Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Deuxième partie : conservation-sauvegarde-restauration

Chapitre 1. La nationalisation des biens du clergé et le patrimoine normand

Texte intégral

  • 1 Nous utilisons ce terme valable jusqu’à la départementalisation de décembre 1789.

1Si les craintes des graves conséquences que font naître cette décision concernent l'ensemble du royaume, le cas de la ville de Rouen ainsi que celui de la Généralité1 qu'elle domine sont particulièrement sensibles et intéressants.

1. Le cas de Rouen et de sa Généralité

2Le 2 novembre 1789, l'Assemblée nationale Constituante confisque les biens du clergé et les met au service de la Nation. Au printemps 1790, débute la vente de ces biens nationaux. Il est important de rappeler comme cette décision et ces ventes pouvaient affecter et remettre en cause le patrimoine ecclésiastique rouennais. "Ville aux cent clochers", telle était sa désignation depuis le XVIIe siècle. En effet, Rouen était ville archiépiscopale, donc le siège d'une cathédrale, et le chapitre y était fort riche. Son espace intra-muros étant divisé en 37 paroisses, plusieurs d'entre elles possédaient et entretenaient au moins deux églises. Hormis la cathédrale, on y trouvait des églises aussi prestigieuses que Saint-Laurent, Saint-Godard, Saint-Maclou ou l'abbatiale de Saint-Ouen auxquelles il fallait ajouter une impressionnante quantité de couvents féminins tels celui des Carmes, des Ursulines ou masculins comme Saint-Ouen, et enfin des séminaires comme Saint-Vivien. Tout ceci constituait un ensemble de bâtiments religieux qui représentait donc un patrimoine immobilier énorme.

3Il ne faut pas omettre les biens mobiliers que renfermaient ces églises : objets de culte en or ou en argent, tableaux - nous avons pu constater que Lemonnier avait là une clientèle fidèle et généreuse - sculptures, riches et rares dentelles pour orner les autels, lourdes tentures, ferronneries anciennes, chaises et bancs sculptés en bois précieux, de fait des milliers d'objets négociables. Les richesses y étaient d'autant plus nombreuses que la tradition avait toujours voulu que les corporations fissent régulièrement des dons et que et les riches négociants fussent des paroissiens généreux.

4Enfin, couvents, séminaires ou chapitre étaient les propriétaires d'un patrimoine immobilier profane colossal. Des centaines de maisons et d'immeubles et intra-muros et dans les faubourgs, hors la ville donc, appartenaient au clergé. Celui-ci réalisait d'énormes bénéfices en les louant aux familles et aux célibataires, lesquels abandonnant leur village, venaient s'installer à Rouen pour y trouver un emploi, plus particulièrement, dans le textile. N'oublions pas qu’une des fonctions traditionnelles du clergé était celle de l’assistance aux pauvres et aux malades ainsi les hospices, hôpitaux généraux et Hôtel-Dieu complétaient sa propriété foncière.

5Hors la ville couvents et chapitre étaient aussi propriétaires de terres et parfois de seigneuries entières, accroissant ainsi cet impressionnant patrimoine. Le clergé rouennais était donc à la veille de la Révolution un immense propriétaire.

  • 2 Le lecteur peut se reporter au mémoire de maîtrise de Maria Matias “La vente des biens nationaux d (...)
  • 3 A ce sujet nous disposons du mémoire de maîtrise de Johanna Karmano, “La Révolution et les églises (...)

6Ainsi, le 2 novembre 1789, à Rouen, une quantité respectable de biens mobiliers et immobiliers se trouva à la disposition de la Nation. Notre propos n'est pas de nous occuper de l'énorme transfert de propriété que constitua la vente de ces terres, de ces bâtiments et de ces objets ni de nous intéresser aux conséquences sociales et économiques qu'elle induisit2. Deux possibilités existaient. Soit la municipalité s'en porta acquéreur pour ses besoins propres : écoles casernes, administration à loger, soit des particuliers les achetèrent. Le fait qui nous intéresse c'est que l'ensemble de ces richesses étaient facilement et anarchiquement dispersables, aisé au pillage ou à la destruction pure et simple3.

