Version classiqueVersion mobile

Raymond Queneau. Le mystère des origines

 | 
Yves Ouallet

Queneau et sa ville natale

Michel Lécureur

Texte intégral

1On ne passe pas les dix-sept premières années de sa vie dans une ville, sans en être marqué, surtout lorsqu’il s’agit d’un grand port et d’un moment important de l’histoire : la première guerre mondiale. Aussi est-il intéressant de se demander dans quelle mesure Raymond Queneau, né au Havre le 21 février 1903, a subi l’influence de sa ville natale dans sa vie, son être et son œuvre.

  • 1 Michel Lécureur, Raymond Queneau, Paris, Éditions Les Belles Lettres Archimbaud, 2002.

2Un enfant se souvient toujours des lieux qui l’ont vu naître, puis grandir. Pour Queneau, il est amusant de constater qu’il y a une différence entre ses affirmations et l’état civil. Il a en effet déclaré, à plusieurs reprises, être né 104, rue Thiébaut, au domicile de sa grand-mère maternelle, dans l’actuelle rue du Général-Sarrail. Or, les registres de l’état civil n’indiquent pas cette adresse, mais celle de ses parents, 47, rue Thiers, devenue René-Coty. Il y a là un petit mystère que l’on peut aisément expliquer en distinguant, d’une part, la saga familiale, de l’exactitude administrative, d’autre part. Les fonctionnaires sont des gens sérieux, nul n’en doute, et ne peuvent avoir mentionné ce que l’on appelle pudiquement une contre-vérité. En revanche, Joséphine Queneau, mère de l’écrivain, transfigurait volontiers la réalité et a légué cette disposition à son fils. En rédigeant la biographie que je lui ai consacrée1 j’ai eu l’occasion de m’en rendre compte à plusieurs reprises, en particulier à propos des mésaventures survenues au grand-père maternel, Zéphyrin Mignot, dans l’exercice de son métier de capitaine au long cours. Dans l’esprit de Raymond Queneau, la tendance n’a fait que se renforcer, non pas forcément avec l’âge, mais avec la volonté de faire de la littérature. Il va de soi que certaines formules sont plus percutantes que d’autres et qu’elles doivent être préférées par l’homme de lettres. Toutefois, dans le cas de la naissance du romancier, l’explication doit résider dans le désir de paraître du petit-bourgeois. Il semble que Joséphine et Auguste Queneau n’habitaient, le 21 février 1903, que l’arrière-boutique de leur mercerie et qu’il ait été plus honorable de laisser croire à une naissance dans un véritable appartement, celui de la grand-mère. Mais ce n’est qu’une hypothèse.

3Comme beaucoup de Havrais, Joséphine Mignot et sa famille n’étaient pas originaires du Havre. Ils n’y arrivèrent qu’à la fin du XIXe siècle, après avoir vécu à Granville. Auguste Queneau, lui aussi étranger dans la ville, y résidait à la suite d’une affectation qui l’avait précédemment conduit à Marseille, puis à Bordeaux. Comptable colonial, il avait dû se plier à une décision administrative le nommant au Havre. En fait, Auguste Queneau venait de Touraine, où sa famille exploitait une ferme, à Saint-Épain, près de Sainte-Maure, célèbre pour son fromage de chèvre. Les revenus de la famille étaient modestes, si bien que le fils cadet, Auguste, n’avait pu espérer rester à la terre avec son frère aîné et s’était engagé dans l’administration coloniale.

