Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Première partie : une carrière exemplaire dans le moule de l'Ancien Régime

Chapitre 1. Une reconnaissance rapide

Texte intégral

1. La jeunesse d'un bourgeois rouennais "privilégié"

  • 1 H. Lemonnier, Notice historique sur la vie et les ouvrages de A. C. G. Lemonnier, Paris, Imprimeri (...)
  • 2 Jean Jouvenet, né à Rouen, 1644-1717. A. Schnapper, Jean Jouvenet 1644-1717, et la peinture d’hist (...)

1Le 6 juin 1743, Anicet Charles Gabriel naît dans une famille de négociants aisés. Un 6 juin, comme Corneille, se plaisait à faire remarquer son fils Hippolyte1 ! Les Lemonnier aimaient aussi à rappeler leur alliance avec la famille Jouvenet, donc des liens plus que flatteurs avec le célèbre peintre rouennais Jouvenet2, Directeur de l'Académie royale de peinture en 1705 et, au talent duquel Louis XIV avait choisi de confier la décoration de la Chapelle du château de Versailles et celle de l'église des Invalides. Dès 1685, Jouvenet était en effet considéré comme le plus grand spécialiste français de peinture religieuse. Lui furent confiées aussi la décoration de nombre d'églises parisiennes ainsi que celle, en 1694-1695, d'une partie du Parlement de Rennes. On peut aujourd'hui voir au Musée de Rouen sa "Mort de Saint François" ainsi que son "Autoportrait". A propos de ces liens familiaux, Hippolyte Lemonnier précise que "Lemonnier en avait la preuve par des actes". Il ajoutait avoir des "raisons plausibles" de parenté avec l'abbé Lemonnier, le fabuliste normand.

2Dès le berceau Gabriel fut donc proche du milieu des affaires rouennais, on peut même considérer qu'il était du sérail, mais il fut aussi un enfant familiarisé avec l'idée que la peinture pouvait offrir une reconnaissance sociale alliant célébrité et fortune. Il était le cadet de quatre garçons dont l'aîné mourut en bas-âge, le second fut marin ; enfin le troisième fils, prêtre, de trois ans plus âgé, lui survécut quelques années et meurt à 88 ans en 1829. Il avait été chanoine de la Cathédrale de Rouen.

  • 3 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité.
  • 4 J. B Descamps, dit Descamps père, 1715-1791.
  • 5 N. Lemire, 1724-1800.
  • 6 J.J.F. Le Barbier, 1738-1826.
  • 7 C. Le Carpentier, 1750-1822.
  • 8 J. H. Bernardin de Saint-Pierre, 1737-1814.
  • 9 J. G. B Vauquelin, 1748-1823.

3Le futur peintre fut envoyé chez les Jésuites et son fils rappelle qu'"encore enfant, il charbonnait tous les murs du Collège"3 et qu’"il dérobait des chandelles à sa mère pour dessiner pendant la nuit". Son père ne contraria en rien une vocation si précoce. Il encouragea même le jeune Gabriel puisqu'il l'inscrit chez Descamps4, alors Directeur de l'Ecole municipale de dessin de la ville de Rouen. Lemonnier était âgé de douze ans. Nous constaterons combien prestigieuse était alors cette école, tous les encouragements qu'elle recevait de l'Académie de Rouen et quel vivier artistique, elle constituait pour la ville. Des graveurs comme Lemire5, des peintres comme Le Barbier6 et Le Carpentier7, des ingénieurs comme Bernardin de Saint-Pierre8 et des architectes tel Vauquelin de Fierville9 en suivirent avec profit l'enseignement. Tous ont atteint une renommée nationale voire internationale. En effet, la réputation de cette école rouennaise dépassait largement la province de Normandie et ouvrait bien des portes parisiennes. Elle était emblématique de la richesse de la vie culturelle rouennaise.

2. Une vie culturelle intense

4Il n’est pas indifférent que Lemonnier soit né et resté attaché à une ville comme Rouen au XVIIIème siècle. Ces deux conditions furent, dans son cas, créatrices de singularité et contribuèrent à modeler le “personnel” du personnage.