7Signalons qu'en ce qui concerne les biens immobiliers, plus tardivement en 1793, à l'initiative des Jacobins une enquête fut menée par la Société populaire. Elle permit une fine connaissance de la ville par section fiscale, alors au nombre de 28. Le but de cette enquête était de répertorier et d'inventorier l'ensemble des biens immobiliers disponibles à ce moment. De fait, ce travail a ainsi autorisé une approche pointue de la population, de sa répartition, des propriétaires présents ou absents, et par ce biais le recensement des émigrés. Il s'agit là d'un document unique pour cette période qui a permis d'affiner les inventaires précédents.

8En revanche, les objets facilement voués à la dispersion pure et simple ont rapidement intéressé les autorités parce qu'elles étaient très inquiètes de leur devenir. Et nous pouvons constater que cette inquiétude ne fut pas seulement le fait des autorités officielles mais que la presse se fit très vite l'écho des préoccupations de particuliers.

2. L’inquiétude

  • 4 Journal de Normandie, 1790, p. 615-616.

9En effet, dès le vendredi 5 novembre 1790, un article anonyme, paru dans le Journal de Normandie4, fit part de ces craintes devant les risques de dispersion, de pillage ou de destruction d'oeuvres d'art. Le titre de l'article "Liste des morceaux précieux de peinture qui décorent les maisons et établissements de Rouen" révélait déjà tout l'intérêt que portait son auteur au problème du sauvetage et de la conservation d’un patrimoine menacé dans sa cohérence et son intégrité. Lançant un appel aux "gens de goût" et aux "amateurs", il insistait sur "l'urgence de la conservation des Monuments, tableaux, sculptures et autres objets qui intéressent les arts et qui, servant à la décoration des établissements et des maisons que le nouvel ordre des choses supprime, courent le risque d'être dispersés, détériorés ou même détruits.". Puis dans la seconde partie de son article, il dressait un inventaire des oeuvres "Liste des chefs-d'oeuvre qui sont dans notre ville". Nous citons l’extrait qui présente cette liste :

10“On se rappelle sans doute que l’académie de peinture a présenté à l’Assemblée Nationale une adresse tendant à la conservation des Monuments, Tableaux, Sculptures et autres objets qui intéressent les Arts et qui, servant à la décoration des Etablissements et Maisons que le nouvel ordre des choses supprime, courent le risque d’être dispersés, détériorés ou même détruits. Quel que soit le parti que prenne l’Administration, les gens de goût et les amateurs trouveront sans doute ici, avec plaisir la liste des chefs d’oeuvre qui sont dans notre ville.” Puis suit une liste détaillée des tableaux et des lieux : toutes les oeuvres récentes telles celles de Deshays, Lemonnier et Vincent ou anciennes comme celle de Champaigne sont alors passées en revue, suivant un classement qui les rattache à leur lieu d'exposition. L'auteur cite des communautés, celle des Récollets, de Saint-Ouen, des Ursulines, des Chartreux, de Bonne-Nouvelle, des paroisses supprimées ainsi de Saint Pierre-l'Honoré, Saint Martin-du-Pont, Saint André-la-Ville, du Lieu-de-Santé ou le séminaire de Saint Vivien. Et il ajoutait : “Que risque de devenir la "Présentation de la Vierge" de Restout après la fermeture du couvent des Augustins ? Et la "Descente de Croix" de La Hyre ou la "Mort de Saint François" de Jouvenet après celle qui frappe aussi les Capucins ?” Entre autres oeuvres signalées, six tableaux de Lemonnier y étaient répertoriés :

11“Aux Ursulines, trois beaux tableaux de Mr Le Monnier ; au maître-autel, une ”Sainte Famille” et dans l’église “Notre-Seigneur recevant les Enfants avec bonté” et ”Notre-Seigneur prêchant dans la Synagogue”.

12“Au Séminaire Saint-Vivien, trois autres précieux tableaux du même, “Jésus Christ donnant la mission à ses Apôtres”, au maître-autel la “Peste de Milan” ou “Saint “Charles” et la “Présentation de la Vierge” aux deux chapelles latérales”.

