Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Troisième partie : Des récompenses, des honneurs mais aussi des déceptions

Chapitre 1. Le créateur marque le pas

Texte intégral

1. Le ralentissement de la création

  • 1 C. Le Bozec, Boissy d'Anglas, un grand notable libéral, Privas, F O L, 1995, publication dans son (...)

1Si elle ne s'arrêta pas, elle décrût considérablement. Se poser la question de la créativité personnelle de l'artiste et de sa propre inspiration est vain pour l’historien : ce sont là des motivations et, par principe, elles échappent à toute tentative d'enquête biographique1. En revanche, il faut envisager le problème posé par la disparition de la clientèle traditionnelle du peintre Lemonnier et, comme tant d'autres artistes, s'est-il à ce moment heurté au problème du marché ? Ou plus simplement, sa peinture n'aurait-elle plus répondu aux goûts du public ?

  • 2 F. Clérembray, La Terreur à Rouen, 1793-1794-1795, ouvrage cité, p. 21.
  • 3 Si la consultation des travaux de Clérembray est enrichissante, il n'a pas toujours vérifié ses so (...)

2En 1793, nous savons qu'il n'honore qu'une seule commande officielle et celle-ci n'avait été décidée par les autorités départementales que pour le remercier de son action de conservation menée à Rouen. A propos de cette commande Clérembray2 rappelle que "Ce tableau devait avoir au moins neuf pieds de hauteur sur six à sept de largeur, être encadré d'une bordure dorée d'une valeur de 5 à 600 livres et être livré dans le délai de six mois contre le paiement de 6000 livres. M. Roudeaux était chargé d'en surveiller l'exécution qui eut lieu". L'auteur ajoute : "N'est-ce pas celui décrit par le journal de Horscholle3, et signalé par De la Bunodière (Notice arch, et hist, de l'église sur Saint-Ouen de Rouen, p. 66) tableau qui représentait « un tyran renversé tenant en sa main un poignard et enchaîné par le cou d'une grosse chaîne attachée dans une muraille » ?". Il faut signaler que Clérembray présente cette commande de la part du Directoire du département comme un moyen de lutter contre son "discrédit" (celui du district) et il ajoute qu'ainsi il "s'était éfforcé de réagir par des manifestations fréquentes. Il en est surtout une qu'il tint à faire connaître au ministre de l'Intérieur Roland, lequel approuva. Je veux parler de sa commande vraiment opportuniste au peintre Lemonnier, le 21 septembre 1792, d'un tableau dont il agréa, le 3 novembre, l'esquisse".

2. L'année 1793

  • 4 On la soupçonne être celle que possède aujourd'hui le Musée de Rouen.
  • 5 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité, p. : 23.

3C'est justement cette commande que Lemonnier exposa au Salon de 1793, "l'homme de la nature se réfugiant dans les bras de la loi". Dans la troisième partie de ce chapitre, nous nous occuperons de son devenir qui pose problème. A ce même Salon, il exposa aussi un portrait, genre pour lequel le public montrait de plus en plus d'intérêt, une "Jeune femme offrant un sacrifice" ainsi qu'une réplique du "Génie du Commerce"4. Enfin, il présenta une "Mission des Apôtres". Mais à ce moment le thème de cette oeuvre fut ressenti par certains comme une réelle provocation. Quelle que soit la réputation qu'il avait acquise grâce à son action et à son assiduité à la Commission des Monuments, Lemonnier fut bientôt dénoncé comme un "artiste soupçonné d'être suspect" et dénoncé comme "aristocrate"5. De plus, au cours d'une perquisition dans son atelier, l'on découvrit qu'il était en train de travailler à une "Reine blanche délivrant les prisonniers" ! Le tableau fut crevé, lacéré, il lui fallut aussitôt abandonner le sujet.

  • 6 Ibid.