  • 10 Nous nous référons ici aux travaux de J. P. Bardet, tout particulièrement Les mutations d’un espac (...)

5De fait de multiples fonctions caractérisaient la capitale de la Généralité : parlementaire, archiépiscopale, portuaire, commerçante, manufacturière et artisanale. Cet ensemble de caractéristiques avait “fabriqué” une ville marquée d’une forte identité et régnant sans partage sur une grande partie de la province de Normandie. Il faut préciser aussi que sa réputation de ville culturelle n’avait aucune mesure avec le sixième rang qu’elle tenait dans le royaume, place où l’avait reléguée sa stagnation démographique dès le milieu du XVIIIème siècle10. Il n’est nullement question de lier de manière mécanique et systématique richesse avec culture, développement des arts, goût du Beau, volonté d’embellissement et reconnaissance du rôle des artistes. Mais il se trouve que, dans le cas de Rouen, son éventail de fonctions avait réuni des conditions qui expliquaient l’intérêt qu’un grand nombre de ses habitants manifestait pour la création artistique. Et c’est une réalité que la cité demeura ferme à développer tout ce qui avait trait aux arts et toujours décidée à favoriser leur développement. Enfin, il faut souligner à quel point ses édiles furent toujours partie prenante de cette volonté d’affirmer la renommée culturelle de leur ville.

  • 11 Daniel Hallé, 1614-1675. Célébré pour ses portraits et ses tableaux religieux. On peut voir à Roue (...)
  • 12 Jean Jouvenet, 1644-1768.
  • 13 Jean II Restout, 1692-1768.
  • 14 Jean-Baptiste Deshays, 1729-1765.

6Aux XVème et XVIème siècles, on a pu parler d’une Ecole de Rouen. Il s’agissait de peintres enlumineurs qui pratiquaient leur art sur des manuscrits. Ce groupe fut vivement encouragé, et ce au plus haut niveau du royaume, par le roi Louis XII et la reine Anne de Bretagne. A Rouen, ce fut l’archevêque Georges I d’Amboise qui assura le mécénat de cette dernière étape de la peinture manuscrite. Au XVIIème siècle, nul doute que l’influence de l’archevêque François de Harlay fut tout aussi stimulante pour le développement artistique de son diocèse. Rouen est alors un haut lieu pictural, protecteur des artistes, tel Hallé11 qui honora de son nom et de ses oeuvres la métropole normande. Puis au tournant des XVIIème et XVIIIème siècles, Jouvenet12 et enfin au XVIIIème siècle, Restout13, Deshays14 furent tous reconnus par l’Académie, répondirent à des commandes prestigieuses et assurèrent chacun la formation de nombreux disciples.

7La présence d’une noblesse parlementaire très cultivée et particulièrement curieuse du monde qui l’entourait, d’un haut clergé séculier et régulier pléthorique dans une ville archiépiscopale, de riches marchands et banquiers aide à comprendre combien pouvaient être favorisées les commandes religieuses et profanes. Ainsi Rouen, à la veille de la Révolution, était quantitativement considérée comme la troisième ville du royaume, en ce qui concerne les collections particulières, c’est-à-dire celles constituées par les couvents, abbayes et chapitres ou par des particuliers. Il existait donc un véritable marché de l’art, les clients potentiels y étaient nombreux. La ville, elle-même, ne manquait pas de moyens et pouvait se révéler aussi un bon client. La Municipalité était assurée de rentrées importantes, de taxes régulières. Le trafic du port qui alimentait l’Octroi des marchands autorisait la Chambre de Commerce créée en 1703, à jouer les mécènes. Les conditions étaient remplies pour aider au développement artistique et favoriser l’intérêt pour toutes les activités intellectuelles.

