Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Les annexes

Texte intégral

UNE CHRONOLOGIE

1743

 : 6 juin, naissance de Anicet Charles Gabriel LEMONNIER, à Rouen, fils d'un négociant de la ville ; liens de famille lointains avec le peintre rouennais, Jean Jouvenet
études au Collège des Jésuites de Rouen

1755-56

 : entre à l'Ecole de dessin de Descamps, à Rouen

1756

 : couronné à l'Ecole de dessin de Descamps, à Rouen

1762

 : remporte un prix dans cette Ecole

1763

 : remporte de nouveau un prix dans cette même Ecole

1765

 : arrive à Paris où il suit, six années durant, l'enseignement de J. M. Vien.
Il est alors le condisciple de David (entre autres artistes)
Fréquente régulièrement le Salon de Madame Geoffrin, participe à ses "Lundis artistiques"

1769

 : Le Chapitre de Lisieux lui passe commande de la Résurrection de Tabitha

1770

 : La. Résurrection de Tabitha est achevée (350 livres)
Concourt pour le Prix de Rome, est couronné pour Diane et Apollon perçant de leurs flèches les enfants de Niobé (immatriculé en 1772 à cause d’un différend entre l'Académie et le Surintendant des Beaux-Arts, Mr de Marigny)

1773

 : 25 mai annonce par lettre à la Chambre du Commerce, le don d'un portrait de Louis XV (détruit après le 10 Août 1792)
La ville lui offre une médaille et une bourse de 50 livres

1774

 : passe l'année à L'Ecole Royale des Elèves protégés

1775

 : fin de l'année, début d'un séjour de dix années à Rome où il retrouve J. M. Vien. Lemonnier y réside d'abord comme pensionnaire, puis à ses frais Offre à la Chambre de Commerce un portrait de Louis XV

1777

 : Peint sa Mission des Apôtres

1778

 : Exécute un Portrait de l'abbé Joly

1779

 : se rend à Naples (témoin de l'éruption du Vésuve) se repose à Ischia pour y soigner une mauvaise fièvre peint une Paysanne de Frascati et l'Albanais
A l'automne, D'Angivillier, Surintendant des Bâtiments, lui accorde difficilement les fonds dont il a besoin pour regagner la France après une longue maladie. La prolongation de son séjour lui est refusée

1780-1780

 : début du second séjour romain, Tascher rencontré à Marseille l'accompagne (favorise son introduction auprès de Joséphine ?) Fréquente le cardinal de Bernis

1783

 : Jésus appelant à lui les enfants, commande du Couvent des Ursulines de Rouen

1784

 : Jésus parmi les Docteurs, commande du Couvent des Ursulines de Rouen
Rencontre avec l'abbé Raynal à Toulon (problème de vraisemblance de cette date)

1785

 : Première exposition au Salon du Louvre : Saint Charles Borromée portant le viatique aux pestiférés de Milan et la Mort de Caton d'Utique
Le 30 juillet, agréé à l'Académie Royale
A Rouen, exposition personnelle dans la grande salle du Palais des Consuls
1- : Etude de Sainte Cécile
2- : Un portrait de lui-même
3- : la Peste à Milan
2 décembre, agréé membre non-résident à l'Académie de Rouen Devient membre de la Société académique des enfants d'Apollon

1786

 : Juin, commande par les Consuls d'une oeuvre commémorant le passage de Louis XVI à Rouen
Peint un Duc d'Harcourt, étude préparatoire à la "Visite de Louis XVI" Le 7 décembre, réception à l'Académie de Rouen
Reçoit commande d'un grand tableau exaltant le Commerce
Commande royale par l'intermédiaire de J. B. M. Pierre, Premier Peintre royal
A connaissance des cartons commandés à J. J. Le Barbier, "Les parties du monde"

1787

 : Expose au salon son Cléombrote et Chélonis, sûrement la commande royale de l'année précédente
Une grande esquisse de son tableau le Génie du Commerce découvrant l'Amérique aux yeux des nations assemblées, dit encore l'Esprit du Commerce est présentée au Salon
Présentation de la Sainte Vierge au Temple (commande du séminaire de Saint-Vivien)

1789

 : Au Salon : Le Génie du Commerce est simplement évoqué par le peintre
Présente son Hommage à Louis XVI, une Sainte famille, commande des Ursulines, une Présentation et la Mort d'Antoine
26 septembre, réception à l'Académie, son sujet : la Mort d'Antoine
28 novembre, le Roi confirme son élection à l'Académie
Cette année, commande de la Reine Blanche ?

1790

 : 29 juillet, première présence attestée à la Commission des monuments au Louvre
Novembre, Le Journal de Normandie publie un article anonyme s'inquiète du pillage et de la destruction qui menacent les oeuvres d'art (son inspirateur : Lemonnier ?)
2 novembre, inventaire confié à Lemonnier, Le Carpentier et Dom Gourdin

1791

 : Le 26 mai, il invite le public à venir voir son Génie du Commerce achevé, dans son atelier de l'Hôtel de Soubise
25 juin, le Mercure de France consacre deux pages à faire l'éloge du tableau
Le 1er juillet, il l’installe à Rouen
ce jour, prononce un discours devant la Chambre de Commerce sur son Génie du Commerce
18 juillet, réclame un paiement complémentaire aux Consuls pour le Génie du Commerce
24 septembre, obtient gain de cause, la somme est confirmée sur l'octroi des Marchands, paiement effectué en 1801
Septembre, obtient de Vien que le Génie du Commerce figure au Salon Juillet à septembre, mission de sauvegarde en Normandie, accompagné de Le Carpentier et de Dom Gourdin
18 août, introduit auprès du Directoire du département, accompagné de Le Carpentier, Goube et Dom Gourdin
13 septembre, adresse de Lemonnier à la Commission conservatrice des Monuments au Louvre
le 19 octobre, membre de la Commission conservatrice des Monuments qui se tient au Louvre. Il y siège avec Doyen, entre autres célébrités 25 octobre, admis comme membre permanent de la Commission
6 décembre, fait un rapport devant ladite Commission sur l'urgence qu'il y a d'agir pour sauver les oeuvres d'art
sa présence au sein de la Commission est attestée jusqu'au 16 mars 1794

