Version classiqueVersion mobile

Le Concours de poésie de l’Académie de l’Immaculée Conception à Rouen, 1701-1789

 | 
Vanessa Dottelonde-Rivoallan

Notices sur les auteurs

Texte intégral

1Ces notices ont été élaborées par rapprochement des différentes informations contenues dans les recueils imprimés et manuscrits, et dans différents ouvrages biographiques et bibliographiques : la Biographie universelle des frères Michaud, La France littéraire de Quérard, la Biographie normande de Lebreton, Les Trois Siècles palinodiques édités par Tougard et la Bibliographie de la littérature française du XVIIIe siècle de Cioranescu. Pour certains auteurs, d’autres ouvrages ont pu être consultés. Les références utilisées sont précisées à la fin de chaque notice. Les principales sources ont été abrégées de la manière suivante :

2Acad. C26 : Correspondance adressée à Maillet du Boullay, 1760-1765.

3Beaurepaire : Beaurepaire (Eugène de Robillard de), Les Puys de Palinods de Rouen et de Caen, ouvrage posthume publié par Charles de Robillard de Beaurepaire, Caen. Henri Delesque, 1907.

4BnF : Catalogue BN-Opale plus

5HA : Histoire De l’Académie De l’immaculée Conception de la Sainte Vierge, fondée à Rouen Livre sixième Et dernier depuis 1701 jusqu’en 1789, par Joseph-André Guiot.

6Lebreton : Lebreton (Théodore), Biographie normande, recueil de notices biographiques et bibliographiques sur les personnages célèbres nés en Normandie et sur ceux qui se sont seulement distingués par leurs actions ou par leurs écrits, Rouen, A. Le Bruinent, 1857.

7Michaud : Biographie universelle, ancienne et moderne, ou histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, Paris, Michaud frères, 1811.

8MsAcad : Pieces de poesie depuis 1700.

9MsAcad II : Recueil de Palinods, 1647 à 1716.

10Quérard : Querard (Joseph-Marie), La France littéraire ou Dictionnaire bibliographique des savants, historiens et gens de lettres de la France, ainsi que des littérateurs étrangers qui ont écrit en français, plus particulièrement pendant les XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Didot, 1827-1839.

11RI : Recueil imprimé.

12Tougard : Guiot (Joseph-André), Les Trois Siècles palinodiques ou Histoire générale des palinods de Rouen, Dieppe, etc., publiés pour la première fois, d’après le manuscrit de Rouen, par A. Tougard, Rouen-Paris, 1898.

13La graphie retenue pour les noms des auteurs est celle des biographies et des bibliographies, à défaut celle des recueils imprimés.

14AGNEAUX [AGNEAU — RI] DE VIENNE (Claude-Jean-Baptiste D’), né à Paris et selon d’autres à Caen en 1728 ; mort en 1792.

15Ce bénédictin de la congrégation de Saint-Maur fit sa profession religieuse en 1745. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et avait publié avant son couronnement une Lettre en forme de protestation contre les nouveaux philosophes qui nient la révélation (1756). Il publia encore le Triomphe de l’humanité, ou la Mort de Léopold de Brunswick, poème qui concourut pour le prix annuel de l’Académie française (1787). On compte parmi ses autres ouvrages une Méthode (nouvelle) pour apprendre à lire et à écrire correctement la langue française (1782, 1786). Il est particulièrement apprécié pour ses recherches sur la ville de Bordeaux dont il a écrit une Histoire. — Tougard, Lebreton, Quérard, RI 1760-1764.

16ANGUÉ (Nicolas-Etienne-Alexandre [Nicolas — RI]), du diocèse de Rouen.

17Ordonné sous-diacre au mois d’avril 1753, il était encore l’un des pensionnaires du Séminaire de Joyeuse pendant l’année scolaire 1753-1754 et y devint instituteur. — Tougard, RI 1748-1750.

18ANSSE DE VILLOISON (Jean-Baptiste-Gaspard D’), né à Corbeil le 5 mars I 750 ; mort à Paris le 26 avril 1805.

19Né d’une famille noble d’origine espagnole, ce célèbre helléniste, qui fut professeur de grec ancien et moderne au Collège de France s’était déjà fait connaître par plusieurs ouvrages, avant de concourir au Palinod et était alors membre de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres de Paris (depuis 1771), de la Société Royale de Londres, de celle des antiquaires de la même ville, de la société Royale de Gottingue, des Académies de Berlin, de Cortone, Manheim, Madrid, Marseille, des Arcades de Rome ; il devint membre de l’Institut en 1802. — Cioranescu, Michaud RI 1776-1781.

20ASSELIN (Gilles-Thomas), né à Vire en 1682 ou 1684 (Cioranescu) ; mort à Issy le 11 octobre 1767.

21Ce docteur de Sorbonne fit ses études à Paris et fut l’élève en littérature de Thomas Corneille et de la Motte-Houdard (Lebreton). Son couronnement lui ouvrit la voie à d’autres succès puisqu’il obtint le prix de poésie à I Académie française en 1709 et fut encore couronné aux Jeux floraux (1710-1711) pour des odes sur « l’existence de Dieu », « le mépris de la fortune », « la foi » et « la paix du cœur ». Il publia également La religion, poème. Avec un discours pour disposer les déistes à l’examen de la vérité et quelques autres ouvrages de poésie (I 725). Presque toutes ses poésies ont la religion pour objet. Il devint proviseur du collège d’Harcourt à Paris en 1730. — Cioranescu, Lebreton, Michaud.

22AUMONT (D’), de Caen. — MsAcad.

23AUZANET-DE-LA-JÉRAFFI (Jean-Baptiste [Louis — Lebreton]), né à Rouen.

24Quelques années avant d’être couronné au Palinod de Rouen, il avait composé un emblème pour le mariage de Louis XV. — Tougard, Lebreton.

25BAILLARD (Charles) [couronné en 1737 sous le pseudonyme DE LA ROCHE], de Paris, mort à Soissons le 10 novembre 1779.

26Ce docteur en théologie de la faculté de Paris, était chanoine de l’abbaye de Saint-Victor, à Paris, dont il fut également bibliothécaire. — Tougard.

27BALLELAS [pseudonyme d’après Guiot].

28Ancien professeur de l’université de Paris lorsqu’il concourut. — Tougard, MsAcad.

29BALLEY

30Etudiait le droit à Caen lorsqu’il fut couronné. — RI 1765.

31BASLY (A. DE) [sans particule — RI], de Caen, mort vers 1780.

32Ce bachelier en théologie de la faculté de Paris est mort vicaire de Saint-Jacques-du-Haut-Pas. Il avait participé aux deux Palinods normands en 1768. — Tougard, RI 1768-1769.

33BAYEUX [BAIEUX — RI] (Georges-Louis), né à Caen le 8 octobre 1752 ; mort dans la même ville le 6 septembre 1792.

34Il était maître ès arts de l’université de Caen et étudiant en droit lorsqu’il fut couronné au Palinod rouennais. Il devint ensuite avocat dans sa ville natale puis au parlement de Rouen en 1775. Il publia de nombreux ouvrages, dont le plus important est une Traduction des Fastes d’Ovide, avec des notes et des recherches de critique, d’histoire et de philosophie (1783-1788). En 1787, appelé par Necker, il fut nommé premier commis des finances. En 1789 il commença un journal intitulé Histoire de la révolution présente, ou mémoires périodiques, impartiaux et fidèles, pour servir à l’Histoire de France pendant les années 1789 et suivantes. Puis il fut nommé successivement commissaire du roi et procureur-général-syndic du Calvados. Il fut mis en prison et massacré par le peuple de Caen le 6 septembre 1792, comme complice des ministres Montmorin et Lessart, alors accusés de conspiration et emprisonnés à Orléans. —Cioranescu, Michaud, RI 1770-1771.

35BEAUCOUSIN (François-Jean [Jean — Lebreton]), né à Rouen vers 1690 ; mort en 1723 [Lebreton] ou le 30 juin 1730 [Lebreton, Biographie rouennaise].

36Ce bénédictin de la Congrégation de Saint Maur avait fait sa profession religieuse à Jumièges en 1712. Il développa très tôt un goût prononcé pour la littérature latine et en particulier la poésie. Il faisait son cours de philosophie à Caen lorsqu’il envoya ses deux odes au Palinod de Rouen. Ses talents littéraires lui valurent d’être nommé par ses supérieurs professeur de rhétorique au collège de Tyron, dans le Perche. — Tougard, Lebreton, MsAcad2.

