Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Deuxième partie : conservation-sauvegarde-restauration

Chapitre 4. L’acteur

Texte intégral

1. Une brève tentative de création d’un Musée

  • 52 Archives nationales, F17 1058, no1.

1Le 21 mai 1792, l'arrêté du Directoire du département de la Seine-Inférieure confiait à Lemonnier le soin et la responsabilité de "former une collection de tableaux à l'Eglise Saint Ouen". Le même jour, le Directoire prévenait le ministre Roland des collectes réalisées et de la décision d'exposer quarante-et-un tableaux retenus ainsi que celle de vendre le reste aux paroisses52.

2Cet essai dans l'église de Saint-Ouen ne dura guère mais il fut exemplaire et participa largement à la création ultérieure du Musée des Beaux-Arts de Rouen. Malgré cette décison d'exposer les tableaux à Saint-Ouen, Lemonnier, continuait d'alerter les autorités : "Faites en sorte qu'on ne pille". Dès le 15 juin, commença le transfert des tableaux que Lemonnier et Le Carpentier avaient sélectionnés ensemble pour y constituer un embryon de muséum.

  • 53 Charles-Marin-François Roudeaux de Montbrey, 1753-1820, Procureur du roi à la Chambre des Comptes, (...)
  • 54 Ce peintre que Lemonnier nomme monsieur Belot ou le citoyen Bellot et qu'il cite dans sa correspon (...)

3Cette opération fut assurée par Roudeaux de Montbrey53 et la réparation des oeuvres confiée à Bellot54, peintre à Paris. Le 3 1 mai 1792, les Trésoriers de la Fabrique de Saint-Ouen demandèrent aux deux responsables de supprimer les statues et les autels "tombés en vétusté". Lemonnier s'arrangea pour que le culte ne fût pas interrompu pendant l'installation des oeuvres, et tout au long de la durée des travaux que l'ancienne abbatiale requérait. Le 30 juillet 1792, le curé et les Trésoriers de la Fabrique félicitaient ainsi le "conservateur" : "cet auteur, si digne de peindre d'après ses propres idées, n'a pas dédaigné d'employer ses talents pendant plus de six semaines à la restauration, à l'emplacement des tableaux ci-dessous désignés : ils avaient tous considérablement souffert, tant par vétusté que par les finissements indispensables pour leur déplacement et leur transport ; mais cet artiste célèbre a su restituer le ton de fraîcheur qui leur convient et leur assigner dans ladite église à chacun la place qui leur était propre". Il s'agissait ici de la restauration et de l'exposition prévue pour présenter des oeuvres d'art au public.

  • 55 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.
  • 56 Archives nationales, F17 1039.

4Malgré l'agitation déclenchée par le 10 Août, le travail continua. Le 18 août 1792, Lemonnier, toujours sur le terrain rapporta : "J'étais venu ici au mois d'avril pour y mettre en place le tableau du Commerce, je n'ai pu me refuser comme membre de la Commission des Monuments à donner tous mes soins à la restauration et au bon ordre à tenir pour tous les Objets d'Arts rassemblés déjà dans un dépôt provisoire, et former l'arrangement de plus de quarante grands tableaux d'histoire de bons maîtres presque tous nés dans le pays. Quand j'aurai l'honneur de vous rendre compte de nos richesses de ce genre, vous verrez que plus de cent autres tableaux d'une proportion moyenne formeront un beau musée"55. Le peintre poursuivait en confessant les motifs qui l'avaient poussé à consacrer autant de temps à ce travail : "Vous connaissez l'esprit de cette ville" et il pensait qu'il avait ainsi contribué à ce "que tous les objets ne finissent pas restés dans l'oubli sans un peu d'entreprise de ma part"56.

  • 57 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.
  • 58 L'orthographe utilisée par Lemonnier pour le peintre Belot ou Bellot est variable, nous la respect (...)
  • 59 Nous avons déjà signalé ses deux études qui nous fournissent tant de renseignements précis.

5Dès le 31 juillet 1792, Lemonnier écrivait déjà57 : "Quarante tableaux dont trente-six ont passé par mes mains, offrent aujourd'hui assez d'attrait à la curiosité pour qu'on sache un gré infini au Directoire de son attention à propager le goût des arts dans ce département". Il ajoutait : "Je vais faire un voyage de trois semaines en Angleterre". A propos de ce séjour annoncé, aucune source, aucun renseignement familial n'y font la moindre allusion. Lemonnier remit-il à plus tard ce projet ? Rien ne nous permet de le confirmer ou de l'infirmer. Et nous songeons qu'ensuite les relations belliqueuses entretenues avec l'Angleterre ne favorisèrent guère, et pour longtemps, cette entreprise ! Le peintre poursuivait dans cette lettre : "Je ne peux trop vous recommander, Monsieur, d'après l'intérêt que j'ai montré sur tout cela de surveiller le dépôt des Jacobins qui renferme des objets infiniment précieux. (…) Il conviendrait mieux de me les confier qu'à Monsieur Belot58 qui se contente de si peu de choses". Lemonnier achevait ainsi : "Faites en sorte d'augmenter toujours cette collection en faisant venir les tableaux des Capucins du Havre et d'une autre église supprimée". Charles de Beaurepaire59 qui a publié les plans que Lemonnier avait préparés pour l'accrochage des tableaux remarque que ce dernier faisait la part belle aux oeuvres de la Contre-Réforme.

  • 60 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.
  • 61 Ibid.

