Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Première partie : une carrière exemplaire dans le moule de l'Ancien Régime

Chapitre 4. Le retour en France

Texte intégral

  • 104 J. B. M. Pierre, 1713-1789, peintre et graveur. Membre de l'Académie en 1742, Directeur de la Manu (...)

11785 marque un tournant dans la carrière de Lemonnier. Il est de manière très officielle consacré, reconnu et récompensé. Succès parisiens et rouennais se croisent et s'entrecroisent. Agréements aux Académies, exposition au Salon et exposition personnelle. Ces succès précédèrent trois prestigieuses commandes, deux venant des Consuls de Rouen, la troisième étant une commande royale passée par le Premier Peintre, Pierre104.

1. L'année 1785, la reconnaissance officielle

  • 105 Procès-verbal de la séance de l’Académie du 26 septembre 1785.
  • 106 Les Salons de l'Académie furent fermés de 1704 à 1737.

2Le 30 juillet 1785, l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture agrée en son sein l’aspirant-peintre Lemonnier, présenté comme peintre d'histoire105. Hormis la distinction que cette agrégation représentait, en premier lieu la sanction officielle d'un talent reconnu, puis l'appartenance à l'Académie comme agréé, reçu ou professeur, c’est-à-dire à l'ensemble des Académiciens et des affiliés, elle signifiait enfin l'autorisation exclusive d'exposer au Salon du Louvre. De plus elle apportait la notoriété que représentait la présence du nom de l'artiste dans le livret du Salon grâce à la rédaction de notices explicatives de toutes ses oeuvres exposées. L'enjeu était donc énorme, c'était devenu le moyen de montrer officiellement ses productions. Biannuelle depuis 1751106, cette exposition qui, scrupuleusement contrôlée par l'Académie, se tenait dans le grand Salon du Louvre, d'où elle tenait son nom de "Salon", représentait, sous l'Ancien Régime, la réelle consécration d'un artiste. L'ouverture en avait lieu le jour de la Saint Louis. Nous avons déjà dit toute l'importance que cette exclusivité apportait et combien l'Académie s'était battue pour éliminer ses rivaux. Rappelons simplement que toutes tentatives de Salons ou d'expositions étaient impitoyablement interdites et pourchassées par les autorités

3Le 25 août 1785, Lemonnier participa pour la première fois à cette manifestation. Il présentait la "Mort de Caton d'Utique", un sujet profane et un "Saint Charles Borromée portant le viatique aux pestiférés de Milan", toile destinée à l'église Saint-Vivien de Rouen, oeuvre remarquée pour son travail sur la lumière et la perspective. A cette occasion, on salua le profit que le peintre avait su tirer des maîtres italiens aussi bien dans la composition pour la seconde toile que dans la maîtrise de la représentation du corps nu pour la première. Il faut rappeler que c'est le second de ces tableaux qui avait décidé les Académiciens à l'accueillir parmi eux. Hippolyte Lemonnier en 1824 faisait remarquer en le regrettant que la "vraie place" (de l'oeuvre) "était au Louvre". Il fit de nouveau part de ce regret en 1838.

  • 107 Journal de Normandie, 1785, p. 349.
  • 108 J. B. Deshays, né à Rouen, 1729-1765, avait fait son apprentissage auprès de Restout. Né à Rouen l (...)

4Encouragé par ce succès parisien, Lemonnier décide alors d'organiser une exposition personnelle dans la grande salle du Palais des Consuls à Rouen. Une initiative intéressante et rendue aisée grâce aux relations qu'entretenait le peintre avec sa ville et surtout grâce aux liens anciens qui l'unissaient aux responsables économiques de la capitale normande. Une "Etude de sainte Cécile", un "Autoportrait" et son "Saint Charles Borromée portant le viatique aux pestiférés de Milan" y furent fort bien accueillis. A cette occasion, le Journal de Normandie107, dans un article louangeur, comparait l'auteur de ce dernier tableau à Deshays108. Nous reproduisons l’article du mercredi 26 octobre 1785 dans son intégralité :

5“Plusieurs de nos lecteurs, sans doute ont joui, comme nous du plaisir de voir exposés dans la Grande Salle Consulaire de notre ville, cinq tableaux de l’un de nos compatriotes Mr Le Monnier, ancien pensionnaire du Roi à Rome, aujourd’hui agréé de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture de Paris. Ces tableaux sont la “Peste “de Milan”, pour une chapelle de l’Eglise du Séminaire de Saint-Vivien ; les deux autres faits à Rome, ont dix pieds sur sept, et représentent “Notre seigneur qui appelle “à lui les Enfants”, et “Notre seigneur enseignant dans la Synagogue” : ces derniers sont destinés pour l’église des Dames Ursulines. On a engagé l’auteur à exposer également “son “Portrait” dont il a fait un hommage à l’amitié, en se représentant dans les bras d’un ami qui fut le voir à Rome. Le cinquième tableau est une “Sainte Cécile”, belle étude d’après le Dominicain.