4L’appartement du 47, rue Thiers, au-dessus de l’actuel salon de coiffure « Camille Albane », a laissé des souvenirs bien précis dans l’esprit de Raymond Queneau, qui n’a pas manqué de le décrire et d’en dessiner le plan dans son journal Il a également confié qu’il a couché dans la chambre de ses parents jusqu’à l’âge de dix ans, ce qui n’a pas été sans perturber l’éveil de sa sexualité. Même si les parents étaient discrets, ils ne pouvaient dissimuler entièrement leurs ébats à leur fils dont la sensibilité a probablement été marquée par certaines scènes. Toujours est-il qu’il est souvent revenu sur ce sujet dans son œuvre, et en particulier dans son roman en vers, Chêne et chien (1937), qui évoque son enfance et la cure psychanalytique à laquelle il s’est soumis à partir des années trente. Rue Thiers, Raymond Queneau a également eu l’occasion de rencontrer son cousin Albert Montaigu, qui ne restait jamais indifférent aux vendeuses de sa tante et qui ne se privait pas de raconter à Raymond des histoires toutes plus salaces les unes que les autres. Dans cet appartement au-dessus du magasin de ses parents, Raymond Queneau a fini par occuper une chambre à lui tout seul et par s’y constituer un univers fait surtout de livres. Les différents inventaires qu’il en a dressés révèlent un fonds documentaire très complet, allant des littératures grecques et latines jusqu’aux ouvrages scientifiques les plus sérieux. Les livres de sa bibliothèque personnelle lui semblant souvent trop peu nombreux, il se rendait à la Bibliothèque municipale, hébergée à l’époque dans une aile du Lycée, rue Ancelot, ou dans deux cabinets de lecture, tenus l’un, rue Victor Hugo, par Mme Baillet et l’autre, rue Casimir-Périer, par Mme Bois. Raymond possédait, en effet, un esprit très curieux, particulièrement avide de connaissances. Il s’intéressait aussi bien à la chimie ou à l’astronomie qu’à la poésie ou aux romans. Toute sa vie d’ailleurs, il cherchera à dépasser le célèbre clivage qui est censé opposer les littéraires aux scientifiques, en pratiquant à la fois les mathématiques au plus haut niveau et des recherches poussées sur le langage. En plein XXe siècle, Raymond Queneau perpétuera la tradition d’un Pascal ou d’un Pic de la Mirandole.

5Durant ses études, il s’est même livré à des excursions géologiques dans la falaise du Havre ou à des expériences chimiques dans le petit laboratoire qu’il s’était constitué. Elles avaient principalement pour but de vérifier ce qu’on lui apprenait en classe, au Lycée du Havre, l’actuel Lycée François Ier, où il a effectué toute sa scolarité. On y accueillait, en effet, au début du siècle, toutes les sections, de la maternelle aux terminales. Avant la 6e, Raymond Queneau fut plutôt un bon élève, mais à partir de celle-ci et jusqu’en 3e, il se laissa aller à la paresse et au chahut. Cette période coïncide avec le début de la 1re Guerre et la discipline subie alors par les élèves ne devait pas être des plus rigoureuses, en raison du départ au front de beaucoup d’enseignants et de leur remplacement par du personnel plus âgé, voire retraité. Parmi eux, un professeur de lettres, M. Monscourt, appelé Beskoff par tous, était particulièrement la cible des plaisanteries. Raymond Queneau en a souvent parlé par la suite, affirmant que son surnom venait du patronyme d’un amiral russe venu en visite au Havre. Malgré toutes mes recherches, je n’ai pu établir la véracité de ce propos. Toujours est-il que Raymond Queneau l’a répété, en insistant auprès des journalistes sur ses exploits de cancre. C’est une image d’eux-mêmes que les hommes de lettres aiment à cultiver, alors qu’elle ne correspond pas toujours à la réalité. En ce qui concerne Queneau, elle n’est pas entièrement fausse, mais ne recouvre qu’un aspect limité de sa scolarité. De la Seconde à la Terminale, il s’est acheté une conduite et a obtenu sans difficulté son baccalauréat latin-grec-philosophie, décerné à l’époque à Caen, car Le Havre dépendait alors du rectorat de cette ville. Les malheureux candidats devaient donc affronter d’abord les rigueurs d’une traversée en mer avant de connaître celles des examinateurs. Queneau nous en a laissé quelques souvenirs dans Chêne et chien, ainsi que dans Journaux.

