Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Troisième partie : Des récompenses, des honneurs mais aussi des déceptions

Chapitre 4. À la recherche d’une nouvelle reconnaissance sociale

Texte intégral

1. Un échec et des consolations

  • 78 H. Lemonnier, Notice, ouvrage cité, p. : 20.
  • 79 G. Léthière dit Guillon, 1760-1832, deux de ses tableaux sont reproduits dans le recueil de gravure (...)

1En 1808, Lemonnier présenta sa candidature à la succession de J. B. Suvée à la direction de l'Académie de France à Rome. Celui-ci était mort l'année précédente. Cet ancien élève de Vien avait été le condisciple de Lemonnier et il semble qu'ils avaient conservé des liens très amicaux depuis leur jeunesse. Bien que notre peintre ait obtenu, en 1809, une large majorité des voix dans la classe des Beaux-Arts de l'Institut, pour occuper ce poste glorieux, "une volonté puissante infirme cette décision" rappelle amèrement son fils78. Cette volonté puissante aurait été celle de Madame Mère qui imposa, à ce moment, son candidat en la personne de Guillon-Lethière79, lui aussi ancien élève de Descamps. Hasard des dates, c'est cette même année que Joséphine lui passa commande, depuis sa retraite à la Malmaison, de la "Lecture chez madame Geoffrin".

  • 80 J. A. J. Gros, 1771-1835, ancien élève de David.
  • 81 Haute lisse 16Px 21.

2Le 6 avril de l'année suivante, Napoléon nomma le peintre, Administrateur de la Manufacture des Gobelins. Ce poste prestigieux, à la frontière de l'administration et de l'activité artistique fait alors de Lemonnier un fonctionnaire. Son activité y fut saluée et, on lui fut tout particulièrement reconnaissant d'avoir favorisé la réalisation de la "Peste de Jaffa" d'après Gros80 81. Son travail et ses réalisations à la Manufacture déclenchèrent l'enthousiasme d'un poète qui lui dédia ces vers de mirliton :

  • 82 Traversier, lignes écrites entre 1810 et 1816, citées dans la notice Miger, Bellier de la Chavigner (...)

"Le beau pinceau cher à l'histoire
Du commerce français a consommé la gloire :
Il dirige aujourd'hui ces tissus précieux
Qui font aux Gobelins les délices des yeux"82.

3Nous pouvons constater qu’en filigrane, l’auteur de ce poème pensait encore au succès qu’avait connu le “Génie du Commerce”, et ce, au moins un quart de siècle auparavant.

  • 83 Le Grand Maître en était l'Empereur, il y avait un Grand Chancelier, un Grand Trésorier et un Conse (...)

4Après cette récompense que l'on peut soupçonner avoir été ressentie comme un lot de consolation et sûrement attribuée comme tel par l'Empereur, les honneurs affluent : Le 27 décembre 1814, le peintre reçoit la Croix de la Légion d'Honneur que l'ancien Constituant Mounier avait sollicitée en sa faveur. Enfin, au cours des Cent-Jours, Napoléon lui remit l'Ordre impérial de la Réunion. Cet ordre était une distinction créée le 18 octobre 1811 à la Haye par l’Empereur. Il avait pour origine la réunion du royaume de Hollande à l'Empire français. Il fut aboli le 28 juillet 181583. A l'origine, cet Ordre avait été créé comme Ordre de L'Union de Hollande par Louis Napoléon Ier. Le souverain avait tenu par cette création à marquer l'union véritable des Hollandais. Il fut supprimé par Napoléon qui admit l'ensemble de ses membres dans le nouvel Ordre qu'il créait.

  • 84 H. Lemonnier, Notice, ouvrage cité, p. : 28.

5Si Lemonnier avait conservé son poste de direction sans difficulté aucune au cours de la première Restauration, en revanche, au début de la seconde, il fut destitué le 4 mai 1816. Son fils précise qu'il fallait y voir le résultat d'une dénonciation mesquine, d'une vengeance d'un obscur employé de la Manufacture84. A ce propos, il parle de "mesures acerbes, suites funestes des réactions de 1815", et il ajoute qu'il y aurait eu des "plaintes graves" portées contre son père. On peut aussi envisager cette destitution dans le droit fil de la loi d'amnistie du 6 janvier 1816 qui frappa, avant tout, les Régicides mais aussi ceux qui s'étaient compromis au cours des Cent-Jours. Or, à l'évidence, Lemonnier n'avait mené aucune activité politique et il n'était en rien régicide. Mais, s'il n'avait fait que conserver ses fonctions au cours des Cents-Jours, en revanche, il avait reçu une décoration des mains de l'Usurpateur ! Ce fait a sûrement suffi à indisposer le gouvernement, bien que ce dernier ait promis que l'on ne sanctionnerait pas ceux qui n'avaient fait que continuer à exercer des fonctions qu'ils occupaient déjà sous la première Restauration. Mais cette décoration était sûrement un peu trop voyante et bien encombrante au sortir de la tourmente que constituaient les seize mois qui venaient de s'écouler. Ainsi cette distinction lui fut fatale.