1792

 : Février, le Directoire du département décide de déposer 141 pièces sur les 728 "récupérées" à Rouen par Lemonnier, Le Carpentier et Dom Gourdin
Avril, présence de Lemonnier à Rouen pour surveiller le futur dépôt
Avril, accroche définitivement son Génie du Commerce dans la même salle de la Chambre de Commerce de Rouen que son Hommage à Louis XVI
21 mai, un arrêté du Directoire du département lui donne l'autorisation de transfert des tableaux à Saint-Ouen
31 mai, les trésoriers de la Fabrique de Saint Ouen lui demandent de supprimer statues et autels tombés en "vétusté"
Eté, dépôt effectué dans l'ancien Couvent des Jacobins et à Saint-Ouen : il s'agit là de l'embryon du Musée de Rouen
30 juillet, le curé et les Trésoriers de la Fabrique de Saint-Ouen félicitent Lemonnier pour son activité de sauvegarde
8 août : Lemonnier s'explique sur son travail dans une lettre rédigée à Rouen
Eté, sauvegarde et restauration d’oeuvres d'art à Rouen
24 août, pour le remercier de son activité de sauvegarde, le département de la Seine-Inférieure lui commande un tableau allégorique - "L'homme conquérant sur les tyrans la liberté et l'égalité"-
21 septembre, travail de Lemonnier sur le Musée de Rouen brusquement arrêté
25 septembre, présence à Paris à la Commission du Louvre
21 octobre 1792, esquisse de -l'homme conquérant sur les tyrans la liberté et l'égalité-
30 octobre, son nom figure sur la liste des membres de la 1ère Section des Arts de la Commission, liste signée par Sieyès et Kersaint
4 décembre, chargé par la Commission du transfert des tableaux de Saint-Etienne du Mont
31 décembre, chargé par la Commission de l'examen de la maison élisabéthaine du 228 rue du Temple

1793

 : la précédente commande devient d'un commun accord l'Homme de la nature se réfugiant dans les bras de la Loi
Au même Salon, une Jeune femme offrant un sacrifice et la Mission des Apôtres (suscitant un soupçon d'incivisme), une réplique du Génie du Commerce et un portrait sans autre précision au catalogue
Une enquête est alors menée à son atelier : sa Reine Blanche délivrant les prisonniers est mise en pièces
L'Hommage à Louis XVI est enlevé de la Chambre du Commerce
Cette année, se marie avec Mme de Wailly, veuve d'un architecte et belle-soeur de celui qui a construit la façade de la Comédie-Française
Présence régulière à la Commission conservatrice des Monuments du Louvre-devenue le 1er septembre la Commission temporaire des Arts - du 8 janvier au 27 août et du 4 octobre au 29 décembre

1794

 : Peintre-dessinateur à l'Ecole de Médecine de Paris : des dessins d'anatomie (non conservés) et quatre portraits de Corvisart, Chaptal, Fourcroy et d'Augustin Thouret
Langlois (E. H.) entre à l'atelier de Lemonnier, à Paris. Il le quitte rapidement pour suivre l'enseignement de David
Présence régulière à la Commission temporaire des Arts du Louvre du 5 janvier au 16 mars

1795

 : participe au Salon

1796

 : Houel présente à la Société de Paris un rapport sur Lemonnier, il y fait l'éloge de son tableau le Génie du Commerce
présence au second Conservatoire du Muséum central rien n’est signalé sur le catalogue du Salon

1797

 : fait partie du jury d'artistes qui entoure et conseille l'Admnistrateur du Muséum central

1798

 : poursuit sa tâche de conservation jusqu'en mars de cette année

1799

 : Au salon : le Marquis d'Herbouville et esquisse des Ambassadeurs de Rome demandant à l'Aréopage les lois de Solon

1800

 : un portrait en pied signalé sur le catalogue du salon, sans plus de précision

1801

 : 17 avril, expertise du tableau le "Génie du Commerce", paiement de la somme proposée par les experts

1802

 : La Paysanne de Frascati et l'Albanais sont placés dans la chambre de Bonaparte lors de son passage à Rouen

1803

 : Offre la Mort de Niobé au Musée de Rouen
l'Etat envoie la Mission des Apôtres à ce même musée

1804

 : Au Salon, quelques esquisses, sans précision sur le livret

1806

 : Au Salon, les Adieux d'Ulysse et de Pénélope à Icarius

1807

 : Lemonnier fait venir le tableau d'Etienne de La Vallée-Poussin. Cette oeuvre est destinée au Lycée de Rouen

1808

 : Au Salon, les Ambassadeurs de Rome demandant à l'Aréopage les lois de Solon (rapidement accroché à la Cour de Cassation, salle dite de Saint Louis)
Candidat à la succession de J. B. Suvée à la tête de l'Académie de France à Rome

1809

 : Echec à la succession de J. B Suvée à la tête de l'Académie de France à Rome. Il s'efface devant le candidat de Mme Mère, Guillon-Lethière.
4 juillet, ouverture du Musée de Rouen, Descamps fils est conservateur reçoit sa dernière commande de Joséphine

1810

 : 6 avril, Administrateur de la Manufacture impériale des Gobelins

1811

 : les Adieux d’Ulysse sont présentés de nouveau au Salon

1814

 : Au Salon, expose une commande exécutée pour l'Impératrice Joséphine, destinée à la Malmaison
Première lecture chez Mme Geoffrin de l'orphelin de la Chine en 1755 il y ajoute Louis XIV inaugurant le Milon de Crotone de Puget et François Ier recevant la Sainte Famille de Raphaël
27 avril, annonce à la Chambre de Commerce que son tableau, Hommage à Louis XVI existe toujours et qu'il aimerait le raccrocher
21 mai : obtient l'accord du maire de Rouen
15 juin, Lemonnier remercie le Président de la Chambre de Commerce
27 décembre : reçoit la Croix de la Légion d'Honneur (demandée par Mounier, l'ancien Constituant)

1815

 : 28 mai, Napoléon lui remet l'ordre de la Réunion

1816

 : Le 4 mai, destitué de l’Administration des Gobelins
17 juin, Lemonnier s'excuse des contretemps pour l'accrochage de son Hommage à Louis XVI
20-25 juin : l’Hommage à Louis XVI est de nouveau accroché à la Chambre de Commerce de Rouen

1818

 : 19 octobre, les Adieux d'Ulysse et de Pénélope à Ycarius sont achetés 3000 francs par le Conseil municipal de Rouen

1819

 : 9 janvier, son triomphe à Rouen
Offre les Adieux d'Ulysse et de Pénélope à Ycarius au Musée de Rouen (don-vente de 3000 francs)

1821

 : 31 octobre, cession de sa collection au Musée de la Ville de Rouen (capital de 13447 francs, intérêts à 5 %, capital remboursé en 1854)

1822

 : 6 juillet, réception de cette collection (6 tableaux) par une Commission composée du Marquis de Mortainville, maire de Rouen, Thézard, adjoint et Descamps, Conservateur du Musée

1824

 : 17 août, mort à Rouen

1831

 : 4 mars, l'Hommage à Louis XVI est de nouveau retiré de la Chambre de Commerce de Rouen (remisé dans les greniers de l'Hôtel de Ville).

1836

 : 15 juillet, le Conseil municipal décide de le réintégrer
26 juillet, le Maire donne ses ordres au Conservateur

1862

 : Hippolyte Lemonnier, son fils, offre huit tableaux au Musée de Rouen

1868

 : Seconde donation d'Hippolyte Lemonnier : une centaine de dessins dont le “Rembrandt”

1870

 : Mort d'Hippolyte Lemonnier
 : Proposition de faire accrocher un de ses tableaux au Louvre et d'attribuer son nom à une rue rouennaise (proposition faite par les membres de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen).

1882

 : nouvelle proposition faite par les membres de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen pour l'attribution d'une rue à Lemonnier.