6Ces études au Lycée du Havre lui ont permis de connaître, de près ou de loin, plusieurs jeunes qui, devenus célèbres, sont restés en relation avec lui. Le plus connu est sans doute Armand Salacrou qui a curieusement écrit, en 1962, dans Livres de France, qu’il n’avait pas fréquenté Queneau avant 1939. Il avait seulement oublié avoir déjeuné en 1922 à Épinay-sur-Orge, chez les parents de Raymond Queneau, et s’être ensuite promené plusieurs fois avec lui dans le Quartier Latin. Voilà qui doit toujours nous inciter à utiliser avec précaution les souvenirs des écrivains. En revanche, il est vrai que Raymond Queneau n’a pas été lié à Jean Dubuffet lorsque celui-ci vivait au Havre. Ils ont fait connaissance à Paris, à la fin de la seconde Guerre mondiale. Mais, durant ses études, Raymond Queneau, ami avec les trois frères Piel, leur adressa souvent des lettres. Jean Piel, en particulier, directeur de la revue Critique, est toujours resté l’un de ses intimes. Il a également été proche de Raymond Las Vergnas, éminent angliciste et auteur du Tramway des Grands bassins, roman qui se passe au Havre. Pierre Bost, surtout célèbre pour ses dialogues et adaptations cinématographiques avec Jean Aurenche, a également fréquenté Raymond Queneau au Havre. Mais celui qui l’a beaucoup impressionné pendant sa jeunesse, fut Georges Limbour, romancier, poète et journaliste. Il faut dire que ce fils d’imprimeur était haut en couleur et s’est, très jeune, signalé à l’attention de ses condisciples par ses extravagances. Grand voyageur, il a participé à différents conflits, en Europe centrale et en Asie. Raymond Queneau aimait à le retrouver sur la plage du Havre, dans une cabane, pour d’interminables discussions et parties d’échecs.

7Outre le bord de mer qu’il a souvent hanté, Queneau s’est beaucoup déplacé dans la ville du Havre et dans l’agglomération en général. Son père l’a fréquemment emmené au cinéma, en particulier rue de Paris, au Kursaal. C’est là qu’il a vu de très nombreux films de Charlie Chaplin et qu’il a conçu beaucoup d’admiration pour l’acteur anglais. Ses parents l’ont également conduit au Grand Théâtre de la place Gambetta, mais, curieusement, il n’a que peu de souvenirs des pièces qu’il a vues. Seul, ou avec des amis ou ses parents, il a pris le tramway pour se rendre au bord des bassins, dans le quartier de l’Eure, à Harfleur, dans la forêt de Montgeon, à Graville, Sanvic, Bléville ou Sainte-Adresse. À l’époque de son adolescence, Le Havre était particulièrement animé puisque de nombreuses troupes y séjournaient. On y trouvait des Belges, puisque Sainte-Adresse était devenue la capitale de la Belgique, des Anglais, des Australiens, des Canadiens, mais aussi des Russes, des Serbes, des Hindous et même des Chinois. Son roman, Un rude hiver (1939), s’ouvre sur une fête chinoise à laquelle il a assisté, place Thiers, et qu’il évoque de manière très humoristique.

8Après son départ du Havre, en 1920, afin de poursuivre ses études à Paris, il n’a pas délaissé pour autant sa ville natale. De 1920 à 1939, il y a séjourné plusieurs fois pour retrouver ses amis ou une partie de sa famille. Seuls ses parents avaient choisi de l’accompagner en région parisienne. Sa grand-mère maternelle, son cousin Albert Montaigu et sa tante, Maria, vécurent au Havre jusqu’à leur mort. Maria Montaigu, par exemple, tenait, elle aussi, une mercerie rue Thiers, à l’enseigne de « La Scabieuse ». C’était une femme de caractère, très pittoresque, dont il s’est souvenu dans Le Dimanche de la vie, en lui conférant la mission d’aller rencontrer le soldat Valentin Brû que sa sœur tenait absolument à épouser.

9Pendant la seconde Guerre mondiale, Queneau n’est pas resté indifférent au sort du Havre et a souvent noté dans ses Journaux les nouvelles qu’il en recevait. Après les bombardements de 1944, il a dépeint dans plusieurs de ses textes l’immense champ de ruines qu’était devenue la ville basse. Du parvis Saint-Michel à la sortie du port, seuls quelques immeubles restaient debout, épargnés par on ne sait quel miracle, et Queneau en fut très impressionné. Par la suite, il a eu l’occasion de suivre la reconstruction du Havre, qu’il trouvait belle, mais froide. À cette époque, il est revenu au Havre, principalement avec Armand et Lucienne Salacrou qui l’invitaient dans leur Villa maritime. Armand et Raymond se voyaient souvent à Paris, chez Gallimard et à l’Académie Goncourt, dont ils étaient membres tous les deux. Au cours de leurs rencontres, nos deux Havrais ne manquaient pas d’évoquer les brillants résultats d’alors obtenus par le HAC-Football, qui s’illustra en 1959 lors des matchs de la Coupe de France. On peut d’ailleurs s’étonner que l’influence de Salacrou n’ait pas été suffisamment forte pour attirer Queneau au théâtre. Il n’a écrit que peu de pièces et c’est surprenant quand on connaît sa facilité à créer des dialogues.

