Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Première partie : une carrière exemplaire dans le moule de l'Ancien Régime

Chapitre 5. Deux oeuvres-clés

Texte intégral

1Il faut souligner que ces deux oeuvres, primordiales dans le parcours artistique de Lemonnier, n'appartiennent pas au genre religieux et, qu’à chaque fois, on constate pour leur auteur l’importance d'être rouennais, fils de négociant et très introduit dans le milieu marchand de la ville. Elles révèlent, toutes deux, et l'homme de ses origines et l'homme de son temps.

1. L'"Hommage à Louis XVI"

  • 122 Evénement relaté par Y. Fache, Histoire des ponts de Rouen, Luneray, Bertout, 1985.

2En ce qui concerne son "Louis XVI", Lemonnier fut immédiatement inspiré par la visite que fit le roi à Rouen, le mercredi 28 juin 1786. Le monarque y passa une demi-journée bien remplie. Une fois les gestes protocolaires accomplis, réception des clés de la ville à l'entrée de l'avenue du Mont-Riboudet, il rendit visite à l’Archevêché où lui furent offerts les présents d'usage : six pains et douze bouteilles de vin. C'est dans ce lieu qu'il accorda audience aux membres de la Juridiction consulaire. Le banquet achevé, le souverain se rendit vers 19 heures à pied, depuis la rue du Grand-Pont, jusqu'au fameux Pont de Bateaux122. Il reprit le soir même la route de Versailles.

3C'est donc cette audience accordée aux Consuls qui fournit l'idée d'immortaliser cette journée. Il est important de rappeler qu'il s'agit là du seul voyage de Louis XVI dans son royaume et que ce fut donc l'unique fois que le souverain quitta Versailles. Le roi, en effet, était passionné par les questions maritimes et s'intéressait aussi bien au développement de la marine militaire qu'aux exploits des découvreurs. Il favorisa tout particulièrement les voyages-explorations, encouragea les voyageurs et leurs découvertes. Ce déplacement à Cherbourg participait de cet intérêt. En second lieu, l'idée de représenter cette audience accordée aux Consuls et non pas quelqu'autre moment du passage dans la capitale normande montre à quel point la ville de Rouen était une ville marchande, commerçante, manufacturière, industrieuse et aussi à quel point les autorités la percevaient ainsi. La rencontre avec ces hommes de commerce, d'industrie et de manufacture symbolisa la rencontre du roi avec la ville de Rouen.

  • 123 Journal de Normandie, 1789, p. 395, voir aussi H. Wallon, "Le tableau de Louis XVI au Palais des C (...)

4Lemonnier décida pour célébrer cette journée de réaliser une oeuvre qui devait susciter le sentiment "d'y donner une action et un motif"123. Donc il ne se contenta pas de faire un simple portrait du roi. Il tint à fixer sur la toile un Louis XVI, coeur de l'événement, entouré de personnages officiels - le Duc d'Harcourt, Gouverneur de Normandie, le Maréchal de Castries, Ministre de la Marine, Mr de Villedeuil, Intendant de la Généralité, le Prince de Poix, capitaine des gardes-et de quelques membres de la Cour certes, mais surtout il réussit à exalter une des fonctions essentielles de sa cité, et il parvint à rendre hommage à ses protecteurs directs puisqu'il choisit de faire figurer sur le tableau seize membres de la Chambre de Commerce. Cette présence, ce voisinage prestigieux ravirent tellement ses mécènes que, même ceux qui étaient absents à cette réception, insistèrent pour figurer sur le tableau : ainsi de Dupont qui accueille le souverain et de Barthélemy Lecouteulx de Canteleu.

