Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Première partie : une carrière exemplaire dans le moule de l'Ancien Régime

Chapitre 2. Lemonnier quitte Rouen

Texte intégral

1. 1765, un moment charnière pour la peinture française

  • 56 J.M.P. Pierre, 1713-1789.
  • 57 Pierre Francastel, Histoire de la peinture française, Paris, Denoël, 1990, p. 177.
  • 58 J. A. Watteau, 1684-1721.

1Lemonnier arrivait à Paris à un moment capital, celui où "Une nouvelle école « sévère » commence à se former : Vien, Deshays, Doyen, Pierre56 et quelques autres"57 réfléchissent à un renouvellement pictural. En effet, tout au long de la première moitié du XVIIIe siècle, la peinture officielle, appelée peinture d'histoire connut une crise profonde. Ce style que l'on nommait la "grande manière" se vit détrôné par la sanction du public qui manifestait son goût en privilégiant et en achetant des oeuvres appartenant à la "petite manière". La peinture que l'on qualifiait "d'histoire" était un ensemble constitué de sujets historiques, de mythologie antique, de légendes bibliques et enfin de portraits d'apparat. La "petite manière" s'exprimait, elle, avec des paysages, des tableaux de genre et laissait courir son imagination hors les sentiers balisés par l'Académie royale de Peinture et de Sculpture qui ne reconnaissait et n'autorisait qu'une seule voie, la sienne, celle de la peinture d'histoire au sens où nous l'avons décrite. Watteau58 fut, sans nul doute, le premier protagoniste reconnu et adulé de la "petite manière".

  • 59 Le Normant de Tournehem, 1745-1751.
  • 60 Marigny, 1751-1773.
  • 61 D'Angiviller, 1774-1791.
  • 62 Pierre Francastel, Histoire de la peinture française, ouvrage cité, p. 173.

2Pour la défense de la "grande manière", l'Académie trouva un soutien officiel auprès des trois derniers Directeurs des Bâtiments royaux. Le Normant de Tournehem59, Marigny60 puis d'Angiviller61 défendirent par tous les moyens en leur possession, et leur position officielle les rendaient nombreux et efficaces, la peinture d'histoire. En 1749, avec l'accord du roi, le premier fonda l'Ecole des élèves protégés, établissement au sein duquel six Prix de Rome devaient faire un stage avant leur départ pour l'Académie de France à Rome. Parallèlement, il augmenta substantiellement les revenus de l'Académie et fit acheter par la Cour les tableaux des peintres d'histoire. Marigny et d'Angiviller poursuivirent dans la même voie. Ils favorisèrent systématiquement la peinture d'histoire, ce qui "aboutira en dernière analyse, à préparer le triomphe de David et de l'école néoclassique"62.

  • 63 C. N. Cochin, 1715-1790, accompagne Marigny en Italie en 1749, Secrétaire perpétuel de l'Académie (...)
  • 64 J. B. Chardin, 1699-1779.
  • 65 M. Quentin La Tour, 1704-1788.
  • 66 F. Boucher, 1703-1770.

3Marigny, secondé par Cochin63 et par Vien puis d'Angiviller, très proche de ce dernier possédaient, nous l'avons dit, des moyens de pression. Passer des commandes officielles, attribuer des logements et des ateliers au Louvre, contrôler la liste des pensionnés et enfin subvenir aux besoins de l'Académie de France à Rome. Ils ne s'en privèrent guère. Marigny fit augmenter les tarifs des peintures d'histoire et baisser autoritairement ceux des portraits, il remania la liste des pensionnés tout en épargnant Chardin64 et La Tour65, mais la coercition ne suffisait pas à détourner le public et à supprimer une riche clientèle qui faisait très largement vivre La Tour ou Boucher66, entre autres.

  • 67 Salon de 1761, Ed. Seznec-Adhémar, 1975.
  • 68 Salon de 1765, Ed. Seznec-Adhémar, 1975.
  • 69 Salon de 1763, Ed. Seznec-Adhémar, 1975
  • 70 Pour ce paragraphe, nous avons largement utilisé la travail de Jean Starobinski, Diderot dans l'es (...)

