Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Deuxième partie : conservation-sauvegarde-restauration

Chapitre 3. Au coeur du débat

Texte intégral

  • 34 Boissy d'Anglas, "Quelques idées sur les Arts, sur la nécessité de les encourager, sur les institu (...)
  • 35 J. Guillaume, "Grégoire et le vandalisme" dans La Révolution française, 1901, p. 249.

1Les lois de nationalisation avaient donc mis sous la responsabilité des Assemblées successives une part énorme des monuments historiques. Elles se trouvaient ainsi dépositrices du patrimoine national. Tout au long de la Révolution et au-delà, le débat fut vif, acharné pour décider du devenir des oeuvres d'art collectées. Deux thèses s'affrontaient. En premier lieu, celle de la destruction d'oeuvres avilies par de "longs siècles d'esclavage et de honte", à cette thèse s'opposait celle de la conservation d'un "vaste et superbe héritage" que la France "vieux pays" ne saurait "le répudier sans honte", notait Boissy d'Anglas34, mais au sein d'"un nouveau monde" précisait l'abbé Grégoire35. En fait, l'idée était que la maturité qu'acquérait un peuple libre l'autorisait à s'occuper de tous les arts. Ce débat passionna les assemblées, peuplées d'hommes formés et modelés par les Lumières. Les députés participèrent largement à ces discussions sur la nécessité de la conservation, sur celle de rassembler les oeuvres en des lieux choisis et sur l'intérêt qu'il y aurait à les présenter au public. Soucieuse de pédagogie civique, la majorité des représentants s'orienta rapidement vers la défense de la conservation systématique de tout le patrimoine.

1. Le débat devient une affaire politique

2Vieux débat ou plutôt débat en cours, en effet d’Angiviller en 1788, à propos de la création du Muséum, espérait que les futurs Etats généraux délibéreront “sur les projets et les entreprises neuves évidemment les plus utiles. Tel est certainement celui du Muséum qui, en rendant à toute l’Europe la jouissance des richesses enfouies, attirera dans la capitale un concours d’étrangers dont le séjour et les dépenses rendront au centuple la mise qui aura été faite pour les attirer”.

  • 36 La Font de Saint Yenne, Reflexions sur quelques causes de l'état présent de la peinture en France (...)

3Cet espoir était dans le droit fil des propositions faites par La Font de Saint Yenne36 qui, en 1747, réclamait que l’on attribuât à la Grande Galerie du Louvre la fonction de Muséum. Puis dans l’Encyclopédie, ainsi de Jaucourt qui, dans son article “Louvre”, réorganisait les possibilités de présenter les tableaux royaux, de montrer les statues et de “magnifiques ouvrages”, une fois le lieu nettoyé. Dans l’article “Peinture”, il déplorait que les oeuvres ne soient pas considérées comme un trésor public. Nous retrouvons là le courant des Lumières qui souhaitait des monuments moraux et sensibles en envisageant les musées comme des espaces d’exposition, de travail et de pédagogie.

4En 1750, on avait songé à installer le Muséum au Palais du Luxembourg puis plus rien. Enfin les initiatives de d’Angiviller réussirent à faire prendre au roi, le 31 mars 1788, une décision formelle concernant le Louvre. Se précisait l’idée d’un lieu de contact direct avec les oeuvres, d’un lieu de protection et d’enseignement aussi, tout comme se mettait en place une culture du “patrimoine”. Mais l’on peut constater que, désormais, lorsque l’on envisage la création d’un muséum, celui-ci ne peut relever que de la puissance publique. Cette avancée n’évacuait pas le débat sur la fonction du musée, sur celui du rôle du public et sur celui de son organisation, de la présentation des oeuvres, de leur ordonnancement et de leur classement. Ainsi le “concept” muséum échappait au prince et il avait conquis son autonomie. Mais la politique muséale de l’Ancien Régime n’eut guère l’occasion d’aboutir.