8Ces conditions sociales, économiques et culturelles ont fourni un terrain propice aux peintres. De véritables dynasties se créèrent comme celle de la célèbre lignée des Jouvenet. Rouen attira aussi des talents extérieurs comme le caennais Restout. Enfin les échanges étaient fréquents et fructueux entre la ville et la capitale. Si, nombreux furent les artistes qui demeurèrent en Normandie pour y poursuivre leur carrière de créateurs, d’autres tels Hallé ou Jouvenet rejoignirent rapidement Paris. Mais ces allers et venues, ces voyages, la proximité même de la capitale firent des peintres rouennais des hommes sensibles à de multiples horizons, ouverts à de nombreuses influences. Par ailleurs, il est intéressant de constater que des peintres parisiens n’hésitèrent pas à venir s’installer à Rouen comme le firent Pierre Dudot entre 1650 et 1660. Ainsi les techniques, la réflexion, les diversités des thèmes abordés mais aussi les commandes passées à quelques grands maîtres parisiens comme Laurent La Hyre pour sa Descente de Croix ou Philippe de Champaigne pour son Adoration des Bergers autorisèrent de multiples apports et échanges, plaçant Rouen parmi les tout premiers centres artistiques du royaume car ses protagonistes savaient se renouveler régulièrement.

  • 15 Créée par Lettres patentes du 12 août 1744.
  • 16 1758, Forfait, ministre sous le Consulat et Bernardin de Saint-Pierre y furent élèves.
  • 17 1777.
  • 18 D’abord à Dieppe, en 1752.
  • 19 1752, fondée par Le Cat.
  • 20 Une nouveauté en 1764, les futures sages-femmes peuvent assister aux cours en 1770.
  • 21 1757.
  • 22 Il exsitait depuis 1736, il fut protégé par l’Académie.
  • 23 Créée en 1741. Descamps (père) y forma aussi bien des peintres comme Le Barbier, des graveurs comm (...)

9Dès 1744, le Roi avait reconnu et encouragé la création d’une Académie15. Le rayonnement de celle-ci fut immédiat. A son initiative, il faut rappeler les nombreuses ouvertures d’écoles spécialisées, répondant aux besoins techniques de la ville active qu’était Rouen au XVIIIème siècle : école de mathématiques16, de physique, de chimie17, d’hydrographie18, de chirurgie19, d’accouchement20 et de botanique21, encouragement à l’étude des langues vivantes, entretien d’un jardin botanique22. Nous citons ces quelques exemples pour constater un réel éclectisme. Ici notre propos nous conduit à nous arrêter quelque peu sur le rayonnement de l’Ecole de Dessin de Descamps23. Lemonnier, comme tant d’autres y fut élève. Cette dernière, considérée comme une véritable dépendance de l’Académie de Rouen recevait des subventions par l’intermédiaire de l’Octroi de la ville et des marchands dès 1750. Comme cela, en passant, nous pouvons d’ores et déjà déceler, deviner cette relation particulière, cet entrecroisement, cette symbiose marchands-subventionsAcadémie-école-prestige-arts.

  • 24 Construit en 1776.
  • 25 Après Paris et Lyon.
  • 26 En 1789, on trouve des livres dans 63 % des inventaires après décès.
  • 27 Sur ce sujet, nous suggérons au lecteur de consulter les travaux d’Eric Wauters, Une presse de pro (...)

10Ajoutons que Rouen était aussi la ville de deux théâtres dont l’un pouvait accueillir près de 1600 personnes24. Que les éditeursimprimeurs y étaient nombreux, une dizaine, ainsi Rouen pouvait s’enorgueillir d’être la troisième ville d’imprimerie du Royaume25. Une vie intellectuelle et culturelle animée que les inventaires des bibliothèques confirment largement26. En 1762, la création d’une presse que nous osons qualifier de “régionale”, le Journal de Rouen qui devient le Journal de Normandie27 en 1784 confirme tout l’intérêt que portaient les Rouennais au monde qui les entourait. Cette tradition de lecture, cette volonté de s’informer, ce désir de connaître sont sûrement à corréler à l’attachement au protestantisme que ses élites urbaines manifestèrent dès le XVIème siècle. Et malgré la Révocation de l’Edit de Nantes, la tradition de l’imprimerie, les habitudes de lecture demeurèrent.

  • 28 Après l’expulsion des Jésuites, en 1762.