4Les autorités officielles firent appel aux philosophes et tout particulièrement à l'autorité de Diderot. Pour ces derniers, la peinture devait éduquer immédiatement. Et l'histoire s'offrait comme le moyen privilégié de cet apprentissage. Ainsi Diderot, pour qui "un tableau n'est bon que s'il apprend quelque chose", et depuis longtemps ami de Cochin, se fit son auxiliaire dans cette querelle. En effet, dès le Salon de 1759, Diderot répond à Grimm, l'entretient de ce qu'il a vu et a ressenti au Salon. Attitude qu'il adopte systématiquement pour les Salons suivants. Son avis est que si les qualités picturales et l'émotion sont nécessaires, elles ne sont pas suffisantes. "Grâce et beauté n'excluent en rien la sévérité et l'on ne doit pas s'écarter du "Grand Goût". Ainsi au Salon de 1761, il dénonce Boucher de la façon suivante dans ce qu'"il y a d'imagination, d'effet, de magie et de facilité"67. En fait pour Diderot, le peintre est trop hétéroclite pour avoir du goût. Et le philosophe, toujours à la recherche d'une peinture pédagogique et moralisatrice, d'"une action qui intéresse"68, se félicite du travail de Greuze en 1763 : "C'est vraiment là mon homme que Greuze (…) D'abord le genre me plaît ; c'est la peinture morale. Quoi donc ! Le pinceau n'a-t-il pas été assez et trop longtemps consacré à la débauche et au vice. Ne devons-nous pas être satisfaits de la voir concourir enfin avec la poésie dramatique à nous toucher, à nous instruire, à nous corriger et à nous inviter à la vertu ?"69-70 Ainsi, il fallut se mettre à rechercher dans l'histoire ou romaine ou plus moderne des sujets "tendancieux" dont les peintres devraient s'inspirer.

  • 71 Pierre Francastel, Histoire de la peinture française, ouvrage cité, p. 176.
  • 72 Ancienne maîtrise des peintres, cette corporation refusait toute autorité à l'Académie, fondée en (...)

5L'influence de Vien fut particulièrement importante dans ces années. Dès la fin des années 50 du XVIIIe siècle, il avait commencé sa quête d'un style nouveau qui par la suite inspira toute la peinture française. Au cours d'un séjour italien, sa découverte des ruines d'Herculanum fit de lui l'inventeur de la réaction néoclassique lorsqu'il présenta au Salon de 1763 sa "Marchande d'amours", imposant ainsi un goût grec qui semblait à certains froid et rigoureux. Ce fut le point de départ d'une "véritable dictature"71 de l'Académie que renforcèrent en 1774, l'arrivée de d'Angiviller et le soutien financier de Turgot. Tout ce qui ne paraissait pas dans la ligne académique ou qui semblait vouloir rivaliser avec elle, fut désormais verrouillé. Dès 1775, D'Angiviller supprima l'Ecole des Elèves protégés, puis l'année suivante, l'Académie de Saint Luc72 ainsi que les petits salons "indépendants" autorisés, ceux du Colisée et de la Correspondance. Ces derniers menèrent une farouche résistance pendant six années avant de capituler devant le triomphe de l'Académie. En 1776, De Peters et Marcenay de Guy organisèrent une exposition dite du Colisée. Elle fut interdite par arrêt du Parlement le 30 août 1777.

  • 73 Citée par Bellier de la Chavignerie, Les artistes français du XVIIIe siècle oubliés ou dédaignés, (...)