37BEAUDOUIN [BAUDOUIN — RI] (Etienne), né à Rouen vers 1745.

38Il était professeur de rhétorique au collège de Metz quand il envoya en 1765 son ode française à l’Académie des Palinods de Rouen. « De retour dans sa patrie, écrit Guiot, il renonça à ce genre de littérature pour ne s’occuper que de l’Ecriture sainte, et le livre auquel il s’attacha de préférence fut I Apocalypse » (Tougard). Il devint ensuite vicaire de Saint-Denis, puis lut nommé à la cure d’Aulnay en 1787. Il publia anonymement un Essai sur l’Apocalypse, ou Explication littérale et historique de la révélation de S. Jean, avec des Remarques sur le système de M. Pastorini (1781). — Tougard, Lebreton, Quérard, RI 1765.

39BEAUVAIS (Gilles-François [DE — RI]), né en Bretagne le 7 juillet 1693.

40Ce jésuite fut prédicateur ordinaire du roi. Il publia, outre l’allégorie pour laquelle il tut couronné en 1714, des Poésies latines sur la mort de Louis XIV(1715). — Tougard, MsAcad2.

41BECTHOMAS DE LANGUEDOC (Pierre-Marc-Antoine) [DE BECTHOMAS — MsAcad ; DE LANGUEDOR DE BECTHOMAS Lebreton], marquis [comte — Lebreton] d’Averton, né à Rouen le 10 octobre 1714 ; mort dans la même ville le 17 avril 1780.

42Fils d’un conseiller au parlement de Rouen, il devint président à mortier en 1741. Il étudiait la philosophie à l’université de Paris lorsqu’il envoya son poème au Palinod. « Parvenu aux plus hautes fonctions de la magistrature, le président de Becthomas ne cessa point d’aimer la poésie et d’en encourager l’essor. Elu, en 1766 [1767 — Les présidents], prince de l’académie dont il avait été lauréat, il montra, par la générosité et la magnificence qu’il déploya à cette occasion, que nul n’était plus digne que lui d’un tel honneur » (Lebreton). En 1771 « lors de la suppression », « il réunit au Becthomas bon nombre de magistrats exilés dans le voisinage et y dirigea un petit théâtre d’amateurs » (Frondeville). — Tougard, Lebreton, MsAcad, Frondeville, Les présidents du Parlement de Normandie (1499-1790).

43BÉDEL, de Saint-Lô. — Tougard.

44BELLAUNAY [DE — RI] (Nicolas), de Rouen.

45Ce très jeune novice était encore au séminaire de Joyeuse lorsqu’il fut couronné. — Tougard, RI 1748-1750.

46BELLESME (GROUT DE), de Saint-Malo. — Tougard.

47BERENGER (Bernard), de Riez, en Provence. — HA.

48BERENGER (Pierre-Laurent), frère du précédent, né à Riez, en Provence, le 28 novembre 1749 ; mort à Lyon le 26 septembre 1822.

49« Le nom de ce Poëte est inscrit dans les archives du Parnasse. Si l’on ouvre le Recueil annuellement reproduit sous le titre d’almanach des Muses, on verra que m. Bérenger a payé exactement son tribut depuis un grand nombre d’années » (RI 1781). Il était professeur d’éloquence au collège royal d’Orléans (depuis 1776), membre des Académies de Marseille et d’Arras, et avait déjà publié deux ouvrages dont Le nouveau règne, poème présenté à Monsieur (1774), lorsqu’il fut couronné au Palinod. Il publia encore de nombreux poèmes, lettres, etc. — Cioranescu, Tougard, Quérard, RI 1776-1781.

50BERNARD (Jean-Pierre [Jean-Baptiste — Tougard]), né à Paris le 29 septembre 1710 ; mort à Nanterre en 1772.

51Ce chanoine régulier de Sainte-Geneviève professait les humanités dans la maison de son ordre à Nanterre, lorsqu’il fut couronné. Il publia encore différentes pièces de vers dont une Ode à Mgr le duc d’Orléans, sur le prix de la sagesse que ce dernier se proposait de fonder à Nanterre (1741) et une autre sur la reconstruction de l’église Sainte-Geneviève. — Cioranescu, Tougard.

52BEUZELIN, né à Rouen ou aux Andelys, vers 1767 ; mort en 1797.

53Cet ecclésiastique « promettait de devenir un jour un poète distingué dans le genre élégiaque, qui convenait si bien à la nature de son talent, lorsqu’il mourut, ayant à peine atteint sa trentième année » (Lebreton). — Tougard, Lebreton.

54BLANCHE (Jacques-Pierre-Antoine), né au Havre, en 1732 [1722 — Lebreton] ; mort en 1797. — Tougard, Lebreton.

55BLANVILLAIN (J.-F-.C. [Constant — HA]), né à Orléans vers 1758.

56Il était secrétaire du prince Pallavicini à Rome lorsqu’il fut couronné. En 1804 il devint directeur de l’école secondaire de Pontoise. Il traduisit en italien plusieurs œuvres de la littérature française, dont le roman de Bernardin de Saint Pierre Paul et Virginie (Paulo e Virginia, 1795) et l’Atala de Chateaubriand (1801). — HA, Quérard.

57BLIN [BELIN — MsAcad2, Beaurepaire]

58Curé de Blainville [Nainville — Beaurepaire], près de Caen. Il remporta au Palinod rouennais le seul prix donné en 1713 et son ode sur Saint Satyre fut également couronnée à Caen. — Tougard, MsAcad2, Beaurepaire.

59BOISARD [BOIZARD — RI] (Jean-Jacques-François-Martin), né à Caen le 4 juin 1743 ; mort dans la même ville le 10 octobre 1831.

60Ce « fabuliste des plus féconds » occupa successivement le poste de secrétaire de l’intendance de Normandie (1768) et celui de secrétaire du sceau et de la chancellerie de Monsieur, comte de Provence, depuis Louis XVIII. II fut membre de l’Académie royale de Caen. Il était étudiant en licence dans cette ville lorsqu’il fut couronné au Palinod. « Le recueil de 1768 [du Palinod caennais] est entièrement rempli par les oeuvres de M. Boisard », écrit Beaurepaire (p. 329). — Cioranescu, Tougard, Lebreton, RI 1768-1769, Beaurepaire.

61BOISGUILBERT (Jean-Pierre-Adrien-Augustin LE PESANT DE), né à Rouen.

62Ce « jeune athlete dans les veines duquel couloit le Sang du grand Corneille » (HA), fils de Jean-Pierre et de Charlotte-Marie Lecoq de Villeray, qui construisit le château de Boisguilbert et petit-fils de Boisguilbert, l’économiste, épousa une Guillebon. Il figure sur une liste d’émigrés pendant la Révolution. Domicilié rue des Jacobins à Rouen puis en 1791 dans l’Eure, sa maison rouennaise a été séquestrée en août 1792. Il n’a été radié définitivement des listes d’émigrés qu’en l’an IX. — Tougard, HA, Acad. C26, Bouloiseau (Marc), Liste des émigrés, déportés et condamnés pour cause révolutionnaire dans le district de Rouen (1792-an X).

63BOIS-JOUVIN [BOISJOUVIN — MsAcad, RI] (Jean-Baptiste), né à Rouen.

64Il était encore au séminaire de Joyeuse lorsqu’il fut couronné. Tougard, RI 1748-1750, MsAcad.

65BOISVILLE (Joseph-François-Martin DE), né à Rouen le 12 janvier 1755 ; mort vers 1829.

66Cet ecclésiastique qui, « après avoir pris ses grades en Sorbonne » (Lebreton) fut nommé chanoine de la cathédrale de Rouen, faisait encore ses études quand il fut couronné au Palinod. Il en devint juge-académicien en 1783 et secrétaire en 1785. C’est en cette qualité qu’il « refondit et analysa l’histoire manuscrite de l’Académie », écrit Guiot ; sa notice historique fut lue à l’ouverture de la séance du 30 mars 1786. Il fut également membre de l’Académie de Rouen. « Ayant refusé, lors de la Révolution, de prêter serment à la nouvelle Constitution civile du clergé », écrit Lebreton, il dut s’expatrier jusqu’à l’époque du Consulat où il rentra en France. En 1801 il fut nommé vicaire général du diocèse de Rouen avec le titre de trésorier et fut nommé évêque de Dijon en 1822. 11 est l’auteur d’une Nouvelle traduction en vers de l’Imitation de Jésus-Christ (1818) et publia encore un Catéchisme du diocèse de Dijon (1824). — Tougard, Lebreton, BnF.

