Version classiqueVersion mobile

Raymond Queneau. Le mystère des origines

 | 
Yves Ouallet

À l’origine, Le Havre

Préface

Daniel Delbreil

Texte intégral

1Puisque les actes de ce colloque sont consacrés à l’analyse du mystère des origines dans l’œuvre de Raymond Queneau, je ne ferai pas mystère des origines dudit colloque et de son sujet. Depuis des années, en effet, de nombreux Queniens (en particulier au sein de l’Association des Amis de Valentin Brû) avaient en tête de fêter dignement le centenaire de la naissance de l’écrivain. L’idée a germé dans l’esprit de certains d’entre eux de contribuer à mettre en place une série d’événements sous le signe de la trilogie quenienne « Courir les rues », « Battre la campagne », « Fendre les flots ». Pour les rues et les villes, il était normal de penser, dans un premier temps, à Paris. Malheureusement, La Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, qui avait donné son accord pour une grande exposition Queneau, n’a pas donné suite au projet. Deux autres capitales ont pu, fort opportunément, prendre le relais d’un Paris défaillant. Ainsi les Queniens un tantinet soit peu voyageurs ont pu courir les rues de Luxembourg et de Tunis en octobre et en décembre 2003. Pour la campagne que le romancier a tellement fustigée dans Saint Glinglin, il semblait tout indiqué de se tourner vers une bourgade très rurale (et fière de l’être agréablement) : la charmante et tourangelle cité de Saint-Épain, berceau de la famille paternelle de Raymond Queneau. Il était évident pour tous que, question flots, Le Havre s’imposait.

2Nous y connaissions déjà la Bibliothèque Municipale Armand Salacrou et la richesse de son fonds Queneau ; nous avons pu faire la connaissance des responsables de la toute nouvelle association « Queneau aime Le Havre aime Queneau » dirigée par Philippe Normand puis des responsables culturels de la Municipalité, enfin des enseignants de l’Université du Havre qui acceptèrent avec enthousiasme d’organiser le premier colloque Queneau dans la ville natale (et, chronologiquement, le premier de l’année du centenaire). Ce colloque universitaire s’est inscrit dans le cadre d’une année Queneau havraise particulièrement riche et réjouissante. À l’Université du Havre, Yves Ouallet a assuré la lourde tâche de la préparation du colloque, des appels à communications, de l’établissement du programme et, enfin, de la réunion des articles et de la publication des actes. Que tous ceux qui ont contribué à la pleine réussite des ces deux journées des 28 et 29 mars 2003 soient ici chaleureusement remerciés.

3Au Havre, cité originelle, le thème des origines s’imposait comme sujet du colloque. Les communications que l’on va découvrir dans ce volume démontrent brillamment qu’il s’agit d’un thème particulièrement riche, ouvert, complexe. L’origine et ses mystères sont, si l’on peut dire, au cœur de l’œuvre quenienne. L’écrivain ressent de façon permanente cette anxiété qu’il exprime (pensant à ses cinq premières années) dans Chêne et chien :

  • 1 Œuvres complètes, t. 1, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », éd. Claude Debon, p. 19.

la nuit couvre cet avant-hier,
caverne et souterrains, angoisse et pénitence,
ignorance et mystère1

4Les intervenants du colloque ont tous tenté, dans des domaines différents et selon des méthodes variées, de percer ou d’« éclaircir/cette brume insensée où s’agitent des ombres » (ibid.).

  • 2 Ibid., p. 22.

5Ces mystères des origines ont été abordés essentiellement de trois manières. Il était d’abord indispensable de revenir sur le mystère des origines personnelles de Queneau, sur son enfance qui l’obsède (« Pourquoi ce retour à l’enfance/pourquoi donc ce retour, toujours2 ? »). À travers cette enfance, il fallait s’interroger sur le mystère des relations du jeune Raymond avec sa famille et sur les rapports ambigus qu’il entretient avec ses lieux originels, en particulier avec Le Havre, directement évoqué dans plusieurs romans, « en vers » ou en prose, ainsi que dans de nombreux poèmes repris ou non en recueil. Même quand il n’est pas explicitement nommé, Le Havre reste présent dans toutes les images de « Port » (le premier poème des Ziaux), de bateaux, de voyages, de fluidité. Il n’est guère besoin de souligner à quel point l’imaginaire quenien est « liquide » et de rappeler que la méditation initiale de Pierre devant les poissons de l’aquarium dans Gueule de pierre est une interrogation angoissée sur les mystères de l’origine de l’existence humaine et de la vie en général.

6Le deuxième grand mystère qui devait être abordé est celui de la naissance de l’œuvre. Tous ceux qui ont eu le bonheur de travailler sur les avant-textes des romans de Queneau savent à quel point le créateur, « écrivain-écriveron », modelait et remodelait ses textes, laissant parfois dans quelque « journal » de son roman certaines indications voire certaines confidences sur l’origine de son texte, ses idées premières ou sur tel petit élément qui fut le déclencheur, l’embrayeur de l’écriture. La parution du tome I des romans de Queneau dans la collection de la Pléiade, et en particulier, la publication des parerga et des variantes dans les annexes et les notices, ont permis de découvrir les étonnantes modalités de la fabrication du roman quenien. Même un romancier comme Queneau qui veut construire ses récits avec la plus grande lucidité et la plus grande rigueur est souvent contraint d’admettre que subsiste, dans les débuts de la création d’une oeuvre, une part d’énigme, d’imprévu et d’incontrôlable.

7L’origine et ses mystères sont enfin et surtout un motif central de la thématique quenienne, ce qui, inévitablement, conduit à une réflexion de type philosophique, à des questionnements sur le temps, sur le début et la fin de toutes choses, sur l’évolution linéaire et sur les retours, sur le cercle et le cycle. Il n’était pas question, en un seul colloque de deux jours, d’aborder et a fortiori de traiter toutes les dimensions d’un tel sujet. Les articles que l’on va lire dans le présent ouvrage contribuent à enrichir la réflexion sur le système idéologique de Queneau qui reste le mystère essentiel ; un mystère dont on peut douter qu’il soit un jour pleinement élucidé.

Notes

1 Œuvres complètes, t. 1, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », éd. Claude Debon, p. 19.

2 Ibid., p. 22.

Auteur

Directeur du Centre de Recherches « L’Esprit Nouveau en poésie. Apollinaire ; Queneau » Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search