6Le peintre envisageait d'agrandir et de compléter la collection qu'il avait déjà choisie lorsqu'il interrompit brusquement son travail à Saint-Ouen le 21 septembre 1792. Et dès le 25 de ce mois, sa présence est de nouveau signalée à la Commission des Monuments à Paris. Il ne se désintéressait cependant pas de ce qui passait à Rouen puisque le 4 octobre 1792, il envoyait un courrier60 qu’il demandait de transmettre au citoyen Bellot dont il louait alors "le zèle et l'exactitude" : "Je lui fournis une notice indicative des déplacements à faire dans cette église pour y substituer les plus beaux (tableaux) que l'on va trouver". A la fin de l'année 1792, on le félicitait que les inventaires aient sauvegardé "autant de monuments des grands talents que la ville de Rouen a produit en ce genre"61.

  • 62 F. Clérembray, La Terreur à Rouen 1794-1795, (1901) nouvelle édition préfacée par C. Mazauric, Par (...)

7Il nous paraît à ce moment important de signaler que l'oeuvre rouennaise de collecte ne s'arrêta pas à cette date et que Lemonnier n'avait pas décidé d'abandonner Rouen pour ne siéger que dans la Commission parisienne. Un fait nous le rappelle, le peintre, lors d'une visite ultérieure à Rouen, inventoria les biens de Guillaume Thouret qui venait d'être guillotiné62 : "c'est le 7 floréal que, présidé par Tamelier, le Conseil entend lecture d'une lettre du district tendant à faire des recherches pour découvrir les propriétés de l'ex-constituant « qui vient d'être frappé du glaive de la loi » (…..) le 21 prairial, le district avise la Comité de surveillance de ce que Lemonnier, chargé des inventaires des meubles du « nommé Quillebeuf, beau-père du condamné, a déclaré avoir eu en son domicile différents objets appartenant audit Thouret »".

  • 63 Le peintre parisien Bellot.

8Quant au musée, sa "survie" fut brève. Le Carpentier fut écarté de ce travail de restauration et d'inventaire au profit "d'un homme de goût"63. Amer, il en rendit responsable Lemonnier. Plus jeune, moins célèbre, il se sentit écarté par Lemonnier, et ceci bien qu'il conservât le titre de "commissaire délégué du district révolutionnaire de Rouen". Il est vrai que le choix du peintre Bellot, la confiance que réclamait à son sujet Lemonnier, dans ses courriers au district, se révélaient plus que désagréables à son égard. Devons-nous imaginer que les amitiés ainsi que la sensibilité politique, plutôt proche des Jacobins radicaux, de Le Carpentier ne convenait guère à un Lemonnier, fréquentant plus volontiers dans le milieu girondin ? Et que ce fut là une des raisons fondamentales de son "éviction". Le débat reste ouvert. Mais il prouve à quel point l’influence de Lemonnier dans cette affaire fut déterminante.

9Mais bientôt la loi du 8 pluviôse an II (27 janvier 1793) complétée par l'arrêt du département du 18 germinal an II (7 avril 1793) favorise le retour des objets vers leur district de provenance. Le projet poursuivi depuis 1791 s'évanouissait. Le 24 octobre 1793, la Convention confirmait la conservation des objets collectés dans le "Muséum le plus voisin de leur lieu de saisie". Puis le 3 novembre 1793, une circulaire ministérielle officialisait de manière définitive l'idée de la répartition des oeuvres entre la capitale et la province. Enfin, la loi du 28 janvier 1794 confirmait celle du 24 octobre 1793 : les districts pouvaient récupérer leurs oeuvres d'art. Ces décisions ne découragèrent en rien Le Carpentier qui continua à dresser le catalogue des oeuvres rassemblées. Nous en reparlerons.

  • 64 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

10Bien qu'à Paris, Lemonnier continuait de marquer son intérêt pour la création d'un musée à Rouen. Le 13 décembre 1793, alors que sa présence à la Commission est attestée, il pressait ses concitoyens de ne pas abandonner le projet. Il les informait que le musée de Rouen pourrait bénéficier des envois de l'Etat parce que "l'intention du Comité d'instruction publique était de former autant de musées et de bibliothèques publiques que de départements dans lesquels il répartira avec le plus d'égalité possible la surabondance que Paris renferme"64.

11Ces avatars, ces retards et ces changements n'empêchèrent donc pas Le Carpentier, en 1794, d'établir le catalogue de cette première collecte et ceci en application d'un décret de la Constituante daté du 5 novembre 1790. Tout au long de l'an II, il avait continué ses visites et ses "récupérations" dans le département. La moisson avait été si fructueuse que Le Carpentier craignait le danger que représentait le fait d'entasser toutes ces oeuvres dans des conditions plus que défectueuses pour leur bonne conservation.

  • 65 Ibid.
  • 66 Un cahier est aujourd'hui perdu. Il demeure donc trois cahiers, consultables aux Archives national (...)

12Le 9 vendémiaire an III (30 septembre 1794), Le Carpentier avertit les Citoyens Administrateurs du District révolutionnaire de Rouen qu'il leur remettait le catalogue65 : "Je m'empresse de mettre sous les yeux de l'Administration le premier catalogue raisonné des bons tableaux recueillis par son ordre et dont la collection et la recherche m'ont été confiées soit dans les domaines nationaux soit dans les maisons d'émigrés. Ce catalogue est fait suivant le modèle annexe à l'instruction du Comité de Salut public de la Convention nationale dont vous m'avez fait passer un exemplaire auquel je me suis conformé pour mes opérations". Il précisait que ce premier cahier contenait le classement de cent dix-sept tableaux. Il continua ses travaux et remit, le 17 prairial an III (5 juin 1795) en tout quatre cahiers présentant plus de deux mille objets. Il s'agit du Catalogue raisonné des Bons tableaux conservés au dépôt du département de la Seine-Inférieure et au District révolutionnaire de Rouen66. Ainsi le projet n’était guère oublié.