67BOREL (Pierre — Tougard. Seul le patronyme de cet auteur que Tougard prénomme Pierre apparaît dans le recueil imprimé. Il ne s’agit pas de Pierre Borel, né en 1744 et mort en 1799), né à Rouen.

68Descendant d’une famille de magistrats, il devint lieutenant particulier au bailliage et siège présidial de Rouen. Il cultiva en amateur la poésie dramatique et est l’auteur d’une comédie à caractères en cinq actes intitulée Le Méfiant, qui fut représentée pour la première fois à Paris au Théâtre italien le 20 décembre 1785 et jouée l’année suivante au théâtre de Rouen. — Tougard, Lebreton.

69BOUISSET (Jean), né en 1735, à Balleroy (Calvados) ; mort le 5 juillet 1825.

70Ce chanoine de Bayeux fut professeur d’éloquence au collège du Bois à Caen et membre de l’académie de cette même ville. Son ode couronnée au Palinod de Rouen l’avait déjà été à celui de Caen. Il est l’auteur d’une Invocation à l’Etre suprême et d’Imprécations contre les Parjures (1798). 11 publia une Notice historique sur François-Joseph Quesnot, professeur de mathématiques transcendantes au Lycée de Caen (1805) et écrivit encore un Discours prononcé à Balle-sur-Drôme, ci-devant Balleroy, à 1 occasion de l’anniversaire du 10 août. — Tougard, Lebreton, BnF.

71BRINON (Charles-René) DE CALIGNY [DE BRINON — MsAcad], né à Rouen. — Tougard.

72BUSNEL [BUNEL — RI] (Louis-Charles), né à Caen en 1735 ; mort à Rouen le 26 décembre 1779.

73Il commença ses études à Caen et entra chez les chanoines réguliers dits Croisiers. Il sortit ensuite de cette congrégation et fit sa théologie au collège de Rouen sous les jésuites. Il quitta bientôt l’état ecclésiastique pour tenir pension et devint professeur séculier. Guiot lui attribue l’épigramme latine sur Moïse, couronnée en 1762 et signée « B. P. de T » — Tougard RI 1760-1764.

74CALIGNON (DE), mort près de Melun en 1795.

75Bachelier de Sorbonne, l’abbé de Calignon était chanoine de Crépy-enValois lorsqu’il fut couronné, écrit Tougard. S’agit-il de Pierre-Antoine Ambésieux de Calignon, né en 1729 et mort en 1795, prédicateur et auteur d’un Dictionnaire de l’élocution française contenant les principes de grammaire, logique, rhétorique (1769) sous le nom de A. Demandre ? — Tougard, BnF.

76CARRÉ (Pierre-Laurent), né à Paris le 7 octobre 1758 ; mort le 25 février 1825.

77Ce protégé de Delille était maître ès arts [agrégé — Œuvres] de l’université de Paris, au collège de la Marche lorsqu’il fut couronné. Il fut professeur de littérature latine au Collège royal et à la faculté des lettres de Toulouse. Il fut reçu membre des Jeux Floraux, de l’Académie des Sciences et de celle des Inscriptions et Belles-Lettres. — Tougard, RI 1776-1781, Carré (P.-L.), Œuvres.

78CAVELIER

79Il était avocat à Caen lorsqu’il fut couronné au Palinod de Rouen — RI 1776-1781.

80CHIVOT (Marie-Antoine-François), né à Roye, en Picardie, en 1752 ; mort dans la même ville en 1786.

81Après des études brillantes à l’université de Paris, il devint professeur d humanités au collège de Montaigu. « Son nom était avantageusement connu dans la littérature, lorsqu’il travailla en 1784 pour le Palinod de Rouen », écrit Guiot. Il composa plusieurs pièces de circonstance : discours d’apparat et autres poésies grecques, latines et françaises mais l’objet principal de ses travaux fut l’étude des langues, et il consacra une partie de sa vie à son ouvrage intitulé De l’esprit ou de la filiation des langues, resté à l’état manuscrit et dont la plus grande partie a été perdue. Il traduisit aussi quelques fragments de Ménandre, insérés dans l’Histoire des Théâtres. — Tougard, Michaud.

82CIDEV1LLE (Pierre-Robert LE CORNIER DE), né à Rouen le 2 septembre 1693 ; mort à Paris le 5 mars 1776.

83Cet ami proche de Voltaire fut conseiller au parlement de Normandie, membre de l’Académie de Rouen, dont il fut l’un des fondateurs et de celle d’Angers (1755). Il ne publia guère qu’une lettre A M. de Voltaire, historiographe de France, par M. de***, de l’Académie des sciences, des belles-lettres et des arts de Rouen (1745). Il laissa en revanche de nombreux poèmes et pièces manuscrits. — Cioranescu.

84COGE (Jean-François [Jacques-François — Lebreton]), né à Rouen.

85Il était encore au séminaire de Joyeuse lorsqu’il fut couronné et devint chanoine de Poitiers. Il fut Prince du Palinod en 1752. — Tougard, Lebreton.

86COMPAIN (Claude) [Claude-François — RI], né à Montferrand, diocèse de Clermont, le 12 août 1718.

87Ce chanoine régulier de la Congrégation de France était en cours d’études lorsqu’il fut couronné. Il devint professeur à Saint-Lô en 1746 et en cette qualité fut juge-académicien du Palinod. — Tougard, RI 1737.

88COURC Y (Madame DE), à Paris.

89Elle était déjà connue par ses vers Au Sommeil, insérés dans plusieurs journaux. — Tougard.

90COUVRIGNY (Jean-Charles DE), né à Falaise ; mort en 1746.

91Ce jésuite « fit presque seul les honneurs du Palinod de Rouen en 1705 ». — Tougard.

92CRÉVEL (Jacques), né à If le 2 mars 1692 ; mort le 23 décembre 1764.

93Il fut avocat, professeur en droit français à Caen et membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de cette ville. — Tougard, MsAcad.

94DALLET (Jean-Nicolas), de Rouen.

95Il était en rhétorique au collège de Rouen lors de son couronnement au Palinod. —RI 1746-1745.

96DANET

97Il était professeur au collège du Bois à Caen lorsqu’il concourut. S’agit-il de l’abbé Jean-Etienne Danet, auteur entre autres d’une Vie de Sémiramis (1748) et d’Avantures de Londres (1751) ? — Cioranescu, MsAcad, BnF.

98DAUBERT [D’AUBERT — RI], de Caen.

99Guiot prétend que son ode sur le cantique d’Isaïe était seulement honoraire ; pourtant il est dit qu’elle a été couronnée dans l’Histoire de l’Académie et le recueil imprimé ne stipule rien à ce propos. — Tougard, HA, RI 1772-1775.

100DAVELUŸ [et non D’ARCHEY — HA, comme il est dit par exemple dans le Journal de Normandie du mercredi 18 avril 1787]

101« Jeune instituteur à Lille en Flandres ». — HA

102DELANOS

103Il était sous-diacre au séminaire de Saint-Nicaise (de Rouen) lorsqu’il fut couronné. — RI 1748-1750.

104DESHAYES [DESHAITS — RI 1754] (Jean-Jacques-François), de Caen.

105Cet ecclésiastique fut professeur au collège du Bois de Caen et membre de l’Académie de la même ville. — Tougard.

106DÉVÉ, d’Elbeuf. — HA.

107DINOUART (Joseph-Antoine-Toussaint), né à Amiens le 1er novembre 1716 ; mort le 23 avril 1786.

108L’abbé Dinouart s’était déjà fait connaître par des hymnes latins (1748) et plusieurs traductions, « les moins mauvais ouvrages de cet auteur [...], parce que le fonds ne lui appartient pas » (Sabatier de Castres cité par Michaud), dont La Sarcothée, poème traduit du latin du R. P. Masenius (1757). Il était chanoine de Saint-Benoît de Paris et membre de l’Académie des Arcades de Rome lorsqu’il fut couronné au Palinod. Il participa aux côtés de Joannet au Journal chrétien, puis entreprit seul le Journal ecclésiastique (1760), qu’il continua jusqu’à sa mort. — Cioranescu, Tougard, Michaud.