« Saint Charles Borromée portant le viatique aux pestiférés de Milan » ou « La peste de Milan »
A.C.G. Lemonnier
© Rouen, Musée des Beaux-Arts
Crédit photographique © Rouen, musée des Beaux-Arts
Photographie Didier Tragin/Catherine Lancien

6“Ces tableaux bien composés, bien dessinés et bien peints, mériteraient chacun un éloge particulier ; mais celui de la “Peste à Milan” nous a fait une trop vive impression, pour ne pas, après le jugement de l’Académie, y applaudir, et dire aussi ce que nous avons senti avec émotion en le voyant.

7“Saint Charles, prêt à descendre quelques marches pour donner le viatique à une femme mourante, porte sur la physionomie et dans tout son maintien un caractère sublime, qui fait le plus grand honneur au jugement et à l’esprit de l’artiste. Les Acolytes qui portent le dais lient et contrastent bien avec le groupe (sic) principal ; un des Acolytes tient un flambeau allumé, éclaire de reflet tout ce qui est dans l’ombre, par des tons chauds et rompus qui prêtent à l’harmonie qui rendent sans noir les masses éclairées et les teintes locales de la plus grande fraîcheur.

8“Sur le premier plan est étendue cette femme expirante, les yeux presqu’éteints, qu’elle porte vers le Saint Viatique ; la tête est soutenue par une autre femme dont le caractère exprime un sentiment de compassion et de respect à la fois. Mais quel intérêt nous inspire cette mère expirante, elle qui a vu périr l’instant d’avant, son enfant encore étendu sur elle ! Ce sentiment passe dans l’âme de tous ceux qui portent les yeux sur ce tableau ; et avec d’autant plus de force, que l’ange qui plane dans les airs, annonce, par son air menaçant, que le ciel n’est point encore apaisé : l’idée poétique et très ingénieuse qui ajoute à l’intérêt du sujet. Cet ange est bien en l’air ; le fond du tableau est de bonne architecture ; les plans éloignés représentent plusieurs Scènes de désolation, et le ciel, chargé de vapeurs et de nuages livides, fortifie l’impression de terreur et de pitié que l’auteur a voulu produire. Ce tableau composé avec génie et sentiment, d’un grand effet, d’un dessin correct, d’une bonne couleur, soutenue par un pinceau facile et une touche jeune, fait le plus grand honneur à ce jeune artiste, qui s’était bien annoncé dès son aurore.

9“Ce qui est à remarquer, c’est que le martyre de Saint André, au maître-autel de la paroisse de ce nom à Rouen, est le tableau sur lequel feu Mr Deshais avait été agréé à l’Académie royale : ainsi il semble que ces deux artistes aient fait hommage à la ville où ils sont nés, des ouvrages qui leur ont mérité la plus grande distinction.

10“Pour satisfaire à l’empressement flatteur de nos compatriotes, Mr Le Monnier a bien voulu prolonger jusqu’à samedi, inclusivement l’exposition de ses tableaux”.

11Il est à penser que ce fut le succès remporté à Rouen, souligné par cet article du “Journal de Normandie qui poussa, le 2 décembre de cette même année, l'Académie de Rouen à recevoir Lemonnier comme membre non-résident.

  • 109 Cette société fut considérée comme une annexe extra-maçonnique de la Loge des Neuf Soeurs. Nous n’ (...)
  • 110 J. M. Moreau, dit le Jeune, peintre, 1741-1814.
  • 111 Compositeur français, 1763-1817, il est le compositeur du célèbre "Chant du Départ", exécuté la pr (...)
  • 112 Compositeur d'origine italienne, naturalisé au cours de la Révolution française, 1760-1842.
  • 113 Naturaliste, membre de l'Institut, Comte d'Empire, Grand Chancelier de la Légion d'honneur, 1756-1 (...)
  • 114 Compositeur allemand, 1732-1809
  • 115 Baron Régnault, peintre français, 1754-1829
  • 116 A. Renou, peintre, 1731-1806, historiographe de l'Académie en 1790.
  • 117 Ces renseignements nous sont fournis par Hippolyte Lemonnier dans sa Notice historique sur la Soci (...)

