Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Première partie : une carrière exemplaire dans le moule de l'Ancien Régime

Chapitre 3. Les années romaines du peintre 1775-1784

Texte intégral

« Un Grec Albanais »
A.C.G. Lemonnier
© Rouen, Musée des Beaux-Arts
Crédit photographique © Rouen, musée des Beaux-Arts
Photographie Didier Tragin/Catherine Lancien

1Ces dix années italiennes sont partagées en deux séjours d'égale durée, en effet seuls quelques mois passés en France, à la fin de 1779 et au début de 1780, les ont interrompues.

1. Le premier séjour 1775-1779

  • 93 C.-J. Natoire, 1700-1777, peintre mais aussi graveur, grand Prix de Rome en 1721. Il reçut aussi à (...)

2Dès son arrivée à Rome, le peintre retrouve donc le maître de ses débuts parisiens, Vien, qui désormais remplace Natoire93 à la direction de l'Académie de France à Rome. Les dix années romaines sont interrompues par un retour obligé à Paris. S'il passe ses cinq premières années comme pensionnaire à l'Académie, en revanche au cours des cinq suivantes, le séjour fut à ses frais.

  • 94 Abbé Joly, 1715-1805, Bibliothécaire du Couvent des Marais.

3Sa production picturale fut importante. En 1777, il peint une "Mission des Apôtres", toile destinée à l'église Saint-Vivien de Rouen, puis l'année suivante, exécute un "Portrait de l'abbé Joly". Il montrait ainsi où allaient ses amitiés intellectuelles94. En 1779, Lemonnier se rendit à Naples où il fut témoin de l'éruption du Vésuve. Il dessine alors à profusion. Le peintre, atteint d'une mauvaise fièvre, se retire dans l'île d'ischia. Les paysages de l'île, sa population lui inspirèrent deux oeuvres pittoresques, deux petites toiles, des portraits de genre : une "Paysanne" et l'"Albanais". Ces deux toiles furent placées dans la chambre du premier Consul lors de son passage à Rouen en 1802. Par cette attention, les autorités municipales tenaient à rendre hommage aux origines méditerranéennes de Bonaparte.

  • 95 A. de Montaiglon, Procès-verbaux de l'Académie royale de Peinture et de Sculpture, Paris, 1875-189 (...)

4D'Angiviller, le successeur de Marigny depuis 1774 qui, jusqu'à cette date avait apprécié les travaux de Lemonnier et tout particulièrement salué sa "Mission des Apôtres" lui retire à ce moment, et l'on en ignore le réel motif, sa confiance. Peut-être tout simplement, est-il déçu par la production du peintre et, qu'après avoir placé ses espoirs en son devenir, il révise sévèrement son jugement. En effet dans une lettre adressée à Vien, le 30 mars 177895, il y exprimait un enthousiasme certain pour cette "Mission des Apôtres", en ces termes : "J'augure fort bien par ce que j'ai vu du Sr Lemonnier, du grand tableau qu'il vient de finir pour Rouen ; je serai même charmé de le voir s'il ne l'envoye pas directement". En revanche, à l'automne 1779, c'est avec beaucoup de difficultés qu'il accepte de lui avancer les subsides nécessaires pour regagner la France et ceci après lui avoir catégoriquement refusé de financer la prolongation de son séjour en Italie. Peut-être ne lui pardonnait-il pas ses deux petites toiles, la "Paysanne et l'"Albanais" ainsi que le "Portrait de l'abbé Joly" pensant que toutes trois échappaient aux normes que l'Académie avait fixées. Ce n'est là qu'une supposition. David fut présent à Rome ces cinq années, dans le même temps que Lemonnier.

2. Le second séjour romain 1780-1784

  • 96 Le fils de Lemonnier, Notice historique sur la vie et les ouvrages de A. C. G. Lemonnier, ouvrage (...)
  • 97 François Joachim Pierre de Bernis, 1715-1794, Ambassadeur de France à Rome depuis 1769. Connu auss (...)

5La fin de l’année 1780 marqua le début du second séjour romain. A Marseille, le peintre fait la connaissance d’un certain Tascher qui l'accompagne jusqu’à Rome. Il s'agit peut-être de Robert Marguerite Tascher96, un oncle de Joséphine qui aurait pu ultérieurement faciliter l'introduction du peintre auprès de la future madame Bonaparte. Rappelons que c'est de cette dernière qu'il reçut, en 1809, son ultime commande. A Rome, il fréquentait régulièrement le cardinal de Bernis97 et semble même avoir été très souvent admis à sa table. De Bernis se vantait de tenir "l'auberge de la France dans un carrefour de l'Europe". Il demeure aussi que les relations de Lemonnier avec Rouen semblent, alors, toujours aussi étroites puisqu'il honore deux commandes passées par le couvent des Ursulines. Ainsi, en 1783, il peint un"Jésus appelant à lui les enfants", et l'année suivante, 1784, un "Jésus parmi les Docteurs".

  • 98 De Lépinois, "Discours de réception à l'Académie de Rouen", Précis analytique des travaux de l’Aca (...)
  • 99 E. Lebel, "Discours de réception à l'Académie de Rouen", Précis analytique des travaux de l’Académ (...)

