Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Deuxième partie : conservation-sauvegarde-restauration

Chapitre 2. Lemonnier, dans la Révolution ou en révolution ?

Texte intégral

1Ses récentes préoccupations conduisent le peintre à mener de pair régulièrement son action entre Paris et Rouen.

1. À Paris

  • 20 F. Tuetey, Procès-verbaux de la Commission des Monuments, ouvrage cité.
  • 21 Ibid.
  • 22 H. P. Ameilhon, abbé, 1730-1811, spécialiste de l'Antiquité, membre de l'Académie des Inscriptions (...)
  • 23 J. J. Barthélemy, abbé, 1716-1795, Gardien du Cabinet des Médailles, membre de l'Académie des Inscr (...)
  • 24 B. J. Dacier, 1742-1833, Secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, mem (...)
  • 25 F. Masson, 1745-1807, sculpteur.
  • 26 A. Mongez, 1747-1835, génovéfain, Garde des Antiques de Sainte-Geneviève, archéologue, membre de l' (...)
  • 27 L. P. Mouchy, 1734-1801, sculpteur, élève de Pigalle, membre de l'Académie royale en 1768.
  • 28 A. Pajou, 1730-1809, statuaire, Prix de Rome en 1748. Son épouse, de concert avec madame Moitte, in (...)
  • 29 Poirier (Dom Germain), 1724-1803, congrégation de Saint-Maur, Garde des archives des Abbayes de Sai (...)

2De juillet à début septembre 1791, Lemonnier est en mission à Rouen. Il est présent six fois à la Commission des Monuments. Le 13 septembre, il y présente une adresse et dès le 25 octobre, il y siège comme membre permanent. Le 6 décembre, il y lit un rapport pressant en montrant qu'il "faut faire vite" et agir contre les "déprédations et autres abus dont on a des preuves". Il fournit alors la liste de vols, de pillages et de dégradations dont, par exemple, le vol d'un Titien20. Il est à signaler qu’il a dès lors une vision prospective des oeuvres d’art car on le voit, réclamant à propos d’un Moyen-Age, alors piètrement considéré, que l’on conserve de tous les âges et il énumère vitraux, tombeaux, tapisseries médiévaux. L'année suivante, hors sa présence attestée à Rouen de février à août, il participa à toutes les séances et fut chargé de missions diverses, telles l'examen des tableaux de Sainte-Geneviève, de Saint-Etienne-du-Mont, ou la sauvegarde de maisons anciennes, nous dirions aujourd'hui qu'il fut chargé de les "classer"21. En 1793, sa présence est signalée cinquante-deux fois, le rythme des séances en était hebdomadaire. Enfin, en 1794, il assiste à toutes les séances jusqu'à la suppression de la Commission le 16 mars. Au sein de cette dernière, siégeaient des hommes comme Ameilhon22, l'abbé Barthélemy23, Bréquigny, Dacier24, Masson25, Mongez26, Moreau le jeune, Mouchy27, Pajou28, Poirier29, Régnault entre autres. En revanche, David s'y étant fait remarquer par son manque d'assiduité, fut remplacé par Doyen.

3Pendant toutes ces années, Lemonnier visita aussi bien des maisons particulières que des bâtiments religieux, il eut à examiner l'état des collections et à s'occuper du transfert de certaines oeuvres. Sa présence est attestée à la Manufacture de porcelaine de Sèvres, aux châteaux de Bellevue, Marly, Rambouillet, Fontainebleau, aux Hôtels de Penthièvre et d'Angiviller, aux églises Saint-Roch, Saint-Gervais et à Notre-Dame de Paris, son activité l'entraîna ainsi jusqu'à Chartres. Il effectuait toujours ces visites en compagnie d'un autre membre de la Commission. Ils avaient à s'occuper de divers objets, tels des sculptures, des peintures, des livres, du mobilier et des objets en métal précieux. Ils dressèrent d'irremplaçables listes destinées à la connaissance de collections devenues publiques. Il faut ajouter aux inventaires des bâtiments ecclésiastiques, décidés en 1790, la surveillance des transferts des objets des maisons royales et des collections de la Couronne, ordonnés après le 10 août 1792. A ces tâches, s’ajoutèrent les visites des demeures d’émigrés. Il fallait aussi redoubler de vigilance pour éviter les sorties de trésors artistiques vers l’étranger. Cette débordante activité "parisienne" ne l'empêcha pas de parcourir, aussi, les rues rouennaises et les routes normandes pour rassembler et sauver inlassablement des oeuvres. N'oublions pas non plus que, même si à partir de 1791, le rythme de sa création se ralentit, il continuait à peindre, à produire et à exposer régulièrement. Retrouvons-le à Rouen.

2. À Rouen

4Avant de suivre son action rouennaise, il faut se poser la question du rôle essentiel que Lemonnier, parisien d’adoption, joua alors dans la capitale normande. Le seul fait d’être rouennais ne suffit pas à tout expliquer, pas plus que son attachement déclaré et reconnu “au pays”. Il siégeait à la Commission des Monuments. Les membres en étant peu nombreux, il s’agissait là d’une reconnaissance de talent, ressentie de facto comme une réelle consécration. Les places y étaient si comptées, qu’en être membre, montrait quel degré de célébrité et quelle réputation un artiste avait acquis avant 1789. Lemonnier faisait partie de ces “élus”. Nous tenions à insister sur cet aspect de la question avant que de présenter son action rouennaise, et ce en deux temps.