11Ne négligeons pas non plus l’importance de la formation que proposait le Collège royal, réorganisé en 176328. La “bonne société” rouennaise lit, va au théâtre, cherche à s’informer, s’attache à répondre aux besoins d’une société active, tente d’adapter la transmission et le contenu du savoir nécessaire au progrès qu’elle juge indispensable. Rouen est au coeur des “Lumières”, aucune préoccupation de l’esprit ne lui est indifférente. C’est dans ce cadre culturel que le jeune Lemonnier fut inscrit à l’Ecole de Dessin.

3. L’élève d’une école exemplaire

  • 29 Présenté par M. J. Girardin, comme un des "promoteurs les plus ardents et un des bienfaiteurs les (...)
  • 30 A. Ferrand de Monthelon, 1686-1752.

12Il est important de s'arrêter quelque peu sur les particularités de cette école qui symbolise le foyer culturel qu’était alors Rouen. Il s'agit d'une création totalement intégrée dans la vie spécifique de la Généralité de Rouen et tout particulièrement dans celle de sa capitale. Peu de temps après son ouverture en 1741, elle reçut le soutien de toutes les autorités en place. L'intendant La Bourdonnaye, le Parlement, la Municipalité lui fournissent des moyens financiers. Enfin, deux ans après sa création, l'Académie de Rouen, sur la recommandation expresse de Pierre-Robert Le Cornier, chevalier de Cideville29, ami de Voltaire, correspondant de Fontenelle et de son vice-président, l'intendant la Bourdonnaye, lui offrait une reconnaissance morale décisive, déclencheuse des dons et des subventions de la part des notables normands. L'ensemble de ces reconnaissances attira rapidement l'attention de la capitale. Le roi, par Lettres patentes, datées de 1749, lui offrit le statut d'Académie de Dessin et de Peinture et Descamps, son directeur, reçut une pension de l’Etat. L’entreprise de ce dernier anticipait ce que le peintre Ferrand de Monthelon30 proposait dans son Projet pour l’établissement d’écoles gratuites de dessein (sic). Ce projet fut immédiatement diffusé par le Journal de Trévoux et publié par le Mercure de France.

  • 31 N. de Largillière, 1656-1746, reçu à l'Académie en 1746, bien que né à Paris, il avait été lui-mêm (...)
  • 32 C. Van Loo, 1705-1765, grand Prix de Rome en 1724, reçu à l'Académie en 1735, Premier Peintre du r (...)

13Jean-Baptiste Descamps, flamand, né en 1715, formé à Ypres et à Anvers, élève de Largillière31, avait tenté sa chance à Paris. Il était alors âgé de 22 ans. C'est sur la proposition de Van Loo32 qu'il décida de se rendre à Londres. Passage obligé pour gagner l'Angleterre, il s'arrêta à Rouen. Remarqué par le Conseiller au Parlement, de Cideville, il reçoit le soutien de l'Intendant et du gouverneur de Normandie, le duc de Luxembourg, donc du pouvoir central, puis celui du Corps de Ville, c'est-à-dire celui de la Municipalité et enfin celui du Seigneur de Cany. En 1741, il ouvre son "Ecole gratuite de Dessin", la première du royaume. Il demeure à sa tête jusqu'en 1791, année de sa mort. L'originalité de cette école provient de la conjugaison de sa pédagogie et d'une réflexion longuement mûrie sur les rapports Art / Enseignement / Beauté / Utilité.

14Son Mémoire, Sur l'utilité des établissements des écoles gratuites de dessin en faveur des métiers, publié en 1767, récapitule ses visées pédagogiques et sa volonté didactique. Il fut couronné la même année par l'Académie française. Descamps s’intéresse aux "Arts mécaniques" et veut arriver à donner "le goût du beau" à tous ceux qui créent et produisent : serruriers, charpentiers, ciseleurs, brodeurs, tapissiers, brodeurs. Deux idées se croisent, le beau et la qualité qui permettent, ainsi conjuguées, de vendre, de conquérir le marché et de le garder. Mais cette formation de base ne doit pas être réservée aux seuls futurs producteurs, elle doit aussi permettre d'éveiller le talent artistique. "Il serait peut-être utile d'obliger la jeunesse de passer dans ces écoles" écrit-il dans son Mémoire. Il faut aussi savoir le dessin mais en passant par la géométrie et les mathématiques. Arts, industrie, manufactures suivent ainsi des chemins mêlés. Descamps ajoutait qu'il fallait non pas copier mais s'inspirer, prolonger le travail des Académies créées par Colbert et auxquelles le royaume était redevable de "tous les progrès dans les Arts et la perfection de toutes les manufactures". Arts et métiers étaient donc montrés comme indissociables.