  • 67 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

13En 1795, le Directoire du département se félicitait de la protection accordée aux "Monuments des arts et des sciences"67 en attendant l'ouverture du Musée de Rouen. Il est vrai que, malgré les promesses parisiennes, l'inquiétude demeurait sur la réalité de créations muséales provinciales. Ces craintes venaient tant de la presse rouennaise que de la Société d'Emulation. Mais leur ardeur donna vie au Musée de Rouen.

2. Le Musée de Rouen, une réalité

  • 68 F. Noël de la Morinière, Second Essai sur le Département de la Seine-Inférieure, Rouen, an IV, 300 (...)

14Dans un premier temps, le Journal de Normandie, daté du 6 fructidor an III (23 août 1795) alors dirigé par Noël -ci-devant de la Morinière- rappelait l'état du dépôt dans lequel étaient entassés les tableaux recueillis par le citoyen Le Carpentier "à qui l'administration du département avait donné cette mission". Il lui semblait qu'il était du devoir des autorités de s'occuper de ce problème, de le régler et de permettre à l'ensemble des citoyens d'avoir accès à ces chef d'oeuvres. Le même, l’année suivante dans son Second Essai sur le département de la Seine-Inférieure68 rappelaient que : “les amis des Arts redoublent en ce moment de voeux pour voir un Muséum se composer des chefs d’oeuvres qu’il renferme, où les élèves aillent étudier ceux des modèles que la peinture peut leur offrir”.

  • 69 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1184.
  • 70 Ibid.
  • 71 Le lecteur voudra bien se reporter à la note 44.
  • 72 N. L. François de Neufchâteau, 1750-1828, "littérateur, savant, "économiste", quelque peu dépaysé (...)

15Deux ans après, le 9 messidor an V (27 juin 1797), la Société pour le progrès des Sciences, des Lettres et des Arts craint encore le transfert des oeuvres intéressantes à Paris. Elle écrivait : "Ne concentrez donc pas les modèles de l'Art : distribuez-les au contraire"69. La réponse du ministre vint apaiser les craintes de la Société d'Emulation : "En vous rendant à son voeu (celui de la Société d'Emulation) pour la réunion dans un local commode et l'exposition publique de tous les objets d'art qui se trouvent dans l'étendue de votre département, vous ne ferez que remplir celui du Gouvernement"70. C'était là, six années après, la réalisation du souhait émis par Lemonnier dès le 12 août 1791 dans sa lettre destinée à l'abbé Leblond71. Le 7 fructidor (5 septembre 1797) de la même année, le ministre de l'Intérieur François de Neufchâteau72 donnait son accord pour rassembler les oeuvres "dans un local commode à l'exposition publique".

  • 73 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183
  • 74 L. Le Masson, 1743-1829, ce normand de l'Eure fut l'un des plus importants ingénieurs en chef des (...)
  • 75 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

16Le 25 ventôse an VII (15 mars 1799), le département73 proposait au Ministère de l'Intérieur, un état des frais pour une ouverture du musée dans "l'église dépendant du local des Ecoles centrales". L'ingénieur en chef Le Masson74 présentait un devis de 10572 francs. Le 22 messidor an VII (10 juillet 1799), Le Carpentier75 appuyait cette demande. Le 14 fructidor an VII (31 août 1799), l'ancienne église des Jésuites était accordée. Il s'agissait de la chapelle de l'ancien Collège des Jésuites, aujourd'hui Lycée Corneille de Rouen.

  • 76 Lille, Amiens, Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Aix, Marseille, Grenoble, Lyon, Di (...)
  • 77 J. A. Chaptal, 1756-1832, les "devises" que rapportèrent au royaume ses travaux lui valurent des l (...)

17Enfin le 14 fructidor an IX (1er septembre 1801), un arrêté consulaire établit la création de quinze musées en province76. La responsabilité de cet arrêté revenait à Chaptal77, alors Ministre de l'Intérieur, donc en charge de la politique muséale.

  • 78 J. C. Beugnot, 1761-1835, incarcéré en l'an II, libéré après Thermidor, sa carrière politique sous (...)
  • 79 Bibliothèque nationale, 8° Lk4 815 (1-2).

18Mais à Rouen, le préfet Beugnot78 avait anticipé sur cet arrêté dès l'année 1800 et fait procéder aux réparations nécessaires dans le local affecté au Musée. Le transfert se fit sous l'autorité de Le Carpentier. Peut-être est-il nécessaire d'évoquer le rôle discret du rédacteur Noël dans cette décision qui précéda l'arrêté consulaire. En effet, ce dernier fut choisi parmi les hommes que le préfet désigna pour composer le nouveau Conseil municipal. Il fut le rapporteur de la Commission municipale qui était chargée d'étudier les moyens d'accueillir le public à Saint-Ouen. Par ailleurs, il remplaçait le préfet à la présidence de l'Académie reconstituée lorsque celui-ci ne pouvait s'y rendre. Il avait rédigé en l’an III et en l’an IV (1794-1795) deux Èssais79 dans lesquels il développait ses préoccupations sur la constitution d’une Bibliothèque municipale et sur celle d'un Musée.