109DODELITH [« probablement [...] un nom supposé ou anagrammatisé, d’après Guiot].

110Il était licencié en droit civil et canonique lorsqu’il concourut. — Tougard, MsAcad.

111DROUET DES FONTAINES Il était au séminaire de Joyeuse lorsqu’il fut couronné. — RI 1772-1775.

112DU BOCAGE [DU BOCCAGE — RI] (Marie-Anne LE PAGE), mariée à Fiquet Du Bocage (1727), née à Rouen le 22 novembre 1710 ; morte à Paris le 8 août 1802.

113En 1746, elle avait gagné le premier prix de poésie française de l’Académie royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen. Vingt ans plus tard, lorsqu’elle fut couronnée au Palinod, elle était déjà l’auteur de nombreux ouvrages poétiques, dont La Colombiade, ou la foi portée au Nouveau Monde (1756), ainsi que d’une pièce Les Amazones, tragédie en cinq actes (1749), et était membre des Académies de Rouen, de Lyon, des Arcades de Rome, etc. Sa venue au Palinod avait été grandement célébrée et « cet événement littéraire, écrit Guiot à son article, [avait] réveill[é] l’émulation des académiciens eux-mêmes ». Elle intégra ses stances sur l’immaculée Conception dans l’édition de 1770 de ses Œuvres complètes. — Cioranescu, Tougard.

114DUBOSC (Jean-Baptiste), de Rouen.

115Ce chanoine de l’Eglise de Rouen, professeur émérite de l’université de Paris, fut juge-académicien du Palinod en 1776. Il publia plusieurs poèmes en latin. — Tougard, BnF.

116DUBUC, de Rouen. — RI 1746-1745.

117DU HECQUET (Jean-Baptiste-Eléonore [Léonor — RI]), né à Rouen.

118« Mousquetaire de la premiere Compagnie » (RI 1774). — Tougard, RI 1768-1769, RI 1772-1775.

119DUMONT, de Vire.

120Guiot lui attribue l’ode française et la ballade couronnées en 1732 et signées « M. D. M. de Vire ». — Tougard, RI 1732, MsAcad.

121DUMONTIER [DU MONTIER — RI 1760-1764], né à Rouen. Ecclésiastique de Lisieux. — Tougard.

122DUMOUCHET Son ode intitulée La Justice qui obtint le troisième prix à Rouen en 1754 avait obtenu la même année le premier prix au Palinod caennais.

123DUNŸ, de Caen. — HA.

124DUPARC (Jacques Lenoir), né à Pont-Audemer le 15 novembre 1702 ; mort à Paris v. 1789.

125Il entra dans I ordre des jésuites et fut professeur de rhétorique au collège Louis-le-Grand. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages critiques, dont des Observations sur les trois siècles de la littérature française, à M P*** (1774), critique en vingt lettres de la seconde édition des Trois siècles de Sabatier de Castres. — Michaud.

126DURAND, de Saint-Lô.

127Il s’agit peut-être du dominicain auteur entre autres d’un Eloge funèbre de Louis Dauphin de France (1766) et de plusieurs petites pièces de poésies gravées au burin sur le symbole des apôtres et d’une Oraison dominicale, mentionné dans les Etrennes du Parnasse de 1771. — MsAcad.

128DURUFLÉ [DURUFLEY — RI 1770-1771] (Louis-Robert-Parfait), né à Elbeuf le 28 avril 1742 ; mort au Petit-Quevilly le 26 janvier 1793.

129Il était avocat au parlement de Paris lorsqu’il fut couronné et s’était déjà fait connaître notamment par une héroïde de Servilie à Brutus (1767). Il publia ensuite plusieurs épîtres et poèmes dont une Epître à un ami malheureux, qui a concouru à l’Académie française pour le prix de poésie (1773). — Cioranescu, RI 1770-1771.

130DU TRAMBLAY, de Paris. — MsAcad.

131DUVAL (Vincent), né à la Haye-Aubrée le 1 1 mai 1722.

132Guiot lui attribue la troisième épigramme latine couronnée en 1740 et signée « Dominus*** » dans MsAcad. Il fut curé de Saint-Germain du Vieux-Corbeil. Il se trouve un abbé Duval dans Cioranescu, auteur de Poésies diverses de société (1767). — Cioranescu, Tougard.

133FÉRARD (Joseph), d’Eu.

134Il fut professeur d’éloquence dans sa ville natale. — Tougard.

135FLEURIGNY (Jean-Baptiste-Joseph CHAUFFER DE), né à Rouen ; mort en 1767.

136« Ses victoires lui valurent en 1740 l’honneur d’être juge-académicien au Puy qui l’avait couronné » écrit Guiot, qui lui attribue la seconde épigramme latine couronnée en 1735, signée « A. D. de Fleurigny, de Rouen ». — Tougard, RI 1733.

137FOLOPPE (Jean-Charles), de Caudebec.

138Nom auquel sont attribués par Guiot la ballade et le sonnet couronnés en 1701, anonymes dans MsAcad. — Tougard.

139FORMAGE (Jacques-Charles-César), né à Coupesarte, près de Lisieux, le 16 septembre 1749 ; mort à Rouen le 11 septembre 1808.

140Il était maître ès arts et docteur agrégé de l’université de Paris lorsqu’il fut couronné en 1778. En 1779, il vint à Rouen comme professeur de troisième au collège royal et occupa par la suite le poste de professeur de langues anciennes à l’école centrale et au lycée. Il fut membre de l’Académie de Rouen. Formage se fit connaître du public par la publication de deux volumes de Fables choisies mises en vers (1799). Il était déjà Fauteur, avant son couronnement, d’un poème latin, In nuptias serenissimi Delphini, pastorale carmen (1770), et publia encore un poème de circonstance intitulé La Constitution de 1793 reconnue par les Dieux (1793). — Cioranescu, Lebreton, Michaud, RI 1776-1781.

141FORMÉ (Cloud DE)

142Il était professeur au collège de Moulins en Bourbonnais lorsqu il fut couronné.—RI 1768-1769.

143FOSSARD (Pierre-Nicolas-Joseph), né à Lillebonne (diocèse de Rouen), au début du XVIIIe siècle ; mort à Sainte-Marie-au-Bosc, le 26 décembre 1783.

144Cet ecclésiastique fut chanoine de Rouen puis archidiacre du Grand-Caux et abbé de Marcheroux. Il devint prédicateur du roi. Il est l’auteur d’une Oraison funèbre de François de Harcourt, marquis de Beuvron (1705). Après sa mort, sa famille publia un grand nombre de ses Sermons (1786). Ses Œuvres complètes furent publiées en 1854 par 1 abbé Migne. — Lebreton, Quérard, BnF.

145FRAMERY [FRAMMERY — RI 1768-1769] (Nicolas-Etienne), né à Rouen le 25 mars 1745 ; mort à Paris le 26 novembre 1810.

146« Ecrivain médiocre mais doué de connaissances variées et assez étendues » (Michaud), il cultiva la musique, la poésie et l’art dramatique sans se distinguer vraiment dans aucun des trois domaines. Il était déjà l’auteur, avant son couronnement, d’une comédie : Nanette et Lucas, ou la paysanne curieuse, comédie en prose mêlée d’ariettes, en un acte (1764). Il fonda une agence destinée à percevoir la redevance à laquelle les auteurs dramatiques avaient droit après la représentation de leurs ouvrages. La musique était cependant ce qu’il savait le mieux : il rédigea le Journal de musique historique, théorique, pratique en 1770 et 1771 et fut nommé surintendant de la musique du comte d’Artois. I1 publia notamment un Avis aux poètes lyriques, ou de la nécessité du rythme et de la césure dans les hymnes et odes destinées à la musique (1796). En 1802 il fut couronné à l’Institut pour un mémoire analytique sur les rapports qui existent entre la musique et la déclamation et en devint associé correspondant. Il avait également collaboré avec Panckoucke à une Traduction de la Jérusalem délivrée (1785), publié une autre du Roland furieux (1787) et avait travaillé au Mercure de France. — Cioranescu, Lebreton, Michaud.

147FRERET (Robert), né à Rouen.

148Il fut mineur de l’étroite Observance. Il existe un ouvrage intitulé Délibération de l’administration de la fabrique de l’église paroissiale et épiscopale de la ville de Rouen, relative à l’acquit des fondations du 17 janvier 1792, signé Fréret. — Tougard, BnF.