6Jusqu'à ce moment, spécialisé dans la peinture religieuse, largement inspirée par la Contre-Réforme, on s'accorde à lui reconnaître un crayon ferme et souple, une gamme harmonieuse de couleurs, on souligne qu'il ne subit "ni l'influence de l'Ecole maniérée, ni les entraînements de l'Ecole Ultra-académique ; élève de Vien, il est resté fidèle à son maître ; Elisée de cet Elie, il a hérité de sa palette"98 et qu'enfin il est un des rares à savoir éviter les deux écueils qui guettent "ceux qui avaient sauvé l'art du maniérisme et de l'engourdissement" (mais qui) "l'entraînèrent bientôt dans un nouveau péril, l'emphase et la convention"99.

  • 100 Guillaume Thomas François Raynal, 1713-1796.

7Sur le chemin du retour, à Toulon, Lemonnier fait la connaissance de l'abbé Raynal100. Ce dernier, après trois années d'exil, venait d'obtenir l'autorisation de rentrer en France, à la condition expresse qu'il se tiendrait en dehors du ressort du Parlement de Paris. Il s'agit là d'un moment-clé dans la vie de l’artiste. En effet, cette rencontre détermine une nouvelle orientation, de nouvelles pistes suivies par Lemonnier, un réel tournant dans sa vie picturale, résultat de l'influence intellectuelle de Raynal sur l'homme-peintre.

3. 1784, "la" rencontre avec Raynal

  • 101 De 1750 à 1754.
  • 102 Y. Benot, Diderot de l’athéisme à l'anticolonialisme (1970), réédition : Paris, Editions F. Maspér (...)
  • 103 Aux dires de son fils, H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité, p. 8.

8L'abbé Raynal, à cette date, jouissait d'un immense prestige et les discussions avec cet homme des "Lumières" ne tardèrent pas avoir une grande influence sur la pensée de Lemonnier, influence que l'abbé exerça sur toute la jeunesse éclairée de la période prérévolutionnaire. Il bénéficiait non seulement de l'autorité du contenu de ses oeuvres mais aussi du prestige que ses condamnations successives lui avaient conféré. Cet ancien rédacteur du Mercure de France101, fit paraître en 1770 l'ouvrage qui lui assura la gloire : Histoire philosophique et politique du commerce et des établissements des Européens dans les Deux Indes, "véritable machine de guerre" contre l'Ancien Régime, oeuvre collective à laquelle participa, entre autres, Diderot"102. Raynal fut condamné à trois reprises pour cet ouvrage. En effet, le livre fut d'abord interdit par un arrêt du Conseil le 19 décembre 1772. En 1774, sa seconde édition était mise à l'index, puis violemment dénoncée par l'Assemblée du Clergé de 1775. Enfin sa troisième édition, imprimée à Genève se vit, le 25 mai 1781, condamnée par le Parlement de Paris, à être brûlée. Quant à Raynal, prévenu à temps d'une décision de prise de corps, il réussit à s'enfuir en Belgique. Il obtint, en 1782, une audience de Frédéric II qui lui assura prestige et gloire. Martyr de la censure, de l'obscurantisme et de l'intolérance, l'abbé symbolisait les "Lumières" dans la France prérévolutionnaire. Il avait alors, très certainement, su tenir Lemonnier sous le charme de son discours et de la modernité de ses idées car ses entretiens déterminèrent la réflexion puis la longue gestation de son maître-tableau : "le Génie du Commerce", oeuvre que le peintre n'acheva qu'en 1791103.

9Mais dès 1785, le peintre avait regagné le royaume de France.

Notes

93 C.-J. Natoire, 1700-1777, peintre mais aussi graveur, grand Prix de Rome en 1721. Il reçut aussi à Rome le premier Prix de l'Académie de Saint Luc. Nommé professeur à l'Académie royale en 1737, il dirige l'Académie de France à Rome de 1751 à 1775. On lui doit la voûte principale de l'église Saint-Louis-des-Français.

94 Abbé Joly, 1715-1805, Bibliothécaire du Couvent des Marais.

95 A. de Montaiglon, Procès-verbaux de l'Académie royale de Peinture et de Sculpture, Paris, 1875-1892, t. 13, p. 360.

96 Le fils de Lemonnier, Notice historique sur la vie et les ouvrages de A. C. G. Lemonnier, ouvrage cité, précise qu'"il avait été Intendant des Iles sous le vent" et qu'"il émigra pendant la Révolution" et qu'"il se retira sur le territoire de Genève où il finit par se donner la mort par suite du chagrin que lui causèrent les affaires de France".

97 François Joachim Pierre de Bernis, 1715-1794, Ambassadeur de France à Rome depuis 1769. Connu aussi pour la protection qu'il apporta à Voltaire ainsi que pour son goût pour les arts.

98 De Lépinois, "Discours de réception à l'Académie de Rouen", Précis analytique des travaux de l’Académie de Rouen, séance du 11 mars 1870.

99 E. Lebel, "Discours de réception à l'Académie de Rouen", Précis analytique des travaux de l’Académie de Rouen, 1883.

100 Guillaume Thomas François Raynal, 1713-1796.

101 De 1750 à 1754.

102 Y. Benot, Diderot de l’athéisme à l'anticolonialisme (1970), réédition : Paris, Editions F. Maspéro, Collection “Fondations”, 1981.

103 Aux dires de son fils, H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité, p. 8.

Table des illustrations

Légende « Un Grec Albanais »A.C.G. Lemonnier© Rouen, Musée des Beaux-ArtsCrédit photographique © Rouen, musée des Beaux-ArtsPhotographie Didier Tragin/Catherine Lancien
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 367k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search