  • 33 C. N Lecat ou Le Cat, 1700-1768, nous rappelons qu'il avait fondé l'Ecole de chirurgie de Rouen en (...)
  • 34 E. Pommier, "Naissance des musées de province", dans Les lieux de mémoire, La Nation t. 3, Pierre (...)

15Ses méthodes d'enseignement s'inspirèrent de ses desseins pédagogiques. A ses tout débuts, Descamps partagea avec Le Cat33 son amphithéâtre de la Place Bouvreuil. Ce dernier dispensait aux élèves de Desmans, une cinquantaine, des cours d'anatomie. “L’école, elle-même, possédait une collection de plâtres, d'estampes, de gravures et de moulages qui devait être utilisée pour la formation au dessin, base de tous les arts. On travaille sur le modèle. On peut y voir l'ébauche d'un musée au second degré"34.

16Le nombre d'élèves s'accroissant, très rapidement ils furent trois cents, le Corps de Ville fit construire au dessus de la Halle, au marché de la Vieille Tour, dans une partie des magasins des Lecouteulx, une salle pour le modèle vivant, la ronde bosse et les copistes d'après le dessin. Cette pièce de vingt-huit pieds sur vingtsix pouvait accueillir plus de deux cent cinquante personnes. Une deuxième salle était destinée aux élèves peintres et sculpteurs, une troisième fut prévue pour l'étude de l'architecture civile et militaire, enfin un cabinet particulier était réservé au Directeur. Les élèves travaillaient à la bosse ou au dessin, en attendant la présence du modèle. Celui-ci posait cinq mois par an, de six à huit heures du soir, et suivant la longueur des jours, à la lumière d'une lampe.

  • 35 La Bibliothèque de Rouen conserve une série de dessins couronnés entre 1749 et 1791.
  • 36 Peinture et bas-relief, une médaille d'or, architecture, le modèle vivant, la ronde bosse et la co (...)

17Cette pédagogie reposait aussi sur une ouverture vers le public. On exposait les travaux des élèves, des prix récompensèrent chaque année les meilleurs, travaux effectués sur des thèmes proposés35. On classait les élèves et les ouvrages étaient jugés par les membres de l'Académie de Rouen qui se réservaient l'inspection de l’école. L'argent des prix provenait des dons particuliers, comme ceux de la comtesse de Marie et des Corps constitués. Ces prix, au nombre de six, étaient des médailles d'or ou d'argent36 que l'Académie distribuait au nom des magistrats de la ville. Ces prix furent décernés pour la première fois le 1er août 1747. Ainsi, un public informé participait à la vie de l'Ecole. L'art était ouvert, exposé, montré.

  • 37 C. F. F. de Montmorency, duc de Luxembourg, 1702-1764, Gouverneur de la province de Normandie depu (...)

18Cette organisation requérait un travail énorme de la part du Directeur. C'est la raison pour laquelle, après les démarches de Cideville, favorisées par le crédit dont jouissaient Luxembourg37 et la Bourdonnaye, secondées par les pressions du Bureau municipal et de l'Académie, un arrêt du Conseil d'Etat accorda, en 1750, une pension de mille livres au Directeur et une autre de cinq-cents pour le modèle. En 1765, le Conseil d'Etat ajouta mille cinq cents livres à la pension de Descamps et l'Hôtel de Ville promit deux cents livres supplémentaires pour décerner les prix aux élèves ainsi qu'une bourse de jetons d'argent aux armes de la ville, offerte chaque année à Descamps. Il fallait retenir Descamps, tellement réclamé dans d'autres villes ! Dès 1747, l'intendant avait exempté les élèves de leurs obligations de milice, ce qui mettait ces jeunes Rouennais sur un pied d'égalité avec les élèves de l'Académie Saint-Luc à Paris.

