Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Troisième partie : Des récompenses, des honneurs mais aussi des déceptions

Chapitre 5. Après sa mort

Texte intégral

1. L’action de son fils

  • 93 1822-1824.
  • 94 On peut citer, entre autres membres : Cochin, Dumont (père), Girodet, Houel, Lemonnier (père), Moit (...)
  • 95 H. Lemonnier, Notice historique sur la Société de l'Académie des enfants d'Apollon, Paris, F. Malte (...)

1Tout au long de sa vie, son fils tenta de réveiller le souvenir de son père. André-Hippolyte, né en 1794, son fils unique, avait été secrétaire-archiviste à l'Académie de France à Rome. Puis il avait décidé de consacrer sa vie aux voyages, aux arts, et à la littérature. Vivant de ses rentes, il écrivait des récits de voyages, des notices et il consacra une grande partie de son temps à faire vivre l'oeuvre de son père. Il s'y adonna avec ardeur jusqu'à sa mort en 1870. Reçu comme membre de l'Académie de Rouen, cette position l'autorisa à rappeler régulièrement à l'élite intellectuelle rouennaise le souvenir et l'oeuvre de son père. Il siégea, d'ailleurs, pendant deux années93 au sein de cette institution en même temps que son père. A l'instar de ce dernier encore, il fut aussi membre de l'Académie des enfants d'Apollon. Celle-ci le reçut comme membre résident, le 13 juillet 1823, puis il en devint membre honoraire en 1870. En 1842, il avait été porté à sa présidence. En 1853, il fut honoré de la fonction de Chancelier94. Son agrégation au sein de cette Académie avait été acceptée au titre d'homme de lettres95. Dans sa Notice qu'il reprit en 1836 et compléta dans sa Mosaïque littéraire, il s'étonnait de la sorte, pensant à l'oubli dans lequel on tenait son père : "Pourquoi un tel homme n'a-t-il pas laissé après lui tout le renom qu'il s'était acquis de son vivant ?" Il tenta une amère esquisse de réponse, sous laquelle percent des regrets. Il expliquait qu'en effet les tableaux de son père étaient pour une large part demeurés à Rouen et il insistait sur le fait que Rouen étant une ville de province, en aucun cas les habitants de la capitale, ni ses critiques d'art ne viendraient les y chercher, ni les dénicher, ni même tout simplement les contempler. Et bien que Rouen fût un centre important, culturellement reconnu, il n'en demeurait pas moins, concluait-il, que "Paris, c'est la France".

  • 96 Il avait dirigé l'Ecole de Médecine dont Lemonnier fut le peintre officiel et dont il avait fait le (...)
  • 97 J. V. Bertin, 1775-1842.
  • 98 J. R Brascassat, 1804-1867.
  • 99 G. Grieco, il s’agit de Genaro Grecco, dit Mascacotta, 1667-1717, il signe ce tableau G. Grieco.
  • 100 G.F.B. Guerchin, 1591-1666.
  • 101 R. L. Tournières, 1668-1753.

2Trente ans après la mort de son père, alors que le souvenir de ce dernier semblait s'être réellement effacé de la mémoire rouennaise, Hippolyte offrit au Musée, en 1854, des lettres manuscrites de Fourcroy96 ainsi qu’un volume d'autographes. Puis en 1862, il lui fit de nouveau le don de huit tableaux. Cette nouvelle cession de 1862 comprenait un “Paysage” de Bertin97, une “Vue prise du Mont Palatin” de Brascassat98, “Ruine d’un Palais” de G. Grieco99, un “Portrait d’homme” de Guerchin100, deux répliques de Lemonnier, le “François Ier recevant le tableau de la Sainte Famille” et son pendant le “Louis XIV”, le “Portrait d’une jeune Femme” de Tournières101 et enfin une oeuvre de Vien la “Visitation de la Vierge à Sainte Elizabeth”.

