] Lehameau saisit miss Weeds par les épaules et l’embrassa »24. Cette mer déchaînée et ce vent qui refuse de se taire accompagnent conjointement le désir renaissant de Lehameau. Ils épousent aussi l’extrême pudeur de Raymond Queneau, qui préfère déléguer aux éléments cosmiques la fonction de décrire la puissance de l’Éros.

  • 25 Ibid, p. 977.

18Mais ces éléments préfigurent également la brièveté et la fin de cette histoire : « Sur le haut de la falaise, un vent sec écorchait la peau. Ils marchent lentement le long de la terre sectionnée. En bas poudroie la mer. Leurs lèvres se séparent et le vent glisse entre leurs visages comme un couteau »25. Le narrateur avait prévenu : la mer qui débarque puis enlève Helena a beau s’agiter, malgré sa puissance « Lehameau ne pouvait trouver en lui que de médiocres échos de ces déchaînements ». Ce port où le vent et la mer jouent leur rôle délimite un espace liminaire où le désir prend forme, mais sans se réaliser dans son objet premier.

19Le cimetière où est enterrée Émilie Lehameau a une importance certaine dans le roman. Proche du fort de Tourneville, il se trouve sur les hauteurs du Havre. Dès les premières pages, il caractérise métaphoriquement le personnage principal :

Il était veuf [...] sa mémoire était pavée de tombeaux [...] mais fonctionnaire appliqué, il extirpait avec soin les mauvaises herbes qui croissaient dans les allées, et entretenait passionnément les quelques massifs de fleurs qui malgré tant d’hivers, n’avaient point flétri.

  • 26 Ibid., p. 919.
  • 27 Ibid., p. 990.
  • 28 Ibid., p. 919.
  • 29 « Miss Weeds s’appelle en français Mlle Chiendent », Georges Perec, quatrième de couverture de l’éd (...)
  • 30 Un rude hiver, p. 989 : une autre dialectique amour/haine est portée par la chanson de Ducouillon : (...)
  • 31 Ibid., p. 988.

20Puis le cimetière réapparaît également quelques lignes plus loin, toujours sousentendu, avec la rencontre d’Annette : « il se trouva devant le fort de Tourneville [...] le tramway vint qui était vide. [...] à la station suivante montèrent deux voyageurs »26. Paradoxalement, ce cimetière fait allusion aux figures féminines entourant Lehameau dans le roman. Bien entendu, Émilie à qui il reste fidèle : « je suis chaste »27 déclare-t-il à Madeleine. Est-ce pour cette raison que son veuvage « si sincère [...] faisait même sourire ? »28. Puis, dans la métaphore du portrait initial de Lehameau apparaît en filigrane cette Miss Weeds qu’il vient de rencontrer : ces « mauvaises herbes » envahissantes, peut-être ce chiendent que l’on retrouve dans le nom d’Helena29. D’autre part, si weed signifie chiendent, le pluriel weeds signifie vêtements de deuil... Ce cimetière semble porter des indices féminins qui mènent Lehameau sur la voie du désir sans effacer pour autant la pensée de la mort. Puis, après le départ définitif d’Helena, Lehameau « prit le tramway et se rendit au cimetière [...] il ne priait pas mais ça ne l’empêchait pas de pleurer [...] le corps immobile, sans hoquets ni sanglots [...] pendant une dizaine de minutes ». Ce cimetière fonctionnant comme un lieu ambivalent où s’exprime une dialectique vie/mort, il commande les deux anecdotes suivantes : le dialogue avec des fossoyeurs enterrant Ducouillon le chanteur comique30, qui détourne Lehameau de son chagrin, et le replace dans la dialectique fondamentale du lieu, celle d’Éros et Thanatos. Lehameau décide alors de se rendre chez Annette pour « l’emmener au cinéma ». Et trouve « la grande sœur Madeleine »31 qui le libère de son deuil sexuel. Cette dynamique dialectique des instincts était tout entière contenue dans les premières pages : Lehameau rencontre Annette aux alentours du cimetière : la jeune adolescente proche topographiquement de l’épouse défunte, parvient enfin à réunifier Éros et Thanatos.