  • 38 E. Lavallée-Poussin, 1735-1802.
  • 39 J. P. L. Houel, 1735-1813, peintre mais aussi dessinateur et architecte.
  • 40 N. M et P. Ozanne, 1728-1811 et 1737-1813, auteurs de nombreuses gravures marines.
  • 41 J. B. M. A. Descamps dit Descamps fils, 1742-1836.
  • 42 P. G. A. Beljambe, 1759-vers 1820.
  • 43 F. Godefroy, 1743-1819.
  • 44 M. N. Jaddoulle ou Jadouille, 1736-1805.
  • 45 G. M. Couture, 1732-1799, il fut, entre autres, associé aux plans de l'église de la Madeleine à Pa (...)
  • 46 G. F. Allais, 1776, on perd sa trace en 1808.
  • 47 J. L. Bouet, 1765-1810.
  • 48 F. Guéroult, 1745-1803, on lui doit, par exemple, l'ancien Théâtre des Arts de Rouen.

19Quant aux résultats obtenus, nous avons déjà cité quelques noms. A l'époque où Lemonnier fréquenta cette école, cette dernière accueillait plus de trois cents élèves dont beaucoup firent une prestigieuse carrière. Il est nécessaire d'ajouter aux quelques noms déjà cités des peintres tels Lavallée-Poussin38, Houel39, les frères Ozanne40, Descamps fils41, des graveurs comme Beljambe42 ou Godefroy43, le sculpteur Jaddoulle44, les architectes Couture45, Allais46, Bouet47 et enfin des ingénieurs tel Guéroult48.

  • 49 Abbé Pluche, littérateur, né à Reims, 1688-1761.

20On citait alors l'Ecole de Rouen comme une référence de formation. Elle devint exemplaire. L’on demanda des conseils à Descamps, on l'invita, on aurait bien aimé qu'il abandonnât Rouen pour venir s'installer et offrir à d'autres villes ses talents de pédagogue. Il fut contacté par les autorités de Lyon, de Marseille, de Dijon, d'Orléans, de Lille, de Bordeaux, d'Amiens et d'Edimbourg, entre autres. Dès 1746, la ville de Reims l'appela. En effet, la ville avait construit les salles nécessaires et réclamait à Paris la présence de Descamps à Reims. La demande avait été faite par le célèbre abbé Pluche49, auteur, entre autres ouvrages, du Spectacle de la nature, publié en 1732.

  • 50 J. J. Bachelier, ? -1806.
  • 51 Avant que l’Ecole ne soit fermée, en même temps que les Académies, en 1793, son fils lui succéda. (...)

21Paris accepta mais les pressions de l'intendant et de de Cideville furent telles que Descamps demeura fidèle à Rouen. Il avait su adapter aux besoins de cette ville un modèle préexistant. Il faut attendre 1765 pour que Paris crée son école gratuite, ses deux premiers professeurs sortaient de chez Descamps et la direction en fut confiée à Bachelier50, alors Directeur de la Manufacture de Sèvres. On continua à demander avis et conseils à Descamps qui accepta de préparer les règlements des Académies de peinture d'Anvers et d'Edimbourg. Malgré l'ampleur de sa tâche, il rédigea une vie des peintres flamands. Toujours Directeur de cette école et ce jusqu'à sa mort en 1791, il avait alors reçu le titre de peintre du Roi51.

  • 52 Collection Deloynes, 1765-1808, cataloguée en 1881 par G. Duplessis, Cabinet des Estampes de la Bi (...)
  • 53 On connaît de lui deux autres tableaux : “Négociant” et “Pupille” aujourd’hui au Musée de Rouen.
  • 54 Le tableau se trouve à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, venant du Louvre, H 0,562 x L (...)

