Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Conclusion

Texte intégral

1Anicet Charles Gabriel Lemonnier fut bien cet artiste reconnu, fêté, honoré, respecté de son vivant. Reconnu, certes, le Grand Prix de Rome le confirme en 1772, les commandes ne cessent d’affluer, son activité picturale demeure incessante et ce, au moins, jusque dans les années 90 du XVIIIème siècle. Puis on salua l’activité débordante, exemplaire et efficace que mena le peintre pour sauver, rassembler, restaurer et exposer les chefs d’oeuvres que les circonstances nouvelles avaient mis à la disposition de la Nation.

2Si, en 1795, Lemonnier ne fut pas membre de l’Institut, si, en 1809, à la mort de Suvée, la direction de l’Ecole française de Rome lui échappa, alors qu’il avait obtenu une large majorité des voix de la classe des Beaux-Arts pour remplir ces prestigieuses fonctions, les autorités impériales lui confièrent, cette même année, la responsabilité de l’administration de la Manufacture des Gobelins. A l’évidence, ce ne fut là, pour lui, qu’un piètre lot de consolation. De fait, son temps de création était passé, le ralentissement de sa production, et pour ne pas dire après 1814, son absence totale de production semblerait le prouver. Il était à ce moment devenu un haut fonctionnaire respecté.

3En 1816, une éviction / destitution après le second retour de Louis XVIII l’écarta définitivement de toute vie publique, alors que la première Restauration l’avait confirmé dans ses fonctions en 1814. Faut-il rappeler, que rien n’interdisait à un fonctionnaire d’avoir conservé son poste au cours des Cents-Jours ? Ce fut, pour lui, l’occasion d’un retour définitif à Rouen, sa ville, qu’il n’avait jamais vraiment quittée. Ses incessants allers-retours entre Rouen et Paris, son activité en faveur de la création d’un musée en témoignent. Ce retour permit à ses concitoyens de lui prouver attachement, respect, de le fêter et de l’honorer officiellement. En retour, il participa à l’enrichissement du musée de Rouen : il fit des dons que son fils compléta jusqu’à la fin de sa vie.

4Ainsi Lemonnier, longtemps parisien d’adoption, était demeuré un Rouennais, attaché à sa ville natale. Cependant, bien que ses concitoyens lui aient rendu force honneurs, ils l’oublièrent très vite. Nous avons envisagé des hypothèses à ce sujet. N’y revenons plus. Ainsi, tel fut le parcours professionnel, strictement chronologique, de cet homme qui vécut de 1743 à 1824.

5En revanche, ce parcours ne demeura pas linéaire, tel celui attendu d’un peintre adulé, dès sa jeunesse, aux fréquentations mondaines, entouré et plus qu’aisé, proche de la Cour et protégé par les plus hautes autorités artistiques de son temps. Mais il fut le produit de la trajectoire d’un artiste qui a croisé des circonstances particulières, nouvelles ou que ces dernières ont croisé : les Lumières puis la Révolution Française. Nous constatons, tout au long de cette vie, transformation, évolution, adaptation, rupture parfois, mais aussi une forme de continuité sinueuse. En effet, l’artiste Lemonnier fut aussi l’homme Lemonnier qui n’a pas échappé à son temps. Celui qui ne s’est pas contenté de vivre cloîtré dans son atelier, pour produire de l’image. Il a rencontré son époque. Il est l’exemplaire produit et illustration, à la fois miroir et reflet, pour un peintre, de la rencontre circonstances / homme, homme / circonstances. Il a accompagné les mutations de son époque, ne se contentant pas de s’adapter et de les subir. Il n’a pas seulement respiré l’air du temps, il est devenu un homme des Lumières qui se révolutionne.

6En effet, le talent de Lemonnier fut reconnu et consacré par une oeuvre largement inspirée de la Contre-Réforme. La majeure partie des commandes auxquelles il répondit le montre. Mais il devint un artiste-miroir des préoccupations de son temps. La “fameuse” et déterminante rencontre avec l’abbé Raynal conduisit notre homme sur de nouvelles pistes d’inspiration, issues des préoccupations du moment. Ces dernières conjuguaient les origines rouennaises de ce fils de négociants, familier de la Chambre de Commerce, donc celles, bien réelles, des marchands attachés aux bienfaits de la liberté du commerce. Il présente alors son “Génie du Commerce”, tournant et point d’orgue de sa carrière picturale.

7Il est alors produit de son temps, de sa ville, de ses origines en exaltant le commerce, la liberté de celui-ci, les conséquences et bienfaits économiques attendus, ainsi que l’espoir de voir grandir la liberté grâce à un réel développement économique. Lui qui avait prouvé son talent dans un tout autre genre, qui avait régulièrement répondu aux commandes des églises et couvents, se révèle alors homme préoccupé par les interrogations de son temps. Il décide de créer quelque chose que sollicite son époque. Il est un de ces hommes que les Lumières font réfléchir, qui s’adaptent à la nouveauté sans rejeter son passé. Par là même, il produit son chef d’oeuvre, son "Génie du Commerce". Lemonnier est peintre dans le monde et non pas au monde, il n’est plus seulement installé et socialement reconnu. Il est artiste-reflet de son époque.