6Deux années plus tard, Pahin de la Blancherie tenta à l'Hôtel Villayer, rue Saint André des Arts l'expérience d'une exposition permanente qui reçut le nom de Salon de la Correspondance. Ce dernier connut son apogée entre 1781 et 1788. Vernet y vint en 1783. Parallèlement Pahin créa un journal : Les nouvelles de la République des Lettres et des Arts. Pahin tenta régulièrement d'obtenir une reconnaissance officielle à son exposition. Il envoya un mémoire au Roi. D'Angiviller lui répondit par lettre du 19 août 178373 qu'il déplorait "l'inutilité trop attestée par l'expérience" et que ce genre de Salon faisait partie de "ces dangers pour le maintien et le progrès des Arts", ce qui m'écartera surtout de tous ces nouveaux établissements". Il concluait sur le fait que "le germe de ce que la circonstance me force maintenant à vous déclarer sans détour, en réservant néanmoins tout ce qui ne tient qu'à une discussion qui ne peut exister entre vous et moi". Après cette fin de non-recevoir, ferme dans le ton et presque grossière dans le contenu, une seule exposition réussit à se maintenir en dehors de l'Académie, et ce jusqu'en 1789, ce fut celle de la Jeunesse autorisée le jour de la Fête-Dieu, Place Dauphine.

  • 74 Pierre Francastel. Histoire de la peinture française, ouvrage cité, p. 178

7Lemonnier fut donc le témoin de cette bataille menée puis gagnée par l'Académie. En effet, celle-ci finit par obtenir que l'approbation royale soit obligatoire pour s'agréger à elle et réussit même à éliminer les portraitistes contre la volonté de certains académiciens. Ce triomphe d'"un dirigisme forcené"74 était, pour une grande part, dû à Vien chez qui le jeune rouennais entra pour y faire son apprentissage. A un moment donc où le monde changeait, les institutions se raidissaient, la création semblait se figer tout en préfigurant ce qui devait s'imposer et déterminer largement la voie suivie par la peinture française pendant de nombreuses années : le néoclassicisme.

2. Lemonnier et Paris

  • 75 F. A.. Vincent, 1746-1816, grand Prix de Rome, entre à l'Académie en 1783.
  • 76 F. G. Ménageot, 1744-1816, entre à l'Académie en 1780, la dirige entre 1787 et 1793.
  • 77 J. Peyron, 1744-1814, grand Prix de Rome en 1773, entre à l'Académie en 1787.
  • 78 J. B. Suvée, 1743-1807, grand Prix de Rome en 1771, entre à l'Académie en 1780, dirige l'Académie (...)
  • 79 J. J. Taillasson, entre à l'Académie en 1782.
  • 80 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité, 1824, p. 6.
  • 81 Rappel : Mr de Marigny, 1727-1781, Cochin l'avait accompagné au cours de son voyage en Italie en 1 (...)
  • 82 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité, p. 7.
  • 83 1699-1777, son Salon fut l’un des plus fréquenté de Paris.

8En 1765, Lemonnier devint chez Vien le condisciple de David, Vincent75, Ménageot76, Peyron77, Suvée78 et Taillasson79, entre autres. Le maître fut "chéri à l'instar d'un père" rapporte le fils de Lemonnier qui ajoute que "jusqu'à ce moment, aucun peintre français n'avait à bien dire, fait école". Et, il conclut sur le sujet "Vien parut, homme de goût, plus que de verve mais assez habile et hardi pour se poser en réformateur"80. Celui-ci était étroitement lié à Marigny81, alors Surintendant des Bâtiments du Roi, lequel avait sûrement bénéficié (profité ?) du fait qu'il était le frère de madame de Pompadour. Ne nous étonnons donc pas que le jeune Gabriel auquel on s'accordait à reconnaître "un extérieur agréable et de l'esprit naturel"82 fréquentât la meilleure société et fût rapidement admis aux "Lundis artistiques" de Madame Geoffrin83. Cette dernière le tutoyait et son fils rappelant qu'un"extérieur séduisant et de l'esprit naturel lui donnaient quelques avantages" rapporte l'anecdote suivante. Madame Geoffrin avait envoyé le jeune peintre chez la comtesse d'Egmont, fille du maréchal de Richelieu, pour qu'il donnât des leçons à la fille de la maison. "Tu es attendu, tu peux te présenter de ma part" avait-elle précisé. Mais l'affaire ne marcha guère car, lui expliqua-t-elle, “on t'a trouvé trop beau garçon !". C'est aussi chez madame Geoffrin qu'il eut l'occasion de rencontrer pour la seconde fois Rousseau. Ce dernier le félicita pour un dessin d'une fête chez le comte d'Egmont. Son fils précise qu'il avait déjà eu l'occasion de rencontrer le philosophe chez le célèbre horloger Lapaute.