13Peut-être faut-il aussi songer à une crainte qui traversait les esprits éclairés, celle de voir fuir toutes les oeuvres d'art vers la capitale.

  • 5 L. G. Oudard Feudrix de Bréquigny, 1714-1794, membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lett (...)

14Il est vrai que ce fut une réelle et immédiate préoccupation, une véritable inquiétude que de voir Paris dépouiller les provinces à son profit. Tout comme à Rouen, des villes comme Toulouse, Reims, Rennes, Angers, Grenoble, Le Mans, Dijon, entre autres, s'inquiétèrent du devenir de leur patrimoine artistique. Il fallut le rapport de Bréquigny5 lu le 2 décembre 1790 devant la Commission de Conservation des Monuments, pour que cette première prise de position officielle calmât ou au moins apaisât les craintes. Bréquigny proposait que les monuments fussent rassemblés dans un lieu par département, de préférence dans des "villes considérables". Il préconisait d'utiliser les anciennes églises en conseillant une conception encyclopédique de Musée et ce, après avoir procédé aux inventaires nécessaires à l'établissement de ce dernier.

  • 6 Inspecteur général des Musées de France.
  • 7 La Révolution en Haute-Normandie, 1789-1802, ouvrage collectif, C R H R F, Ed. du P'tit Normand, R (...)

15Mais, qui se cachait derrière cet auteur anonyme inquiet dans le Journal de Normandie ? F. Bergot6 ancien Conservateur en chef du Musée des Beaux de Rouen, s'interrogeait dans un travail récent7 sur le fait que L'inspirateur ne pourrait-il pas être l'un des meilleurs esprits de Rouen de cette époque, Gabriel Lemonnier ?" Cette proposition est faite à la lumière de l'action incessante que mena Lemonnier aussi bien à Paris qu'à Rouen pour la sauvegarde des oeuvres d'art. Songeons aussi au fait qu'il pouvait jeter à ce moment dans la balance toute l'autorité de ses succès parisiens et rouennais c'est-à-dire la réalité d'une réussite professionnelle indéniable doublée d'importantes relations "mondaines".

3. Lemonnier, l'homme de la situation et en situation

16De fait, l'action de Lemonnier, tant rouennaise que parisienne, action multiple de sauvegarde, de conservation, de restauration des oeuvres d'art ainsi que sa volonté de création de nouveaux lieux d'exposition peuvent aisément laisser à penser qu'il fut l'auteur ou tout au moins l'inspirateur de cet article. Si l'on considère le temps passé, l'énergie déployée, l'assiduité aux réunions officielles dès 1790, c'est une évidence que de constater comme cette tâche lui tint à coeur.

  • 8 F. Tuetey, Procès-verbaux de la Commission des Monuments, ouvrage cité, 1902.
  • 9 Annexes 7, 10.

17Le 29 juillet, nous savons sa présence à la Commission des Monuments, il est à ce jour chargé de l'inventaire des Bibliothèques de Paris8. Le lecteur pourra se reporter à la liste de fréquence de participation à cette commission que nous avons établie9. Nous avons ainsi pu suivre l'entrecroisement de ses activités parisiennes et rouennaises.

18Lemonnier fut dès lors concerné par un ensemble de problèmes et de discussions. Il est possible d’en dégager trois axes qui ont fini par s'articuler en un projet coordonné et cohérent dont il est parfois peu aisé de démêler les enjeux et les réalisations au cours d'une période si brève mais si intense. En effet, trois questions liées mais différentes ont été vigoureusement débattues au cours de ces cinq années. Trois interrogations auxquelles la formation chez Descamps, la carrière, le parcours et la trajectoire de Lemonnier le conduisirent à s'intéresser.

  • 10 En principe biennaux, les ministres de l’Intérieur, en charge de leur organisation tentèrent de le (...)