5Les élites traditionnelles privilégiées et celles plus récentes issues du grand commerce se trouvaient ainsi rassemblées et réunies autour d'un monarque fédérateur. Il est vrai qu’au XVIème siècle Henri II et Catherine de Médicis avait fait leur entrée à Rouen et avaient rendu visite au Corps de Ville. A son tour, Louis XV avait été reçu. Mais nous sommes alors en 1786 ! C'était déjà cette fusion tant rêvée, celle qu'un homme comme l'avocat Thouret, le futur représentant du Tiers Etat du Bailliage de Rouen, appela de ses voeux dès la convocation des Etats généraux. Fusion des élites, acceptation du compromis modéré, seule possibilité de réaliser l'égalité civile en sauvant la paix sociale. Lemonnier nous paraît bien homme représentatif de sa ville et l'art dans ce cas n'anticipe-t-il pas, ne pressent-il pas ?

6Rappelons aussi que la période de réalisation de ce tableau (1786-1789) est contemporaine des contradictions entre liberté de commerce et réalités humaines dont les conséquences étaient déjà palpables sur le terrain rouennais. C’est la montée rapide de l'effroyable misère rouennaise, conséquence de la crise que traversait alors l'industrie du textile, tout particulièrement celle du coton. Majoritairement l'on dénonçait ces difficultés comme étant le résultat direct du Traité, signé par le ministre Vergennes avec l'Angleterre parce qu’il établissait une quasi liberté de commerce en abaissant fortement les droits de douane. La production textile rouennaise était écrasée par la concurrence d’une production anglaise qui utilisait un nombre beaucoup plus important de "méchaniques". Un Mémoire, émanant de la Chambre de Commerce et dénonçant les effets de ce traité fut envoyé à Versailles. De leur côté les entrepreneurs rouennais, soutenu par le Corps de Ville au sein duquel ils étaient majoritaires, par crainte d’une explosion sociale que risquait d'entraîner cette mécanisation, avaient depuis longtemps volontairement freiné l'utilisation de ces nouveaux procédés en régulant leur acquisition.

  • 124 H. Wallon, ibid.
  • 125 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité, p. 16.
  • 126 Annales politiques et littéraires, 12 septembre 1816.

7C’est dans cette ambiance que ce tableau fut présenté au Salon de 1789. Il trouva ensuite sa place dans la grande salle de la Juridiction, appelée à ce moment Salle de concert. En 1793, la toile fut lacérée. Lemonnier la restaura puis la cacha124 "quinze ans dans les ateliers de son auteur"125. Elle ne fut raccrochée dans la Chambre de Commerce qu'en 1816126 Le 31 mai 1944, elle disparut sous les bombardements.

2. Le" Génie du Commerce"

  • 127 A. C. G. Lemonnier, séance du 1er juillet 1791, délibérations de la Chambre du Commerce.

8Concernant le "Génie du Commerce", un intérêt supplémentaire s'y ajoutait. Certes, le choix du thème venait des Consuls, il s'agissait d'exalter le commerce mais l'inspiration et la composition révèlent alors, explicitement, un homme, un artiste contemporain des "Lumières". La longue gestation de l'oeuvre, cinq années, montre combien Lemonnier s'attacha à sa réalisation. Le 1er juillet 1791, le peintre expliqua devant l'Assemblée de la Chambre du Commerce comment lui était venue l'idée du "Commerce"127 : "Le commerce, si utile, si grand, en ce qu'il lie entre eux les hommes d'un même empire, tire un lustre plus éclatant encore de la communication et du rapprochement des nations entre elles. J'ai considéré ma patrie dans son commerce avec la France et dans son commerce avec les étrangers, et c'est dans cette union intime des nations que j’ai placé le foyer de mon ouvrage pour traiter l'histoire ou l'esprit du commerce en général". Gardons en tête la force et l’unanimité avec lesquelles le traité sur la liberté du commerce avait été vilipendé, et ce dès 1786, par toutes les parties intéressées.