21Parce que Lehameau est un homme en devenir, qui se réapproprie le désir et la capacité d’aimer, il se déplace beaucoup. Responsable de la création de l’espace du roman, ses déplacements servent de prétexte à la description de cet espace ; Un rude hiver confronte le quartier populaire, permissif de Saint François et les quartiers « civilisés » et censurants des frères Lehameau. Cette saveur propre que dégage chaque quartier appartient à la littérature urbaine et contribue à la mise en place d’un réseau où les relations entre les êtres et les lieux sont déterminées par rapport à une dynamique rhétorique qui oriente la ville. Cette introduction du personnage en mouvement, personnage porte-regard, permet les commentaires de Lehameau sur un milieu social précis, cette « pouillerie sordide et vibrante » qui inscrit la famille d’Annette dans un espace urbain bien délimité incompatible avec celui de Lehameau. Toute l’intrigue d’Un rude hiver tend à relier deux quartiers géographiquement et identitairement opposés, réalisant ainsi la réunion des contraires chers à Raymond Queneau... Mais par ailleurs elle évite pudiquement toute description romantique : cette union des contraires renforce métaphoriquement le parcours personnel de Lehameau...

  • 32 Ibid., p. 925.
  • 33 Ibid., p. 943.
  • 34 Corinne Garnier, L’univers des transports dans les romans de Raymond Queneau ou petite queneauphili (...)
  • 35 Un rude hiver, p. 918.

22Les trajets individuels de Lehameau – un peu soumis au hasard au début du roman puis « méthodiques »32 ensuite – illustrent et organisent la progression du roman. L’importance des « transports » dit l’intensité de la transformation de ce personnage enfermé dans une « petite existence fonctionnaire et veuve »33, qui va être soumis aux transports. En effet, Un rude hiver place Lehameau entièrement « sous le signe des transports »34 : il occupe un poste stratégique dans les transports de guerre grâce auxquels il rencontre Helena, et à cause desquels il la perd ensuite ; Helena arrive et part en bateau, et s’inscrit dans le cadre du « travail sérieux et confidentiel »35 de Lehameau ; la petite Annette apparaît un dimanche, jour de repos et de détente de l’esprit. La rencontre a lieu dans un tramway, où Lehameau la retrouve par ailleurs.

  • 36 Ibid., p. 915.
  • 37 Ibid., p. 984.

23Le roman oppose symboliquement le tramway et le bateau à travers ces deux figures féminines. Si le premier dialogue de Lehameau avec Helena a lieu le jour de l’exhibition asiatique, la rencontre d’Annette se déroule également « le jour des Chinois » et s’oppose aux rende2-vous de Lehameau et d’Helena : Lehameau est debout, statique, et « se tourne vers sa voisine » : miss Weeds. Cette rencontre fortuite – autant que celle d’Annette – porte en germe son terme car non liée aux transports qui définissent Lehameau dans le roman. Cette première rencontre s’apparente donc dans le roman à un simulacre d’intrigue, masquant pudiquement l’éveil à l’amour d’un homme mûr face à une fillette de presque 15 ans. Il faut néanmoins remarquer qu’Annette est symboliquement présente dès la première page : sous couvert de précision locale, la notation « un tram remonta la file asiatique »36 annonce l’apparition de « la petite fille » dans le roman. De plus, lorsque Helena quitte Le Havre en bateau, Lehameau revient vers la ville et « c’est excessivement désagréable, c’est agaçant même. » Mais ce retour devient soudainement plus attrayant : « Et puis tout à coup voici des maisons, des gens qui passent, des lampes derrière des vitres. Voici même un tramway »37. La présence du tramway figure un retour à la vie, un retour vers Annette et vers le désir durable.

  • 38 Poème inédit, Œuvres complètes I, p. 808.
  • 39 Chêne et chien, p. 17.
  • 40 Jean Mitry, Histoire du cinéma, Editions Universitaires 1969, tome II, p. 228 et sq.
  • 41 Fendre les flots, p. 587.
  • 42 Les Derniers jours, Œuvres complètes I, p. 472.