4C'est à propos de cette affaire que son fils parle "des mauvais jours de la Révolution". Faut-il y voir dans cette action la main du Conventionnel David qui, à ce moment, régnait en despote sur les arts ? Se vengeait-il ainsi de l'amertume qu'il avait conçue depuis 1772 envers un Lemonnier qui lui avait ravi le Prix de Rome et tentait-il par ce moyen de mettre un terme à cette ancienne rivalité, tellement ressentie comme une injustice ? Un abcès de vingt ans enfin crevé ? Son fils suggère cette hypothèse. Voici comment il relate les faits dans sa Notice6. "David fut un grand homme, sa gloire est immortelle ; mais par malheur il y a du sang mêlé à sa peinture". Il ajoute que celui-ci fut chargé "par le Comité de Salut public de dresser une liste d'artistes soupçonnés d'être suspects". Son père fut immédiatement porté par David sur la liste et ceci malgré cette commande que lui avait passée le Conseil général de la Seine-Inférieure pour le remercier d'un bénévolat qui avait autorisé la restauration de quarante grands tableaux à Rouen. Hippolyte Lemonnier poursuit son récit ainsi. Etonné de cette accusation, Lemonnier-père rencontrant David dans la Cour du Louvre lui posa la question suivante : "Est-il possible David que vous m'ayez mis sur cette liste, moi votre ancien camarade de Rome ! -Cela t'étonne - lui répondit le farouche citoyen, j'y ai bien mis Vien !" Cet incident n'étant relaté que par son fils, nous le reproduisons tel que ce dernier en fait la narration.

  • 7 E. Clavière, 1735-1793, père de l'assignat-monnaie, ministre jacobin en 1792, girondin, décrété d' (...)

5Mais le simple fait d'avoir présenté une "Mission des Apôtres" au Salon de 1793 nous paraît suffisant pour être soupçonné d'incivisme voire d'esprit anti-révolutionnaire si ce n'est de volonté contre-révolutionnaire. Suffisant aussi pour très simplement et immédiatement jeter le trouble dans les esprits les mieux intentionnés à l'égard de Lemonnier ! Son fils rapporte aussi que l’artiste était très lié avec Roland ainsi qu'avec Clavière7 et que ce dernier refusa l'offre du peintre qui souhaitait l'aider à se cacher. L’ancien ministre ne voulut pas prendre le risque de le compromettre. Au cours de l'an II, des amitiés girondines ne pouvaient qu’ajouter à la suspicion qui entourait alors Lemonnier.

  • 8 Il ne fut remis en place qu'en 1816.

6Dans le même temps, à Rouen, son "Hommage à Louis XVI" était décroché, après avoir été découvert lacéré. Lemonnier le cacha et le restaura discrètement8. A la suite de ces ennuis, il se fit de plus en plus oublier dans les Salons. Par le catalogue, nous savons sa participation à celui de 1796 où il ne montra qu'un tableau, puis il exposa deux oeuvres importantes en 1799.

  • 9 C. De Wailly, 1729-1798, membre du deuxième Conservatoire du Muséum des Arts et du Conseil du Musé (...)
  • 10 A. F. Peyre, architecte, 1739-1823.

7C’est aussi en 1793 que Lemonnier fit un mariage discret avec une veuve, madame de Wailly, belle-soeur de l'architecte de Wailly9, celui qui, entre autres projets, fut responsable avec Peyre10 de la façade de la Comédie-Française. A cinquante ans, le peintre avait créé l'essentiel de son oeuvre. La Notice que rédigea son fils rappelle alors son amitié et même son intimité avec Thomas Piroli, le graveur romain, Norry, Moreau le Jeune, Suvée et Vincent.

8Mais revenons à cette commande officielle que lui passa, en 1792, le District du département pour le remercier de son action de sauvegarde et de restauration.

3. Des questions sur le devenir d'un tableau

  • 11 Lépinois, "Notice sur A. C. G. Lemonnier", article cité, 1870.
  • 12 La Révolution en Haute-Normandie, Rouen, 1989, ouvrage collectif cité.
  • 13 Classée en L 1183.

9Allons plus avant sur le devenir de l'"Homme brisant ses chaînes". Son fils, dès 1824, nous dit que le tableau est passé à Saint Domingue. Information que reprend Lépinois en 1870 pour son "Discours de réception" à l'Académie de Rouen11. Dans la longue notice qui est consacrée au peintre dans La Révolution en Haute-Normandie12, le même destin est évoqué pour cette oeuvre. Or, nous avons consulté aux Archives départementales de Seine-Maritime une chemise13 qui rassemblait une importante correspondance concernant ce travail. Cet échange de lettres nombreuses dura jusqu'au 28 fructidor an XI (14 septembre 1803). Cet ensemble laisserait à penser que le tableau ne fut pas livré rapidement et que le peintre connut les plus grandes difficultés pour se faire payer.

  • 14 N. L. Quinette, 1762-1821, ministre de l'Intérieur de juillet à novembre 1799.

