Version classiqueVersion mobile

Lemonnier, un peintre en révolution

 | 
Christine Le Bozec

Introduction

Texte intégral

  • 1 1748-1825, prix de Rome à son quatrième essai, en 1774.
  • 2 G. F. Doyen, 1726-1806, élève de Van Loo, Grand Prix de Rome en 1746, effectue de longs séjours en (...)
  • 3 Il s’agit du “Combat de Minerve contre Mars”.
  • 4 Phrase citée par A. Schnapper, David, Paris, 1980, p. 24-25.
  • 5 "Le tableau de Lemonnier n'est pas supérieur à celui de David et l'on peut comprendre son sentimen (...)
  • 6 De Lépinois le souligne déjà en 1870, "Discours de réception à l'Académie de Rouen", séance du 11 (...)
  • 7 1870, De Lépinois, 1884, E. Lebel, 1897, H. Wallon.

11772, Anicet Charles Gabriel Lemonnier est lauréat du grand Prix de Rome. Cette prestigieuse récompense lui assure un triomphe aux dépens de son condisciple David1 Ce dernier, rapporte la rumeur, en fut tellement humilié et découragé, qu'il songea un moment à se laisser mourir. Mais le peintre Doyen2 le réconforta de cette phrase : "Quand on a fait un pareil tableau3 on doit s'estimer plus heureux que ceux qui l’ont emporté sur vous. Ils changeraient bien avec vous"45 Et si aujourd'hui, il est fort difficile d'ignorer le nom, le talent et la production de David, en revanche Lemonnier est un peintre complètement oublié6 bien que nombre de ses oeuvres soient exposées au Musée des Beaux-Arts de Rouen, sa ville natale. Pourtant de son vivant, sa longue vie de travail ainsi que la variété de ses occupations lui valurent de nombreux honneurs de la part de ses contemporains et de ses concitoyens. Il meurt à 81 ans en 1824, toujours très présent dans sa ville, et ceci, même si les contraintes de l'âge avaient quelque peu ralenti son activité. Mais son souvenir fut vite effacé de l'esprit des Rouennais, exceptés les quelques éloges régulièrement prononcés par les nouveaux reçus à l'Académie de Rouen7 A l'évidence, ces discours louangeurs, qui respectent la loi du genre, demeurent plus proches de l'exercice de style que du réel souvenir et de l’hommage sincère. De fait, cet oubli reste d'autant plus étonnant que Lemonnier ne se contenta pas d'être un peintre reconnu et célébré de son vivant mais son intérêt, son action lui permettent, aujourd'hui encore, de revendiquer sa part de paternité dans la création du Musée des Beaux-Arts de Rouen.

2Cette longue et riche trajectoire fut le résultat d’activités multiples, toutes faites de continuité pour la défense des arts, mais aussi de ruptures dans le style et de discontinuités dans ses centres d'intérêt. Tant, que sa vie durant, cette grande diversité de préoccupations et d’action ont construit un homme aux facettes multiples, léguant au public un remarquable éventail de réalisations. Cette richesse, cette multiplicité de l'homme furent renforcées par le fait qu'elles étaient porteuses et empreintes de toutes les nouveautés, les interrogations et les contradictions de son époque. Comme celle rouennaise, la mémoire nationale n’a guère gardé de trace de ses créations et de son action.

  • 8 Il fut agréé à l'Académie royale de peinture et de sculpture le 30 juillet 1785 et reçu le 26 sept (...)
  • 9 Il fut reçu à l'Académie de Rouen le 7 décembre 1786 comme membre non-résident.
  • 10 Alexandre Lenoir (1762-1839), formation de peintre, élève de Doyen.
  • 11 Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy (1755-1849), archéologue.

3Pourtant Lemonnier ne demeura pas qu'un "artiste" cloîtré dans son atelier et étranger au monde qui l'entourait, un homme à qui il aurait pu suffire d'être reconnu par toutes les institutions officielles d'Ancien Régime, aussi bien à Paris8 que dans sa ville natale9. Au contraire, bien que comblé d'honneurs, nous le rencontrons, en pleine période révolutionnaire, homme de terrain, sur les routes normandes, dans les rues de Paris, tout en siégeant régulièrement à la Commission du Louvre, se consacrant à la collection, la conservation et aussi à la restauration d'oeuvres d'art normandes et parisiennes. Il fut homme préoccupé du débat sur la conservation, sur ses moyens et sur sa finalité. Débat que continua de nourrir, pour une large part, la querelle entre Lenoir10 et Quatremère de Quincy11, et ce jusqu'en 1816.