19La première concernait le devenir des institutions officielles, l'Académie Royale en premier lieu, et les diverses académies. Nous avons dit le rôle que jouaient ces dernières et plus particulièrement ici, nous nous intéressons à celle de peinture et de sculpture. Les artistes se sentaient les mains liées par l'institution académique qui seule décidait du droit d'exposition. Ce despotisme, de plus en plus mal supporté dans les années pré-révolutionnaires entraînait des contestations à l'intérieur et à l'extérieur de l'institution. Le résultat de cette contestation, principalement conduite par David mais soutenu par d'autres académiciens, fut la création d'une rivale de l'Académie, la "Commune des Arts". Cette dernière proclamait, dès 1790, vouloir respecter les principes de la Constitution. Parallèlement, elle obtint, pour tous, le droit d'exposer au Salon de 1791 et ceci grâce à une pétition présentée le 9 août 1791. Elle obtint aussi que le livret prévu pour le Salon officiel de l'Académie soit mis au pilon puisqu'il était rédigé sous les formes anciennes et traditionnelles, instituant de fait une hiérarchie dans la manière d'y présenter les artistes. Un décret du 21 août 1791 confirma ces dispositions. Il est à remarquer que le Salon de 1793 en ouvrant ses portes à tous et en offrant l’espoir de récompenses, de commandes et la possibilité de participer à des concours publics eut un grand succès. Puis l’on assista à un sensible reflux en 1795, 1796, 1798, 1799, 180010. Mais en août 1791, l'institution "Académie", elle, demeurait.

  • 11 J. J. Vien, Précis motivé par les officiers de l'Académie royale de peinture et de sculpture et pl (...)

20Il faut sûrement voir dans cette bataille menée contre cette structure jugée étouffante et englobante la motivation d'un Précis signé par Vien, Directeur, et Renou, Secrétaire de l'Académie royale, daté du 17 mars 179111, rejetant toutes les innovations proposées par la Constituante pour tenter d'adapter l'organisation académique aux réalités nouvelles. Ils y dénonçaient aussi bien "la frivole prétention des graveurs" que l'on désirait faire entrer à l'Académie et rappelait que la gravure "copiste par essence, elle ne peut marcher sur la même ligne que les génies créateurs". Ils refusaient aussi l'agrégation des architectes, ainsi que l'amovibilité des Académiciens. Ils étaient scandalisés par le fait que l'on proposât que les simples Agréés eussent les mêmes pouvoirs que les Académiciens reçus, c'est-à-dire une voix délibérative au sein des discussions et enfin ils réaffirmaient la prédominance obligée de la peinture d'histoire, en soulignant "nos confrères savent comme nous (et pourquoi le dissimuler aux Législateurs) que l'histoire seule est et doit être enseignée aux Ecoles, comme l'Universalité de l'art". Ils concluaient en précisant que la peinture de genre se devait de "passer par là".

21David, élu député à la Convention, obtint la reconnaissance officielle de sa "Commune des Arts" et le 8 août 1793, toutes les académies étaient supprimées. En l'an II, des concours firent appel aux talents de tous les artistes. Toutefois cette nouvelle institution que David dirigeait d'une main de fer rappela rapidement l'autorité et le despotisme des anciennes Académies, si longtemps dénoncés, (par David en tête !) Elle fut supprimée dès le mois de décembre 1793 et remplacée par une "Société populaire des arts" à laquelle la Convention refusa de reconnaître tout caractère officiel. Enfin, rappelons que le Directoire créa un Institut national comprenant une classe des Beaux-Arts le 25 octobre 1795, qu’ensuite l'Académie de France à Rome fut rétablie et qu'il fut décidé d'instaurer un jury d'admission, choisi par le gouvernement, pour le Salon prévu en 1798.

  • 12 A. G. Camus, 1740-1804, avocat et homme politique, Conservateur des Archives Nationales en avril 1 (...)

22Le deuxième débat était lié à tous les problèmes que posait l'inventaire puis la sauvegarde des oeuvres. Dès le 13 octobre 1790, avait officiellement été créée une "Commission conservatrice des Monuments", elle comprenait dix-huit membres, membres des académies et représentants des Lumières officielles, convoqués le 8 novembre 1790. Elle devait avoir un rôle de prévention et de contrôle. Le 19 juin 1790, puis le 19 octobre 1790, la Constituante vota deux décrets condamnant la mutilation des oeuvres d’art et interdisant leur vente à l’étranger. Elle publia son premier document et le diffusa dès le 1er décembre 1790, Instruction concernant la conservation. Cette commission fut confiée au Comité d'instruction publique, le 14 octobre 1791. Elle fut réorganisée le 20 octobre 1792 en faisant fusionner l’ancienne organisation de la Constituante et la nouvelle que proposait la Législative. Bréquigny en était le président et Camus12, le vice-président.