6A 74 ans, après une brillante carrière de haut-fonctionnaire, une destitution douloureuse, le vieil homme décida de consacrer ses dernières années à sa ville natale.

2. Le retour à Rouen

7Dès son retour à Rouen, la reconnaissance de ses concitoyens et celle, très officielle, de la municipalité se concrétise rapidement.

  • 85 H. Wallon, "Discours de réception", article cité, 1897.

8Après des péripéties déjà évoquées, fut enfin raccroché son "Hommage à Louis XVI" qui avait souffert en 1793 et que le peintre avait restauré, puis caché. Le 27 avril 1814, Lemonnier annonce à la Chambre de Commerce que son tableau existe toujours. Dès le 21 mai, l'autorisation du maire de Rouen de le présenter à nouveau au public est accordée. Il était donc de nouveau possible d'exposer ce tableau. Mais la précipitation et la confusion des événements au cours des seize mois qui suivirent, contraignirent les autorités à repousser la réalisation de ce projet. Ce ne fut qu’à la fin du mois de juin 1816 que le tableau retrouva son lieu d'origine. Les Annales politiques et littéraires du 12 septembre 1816 profitèrent de cette occasion pour expliquer, décrire l'oeuvre et raconter les sinuosités de son itinéraire. Notons que les aventures de ce tableau ne s'achevèrent pas là. En effet, le 4 mars 1831, ordre fut donné de le remiser dans les greniers de l'Hôtel de Ville, et ceci "pour ôter tout prétexte de trouble"85. Il fallut attendre le 15 juillet 1836 pour que les autorités considèrent qu'il était désormais possible de lui rendre son caractère public. Le 26 juillet de la même année, le maire de Rouen donna des ordres dans ce sens au Conservateur. Hippolyte Lemonnier rappelle ces quinze années passées par ce tableau dans les "ateliers de son auteur", puis se moque de sa "descente" en 1830 qu'il qualifie de "précaution bien méticuleuse ou d'une flatterie fort ridicule envers un pouvoir qui n'a rien abjuré du passé".

9Constatons encore une fois cette continuelle symbiose entre l'homme Lemonnier, le peintre Lemonnier et sa ville : destitué par le régime, c'est Rouen qui l'honore.

  • 86 H. Lemonnier, Notice, ouvrage cité, p. : 29.

10Dans un article de deux pages, daté du 9 janvier 1819, le Journal de Rouen rapporte la manière dont la Municipalité tint à rendre hommage au peintre. Sa carrière, son oeuvre, ses diverses activités furent largement saluées au cours d'une réception officielle à l'Hôtel de Ville. Le maire lui offrit, à cette occasion, une somme de trois mille francs qui avait été accordée, à cet effet, par le roi Louis XVIII au Premier magistrat de la ville86. Devant cette subite générosité royale, il est intéressant de s'interroger et en la rapprochant des conditions de la récente destitution du peintre : on peut se demander si le roi ne désirait pas, par ce moyen en atténuer les effets ?

  • 87 I1 y en avait sept à l'ouverture en 1809, le catalogue fut rédigé par Descamps, le premier Conserva (...)
  • 88 Guido Reni, dit le Guide, 1575-1642, élève du Caravage.

11Le discours prononcé à l'Hôtel de Ville mettait en relief le fait que "la belle distribution du Musée de cette ville est aussi l'ouvrage de Mr Lemonnier, ses propres tableaux y figurent au nombre de dix87 ". Lemonnier profita de cette occasion officielle pour annoncer qu'il avait décidé d’offrir au Musée de sa ville "Les Adieux d'Ulysse et Pénélope à Ycarius", toile exposée au Salon de 1806. Ce don portait donc à quatorze, selon son fils, le nombre de ses oeuvres présentées en ce lieu. Il cite les tableaux suivants : "Niobé", Les "Apôtres", les deux "Jésus", le "Saint Charles", la "Présentation de la Vierge au Temple", le "Cléombrote" (réduction en copie), la "Mort d'Antoine", les "Adieux d'Ulysse", l'"Abbé Joly", le "Marquis d'Herbouville", la "Paysanne", l'"Albanais" et la "Fortune", copie d'après le Guide88. Et il conclut sur ce chapitre qu'un "pareil triomphe était une protestation contre l'iniquité ministérielle".

3. Le peintre et sa ville natale

  • 89 E. Dumesnil, "Réponse au discours de réception de M. Lépinois", Précis analytique des travaux de l' (...)
  • 90 Nous présentons en annexe 3, 4, 5, les tableaux de Lemonnier recensés en l’an XIII, en 1809 et en 1 (...)