4Il est aussi essentiel de remarquer que, jamais, il ne cessa de croiser son intérêt pour la capitale et pour sa ville natale. Tout au long de sa vie, ces deux villes demeurèrent complémentaires, aussi bien dans ses activités créatrices que dans celle de conservation. Elles alimentèrent, en parfaite symbiose, de façon fructueuse et originale, son inspiration et sa production. C’est là un point névralgique, stratégique du déroulement de sa carrière que cette imbrication du national et du local. Nous nous proposons d’y revenir.

5Malgré cette inlassable activité et une importante production artistique, une carrière exemplaire donc, que l'Empereur récompensa d'un poste prestigieux en lui confiant la direction de la Manufacture des Gobelins en 1810, il ne fut pas couronné par une élémentaire reconnaissance du souvenir. Aujourd'hui encore, aucune rue de Rouen ne porte son nom. Ainsi, Lemonnier demeure un Rouennais méconnu, et inconnu des Rouennais. Au même titre, à Paris, sa célébrité n’a pas résisté puisque le Musée du Louvre l’ignore toujours superbement.

6De fait de nombreux hommages furent rendus à Lemonnier, mais seulement de son vivant. Nous serons conduite à nous interroger sur ce silence qui fit tomber Lemonnier si vite dans l'oubli général. Certes, tel est le sort de milliers voire de la majorité des artistes. Leur gloire est éphémère, leur trace s’efface rapidement de la mémoire collective. Cependant, dans son cas, on peut s’étonner du fait que la symbiose Lemonnier / Rouen / Paris n’ait nulle part sauvegardé son souvenir, ni dans sa ville natale, ni dans la capitale. Dans la mesure du possible, en se fondant sur ce que les seules sources permettent à l’historien, nous reconstituerons la trajectoire de notre personnage afin d'en suivre le parcours, d'en relever les particularités et d'en circonscrire les singularités. Ce faisant, nous espérons mettre en relief quelques raisons d’ordre historique pour la compréhension de ce double oubli.

7Dès l’abord deux avertissements semblent s’imposer. En premier lieu, nous précisons qu’il n’a jamais été dans notre intention d’écrire une biographie du peintre, au sens attendu, traditionnel et linéaire de cet exercice. Le choix de l’historien s’est porté plus sur les ruptures que sur l’oeuvre elle-même, sur la variété des activités de l’artiste, sur sa participation personnelle à la Révolution c’est-à-dire son entrée en révolution, puis sa révolution individuelle. Le sens de cette enquête a conduit à déceler comment une action personnelle s’est intégrée à un mouvement collectif, comment elle s’y est moulée, donc de montrer de quelle manière se sont fondues singularité et exemplarité du personnage au cours de ce moment de transformations radicales qu’est la Révolution française.

8En second lieu, ce travail se veut celui d’un historien. Il n’a, à aucun moment, vocation d’être celui d’un historien de l’art. Nous n’en avons ni la prétention ni surtout les moyens. C’est la raison pour laquelle aucun commentaire de type “artistique” n’est proposé. Le choix d’analyser un nombre restreint d’oeuvres a été volontairement opéré, et ce, non pas pour “parler” d’art mais pour tenter de trouver et de fournir des explications de type historique au parcours de Lemonnier.

Notes

1 1748-1825, prix de Rome à son quatrième essai, en 1774.

2 G. F. Doyen, 1726-1806, élève de Van Loo, Grand Prix de Rome en 1746, effectue de longs séjours en Russie, il meurt à Saint-Petersbourg.

3 Il s’agit du “Combat de Minerve contre Mars”.

4 Phrase citée par A. Schnapper, David, Paris, 1980, p. 24-25.

5 "Le tableau de Lemonnier n'est pas supérieur à celui de David et l'on peut comprendre son sentiment d'injustice", A. Schnapper, David, ouvrage cité, p. 25.

6 De Lépinois le souligne déjà en 1870, "Discours de réception à l'Académie de Rouen", séance du 11 mars 1870, Précis analytique des travaux de l'Académie de Rouen, 1870.

7 1870, De Lépinois, 1884, E. Lebel, 1897, H. Wallon.

8 Il fut agréé à l'Académie royale de peinture et de sculpture le 30 juillet 1785 et reçu le 26 septembre 1789.

9 Il fut reçu à l'Académie de Rouen le 7 décembre 1786 comme membre non-résident.

10 Alexandre Lenoir (1762-1839), formation de peintre, élève de Doyen.

11 Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy (1755-1849), archéologue.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search