9Dans son discours, le but de Lemonnier était de montrer que le commerce représentait le "rapprochement", l'"union", la "communication", le "lien" entre les hommes et les nations mais qu’à aucun moment il ne pouvait s'agir d'affreuses et sales histoires d'argent. Il est vrai qu'au cours de cette période, cette activité comme tant d'autres, apparaissait porteuse d'espérances nouvelles et faisait miroir de la volonté tenace de n'envisager qu'une seule possibilité pour l'humanité : un progrès infini et essentiellement libérateur. Les Lumières ignoraient ou, dans ce cas, désiraient ignorer, nous le savons aujourd'hui, toutes les contradictions qui naissaient de ces idées libérales et généreuses, mais la plupart du temps encore demeurées à l'état d'idéal. Ainsi, guerre, rivalité, chasse forcenée aux bénéfices, colonisation obligatoire, toutes réalités depuis bien longtemps, n'étaient pas envisagées sur la toile. Ce thème, pour Lemonnier et pour nombre de ses contemporains, ne pouvait qu'être le reflet de la diffusion enthousiaste d'illusions béates.

10Mais, il faut signaler qu'après cette véritable leçon de géographie et d'économie politique généreuse, optimiste, toute baignée, aujourd’hui nous dirions de préoccupations humanitaires et altruistes, le peintre réclama au Corps consulaire une somme supplémentaire pour, selon lui, récompenser son talent à un plus juste prix ! Nous y reviendrons.

  • 128 De Lépinois, "Discours de réception à l'Académie de Rouen", article cité.
  • 129 Le Musée des Beaux-Arts de Rouen en conserve une esquisse (67,5x130,5), certainement antérieure à (...)

11Homme de son temps, disions-nous plus haut. En effet, et c'est ce que traduit fort bien ce commentaire de Lépinois128 : "Lemonnier avait fait ses preuves de peintre, il allait faire celles de citoyen". Travail commandé en 1786, la première esquisse en fut présentée au Salon de 1787129, l'achèvement annoncé pour celui de 1789. Or, le public ne put voir le tableau que le 26 mai 1791. Cette toile, aux dimensions grandioses, 8,25mx4,62 fut accrochée, à la Chambre de Commerce, dans la même salle que le "Louis XVI", désormais appelée “Salle des peintures”. Elle connurent toutes les deux le même sort, la destruction le 31 mai 1944.

12Quel était le thème développé par le peintre ? Les quatre continents : "L'Europe est assise sous la protection de Minerve sur le parvis de la Paix ; l'Amérique avec son pagne et sa coiffure de plumes, est dévoilée par un génie ailé, le génie du commerce ; l'Inde drapée à l'Antique s'appuie sur une servante porteuse de parfums et de pierres précieuses ; l'Afrique enfin semble se cacher derrière l'Inde, plaquée contre le piédestal d'une statue de Mercure.

« Le génie du commerce découvrant l’Amérique aux yeux des Nations Assemblées »
A.C.G. Lemonnier
© Rouen, Musée des Beaux-Arts
Crédit photographique © Rouen, musée des Beaux-Arts
Photographie Didier Tragin/Catherine Lancien

  • 130 La Révolution en Haute-Normandie, ouvrage collectif, Rouen, CRHRF, Editions.Le P'tit Normand, 1989

13Cependant le drame est présent au milieu de ces allégories bien classiques"130.

  • 131 A. Girodie, "Le peintre Gabriel Lemonnier et l'iconologie de l'Indépendance américaine", Bulletin (...)
  • 132 Ibid.

14Il est nécessaire de retracer un bref historique de l'évolution dans la composition de l'oeuvre et de l'itinéraire suivi par l'artiste pour transformer progressivement le contenu de sa toile. Girodie131 attribue la paternité de ce projet au banquier Lecouteulx de Canteleu et si on le suit, c'est sous l'influence des loges maçonniques et plus particulièrement sous celle des Neuf-Soeurs que le thème des parties du monde a été repris et réactualisé pour illustrer la propagande libérale des Révolutions américaine puis française. En effet, la première esquisse présentée au Salon de 1787 présentait un Mercure chargé d'annoncer à Neptune que désormais les mers étaient libres et que toutes les nations pouvaient commercer à leur gré. Cette liberté des mers était représentée par "les pavillons de toutes les places commerçantes, auxquelles un petit génie vient réunir le pavillon des treize cantons de l'Amérique"132.