10En effet, le 18 germinal an VII (7 avril 1799), l'Administration centrale du département précise que le tableau, commandé en 1792, n'est pas achevé et qu'elle ignore comment payer les trois mille francs promis cette année-là : "sur les fonds pour les dépenses imprévues de l'an VII", propose-t-elle. Le 4 prairial an VII (23 mai 1799), le Département annonce à Lemonnier ce qui a été décidé le 18 germinal précédent. Trois jours plus tard, le 7 prairial an VII (26 mai 1799), le même Département demande au Ministre de l'Intérieur14 l'autorisation de payer le tableau comme il l'avait été envisagé - sur les fonds pour les dépenses imprévues de l'année-. Le 20 fructidor an VII (6 septembre 1799), le Ministre de l'Intérieur rappelle que le tableau est destiné à être accroché dans le local des séances de l'Administration centrale.

  • 15 A ce moment, l’esclavage était rétabli depuis le 16 floréal an X (5 mai 1802) !

11Le 5 vendémiaire an VIII (26 septembre 1799), Lemonnier écrit au Département pour lui annoncer que le tableau, bientôt achevé, ne devrait pas tarder à être à Rouen. Le 20 brumaire an VIII (10 novembre 1799), le peintre écrit de nouveau : "J'arrive avec mon tableau pour le placer moi-même". L'affaire semble donc close. Non, car les 16 messidor an XI (4 juillet 1803) et 28 fructidor suivants (14 septembre 1803), le Département demande de nouveau à Lemonnier de faire parvenir son tableau s'il désire toucher ses trois mille francs : "nous vous invitons donc citoyen à faire parvenir le tableau" et il ajoute "aussitôt réception, nous délivrerons à votre profit une ordonnance de trois mille francs qui sera payée sur présentation". Ce qui en clair, signifie qu'en 1803, la commande du mois d’août 1792 n'avait pas encore été honorée par l'artiste, ni payée par les autorités qui en avaient été les commanditaires ou tout du moins par les successeurs de ces derniers15. Qu'il fallut apparemment à Lemonnier attendre onze années pour se faire payer !

12Que penser de cette affaire ? Au Salon de 1793, le tableau est présenté. Alors faut-il penser que le peintre n'aurait présenté à ce moment là qu'une esquisse du tableau. Peut-être est-ce ce travail, donc cette esquisse que son fils évoque en ajoutant qu'il "est passé à Saint Domingue". Ensuite, à aucun moment, dans ses souvenirs, il ne fait allusion à de tels démêlés. Nous ignorons à ce jour la suite de l'histoire et s'il y en eut une. Pour l'instant, nos sources se taisent.

Notes

1 C. Le Bozec, Boissy d'Anglas, un grand notable libéral, Privas, F O L, 1995, publication dans son intégralité d'une thèse soutenue devant l'Université de Rouen, octobre 1993. Le lecteur voudra bien se reporter à l'introduction méthodologique.

2 F. Clérembray, La Terreur à Rouen, 1793-1794-1795, ouvrage cité, p. 21.

3 Si la consultation des travaux de Clérembray est enrichissante, il n'a pas toujours vérifié ses sources. En voici une preuve, le journal d'Horcholle ne mentionne à aucun moment cette anecdote. Nous avons consulté l'édition récente du manuscrit réalisée par G. Hurpin.

4 On la soupçonne être celle que possède aujourd'hui le Musée de Rouen.

5 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité, p. : 23.

6 Ibid.

7 E. Clavière, 1735-1793, père de l'assignat-monnaie, ministre jacobin en 1792, girondin, décrété d'arrestation le 2 juin 1793, il fut d'abord gardé à son domicile, ce qui explique peut-être les offres de Lemonnier. Il se donna la mort à la Conciergerie le 8 décembre 1793. Pour plus de renseignements sur le personnage, le lecteur peut se reporter à la "Notice Clavière", M. Dorigny, dans A. Soboul, Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF,1989, p. : 227-228.

8 Il ne fut remis en place qu'en 1816.

9 C. De Wailly, 1729-1798, membre du deuxième Conservatoire du Muséum des Arts et du Conseil du Musée central des Arts (le futur Louvre), appartient à la classe d'architecture de l'Institut en 1795.

10 A. F. Peyre, architecte, 1739-1823.

11 Lépinois, "Notice sur A. C. G. Lemonnier", article cité, 1870.

12 La Révolution en Haute-Normandie, Rouen, 1989, ouvrage collectif cité.

13 Classée en L 1183.

14 N. L. Quinette, 1762-1821, ministre de l'Intérieur de juillet à novembre 1799.

15 A ce moment, l’esclavage était rétabli depuis le 16 floréal an X (5 mai 1802) !

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search