  • 13 Le lecteur voudra bien se reporter à la note 8.

23De fait, quelques bonnes volontés avaient déjà commencé, de manière quelque peu informelle, à mener une réflexion sur ce problème. Tuetey13 signale les premières actions dès le mois de juillet 1790. Il était primordial de localiser, d'inventorier, de récupérer si l'on désirait sauver les oeuvres d'art. C'est cette action de fourmi, pas forcément éclatante mais combien utile, que Lemonnier décida de mener, conjointement à Paris et à Rouen. Le 18 décembre 1793, cette Commission des Monuments fut définitivement remplacée par la "Commission temporaire des Arts" qui travaillait parallèlement depuis le 1er septembre 1793. Sa mission était d'inventorier : "tout ce que l'histoire consulte, que les arts étudient, que le philosophe observe, que nos yeux aiment à fixer avec ce genre d'intérêt qu'inspirent même la vieillesse des choses et tout ce qui donne une sorte d'existence au passé". Le 16 mars 1794, elle se séparait et remettait les résultats de ses travaux au Comité d'instruction publique. Sous le Directoire, ce fut le Ministère de l'Intérieur qui prit en charge ces problèmes.

24Enfin un troisième axe qui, lui a provoqué bien des débats, complètent les deux précédents. Il s'agit de la conservation. Nous choisissons de revenir sur le fonds du débat lorsque nous traiterons de la création du Musée de Rouen parce que Lemonnier ne se comporte pas à ce moment, seulement en pur théoricien, mais que sur le terrain il se trouve personnellement impliqué dans les enjeux du débat. En effet, nombreuses étaient les questions qui se posaient. Lorsque les monuments furent "sauvés", entassés dans des locaux, la question de leur finalité, de les montrer au public ou pas, de les exposer donc, comment, où, dans quel but, qui en serait responsable, qui financerait ces lieux, faudrait-il tout rassembler en un même lieu, fallait-il des lieux spécialisés, faudrait-il conduire, encadrer le goût du public, c'est-à-dire tout montrer ou éliminer ? Qui en aurait l'autorité, qui déciderait de cela ?

  • 14 P.Cossart, peintre miniaturiste, notoriété discrète, carrière obscure.
  • 15 Nicolas Jollain, 1732-1804, peintre, reçu à l'Académie en 1773.
  • 16 P. Pasquier, 1731-1806, peintre miniaturiste, reçu à l’Académie en 1769.
  • 17 B. Régnault, baron, 1754-1829, Grand Prix de Rome en 1774, membre de l'Académie royale, professeur (...)
  • 18 Charles Bossut, abbé, 1730-1814, mathématicien, membre de l'Académie des Sciences en 1768. Membre (...)

25De plus, ne tarda guère à se poser la question nouvelle du pillage dans les pays occupés par les armées françaises, de la destination des oeuvres "rapportées", “rapatriées” des Pays-Bas, de Hollande, d'Italie puis d'Egypte. Cet ensemble de questions alimenta abondamment un débat que le XIXe siècle poursuivit. Il est encore loin d'être clos aujourd'hui. A ce moment de l'étude, nous nous contentons de rappeler deux dates fondatrices. Le 26 juillet 1791, le Louvre est "affecté aux monuments des Arts et des sciences". Le 17 juillet 1793, un décret crée le Muséum du Louvre. Entre temps, le 1er octobre 1792, une Commission du Muséum, chargée des problèmes administratifs afférents à la création du futur musée avait été mise en place et sa présidence confiée à Roland, alors Ministre de l'Intérieur. Il s'était entouré d'une commission composée de six membres : Cossart14, Jollain15, Pasquier16, Régnault17 et Vincent - peintres - et Bossut18 - géomètre.

  • 19 J B Descamps, Sur l'utilité des établissements des écoles gratuites de dessin en faveur des métier (...)