1944

 : Disparition du tableau le Génie du Commerce au cours des bombardements sur Rouen ainsi que son Louis XVI

1998

 : La Chambre de Commerce de Rouen en possède une réplique, sûrement celle présentée au Salon de 1793

LE CALENDRIER DES OEUVRES DU PEINTRE LEMONNIER

1770

 : La Résurrection de Tabitha (ancienne cathédrale de Lisieux)
Diane et Apollon perçant de leurs flèches les enfants de Niobé (Musée des Beaux-Arts de Rouen)
Prédication de Saint Paul (commande de Saint Pierre de Lisieux)
Saint Pierre guérissant les paralytiques (idem)
Conversion de Saint Paul (idem)
Saint Pierre -es-Liens (idem)
Saint Paul devant l'Aréopage (idem)

1775

 : Portrait de Louis XV (aujourd'hui disparu)

1777

 : Mission des Apôtres (Musée des Beaux-Arts de Rouen)

1778

 : Portait de l'abbé Joly (Musée des Beaux-Arts de Rouen)

1779

 : Paysanne de Frascati (Musée des Beaux-Arts de Rouen)

L'Albanais (Musée des Beaux-Arts de Rouen) (lithographie de L.E. Vasselin, 1841)

1783

 : Jésus appelant à lui les enfants (Musée des Beaux-Arts de Rouen)

1784

 : Jésus parmi les docteurs (Musée des Beaux-Arts de Rouen)

1785

 : Saint Charles Borromée portant le viatique aux pestiférés de Milan (Musée des Beaux-Arts de Rouen)
Mort de Caton d'Utique (localisation actuelle inconnue)
Etude de Sainte Cécile (localisation actuelle inconnue)
Un portait de lui-même (localisation actuelle inconnue)

1786

 : Hommage à Louis XVI (Chambre de Commerce de Rouen) (disparu sous les bombardements en 1944)

1787

 : Cléombrote et Chléonis (Musée des Beaux-Arts d'Amiens) (auparavant Palais du Luxembourg, Versailles, Compiègne) (deux copies sont signalées par son fils, une en Allemagne et une réalisée aux Gobelins), acquise par Musée des Beaux-Arts de Rouen en 1822
Esquisse du Génie du Commerce (Musée des Beaux-arts de Rouen) Présentation de la Sainte Vierge au Temple (Musée des Beaux-arts de Rouen)

1789

 : Une Sainte Famille (où ?)
Une Présentation (sûrement la même oeuvre qu’en 1787 avec titre incomplet)
La Mort d'Antoine (Musée des Beaux-Arts de Rouen)

1791

 : Le Génie du Commerce (aujourd'hui disparu)

1793

 : Homme de la nature se réfugiant dans les bras de la loi (oeuvre envoyée à Saint-Domingue ?) (remerciements sous forme de commande officielle) Une Jeune Femme offrant un sacrifice (où ?)
Mise en pièce de la Reine blanche délivrant les prisonniers

RALENTISSEMENT DE SA PRODUCTION PICTURALE

1794

 : à partir de cette date, des portraits (genre de plus en plus représenté en l'an IV de Corvisart, Chaptal, Fourcroy et Augustin Thouret (Faculté de Médecine de Paris). Tous les dessins anatomiques ont disparu.

1799

 : Marquis d'Herbouville (Musée des Beaux-Arts de Rouen)
Esquisse des Ambassadeurs de Rome demandant à l'Aréopage les lois de Solon

1806

 : Les Adieux d'Ulysse et de Pénélope à Ycarius (Musée des Beaux-Arts de Rouen)

1808

 : Ambassadeurs de Rome demandant à l'Aréopage les lois de Solon (Cour de Cassation de Paris)

1814

 : Première lecture chez Mme Geoffrin de l'Orphelin de la Chine en 1755 (Collection du Prince Eugène, le Musée des Beaux-Arts de Rouen en possède une réplique, depuis 1942) (dernière commande, faite par Joséphine)
Louis XIV inaugurant le Milon de Crotone (Collection du Prince Eugène, le Musée des Beaux-Arts de Rouen en possède une réplique) François 1er recevant la Sainte famille de Raphaël (Collection du Prince Eugène, le Musée des Beaux-Arts de Rouen en possède une réplique)

Enfin signalons une copie de Fortune d'après le Guilde, travail qui apparaît dans plusieurs notices dont celle de son fils, date exacte inconnue (1770-1780) (Musée des Beaux-Arts de Rouen)

TABLEAUX DE LEMONNIER RECENSÉS AU DÉPÔT DE ROUEN EN L’AN XIII

1(renseignements fournis par l’Annuaire statistique pour l’an XIII-Sept. 1804Sept. 1805-)

2Nous respectons les appelations données par l’Annuaire statistique :

TABLEAU

3Saint Charles Borromée (Saint Charles Borromée communiant les Pestiférés ou la Peste à Milan)

4Présentation au Temple (Présentation de la Vierge au Temple)

5Sainte Famille (ce tableau n’est plus dans l’inventaire de 1809)

6Sinite Parvulos (Jésus appelle à lui les enfants)

7Jésus au milieu des Docteurs (Jésus dans le Temple au milieu des Docteurs)

8Il est signalé dans la Salle du Tribunal de Commerce : un grand tableau allégorique, il s’agit à l’évidence du Génie du Commerce

TABLEAUX DE LEMONNIER ENTRÉS AU MUSÉE DE ROUEN EN 1809

9Cet inventaire a été établi par J. B. Descamps

TABLEAU

Provenance

No Inventaire

Saint Charles communiant les pestiférés

Rouen, séminaire

SR 43

Portrait Homme en pied (Herbouville)

Inconnue

811.13

Jésus Christ appelle à lui les enfants

Rouen, les Ursulines

SR 46

Jésus dans le Temple au milieu des Docteurs

Rouen, les Ursulines

SR 45

Présentation de la Vierge au Temple

Rouen, séminaire Saint-Vivien

SR 44

Diane et Apollon perçant de leurs flèches les enfants de Niobé

Envoi de l'Etat en 1803

803.26

Mission des Apôtres

Rouen, séminaire Saint Vivien

803.07

RECENSEMENT DE 1970 : MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE ROUEN

101) "Niobé et ses enfants" (Prix de Rome 1772), donné par le gouvernement en 1803 = 1,46 x 1,22

112) Copie du portrait de Puget (date ?) Don de 1822 : 0,25 x 0,33

123) Copie du portrait de François Ier par Titien, Don de 1822 : 0,25 x 0,33

134) La Mission des Apôtres (1777), peinte à Rome pour l'église Saint-Vivien, Salon 1793, d'abord à Versailles puis don de l'Etat en 1803 à Rouen : 4,40 x 2,65

145) Yecarius, Ulysse et Pénélope, Salon 1806, don-vente 1819 : 2,63 x 3,38

156) Portait de Monsieur d'Herbouville, Salon de 1799, catalogue de 1809, don, Legs ? : 2,12 x 1,45