149FRÔ [FRO — RI 1753-1759] (Jean-Baptiste-Vincent [Jean-Baptiste — Lebreton ; Jean-Baptiste-Victor — BnF), né à Rouen au début du XVIIIe siècle.

150Cet ecclésiastique d’Etrépagny (diocèse de Rouen) fut curé de Fontenailles, dans l’Auxerrois. Il est l’auteur d’un Abrégé de l’aventure de la Grand’Louise (1758). — Tougard, Lebreton, BnF.

151GAGNIARD [GAGNARD — RI] (Jean-Baptiste), né à Paris le 26 octobre 1708 ; mort à Auxerre le 6 octobre 1743.

152Chanoine régulier de la Congrégation de France. Son ode couronnée en 1737 fut publiée l’année suivante. — Tougard, RI 1737, BnF.

153GIRARD [ou GERARD, on trouve les deux graphies dans les recueils imprimés] (Gilles), né à Cametours (diocèse de Coutances), en 1 702 ; mort à I Iermanville en 1762.

154Ce poète latin, qui « eut la réputation de l’un des meilleurs poètes de son temps, surtout dans l’ode alcaïque » (Lebreton), était professeur au collège universitaire du Bois à Caen lorsqu’il fut couronné la première fois ; il ne l’était plus en 1744. Il était curé de Luc (diocèse de Bayeux) en 1749, puis fut curé d’Hermanville. Guiot lui attribue l’ode latine signée, « Mr *** », sur la naissance du duc de Bourgogne, qui fut couronnée en 1752 et reçut un prix à Caen la même année. — Tougard, Lebreton, RI 1738, RI 1744, RI 1749.

155GIRAUD (Claude-Marie) [GIROST — RI], né à Lons-le-Saulnier en 1711 ; mort à Paris en 1780.

156Ce littérateur était médecin à Paris lorsqu’il fut couronné au Palinod rouennais. Il s’était déjà fait connaître dans le monde des lettres par de nombreux poèmes, le premier publié étant une Ode sur la mort de Madame la Dauphine (1746). Il publia également La Thériacade et la Diahotanogamie. poèmes héroï-comiques en prose ainsi que La Peyronie aux Enfers, en vers. — Cioranescu, Michaud, RI 1776-1781, Etrennes du Parnasse, 1771.

157GODARD (Jacques-François) Il était professeur de troisième au collège de Caen lorsqu’il concourut. Il devint plus tard recteur de l’université de cette ville. — Tougard, MsAcad.

158GOUGET, de Harcourt.

159Il était licencié en droit lorsqu’il fut couronné au Palinod en 1727. — MsAcad.

160GRANDIN (J.-Bapt.-Parfait), d’Elbeuf.

161Il était en classe de rhétorique lorsqu’il fut couronné avec deux de ses camarades pour une allégorie latine sur La Naissance du duc de Bourgogne ; « c’était une matière qu’on lui avait donnée au collège ainsi qu aux meilleurs sujets de sa classe qui sont nommés avec lui : Morin et Desroches [Descorches, RI 1750-1751] » (voir Morin Michel). Grandin travailla plus tard sur l’histoire naturelle et laissa un ouvrage manuscrit. — Tougard.

162GUÉNIOT (Charles-François)

163Il était médecin à Avallon, en Bourgogne, lorsqu’il fut couronné. Il fut associé correspondant du Musée de Paris et publia, outre les pièces couronnées au Palinod de Rouen, deux autres poèmes : une ode intitulée L’Europe pacifiée par Louis XVI (1785) et une autre Sur le couronnement de Napoléon 1er, empereur des Français (1805). — Cioranescu, HA.

164GUERIN DU ROCHER (Robert-François [Fr.-Robert — HA]), frère de Pierre-Marie-Stanislas Guérin du Rocher, né à Saint-Julien-du-Repos, près de Falaise, le 23 octobre 1736 ; mort au séminaire des Bons-Enfants le 2 septembre 1792.

165Ce jésuite fut missionnaire en Orient. Il fut massacré comme son frère le 2 septembre 1792. Il est l’auteur d’une Lettre d’un missionnaire apostolique, curé dans le Levant, à Mgr l’archevêque de Paris touchant J’état présent de la religion parmi les Grecs (1792). — Quérard, HA.

166GUEROULT (J.-B.), né à Fécamp. — Tougard, RI 1738.

167GUEROULT (Louis-Nicolas [Louis — RI]), né à Rouen vers 1749 ; mort dans la même ville en 1774.

168Cet ecclésiastique était « en logique au collège de Rouen » (RI 1770-1771) lorsqu’il se fit connaître sur la scène de l’Académie de l’immaculée Conception. Il mourut à l’âge de vingt-cinq ans alors qu’il venait d’être ordonné prêtre. On comptait à cette époque de nombreux Guéroult à Rouen et on trouve dans Cioranescu un autre Louis-Nicolas Guéroult, prêtre, mort la même année, mais auteur d’ouvrages antérieurs à la naissance de notre poète. — Lebreton, Michaud, RI 1770-1771.

169GUILHERMIER, de Bollène, en Provence. — RI 1768-1769.

170GUILLERMET

171Il était professeur au collège royal de Rouen lorsqu’il fut lauréat du Palinod. La pièce pour laquelle il fut couronné en 1767 est anonyme dans les recueils mais lui est rendue dans le catalogue des auteurs imprimés selon Guiot. — Tougard, RI 1767.

172GUIOT (Joseph-André), né à Rouen le 31 janvier 1739 ; mort à Bourg-la-Reine le 21 septembre 1807.

173Après avoir embrassé la carrière ecclésiastique, il fut vicaire de la paroisse de Saint-Cande-le-Jeune pendant trois ans. En 1763, après y avoir été de nombreuses fois couronné, il fut reçu membre de l’Académie de l’immaculée Conception et en devint secrétaire jusqu’en 1768, date à laquelle il quitta Rouen pour la capitale où il devint chanoine régulier et bibliothécaire de l’abbaye de Saint-Victor. En 1785 il fut nommé prieur de Saint-Guenault, à Corbeil, qu’il quitta en 1803. Après son départ de Rouen, il n’a jamais cessé de correspondre avec l’Académie des Palinods dont il se fit l’historiographe. — Michaud.

174HAUVEL

175Cet ecclésiastique de Lisieux étudiait la théologie à l’université de Caen lorsqu’il fut couronné au Palinod de Rouen. Il avait également brillé à celui de l’autre capitale normande deux ans auparavant. — Tougard.

176HERMANT

177Il fut instituteur à Rouen. — Tougard.

178HYNARD (Louis-Nicolas), né vers 1702 ; mort le 30 juillet 1762.

179Il fut conseiller du roi et lieutenant particulier à la Table de marbre. — Tougard.

180LA BOULAYE (DE) [sans particule — RI]

181Bénédictin. — Tougard, RI 1760-1764.

182LAIGNEL (Jean-Baptiste-Jacques), né au Havre le 4 février 1741 ; mort dans la même ville le 19 août 1806.

183Il était avocat au Havre lorsqu’il fut couronné. Il avait déjà présenté ses vers l’année d’avant sans succès et publié une ode sur Les phares du Havre et de Normandie allumés à l’avènement de Louis XVI (1774). L’Académie des Palinods de Caen le couronna en 1775 pour une ode latine. Il publia L’ordre social propre à tout gouvernement quel qu’il soit, républicain ou monarchique, distribué en neuf législations proposées par le jurisconsulte L’Aignel. — Cioranescu, Tougard, Lebreton, RI 1776-1781.

184LAMAR, de Paris.

185Abbé. — RI 1765.

186LAMBERT (Jacques-Barthélémi), de Paris. — RI 1739.

187LAMBERT, de Rouen. — HA.

188LA POMMERAYE (LE PETIT DE)

189Abbé. — Tougard.

190LAUNE (DE), de Rouen.

191Ecclésiastique. — RI 1738.

192LAURENCIN (Jean-Espérance-Blandine [Jean-Baptiste-Espérance — Acad C26], comte DE), né à Chabeuil (Drôme) [Valence (Dauphiné) — Acad C26] le 17 janvier 1733 [1741 — Beaurepaire] ; mort à Lyon le 21 janvier 1812.