22En revanche, sa propre carrière de peintre n’inspira pas de critiques élogieuses. Ses oeuvres n’enchantaient guère Diderot qui écrivait pour le Salon de 176552 : “Vous peignez gris, monsieur Descamps, vous peignez lourd et sans vérité (…) Et cette grosse, courte et maussade cauchoise, que dit-elle ? A qui en veut-elle ? (…) On dit que vous vous mêlez de littérature ; Dieu veuille que vous soyez meilleur en belles-lettres qu’en peinture. Si vous avez la manie d’écrire, écrivez en prose, en vers, comme il vous plaira, mais ne peignez pas.” Descamps venait d’être reçu en 1764 par l’Académie au titre de peintre dans le genre des sujets populaires53. Il y avait présenté comme morceau de réception cette “Cauchoise dans sa cuisine avec deux de ses enfants”54 qui déclencha l’ire d’un Diderot qui ajoutait : “Monsieur Descamps, pauvre peintre, littérateur ignoré”.

  • 55 Joseph-Marie Vien, 1716-1809, grand Prix de l'Académie en 1745, professeur depuis 1754, protégé de (...)

23Sa gloire vint de cette école rouennaise dont le fonctionnement connut un retentissement national, voire international, elle eut une importance fondamentale dans la formation de Lemonnier qui y passa sept années avant d'être couronné par le prix de l'Ecole. Il retint toute sa vie la leçon de Descamps, à savoir combien le dessin et l'art en général pouvaient avoir de fonctions pédagogiques mais aussi qu'il ne doit pas être réservé à une élite, c'est-à-dire à ceux qui ont eu la possibilité d'apprendre à regarder (ou à écouter, n'oublions pas la musique) ou à l'infime minorité qui possède les moyens d'acquérir des oeuvres. Sa longue et plurielle trajectoire nous le montre. Après cette formation initiale, son père décida d'envoyer le jeune homme à Paris chez Vien55. La date est importante car le jeune homme ne put demeurer imperméable aux dissensions entre les différents courants artistiques qui s'affrontaient alors.

Notes

1 H. Lemonnier, Notice historique sur la vie et les ouvrages de A. C. G. Lemonnier, Paris, Imprimerie Crapelet, 1824.

2 Jean Jouvenet, né à Rouen, 1644-1717. A. Schnapper, Jean Jouvenet 1644-1717, et la peinture d’histoire à Paris, Paris, Laget, 1974, dit de lui : "Jouvenet qui a beaucoup admiré Poussin dans sa jeunesse, qui reste fidèle à Le Brun, qui connaît assurément Rubens et Van Mol aussi bien que Raphaël et les Carrache a eu pour premier mérite, comme le disaient fort bien les critiques plus anciens d'être un peintre original".

3 H. Lemonnier, Notice historique…, ouvrage cité.

4 J. B Descamps, dit Descamps père, 1715-1791.

5 N. Lemire, 1724-1800.

6 J.J.F. Le Barbier, 1738-1826.

7 C. Le Carpentier, 1750-1822.

8 J. H. Bernardin de Saint-Pierre, 1737-1814.

9 J. G. B Vauquelin, 1748-1823.

10 Nous nous référons ici aux travaux de J. P. Bardet, tout particulièrement Les mutations d’un espace social aux XVIIème et XVIIIème siècles, Paris, SEDES, 1983.

11 Daniel Hallé, 1614-1675. Célébré pour ses portraits et ses tableaux religieux. On peut voir à Rouen, à l’église Saint-Ouen sa Multiplication des pains. Il fut à l’origine d’une dynastie de peintres, tous académiciens, Claude-Gui puis Noël. Ce dernier fut surinspecteur de la Manufacture des Gobelins et de l’Académie de France à Rome.

12 Jean Jouvenet, 1644-1768.

13 Jean II Restout, 1692-1768.

14 Jean-Baptiste Deshays, 1729-1765.

15 Créée par Lettres patentes du 12 août 1744.

16 1758, Forfait, ministre sous le Consulat et Bernardin de Saint-Pierre y furent élèves.

17 1777.

18 D’abord à Dieppe, en 1752.

19 1752, fondée par Le Cat.

20 Une nouveauté en 1764, les futures sages-femmes peuvent assister aux cours en 1770.

21 1757.