9Nous pénétrons ici un maillage de réseaux tout à fait intéressant. Nous y décelons trois ramifications. Vien en premier lieu. Celui-ci se trouvait au coeur des institutions officielles, celle dont le passage était obligé si l'on voulait être reconnu, faire carrière et être autorisé à exposer ses oeuvres : il fut de l'Académie royale de peinture, puis dirigea l'Ecole des élèves protégés, enfin, nommé à la direction de l'Académie de France à Rome, en 1775, il partit y rétablir une discipline qui s'était un peu relâchée sous la direction de son prédécesseur. A leur tour, ses élèves firent carrière, leur trajectoire le prouve. Parmi les six condisciples de Lemonnier que nous avons cités plus haut, tous sont entrés à l'Académie, la plupart furent récompensés par des prix prestigieux et certains se virent confier de hautes responsabilités. Le lecteur peut se reporter aux notes 50 à 54.

  • 84 J. B. Pigalle, sculpteur, 1717-1785, très apprécié de madame de Pompadour.
  • 85 C. J. Vemet, 1714-1789 dont le talent suscita ce célèbre mot de Louis XV : "Il n'y aura jamais en (...)

10En deuxième lieu, Marigny, le Surintendant des Bâtiments royaux, dont nous avons dit les liens familiaux avec la favorite royale. De par la fonction qu'il occupe jusqu'en 1773, il ouvre les portes de la Cour et aussi la possibilité d'éventuelles commandes royales. Or, Marigny protège Vien mais en même temps, sollicite de sa part avis et conseils de "spécialiste", tout comme il apprécie ceux de Cochin, secrétaire perpétuel de l'Académie royale. Il soutint tout particulièrement Chardin, Doyen, Pigalle84, Vernet85 et Vien, bien que Chardin et Vernet ne fussent pas des représentants de la "grande manière". Une solide amitié liait Marigny à Vien. A eux deux, ils pouvaient, tout du moins jusqu'en 1773, décider d'une aide, accorder des subventions, favoriser une carrière ou la verrouiller. Le jeune rouennais, qu'était Lemonnier, une fois admis chez Vien, se trouvait ainsi automatiquement proche des institutions officielles, implicitement protégé par la Cour, et ce par l'intermédiaire de Marigny. Il n'est guère étonnant, disions-nous plus haut de le retrouver fréquenter les Salons et tout particulièrement celui de Madame Geoffrin.

  • 86 Son fils la présente sous ce nom qu'elle ne porte qu'en 1794. Auparavant, il s'agit de Charlotte d (...)
  • 87 1719-1800, épousa Helvétius en 1751. Après la mort de son mari en 1755, elle reçut à Auteuil les p (...)
  • 88 Son fils ne le précise pas. Il s'agit sûrement de l'épouse du graveur Gabriel-Jacques Saint-Aubin (...)

11Avec celle-ci se révèle la troisième ramification, le troisième tremplin favorisant un peintre débutant. C'est une évidence que de souligner la chance supplémentaire que représentait cette rencontre qui lança le jeune peintre et lui permit de fréquenter les membres les plus célèbres et les plus cultivés de cette société des années 1770-1780. En effet, il fut impossible à Lemonnier de ne pas connaître, ou au moins de ne pas croiser, chez madame Geoffrin, des familiers, des habitués de son Salon tels d'Argental, l'ami de Voltaire, Turgot, Malesherbes, Buffon, Diderot, d'Alembert ou Helvetius. La science, les arts, la politique, les lettres et la philosophie se retrouvaient régulièrement chez elle. Par ailleurs, nous savons qu'il fréquentait aussi madame Cabanis86 qui était de la société intime de madame d'Helvetius87 et de madame Saint-Aubin88. Il se trouvait donc au coeur des Lumières en cette fin d'Ancien Régime.