  • 102 P. Marcel, "La collection de dessins de G. Lemonnier au Musée de Rouen", Archives de l'Art français(...)
  • 103 S. Bourdon, 1610-1671.
  • 104 C. L. Clérisseau, 1722-1820.
  • 105 C. Eschard, 1748- ?
  • 106 J.H. Fragonard, 1732-1806.
  • 107 P. N. Guérin, (Baron), 1774-1833, élève de Régnault, Prix de Rome en 1797, membre de l'Institut en (...)
  • 108 C. Huet, 1745-1811.
  • 109 S.M. Lantara, 1729-1778.
  • 110 C. Le Brun, 1619-1690, élève de Simon Vouet, 1er peintre du Roi en 1662.
  • 111 A. Manglard, 1685-1760.
  • 112 J.G. Moitte, 1746-1810.
  • 113 V. J. Nicolle, 1754-1826.
  • 114 J. F. P. Peyron, 1744-1817
  • 115 Jean II Restout, 1692-1768, élève et neveu de Jouvenet, dirige l'Académie en 1760.
  • 116 Hubert Robert, 1733-1808, reçu à l'Académie en 1766.
  • 117 A. J. Vanderburch, 1756-1803.
  • 118 Simon Vouet, 1590-1649, Prince de l'Académie de Saint Luc, pensionné par Louis XIII.

3En 1868, il fit donation d'une impressionnante quantité de dessins, de plusieurs dizaines d'oeuvres. Nous utilisons le relevé effectué par Pierre Marcel102. En premier lieu, il a recensé une importante collection de dessins français parmi lesquels figuraient : Bourdon103, Clérisseau104, Cochin, Eschard105, Fragonard106, Greuze, Guérin107, Houel, Huet108, Jouvenet, Lantara109, Lebrun110, Manglard111, Ménageot, Moitte112, Moreau l'Aîné, Moreau le Jeune, Natoire, Nicolle113, Norry, Peyron114, Restout115, Hubert Robert116, Suvée, Vanderburch117, Vernet, Vien, Vincent, Vouet118, Watteau ainsi qu'une vingtaine de dessins de Lemonnier lui-même, parmi lesquels figurait une copie de Poussin. Certains de ces dessins avaient, un temps, appartenu au frère du peintre, l'abbé Lemonnier.

  • 119 A. Cuyp, 1605-1689 ou 1620-1699.
  • 120 P. Van Laar, 1613-1674.
  • 121 Hippolyte Lemonnier, Notice historique sur la vie et les ouvrages de A.C.G. Lemonnier, ouvrage cité
  • 122 N’indiquant pas de prénoms, les encyclopédies spécialisées mentionnent six Barbiéri aux XVIIème et (...)
  • 123 P. G. Battoni, peintre italien, 1708-1787, une "Madone" est exposée au Louvre.
  • 124 Berettini, peintre, 1637-1682.
  • 125 G. F. Grimaldi, dit Bolognese, peintre, architecte et graveur italien, 1606-1680.
  • 126 A. Canova, statuaire italien, 1757-1822, entre autres oeuvres célèbres, un buste de Napoléon et l'u (...)
  • 127 L'inventaire ne précise pas qui des trois Carrache (XVIème et XVIIème siècles).
  • 128 Colli, peintre, 634-1681.
  • 129 L. Leoni, sculpteur, fondeur, médailleur italien, 1509-1590.
  • 130 B. Luti, peintre italien, 1666-1724.
  • 131 C. Maratta ou Maratti, peintre italien, 1625-1713.
  • 132 J. Ribera, 1588-1656, peintre et graveur, bien que né en Espagne et ayant fait son apprentissage à (...)
  • 133 Sacchi, peintre, 1598-1661.
  • 134 G. (Santi) Sanzio, poète et peintre italien, père de Raphaël, ?-1494.
  • 135 A. Del Sarto, peintre italien, 1486-1531.

4A cette collection française, s'ajoutaient trois dessins de l'école hollandaise dont une “Feuille d’Etude“ de Rembrandt, représentant quatre figures d’homme non achevées, un dessin de Cuyp119, et un de Van Laar120 et enfin l'école italienne était très représentée. Cette importance quantitative autorisait son fils à affirmer : "Il se nourrit d'art italien"121. Dans cette dernière série figuraient des travaux des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles : Barbiéri122, Battoni123, Berettini124, Bolognese125, Canova126, Carrache127, Colli128, Leoni129, Luti130, Maratta131, Ribera132, Sacchi133, Sanzio134, Sarto135. Huit dessins non identifiés complétaient cette donation. D'où provenaient ces dessins, en majorité d’artistes italiens ? Achat en Italie lors de ses deux séjours ? Achat après le “rapatriement” des armées françaises d'Italie ? Ou bien récupération après les inventaires en France ? Les sources restent muettes sur leur origine.