  • 133 J. P. L. Houel, 1735-1813, en 1796 il présenta à la Société de Paris un rapport sur Lemonnier, il (...)
  • 134 Nous avons déjà signalé son appartenance à la Société des enfants d’Apollon et les liens qui uniss (...)

15Or, lors de la présentation au public en mai 1791, Saint-Domingue est en pleine révolte. L'Afrique renvoie alors l’image dramatique d’un continent dépouillé et appauvri par la déportation de sa population vers les Antilles. Ainsi, Lemonnier aurait déplacé l'Afrique, reléguée derrière l'Asie et il l'aurait remplacée par deux petits génies s'échangeant des produits américains et français devant l'allégorie qui montre le Génie du commerce dévoilant l'Amérique. Lemonnier qui entretenait des liens avec la Société des Amis des Noirs ainsi qu'avec la Loge des Neuf-Soeurs à laquelle ses amis Moreau le Jeune et Houel133 étaient affiliés aurait donc transformé l'ordonnancement de la toile134.

  • 135 Mercure de France, no 26, 25 juin 1791, p. 152.

16Dans sa version définitive, deux jeunes "nations", l'Amérique et l'Afrique sont confrontées à deux vieilles "nations", l'Europe et l'Asie. Le peintre a choisi de représenter une Amérique illuminée, pleine d'espoir et de joie, un éden à venir, en revanche l'Afrique demeure dans l'ombre, impuissante à nourrir sa propre progéniture. Bien sûr, au Salon de 1791, on fit le rapprochement avec une Afrique encore vouée à l'esclavage alors que l'heure de la liberté semblait sonner pour tous : "Si jamais l'Afrique relève sa tête opprimée au côté des nations policées, elle le devra beaucoup au pinceau de Mr Lemonnier". L'auteur de l'article que l'on soupçonne être Lecouteulx de Canteleu135 ajoutait : "tant les droits de la nature sont éloquents lorsque le talent sait les reproduire sous des formes intéressantes".

  • 136 J. J. Le Barbier (dit l'Aîné), 1738-1826, compara son" Allégorie de l'Amérique" au "Génie du Comme (...)

17Peut-être, sûrement même, peut-on y retrouver l'influence de l'iconologie américaine ainsi que celle de la franc-maçonnerie et c'est une des raisons pour lesquelles sur le tableau figuraient certains rites d'adoption pratiqués dans les loges américaines depuis 1776. Girodie pense qu'ici la figure de Mercure peut aussi bien porter la liberté autant que le Commerce. Et enfin, il fait remarquer que ce Mercure, dieu du commerce, est tourné face au port d'où Benjamin Franklin quitta la France. C'est une réalité que ce dernier était symbole de liberté. Ainsi Mercure, coiffé de son bonnet phrygien, aurait pu aisément aussi représenter la liberté et rappeler l'union des troupes américaines et françaises dans la guerre d'indépendance. En conclusion, il y voit une "oeuvre américanisante de premier ordre". Ajoutons que, très certainement, Lemonnier avait eu aussi connaissance des cartons commandés par Louis XVI à Le Barbier136 : "Les parties du Monde" exécutées à la demande de la Manufacture de Beauvais en 1786. Mais l'inspiration essentielle demeure l'influence du philosophe abolitionniste qu'était l'abbé Raynal.

  • 137 En 1788, ces derniers avaient été reçus en France qui venait de porter aide à Typpoo-Sahib dans sa (...)