24Le cinéma où « les femmes [...] trottoirent sans bruit »38 appartient à l’histoire personnelle de Raymond Queneau. Fuyant avec son père « les longues querelles » conjugales, les sorties hors du champ familial sont l’occasion d’aller au « Kursaal et Pathé, où grommelle la foule des marins et des rôdeurs du port », et de regarder des « blondes pucelles » ou « des putains infidèles et belles /(qui) menaient au désespoir de jeunes élégants », les films comiques de « Chariot »39 ou les Bathing Beauty Girls de Mack Senett, qui furent « la grande révélation des années 1916 et 1917 »40 ; le jeune Queneau a alors une petite quinzaine d’années et si ces actrices lui « montrèrent comment une fille est faite », elles eurent une importance certaine sur la formation de ses représentations érotiques. En effet, « elles gravent à l’eau forte leur anatomie/dans les imaginations adolescentes »41 : la réécriture du terme pictural « eaux-fortes » insiste sur la puissance de l’impression. Puis plus tard, à Paris, parmi ces « films comiques américains » projetés au Ciné-Opéra et au Parisiana que Tuquedenne si proche de Queneau jeune homme « fréquentait assidûment » : « Il en était toujours bien un, et c’est pour cela que Tuquedenne venait, un qui se passait sur une plage et que des Bathing Beauty girls animaient »42. Un poème inédit rappelle cet érotisme visuel :

  • 43 Œuvres complètes I, p. 815.

Nous avons passé des jours insouciants
Et je le sais peu édifiants
à pleurer à chanter à rire
à se promener par les rues
à reluquer les femmes nues
au cinéma sans coup férir43

  • 44 Derniers jours, p. 409.
  • 45 Un rude hiver, p. 938.
  • 46 Ibid., p. 927.
  • 47 Ibid., p. 965.
  • 48 « Je suis veuf, [...] cela a un rapport avec le cinéma », Ibid., p. 940.
  • 49 Louis Chevalier, Histoires de la nuit parisienne, Paris, Fayard, 1982, p. 104.
  • 50 Un rude hiver, p. 934.

25Quant à Rohel, « l’érotisme des salles obscures », ce thème cher aux surréalistes et mémoire littéraire de Raymond Queneau, lui permet de mener à bien une tentative de séduction « avec une belle gosse [...] qu’il avait connue [...] devant un café crème ; malin, il l’avait emmenée au cinéma. Ça faisait maintenant un ménage »44. De retour au Havre avec Un rude hiver, le cinéma donne l’occasion à Lehameau de débuter une relation avec Annette fondée sur le désir : placée à côté de Bernard Lehameau, le désir d’Annette peut s’exprimer autant que sa jalousie45 tandis que Lehameau utilise le cinéma comme prétexte pour ne plus perdre cette femme-enfant. Après avoir tant cherché « les deux enfants », il déclare : « Je viendrai dimanche prochain [...] après je vous emmènerai au cinéma »46. La raison en est simple, comme il l’avoue lui-même à Annette : « Quand tu es avec moi, je ne pense plus au froid »47. Si le cinéma d’Un rude hiver est l’élément urbain qui cause le malheur de Lehameau48, il lui donnera ensuite l’opportunité de retrouver un autre bonheur – temporairement avec Miss Weeds, puis de manière définitive avec Annette : dès leur première séance, Lehameau lui répond « tranquillement comme à une épouse ». D’autre part, cette salle concentre autour de Lehameau tous les types de femmes gravitant autour de lui dans le roman – la femme désirable, la femme vénale et la jeune fille aimée – et possède par ailleurs ses propres délimitations : le poulailler et le balcon qui passent pour « mal fréquentés » auxquels s’oppose « le bon public de l’orchestre »49. La première séance confirme cette réalité : « Une masse bruyante et en casquette grouillait au poulailler. De temps à autre un mégot ou un bonbon à moitié sucé tombait sur les rupins du parquet50 ».