12Il put aisément profiter de ces appuis, de ces influences et de ces protections, officiels, mondains et intellectuels, ô combien recherchés, pour très rapidement trouver à vendre de nombreux dessins et portraits que madame Geoffrin l'aidait à placer. Le voilà vite un peintre lancé. Quatre années seulement après son arrivée à Paris, en 1769, le chapitre de Lisieux lui passe commande de la "Résurrection de Tabitha", travail qu'il achève en 1770. Ce tableau faisait partie d’un ensemble d’oeuvres commandées à plusieurs peintres et destinées à orner le choeur de la cathédrale.

13Financièrement aisé, déjà reconnu - il est alors âgé de vingt-six ans - le jeune peintre possède de nombreux appuis parisiens et l'on peut considérer que ce Rouennais a su prendre sa place au sein d'un large réseau croisant trois entrées : celle des institutions artistiques officielles, celle de la Cour et celle, culturelle et mondaine, des Salons. C'est alors qu'il concourt pour le prix de Rome.

3. Le prix de Rome

  • 89 Offert au Musée des Beaux-Arts de Rouen, envoi de l'Etat en 1803.
  • 90 1748- ?.

141770, Lemonnier est couronné pour "Diane et Apollon perçant de leurs flèches les enfants de Niobé"89 mais le tableau n'est immatriculé qu'en 1772 et ceci à cause d'un différend entre l'Académie et Marigny. Le peintre partage ce premier prix avec Jombert90. Nous avons déjà dit toute la déception et l'amertume que cette décision provoqua chez David.

  • 91 Lettre citée par H. Wallon, "Discours de réception à l'Académie de Rouen, Précis analytique des tr (...)
  • 92 Le 25 mai 1773, il l'annonce par lettre à la Chambre de Commerce, lettre citée par H. Wallon, "Dis (...)

15Auréolé et fier de ce succès, dès 1773, Lemonnier décide de faire don d'un portrait de Louis XV à la Chambre de Commerce de Rouen. N'oublions pas que son père, en sa qualité de négociant de cette ville, possédait ses entrées dans de cette institution. Celui-ci avertit les Consuls que son fils désirait laisser un "monument de son pinceau" avant son départ pour Rome91. Lemonnier confirma cette intention dans une lettre adressée à la Chambre de Commerce92 : "je me suis fait un devoir de vous consacrer le premier ouvrage qui a suivi l'époque de mes succès". Nous pouvons d'ores et déjà constater que ses succès parisiens et nationaux ne l'avaient en rien détaché de sa ville natale. Pour le remercier de ce don, la ville de Rouen décida de lui offrir une médaille et une bourse de cinquante louis. Le "Louis XV", achevé en 1775, fut exposé dans le Palais des Consuls. Il disparut, et l'on ignore son réel devenir : caché chez un particulier ou détruit après le 10 août 1792 ? Ainsi, le jeune peintre avait rapidement su utiliser Rouen et sa Chambre de Commerce, son art, les commandes et les dons municipaux.

16Lemonnier passa l'année 1774 à l'Ecole des Elèves protégés. Vien y avait été porté à la direction par Marigny en 1771. Nous savons que cette école avait été fondée par le Roi en 1749, et qu'elle demeurait contre la volonté de l'Académie qui ne voyait plus dans cette récente institution qu'une dangereuse rivale. Elle offrait aux "grands Prix de Rome", futurs pensionnaires de l'Académie de France à Rome, la possibilité de se parfaire et de s'initier à l'art italien avant le séjour romain. D'Angiviller, successeur de Marigny la supprima en 1775. Mais en cette année 1774, nous retrouvons, toujours en place le triangle connu, celui formé dès l'arrivée à Paris en 1765, que constituaient Vien, Marigny et Lemonnier. A la fin de 1774, Lemonnier rejoint Rome comme pensionnaire de l'Académie de France. Les dix années qui suivent constituent pour lui une décennie italienne.