18Raynal que l'on retrouve aussi bien dans le désespoir africain que dans la joie américaine ou la sérénité européenne. S'il était permis de douter de cette réelle influence, au premier plan du tableau, figurait l'ouvrage du philosophe. Sont représentés dans cette oeuvre les produits de tous les continents, les avancées des techniques, toutes produits de l'intelligence humaine, la spécialisation des productions, les divinités antiques, Mercure dieu du commerce et Minerve, déesse de l'intelligence, choisies pour protéger et développer toutes ces activités. L'activité portuaire y est privilégiée : entrées, sorties de vaisseaux, manutention, animation et même réception d'ambassadeurs orientaux. Le livret du Salon précisait qu'il s'agissait des ambassadeurs de Typpoo-Sahib137. Toutes ces richesses acquises grâce à la liberté du commerce, et rappelons que la tableau fut peint entre 1787 et 1791( !), exprimaient et croisaient à ce moment clairement l'idéal que les idées de Raynal exposaient, avec celui de liberté économique des négociants rouennais, tout particulièrement celui d'un Lecouteulx dont la famille avait mis en place le premier service régulier France/Etats-Unis.

  • 138 Les Américains furent associés à la fête de la Fédération de 1791 au Havre, le Journal de Normandi (...)
  • 139 Collection particulière, Montréal. Nous remercions madame Claudette Hould d'avoir eu l'amabilité d (...)
  • 140 Nous renvoyons aux travaux d'E. Wauters, Une presse de province pendant la Révolution française, j (...)

19Nous trouvons là les préoccupations économiques prérévolutionnaires des hommes des "Lumières" mais aussi l'application de la proclamation des libertés, dont celle du commerce, depuis 1789. Ainsi, Lemonnier contentait ses clients rouennais en exaltant une Amérique avec laquelle le port de Rouen entretenait des rapports privilégiés, concrétisés par l'importance du commerce normand avec les Etats-Unis et symbolisés par l'exemple de la liberté américaine138. Mais parallèlement il ne choquait pas les négociants qui faisaient fortune en pratiquant le commerce triangulaire puisqu'il autorisait une porte ouverte à l'espoir en laissant deviner une liberté future. En effet, tourné vers l'horizon, Mercure, le dieu du commerce, s'élançait en brandissant un libérateur bonnet phrygien et le même Mercure dominait sur un piédestal où étaient gravés : Union, Liberté et Commerce. C'est cette inscription qui figure sur la gravure de Levasseur139, seule trace de la version définitive. En revanche, l'esquisse qui se trouve au Musée des Beaux-Arts de Rouen porte : Industrie, Liberté, Travail. Tous les espoirs étaient donc permis et pour tous. En effet, le génie du commerce, en figure ailée, était aussi porteur de lumière et d'une boussole. A ce propos, nous voudrions ajouter que le peintre suivait là l'évolution du Journal de Rouen qui condamnait fermement l'esclavage en 1786 mais dont le rédacteur Milcent, en 1791, soutenait alors le Club de Massiac. Pour des raisons d'évidence économique, celui-ci, à Paris, s'était fait le porte-parole du nécessaire maintien de l'esclavage140.

20Enfin un portrait de Christophe Colomb révélait l'alliance du génie humain, du courage de ces pionniers et des avancées techniques porteuses de progrès, qui, les conditions étant ainsi réunies, avaient permis la découverte du continent Américain. Lemonnier désirait montrer combien Colomb avait contribué à la nécessaire liberté du commerce, sources de richesse et espoir de développement.

  • 141 H. Lemonnier, Notice sur la vie…, ouvrage cité, p. 18.