26Sur ce problème de la conservation des oeuvres, c'est à Rouen qu'il nous faut suivre Lemonnier, homme de terrain, dans son action énergique d'une première tentative de création d'un musée rouennais. Autant, si ce n'est plus, que beaucoup de ses oeuvres, elle nous montre le profond attachement du peintre à sa ville natale mais aussi à quel point il s'inscrivait alors dans son époque et de quelle façon, il avait retenu les leçons de Descamps. Pour celui-ci, l'art n’était pas qu’un simple moyen pédagogique, une ouverture sur le monde extérieur, un bien commun que l'artiste se devait de montrer au plus grand nombre, mais il devait faire partie intégrante de l'éducation de l'homme. Il apparaissaient aussi nécessaire que tout autre connaissance "pratique"19. Ainsi, les circonstances révolutionnaires, les transformations accélérées, les craintes affichées transforment notre homme en un protagoniste d'actions nouvelles induites par les débats fraîchement suscités.

Notes

1 Nous utilisons ce terme valable jusqu’à la départementalisation de décembre 1789.

2 Le lecteur peut se reporter au mémoire de maîtrise de Maria Matias “La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Rouen de 1790 à 1855”, dir. Claude Mazauric, Université de Rouen, 1990.

3 A ce sujet nous disposons du mémoire de maîtrise de Johanna Karmano, “La Révolution et les églises : le destin des bâtiments ecclésiastiques dans la ville de Rouen”, dir. Claude Mazauric et C. Le Bozec, Université de Rouen, 1997. Un résumé en a été fait dans “La Normandie orientale en transition Révolution-Empire”, Cahiers Léopold Delisle, t. 48, 1998, fasc.1-2. Pour le seul chapitre de Rouen elle a dénombré trente-huit églises paroissiales et quarante monastères.

4 Journal de Normandie, 1790, p. 615-616.

5 L. G. Oudard Feudrix de Bréquigny, 1714-1794, membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres et de l'Académie française, collabore à tous les grands ouvrages d'érudition du XVIIIe siècle, dans F. Tuetey, Procès-verbaux de la Commission des Monuments, 1791-1794, Paris, 1902, (1-2), ici t. 1, p. 265-267.

6 Inspecteur général des Musées de France.

7 La Révolution en Haute-Normandie, 1789-1802, ouvrage collectif, C R H R F, Ed. du P'tit Normand, Rouen, 1989, p. 339 et seq.

8 F. Tuetey, Procès-verbaux de la Commission des Monuments, ouvrage cité, 1902.

9 Annexes 7, 10.

10 En principe biennaux, les ministres de l’Intérieur, en charge de leur organisation tentèrent de les rendre annuels : Benézech en 1796 et François de Neufchâteau en 1799.

11 J. J. Vien, Précis motivé par les officiers de l'Académie royale de peinture et de sculpture et plusieurs Académiciens… pour servir de réfutation à un projet de statut d'Académie centrale par quelques Académiciens, Paris, s.e., 1791.

12 A. G. Camus, 1740-1804, avocat et homme politique, Conservateur des Archives Nationales en avril 1792. Bien qu’opposé au Consulat, il conserva ce poste jusqu’à sa mort

13 Le lecteur voudra bien se reporter à la note 8.

14 P.Cossart, peintre miniaturiste, notoriété discrète, carrière obscure.

15 Nicolas Jollain, 1732-1804, peintre, reçu à l'Académie en 1773.

16 P. Pasquier, 1731-1806, peintre miniaturiste, reçu à l’Académie en 1769.

17 B. Régnault, baron, 1754-1829, Grand Prix de Rome en 1774, membre de l'Académie royale, professeur à l'Ecole des Beaux-Arts en 1785, membre de l'Institut en 1795.

18 Charles Bossut, abbé, 1730-1814, mathématicien, membre de l'Académie des Sciences en 1768. Membre de l'Institut en 1795, il fut examinateur à l'Ecole Polytechnique.

19 J B Descamps, Sur l'utilité des établissements des écoles gratuites de dessin en faveur des métiers, 1767, couronné par l'Académie.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search