12Le 31 octobre 1821, le peintre fit cession de sa collection personnelle au Musée des Beaux-Arts de Rouen : il s'agissait de trente-six tableaux et vingt-sept dessins89. Parmi eux figuraient six tableaux de Lemonnier lui-même : le “Clérembrote”, François 1er (copie d’après le Titien), la “Mort d’Antoine”, puis trois oeuvres que son fils dit appartenir au Musée dès 1819, la “Paysanne”, l’”Albanais” et le “Portait de l’Abbé Joly”. Les archives du Musée de Rouen sont affirmatives sur la date de 1822 comme date d’entrée de ces oeuvres. La seule mémoire peut parfois jouer quelques tours90. Le prix de cette cession s'élevait à 13447 francs.

  • 91 Archives communales, Délibérations de 1841-1870.

13Les intérêts en étaient fixés à 5 %, payables par semestre au 30 juin et au 31 décembre de chaque année. Le capital fut remboursé à son fils, Hippolyte, le 3 février 1854. Le texte de la délibération municipale signée par le maire Fleury porte : “Est autorisé le remboursement aux héritiers Lemonnier d’une somme de 13447 francs à eux due pour prix d’une vente de tableaux et de dessins faite à la ville par leur auteur”91.

  • 92 L. G. Moreau dit l'Ancien ou l'Aîné, 1740-1806, peintre du Comte d'Artois avant 1787, peintre de la (...)

14La réception de cette cession eut lieu à Rouen le 6 juillet 1822 par une commission dirigée par le marquis de Mortainville, maire de Rouen, de Thézard, un adjoint et de Descamps, le Conservateur du Musée. Ce dernier était le fils de l'ancien Directeur de l’Ecole de Dessin de Rouen, là même où Lemonnier avait forgé ses premières armes de créateur. Pour l'anecdote, il est à noter que deux dessins appartenant à cette cession, deux "fêtes républicaines", l'une se déroulant au Champ de Mars et l'autre aux Tuileries, oeuvres de Moreau le Jeune, ami proche et compagnon fidèle de Lemonnier, furent écartées et remplacées. En effet, il était tout à fait malséant en pleine "passion Ultra", en 1822, de faire seulement mention de fêtes républicaines. Le marquis de Mortainville leur préféra deux paysages-aquarelles de Moreau l'Ancien92, moins compromettants aux yeux du premier magistrat de la ville. Deux ans après, âgé de 81 ans, Lemonnier mourait à Rouen, le 17 août 1824. Il avait achevé sa vie dans sa "patrie".

Notes

78 H. Lemonnier, Notice, ouvrage cité, p. : 20.

79 G. Léthière dit Guillon, 1760-1832, deux de ses tableaux sont reproduits dans le recueil de gravures que constituent les Annales du Musée, T. 4, pl. 72 (1803) "Philoctète dans l'Ile de Lemnos" et T. 5, pl. 8 (1803) "Le sommeil de Vénus".

80 J. A. J. Gros, 1771-1835, ancien élève de David.

81 Haute lisse 16Px 21.

82 Traversier, lignes écrites entre 1810 et 1816, citées dans la notice Miger, Bellier de la Chavignerie, Biographie et catalogue de l'oeuvre du graveur Miger, Paris, T. B. Dumoulin, 1856. Miger avait gravé le portrait que F. Dumont avait fait de Lemonnier. La date exacte en est inconnue.

83 Le Grand Maître en était l'Empereur, il y avait un Grand Chancelier, un Grand Trésorier et un Conseil de l'Ordre. Cet ordre réunissait 200 Grands Croix, 1000 Commandeurs et 10000 Chevaliers. La décoration était une étoile à 12 pointes perlées d'or émaillée de blanc et posée sur un soleil en or, suspendue à un ruban bleu ciel.

84 H. Lemonnier, Notice, ouvrage cité, p. : 28.

85 H. Wallon, "Discours de réception", article cité, 1897.

86 H. Lemonnier, Notice, ouvrage cité, p. : 29.

87 I1 y en avait sept à l'ouverture en 1809, le catalogue fut rédigé par Descamps, le premier Conservateur.

88 Guido Reni, dit le Guide, 1575-1642, élève du Caravage.

89 E. Dumesnil, "Réponse au discours de réception de M. Lépinois", Précis analytique des travaux de l'Académie de Rouen, 1870.

90 Nous présentons en annexe 3, 4, 5, les tableaux de Lemonnier recensés en l’an XIII, en 1809 et en 1970, au Musée des Beaux-Arts de Rouen. De la sorte, nous pouvons constater que les listes d’Hippolyte n’étaient pas toujours exactes.

91 Archives communales, Délibérations de 1841-1870.

92 L. G. Moreau dit l'Ancien ou l'Aîné, 1740-1806, peintre du Comte d'Artois avant 1787, peintre de la nature.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search