167) Paysanne de Frascati, 1778, catalogue de 1809 : 0,465 x 0,37

178) Un grec Albanais, 1778, catalogue 1809 : 0,465 x 0,37

189) Copie de la Fortune de Guido Reni, Don, legs, ? Journal de Rouen 29-9-1796 ou 1896 : 1,89 x 1,25

1910) la Mort d'Antoine, réception à l'Académie, 1789, Salon de 1789 : 1,42 x 1,80

2011) Les Pèlerins d'Emmaüs, pas de renseignement : 1,26 X 1,60

2112) Portrait de l'Abbé Joly (1778 ?), Journal de Normandie 1785 : 100 x 0,82

2213) La Peste de Milan, pour le Grand Séminaire de Rouen, 1785, Salon de 1785 : 4,89 x 2,95, présenté en même temps que le Caton d'Utique, gravé par C. Normand

2314) François Ier recevant le tableau de Raphaël Salon de 1814, réplique : 0,64 x 0,96

2415 Louis XIV inaugurant le Puget à Versailles, Salon de 1814, réplique : 0,64 x 0,96

2516) Allégorie du Commerce, esquisse, 1787 : 0,70 x 1,30

2617) le Christ aux stigmates, signalé mais chemise vide : 0,55 x 0,33

2718) Lecture chez Madame Geoffrin, 1804, réplique entrée en 1942 : 0,625 x 0,96

2819) Présentation de la Vierge au Temple, 1778, Grand Séminaire de Saint-Vivien, saisie révolutionnaire, Salon 1787, (1809) : 4,85 x 2,90

2920) Jésus appelle à lui les enfants, 1783, Ursulines de Rouen, saisie révolutionnaire, : 2,92 x 2,30

3021) Jésus au milieu des Docteurs, 1784 ?, Ursulines de Rouen, saisie révolutionnaire : 1,07 x 0,86

3122) Cléombrote ou l'amour conjugal, 1787, Salon de 1787, acquisition de 1822 : 1,07 x 0,86

3223) Au musée, une vue de Saint-Cloud en automne, don de Rotchshild de 1911

3324) signalé hors Musée en novembre 1911, Madame d'Herbouville et ses enfants an XIII et XIV, Saint Jean du Cardonnay à Mr de Relignac

AUTOUR DE LA SAUVEGARDE ET DE LA CONSERVATION, RAPPEL CHRONOLOGIQUE POINTS DE REPÈRE NATIONAUX

1790

 : Octobre, création de la Commission conservatrice des Monuments Décembre, formation de la Commission conservatrice des Monuments

1791

 : 26 juillet, Le Louvre est "affecté aux monuments des Arts et des Sciences"
21 août, autorisation d'exposer librement au Salon
8 septembre, premier Salon libre

1792

 : juin, le Lycée des Arts
19 septembre, transfert des objets des maisons royales et des collections de la Couronne au Louvre
27 septembre, la Convention crée le Muséum par décret
1er octobre, création par Roland de la Commission du Muséum (fonctions administratives). Roland la préside, assisté d'une Commission de six membres : Cossard, Jollain, Pasquier, Régnault et Vincent - peintres-, Bossut-géomètre-,

1793

 : 17 juin, un décret de la Convention confirme l'ouverture prochaine du Muséum
27 juillet, décret sur le transport des oeuvres (maisons royales, monuments publics et maisons des émigrés) ainsi que sur la surveillance de celles qui risqueraient de partir à l'étranger
10 août, le Muséum central des Arts ouvre ses portes au Louvre, en même temps que le Salon organisé par la Commune des Arts 1er septembre, création de la Commission temporaire des Arts (26 décembre 1793), elle se juxtapose avec la Commission conservatrice des Monuments.

1794

 : 16 janvier (27 nivôse an II), la Commission du Muséum, révoquée par David, est remplacée par un 1er Conservatoire du Muséum peinture (membres proposés par David : Fragonard,
Bonvoisin, Le Sueur, Picault ; sculpture : Dardel, Dupasquier ; architecture : David Le Roy, Lannoy ; antiquités : Wicar, Varon). David reprochait à l'ancienne Commission de professer un "patriotisme sans couleur"
Ce même jour, le nouveau Conservatoire passe sous le contrôle du Comité d'instruction publique
6 février, disparition de la Commission des Monuments (créée en 1790), remplacée par la Commission temporaire des Arts ; est chargée d'inventorier. Les membres du Conservatoire du Muséum en font partie de droit
23 mai 1794 (4 prairial an II) réclame et énumère la liste des chefs d’oeuvres qu’il “faudrait faire passer en France” depuis l’Italie
19 septembre, arrivée de Belgique des Rubens (d'Anvers)

1795

 : 30 mars, constitution du Second Conservatoire du Muséum national des Arts (5 membres : Hubert Robert, Fragonard, Vincent -peintres-, Pajou-sculpteur-, Picault -restaurateur-)
15 septembre, arrivée des tableaux des maîtres hollandais
2 octobre : ouverture du Salon, désormais confié au Conservatoire du Muséum
25 octobre, création de l'Institut national des Sciences et des Arts, la classe des Beaux-Arts compte 28 architectes, graveurs, peintres et sculpteurs
Le même jour, rétablissement de l'Académie de France à Rome l'ensemble conservation/musée passe sous le contrôle du Ministère de l'Intérieur, Benézech à ce moment

1796

 : "entrée" de 120 tableaux italiens (Duché de Modène et papauté) 14 août, pétition d'artistes venus d'horizons politiques divers refusant le transfert d'oeuvres romaines à Paris et demandant que rien ne soit déplacé avant discussion. Parmi les signataires aussi bien David que Quatremère, Vivant-Denon ou Lemonnier.

1797

 : 27 janvier (3 pluviôse an V), fin du second Conservatoire, remplacé par une Administration centrale assistée d'un jury d'artistes

1799-1800

 : Lucien Bonaparte, Ministre de l'Intérieur (25 décembre 1799 - 4 nivôse an VIII au 6 novembre 1800 - 15 brumaire an IX)

1802

 :19 novembre (28 brumaire an XI), la fonction de Directeur du Musée central des Arts est créée

1803

 :21 novembre (1er frimaire an XII), Vivant-Denon est nommé Directeur général du Musée

FRÉQUENCE DE LA PRÉSENCE DE LEMONNIER À LA COMMISSION CONSERVATRICE DES MONUMENTS AU LOUVRE

34Relevé de sa présence dans les Procès-Verbaux de la Commission des Monuments (Tuetey, 1902, Bibliothèque Nationale, 8 V 30803, Microfiche).