21Activités, composition, symboles révèlent un homme fortement influencé par les Lumières qui utilisa l'allégorie pour exalter le développement économique de Rouen et l'activité des Consuls à l'instar de l'annonce de temps nouveaux par l'iconologie américaine. Cette utilisation appuyée de l’allégorie avait pour but de montrer le caractère nécessairement universel de sa démonstration picturale. Au cours de cette période pleine de contradictions comme le furent ces années 1787-1791, Lemonnier se montra un artiste fidèle à ses origines, respectueux de sa clientèle qui sut habilement croiser les circonstances dans cette oeuvre de propagande libérale que Raynal, comme le rappelle Hippolyte Lemonnier, salua de la façon suivante : "Dès que l'abbé Raynal eut vu le Commerce dans l'atelier, rue de Soubise, il fut frappé de sa majestueuse ordonnance et surtout de la manière si ingénieuse dont était représentée la découverte de l'Amérique" et pourtant ajoute-t-il "Raynal avait jugé impossible que les quatre parties du monde puissent être figurées clairement"141. De fait, il révisa son préjugé et nous comprenons son accord avec le travail et son enthousiasme à le saluer car l'abbé retrouvait dans le tableau bien de ses écrits comme, par exemple, cette phrase, véritable hymne au progrès, à l'optimisme et à la prospérité nés du génie de l'homme : "Il est doux, il est beau de voir toute l'Europe peuplée de nations laborieuses qui roulent sans cesse autour du globe pour le défricher et l'approprier à l'homme ; agiter par le souffle vivifiant de l'industrie tous les germes reproductifs de la nature ; demander aux abîmes de l'océan, aux entrailles des rochers ou de nouveaux soutiens, ou de nouvelles jouissances, remuer et soulever la terre avec tous les leviers du génie ; établir entre les deux hémisphères, par les progrès heureux de l'art de naviguer, comme des ponts volants de communication qui rejoignent un continent à l'autre ; suivre les routes du soleil ; passer des tropiques aux pôles sous les ailes des vents ; ouvrir, en un mot, toutes les sources de la population et de la volupté pour les verser par mille canaux sur la face du monde. C'est alors, peut-être que la divinité contemple avec plaisir son ouvrage, et ne se repent pas d'avoir fait l'homme".

  • 142 Le lecteur peut se reporter aux rapports de séances de l’Assemblée Nationale Constituante.

22Nous ne résistons pas au plaisir de rappeler une anecdote comme une coïncidence chronologique. Lemonnier présenta son tableau au public le 26 mai 1791. Le 31 mai parvenait à l'Assemblée une lettre de Raynal qu’il lui avait adressée très solennellement. Celle-ci fit frémir et même indigna une grande partie des députés “patriotes”142. Un abbé, vieillissant, mais qui, pour la majorité de ces hommes, avait symbolisé tous leurs espoirs, leurs espérances, avait concrétisé leur idéal de tolérance ainsi qu'affermi leur foi dans le progrès. Dans cet écrit, il y désavouait les travaux de la Constituante et regrettait le désordre provoqué par les deux premières années de la Révolution. Enfin il réfutait, refusait, rejetait toute paternité dans les changements en cours. L’immense majorité de l’Assemblée déçue, dépitée, ulcérée décida que le buste de Raynal serait jeté à la Seine. Nous ne connaissons pas la réaction de Lemonnier à la lettre de Raynal, pas plus que son avis sur la décision que prit l'Assemblée.

23En juin 1791, le tableau fut présenté à Rouen, le Journal de Rouen du 22 juin 1791 rapporte ainsi l’événement :

24“L’esprit du Commerce par Mr Le Monnier, tableau allégorique de 25 pieds de large sur 14 pieds de hauteur.

25“Nous possédons depuis quelques jours cette magnifique production, à laquelle tous les gens de goût et ceux qui aiment les arts se sont empressés d’aller offrir un tribut “d’admiration” (suit ici une longue description de l’oeuvre) Enfin notre compatriote “n’a rien fait de mieux que ce tableau qui lui assure un rang distingué parmi les grands artistes qui ont honoré la patrie.

26“Un dessin pur et correct, une couleur brillante et harmonieuse, une grande connaissance de la perspective, une exécution facile et précieuse, une composition savante et poétique, une manière large et soignée en même temps, un sentiment du vif, du beau et de la Nature, assurent à ce tableau un rang qui se marque parmi les productions de génie.”

  • 143 M. Geispitz, "A propos du tableau de Lemonnier, le Génie du Commerce", Société libre d'émulation, (...)