  • 80 On peut consulter le mémoire de Maîtrise d’E. Delforges, ouvrage cité, note 63.
  • 81 Le 7 avril 1876, Le Musée des Beaux-arts de Rouen ouvrit ses portes dans les locaux que nous conna (...)
  • 82 La direction de l'Académie de France à Rome lui échappa et ce, contre l'avis émis par la classe de (...)

19Le 25 floréal an XII (14 mai 1804), il fut décidé d'utiliser le deuxième étage de la mairie pour y installer un musée et une bibliothèque. Des crédits s'élevant à 30481 francs furent accordés en l'an XIII. Le 10 ventôse an XIII (28 février 1805), une discussion homologua le projet et les devis de travaux furent présentés le 15 thermidor an XIII (2 août 1805). Le Musée des Beaux-Arts de Rouen ouvrit ses portes au public le 4 juillet 180980. Il avait trouvé, ainsi que la Bibliothèque municipale, une place que l’on pensait définitive81. Descamps, le fils du Directeur de l'Ecole de Dessin de Rouen, en était le premier Conservateur. Le Carpentier était écarté de toute responsabilité dans sa direction. Ainsi, Descamps fils avait réussi à régler un lourd contentieux avec son ancien condisciple et adversaire politique Charles Le Carpentier. L’on se souvenait qu’il avait apprécié la politique montagnarde en l’an II. En effet, en 1793, ce dernier avait été confirmé dans ses fonctions de professeur au moment où le Conseil général de la Commune refusait à Descamps un certificat de civisme, lui ôtant toute possibilité d'enseigner. Nous pouvons constater que l'on ne pensa pas non plus à Lemonnier pour cette tâche convoitée. Etait-il alors trop occupé par le théâtre parisien ? Nous ne tarderons pas à constater que cette année 1809 lui fut fort peu bénéfique sur le plan des nominations aux places prestigieuses82.

20Enfin, précisons que, soupçonné parmi tant d'autres, d'avoir profité de l'occasion pour acquérir une collection personnelle, il la céda au Musée en 1821 - il avait acheté des biens non réservés que la Nation destinait à la vente. En effet, de nombreuses ventes avaient intéressé les connaisseurs dont à l'évidence Lemonnier faisait partie. Ces derniers furent souvent accusés de s'être ainsi constitué de belles et précieuses collections particulières. Mais après son don, la ville de Rouen n'était en rien spoliée ! Et Lemonnier pouvait réellement revendiquer une grande part de paternité dans le combat qui avait été mené pour la création de ce musée. Il fut un vrai protagoniste de cette création. Homme de son temps, il avait aussi su en être un acteur efficace en prenant toute sa place au coeur d'un débat vif, fondamental sur l'art, la création, la conservation et sa destination. Il occupait alors une réelle place d'intermédiaire fondamental dans le développement de la vie culturelle de sa ville natale et pouvait revendiquer une large part de la paternité de son rayonnement.

3. Une reconnaissance immédiate

  • 83 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.
  • 84 Ibid.
  • 85 Ibid.
  • 86 Ibid.
  • 87 Ibid.
  • 88 Ce dernier, noble libéral, avait joué, aux côtés de Thouret, un rôle important dans la tentative d (...)
  • 89 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

21Cette action de sauvegarde eut des retombées immédiates sur la carrière du peintre qu'était Lemonnier. Il reçut les éloges et les félicitations du Ministre Roland pour ce travail de collecte ainsi que pour la restauration de la quarantaine de tableaux, enfin il fut remercié par le département de Seine-Inférieure au moyen d'une commande publique, passée le 24 août 1792. Le ministre écrivait, ce jour83, en réponse à un arrêté du Conseil général du département, daté du 22 août 179284 que Lemonnier "a donné ses soins gratuitement à la restauration de quarante tableaux de grandes proportions provenant des maisons religieuses supprimées du département". Il ajoutait que cette commande serait "destinée à être placée dans le principal lieu de ses séances". Le 25 août 179285, les administrateurs du département envoyaient à leur tour une lettre de félicitations pour la restauration des quarante tableaux. Le 14 septembre86, une nouvelle lettre de Roland soulignait "le grand désintéressement qu'il (Lemonnier) a manifesté en. donnant gratuitement ses soins". Le 15 septembre 179287, Lemonnier annonça l'esquisse du tableau à Montbrey en lui précisant qu'il écrivait en même temps à d'Herbouville88. Le 24 septembre 179289, un arrêté du Conseil général lui allouait une somme de trois mille francs pour ce travail.

  • 90 Ibid.

22Le thème proposé en était au départ "l'homme brisant ses fers et reconquérant la liberté et l'égalité que des tyrans lui avaient ravies". L'esquisse en fut acceptée le 21 octobre 1792, Lemonnier l'avait envoyée depuis Paris accompagnée du commentaire suivant90 : "On me fait signer une fois le peintre de la patrie, j'ajouterais bien que je suis le plus aimant et le plus dévoué". Il décrivait ensuite la manière dont il voulait réaliser ce tableau. L'auteur pensait que, ne pouvant traiter ce thème autrement que par l'allégorie, "il fait voir l’homme plein de la vigueur et de l'énergie que lui donne la confiance morale qui vient de rompre les fers qui le tenaient enchaîné à l'autel du despotisme". Il ajoutait : "le ciel est pur autour de lui dans le lointain et à travers un paysage frais, on voit la Bastille en état de démolition dont le pont-levis est rompu. Un second passant effrayé et qui s'enfuit représente assez l'émigration des mécontents".

