Version classiqueVersion mobile

Flaubert’s Parrot de Julian Barnes : « Un symbole du logos ? »

 | 
Aïssatou Sy-Wonyu
, 
Philippe Romanski
, 
Antoine Capet

Introduction

Nicole Terrien

Texte intégral

1La genèse d’une œuvre est toujours un sujet délicat à cerner : Julian Bames a eu l’amabilité d’aider le public à mieux comprendre où, sinon comment, pouvait naître une idée de roman. En présentant son carnet de notes et ses souvenirs, en répondant aux questions sur la construction d’une œuvre difficile à classer, en rappelant sans ostentation son admiration pour l’œuvre de Flaubert mais aussi sa vaste connaissance de cette œuvre, l’auteur a donné une dimension humaine inappréciable à ces deux journées d’étude. Nous le remercions d’avoir coopéré au travail universitaire qu’il n’épargne guère dans son livre.

2Ce recueil comporte une intervention à la manière de qui montrera au lecteur combien l’humour peut être corrosif et d’une efficacité contagieuse. L’érudition des spécialistes de Flaubert, mise au service de l’explication du texte contemporain, a mis en évidence le travail précis de réécriture et d’appropriation d’un hypotexte à la fois parfaitement respecté et soumis à un questionnement constant. L’humour de Barnes se trouve ainsi éclairé par la comparaison attentive avec le texte d’origine, soulignant par exemple le jeu sur les traductions ou les surenchères. L’attention portée aux différentes utilisations des italiques permet de jauger les degrés d’intégration de la parole de l’autre sur laquelle la figure du perroquet attire l’attention. L’étude de la structure et de la composition par combinatoire révèle comment le texte se constitue en roman, sorte de musée, bric-à-brac dans lequel se détachent des pièces exceptionnelles et éblouissantes qui renforcent l’interrogation sur les rapports entre l’art et la vie. « Évacuer les maux en se restaurant de mots », telle pourrait être la définition de l’écriture de Barnes qui savoure les références à l’ingestion et à la digestion, aux aliments les plus divers, réels ou inventés : une entreprise qui ressasse sans cesse un drame personnel à peine esquissé entre les références littéraires à visée dilatoire. Les figures obsessionnelles, comme celle du train que l’on retrouve dans les autres romans de Barnes, prennent une valeur humaine qui complexifie l’œuvre. Par ailleurs, la forme de quête suggère que la démarche du questionnement prime sur les réponses éventuelles. Les diverses communications insistent sur l’absence de progression, sur le caractère volontairement hésitant de toute affirmation. L’impossibilité de saisir le passé est une des marques repérées de la seule certitude du héros-narrateur, celle de ne pouvoir être certain de rien : le style est alors l’expression exacte de ce thème central. La figure du perroquet, le psittacisme, joue pleinement son rôle puisque la question subsiste quant à l’identité de l’énonciateur de la parole, qu’elle soit première ou reprise : Braithwaite est-il le perroquet de Flaubert, ou bien Barnes lui-même ? Flaubert était-il déjà un perroquet ? La répétition n’est-elle pas plutôt, comme nous le dit Barnes, une façon de transposer un désir obsessionnel en la narration d’un amour de l’art lui aussi obsessionnel ?

3L’objet de ce colloque était de poser des questions et non d’enfermer l’œuvre dans des réponses étroites qui lui nieraient son identité littéraire novatrice. Les lectures se sont rencontrées sans épuiser le sujet, preuve, s’il en était besoin, de la richesse de ce roman.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search