12Cette même année, il entra aussi à la Société académique des enfants d'Apollon. Cette dernière était la seule admise en dehors des Académies royales109. D'abord Société du Caveau en 1737, dissoute puis reconstituée, sa date de fondation est 1741. Elle s'occupait de poésie légère, de musique et de chanson. Ses statuts acceptaient la présence de cent membres : cinquante professionnels et cinquante amateurs choisis parmi les autres artistes. Rousseau, bien qu'étranger et grâce à une dérogation, assista à une de ses séances, le peintre Moreau le Jeune110 la présida en 1787. Elle offrait concerts et conférences. Mehul111, Cherubini112, Lacépède113, entre autres figurent sur les listes de ses membres. Haydn114 en fut un des correspondants associés. Chaque séance ordinaire était suivie d'un repas. Cette société qui disparut comme toutes les autres en 1793 fut reconstituée en 1806. Nous y retrouvons alors Lemonnier, Cherubini, Houel, Régnault115, Renou116 et Vernet. Ultérieurement, son fils Hippolyte Lemonnier en fut membre117. Il est, dès maintenant, intéressant de constater que le peintre ne s'enferme pas dans sa peinture et prête attention à tous les arts.

13Les années qui suivirent, confirment l'ascension de l'artiste et la reconnaissance de son talent.

2. Six années fructueuses

14C'est un fait que les années 1786-1791 s'avérèrent très fertiles dans le domaine de sa création. Elles prouvent aussi le renom acquis par le peintre car les commandes prestigieuses s'accélèrent. Nous avons fait le choix de suivre une stricte chronologie pour constater cette réussite.

  • 118 "Discours de réception à l'Académie de Rouen, article cité.

15En juin 1786, les Consuls de la Chambre de Commerce de Rouen demandent à Lemonnier de réaliser une oeuvre commémorant le passage de Louis XVI à Rouen après sa visite des travaux de la digue de Cherbourg. "Le peintre Lemonnier était tout désigné pour l'exécution de ce tableau. Il était un enfant de la cité avec lequel la Compagnie entretenait depuis longtemps de bonnes relations"118. Nous savons qu'à cette occasion, le roi accepta de consacrer une séance de pose à l'artiste. Nous nous proposons de revenir ultérieurement sur cette oeuvre, sa composition et sa signification. Une seconde commande des Consuls lui suggéra alors d'exalter le commerce. Puis, à la fin de cette année 1786, après avoir confirmé son agréement à l'Académie de Rouen, cette dernière le recevait officiellement le 7 décembre.

  • 119 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité.
  • 120 Annuaire nécrologique, "Notice Lemonnier", 1824.

16Enfin, avant que cette bénéfique année ne s'achève, de Paris, cette fois, arriva une commande royale. Nous n'en connaissons pas le thème proposé, les sources sont muettes à ce sujet, mais la taille exigée en était de 3,30mx2,64m. Il s'agit sûrement du "Cléombrote et Chélonis", toile exposée au Salon de 1787. Elle est aujourd'hui au Musée des Beaux-Arts d'Amiens, après avoir été longuement exposée au Palais du Luxembourg puis à Versailles. En 1824, son fils Hippolyte écrit "Je la crois à Compiègne". Il en connaissait deux copies, une en Allemagne et une exécutée aux Gobelins lorsque son père y fut directeur. Le Musée des Beaux-Arts de Rouen en conserve une réplique autographe d'un format plus petit. A propos de cette toile, David jugea que "Lemonnier a fait un tableau d'excellent professeur"119. Le fils du peintre en rapportant cette remarque, la présenta comme un compliment. Devons-nous l'entendre de la sorte ? Nous y percevons plutôt le fiel et la perfidie de la part d'un homme pour qui l'institution qu'était l'Académie était pesante et aux yeux duquel l'enseignement de ses professeurs signifiait sclérose, symbole de freins imposés à une réelle création personnelle et production fortement caractérisée par la réitération. D'ailleurs, en 1836 dans une nouvelle version de sa Notice, son fils remplace le terme de professeur par celui de "maître". De même, c’est ce qualificatif de “maître” qu’emploie Mahul dans sa notice nécrologique120.