27Lemonnier s'était ainsi montré capable d'adapter sa création et sa production aux changements provoqués par les bouleversements survenus au cours de ces cinq années. Convaincu de l'importance du travail fourni, du temps passé à sa réalisation et conforté par le succès de l'oeuvre, il demanda aux Consuls que le prix du tableau soit réévalué. Dix mille francs lui avaient été accordés. Le 18 juillet 1791, il réclama six mille francs supplémentaires au Corps consulaire. Ce qui lui fut accordé le 24 septembre suivant, mais les événements politiques, ne lui permirent guère de toucher cet argent avant le 17 avril 1801143. En effet, les Chambres de Commerce furent supprimées par le décret du 27 septembre 1791 et il lui fallut attendre que le Ministre des Finances réclame au préfet le 28 germinal an IX (17 avril 1801) une nouvelle estimation du tableau. La commission formée à cette effet se montra très favorable à une telle réévaluation.

  • 144 J. C. Levasseur, 1734-1816.
  • 145 E. Delignières, Catalogue raisonné de l'oeuvre gravée de J. C. Le Vasseur, d'Abbeville, Abbeville, (...)

28Pour conclure sur ce "Génie du Commerce", à jamais disparu, nous voudrions rappeler que sa version définitive en est connue grâce au graveur Levasseur144. Ce dernier eut l'occasion au cours de sa longue carrière de reproduire cent soixante six oeuvres. Il a classé celle de Lemonnier dans les sujets allégoriques145. Nous avons fait le choix de citer in extenso la lettre gravée au bas de l'estampe :

  • 146 Claudette Hould, "L'image de la Révolution française", Musée du Québec. Les publications du Québec(...)

29"Le Génie du Commerce traversant le globe à l'aide de la boussole, découvre l'Amérique, représentée sous la figure d'une jeune Caraïbe tremblante à la vue des Européens. Aux pieds de l'Europe assise, souveraine de l'univers policé, sont les instruments des Arts qui font sa richesse et sa gloire. L'Asie, par ses trésors et ses antiquités, annonce le berceau du monde. L'Afrique désolée frémit de voir ses enfants condamnés à la servitude. Les génies des différentes Parties du Monde font entre eux des échanges. Mercure montre à l'Univers l'Union et la liberté comme liens des Nations et le gage de leur prospérité ; la Paix sous les traits de Minerve, confirme ses espérances. Ce tableau de 26 pieds de large sur 14 pieds de hauteur, est placé dans l'une des salles de la ci-devant Chambre de Commerce de Rouen ; il a été peint en 1791 par Charles Lemonnier, citoyen de cette ville. Dien scripsit". Claudette Hould146 ajoute à propos de cette estampe : "cette gravure de grand format est l'un des rares « ouvrages de patience » qu'on ne trouvait plus que rarement pendant la Révolution".

Conclusion

30Ce travail de Lemonnier fut donc comme un aboutissement de ces six années que nous avons signalées comme fertiles dans sa création. Mais aussi aboutissement de sa déjà longue carrière au cours de laquelle nous l'avons suivi totalement à l'aise dans les structures de l'Ancien Régime, reconnu, admiré et loué. Il avait réussi un parcours exemplaire, sachant croiser mondanités parisiennes obligées tout en gardant un contact étroit avec sa ville natale, homme de sa ville avons-nous déjà dit à son propos. Parallèlement, ceci le rend singulier car il sut habilement y conserver et y préserver ses contacts et ses entrées, enfin d'y susciter un nombre respectable de commandes. Ce que reconnaissait le Mercure de France le 25 juin 1791 dans un article dithyrambique, déjà mentionné, dont il nous semble que la phrase-clé soit la suivante : "Les habitants des villes commerciales apprécieront sans doute mieux que moi ces effets pittoresques des éléments et de l'industrie humaine." Si Lemonnier est un peintre national, et ses fonctions au sein de l'Académie le montrent, il est aussi un peintre rouennais et peintre de la ville de Rouen, ses oeuvres majeures le prouvent aisément. Il ne faut surtout pas négliger le nombre de tableaux qu'il eut l'occasion de peindre pour répondre aux commandes des églises et des séminaires de Rouen. Ce dernier ensemble constitue l'écrasante majorité de ses oeuvres connues.