5Par cette donation, le fils de Lemonnier empruntait la voie qu’avait suivie son père et il tentait aussi de le faire sortir d'un oubli dans lequel, lui et son oeuvre, avaient si vite sombré. En effet, les Rouennais effacèrent rapidement de leur souvenir ce peintre célèbre qu'ils avaient si respectueuesement honoré de son vivant.

2. L'oubli rapide, des tentatives d’explication

6Nous avons évoqué l'étonnement voire l'incompréhension de son fils devant cet oubli si rapide. Un seul article du Journal des Artistes daté du 10 janvier 1836, consacré au Musée de Rouen, exaltait encore le talent et les tableaux de Lemonnier en ces termes : "Il en est plusieurs qui figureraient avec honneur au Musée du Louvre ; tels sont pour l'Ecole française, huit ou dix belles pages de feu Lemonnier ; cet habile élève de Vien, dont les productions peuvent être comparées à celles de David et de Girodet". Le fils du peintre remerciait l'auteur, dont il ignorait le nom, pour cet article qui honorait ainsi cet "artiste méconnu" qu’était devenu son père.

  • 136 Proposition faite à l'Académie de Rouen par Lepinois (1870), Dumesnil (1870), Lebel (1883), Hédou ( (...)
  • 137 Proposition émanant de ceux qui réclamaient aussi une rue portant son nom : Lepinois, Dumesnil, Leb (...)

7Cet oubli fut aussi national que municipal. Premier exemple national, aucun tableau de Lemonnier n'a jamais été exposé au Louvre. Autre exemple, municipal cette fois, aujourd'hui encore, à Rouen, aucune rue ne porte son nom. Il demeure un peintre méconnu, voire inconnu des Rouennais. Pourtant, à plusieurs reprises, cette demande de reconnaissance du plus élémentaire souvenir fut formulée136. Nous les avons signalées mais l'oeuvre et l'action de l'artiste n'ont jamais été évoquées qu'à l'occasion de ces exercices de style requis par les éloges académiques, ceux que constituent les discours de réception aux Académies puis suite logique, les réponses obligées aux reçus. L'action de son fils ne porta aucun fruit et ce, bien qu'il fût présent au sein de l'Académie de Rouen jusqu'en 1870, qu'il s'occupât activement de l'oeuvre de son père et qu'il en entretînt le souvenir par ses Notices et par ses dons. Parallèlement à ces souhaits de reconnaissance que l'attribution d'un nom de rue dans sa ville natale aurait concrétisés, certains de ses défenseurs réclamèrent aussi qu'une partie de ses tableaux soit accueillie au Louvre137. A ce jour, l'idée n'a toujours pas abouti.

8Pourquoi cet oubli rapide ? Peut-on soupçonner que les honneurs rendus du vivant du peintre étaient disproportionnés à ce point, comparés à la réalité de son talent. Nous ne pouvons en juger et nous n'en avons guère la qualité. De plus, un éventuel jugement de ce type ne correspond en rien au type de recherches que nous avons menées sur ce personnage. En revanche, nous nous sentons parfaitement autorisée à poser la question suivante : au XIXème siècle, Lemonnier représentait-il alors un genre si totalement dépassé ? En effet, sa propension à réaliser des travaux dans la peinture dite religieuse, celle inspirée par la Contre-Réforme, l'aurait-elle à ce point desservi par la suite ? Etait-il devenu incapable de répondre aux demandes du marché ? Ou plus simplement cette gloire de l’avant 1789, tant qu’elle fut en vie, fut-elle considérée avec le respect et la curiosité que l’on porte aux rescapés d’un monde disparu ? Ce ne sont là que questions.

  • 138 E. Dumesnil, "Réponse au discours de réception de M. Lepinois", article cité.
  • 139 Annales du Musée, t. X, pl. 17.
  • 140 Ceci est confirmé par la page de présentation de chaque volume dont voici le contenu : "Recueil de (...)