1790

 : 29 juillet, cité pour inventaire dans des bibliothèques

1791

Juillet à septembre, mission à Rouen

 : 13 septembre, adresse de Lemonnier à propos d'établissements religieux supprimés
25 octobre, admis au nombre des membres de la Commission 8 novembre, reçoit la mission de visiter la Maison des Petits-Pères, Place des Victoires
22 novembre, reçoit la mission de vérifier l'état des tableaux des Petits-Augustins (sûrement en contact avec Alexandre Lenoir)
6 décembre, présente un rapport
20 décembre, présent

1792

 : 10 janvier, présent
18 janvier, présent
24 janvier, présent
31 janvier, présent

Présence attestée à Rouen de février au 30 août

25 septembre, présent
4 octobre, doit proposer à la section de l'Observatoire le transfert de la paroisse de Saint-Jacques-du-Haut-Pas au Val-de-Grâce
9 octobre, présent
18 octobre, fait partie de la liste des membres de la première Section des Arts (signée Sieyès et Kersaint)
30 octobre, communication de cette liste
4 décembre, chargé d'examiner les tableaux à Sainte-Geneviève et à Saint-Etienne-du-Mont
31 décembre, examen de la maison élisabéthaine du 228 rue du Temple

1793

 : 8 janvier, présent
15 janvier, présent
22 janvier, présent
12 février, présent
19 février, présent
26 février, présent
12 mars, présent
19 mars, présent
26 mars, présent
2 avril, présent
9 avril, présent
16 avril, présent
23 avril, présent
30 avril, présent,
7 mai, présent
14 mai, présent,
21 mai, présent
28 mai, présent
4 juin, présent
11 juin, présent
18 juin, présent
25 juin, présent
2 juillet, présent
16 juillet, présent
23 juillet, présent
30 juillet, présent
13 août, présent
27 août, présent

4 octobre, présent
8 octobre, présent
15 octobre, présent
17 octobre, présent
18 octobre, présent
24 octobre, présent
30 octobre, présent
3 novembre, présent
6 novembre, chargé de la réquisition de cuivre
9 novembre, présent
13 novembre, présent
16 novembre, présent
19 novembre, présent
23 novembre, présent
26 novembre, présent
29 novembre, présent
3 décembre, présent
6 décembre, présent
9 décembre, présent
13 décembre, présent
16 décembre, présent
23 décembre, présent
26 décembre, présent
29 décembre, présent

1794

 : 5 janvier, présent
8 janvier, présent
12 janvier, présent
15 janvier, présent
18 janvier, présent
25 janvier, présent
28 janvier, présent
le février, présent
4 février, présent
17 février, présent
21 février, présent
24 février, présent
3 mars, présent
6 mars, présent
9 mars, présent
16 mars, présent

35A cette date, 16 mars 1794, la Commission conservatrice des Monuments, devenue Commission temporaire des Arts, est supprimée, elle remet ses travaux au Comité d'instruction publique.

PRÉSENCE DE LEMONNIER AU CONSERVATOIRE DU MUSÉE DES ARTS

36Le nom de Lemonnier n'est pas cité dans les procès-verbaux du premier Conservatoire (16 janvier 1794-30 mars 1795), en revanche nous le rencontrons par deux fois dans le second Conservatoire (30 mars 1795-27 janvier 1797 -3 pluviôse an V-). Ces présences nous sont fournies par les travaux d'E. Cantarel-Besson.

1796

 : 21 janvier (1er pluviôse an IV), Lemonnier signale avec Vincent et Hubert Robert un portrait de Monsieur, frère du Roi
25 janvier (5 pluviôse an IV), portait en émail, celui de Monsieur a été remis par Lemonnier, Vincent et Robin.

PRÉSENCE DE LEMONNIER PARMI LE JURY D'ARTISTES CHOISI PAR L'ADMINISTRATEUR DU MUSÉE CENTRAL DES ARTS

37L'Administration fut organisée dès le 22 janvier 1797 (3 pluviôse an V). Elle s'entoura d'un jury de quinze artistes qui devait l'aider dans son oeuvre de collection, de sauvegarde, de répartition et de restauration. Nous utilisons de nouveau les travaux d’E. Cantarel-Besson.

1797

 : 21 février (3 ventôse an V), Lemonnier est choisi
14 mai (25 floréal), Lemonnier remet une note sur plusieurs tableaux à Rouen, des "maîtres de l'Ecole française", une Adoration des Bergers de P. Champagne, un Trépas de Saint François de Jouvenet et une Descente de Croix de Lahire
30 août (13 fructidor an V), "Le conseil arrête qu'il sera écrit au Ministre de l'Intérieur pour le prier d'inviter les citoyens Vincent, David, Régnault, Lemonnier, peintres, de remettre à l'Administration les tableaux qu'ils ont faits pour le Gouvernement et qui leur ont été payés".
La Mission des Apôtres est envoyée au musée spécial de Versailles

28 décembre (8 nivôse an VI), constatation de dommages aux monuments et surtout aux tableaux. On pressent David, Picault, Vien, Perron, Moreau, Vincent et Lemonnier pour dresser un procès- verbal

31 décembre 1797 (11 nivôse an VI), vérification de tableaux

1798

 : 27 mars (7 germinal an VI), on décide de l'envoi à Versailles de L'esclave d'Antoine se poignardant

ACTION DE LEMONNIER, SAUVEGARDE ET CONSERVATION, SON CALENDRIER PERSONNEL ENTRECROISANT PARIS ET ROUEN

1790

 : 29 juillet : première présence attestée à la Commission des monuments au Louvre
Novembre, Le Journal de Normandie publie un article anonyme s'inquiète du pillage et de la destruction qui menacent les oeuvres d'art (son inspirateur : Lemonnier ?)
2 novembre, l'inventaire est confié à Lemonnier, Le Carpentier et Dom Gourdin

1791

 : Juillet à septembre : mission de sauvegarde en Normandie, accompagné de Le Carpentier et de Dom Gourdin (églises et maisons religieuses visitées). La récolte est transportée au couvent des Jacobins
18 août, introduit auprès du Directoire du département, accompagné de Le Carpentier, Goube et Dom Gourdin, présentation d'un mémoire réclamant un local pour établissement d'un "muséum ou bibliothèque publique"
13 septembre, adresse de Lemonnier à la Commission des Monuments au Louvre
19 octobre, membre de la Commission temporaire des Arts, Commission des Monuments qui se tient au Louvre. Il y siège avec Doyen
25 octobre, admis comme membre permanent de la Commission
6 décembre : fait un rapport devant ladite Commission sur l'urgence qu'il y a d'agir pour sauver les oeuvres d'art Sa présence au sein de la Commission est attestée jusqu'au 16 mars 1794