Notes

56 J.M.P. Pierre, 1713-1789.

57 Pierre Francastel, Histoire de la peinture française, Paris, Denoël, 1990, p. 177.

58 J. A. Watteau, 1684-1721.

59 Le Normant de Tournehem, 1745-1751.

60 Marigny, 1751-1773.

61 D'Angiviller, 1774-1791.

62 Pierre Francastel, Histoire de la peinture française, ouvrage cité, p. 173.

63 C. N. Cochin, 1715-1790, accompagne Marigny en Italie en 1749, Secrétaire perpétuel de l'Académie en 1755, anobli en 1757. Il voit son influence s'affaiblir à l'arrivée de d'Angiviller.

64 J. B. Chardin, 1699-1779.

65 M. Quentin La Tour, 1704-1788.

66 F. Boucher, 1703-1770.

67 Salon de 1761, Ed. Seznec-Adhémar, 1975.

68 Salon de 1765, Ed. Seznec-Adhémar, 1975.

69 Salon de 1763, Ed. Seznec-Adhémar, 1975

70 Pour ce paragraphe, nous avons largement utilisé la travail de Jean Starobinski, Diderot dans l'espace des peintres, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1991.

71 Pierre Francastel, Histoire de la peinture française, ouvrage cité, p. 176.

72 Ancienne maîtrise des peintres, cette corporation refusait toute autorité à l'Académie, fondée en 1648. En 1655, des lettres patentes accordèrent à la nouvelle académie le droit de se nommer "royale" et à ses membres le privilège exclusif de devenir peintre ou sculpteur royal.

73 Citée par Bellier de la Chavignerie, Les artistes français du XVIIIe siècle oubliés ou dédaignés, Paris, Vve J. Renouard, 1865, p. 351.

74 Pierre Francastel. Histoire de la peinture française, ouvrage cité, p. 178

75 F. A.. Vincent, 1746-1816, grand Prix de Rome, entre à l'Académie en 1783.

76 F. G. Ménageot, 1744-1816, entre à l'Académie en 1780, la dirige entre 1787 et 1793.

77 J. Peyron, 1744-1814, grand Prix de Rome en 1773, entre à l'Académie en 1787.

78 J. B. Suvée, 1743-1807, grand Prix de Rome en 1771, entre à l'Académie en 1780, dirige l'Académie de Rome de 1801 à 1807.

79 J. J. Taillasson, entre à l'Académie en 1782.

80 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité, 1824, p. 6.

81 Rappel : Mr de Marigny, 1727-1781, Cochin l'avait accompagné au cours de son voyage en Italie en 1749 pour lui faire découvrir la "patrie des arts"..

82 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité, p. 7.

83 1699-1777, son Salon fut l’un des plus fréquenté de Paris.

84 J. B. Pigalle, sculpteur, 1717-1785, très apprécié de madame de Pompadour.

85 C. J. Vemet, 1714-1789 dont le talent suscita ce célèbre mot de Louis XV : "Il n'y aura jamais en France d'autre marine que celle de Vernet".

86 Son fils la présente sous ce nom qu'elle ne porte qu'en 1794. Auparavant, il s'agit de Charlotte de Grouchy, soeur de Sophie, épouse de Condorcet.

87 1719-1800, épousa Helvétius en 1751. Après la mort de son mari en 1755, elle reçut à Auteuil les plus brillants esprits de son siècle. Ces réunions formaient la "Société d'Auteuil".

88 Son fils ne le précise pas. Il s'agit sûrement de l'épouse du graveur Gabriel-Jacques Saint-Aubin (1724-1783), second prix de peinture en 1751 et membre de l'Académie de Saint Luc de 1751 à 1774.

89 Offert au Musée des Beaux-Arts de Rouen, envoi de l'Etat en 1803.

90 1748- ?.

91 Lettre citée par H. Wallon, "Discours de réception à l'Académie de Rouen, Précis analytique des travaux de l'Académie de Rouen, 1897.

92 Le 25 mai 1773, il l'annonce par lettre à la Chambre de Commerce, lettre citée par H. Wallon, "Discours de réception à l'Académie de Rouen, Précis analytique des travaux de l'Académie de Rouen, 1897.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search