17A ce même Salon, Lemonnier présenta une esquisse de son "Génie du commerce découvrant l'Amérique aux yeux des nations assemblées", dit encore "Esprit du Commerce". Enfin, il répondait à une commande du séminaire de Saint-Vivien par la "Présentation de la Sainte Vierge au Temple".

  • 121 Procès-verbal de la séance de l'Académie du 28 novembre 1789. D'Angerviller le rappelle à Vien dan (...)

18C'est au Salon de 1789 que Lemonnier exposa son "Hommage à Louis XVI". Il y présenta aussi une "Sainte Famille" dont le couvent des Ursulines de Rouen lui avait passée commande et enfin une "Mort d'Antoine", sujet qu'il avait choisi pour sa réception à l'Académie royale le 26 septembre 1789. Le seul choix de ce sujet était révélateur de sa rivalité avec le peintre David. Le 28 novembre, le roi confirmait son élection à l'Académie121. Quant au "Génie du Commerce", il n'était qu'évoqué dans le livret du Salon.

19Ce ne fut que le 26 mai 1791 que le peintre invita le public à venir découvrir, dans son atelier de l'Hôtel de Soubise, son tableau achevé. Le 1er juillet, la toile était arrivée à Rouen. Grâce à l'intervention de Vien, Lemonnier obtint que le "Génie" fût exposé au Salon de 1791.

20Il nous paraît opportun de nous arrêter un moment sur deux oeuvres majeures de Lemonnier. Tout d’abord nous “regarderons” l’"Hommage à Louis XVI", puis ensuite le "Génie du Commerce", toile que l'on peut considérer comme le point d'orgue de sa carrière. Il est important aussi de rappeler que, dans les deux cas, il s'est agi de commandes passées par les Consuls. Celles-ci prouvent, s'il en était encore besoin, combien, depuis sa jeunesse, Lemonnier était introduit dans ce milieu et surtout à quel point il avait su y préserver toutes ses amitiés et toutes ses protections.

Notes

104 J. B. M. Pierre, 1713-1789, peintre et graveur. Membre de l'Académie en 1742, Directeur de la Manufacture des Gobelins, Premier peintre du roi en 1770.

105 Procès-verbal de la séance de l’Académie du 26 septembre 1785.

106 Les Salons de l'Académie furent fermés de 1704 à 1737.

107 Journal de Normandie, 1785, p. 349.

108 J. B. Deshays, né à Rouen, 1729-1765, avait fait son apprentissage auprès de Restout. Né à Rouen lui aussi, Académicien, 1692-1768, lui-même élève et neveu de Jouvenet, liens de famille signalés avec Lemonnier et avec Van Loo, il fut agréé à l'Académie en 1758.

109 Cette société fut considérée comme une annexe extra-maçonnique de la Loge des Neuf Soeurs. Nous n’avons aucune preuve de l’appartenance maçonnique de Lemonnier.

110 J. M. Moreau, dit le Jeune, peintre, 1741-1814.

111 Compositeur français, 1763-1817, il est le compositeur du célèbre "Chant du Départ", exécuté la première fois pour le cinquième anniversaire de la prise de la Bastille, le 14 juillet 1794 (26 messidor an II).

112 Compositeur d'origine italienne, naturalisé au cours de la Révolution française, 1760-1842.

113 Naturaliste, membre de l'Institut, Comte d'Empire, Grand Chancelier de la Légion d'honneur, 1756-1825.

114 Compositeur allemand, 1732-1809

115 Baron Régnault, peintre français, 1754-1829

116 A. Renou, peintre, 1731-1806, historiographe de l'Académie en 1790.

117 Ces renseignements nous sont fournis par Hippolyte Lemonnier dans sa Notice historique sur la Société académique des Enfants d'Apollon, 1860.

118 "Discours de réception à l'Académie de Rouen, article cité.

119 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité.

120 Annuaire nécrologique, "Notice Lemonnier", 1824.

121 Procès-verbal de la séance de l'Académie du 28 novembre 1789. D'Angerviller le rappelle à Vien dans une lettre qu'il lui adresse à Rome.

Table des illustrations

Légende « Saint Charles Borromée portant le viatique aux pestiférés de Milan » ou « La peste de Milan »A.C.G. Lemonnier© Rouen, Musée des Beaux-ArtsCrédit photographique © Rouen, musée des Beaux-ArtsPhotographie Didier Tragin/Catherine Lancien
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search