9Il faut souligner, aussi, que certains de ses admirateurs tardifs soulevèrent le problème que posait l'absence, ou à tout le moins, la faible quantité de gravures reproduisant les oeuvres de Lemonnier. Ainsi aucun réel support n'avait tendu à populariser et à diffuser l'oeuvre du Rouennais138. Il serait, de cette manière, demeuré connu du seul cercle étroit constitué par ceux qui avaient eu, ou continuaient d'avoir, grâce à leur fréquentation du Musée de Rouen un contact direct avec ses oeuvres, le seul contact réel qui aurait pu créer puis entretenir la mémoire de Lemonnier. Leur nombre demeurait bien faible. A notre connaissance, seules quatre oeuvres ont été gravées et mises en vente à Paris. Il s'agit de son "Génie du Commerce", de la "Première lecture chez madame Geoffrin" ainsi que deux des tableaux qu'il présenta au Salon de 1814, en même temps que la "Première lecture", le "François Ier" et le "Louis XIV". Il faut leur ajouter la gravure réalisée par C. Normand dans les Annales du Musée139, mais il s'agit là d'un travail plutôt destiné à la consultation d'un ensemble d'oeuvres, un sorte de catalogue, ne correspondant en rien à la décision de n'honorer précisément et individuellement qu'un créateur140.

10Hors l'oeuvre picturale, nous savons combien Lemonnier s'était activé pour la création du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Là non plus, la reconnaissance de ses concitoyens pour la réalité avérée, admirée, officialisée de cette tâche de son vivant ne se manifesta plus, après sa disparition. Il est vrai aussi que Le Carpentier qui donna une grande partie de son temps et consacra beaucoup de son énergie à la création du Musée, ne jouit pas aujourd'hui d'une renommée plus grande que Lemonnier. Il connaît en effet le même sort et semble maintenu dans la même indifférence que son ancien compagnon. Il en est de même de Dom Gourdin que l'on doit toujours considérer comme un des pères fondateurs de la Bibliothèque municipale de Rouen.

11Oubli collectif, certes, mais a-t-il seulement réussi à retenir quelque intérêt particulier ?

3. XIX et XXème siècles : un intérêt plus que retenu

12Les biographes, les érudits rouennais du XIXème siècle ? Nous disent-ils quelque chose ? Ont-ils retenu Lemonnier sur leur liste des hommes importants et ayant compté à Rouen ? Que disent-ils ?

  • 141 A. Pasquier est cet autodidacte qui rédigea un "Dictionnaire historique et critique des hommes illu (...)
  • 142 Annexes 13 et 14.
  • 143 T. Lebreton, Biographie normande, recueil de notes biographiques et bibliographiques, Rouen, Le Bru (...)
  • 144 Madame Oursel, Nouvelle biographie normande, Paris, Picard, 1865.
  • 145 Horcholle, Anecdotes de ce qui s'est passé dans la ville de Rouen depuis l'établissement des Etats- (...)

13Adrien Pasquier141 lui consacre une longue notice que nous avons choisi de reproduire en son entier en annexe142 mais l’autodidacte rouennais a rédigé la notice du vivant du peintre. Il s’agit là de l’intérêt d’un contemporain et non de souvenir. Clérembray, qui fait oeuvre d’historien, nous l'avons signalé, mentionne la commande que passa le département au peintre en 1792. Il n’est guère plus prolixe sur le personnage. Théodore Le Breton143 lui consacre quelques pages et Madame Oursel144 l'ignore superbement. Enfin, Horscholle145 que Clérembray cite comme une de ses sources n'y fait aucune allusion. C'est fort peu pour nos biographes.

14Nous connaissons trois notices datées de l'année de sa mort, 1824 : celle de son fils puis celle de Mahul, déjà citée et enfin un article du Mercure de France, publié au mois d'août qui rend hommage au peintre, certes, mais insiste sur une activité plus récente, celle de son passage à la Manufacture des Gobelins : "C'est pendant son administration que la manufacture donne ses plus beaux ouvrages".

15Nous savons que les membres de l'Académie de Rouen, à plusieurs reprises, tentèrent d’exhumer son souvenir. Nous avons largement cité les auteurs : Duménil, Hédou, Lebel, Lépinois et Wallon. Enfin, Charles de Beaurepaire, en s'intéressant à la sauvegarde et à la conservation des oeuvres d’art, publia deux études qui nous furent précieuses.

  • 146 Ouvrage cité, notice de Madame Marie (Pessiot) Jeune, conservatrice du Musée des Beaux-Arts de Roue (...)
  • 147 C. Le Bozec, "Lemonnier, un peintre en Révolution", Colloque de l’Université du Maine, Le Mans, His (...)