10Au Havre, après guerre, Raymond Queneau a parfois accepté l’invitation des libraires Dombre, place de l’Hôtel-de-Ville, et Gobled, à La Vigie, avenue Foch, pour venir dédicacer ses ouvrages. Mais ce genre de manifestation n’était pas ce qu’il préférait. Quand Mario Prassinos exposa ses toiles dans l’actuel Musée André-Malraux, Queneau accepta d’écrire une préface pour le catalogue, tout en se défilant pour l’inauguration, de peur qu’on lui demande de donner une conférence. Et pourtant, il continuait à s’intéresser au Havre, collectionnant des documents historiques, comme des décrets de la Convention, ou, plus simplement, constituant tout un dossier, en 1967, pour rassembler les articles sur la célèbre marée du siècle. De même, il se plaisait à retrouver les livres qui traitaient du Havre, comme ceux d’Alphonse Martin ou de Claude Le Chevalier. Connaissant cette passion de Raymond Queneau, ses amis l’avertissaient dès qu’ils apercevaient chez les bouquinistes des ouvrages consacrés au Havre.

11En 1973, lorsque Paule Tardif organisa une exposition Raymond Queneau à la Bibliothèque Municipale, il accepta de venir à l’inauguration. Il donna même son accord pour que la médaille de la Ville lui fût remise, alors qu’il avait déclaré, à plusieurs reprises, détester ce genre de manifestation. Il refusa d’abord à Claude Rameil, fondateur des Amis de Valentin Brû, puis se ravisa en lui disant, qu’après tout, elle viendrait s’ajouter aux médailles qu’il avait déjà obtenues au Havre, à la fin de ses études. Rien n’était plus vrai. En 1919, il avait reçu celle des Antiquaires de Normandie pour ses bons résultats en histoire et, en 1920, celles de la Société havraise d’études diverses et de la Ville pour récompenser ses excellents résultats scolaires.

12Devant cette présence importante du Havre dans la vie de Queneau, on peut s’interroger sur l’influence qui en est résultée, aussi bien dans son esprit que dans son œuvre. En ce qui concerne le premier, on dispose heureusement des Journaux, tenus par l’auteur tout au long de sa vie, et on y trouve une abondance d’informations qui permettent d’aborder le sujet. On s’aperçoit alors que Le Havre apparaît dans beaucoup des rêves qu’il a consignés. Il se revoit dans l’appartement de ses parents, dans leur magasin, au lycée, sur la plage ou dans les rues de la ville. Ainsi, le 16 novembre 1924, il raconte :

Je suis au Havre (et j’éprouve d’ailleurs un plaisir intense à me trouver dans cette ville). J’entre dans une banque avec la vague idée de la cambrioler ; mais ce n’est qu’une librairie. J’y vois le dernier roman d’Aragon, le deuxième volume de L’Anabase de Saint-John Perse et les Œuvres érotiques de Rimbaud [...] Je n’achète rien. En sortant, je traverse une pièce très vaste, assez analogue à un observatoire ; tout en haut d’une grande échelle, en train d’écrire, j’aperçois Monsieur Frédéric Lefèvre.

  • 2 Journaux, Gallimard, 1996, p. 226.

13La fréquence des références havraises dans les rêves de Queneau est significative de l’importance prise dans son inconscient par le décor de son enfance. Outre les souvenirs visuels, lui reviennent aussi certaines sensations comme celle de la peur, éprouvée au Lycée devant les plus grands. Un certain Mecker, en particulier, le menaçait de jeter des sorts contre son père, sa mère ou sa grand-mère s’il ne faisait pas ce qu’il voulait. « Et je cédais, écrit Queneau. J’étais terrifié.2

  • 3 « Le Café de la France », Les Temps modernes, no 17, février 1947, p. 939.
  • 4 Cahiers Raymond Queneau, no 14-15,1989, p. 46.
  • 5 L’Arc, no 28,1966.