5La subversion que représenterait le musée avait suscité bien des frictions, bien des conflits, elle signifiait pour certains la fin du statut traditionnel de l’art, sa soumission à un ordre, à l’Histoire : la formation d’un espace public de peinture signifiait ouverture à et appropriation par. Le débat était donc en cours, mais ce qui renouvelle alors la - ou les - questions c’est la quantité d’oeuvres que la Nation se doit de sauver, de garder, de montrer, d’exposer, de classer et peut-être de faire disparaître. Ces interrogations-débats se transformèrent en un problème politique auquel les révolutionnaires furent rapidement confrontés.

  • 37 J.B. Restout, 1732-1797, Académicien en 1769, il appartient à la lignée des Restout, originaire de (...)
  • 38 Il revient sur cette idée dans un “mémoire de la Commune des Arts qui ont le dessin pour base”, Pa (...)
  • 39 F. M. Puthod de Maisonrouge, 1757-1820.

6Le débat est relancé par Restout37 devant l’Académie royale dès le 19 décembre 1789. En juillet 1790, il expose ses propositions sur la conservation et sur la restauration dans “Idées sur la conservation des productions des arts” dans le no1 de Tribut de la Société nationale des Neuf Soeurs et recueil de mémoires sur les Sciences, les Belles-Lettres et arts et autres pièces lues dans les séances de cette société38. Il y montrait la nécessaire prise en charge des oeuvres par les autorités, l’utilité de la création d’un musée central suivie par celle de lieux muséaux départementaux. Le 4 octobre 1790, Puthod de Maisonrouge39 vint à l’Assemblée, et se présentant comme ami de l’histoire, demanda la préservation des oeuvres qu’il conseilla de rassembler dans un lieu. Enfin le 13 octobre 1790 est considéré comme jour fondateur d’une politique du patrimoine. Maisonrouge, qui faisait, comme Lemonnier, partie de la Commission des Monuments, crée une revue Les monuments ou le pèlerinage historique et utilise dans son premier numéro l’expression de “patrimoine national”. Les circonstances révolutionnaires avaient favorisé ce glissement. De la volonté d’exposer les oeuvres, de les rendre publiques on débouchait sur la notion de patrimoine. Il fallait décider qu’en faire. La parole revenait aux politiques.

  • 40 Barère, "Rapports sur les domaines nationaux à réserver au roi", 26 mai 1791.
  • 41 Kersaint, "Discours sur les monuments publics", 15 décembre 1791.

7A la Législative, le 26 mai 1791, Barère40 présenta un rapport dans lequel il explique que la restauration du Louvre est liée à la création d’un”Muséum célèbre", "Palais des arts", "Asile des sciences". Le 15 décembre de la même année le député Kersaint41 rappela que "Nous avons à recueillir une succession immense, mais délabrée, obérée mais brillante. Une nation qui se gouverne elle-même doit se conduire, dans l'arrangement d'une telle affaire, par les principes d'ordre que des héritiers sages mettraient dans le recouvrement d'une succession qui leur laisserait un mobilier immense, mais épars, dans un grand nombre de châteaux qu'ils seraient contraints de vendre pour se liquider. Ces héritiers ne laisseraient pas çà et là les tableaux précieux, les statues antiques, les médailles, les bronzes, les marbres, les bibliothèques ; ils réuniraient dans celles des maisons qu'ils voudraient conserver, ces objets dont la collection accroît la valeur et la conservation exige des soins".

  • 42 J. Cambon, 1756-1820, s’imposa comme le financier de la Convention.
  • 43 J. Guillaume, Procès-verbaux du Comité d'instruction publique de la Convention nationale, Paris, 1 (...)