193Chevalier de l’Odre royal et militaire de Saint-Louis. Il fut membre des Académies de Villefranche (en 1771), de Lyon et de Rouen (en 1775), où il reçut un accessit pour une Epître d’un père à son ami sur la perte de son fils unique, mort des suites de l’inoculation. Hormis les pièces qui lurent couronnées au Palinod de Rouen, il publia une Lettre de XL le comte de L. à M. J. de Montgolfier, sur l’expérience aérostatique faite à Lyon (1784) et une Lettre au roi, par le comte de L. — Cioranescu, RI 1770-1771, RI 1772-1775, Beaurepaire.

194LAURENT IN (Julie d Assier DE LA CHASSAGNE, comtesse DE), femme du précédent, née à Saint-Hippolyte le 15 mai 1741.

195Elle ne publia que les deux poèmes couronnés au Palinod. Elle fut incitée à concourir par l’abbé Cotton des Houssayes, alors secrétaire du Palinod, qui avait établi une correspondance suivie avec son époux : « Cette fois, l’abbé Des Houssayes n’y tint plus, écrit Beaurepaire, et, emporté par son goût pour la poésie et par son zèle pour les concours palinodiques, il invita Mme de Laurencin à y envoyer quelques vers, et il prit soin de lui indiquer les sujets qui lui paraissaient de nature à être traités » (p. 245). — Cioranescu, Beaurepaire.

196LE BLOND (Henri [Henry — RI]), né à Orléans vers 1758. — Lebreton RI 1748-1750.

197LE CAUCHOIS, de Rouen.

198Il étudiait la philosophie au collège de Rouen lorsqu’il fut couronné. — Tougard, RI 1765.

199LE LORIER, de Caen.

200Cet avocat, docteur agrégé ès lois, fut membre de l’Académie de Caen. — RI 1750-1752, RI 1753-1759, Acad. C26.

201LE MANISSIER, né à Caen.

202Il était professeur de seconde au Collège du Mont à Caen lorsqu’il fut lauréat du Palinod et publia les pièces pour lesquelles il y avait été couronné. « Son poème sur Louis XIV, couronné à Rouen en 1770, écrit Guiot, était l’esquisse d’un ouvrage plus considérable » : il s’agissait de La Louisiade, poème en huit chants, suivi d’odes et de sonnets (1787). Il publia la même année Le Dr Franklin, poème en quatre chants, suivi d’une ode sur les avantages de la médiocrité [couronnée au Palinod de Rouen]. — Cioranescu, Lebreton, HA, RI 1765, RI 1768-1769, RI 1770-1771.

203LE MARCHAND (J.-Jacques-Alexis), de Vanval, né à Rouen.

204Il fut vicaire général de Grenoble. — Tougard.

205LE MASSON (J.-C.-P.), de Montivilliers.

206Il était en rhétorique au séminaire de Joyeuse quand il reçut le premier prix d’allégorie latine en 1723. — MsAcad.

207LE MOINE

208Il était encore élève au séminaire de Joyeuse lorsqu’il fut couronné. Il devint plus tard instituteur à Rouen. — Tougard, RI, 1739, MsAcad.

209LE NAIN (Jean-Vincent)

210Il était en logique au collège d’Harcourt à Paris lorsqu’il concourut. — MsAcad.

211LE NOBLE, de Caen. — MsAcad.

212LÉONARD (Nicolas-Germain), né à la Guadeloupe en 1744 ; mort à Nantes le 6 janvier 1793.

213II vint suivre fort jeune ses études en France et « dut son talent pour la poésie, et ses succès dans le genre qu’il adopta, à l’étude constante des élégiaques latins, et des poèmes de Gessner, qui venaient d’être traduits en France » (Michaud). Il était déjà connu dans la république des lettres par la publication de ses Idylles morales (1766) lorsqu’il concourut au Palinod rouennais. Il est également l’auteur d’Essais de littérature (1769) et d’un très grand nombre d’autres pièces de vers, comme ses Poésies pastorales (1771). En 1773 il obtint la place de chargé d’affaires à Liège. De retour en France en 1787, il repartit pour la Guadeloupe avec le titre de lieutenant-général de l’amirauté et de vice-sénéchal de la colonie puis revint en France en 1792, et termina ses jours à Nantes alors qu’il devait de nouveau rejoindre sa patrie. — Cioranescu, Michaud, Kerby (William Moseley), The Life, diplomatic career and literary activities of Nicolas Germain Léonard.

214LE PAGE, de Caen. — MsAcad.

215LE PRESTRE (Pierre-François-Henri-Hercule), né à Caen le 16 août 1745 ; mort le 23 mars 1818.

216Cet ecclésiastique de Saint-Sauveur de Caen, qui cultivait la poésie, fut admis à l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de cette ville ainsi qu’à la Société académique de Cherbourg. Il connut de nombreux succès au Palinod de Caen de 1765 à 1776. On a de lui essentiellement des compositions poétiques (odes, élégies, idylles, contes, fables) et des traductions de quelques parties du poème des Saisons de Thomson. — Tougard, Lebreton.

217LE PREVOST, né à Rouen au XVIIIe s.

218Ce curé du diocèse de Rouen, qui cultiva la poésie latine et française, « entrait à peine dans l’état ecclésiastique quand il entra dans la carrière du Palinod » (Guiot) dont il fut l’un des concurrents les plus assidus et les plus couronnés.— Tougard, Lebreton.

219LE ROI

220Il était sous-principal du collège de Gisors lorsqu’il fut couronné. — RI 1750-1752.

221LESUEUR, de Caen.

222Prêtre. — MsAcad.

223LE TELLIER (Sébastien), né à Paris en 1707 ; mort à Saint-Vincent de Sen lis le 30 mars 1763.

224Chanoine régulier. — Tougard.

225LE TELLIER (Simon), de Rouen. — MsAcad.

226L’ETOILE [ETOILLE — RI] (Madame de), à Paris. — Tougard, RI 1770-1771.

227LE VASSEUR (Pierre) [Pierre-Firmin —Tougard], né à Rouen dans la 1ere moitié du XVIIIe siècle ; mort à Fontaine-en-Bray le 31 avril 1787.

228Cet ecclésiastique, poète latin et savant helléniste, fut curé de Fontaine-en-Bray. L’abbé Vregeon lui attribue un Traité sur l’Education. — Tougard, Lebreton.

229L’EVESQUE (Henri) [Henry LEVEQUE —RI 1750-1752], né à Rouen au début du XVIIIe s.

230Ce poète latin avait déjà obtenu quelques succès dans les lettres quand il concourut en 1752. Il devint ensuite professeur au collège de Montaigu à Paris. — Tougard, Lebreton, RI 1750-1752, RI 1753-1759.

231L’HEUVE [LHEURE — RI 1734], de Rouen. — Tougard, RI 1734.

232L’HUILLIER, fils

233Etait conseiller au Châtelet d’Orléans. Il est l’auteur d’une épître sur L’étude des belles-lettres, utile et nécessaire au magistrat (1784). — Cioranescu. HA.

234LIMOGES (A. DE), de Saint-Saëns, diocèse de Rouen. — Tougard, RI 1732, MsAcad.

235LORME (Charles-François DE), né à Paris le 3 novembre 1706 ; mort à Auteuil le 7 août 1752.

236Ce chanoine régulier de la Congrégation de France était au prieuré de Saint-Lô de Rouen lorsqu’il fut couronné pour la première fois au Palinod. En 1732, il enseignait les humanités au collège du Bois. — Tougard, MsAcad, RI 1732.

237LOT

238Ce prêtre fut chapelain du Bureau des pauvres valides à Rouen, puis curé de Bouquelon et de Flancourt. — Tougard.

239LOÜET

240Il était professeur d’éloquence au collège des Arts de Caen lorsqu’il fut couronné. — MsAcad.

241LOURAILLE (DUMOUCEL DE), né à Rouen. — MsAcad.

242LOUVEL (Jacques)

243Guiot lui attribue l’ode latine couronnée au Palinod de Rouen en 1759 et à Caen la même année. — Tougard.

244MALFILÂTRE [MALFILLIATRE — RI 1753-1759] (Jacques-Charles-Louis Clinchamps de), né à Caen le 8 octobre 1723 ; mort à Paris le 6 mars 1767.