  • 51 Ibid., p. 947.
  • 52 Loin de Rueil, éd. Folio Gallimard, p. 44
  • 53 Un rude hiver, p. 934.
  • 54 Poème inédit. Œuvres complètes I, p. 819.
  • 55 Un rude hiver, p. 947.

26La notation très réaliste de ces délimitations a un rôle précis dans l’œuvre : elle sépare les « rupins » de la « plèbe du port [...] la racaille en casquette »51. Sur les bancs de l’orchestre ou du poulailler « c’est plein de petits voyous »52, avec les « poules » telles Guiguitte53, « les putains » et « les barbeaux »54, toute cette « race maudite »55 haïe par Lehameau car définie par ses activités liées au sexe et dont la présence donnait, avant la refonte totale de la topographie de la salle, une indéniable coloration sexuelle au cinéma. Mais elle participe à réunir dans le roman deux extrêmes, deux classes sociales et à fonder un couple amoureux. Plus tard, cet élément urbain que représente le cinéma et élément essentiel de la personnalité de Raymond Queneau deviendra croisement de genres : Loin de Rueil jouera d’une écriture romanesque d’apparence cinématographique.

27Reliant cinéma et déplacements, urbanité et littérature, le personnage de la prostituée, une des figures urbaines les plus archaïques, apparaît tantôt comme personnage individuel, tantôt comme allégorie de la ville. La grande sœur Madeleine joue un rôle non négligeable dans Un rude hiver : elle rompt la longue période de chasteté de Lehameau, elle détruit prosaïquement ses dernières inhibitions et ses derniers préjugés et le replace – malgré et grâce à cette sexualité qu’il condamnait auparavant – dans une vie d’homme.

  • 56 Petite Cosmogonie Portative, Œuvres complètes I, p. 222.
  • 57 Un rude hiver, p. 948.

28Raymond Queneau ne définit pas ce personnage urbain par son sexe commercialisé, mais essentiellement par son appartenance à la ville ; c’est probablement cette caractéristique « qui donna à la pute un goût de carrefour »56. Participant à l’identité du lieu, on la trouve ponctuellement dans un cinéma proche du port du Havre : « quelques putains venues là plus pour se changer les idées que pour lever un type, ceci étant d’une désolante facilité, pas besoin de dépenser vingt sous pour cela ». Ou dans les cafés : « Lehameau s’assit dans un des cafés de la rue de Paris et but avec dignité un picon-citron, tout en observant [...] deux officiers aux prises avec deux poules. [...] La victoire des poules sur l’aristocratie britannique fut totale, lui sembla-t-il »57. Refusant de décrire la prostituée dans sa vénalité sexuelle, Raymond Queneau joue de cette absence délibérée de descriptions et procède alors par l’utilisation de signes distinctifs : la phrase convenue « tu viens chéri ? » et d’un accessoire, fonctionnel et cocasse. Certainement lié aux prostituées havraises, le parapluie est peu mentionné dans les écrits queniens, mais il fonctionne comme repère de la prostitution dans le poème La lanterne rouge :

  • 58 Fendre les flots, p. 584, vers 2-3, et vers 13-14.

la lanterne rouge au bout de la main
c’est un parapluie [...]
ces parapluies noirs évoquent l’adresse
de spectres de morts tortillant des fesses58

  • 59 Un rude hiver, p. 944.
  • 60 Saint Glinglin, Gallimard, « L’Imaginaire », 1981, p. 219.

29Lehameau, au début du roman, refuse, condamne (et redoute) le symbole érotique de ce parapluie59. Mais dans la Ville Natale – si bien nommée – les Urbinataliens peuvent admirer dans la boutique de Mandrace « un soutien-gorge transpercé par un parapluie (qui) reposait sur un coussin noir ». L’exposition de ce soutien-gorge illustre le nouveau commerce de Mandrace, devenu traîtreusement « importateur vendu aux Étrangers »60. Si la composition artistique de Mandrace – ce soutien-gorge et ce parapluie – laisse rêveur et rappelle Lautréamont, il semble que la narration s’intéresse plus à décrire la mise en scène du parapluie que celle du soutien-gorge. Le dialogue suivant confirme la supériorité de ce parapluie, omniprésent dans le choix d’articles de lingerie proposés par Mandrace :

— Gaine ? Pépin ? [...] Corset ? Riflard ? Guêpière ? Ouaterproufe ? Porte-Jarretelles ?