  • 30 C. Le Carpentier, 1750-1822, peintre, formé à l'Ecole de Descamps, sans lien avec l'architecte, aut (...)
  • 31 Dom François Philippe Gourdin, 1739-1825, membre de l'Académie de Rouen, il encouragea tout particu (...)
  • 32 C. de Beaurepaire, "Notes historiques sur le Musée de peinture de Rouen", Précis analytique des tra (...)

5Nous avons en effet décelé deux étapes. Tout d'abord, une action de sauvegarde puis dans le droit fil une première tentative de mise en place - de création - d'un musée. Si le projet n'aboutit pas alors, le Musée des Beaux-Arts de Rouen s'ouvrit cependant au public en 1809. Il faut immédiatement associer son nom dans ce travail à ceux de Le Carpentier30 et de Dom Gourdin31. En effet, les efforts de nos trois protagonistes n'auront pas été inutiles pour la constitution des premiers fonds du futur musée et de la future bibliothèque municipale, en ce qui concerne Dom Gourdin. On peut même considérer l'action de ces trois précurseurs comme fondamentale. Deux études, anciennes mais riches, nous ont permis de mieux les suivre dans leur tâche et nous ont aidée à reconstruire leur parcours32.

3. La collecte

  • 33 Il semblerait qu’il s’agisse de J.C. Goube, vicaire épiscopal de Gratien en 1792. Il abdique en fri (...)

6De février à septembre 1791, les trois hommes parcoururent la ville de Rouen et le département de la Seine-Inférieure. Les arrêtés des 5 et 13 septembre 1791 les autorisaient à visiter les églises et les maisons religieuses afin de dresser des inventaires. Ils transportèrent leur moisson dans l'ancien couvent des Jacobins. Le 18 août 1791, Lemonnier en compagnie de Goube33, Dom Gourdin et de Le Carpentier présente un mémoire, devant le Directoire du département, réclamant un local pour y établir un "muséum ou bibliothèque publique". 728 oeuvres furent ainsi entassées aux Jacobins. Il les fallait trier, classer, restaurer et en éviter les vols ou la dispersion. Elles se répartissaient de la manière suivante, 141 étaient des originaux de prix, 97 de bonnes copies de moindre valeur mais non négligeables et enfin 490 toiles étaient jugées sans valeur.

7En avril 1792, la présence de Lemonnier est attestée à Rouen. Le 21 mai 1792, un arrêté du Directoire du département décidait que "le soin de former une collection de tableaux à l'église SaintOuen fût confié à Monsieur Lemonnier". L'idée d'un Musée à Rouen était née. Elle devait connaître une courte concrétisation. Mais elle demeura l’enjeu d'un vif débat et l'objet d'inquiétudes renouvelées jusqu'en 1809.

Notes

20 F. Tuetey, Procès-verbaux de la Commission des Monuments, ouvrage cité.

21 Ibid.

22 H. P. Ameilhon, abbé, 1730-1811, spécialiste de l'Antiquité, membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, devient Conservateur de l'Arsenal.

23 J. J. Barthélemy, abbé, 1716-1795, Gardien du Cabinet des Médailles, membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

24 B. J. Dacier, 1742-1833, Secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, membre de l'Institut en 1795, Conservateur de la Bibliothèque nationale en 1800, membre du Tribunat en 1802, reçu à l'Académie française en 1823.

25 F. Masson, 1745-1807, sculpteur.

26 A. Mongez, 1747-1835, génovéfain, Garde des Antiques de Sainte-Geneviève, archéologue, membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, membre de l'Institut, du Tribunat en 1799, Administrateur des monnaies.

27 L. P. Mouchy, 1734-1801, sculpteur, élève de Pigalle, membre de l'Académie royale en 1768.

28 A. Pajou, 1730-1809, statuaire, Prix de Rome en 1748. Son épouse, de concert avec madame Moitte, incita les femmes artistes à remettre leurs bijoux à la Nation pour aider la Révolution.

29 Poirier (Dom Germain), 1724-1803, congrégation de Saint-Maur, Garde des archives des Abbayes de Saint-Denis, membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, sous-bibliothécaire à l'Arsenal, membre de l'Institut, collabore avec Vicq d'Azyr.

30 C. Le Carpentier, 1750-1822, peintre, formé à l'Ecole de Descamps, sans lien avec l'architecte, auteur des plans du nouvel l'Hôtel de Ville, projet que la Municipalité abandonna au cours de la Guerre de Sept ans (1756-1763). Charles Le Carpentier avait été le lauréat de l’école de Descamps en 1764. Le lecteur peut se reporter à la maîtrise de Mathieu Fosse : « Charles Le Carpentier, 1750-1822 », direction Christine Le Bozec, Université de Rouen, juin 2000.

31 Dom François Philippe Gourdin, 1739-1825, membre de l'Académie de Rouen, il encouragea tout particulièrement les travaux de Marat et les défendit lorsque ce dernier obtint par deux fois le 1er prix de l'Académie de Rouen en 1783 et 1787. Il devint le Conservateur de la Bibliothèque de Rouen sous le Directoire. Le lecteur peut se reporter à la maîtrise de Sandrine Leclerc : « Dom Gourdin et la Bibliothèque de Rouen », direction Christine Le Bozec, Université de Rouen, juin 1999.

32 C. de Beaurepaire, "Notes historiques sur le Musée de peinture de Rouen", Précis analytique des travaux de l'Académie de Rouen, 1854 et "Registre des Trésoriers de la Fabrique de Saint-Ouen, Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, 1886, t. 7.

33 Il semblerait qu’il s’agisse de J.C. Goube, vicaire épiscopal de Gratien en 1792. Il abdique en frimaire an II (novembre 1793). Administrateur du département, il participa à l’inventaire du mobilier des abbayes.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search