23Ce thème, au fil des événements se transforma d'un commun accord entre le peintre et le département. L'oeuvre devint un "Homme de la Nature se réfugiant dans les bras de la Loi", expliquant l'exaltation du "bonheur de tous les êtres pensants". Il parut ainsi au Salon de 1793. Une esquisse ou le tableau ? L'esclavage venant d'y être aboli, le tableau fut, dit-on et répète-ton à l'envi dans les notices, envoyé à Saint-Domingue. C'est ici un point qui nous pose problème et que nous nous proposons d'aborder ultérieurement.

  • 91 A. Lenoir, 1762-1839.

24Immédiates conséquences, avions-nous dit, que cette commande officielle, oui, car l'histoire a bien peu retenu la participation du peintre à la création du Musée de Rouen. Or Lemonnier nous semble pendant toute cette période dans la lignée d'une action parisienne, éclatante qui demeura par ailleurs au centre d'une longue et célèbre querelle. Nous pensons au travail acharné de Lenoir91 tout en sachant que ce dernier s'occupait d'un ensemble monumental alors que Lemonnier ne s'intéressa pour Rouen et son musée qu’à la production picturale. Les deux hommes se connaissaient et se croisèrent forcément tout au long de leur action commune au sein de la Commission des Monuments.

  • 92 Kersaint, "Discours sur les monuments publics", discours cité.

25Nous avons constaté pour tous les deux une participation au débat théorique, une action sur le terrain et la concrétisation de cette dernière par la création d'un musée. Ils y mirent la même ardeur et eurent tous deux des desseins pédagogiques identiques : envisager l'art comme mémoire et comme enseignement civique. Et quelle que soit, concernant Lenoir, l'ambiguïté de son projet, ils ont tous les deux joué un rôle de relais culturel entre l'oeuvre, l'artiste et le public, concrétisant par leur action cette idée de Kersaint92 qui expliquaient que "les monuments sont les terrains irréprochables de l'histoire". Ce sont les raisons qui nous conduisent à mettre en parallèle l'action efficace mais discrète de Lemonnier avec celle exemplaire, célèbre mais aussi combien décriée de Lenoir à Paris. Il existe un faisceau de similitudes. Lenoir fut-il l'inspirateur, le modèle, le mentor de Lemonnier ? Il convient de s'attarder quelques instants sur ce personnage.

4. Alexandre Lenoir93, une action controversée

  • 93 Nous faisons réference ici à l'article de A. Vidler, "Lenoir et les monuments parlants", dans La C (...)
  • 94 A. C. Quatremère de Quincy, 1755-1849, membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, dé (...)

26Alexandre Lenoir fut au centre d'une querelle sur les modalités et sur la finalité de la conservation. Cette querelle, l'opposa principalement à Quatremère de Quincy94. La trajectoire et la personnalité d'Alexandre Lenoir le rendirent exemplaire mais aussi honni par ses ennemis. Nous avons dit les fréquents contacts de Lemonnier avec lui. Il nous paraît intéressant de comparer l'activité exemplaire de Lenoir avec l'activité muséale menée à Rouen par Lemonnier. Quelle fut l'action de Lenoir et quels buts poursuivait-il ?

27Alexandre Lenoir fut l'élève de Doyen puis se passionna pour l'archéologie. Le 6 juin 1791, on lui confie les "dépôts temporaires" et il est nommé "Garde général des Petits-Augustins". De quoi s'agissait-il ? On lui demandait de surveiller tous les objets qui arrivaient à ce dépôt, parmi ces derniers, les plus célèbres furent les tombeaux des rois rapportés de la basilique de Saint-Denis. Dans son esprit, Lenoir envisageait son action très au-delà d'une pure et simple surveillance. En revanche, le gouvernement ne l'entendait pas de cette oreille et considérait son rôle comme duel : un gardien mais aussi un commissaire-priseur chargé d'évaluer la valeur des objets puis d'en surveiller les ventes. Des ventes, il y en eut quelques-unes. Mais la préoccupation essentielle de Lenoir était d'organiser son dépôt en musée.

  • 95 D. J. Garat, 1749-1833, un futur "Idéologue", le lecteur voudra bien se reporter à la note suivant (...)
  • 96 P. L. Ginguéné (1748-1815), animait la Décade philosophique, revue créée par les "Idéologues", le (...)
  • 97 P. F. Bénezech, 1745-1802.

28Il réussit à sauver nombre d'objets en en évitant la vente. Son idéal était de pouvoir présenter ces objets, arrachés à leurs origines, dans un cadre et dans un ordre qui fissent ressortir leur valeur artistique. A la Commission des Monuments, cette orientation, avait reçu le soutien de Doyen, mais il lui fallut souvent se débattre et ruser pour contourner les ordres de vente. En décembre 1792, il eut à "affronter" Roland puis l'année suivante, Garat, à son tour ministre de l'Intérieur95. Malgré ces problèmes, il continua d'"arranger" son musée et en dressa un catalogue. Après Thermidor, il présenta un plan de Musée au Comité d'instruction publique. Le 21 octobre 1795, la proposition y fut acceptée par Ginguéné, dont il faut rappeler qu'il était alors le principal animateur de la Décade philosophique96. Le Ministre de l'Intérieur Benezech97 ratifia la décision le 8 avril 1796. Le musée de Lenoir avait enfin un statut officiel : le "Musée d'Antiquités et monuments français". Il constituerait désormais une branche du Musée national du Louvre. Le catalogue en fut publié quatre ans plus tard.

  • 98 J. Michelet, Ma jeunesse, Paris, 1884, p. 45.