— Pépin.

— Pour toi ? pour demoiselle ?

— Pour demoiselle.

— [...]

— Comment cela fonctionne-t-il ? demanda (Laodicée) en rougissant à ravir.

  • 61 Ibid., p. 220.

30Le cadeau aura une efficacité certaine : « c’est ainsi qu’officieusement ils se fiancèrent »61. Curieusement, la rêverie érotique proposée par le soutien-gorge s’efface devant celle, plus efficace, créée par un parapluie...

31Cet accessoire, comme les éléments cosmiques, les transports en commun, le cinéma, et la liste pourrait s’allonger, établit un lien de nature sexuelle entre les personnages et l’espace du roman ; il représente l’interdit pour Lehameau et le désir autorisé dans la Ville Natale. Mais ce parapluie symbolise plus concrètement la rhétorique érotique de Raymond Queneau : plié, c’est un indéniable symbole phallique, ouvert – le plus souvent – il est utile, et son utilité masque l’aspect sexuel. Lié biographiquement à la ville du Havre, ou plus littérairement à la Ville Natale où il pleut « à pierre fendre », ce parapluie évite toute narration impudique tout en revigorant par l’humour ou l’incongruité une description qui prendrait le risque de la fadeur car trop convenue. Procédé d’évitement, mais également ruse énonciative, il contourne et met en relief une esthétique érotique urbaine fondée sur la dualité. À la fois clin d’œil égrillard et discret aux convenances littéraires, et dans le même temps respect de ces conventions, il prend en charge la pudeur légendaire de Raymond Queneau tout en la démentant joyeusement.

32En définitive, toute cette promenade verbale au gré des rues n’avait qu’un objectif, celui de rappeler aux lecteurs de Raymond Queneau et aux visiteurs du Havre : n’oubliez pas votre parapluie !

33Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III

Le Havre – Place Thiers – Le rémouleur
Collection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet

Le Havre – Place Thiers – « Au Phare du Havre » et « Hôtel du Bras d’Or »
Collection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet

Le Havre – Vieilles maisons à l’angle de la rue Saint-Jacques et du quai Notre-Dame
Collection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet

Le navire Unébi quittant le port du Havre
Bibliothèque Municipale Armand Salacrou – Le Havre – photo Eric Levilly

L’Anse des pilotes
Collection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet

Notes

1 Un rude hiver, Œuvres complètes II, édition Henri Godard, Gallimard, « La Pléiade », p. 923.

2 Fendre les flots, Œuvres complètes I, édition Claude Debon, Gallimard, « La Pléiade », p. 583, vers 7.

3 « Des étrangers hurlant. », Ibid., p. 897.

4 « L’existence éteinte des lupanars... », Ibid., p. 803.

5 Ibid., p. 589.

6 Ibid., p. 583.

7 Ibid., p. 545.

8 Un rude hiver, édition citée, p. 947.

9 Ils s’opposent à celui proche de l’octroi de Sainte-Adresse, ce « café désert qui s’avançait comme une bosse audessus des galets » où Bernard Lehameau retrouve Helena lors de leur premier rendez-vous. L’image de la « bosse » symbolise-t-elle le relief que prend Helena dans la vie terne de Lehameau, ou l’image plus stéréotypée, appartenant à la rhétorique érotique, matérialisant pudiquement le désir masculin ?

10 Un rude hiver, p. 985.

11 Ibid., p. 946-947.

12 Un rude hiver, p. 938.

13 Ibid., p. 944.

14 Ibid., p. 947-948.

15 Œuvres complètes I, p. 789. Un poème inédit semble être l’écho de la tristesse de Lehameau : « j’allais le long de ces deux rives / où seul j’ai si longtemps souffert. » Œuvres complètes I, p. 789. Il semble que Raymond Queneau transpose cette promenade le long de la Seine. Un autre poème de Courir les rues, « Boucheries à la une » reprend ce thème de la promenade triste : « J’ai promené ma peine / dans les rues de Paris », Courir les rues, p. 407.