245Connu pour ses nombreuses poésies, notamment son Narcisse dans l’île de Vénus, poème en quatre chants (1769, publication posthume), il s’est aussi essayé au genre dramatique. Après ses succès aux Palinods caennais et rouennais, alors qu’il était encore très jeune, il s’était rendu à Paris, où il avait reçu une somme considérable pour une traduction de Virgile. Ruiné, « il dut beaucoup à la protection généreuse de M. de Savine, ancien évêque de Viviers, et à celle de M. le duc de Brancas » (Michaud). Malfilâtre est également l’auteur, entre autres, d’une traduction des Métamorphoses d’Ovide (édition posthume, 1799) et d’un Dictionnaire d’anecdotes, de traits singuliers et caractéristiques, historiettes, bons mots (1766). — Cioranescu, Michaud, RI 1753-1759.

246MARC

247Ecclésiastique de Saint-Gilles de Caen. — HA.

248MARESCOT (André), né à Duclair en 1709 ; mort à Rouen le 22 juin 1780.

249Après son cours d’études chez les jésuites il fut appelé à la formation des jeunes clercs. Ordonné prêtre il fut nommé curé de la paroisse de Saint-Nicaise (Rouen). Enfin, devenu chanoine de l’église métropolitaine, il fut professeur de théologie. — Lebreton.

250MARINIER (Jean-Baptiste), de Rouen. — Tougard.

251MARQUET (Julien), de Versailles.

252Etait élève au séminaire de Joyeuse lorsqu’il fut couronné. — MsAcad.

253MAUDUIT, de Rouen, mort en 1730.

254Cet ecclésiastique de la paroisse de Saint-Godard, qui fut instituteur, devint juge-académicien du Palinod en 1710. — Tougard, RI 1776-1781.

255MAUDUIT (Charles [Adrien — Lebreton]), né au Havre le 16 juin 1642 ; mort en 1715 (Lebreton).

256Guiot lui attribue les stances couronnées en 1702, anonymes dans MsAcad. — Tougard, Lebreton, MsAcad, RI 1704-1705.

257MAUDUIT DE MONTMIREL, né à Vire.

258Ce prêtre fut professeur d’éloquence au collège de Lisieux. — Tougard.

259MICHEL (le R. P. [le R. P. Michel LEFEBVRE — Beaurepaire], né à Caen.

260Ce capucin remporta la moitié des prix donnés en 1722 et remit alors à l’honneur un instant au Palinod le chant royal et la ballade. — Tougard, HA, RI 1720-1722, Beaurepaire.

261MIDY DU CHAUVIN (Louis), né à Rouen au milieu du XVIIIe siècle.

262Ce rouennais résidant à Caen, qui cultivait activement la littérature, avait été officier de cavalerie. Il composa plusieurs fois des vers latins et français qui furent couronnés au Palinod de sa ville et à celui de Rouen. Guiot lui attribue les stances sur les « sentiments d’une ame qui retourne à Dieu » couronnées en 1778 et signées « M.*** » dans le recueil imprimé. Il est également l’auteur de nombreux autres ouvrages (voir Lebreton) : Poème didactique sur les avantages et les règles du vers libre (1785), Le Cierge de la Chandeleur présenté à Dom Mauger, chevalier de la Vierge et professeur de philosophie, par le fils du docteur Mathanasius (1785, pièce satirique). Nouvelles fortunes, ou Prospectus d’un Dictionnaire histori-véridi-comique des origines de nos élégantes, offert pour étrennes aux dames du jour par une de leurs vieilles connaissances (1797), etc. Compromis dans l’émeute royaliste de 1791 à Caen, il subit un emprisonnement de plusieurs mois. — Tougard, Lebreton, Quérard.

263MIDY-HÉRON (Pierre-Nicolas), cousin du précédent, né à Rouen le 25 septembre 1725 ; mort à Chartres en 1796.

264Ce curé de la paroisse de Saint-Lô de Rouen fut membre de l’Académie royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de cette ville, et juge-élu (1765) et académicien vétéran de celle des Palinods. Il devint conseiller à la Cour des Aides de Paris et secrétaire du roi. Il est connu pour deux lettres critiques adressées à Panckoucke (Lettre de M. M. à M. Panckoucke, imprimeur du Grand vocabulaire françois, 1767). Ses odes sur La Levée du siège d’Olmutz et La Conception, couronnées en 1758 et 1759 furent publiées en 1768. — Cioranescu. Tougard, Lebreton, Quérard.

265MONTFLEURY [Monfleury — RI 1739] (Jean LE PETIT DE), né à Caen [de Bayeux — RI 1739] en 1698 ; mort le 7 avril 1777.

266Son talent pour la poésie lui valut d’être admis à l’Académie royale des Belles-Lettres de Caen. Il fut aussi chevalier académicien de l’Ordre social. Il était déjà l’auteur de nombreuses poésies avant d’être couronné au Palinod de Rouen, dont une Ode au roy, sur le sacre et couronnement de sa Majesté (1722), et une autre A S. E. Mgr le cardinal de Fleury (1726). Il publia par la suite encore plusieurs pièces de poésie - dont un poème sur « les Grandeurs de Jésus-Christ » et une ode sur « les Grandeurs de la très sainte Vierge » (I 752) - et un Essai sur l’Instruction morale, politique et chrétienne (1755). — Cioranescu. Tougard, Lebreton, Quérard.

267MONT-REDON (Jean-Baptiste-Joseph CHIAVARY DE), d’Arles.

268Etait au séminaire de Joyeuse lorsqu’il fut couronné. — MsAcad.

269MORIN, de Caen. — RI 1746-1745.

270MORIN (Michel), de Rouen.

271C’est lui qui composa, d’après Guiot, avec deux de ses camarades de rhétorique, l’épigramme latine qui remporta le quatrième prix en 1751 (voir Grandin). — Tougard.

272MORTEMER (DE), de Rouen. — MsAcad.

273MOUZON (Jean-Guillaume-François [Jean-Guill. — Tougard ; Guill.-François — HA]), né à Rouen le 2 mai 1745.

274Maître ès Arts de l’université de Paris, il était professeur d’humanités à Bourges en 1786. Il fut « l’un des plus laborieux auteurs et des plus méritants aux Palinods de Rouen et de Caen, où il a été souvent applaudi et couronné ». Il publia un poème intitulé Du commerce des sciences et des arts avec les nations étrangères (1779), un autre ayant pour titre Des beaux-arts considérés dans leurs progrès, dans leurs rapports avec la liberté, la paix et le bonheur, et dans leur état actuel en France (1797), ainsi qu’une Epître au C. Romme, auteur du nouveau plan d’éducation publique (1794). — Cioranescu, Tougard.

275MUSTEL (Laurent), né à Rouen au début du XVIIIe siècle.

276Cet ecclésiastique rouennais, mort titulaire et chapelain de la cathédrale de Rouen, cultiva la poésie et composa, outre les poèmes latins couronnés au Palinod, de nombreux vers français. — Lebreton.

277MUSTEL Cet ecclésiastique était diacre au séminaire de Saint-Nicaise à Rouen lorsqu’il fut couronné en 1747. Il fut ensuite professeur du collège de Gisors. — Tougard, MsAcad.

278NÉEL (Jean-Baptiste [J. — MsAcad]), né à Rouen dans la seconde moitié du XVIIe siècle ; mort v. 1750.

279Cet assidu concurrent du Palinod rouennais, qui en devint juge en 1725, fut avocat au parlement de Normandie. Lebreton lui attribue une allégorie latine sur le Vaisseau de Saint-François-Xavier couronnée en 1727, signée « Jean-François Néel » dans MsAcad et attribuée par Guiot à ce dernier, qui était également de Rouen. — Tougard, Lebreton, MsAcad.

280NICOLEAU (P.), né à Saint-Pé en Bigorre en 1734 ; mort à Paris.

281Il était directeur de l’Institution de la jeune noblesse à Angers lorsqu’il fut couronné. Il est l’auteur de plusieurs discours académiques, d’un Traité d Algèbre, et d’une Epitre, ou Instruction de la reine Christine aux souverains (parue anonymement), tous publiés la même année que son couronnement au Palinod. — Lebreton, RI 1770-1771.

282NORMANVILLE (Jean-Louis FIQUET DE)

283Rhetor et convictor au collège Louis-le-Grand lorsqu’il concourut. — MsAcad.

284NORVAL (BUIRETTE DE)

285Etait au collège universitaire de la Marche à Paris lorsqu’il fut couronné. — RI 1770-1771.

286OUTIN (Emmanuel), surnommé l’Ange, de Rouen.