14Le Havre revient fréquemment aussi dans les jugements conscients de Raymond Queneau. L’image qu’il donne alors est parfois négative. Il lui arrive ainsi d’écrire que cette ville est « assez sinistre »3. Cependant, dans l’ensemble, il ne la dénigre pas et sait même se faire laudateur : « Le Havre, n’est peut-être pas le premier port de France, mais, en tout cas, c’est un grand port. Et puis, c’est le premier que j’ai vu. C’est là que je suis né, j’y ai passé toute mon enfance. De la plage de Sainte-Adresse au canal de Tancarville, il y a de quoi voir : depuis les galets et les cabines de bain ravagées par les grandes marées jusqu’à la région mythique où se passe Quai des brumes [...]4. Le cas échéant, Raymond Queneau s’enthousiasme, ce qui est relativement rare chez lui : « au Havre, y a Dubuffet, y a Salacrou, Limbour, Bost. Puis y a, un petit peu avant, y a tous les peintres : Othon Friesz, Braque, Dufy. Puis y a les musiciens, y a Honegger, enfin c’est une ville très riche.5

  • 6 Les Temps modernes, no 17, février 1947.

15Les destructions de 1944 ont renforcé un pessimisme naturel qu’il a laissé s’exprimer, en particulier, dans un témoignage intitulé Le Café de la France6. Venu au Havre, avec Salacrou, il le quitte bientôt pour errer dans les ruines et nous en donner une vision analogue à celle des films réalistes italiens d’après-guerre :

[...] à cette guerre-ci, ça en a pris un sacré coup. Le Havre a été une des villes les plus bombardées, quantitativement, la plus même, après Berlin et une autre encore (je crois avoir lu ça dans Le Monde, le journal renseigné). En deux jours, le centre de la ville a été mis par terre avec flammes et fracas, et des morts, on ne les a même pas comptés.

  • 7 Portrait littéraire du Havre. Richesses de la France, 1954, no 19, p. 39-40.

16Les immeubles conçus par Perret, qui plaisent tant aujourd’hui, surtout à ceux qui n’y habitent pas, lui semblent bien froids, même s’il leur reconnaît une certaine beauté. Et il réfléchit sur cette ville au destin tragique. En définitive, après des siècles marqués par quelques menus événements culturels, il estime7 qu’elle avait fini par trouver une identité avec la dimension littéraire et poétique de Quai des brumes. C’était juste avant la guerre, juste avant que les bombardements ne l’anéantissent et n’obligent ses habitants à tout recommencer. Il fallait à nouveau créer quelque chose, une âme peut-être, après laquelle Le Havre court toujours et qui commence à peine à exister.

17Pour retrouver la présence du Havre dans l’œuvre de Queneau, il faut lire principalement Chêne et chien (1937), roman en vers dans lequel il évoque son enfance et la cure psychanalytique qu’il a suivie à partir des années trente. On y remarque notamment les célèbres vers :

Je naquis au Havre un vingt et un février
En mil neuf cent et trois,
Ma mère était mercière et mon père mercier :
Ils trépignaient de joie.

18Raymond Queneau s’y souvient aussi des séances de cinéma auxquelles son père le conduisait :

Nous allions au Pathé, au Kursaal où grommelle
la foule des marins et des rôdeurs du port,
nous allions au Sélect où parfois je m’endors
quand solennellement gazouille un violoncelle.

19Dans ce décor havrais, Queneau revoit aussi les troupes alliées et écrit :

Chaque jour rue Jules-Lecesne
défilaient des soldats anglais :
les troupes métropolitaines,
les coloniaux, les Portugais,
et les sikhs conduisant des mules.

20La joyeuse ambiance qui régnait parmi les lycéens du Havre, à l’époque, a été dépeinte dans une pièce de jeunesse, Aux Enfers, qui met en scène un groupe d’élèves à la recherche de leur tête de turc favorite, Beskoff, censé se cacher au royaume de Pluton. Le texte, malheureusement assez rare, a été publié en 1975, dans le 29e Cahier de l’Herne.