16 Un rude hiver; p. 984.

17 Ibid., p. 959.

18 Ibid., p. 979.

19 Ibid., p. 984.

20 Œuvres complètes I, p. 789.

21 Pierrot mon ami, Œuvres complètes II, p. 1140-1 141.

22 Un rude hiver, p. 939.

23 Ibid., p. 959.

24 Ibid, p. 960.

25 Ibid, p. 977.

26 Ibid., p. 919.

27 Ibid., p. 990.

28 Ibid., p. 919.

29 « Miss Weeds s’appelle en français Mlle Chiendent », Georges Perec, quatrième de couverture de l’édition « L’imaginaire » de Gallimard, mais dévoilé par Claude Simonnet in La parodie et le thème de Hamlet chez Raymond Queneau in Les Lettres nouvelles, no 34,16 décembre 1959, p. 12-27.

30 Un rude hiver, p. 989 : une autre dialectique amour/haine est portée par la chanson de Ducouillon : « quand on haime hon est un imbécile », où le néologisme « haime » contient à la fois « hait » et « aime ».

31 Ibid., p. 988.

32 Ibid., p. 925.

33 Ibid., p. 943.

34 Corinne Garnier, L’univers des transports dans les romans de Raymond Queneau ou petite queneauphilie transportative. Mémoire de maîtrise, sous la direction de Daniel Delbreil, Paris III, 1989, p. 54.

35 Un rude hiver, p. 918.

36 Ibid., p. 915.

37 Ibid., p. 984.

38 Poème inédit, Œuvres complètes I, p. 808.

39 Chêne et chien, p. 17.

40 Jean Mitry, Histoire du cinéma, Editions Universitaires 1969, tome II, p. 228 et sq.

41 Fendre les flots, p. 587.

42 Les Derniers jours, Œuvres complètes I, p. 472.

43 Œuvres complètes I, p. 815.

44 Derniers jours, p. 409.

45 Un rude hiver, p. 938.

46 Ibid., p. 927.

47 Ibid., p. 965.

48 « Je suis veuf, [...] cela a un rapport avec le cinéma », Ibid., p. 940.

49 Louis Chevalier, Histoires de la nuit parisienne, Paris, Fayard, 1982, p. 104.

50 Un rude hiver, p. 934.

51 Ibid., p. 947.

52 Loin de Rueil, éd. Folio Gallimard, p. 44

53 Un rude hiver, p. 934.

54 Poème inédit. Œuvres complètes I, p. 819.

55 Un rude hiver, p. 947.

56 Petite Cosmogonie Portative, Œuvres complètes I, p. 222.

57 Un rude hiver, p. 948.

58 Fendre les flots, p. 584, vers 2-3, et vers 13-14.

59 Un rude hiver, p. 944.

60 Saint Glinglin, Gallimard, « L’Imaginaire », 1981, p. 219.

61 Ibid., p. 220.

Table des illustrations

Légende Le Havre – Place Thiers – Le rémouleurCollection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Le Havre – Place Thiers – « Au Phare du Havre » et « Hôtel du Bras d’Or »Collection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Le Havre – Vieilles maisons à l’angle de la rue Saint-Jacques et du quai Notre-DameCollection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Le navire Unébi quittant le port du HavreBibliothèque Municipale Armand Salacrou – Le Havre – photo Eric Levilly
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6607/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende L’Anse des pilotesCollection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6607/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 593k

Auteur

Marie-Noëlle Campana enseigne à Paris III–Sorbonne. Elle est l’auteur d’une thèse sur l’écriture de l’érotisme dans l’œuvre de Raymond Queneau et d’un Queneau pudique, Queneau coquin (à paraître) ainsi que de plusieurs articles sur Raymond Queneau.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search