1792

 : 21 mai, le Directoire du département décide de déposer 141 pièces sur les 728 "récupérées" à Rouen par Lemonnier, Le Carpentier et Dom Gourdin à Saint Ouen, dépôt provisoire
Avril, présence de Lemonnier à Rouen pour surveiller le futur dépôt
21 mai, un arrêté du Directoire confie à Lemonnier "le soin de former une collection de tableaux à l'église Saint-Ouen".
31 mai, les trésoriers de la Fabrique de Saint Ouen lui demandent de supprimer statues et autels tombés en "vétusté"
15 juin, début de l'installation des tableaux sélectionnés par Lemonnier et Le Carpentier
Eté, dépôt effectué dans l'ancien Couvent des Jacobins et à Saint-Ouen : il s'agit là de l'embryon du Musée de Rouen
30 juillet, le curé et les Trésoriers de la Fabrique de Saint-Ouen félicitent Lemonnier pour son activité de sauvegarde
18 août, Lemonnier s'explique sur son travail dans une lettre rédigée à Rouen
Eté, sauvegarde et restauration d’oeuvres d'art à Rouen 24 août, pour le remercier de son activité de sauvegarde, le département de la Seine-Inférieure lui commande un tableau allégorique -"l'homme conquérant sur les tyrans la liberté et l'égalité"-
21 septembre, travail de Lemonnier sur le Musée de Rouen brusquement arrêté
25 septembre, présence à Paris à la Commission conservatrice des Monuments du Louvre
28 octobre, Le Carpentier écarté de ce travail
30 octobre, le nom de Lemonnier figure sur la liste des membres de la 1ère Section des Arts de la Commission, liste signée par Sieyès et Kersaint
4 décembre, chargé par la Commission du transfert des tableaux de Saint-Etienne du Mont
21 décembre, le département de la Seine-Inférieure renonce à faire de Saint Ouen "une sorte de Musée"
31 décembre, chargé par la Commission de l'examen de la maison élisabéthaine du 228 rue du Temple

1793

 : Présence régulière à la Commission du Louvre du 8 janvier au 27 août et du 4 octobre au 29 décembre
27 janvier (loi du 8 pluviôse an II), loi
7 avril (18 germinal an II), arrêté du département confirmant la loi du 27 janvier favorisant le retour des objets vers leur district de provenance.

1794

 : Présence régulière à la Commission temporaire des Arts du Louvre (ancienne Commission conservatrice des Monuments) du 5 janvier au 16 mars

1796

 : 21 et 25 janvier, présence signalée au jury d'artistes choisi pour conseiller le Conservatoire du Muséum

1797-1798

 : présence attestée par les procès-verbaux (six fois) au sein du jury d’artistes qui secondait l'Administration centrale

1802

 : 22 octobre, annonce qu’il retire sa Mission des Apôtres de Versailles pour l’accrocher à Rouen

1803-1805

 : fait entrer 38 toiles au Musée de Rouen

1809

 : 4 juillet ouverture du Musée de Rouen,
Sept de ses tableaux entrent au Musée

1819

 : 14 de ses tableaux sont au Musée des Beaux-Arts de Rouen, offre les Adieux d'Ulysse et de Pénélope à Ycarius

1821

 : cède sa collection personnelle au Musée (accueillie en 1822)

PÉTITION ADRESSÉE AU DIRECTOIRE LE 29 THERMIDOR AN IV (16 AOUT 1796), PAR CINQUANTE ARTISTES POUR APPUYER LES THÈSES DE QUATREMERE DE QUINCY

38L’amour des arts, le désir de conserver les chefs d’oeuvre à l’admiration de tous les peuples, un intérêt commun à cette grande famille d’artistes répandus sur tous les points du globe, sont les motifs de notre démarche auprès de vous. Nous craignons que cet enthousiasme qui nous passionne pour les productions du génie n’égare sur leurs véritables intérêts même leurs amis les plus ardents ; et nous venons vous prier de peser avec maturité cette importante question de savoir s’il est utile à la France, s’il est avantageux aux arts et aux artistes en général de déplacer de Rome les monuments d’antiquité et les chefs d’oeuvre de peinture et de sculpture qui composent les galeries et musées de cette capitale des arts.

39Nous ne nous permettons aucune réflexion à ce sujet déjà soumis à l’opinion publique par de savantes discussions ; nous nous bornerons à demander, Citoyens Directeurs, qu’avant de rien déplacer de Rome, une commission formée par un certain nombre d’artistes et de gens de lettres, nommés par l’Institut national, en partie dans son sein et en partie en dehors, soit chargée de vous faire un rapport général sur cet objet.

40C’est d’après ce rapport, où toutes les considérations seront discutées et pesées avec cette masse de réflexions et de lumières indispensables au développement d’un sujet si grand et si digne de vous, que vous prononcerez sur le sort des beaux-arts dans les générations futures.

41Oui, l’arrêté que vous prendrez va fixer à jamais leur destin, n’en doutez point ; et c’est ainsi que pour former les couronnes destinées à nos légions triomphantes, vous saurez unir les lauriers d’Apollon aux palmes de la Victoire, et aux rameaux si désirés de la paix.

Signé :

P. Valenciennes, peintre
L. Dufoumy, architecte
Lorta, sculpteu
Lebarbier l’aîné, peintre
L.F. Cassas, peintre
Legrand, architecte
Giraud, peintre
Quatremère de Quincy
Fontaine, architecte
Percier, architecte
Perrin, peintre
Levasseur, graveur
Tassy, peintre
Léthière, peintre
Moreau, jeune
L. Moreau, dessinateur
Bataille, architecte
Lesueur, sculpteur
Pajou, sculpteur
David, peintre
Suvée, peintre
Berruer, sculpteur
Peyron, peintre
Désoria, peintre
Colas, architecte

Vien, peintre
Denon, graveur et dessinateur Lange, sculpteur
Fortin, sculpteur
Molinos, architecte
Girodet, peintre
Gizors, architecte
Dumont, sculpteur
Meynier, peintre
Boizot, peintre
Michalon, peintre
Bence, peintre
Chancourtois, peintre
Lempereur, graveur
Soufflot, architecte
Masson, sculpteur
Julien, sculpteur
Aubourg, graveur
Vincent, peintre
Roland, sculpteur
Lemonnier, peintre
Desroches, peintre
Espercieux, sculpteur
Déjoux, sculpteur
Clérisseau, peintre et architecte

PÉTITION ADRESSÉE AU DIRECTOIRE, LE 12 VENDEMIAIRE AN IV (30 OCTOBRE 1796), PAR TRENTE-SEPT ARTISTES, POUR SOUTENIR LA POLITIQUE DES SAISIES D’OEUVRES D’ART EN ITALIE

42Un gouvernement astucieux semble se faire un parti jusque dans nos murs par des pétitions adroitement combinées. Il cherche à retenir des chefs d’oeuvre qu’il a fait semblant de nous céder : ses efforts sont secondés par des artistes estimables, qui ont l’amour des arts pour motif ; mais nous aussi nous sommes des artistes ! et si nous demandons qu’on transporte ici ces chefs-d’oeuvre, c’est pour l’honneur, la gloire du nom français, et l’amour que nous portons à ces mêmes chefs - d’oeuvre.

431° Plus notre climat paraît défavorable aux arts, plus nous avons besoin de modèles pour vaincre les obstacles qui pourraient s’opposer chez nous à leur progrès ; c’est par une longue habitude du vrai et du beau que nous formons notre goût. Les Romains, jadis grossiers, sont parvenus à civiliser leur nation, en transplantant chez eux ces productions de la Grèce vaincue. A leur exemple, profitons de nos conquêtes, et faisons passer de l’Italie en France tout ce qui peut agrandir l’imagination. Que les obélisques égyptiens viennent orner nos places et y attester nos triomphes sur l’Europe entière lâchement conjurée contre un seul peuple ! Si dans le siècle dernier une foule d’artistes de tout genre ont presque égalé les anciens, si notre école actuelle, sans en excepter l’italienne, est encore la meilleure qui existe, que ne fera pas le génie français aidé par tous les secours que le gouvernement rassemble de toutes parts ? Il faut que ces chefs-d’oeuvres exposés au regard du public interrogent et développent les dispositions d’une jeunesse sensible, et que, électrisé à cette vue, celui à qui la nature a donné le germe du vrai talent dise comme le peintre ultramontain : “et moi aussi je suis peintre”.