8Ce tournant dans une carrière, cette réorientation dans la réflexion et la production est suscitée par un monde qui évolue et lui, l'artiste-homme Lemonnier, par ce biais de la création, participe à en favoriser l’évolution.

9Si “l’appareil idéologique” des Lumières a révélé un homme qui vit son temps, les circonstances révolutionnaires en font un homme d’action. Il ne se contente plus de création, il entre dans l’action, il participe et intellectuellement et physiquement à ce mouvement.

10Désormais il agit, il entre en révolution. A son niveau. Rappelons qu’il demeura un homme politiquement modéré et ajoutons à quel point son fils insiste sur ce fait. Il présente l’action de conservation de son père comme son unique participation à la Révolution. Mais quelle participation ! Concrète, efficace, déterminée, il est l’homme d’action qui, de cette manière, participe au débat fondamental sur la patrimoine, sa conservation, sur le contenu pédagogique et civique de l’art et sur le droit de tout un chacun d’y avoir accès, et ce, sans hiérarchie ni géographique ni sociale. Son action partagée entre Rouen, la Normandie et Paris est révélatrice de cette volonté globale. Les circonstances nouvelles le “révolutionnent” et il participe à la Révolution, dans son domaine, à la manière d’un spécialiste.

11Le voici devenu un acteur au sein d’un des débats essentiels de la Révolution Française. Lemonnier ne se contenta pas de parler, de proposer, il retroussa les manches ! Et c’est tout aussi concrètement, que, sur cette lancée, il oeuvra pour la naissance d’un musée à Rouen qui ouvrit ses portes au public en 1809. L’idéal s’était concrétisé dans l’action.

12Ce fils de négociant rouennais à qui l’aisance paternelle avait facilité sa formation, qui, certes, avait largement prouvé son talent, qui était socialement et mondainement reconnu, était entré en révolution. Il participait d’un monde en transformation et l’aidait à se transformer tout en se transformant lui-même. C’est en ce sens que nous parlons d’évolution, d’adaptation et de transformation, d’apparente rupture pour pouvoir mieux sauver, conserver, restaurer et exposer.

13Au moment où le carcan des structures anciennes, tels l’Académie et les Salons volaient en éclats, où les garde-fous protecteurs des artistes “protégés” sautaient, où tout pouvait sembler nouveau, inquiétant, instable, sans avenir, au moment même où le royaume de France devenait la nation française, garante et gérante d’un immense patrimoine, l’homme-artiste Lemonnier, dans des structures naissantes, balbutiantes mettait tout son poids, son prestige, son autorité au service d’un art envisagé comme instrument civique et pédagogique. Il protégeait l’énorme transfert de propriété que constituèrent les nationalisations. Le monde changeait, lui aussi, il participait dans son domaine, l’art, à ce changement, il avait auparavant déjà réorienté sa production, l’avait adaptée aux besoins, aux demandes nouvelles. Désormais il agissait sans attendre de compensations pécuniaires, de manière désintéressée. Les circonstances révolutionnaires et cet immense transfert patrimonial en avaient décidé ainsi. Si le peintre n’eut plus autant de choses à exprimer sur une toile, il entreprit et continua son combat pour l’ouverture d’un musée, il défendit l’art par d’autres moyens. Il participa à ce débat sur l’art et la conservation qui fut au coeur de la Révolution Française : un passage du privé au public ; de l’élite à la Nation ; du caprice apparent d’un prince à la pédagogie, du plaisir de l’oeil à la vertu civique. Quant à son action personnelle, que ce soit les “Enfants de Niobé”, le “Génie du Commerce” ou son rôle dans l’ouverture d’un musée, qui est aujourd’hui l’un des plus riches de France, il fut de tous ces combats. Les Rouennais l’ont effacé de leur mémoire.

14Ils ont oublié l’oeuvre et l’action de l’artiste et de l’homme Lemonnier dont la trajectoire peut sembler unique, singulière. Mais Lemonnier n’est guère singulier. En revanche, il est exemplaire de l’intérêt porté à des préoccupations nouvelles qui se firent jour en cette fin de XVIIIème siècle, il est exemplaire aussi de l’action nécessaire que cette situation suscita en répondant aux normes nouvelles d’un groupe naissant. Il avait négocié aisément le tournant-virage des Lumières avant d’entrer en Révolution. Nous avons pu constater l’adaptation de sa création picturale et la diversité de son action sur le terrain de la sauvegarde : inventaire, conservation, restauration.