29Lenoir avait réussi à Paris ce qui semblait, dès la fin 1792, avoir échoué à Rouen. Quant à l'ordonnancement de "son" musée, il constituait un véritable exercice didactique, inspiré par les Lumières, présentant les objets de manière chronologique. Et dans la progression, on partait de l'ombre médiévale pour aller vers de plus en plus de lumière. Michelet, qui eut dans sa jeunesse l'occasion de visiter l'endroit, écrivit dans Ma Jeunesse98 : "Pour la première fois, l'ordre régnait (…), le seul vrai, celui des âges".

  • 99 1749-1822, sculpteur du Prince de Condé, il était demeuré fervent royaliste.
  • 100 1802.

30Mais Lenoir eut affaire depuis le début à deux types d'opposition. Le premier était incarné par Quatremère de Quincy qui voyait dans tout tentative muséale "un cimetière des arts". Le second courant du refus était dirigé par Deseine99, royaliste, partisan de l'autorité des Académies, mais celles de l'Ancien Régime. Ce dernier n'envisageait toute création muséale que comme l'unique et l’inique résultat du vandalisme révolutionnaire. Il considérait que seules les églises étaient les vrais musées. Ces deux courants rencontrèrent les prémisses du courant romantique. Chateaubriand ne devait pas tarder à publier le Génie du Christianisme100. Il y manifestait beaucoup de réserve devant des fragments de monuments déplacés, annonçant par là l'intérêt que ne tarda à pas porter le mouvement romantique aux ruines mais à la condition expresse que l'on ne les arrachât pas de leur lieu d'origine.

  • 101 Il fut ministre de l'Intérieur du 4 nivôse an VIII (25 décembre 1800) au 15 brumaire an IX (6 nove (...)

31C’est dans ce contexte que Lenoir mena une rude bataille et il ne fut guère ménagé. Une première fois, son Musée échappa à la fermeture et au transfert de tous les trésors qu'il renfermait au Parc Monceau. Lucien Bonaparte en avait pourtant pris la décision en octobre 1 800101. Mais Lenoir sut habilement ruser. Il présenta un rapport qui faisait apparaître le coût très élevé que représenterait le transfert de son Musée.

32Bonaparte vint en personne visiter les Petits-Augustins en mars 1801 et à cette occasion confirma Lenoir dans ce lieu. La première bataille était gagnée. Mais Quatremère ne désarma pas et finit par avoir gain de cause. En effet, le 18 décembre 1816, Louis XVIII se rangea à son avis et fit fermer le Musée. Une coïncidence ? C'est justement cette même année que Quatremère devint le Secrétaire perpétuel de l'Académie des Beaux-Arts. Il fut décidé que les Augustins seraient affectés aux Beaux-Arts et que tous les objets et fragments de monuments devraient regagner leurs lieux d'origine. Lenoir fut alors chargé de la "restauration" des tombeaux de Saint-Denis. Ce fut là son lot de consolation !

33La comparaison s'arrête dans la mesure où l'action de Lemonnier fut interrompue et qu'elle ne concerna que la peinture. Mais les démarches étaient identiques et tous deux désiraient montrer des oeuvres d'art, choisir un lieu adéquat pour ce faire, l'aménager si besoin était et ensuite trouver un plan de présentation pour leur donner ou leur rendre l'éclat de leur valeur artistique. Nous savons que Lemonnier rencontrait Lenoir et qu'il fut aussi missionné aux Petits-Augustins. La similitude des démarches est intéressante. Elle nous montre un Lemonnier aspiré par un double mouvement qui passionna toute la nation. En premier lieu celui de savoir si l’on avait besoin, s’il était nécessaire de créer des lieux muséaux. Ensuite cette action révèle aussi l’inquiétude des villes de province devant la puissance parisienne. Nombreuses furent celles qui se battirent pour obtenir la création de “leur” musée.

Une conclusion partielle

  • 102 Nous nous permettons d'utiliser le titre d'une communication que Claude Mazauric présenta à Rennes (...)

34En guise de conclusion sur cet aspect de l'action de Lemonnier, deux remarques se sont imposées au fur et à mesure que nous avons suivi le peintre. En premier lieu que "Rien n’a changé mais tout a changé"102. Expliquons-nous. L'effondrement des institutions, la disparition des Académies, la liberté d'exposer pour tous, les concours ouverts à tous les artistes, la totalité des structures qui encadraient le monde des arts avait été balayée sans retour. Nous pourrions penser qu'il en allait de même des hommes qui en composaient l’armature et que ce moment révolutionnaire, pour les arts aussi, nous conduirait à ne retrouver que des hommes neufs.

  • 103 Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, éditions de Minuit, 1980, p. 94.

35En réalité ce qui est frappant c'est que ce ne sont pas des hommes neufs mais des hommes nouveaux, renouvelés que les circonstances ont révolutionnés. Ils ont su utiliser et adapter ce que Pierre Bourdieu103 présente comme un "capital accumulé" et ils l'ont transformé. Ils se sont glissés dans les nouvelles structures tout en créant de cette manière des modèles nouveaux d'artistes, de créateurs, d'intermédiaires culturels, de relais, modèles qu'ils sont en train d'inventer. Nous savons le refus d'Angiviller ou de Vien qui, tous deux émigrèrent. Mais les autres, tous ces grands noms de la période pré-révolutionnaire, tous ces hommes reconnus "grands", adulés, choyés et respectés par leurs contemporains sous ce qu'il convient de qualifier encore d'Ancien Régime, ceux que nous avons nommés, professeurs à l'Académie, Grands Prix de Rome, nous les voyons, ceux-là mêmes qui avaient d'importantes fonctions avant 1789, s'adapter aux circonstances nouvelles, se mouler, se modeler, participer au débat, agir sur le terrain et devenir les protagonistes, les acteurs, voire des figures marquantes de cette transition culturelle que génère, entre autres, la Révolution française.