44Au lieu de douze élèves qui avaient jadis le privilège exclusif de les contempler, il faut que tous jouissent de cet avantage ; il faut que ce bienfait soit l’indemnité accordée par les Romains aux artistes français persécutés par eux et échappés à leur barbarie. Il faut qu’il soit à la fois le prix de la valeur et l’instruction du peuple français tout entier.

45Le véritable but des arts ne fut jamais de contenter la vanité d’un petit nombre de riches ; les arts ont une fin plus utile et plus grande, c’est d’instruire une nation, de former ses moeurs, son goût, et de graver dans sa pensée des images qui lui rappellent sans cesse de hautes vertus et sa propre dignité.

46Ainsi, il est temps que le Peuple français apprenne à aimer et à juger les arts comme il convient à un peuple libre ; qu’il prenne aussi des sentiments conformes à sa nouvelle situation. Naturellement doué d’un sens exquis, la vue des modèles de l’antiquité réglera son esprit et son discernement, et en les comparant avec ces oeuvres divins, bientôt il appréciera les ouvrages de ces artistes ; alors la gloire des talents ne sera plus circonscrite dans le centre étroit de quelques prétendus amateurs ; c’est du peuple seul qu’ils voudront mériter les suffrages, et ce sera la plus belle récompense du génie !

472° En admettant que l’on ne puisse qu’à Rome admirer ces chefs-d’oeuvre, quel garant nous donnera-t-on de la bienveillance et de la sincérité des Romains ? qui nous assurera de la tranquillité future de l’Italie ? qui nous répondra enfin que des convulsions, qui ne sont point impossibles, ne détruiront pas un jour, ou ne transporteront pas ailleurs toutes ces richesses ? Quel regret serait le nôtre d’avoir, par une condescendance coupable, donné cet avantage à nos ennemis et porté aux arts, chez nous, le préjudice le plus funeste ?

48N’avons-nous pas déjà vu disparaître de Rome une foule de monuments précieux, qui formeront cette prétendue série sur le démembrement de laquelle on a, avec si peu de raison, voulu apitoyer le gouvernement français.

49Le roi de Naples n’a-t-il pas enlevé du palais Farnèse l’Hercule, la Flore et le groupe colossal du Taureau et d’Antiope ?

50L’empereur n’a-t-il pas dépouillé la Lombardie de ses chefs-d’oeuvre, et Léopold enlevé à Rome la fameuse collection de Médicis ?

51Un Anglais n’a-t-il pas acheté la collection des Negroni ? Celle des Justiniani et des Barbarini n’est-elle pas enlevée ?

52Hâtons-nous donc de faire arriver en France ce qui, six mois plus tard, n’existera plus à Rome, et que la cupidité romaine vendra d’autant plus vite à nos ennemis, qu’elle aura été plus voisine de s’en voir privée.

53La République française, par sa force, la supériorité de ses lumières et de ses artistes, est le seul pays au monde qui puisse donner un asile inviolable à ces chefs-d’oeuvre. Il faut que toutes les nations viennent emprunter de nous les beaux-arts avec autant d’empressement qu’elles ont jadis imité notre frivolité ; et quand nous leur aurons donné la paix, elles s’empresseront de venir ici puiser la sagesse et le bon goût que ces chefs-d’oeuvre feront naître, et nos manufactures, aujourd’hui languissantes, brilleront d’un nouvel éclat.

543° L’idée de faire de Rome le Muséum de l’univers est plus séduisante que praticable dans les circonstances actuelles, elle est même désavantageuse, car cette prétendue philanthropie ne tend à rien moins qu’à entretenir la nullité et l’orgueil de cette ville indolente et superstitieuse, et à l’entretenir à jamais dans la dépendance d’un gouvernement corrompu et corrupteur.

55En effet, ôtez à Rome cette ressource servile et précaire, forcez-la à recourir à une industrie plus active, à cultiver ses campagnes désertes et malsaines, alors son peuple sentira véritablement sa dignité, et l’espèce humaine sera bientôt délivrée de cette puissance lâchement ambitieuse qui a troublé et trouble encore le monde par des discordes éternelles.

56Signé :

57Gauthier, J. B. Isabey, Lormier, Redouté, Régnault, Gérard, Chery, Vandael, Duvivier, Vemet, Guillon, Dumont, Dutertre, Dendrillon, Laneuville, peintres ; Hubert, Van Cleemputte, Gerbet, Peyre neveu, Thierry, Veny, architectes ; Dupasquier, Villette, Georgery, Michallon, Chaudet, Chaudet, Castex, sculpteurs ; Belissen, inspecteur général du théâtre des arts ; Lenoir, conservateur ; Guillot, artiste ; Bourgeois, Eve Demaillot, Schall, Henard, Constantin, Aug. C. Belle, Foucon.

NOTICE D’ADRIEN PASQUIER151 152

  • 151 t. VI, p. 429-431
  • 152 Orthographe respectée.

58Le Monnier, né à Rouen, fut un élève de cette Ville pour l’Académie et un des pensionnaires du Roi à Rome. Il a été admis à l'Académie de peinture de Paris en 1785. Sur la presentation d'un tableau de 15 pieds représentant la peste à Milan qui etait destiné pour l'Eglise du seminaire de S. Vivien de Rouen, d'où il a été enlevé à la révolution, pour être placé dans N.D. de Saint Ouen, mais il est actuellement au Musée de cette ville.

59Le Monnier a fait en 1787 le tableau intitulé la presentation au temple, pour servir de pendant à la Peste de Milan. Quoique cette production ne soit pas aussi heureuse, on y remarque de l'éclat et du style, mais elle laisse quelque chose à désirer du côté de la correction et du fini.

60Ce tableau paraît avoir été fait vite. Il a eu le même sort que le premier à la revolution etant tous deux dans la même Eglise.

61Le même artiste a fait pour Louis XVI un tableau de dix pieds de haut, sur huit de large, sous le titre : d'Amour conjugal, dont voici le sujet :

62"Cléombrotus ayant detrôné Léonidas, son beau-pere, est à son tour contraint de "se sauver dans le temple de Neptune, ou Leonidas vient pour l'en arracher et le "faire mourir". Chelonis, femme de Cléombrotus, qui n'avait point quitté son père ni "le deuil pendant ses malheurs, se rend suppliante avec son epoux, le tient etroitement embrassé, les cheveux épars et fondant en larmes, avec ses enfants " a ses pieds. Par la véhémence du discours et l'excès de sa douleur, elle "flechit" son pere, qui ordonne à Cléombrotus de sortir aussitôt de Sparte, et "d'aller en exil".