21D’accès plus facile, parce qu’il a été édité en livre de poche, Un rude hiver (1939) se déroule entièrement au Havre, pendant la Première Guerre mondiale. Le personnage principal, Bernard Lehameau habite à mi-côte et déambule soit dans la ville basse, soit dans la ville haute. Grâce à lui, nous retrouvons le cabinet de lecture de la rue Casimir-Périer, la salle de cinéma du Kursaal, la plage, le Fort de Tourneville, la Forêt de Montgeon et la présence des militaires. Au cimetière, probablement Sainte-Marie, Lehameau apprend un jour qu’on enterre une gloire locale :

— Ducouillon. Vous savez bien, mon lieutenant, Ducouillon le chanteur comique des Folies-Bergère, ah un rigolo. Moi, mon lieutenant, tel que vous me voyez je l’ai entendu chanter. Pas vous ?

— Non.

— Il chantait : quand hon haime hon hest hun himbéciiiile hon hécoute que ses sentiiiiments. Ah, il était rigolo.

22Un autre roman, Les Derniers jours, conduit fréquemment le lecteur au Havre car certains de ses personnages en sont originaires. On y rencontre aussi un enseignant à la retraite qui se souvient de la fonction première d’un port pour les sédentaires : le rêve. Tolut déclare : « Ah monsieur, j’en ai vu des navires disparaître à l’horizon ! Et d’autres revenir des Indes, des Amériques. Comme on disait autrefois : des Amériques. Pendant vingt ans, j’ai été professeur au lycée du Havre, ce grand port. » Queneau l’évoque aussi dans un poème de L’Instant fatal (1948), mais dans sa réalité d’après septembre 1944 :

Il ne faut pas chercher espace et souvenir
Dans la poussière énorme où dorment les maisons
Il ne faut pas chercher le temps et la mémoire
Dans la ferraille obscure où s’ébrèchent les toits [...]

23À la fin de sa vie, l’écrivain avait fini par penser que chaque être revenait à son point de départ et il a illustré cette conception dans plusieurs de ses œuvres. Lui-même en a donné l’exemple, en revenant aux paysages maritimes de son enfance avec le recueil de poèmes Fendre les flots, publié en 1969. Beaucoup de titres sont directement évocateurs. Il en est ainsi de « La marine à voiles », « Cimetière Marin » ou « Pyrotechnie portuaire ». Un détail pittoresque du paysage de Sainte-Adresse s’y trouve même immortalisé, dans « L’amer » :

Mais qui donc a perçu le feu de la chandelle ?
Phallus elle scintille au bout du boulevard
pain de sucre elle fond inutile allumelle
une dame a posé son doigt là - par hasard.

24Le Havre a donc occupé une place importante dans la vie, l’esprit et l’œuvre de Raymond Queneau. On ne renie pas facilement le décor et les sensations de son enfance, surtout lorsqu’elle s’est déroulée au bord de la mer. Les marées qui se succèdent, les tempêtes qui effraient, la douceur estivale de la plage ou cet élément liquide qui peut vous engloutir à jamais, ont contribué à façonner la sensibilité d’un homme qui ressentait avec acuité le monde qui l’entourait. Toutefois, si l’on s’arrête quelques instants sur la toponymie havraise retenue par Queneau dans Un rude hiver et Fendre les flots, par exemple, on est frappé de constater combien elle est réduite par rapport à celle qu’il a consacrée aux noms de lieux et de rues de Paris. Il est vrai que la taille des deux agglomérations n’est pas comparable. Néanmoins, il est certain que peu de noms havrais ont été retenus : quelques patronymes d’hommes politiques, comme Thiers ou Casimir Périer, quelques vocables empruntés à la religion, comme Notre-Dame, Saint-François ou Sainte-Marie, et, surtout, réalité oblige, beaucoup de termes de l’artisanat et du commerce : la place de la Bourse, le bassin du Commerce, les Halles, la rue des Drapiers ou celle du Champ-de-Foire.

25À cette discrétion dans le nombre de toponymes retenus, il convient d’ajouter que Raymond Queneau ne joue pas avec eux, comme il l’a fait pour les parisiens. On se souvient du Méphisto devenu le grill du Cerf-volant, dans le poème « Rue de l’Ancienne Comédie » (Courir les rues) ou, dans le même recueil, d’une société de Bois tropicaux et des établissements Alligator, installés non loin de la rue du Congo... Or, pour Le Havre, rien de tel. Aucun jeu de mots, aucun rapprochement humoristique, aucun mot d’esprit sur le quartier de L’Eure, de Tourneville ou la forêt de Montgeon. Le cap d’Antifer est cité dans « Les Fils de Léda » (Fendre les flots) sans prêter à aucune spéculation intellectuelle. Le quartier de La Brèque, entre Le Havre et Harfleur, est oublié alors que dans « La Brèche » (Courir les rues), il brode volontiers sur l’image évoquée par ce terme. Tout juste, et c’était le moins, trouve-t-on l’ébauche d’un sourire à propos de cet amer de couleur blanche, placé à Sainte-Adresse, que nous appelons tous, ici, le Pain de sucre. Donc, contrairement à ce que l’on observe pour Paris, dans Courir les rues, par exemple, l’écrivain ne s’intéresse guère à la rencontre du réel et de l’imaginaire quand il cite les toponymes havrais.