36Lemonnier nous paraît symboliser cette transition. De par son parcours, il nous semble relais et protagoniste, un homme- artiste- a croisé la Révolution française.

  • 104 Nous renvoyons aux quelques membres de la Commission des Monuments que nous avons cités et inviton (...)
  • 105 Dans un autre cadre, celui exclusivement politique, nous pensons aux travaux de Timothy Tackett, B (...)

37Et si l'art avait aussi ses propres Bastilles, nous avons pu constater qu'elles ont été abattues. Bien que d'autres institutions soient en gestation, la continuité de l'armature humaine fut donc remarquable. Les hommes s'adaptent, se transforment, créent, s'intégrent et dominent les nouvelles structures en devenir104. Eux aussi se "révolutionnent"105. Ils font leur "Révolution", et pour la plupart, au sens où le fils de Lemonnier, Hippolyte, décrivait l'action de son père au cours de cette période. Il insistait fortement dans ses Notices successives sur le fait que son père ne fit la Révolution que dans l'Art, que ce fut sa manière à lui de participer à cet immense bouleversement national. Ainsi, nous l'avons suivi participant à la mise en place des structures nouvelles, d'abord en gestation puis définitives, et ce par sa réflexion et par son action, pour finalement s'identifier à elles, les revendiquer dans leur totalité.

38Nous disions tous ces hommes, tous ces artistes, peut-être faudrait-il faire une place quelque peu particulière à une individualité comme David qui fut d’une discrétion obligée en l’an III. Celui-ci échappa de justesse à une condamnation, Boissy d’Anglas obtint de la Convention qu’il continue de travailler à son domicile, lui évitant le sort que son parcours en l'an II, ses prises de position montagnardes, l'autoritarisme qu'il avait manifesté et les ennemis qu’il s’était créés lui réservaient. Nous savons aussi qu’il sut rapidement réintégrer le monde de la création.

39La seconde constatation, dans le droit fil de la première, concerne très directement l'itinéraire personnel de Lemonnier. S'il est vrai qu'un poste officiel le récompensa en 1794, celui de peintre de l'Ecole de Médecine, en revanche on ne lui fit jamais les honneurs de l'Institut. Que devons-nous en penser ? Lui qui avait failli être inquiété en l'an II, nous avons choisi d'évoquer ultérieurement ses ennuis, malgré l’énergie déployée, les services rendus et l’efficacité de son travail, ne fut récompensé que bien modestement en l'an III.

40Pourtant son action tenace à la raison affichée, le choix des personnages dont il fit le portrait, entre 1795 et 1799, sa solide amitié avec Roland montre à l'envi vers où s'étaient toujours dirigées ses amitiés politiques. De plus, par ses activités à la Commission conservatrice des Monuments puis à celle temporaire des Arts, il était proche, de nombre des futurs membres de l'Institut, Dacier entre autres. Or, il ne fut pas accueilli au sein de cet Institut national tout nouvellement crée. Précisons tout de même que la classe des Beaux-Arts de l'Institut ne pouvait accueillir qu'un nombre restreint de membres, au total vingt-huit architectes, graveurs, peintres et sculpteurs. Pourtant, on ne peut que le reconnaître à l'aise dans le conservatisme social et la volonté de stabilité politique qui caractérisèrent si bien l'an III puis le Directoire. Mais aucune distinction réellement prestigieuse ne vint récompenser son attrait et son respect pour ce “juste milieu” que, tous ceux qui avaient été hommes des Lumières, appelaient alors de tous leurs voeux.

41Par ailleurs, sa création se ralentit très sérieusement dès l'an IL De fait, si le créateur plus que fécond qu'il avait été jusqu'en 1792, était devenu aussi au cours des ces années un important relais culturel, le peintre Lemonnier, lui, ne retrouva jamais son rythme.

Notes

52 Archives nationales, F17 1058, no1.

53 Charles-Marin-François Roudeaux de Montbrey, 1753-1820, Procureur du roi à la Chambre des Comptes, maire de Rouen du 23 décembre 1792 au 30 octobre 1793, connut pendant quelques mois la prison et termina sa carrière comme Président du Tribunal de Commerce de Louviers.

54 Ce peintre que Lemonnier nomme monsieur Belot ou le citoyen Bellot et qu'il cite dans sa correspondance avec le département, n'apparaît dans aucune des encyclopédies, ni dans aucun des dictionnaires spécialisés du XIXème et du XXème siècles que nous avons consultés.

55 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

56 Archives nationales, F17 1039.

57 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

58 L'orthographe utilisée par Lemonnier pour le peintre Belot ou Bellot est variable, nous la respectons.

59 Nous avons déjà signalé ses deux études qui nous fournissent tant de renseignements précis.

60 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

61 Ibid.

62 F. Clérembray, La Terreur à Rouen 1794-1795, (1901) nouvelle édition préfacée par C. Mazauric, Paris, Office d'édition du livre d'histoire, 1994, n. 3, p. 385. Thouret fut exécuté le 24 avril 1794.

63 Le peintre parisien Bellot.

64 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

65 Ibid.

66 Un cahier est aujourd'hui perdu. Il demeure donc trois cahiers, consultables aux Archives nationales en F17 1270b, une copie au Musée des Beaux-arts de Rouen ainsi qu'un microfilm aux Archives départementales des la Seine-Maritime. Ce catalogue a été “publié” dans le mémoire de Maîtrise d’Emmanuelle Delforges, “Les autorités politiques de Rouen et la création du Musée”, dir. Christine Le Bozec, Université de Rouen, 1998.