31En 1791, à 48 ans, Lemonnier avait produit l'essentiel de son oeuvre picturale mais dès 1790, après la nationalisation des biens du clergé, il s'était immédiatement inquiété du devenir des oeuvres d'art dont la destination semblait abandonnée à des hasards aussi bien divers que parfois inquiétants. Il devint alors un homme d'action.

Notes

122 Evénement relaté par Y. Fache, Histoire des ponts de Rouen, Luneray, Bertout, 1985.

123 Journal de Normandie, 1789, p. 395, voir aussi H. Wallon, "Le tableau de Louis XVI au Palais des Consuls", Précis analytique des travaux de l'Académie de Rouen, 1897, p. 250-252.

124 H. Wallon, ibid.

125 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité, p. 16.

126 Annales politiques et littéraires, 12 septembre 1816.

127 A. C. G. Lemonnier, séance du 1er juillet 1791, délibérations de la Chambre du Commerce.

128 De Lépinois, "Discours de réception à l'Académie de Rouen", article cité.

129 Le Musée des Beaux-Arts de Rouen en conserve une esquisse (67,5x130,5), certainement antérieure à celle de ce Salon de 1787.

130 La Révolution en Haute-Normandie, ouvrage collectif, Rouen, CRHRF, Editions.Le P'tit Normand, 1989.

131 A. Girodie, "Le peintre Gabriel Lemonnier et l'iconologie de l'Indépendance américaine", Bulletin de la Société d’histoire de l'Art français, 1930.

132 Ibid.

133 J. P. L. Houel, 1735-1813, en 1796 il présenta à la Société de Paris un rapport sur Lemonnier, il y faisait l'éloge du Génie du Commerce

134 Nous avons déjà signalé son appartenance à la Société des enfants d’Apollon et les liens qui unissaient cette dernière à la Loge des Neuf soeurs.

135 Mercure de France, no 26, 25 juin 1791, p. 152.

136 J. J. Le Barbier (dit l'Aîné), 1738-1826, compara son" Allégorie de l'Amérique" au "Génie du Commerce".

137 En 1788, ces derniers avaient été reçus en France qui venait de porter aide à Typpoo-Sahib dans sa lutte contre les Anglais.

138 Les Américains furent associés à la fête de la Fédération de 1791 au Havre, le Journal de Normandie la rapporte ainsi : "Ces dignes amis de la liberté qui nous ont montré comment il la faut conquérir et défendre et qui voient avec enthousiasme comment nous les imitons", 1791, p. : 973. L'Amérique fut célébrée de la même manière à la Société des Amis de la Constitution de Rouen le 22 janvier 1792.

139 Collection particulière, Montréal. Nous remercions madame Claudette Hould d'avoir eu l'amabilité de nous en envoyer la reproduction sous la forme d'une diapositive.

140 Nous renvoyons aux travaux d'E. Wauters, Une presse de province pendant la Révolution française, journaux et journalistes normands (1785-1800), Paris, C T H S, 1993.

141 H. Lemonnier, Notice sur la vie…, ouvrage cité, p. 18.

142 Le lecteur peut se reporter aux rapports de séances de l’Assemblée Nationale Constituante.

143 M. Geispitz, "A propos du tableau de Lemonnier, le Génie du Commerce", Société libre d'émulation, 1929.

144 J. C. Levasseur, 1734-1816.

145 E. Delignières, Catalogue raisonné de l'oeuvre gravée de J. C. Le Vasseur, d'Abbeville, Abbeville, Imp. Briez, 1865, p. 55, gravure no 132.

146 Claudette Hould, "L'image de la Révolution française", Musée du Québec. Les publications du Québec, 1989, p. 151.

Table des illustrations

Légende « Le génie du commerce découvrant l’Amérique aux yeux des Nations Assemblées »A.C.G. Lemonnier© Rouen, Musée des Beaux-ArtsCrédit photographique © Rouen, musée des Beaux-ArtsPhotographie Didier Tragin/Catherine Lancien
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6509/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 343k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search