26On peut même ajouter que sa ville natale se dépersonnalise au fil du temps, puisque dans Fendre les flots, publié en 1969, peu de noms précis apparaissent. Le poète leur préfère la « porte océane », le « boulevard maritime » ou, tout simplement « le port », « les bassins » et « la mer ». Le domicile graphique, cité dans Le Vol d’Icare, s’estompe, comme les rues qui mènent à la Sainte Chapelle, dans Zazie, restent anonymes.

27Mais pourquoi, donc, une telle différence entre le traitement réservé à la toponymie havraise et à celle de Paris ? La différence de taille des deux agglomérations n’explique pas tout. Avant Raymond Queneau, Pierre Mac Orlan dans la Chanson de Margaret, avait donné une autre dimension au Havre. En fait, pour Raymond Queneau, la ville natale est devenue secondaire. Paris, dans lequel le monde entier se concentre, Paris, qui rassemble le temps, compte principalement pour l’écrivain. Il a horreur du régionalisme. Il n’aime que Paris, en raison de sa beauté, de son histoire et de toutes les aventures que l’on peut y vivre. Mais, comme il l’a déclaré lui-même à la radio, en 1950, s’il lui fallait choisir une province, il se prononcerait tout de suite en faveur du Havre.

Le boulevard maritime au début du XXe siècle – Le Havre
Bibliothèque Municipale Armand Salacrou – photo Emile Letellier

Le Grand Quai – Le Havre – Début du XXe siècle
Bibliothèque Municipale Armand Salacrou – photo DR

La fête au Havre – Angle de l’Hôtel de ville et du boulevard de Strasbourg
Collection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet

Cavalcade – Le Havre – 2 août 1908
Collection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet

Émigrants d’Europe Centrale – Rue de Paris
Collection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet

Notes

1 Michel Lécureur, Raymond Queneau, Paris, Éditions Les Belles Lettres Archimbaud, 2002.

2 Journaux, Gallimard, 1996, p. 226.

3 « Le Café de la France », Les Temps modernes, no 17, février 1947, p. 939.

4 Cahiers Raymond Queneau, no 14-15,1989, p. 46.

5 L’Arc, no 28,1966.

6 Les Temps modernes, no 17, février 1947.

7 Portrait littéraire du Havre. Richesses de la France, 1954, no 19, p. 39-40.

Table des illustrations

Légende Le boulevard maritime au début du XXe siècle – Le HavreBibliothèque Municipale Armand Salacrou – photo Emile Letellier
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Le Grand Quai – Le Havre – Début du XXe siècleBibliothèque Municipale Armand Salacrou – photo DR
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6601/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende La fête au Havre – Angle de l’Hôtel de ville et du boulevard de StrasbourgCollection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6601/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Cavalcade – Le Havre – 2 août 1908Collection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6601/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Émigrants d’Europe Centrale – Rue de ParisCollection Centre Havrais de Recherche Historique – Fonds Soclet
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6601/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 437k

Auteur

Né en 1941 à Deauville, Michel Lécureur fut enseignant par vocation, du primaire à l’université. Passionné par Marcel Aymé, il lui a consacré plusieurs ouvrages et a édité ses romans, contes et nouvelles dans la collection de « La Pléiade ». L’album qu’il a signé dans cette collection lui tient particulièrement à cœur. Sollicité en 1995 par les Belles-Lettres, il y a régulièrement publié depuis. On lui doit des recueils de textes de Marcel Aymé, Barbey d’Aurevilly et, récemment, René Fallet. Après ses biographies de Marcel Aymé et Raymond Queneau, il vient de publier celle de René Fallet.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search