15Exemplaire, parce que nombreux sont ceux qui, comme Lemonnier, ont quitté le cocon de l’Académie pour se muer en hommes d’action. Il est vrai que Vien a quitté le navire en 1791, il a émigré. Mais les autres ? Ils ont participé à la Commission des Monuments, ont dressé des catalogues, ont proposé, inventé des formes, des cadres nouveaux. Ils ont balisé de nouvelles pistes, établi un Institut, défini la classe des Beaux-arts, redéfini le contenu des Salons. En ce sens, ils se sont tous révolutionnés, tout en assumant les contradictions de leur époque ainsi que leurs rivalités personnelles.

16Exemplaire de ceux qui après avoir vécu dans les structures artistiques de l’Ancien Régime et après en avoir profité, même s’ils en dénonçaient le carcan, en créent de nouvelles auxquelles ils s’intègrent. Ils commencèrent par inventer une nouvelle vie culturelle en proposant des institutions et des cadres. Mais n’oublions pas à quel point et surtout à quelle vitesse le pouvoir politique reprit les choses en mains. Il ne laissa guère aux artistes de choix. C’est au sein de l’Assemblée que les élus définissent la notion nouvelle de patrimoine, s’affrontent à son sujet, discutent de son devenir, de sa conservation, de sa restauration, de sa présentation ou de son élimination. La vie culturelle était désormais l’affaire de la nation donc requérait l’intervention des responsables politiques qui se voulaient et agissaient comme les responsables du patrimoine, de ce qu’ils venaient de définir comme patrimoine au cours de leurs débats politiques.

17Les bonnes volontés individuelles qui s’étaient manifestées dès la nationalisation des biens du clergé furent rapidement encadrées par les décisions des politiques. Ceux-ci déterminent, choisissent et refusent toute intervention de personnes privées. Et ce ne furent pas des débats à la sauvette ou de fin de séances. Nous avons constaté que les ténors y participent. Il y est allé du moindre objet répertorié à l’organisation des musées. Nous avons vu un pouvoir national qui organise celui local, celui-ci s’inquiétant souvent de la mainmise de celui-là. On ne peut que constater que le refus, le rejet de toute initiative privée. Le patrimoine doit être au service du public, c’est un service public que l’on met en place et dont le fonctionnement ne peut échapper au contrôle politique qui manifeste une volonté civique et pédagogique. Nous assistons à un véritable contrôle politique sur le culturel. Ils contrôlent le moindre classement, le moindre inventaire. Ils choisissent, embauchent, ils légitiment ou éliminent les candidats à un statut identitaire nouveau, celui d’intermédiaire culturel, de relais culturel. Ils déterminent comment se met en place ce qui deviendra un conservateur, un inventaire, un catalogue. Les décrets parisiens organisent à tel point la vie culturelle locale qu’ils doivent souvent rassurer les détenteurs de collections en province.

18C’est le parcours individuel de Lemonnier croisant le national et le local qui permet de constater à quel point le politique s’empare, décide et tranche du devenir culturel et artistique local. Les inquiétudes et les interpellations permettent aussi de mesurer les forces de résistance locales. L’itinéraire du peintre illustre cette émergence de l’intermédiaire culturel et celle de la mainmise du politique sur le culturel. Comment celui-là englobe celui-ci mais aussi comment il sous-tend le premier.

19Que devons-nous privilégier chez Lemonnier ? L’homme, sa peinture, son devenir, son combat pour la sauvegarde, pour l’existence d’un musée à Rouen ? De fait, Lemonnier nous paraît incarner un ensemble cohérent et indissociable. Il est le reflet de tous ces hommes que l’on a pu penser, un moment, déstabilisés, lancés dans un monde en création ou en re-création. Il n’a pas connu la célébrité d’un David, d’un Lenoir ou d’un Quatremère de Quincy, il ne fut pas un décideur mais un acteur au sens, où à son niveau, il agit dans et sur un monde en transformation. Il a jeté dans cette balance sa gloire et son renom antérieurs, utilisant ainsi l’autorité que lui avait conférée le succès de ses créations. C’est la raison pour laquelle nous avons employé le terme de sinueuse continuité des hommes de l’art parce que nous sommes parfaitement consciente que la rupture révolutionnaire a changé toutes les donnes concernant l’art sous toutes ses facettes : création, commandes, clientèle, conservation, exposition. Et ce sont des artistes tel Lemonnier qui ont assumé cette nouveauté, l’ont balisée, l’ont accompagnée.

20Il fut un de ces acteurs discrets mais efficaces s’intégrant, en le créant, à un monde de l’art en mutation. Ainsi, le parcours d’Anicet Charles Gabriel Lemonnier demeure exemplaire car l’image ou les images qu’il nous renvoie, permet(tent) d’approcher puis de saisir les divers aspects d’un monde qui met en place ses normes nouvelles.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search