67 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

68 F. Noël de la Morinière, Second Essai sur le Département de la Seine-Inférieure, Rouen, an IV, 300 p.

69 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1184.

70 Ibid.

71 Le lecteur voudra bien se reporter à la note 44.

72 N. L. François de Neufchâteau, 1750-1828, "littérateur, savant, "économiste", quelque peu dépaysé dans la politique, François de Neufchâteau a laissé le souvenir d'un protecteur des lettres et des arts et, surtout, d'un promoteur du développement des arts et métiers, de l'industrie et de l'agriculture. Cet homme du XVIIIe siècle fut aussi un homme du XIXe siècle". Notice "François de Neufchâteau", J R Suratteau, dans Dictionnaire historique de la Révolution française, A. Soboul, Paris, PUF, 1989.

73 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183

74 L. Le Masson, 1743-1829, ce normand de l'Eure fut l'un des plus importants ingénieurs en chef des Ponts et Chaussées de sa génération.

75 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

76 Lille, Amiens, Rennes, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Aix, Marseille, Grenoble, Lyon, Dijon, Besançon, Nancy, Reims ne tardent pas à utiliser cette possibilité, nous pouvons remarquer que le nombre de 15 est déjà dépassé.

77 J. A. Chaptal, 1756-1832, les "devises" que rapportèrent au royaume ses travaux lui valurent des lettres de noblesse à la fin de l'Ancien Régime. Il mêla carrière politique et recherches scientifiques. Le lecteur peut se reporter à la Notice "Chaptal", F. Hincker, dans Dictionnaire historique de la Révolution française, ouvrage cité.

78 J. C. Beugnot, 1761-1835, incarcéré en l'an II, libéré après Thermidor, sa carrière politique sous la Révolution le mène dans l'entourage de Lucien Bonaparte, alors ministre de l'Intérieur. Il est nommé préfet de Seine-Inférieure de 1800 à 1806.

79 Bibliothèque nationale, 8° Lk4 815 (1-2).

80 On peut consulter le mémoire de Maîtrise d’E. Delforges, ouvrage cité, note 63.

81 Le 7 avril 1876, Le Musée des Beaux-arts de Rouen ouvrit ses portes dans les locaux que nous connaissons aujourd’hui.

82 La direction de l'Académie de France à Rome lui échappa et ce, contre l'avis émis par la classe des Beaux-Arts de l'Institut.

83 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

84 Ibid.

85 Ibid.

86 Ibid.

87 Ibid.

88 Ce dernier, noble libéral, avait joué, aux côtés de Thouret, un rôle important dans la tentative de compromis entre les élites après la Convocation des Etats Généraux.

89 Archives départementales de Seine-Maritime, L 1183.

90 Ibid.

91 A. Lenoir, 1762-1839.

92 Kersaint, "Discours sur les monuments publics", discours cité.

93 Nous faisons réference ici à l'article de A. Vidler, "Lenoir et les monuments parlants", dans La Carmagnole des Muses, sous la direction de J. C. Bonnet, Paris, A. Colin, 1988 ainsi qu'au travail de D. Poulot "Alexandre Lenoir et le Musée des Monuments français, dans Pierre Nora, Les lieux de mémoire, la Nation, t. 2, Paris, Gallimard, 1986..

94 A. C. Quatremère de Quincy, 1755-1849, membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, député à la Législative, détenu en l'an II, condamné à mort, acquitté par les Cinq cents, "fructidorisé" en l'an V, rentre le 18 brumaire ; en 1816, Secrétaire perpétuel de l'Académie des Beaux-Arts.

95 D. J. Garat, 1749-1833, un futur "Idéologue", le lecteur voudra bien se reporter à la note suivante.

96 P. L. Ginguéné (1748-1815), animait la Décade philosophique, revue créée par les "Idéologues", le 29 avril 1794. Républicains sincères, ces derniers s’essayèrent à maintenir et à développer l'esprit de l'Encyclopédie."Il s'agit pour eux de mettre les progrès intellectuels au service du progrès social et politique", E. G. Sleziewski, dans A. Soboul, Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, P U F, 1989. Concernant la question, le lecteur peut consulter les trois notices p. 327, 502, 559 de l'ouvrage cité.

97 P. F. Bénezech, 1745-1802.

98 J. Michelet, Ma jeunesse, Paris, 1884, p. 45.

99 1749-1822, sculpteur du Prince de Condé, il était demeuré fervent royaliste.

100 1802.

101 Il fut ministre de l'Intérieur du 4 nivôse an VIII (25 décembre 1800) au 15 brumaire an IX (6 novembre 1801).

102 Nous nous permettons d'utiliser le titre d'une communication que Claude Mazauric présenta à Rennes au Colloque Pouvoir local et Révolution en septembre 1993. Actes parus, Rennes, PUR, 1995.

103 Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, éditions de Minuit, 1980, p. 94.

104 Nous renvoyons aux quelques membres de la Commission des Monuments que nous avons cités et invitons le lecteur à se reporter aux renseignements biographiques succints que ces notes proposent.

105 Dans un autre cadre, celui exclusivement politique, nous pensons aux travaux de Timothy Tackett, Becominig a revolutionary. The deputies of the french national Assembly and the emergence of a revolutionary Culture (1789-1790), Princeton, UP, 1993.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search