22 Il exsitait depuis 1736, il fut protégé par l’Académie.

23 Créée en 1741. Descamps (père) y forma aussi bien des peintres comme Le Barbier, des graveurs comme Lemire ou des ingénieurs comme Guéroult.

24 Construit en 1776.

25 Après Paris et Lyon.

26 En 1789, on trouve des livres dans 63 % des inventaires après décès.

27 Sur ce sujet, nous suggérons au lecteur de consulter les travaux d’Eric Wauters, Une presse de province pendant la Révolution française, journaux et journalistes normands 1785-1800, Paris, CTHS, 1993.

28 Après l’expulsion des Jésuites, en 1762.

29 Présenté par M. J. Girardin, comme un des "promoteurs les plus ardents et un des bienfaiteurs les plus généreux de notre Académie", "Notice historique sur l'Académie de peinture et de Dessin de la Ville de Rouen" dans Précis analytique des travaux de l'Académie de Rouen, T. 43, 1831.

30 A. Ferrand de Monthelon, 1686-1752.

31 N. de Largillière, 1656-1746, reçu à l'Académie en 1746, bien que né à Paris, il avait été lui-même élève à Anvers.

32 C. Van Loo, 1705-1765, grand Prix de Rome en 1724, reçu à l'Académie en 1735, Premier Peintre du roi en 1762, Directeur de l'Académie en 1763. Professeur de Doyen.

33 C. N Lecat ou Le Cat, 1700-1768, nous rappelons qu'il avait fondé l'Ecole de chirurgie de Rouen en 1752.

34 E. Pommier, "Naissance des musées de province", dans Les lieux de mémoire, La Nation t. 3, Pierre Nora, Paris, Gallimard, 1986.

35 La Bibliothèque de Rouen conserve une série de dessins couronnés entre 1749 et 1791.

36 Peinture et bas-relief, une médaille d'or, architecture, le modèle vivant, la ronde bosse et la copie d'après dessin, une médaille d'argent.

37 C. F. F. de Montmorency, duc de Luxembourg, 1702-1764, Gouverneur de la province de Normandie depuis 1728.

38 E. Lavallée-Poussin, 1735-1802.

39 J. P. L. Houel, 1735-1813, peintre mais aussi dessinateur et architecte.

40 N. M et P. Ozanne, 1728-1811 et 1737-1813, auteurs de nombreuses gravures marines.

41 J. B. M. A. Descamps dit Descamps fils, 1742-1836.

42 P. G. A. Beljambe, 1759-vers 1820.

43 F. Godefroy, 1743-1819.

44 M. N. Jaddoulle ou Jadouille, 1736-1805.

45 G. M. Couture, 1732-1799, il fut, entre autres, associé aux plans de l'église de la Madeleine à Paris.

46 G. F. Allais, 1776, on perd sa trace en 1808.

47 J. L. Bouet, 1765-1810.

48 F. Guéroult, 1745-1803, on lui doit, par exemple, l'ancien Théâtre des Arts de Rouen.

49 Abbé Pluche, littérateur, né à Reims, 1688-1761.

50 J. J. Bachelier, ? -1806.

51 Avant que l’Ecole ne soit fermée, en même temps que les Académies, en 1793, son fils lui succéda. Il devint, par la suite, le premier conservateur du Musée des Beaux-Arts de Rouen en 1809.

52 Collection Deloynes, 1765-1808, cataloguée en 1881 par G. Duplessis, Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale.

53 On connaît de lui deux autres tableaux : “Négociant” et “Pupille” aujourd’hui au Musée de Rouen.

54 Le tableau se trouve à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, venant du Louvre, H 0,562 x L 0,451.

55 Joseph-Marie Vien, 1716-1809, grand Prix de l'Académie en 1745, professeur depuis 1754, protégé de Marigny, frère de Madame de Pompadour, Surintendant des Bâtiments du Roi jusqu'en 1773. Vien exécuta de nombreuses commandes pour la favorite, dirigea l'Académie de France à Rome en 1775, à la mort de Natoire. Il resta très proche aussi de D'Angiviller, successeur de Marigny.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search