8Dans le même temps, Roland, alors Ministre de l’intérieur, reconnut la vocation du patrimoine national qu'il opposait à l'égoïsme des anciens propriétaires dérobant aux yeux du public tous leurs trésors artistiques, accumulant ainsi des richesses inestimables en les réservant au domaine privé d'une élite fortunée. Il exigea que soit de la seule responsabilité du Ministère de l’intérieur le tri, la recherche, la conservation et ensuite la répartition des oeuvres entre Paris et la province. Le 22 août 1792, Cambon42 proposa une notion de musée comme “un lieu désacralisant et neutralisant les images et les symboles en leur conférant le statut d’objets culturels”. Le 16 septembre 1792, Roland fit voter le décret sur le Musée. Il fallut alors une année pour que le discours sur la nécessaire protection du patrimoine l’emporte. Le 24 octobre 1793, le Conventionnel Gilbert Romme43 proclama : "Nous devons tout conserver". Il est un fait reconnu à ce moment : les Français sont propriétaires de leur patrimoine.

  • 44 Mathieu, "Rapport fait à la Convention au nom du Comité d'instruction publique", 28 frimaire an II
  • 45 Boissy d'Anglas, "Quelques idées sur les Arts”…, se reporter à la note 34.

9Le 28 frimaire an II (18 décembre 1793) son collègue Mathieu44 déclara devant la Convention à propos des arts : "Ce sont aussi des créanciers de la Révolution et pour qui la Révolution doit tout faire" et il concluait qu’il fallait vivifier toutes ces richesses" en les répartissant dans différents musées de province. A chaque fois, les tâches proposées étaient la réunion, la collection, en un seul lieu et la conservation. La Nation a hérité et elle se doit de transmettre ou bien plutôt, elle n’a fait que retrouver sa propriété et a ainsi l'obligation de transmettre avec un devoir de garde comme le souhaita le conventionnel Boissy d’Anglas45 : "Conservez les monuments des arts, des sciences et de la raison". Il précisait qu'il fallait que "Paris soit la capitale des arts", en y installant un "Muséum" qu'il qualifiait de "parure nationale" et il réclamait enfin que les législateurs poursuivent régulièrement cette tâche et leur conseillait à propos du Muséum : "enrichissez (le) par des accroissements de tous les jours" en leur proposant de le faire correspondre avec "cent dépôts divers du même genre existant sur votre territoire". Déjà en 1794, Boissy leur avait suggéré de créer ce qui ne tarda guère à devenir l'Institut national en leur rappelant le rôle de dépositaire et gardien qui leur échoyait : "Cet Institut national que vous créerez soit que vous le nommiez Académie ou Lycée, soit que pour réhabiliter un nom devenu presque odieux, vous le nommiez Université".

  • 46 Le Moniteur, t. 22, no41, p. 380.

10Boissy d’Anglas envisageait le double rôle de la Révolution Française, héritière et responsable de l’avenir patrimonial. Il identifiait liberté et nation à culture et authentifiait une réelle politique des Arts. Enfin l'abbé Grégoire46, le 14 fructidor an II (31 août 1794), rappelait devant la Convention, devenue thermidorienne, que "les hommes aiment et conservent les monuments de l'Art". Il existait donc un bien commun à sauvegarder, à entretenir et à restaurer. Les élus envisageaient cet héritage comme une responsabilité civique. Là réside la différence entre la réflexion née de la Révolution Française et celle qu’avait ébauchée l’Ancien Régime.

11Cette réflexion s’insérait dans le besoin de tri et d’ordonnancement que préconisait le contexte révolutionnaire, aboutissement des Lumières et de la volonté de classement de type encyclopédique. Le musée participerait de l’assimilation critique d’un héritage. L’on désirait conserver et préserver les biens et acquis de dimension nationale. C’est dans cet esprit que furent mises en place la Bibliothèque Nationale, les Archives Nationales, la Bibliothèque Mazarine, celles de l’Arsenal, de Sainte-Geneviève et que l’on créa un dépôt de géographie.