16Il faut attendre le moment contemporain pour qu’il sorte du silence (de l’oubli ?). Récemment, le peintre eut droit à un article dans La Révolution en Haute-Normandie146, puis il fut l'objet d’une communication dans un colloque à l'Université du Maine147. Mais cet ensemble demeure sans commune mesure avec l'importance du personnage et son rôle joué dans la vie culturelle rouennaise.

  • 148 F. Dumont aîné, 1751-1831. Les renseignements fournis par Le dictionnaire général de l'Ecole des ar (...)
  • 149 Bellier de la Chavignerie, Biographie et catalogue de l'oeuvre du graveur Miger, ouvrage cité.

17Enfin, il est à signaler qu'aucune médaille ne fut commandée après sa mort. Il nous reste celle que grava Miger d'après le portrait de Lemonnier que réalisa F. Dumont148, peut-être à dater entre 1810 et 1816. Le texte de la médaille le présente comme peintre d'histoire et rappelle son appartenance à la Société académique des enfants d'Apollon (1785), 8 rue Neuve Bréda, Société fondée en 1741, reconstituée en 1808. Bellier de la Chavignerie149 la décrit ainsi : "médaille cire, dans une planche carrée prof, à gauche ; sur la tablette de support, une palette et des pinceaux, reposant sur un volume ; dans la tablette on lit : A. C. G. Lemonnier / de la cidevant Académie royale / membre de celle des Arts et de l'Athénée / de l'Académie / de Rouen et de la Société académique des enfants d'Apollon ; dans la marge en bas, à gauche : dessiné par F. Dumont ; à droite gravé par Miger ;-H 122 m., L. 94 m (s.d.)”.

  • 150 Certaines, endommagées sont roulées.

18Là s'arrête pour l'instant l'ensemble des hommages ou travaux posthumes : tel est le court bilan d’une mémoire longtemps lacunaire, intermittente et capricieuse. Souhaitons qu’elle soit renaissante. Mais il nous est toujours possible de nous rendre au Musée des Beaux-Arts de Rouen pour y découvrir les oeuvres de Lemonnier que les responsables ont choisies de montrer au public150.

Notes

93 1822-1824.

94 On peut citer, entre autres membres : Cochin, Dumont (père), Girodet, Houel, Lemonnier (père), Moitte, Moreau l’Ancien, Moreau le Jeune, Norry, Renou, Vernet, Vincent.

95 H. Lemonnier, Notice historique sur la Société de l'Académie des enfants d'Apollon, Paris, F. Malteste, 1860.

96 Il avait dirigé l'Ecole de Médecine dont Lemonnier fut le peintre officiel et dont il avait fait le portrait. Ceci explique cette correspondance.

97 J. V. Bertin, 1775-1842.

98 J. R Brascassat, 1804-1867.

99 G. Grieco, il s’agit de Genaro Grecco, dit Mascacotta, 1667-1717, il signe ce tableau G. Grieco.

100 G.F.B. Guerchin, 1591-1666.

101 R. L. Tournières, 1668-1753.

102 P. Marcel, "La collection de dessins de G. Lemonnier au Musée de Rouen", Archives de l'Art français, 1913, p. : 467 et seq.

103 S. Bourdon, 1610-1671.

104 C. L. Clérisseau, 1722-1820.

105 C. Eschard, 1748- ?

106 J.H. Fragonard, 1732-1806.

107 P. N. Guérin, (Baron), 1774-1833, élève de Régnault, Prix de Rome en 1797, membre de l'Institut en 1815, dirige l'Académie de France à Rome de 1822 à 1828.