63On a jugé ce tableau bien severement et, en effet, il faut convenir qu'en le voyant on est reduit à faire des voeux pour que l'auteur, à l'avenir, consulte mieux la nature, qu'il cherche à mettre dans son coloris de la vérité, au lieu de l'eclat, qu'il fasse voir surtout une plus grande entente, de la lumière et un meilleur goût du dessin.

64M. Le Monnier a offert au jugement du public l'esquisse, en grand, du tableau allegorique qui lui a été demandé par la chambre de commerce de Rouen, dans la mesure de vingt quatre pieds de large sur treize et demi de haut.

65"Le génie du commerce, traversant le globe d'un vol rapide, y découvre "l'Amerique aux yeux des Nations, assemblée devant le temple de la paix, il lui "montre la boussole et l'Europe, comme reine de l'Univers, près d'elle tout "annonce la securité, la puissance, la réunion des Sciences et l'industrie, et de "tous les avantages qui en en résultent. Elle est specialement appuyée sur les "attributs de l'Agriculture, et groupée avec la paix sous le figure de Minerve, qui "offre aux autres parties du monde des Couronnes d'Olivier, symbole du bonheur "universel" (a)

66Journal de Normandie, 1791, p. 874.

67La mort d'Antoine, tableau de cinq pieds et de demi de large sur quatre pieds de haut. L'auteur a saisi l'instant ou Antoine, après la bataille d'Actium, sur la fausse nouvelle de Cléopartre, prie Eros, son serviteur, de le tuer. Celui-ci, pour ne point obéir, se tue lui-même. Ce morceau fut celui de sa réception à l'Académie.

68Une sainte famille de quatorze pieds et demi de haut sur neuf de large. Ce tableau destiné pour les dames Ursulines de Rouen a joui d'un grand succès.

69Le Monnier avait remporté deux prix à l'Académie des Sciences de Rouen en 1762 et 1763.

70Il a fait une Adoration des Rois, pour l'abbaye de Sainte Genevieve ou de Sainte Perrine de Chaillot près de Paris.

71Il a aussi fait pour les Ursulines de Rouen, Notre Seigneur qui appela à lui les Enfants.

72(a) il a été fait au sujet de ce tableau une critique intitulée : "Réflexions sur le nouveau tableau des consuls, de 3 pages in 8°, non, par rapport aux tableaux, mais par rapport aux personnes qui y sont représentées.

73Quelqu'un avait engagé M. Le Monnier à exposer son portrait à la salle des Consuls de Rouen avec plusieurs autres pour satisfaire le public, on l'a vu faisant hommage à l'amitié, en se représentant dans les bras d'un de ses amis qui vint le voir à Rome.

74Il a fait aussi une sainte cécile qui a été vue dans la même lieu, qui est une étude faite d'après le Dominicain.

75Quant à la peste de Milan, on y voit S. Charles, prêt à descendre quelques marches pour donner le viatique à une femme mourante ; il porte sur sa physionomie et dans tout son marcher un caractère sublime, qui fait le plus grand honneur au jugement et à l'esprit de l'artiste. Les Acolytes qui portent le Dais et contrastent bien avec le groupe principal, un des Acolytes qui tient un flambeau allumé, éclaire de reflet tout ce qui est dans l'ombre par des tons chauds et rompus qui pretent à l'harmonie, qui rendent sans noir les masses éclairées, et les teintes locales de la plus grande fraicheur.

76Sur le premier plan, est etendue cette femme expirante, les yeux presque eteints, qu'elle porte vers le saint Viatique ; sa tête est soutenue par une autre femme dont le caractère exprime un sentiment de compassion et de respect à la fois. Mais quel interêt inspire cette mère expirante, elle qui a vu perir l'instant d'avant, son enfant encore etendu sur elle ! Ce sentiment passe dans l'âme de tous ceux qui portent les yeux sur ce tableau ; et avec d'autant plus de force, que l'ange qui plane dans les airs, annonce, par son air menaçant, que le ciel n'est point encore appaisé : l'idée poëtique et très ingenieuse qui ajoute à l'interêt du sujet. Cet ange est bien en l'air ; le fond du tableau est de bonne architecture ; les plans éloignés représentent plusieurs Scènes de désolation, et le ciel, chargé de vapeurs et de nuages livides, fortifie l'impression de terreur et de pitié que l'auteur a voulu produire.

77Ce tableau composé avec génie et sentiment, d'un grand effet, d'un dessein correct, d'une bonne couleur, soutenue par un pinceau facile et une touche jeune, fait le plus grand honneur à ce jeune artiste, qui s'était bien annoncé dès son aurore.

78Ext. du Journal de Normandie 1785, pag. 349, 1790 p 613, Le Sinite parvulus

79Jésus Christ au temple au mileu des Docteurs

80Ces deux tableaux ont été peints à Rome.

81Et l'annuaire Statistique du Departement de la Seine Infériure pour l'an XIII page 212.

82Au Seminaire Saint Vivien, J.C. donnant la mission aux Apôtres.

83Il a peint M. d'Herbouville dont le portrait est désigné au Musée de Rouen no 48 sous le titre d'homme en pied dans le catalogue des tableaux par M. Descamps. Il est debout le corps tourné a gauche, la tête presque de face, il s'appuye le bras droit sur la tablette d'un Secretaire a cylindre chargé de cartons et de papiers, le bras gauche négligemment tendu le long du corps, il tient a la main un livre.

84Derriere lui en avant d'une cheminée, est un fauteuil de bureau, divers attributs d'un homme d'Etat, amateur des beaux arts caractérisent celui qui est représenté, il a été peint en 1792.

85Niobé et sa famille.

86La fortune, d'après le Guide.

87La Mission des Apôtres.

88On a placé dans une des salles de la Cour de cassation, en 1809, un grand tableau de M. Lemonnier, représentant les ambassadeurs de Rome qui demandent à l'Areopage communication des lois de Solon, composition qui obtint les suffrages des amateurs a la derniere exposition publique. Le choix du sujet semblait appeler cet estimable ouvrage à decorer le palais de justice, et l'on doit applaudir à la mugnificence éclairée qui la destinait à faire partie des embellissements qu'un de nos architectes, M. de Beaumont, execute en ce moment dans le local occupé par le premier des tribunaux de l'Empire. Ext. de la Chronique de Rouen du 8 août 1809.

TABLEAUX RÉPERTORIÉS PAR ADRIEN PASQUIER

89A. PASQUIER répertorie 15 tableaux : oeuvres au musée en 1809

la Peste à Milan

X

la Présentation au Temple

X

Cléombrote

Génie du Commerce

la Mort d’Antoine

Sainte Famille

Adoration des Rois (pour Sainte Geneviève ou Sainte Perrine à Chaillot)

Jésus appelle les Enfants (Sinite Parvulos)

X

Sainte Cécile

Jésus au milieu des Docteurs

X

Mission des Apôtres

X

d’Herbouville

X

Niobé

X

la Fortune

90Ambassadeurs à l’Aréopage

Notes

151 t. VI, p. 429-431

152 Orthographe respectée.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search