12A ces discussions sur la notion même de conservation, nécessaire ou à abolir, se juxtaposa un autre problème qui occupa aussi le terrain politique. Il s'agissait de décider de la concentration à Paris des oeuvres d'art ou de leur juste répartition dans des musées des provinces dont elles étaient originaires. Devait-on adopter une politique muséale provinciale ? C'est ce que réclamaient de nombreuses villes. Même dans ce cadre de l'acceptation de création de musées de province, les esprits éclairés craignaient que ne s'opérât un tri entre ce que qu'exigerait la capitale et ce qu'elle accepterait de laisser à la province.

13Tout au long de ces débats passionnés, apparut aussi parfois l'idée d'un nécessaire tri entre ce qui devait être montré et ce qui devrait être épuré. Deux affaires parisiennes mobilisèrent les Assemblées. La première en juin 1790 : devait-on enlever les esclaves du monument de la Place des Victoires ? L’Assemblée Constituante répondit d’abord positivement, puis une délégation conduite par Restout et David demanda le respect du travail de l’artiste. Une solution de compromis fut proposée par David, on fabriquerait un autre monument sans chaînes et ainsi l’on respectait celui en place. La question se posa de nouveau le 11 août 1792 : fallait-il détruire toutes les statues royales ? l’Assemblée Législative publia un décret iconoclaste le 14 août 1792. C’est la raison de l’intervention de Cambon que nous exposons ci-dessus, il proposa la solution “neutralisée” de les conserver dans un musée. Les débats se poursuivirent et triompha l’idée du patrimone national à préserver et celle de la volonté et du travail de l’artiste à respecter. Il n’était pas toujours aisé de concilier art et conscience révolutionnaire !

14Sur cet ensemble de débats, la réalité de la mise en place d'une politique muséale en province continua d'alimenter bien des craintes et de susciter nombre de débats.

2. Sur la nécessité des musées de province

15Nous avons signalé à ce sujet, la première prise de position officielle, celle de Bréquigny dès le 2 décembre 1790 alors qu'il présentait un rapport devant la Commission des Monuments. La correspondance de Lemonnier révèle un homme tout à fait préoccupé de conservation, certes, mais aussi tout entier dévoué à sa ville pour y faire aboutir la création d'un musée à Rouen et à l'évidence en évitant, tant que faire se peut, les pièges parisiens.

  • 47 Archives Nationales, F17.1036 B, liasse V no9.
  • 48 E. Pommier, "Naissance des Musées de province" dans P. Nora, Les lieux de mémoire, La Nation, t. 3 (...)
  • 49 Il s’agit bien sûr de Dom Gourdin.
  • 50 Nous avons respecté l'orthographe de la lettre.

16Le 12 août 1791, il écrivait à l'abbé Leblond47, Bibliothécaire du Collège Mazarin : "Pour y voir commencer cette superbe idée de faire dans l'Empire autant de dépôts publics pour les Sciences et les Arts qu'il y a de départements", idée qu'il développait en expliquant qu'il fallait sauver tous les tableaux car on "peut (…) les faire servir à l'histoire de l'Art". Pour Lemonnier, le musée n'a pas qu'un but pédagogique mais il devient un témoin de l'évolution historique. Idée neuve et pionnière comme le note E. Pommier48. Conservant la crainte, toujours vivace, qu'une fois réalisés les inventaires, le pouvoir central n'effectue un choix prioritaire, il écrivait le 4 mai 1792 qu'il fallait inviter à Paris l'érudit chargé des inventaires des bibliothèques des abbayes normandes49 et ceci "afin qu'il transmette ici" (à Rouen) "qu'on en veut point aux richesses qui sont répandues dans les départements et qu'on ne proposera jamais que des échanges pour des doubles. C'est ce que je repette dans cesse au département de cette ville"50. Ainsi Lemonnier refusait toute hiérarchie entre la capitale et les provinces. La création, la mise en place d'un musée à Rouen était devenue son combat.

3. Une implication personnelle

  • 51 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité.