108 C. Huet, 1745-1811.

109 S.M. Lantara, 1729-1778.

110 C. Le Brun, 1619-1690, élève de Simon Vouet, 1er peintre du Roi en 1662.

111 A. Manglard, 1685-1760.

112 J.G. Moitte, 1746-1810.

113 V. J. Nicolle, 1754-1826.

114 J. F. P. Peyron, 1744-1817

115 Jean II Restout, 1692-1768, élève et neveu de Jouvenet, dirige l'Académie en 1760.

116 Hubert Robert, 1733-1808, reçu à l'Académie en 1766.

117 A. J. Vanderburch, 1756-1803.

118 Simon Vouet, 1590-1649, Prince de l'Académie de Saint Luc, pensionné par Louis XIII.

119 A. Cuyp, 1605-1689 ou 1620-1699.

120 P. Van Laar, 1613-1674.

121 Hippolyte Lemonnier, Notice historique sur la vie et les ouvrages de A.C.G. Lemonnier, ouvrage cité.

122 N’indiquant pas de prénoms, les encyclopédies spécialisées mentionnent six Barbiéri aux XVIIème et XVIIIème siècles.

123 P. G. Battoni, peintre italien, 1708-1787, une "Madone" est exposée au Louvre.

124 Berettini, peintre, 1637-1682.

125 G. F. Grimaldi, dit Bolognese, peintre, architecte et graveur italien, 1606-1680.

126 A. Canova, statuaire italien, 1757-1822, entre autres oeuvres célèbres, un buste de Napoléon et l'un de Pauline Borghèse.

127 L'inventaire ne précise pas qui des trois Carrache (XVIème et XVIIème siècles).

128 Colli, peintre, 634-1681.

129 L. Leoni, sculpteur, fondeur, médailleur italien, 1509-1590.

130 B. Luti, peintre italien, 1666-1724.

131 C. Maratta ou Maratti, peintre italien, 1625-1713.

132 J. Ribera, 1588-1656, peintre et graveur, bien que né en Espagne et ayant fait son apprentissage à Valence, il rejoint l'Italie en 1606 où il devint l'élève de Michel-Ange. Il est plutôt considéré comme un peintre italien.

133 Sacchi, peintre, 1598-1661.

134 G. (Santi) Sanzio, poète et peintre italien, père de Raphaël, ?-1494.

135 A. Del Sarto, peintre italien, 1486-1531.

136 Proposition faite à l'Académie de Rouen par Lepinois (1870), Dumesnil (1870), Lebel (1883), Hédou (1884), et Wallon (1897), hommages cités.

137 Proposition émanant de ceux qui réclamaient aussi une rue portant son nom : Lepinois, Dumesnil, Lebel et Wallon.

138 E. Dumesnil, "Réponse au discours de réception de M. Lepinois", article cité.

139 Annales du Musée, t. X, pl. 17.

140 Ceci est confirmé par la page de présentation de chaque volume dont voici le contenu : "Recueil de gravures au trait, d’après les principaux ouvrages de peinture, de sculpture ou projets d'architecture qui, chaque année, ont remporté le prix, soit aux écoles spéciales, soit aux concours nationaux ; les productions des artistes en tous genres, qui, aux différentes expositions, ont été cités avec éloges ; la collection complète des tableaux et statues du Musée Napoléon ; édifices anciens et modernes etc…Rédigé par C. P Landon…"

141 A. Pasquier est cet autodidacte qui rédigea un "Dictionnaire historique et critique des hommes illustres de la province de Normandie", neuf tomes restés manuscrits, 1818-1819, Bibliothèque municipale de Rouen.

142 Annexes 13 et 14.

143 T. Lebreton, Biographie normande, recueil de notes biographiques et bibliographiques, Rouen, Le Brument, 1857-1861, p. : 507-509, et Biographie rouennaise, Rouen, Le Brument, 1865.

144 Madame Oursel, Nouvelle biographie normande, Paris, Picard, 1865.

145 Horcholle, Anecdotes de ce qui s'est passé dans la ville de Rouen depuis l'établissement des Etats-Généraux jusqu'en 1801, édité par G. Hurpin.

146 Ouvrage cité, notice de Madame Marie (Pessiot) Jeune, conservatrice du Musée des Beaux-Arts de Rouen.

147 C. Le Bozec, "Lemonnier, un peintre en Révolution", Colloque de l’Université du Maine, Le Mans, Histoire, Images, Imaginaire, mars 1796, Actes, Le Mans, Université du Maine, 1998.

148 F. Dumont aîné, 1751-1831. Les renseignements fournis par Le dictionnaire général de l'Ecole des artistes français depuis l'origine des arts du dessin jusqu'à nos jours, Bellier de la Chavignerie et Auvray, Paris, Vve H. Looves, 1882-1885, ne donnent aucune date précise, pour ce tableau.

149 Bellier de la Chavignerie, Biographie et catalogue de l'oeuvre du graveur Miger, ouvrage cité.

150 Certaines, endommagées sont roulées.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search