17Son fils dans sa Notice51, insiste pour faire remarquer que cet intérêt pour ce musée fut la seule cause pour laquelle son père prit part à la Révolution et qu'il ne participa jamais à ses actions "terroristes". Moyen discret, certes, mais remarquable, puisque le débat sur la conservation et le musée fut aussi au coeur de ces années. Ainsi l'action de Lemonnier se situe aux prémisses d'un débat fondamental sur l'art, sa destination et son éventuelle épuration.

18En effet, si nous le voyons encore présent en mars 1794 à la Commission des monuments, nous savons que son action personnelle de créateur de musée à Rouen fut interrompue dès le 21 septembre 1792. Mais il demeure le contemporain de deux courants de pensée nouveaux, l’un pour qui les arts ont un rôle civique et pédagogique à jouer et l’autre celui de la naissance de l'idée impérieuse d'un patrimoine national à protéger. Plus que le contemporain, nous serions tentée de le qualifier, et par sa correspondance et par son action, de "militant" pour la défense de ces deux courants.

19Les premiers bouillonnements de cette réflexion se situent, nous l'avons dit, en 1790. C'est à ce moment que les mots-clés de patrimoine, vandalisme, inventaire, musée, monument historique sont prononcés, utilisés et deviennent familiers à un plus large public. Il est vrai que c'est aussi à ce moment que les lois de nationalisation, en mettant sous la responsabilité des Assemblées une part considérable des monuments artistiques, ont donné au débat déjà amorcé, avant le début de la Révolution, un caractère officiel et public.

20L’attitude de Lemonnier n’est pas unique, il est bien homme de son temps, préoccupé de sauvetage, de restauration et de conservation. Nous le savons pris entre Paris et Rouen et nous l'observons passionné par ce débat. Cette constatation faite, nous avons le sentiment que, non seulement, il fut sensible à ce débat et à ses contradictions mais qu’il n'échappa pas, comme nous le verrons ultérieurement, au modèle que représenta l'action de Lenoir à Paris.

21Suivons désormais l'homme d'action.

Notes

34 Boissy d'Anglas, "Quelques idées sur les Arts, sur la nécessité de les encourager, sur les institutions qui peuvent en assurer le perfectionnement et sur les divers établissements nécessaires à l'enseignement public", adressées à la Convention nationale et au Comité d'instruction publique, le 25 pluviôse an II (13 février 1794).

35 J. Guillaume, "Grégoire et le vandalisme" dans La Révolution française, 1901, p. 249.

36 La Font de Saint Yenne, Reflexions sur quelques causes de l'état présent de la peinture en France avec un examen des principaux ouvrages exposés au Louvre au mois d’août 1746, et Sentiments sur quelques ouvrages de peinture, de sculpture et gravure, Paris, 1754.

37 J.B. Restout, 1732-1797, Académicien en 1769, il appartient à la lignée des Restout, originaire de Normandie.

38 Il revient sur cette idée dans un “mémoire de la Commune des Arts qui ont le dessin pour base”, Paris, 1791, manuscrit, F17/1310, Archives Nationales.

39 F. M. Puthod de Maisonrouge, 1757-1820.

40 Barère, "Rapports sur les domaines nationaux à réserver au roi", 26 mai 1791.

41 Kersaint, "Discours sur les monuments publics", 15 décembre 1791.

42 J. Cambon, 1756-1820, s’imposa comme le financier de la Convention.

43 J. Guillaume, Procès-verbaux du Comité d'instruction publique de la Convention nationale, Paris, 1897, t. 3, p. 171-180.

44 Mathieu, "Rapport fait à la Convention au nom du Comité d'instruction publique", 28 frimaire an II.

45 Boissy d'Anglas, "Quelques idées sur les Arts”…, se reporter à la note 34.

46 Le Moniteur, t. 22, no41, p. 380.

47 Archives Nationales, F17.1036 B, liasse V no9.

48 E. Pommier, "Naissance des Musées de province" dans P. Nora, Les lieux de mémoire, La Nation, t. 3, Paris, Gallimard, 1986.

49 Il s’agit bien sûr de Dom Gourdin.

50 Nous avons respecté l'orthographe de la lettre.

51 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search