287Il « n’avait point eu d’autre instituteur que son propre frère Jean-Jacques Outin, fameux curé de Saint-Godard, et fit d’excellentes études ». Sa première pièce de poésie couronnée fut coécrite avec son frère Guillaume. Emmanuel Outin était avocat au parlement de Normandie en 1739. — Tougard, RI 1733, RI 1739.

288PARENT (Jacques-Philippe), né à Rouen en 1724 ; mort le 9 janvier 1783.

289Né d’un maître cordonnier il entra dans le sacerdoce et fut nommé curé de la paroisse de Saint-Cande-le-Jeune, de Rouen. Il fut également secrétaire de la Chambre du clergé de Normandie. — Tougard, Lebreton.

290PELLEVÉ [fils — RI 1760-1764] (Pierre), né à Rouen ; mort vers 1768, quatre ans après son couronnement, à l’âge de 22 ans.

291Il était au séminaire de Joyeuse, lorsqu’il fut couronné. — Tougard, Lebreton.

292PÉTOU (Michel-Georges)

293Il était en seconde au séminaire de Joyeuse lorsqu’il lut couronné. Tougard.

294PRÉVEL (Pierre), de Rouen. — Tougard, RI 1733.

295QUILLET DE FOURNEVILLE (Jean-Baptiste), né à Honfleur.

296Il était au séminaire de Joyeuse lorsqu’il fut couronné. — Tougard.

297RACINE (Jacques-Joseph), né à Eu le 22 mars 1726 ; mort à Rouen le 18 septembre 1807.

298Il s’installa tôt à Rouen, où il se livra à l’enseignement pendant près de cinquante ans et fut maître de pension : « sa pension, écrit Guiot, était une des plus florissantes et il a formé d’excellents sujets ». Il fut élu juge de l’Académie des Palinods en 1769. — Tougard, Lebreton, Quérard.

299REGNAULT

300Etait au séminaire de Saint-Nicaise, à Rouen, lorsqu il fut couronné. — RI 1748-1750.

301RICHER (Henri), né à Longueil (Pays de Caux) le 7 août 1685 ; mort à Paris 12 mars 1748.

302« Littérateur médiocre », d’après la Biographie universelle, il acheva ses études à l’université de Caen, puis se fit recevoir avocat au parlement de Rouen ; c’est sous cette qualité qu’il fut couronné en 1716. Il ne tarda cependant pas à renoncer au barreau pour les lettres et s’installa à Paris. Il publia quelques traductions en vers : des Eglogues de Virgile (1717), ou encore d’Epîtres choisies des Héroïdes d’Ovide (1723), à la suite desquelles il a placé quelques pièces personnelles ; il publia encore des Fables en vers, qui furent assez favorablement reçues du public. Il s’essaya également, mais avec peu de succès, dans le genre dramatique (Sabinas et Eponine, 1735 et Coriolan, 1745). — Cioranescu, Michaud, MsAcad2.

303ROUGEVILLE (François DE) [« on croit que c’est le même qui avait ou prenait le nom de de Fresne » (Guiot)], né à Rouen le 22 novembre 1702 ; mort dans la même ville le 23 décembre 1760.

304Cet admirateur de Malherbe et Jean-Baptiste Rousseau, ami de Richer, du P. Tournemine et de l’abbé d’Olivet, fit ses études au Collège de Rouen. Il fut auditeur à la Cour des Comptes de Normandie. Après s’être distingué au Palinod à la fois comme poète latin et français, il en fut élu juge en 1728 et « traduisit comme juge l’invitation latine aux poètes de son ami l’abbé Saas, en 1730 ». Il devint également membre de l’Académie royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen. Il épousa une demoiselle Midi et s’occupa beaucoup de l’éducation de son fils, qui lui aussi cultiva la poésie (Cf. infra). — Tougard, Lebreton, RI 1779-1781, Acad. C26.

305ROUGEVILLE (Fr.-Pierre DE), fils du précédent, mort à Paris le 15 octobre 1770 à 27 ans.

306Il fut mousquetaire. — Tougard.

307ROUSSELIN

308Il fut instituteur à Rouen. — Tougard.

309RUPPIERRE (Charles-Thomas-Augustin DE GLOS DE), né à Glos-la-Ferrière (diocèse de Séez) en 1695 ; mort vers 1755.

310Ce docteur en théologie de l’université de Caen et curé de la paroisse de Saint-Michel de Rouen compte parmi les poètes les plus assidus du Palinod, dont il devint juge en 1725. — Tougard. Lebreton.

311SAAS (Jean), né à Saint-Pierre-de-Franqueville, près de Rouen, le 3 février 1703 ; mort à Rouen le 10 avril 1774.

312Ce « savant » bibliographe (Michaud) fit ses études chez les Jésuites et y remporta le premier prix de poésie latine. Entré dans le sacerdoce (1728), il devint curé de Saint-Jacques, près de Darnétal (1742), puis chanoine de l’église métropolitaine (1751), et enfin bibliothécaire du chapitre de la même église. Il fut l’un des premiers membres de l’Académie de Rouen, à laquelle il communiqua un grand nombre de mémoires. Plusieurs fois lauréat au Palinod, il en devint juge en 1729, puis secrétaire. Il est l’auteur de nombreux ouvrages tant en latin qu’en français : Elegia obitum D. de Fontenelle (1757), Fables choisies de La Fontaine, traduites en vers latins (1758), Lettres à l’auteur du Nouveau supplément au Dictionnaire de Moréri (1742), etc. Il élabora également un Catéchisme, ou abrégé de la foi et de la doctrine chrétienne, à l’usage du diocèse de Rouen (1769). Cioranescu, Tougard, Le breton, Michaud.

313SAINT-HUGUES (DE), de Marseille.

314Prêtre. — HA.

315SAINT-MARTIN (J.-B.-Georges DE)

316Il était clerc de la paroisse de Saint-Etienne de Caen lorsqu il concourut. Il fut ensuite nommé au canonicat de Notre-Dame des Andelys et fut enfin professeur au collège du Bois à Caen. — Tougard, RI 1746-1745.

317SAINT-OUEN (DE), né à Rouen.

318Il fut conseiller au parlement de Normandie. — Tougard.

319SAUVALEE (Joachim), né à Rouen au début du XVIIIe siècle.

320Il composa en plus de ses poèmes couronnés au Palinod de Rouen un assez grand nombre de poésies latines qui n’ont pas été recueillies. Lebreton.

321SEVESTRE (François-Emmanuel [Emmanuel-François — RI 1736]), né à Montaure, diocèse d’Evreux, en 1716 ; mort le 22 juin 1788.

322Il embrassa l’état ecclésiastique et fut pourvu de la cure de Radepont. Il cultiva avec succès la poésie latine et française. Sa première pièce couronnée au Palinod de Rouen était signée « Emmanuel S*** ». Il devint juge vétéran et doyen du Palinod. — Lebreton.

323TALBOT (Louis-François), de Rouen. — MsAcad.

324TAVERNE

325Abbé, maître des Jeux Floraux à Toulouse (RI 1776-1781). Il s’agit vraisemblablement de l’un des trois fils de Jérôme Taverne, avocat au Parlement de Toulouse qui avait lui-même été reçu maître des Jeux Floraux en 1756. Deux des fds de Jérôme Taverne étaient abbés et connus dans le monde des lettres. L’un des deux participa, entraîné par les succès de son père, aux Jeux Floraux mais Quérard ne signale pas qu’il en fut maître. — Quérard, RI 1776-17781.

326THOUROUDE

327Prêtre du diocèse de Lisieux. — RI 1746-1745.

328TIPHAGNE, de Mont-bourg, près de Valognes. — MsAcad.

329TOCQUEVILLE (Esprit DE), né à Rouen dans la première moitié du XVIIIe siècle.

330Il envoya au Palinod de Rouen onze pièces de poésie, dont la majeure partie reçut un prix. Il était étudiant en philosophie au collège de Rouen lorsqu’il fut couronné en 1765, « étudiant en théologie » à Rouen, en 1768 et 1769. — Tougard, Lebreton, RI 1765, RI 1768-1769.

331TURPIN (François-Henri [René — Quérard]), né à Caen en 1709 ; mort à Paris en 1799.

332Compilateur, historien et poète, il était professeur à l’université de Caen lorsqu’il concourut au Palinod. Sous les conseils d’Helvétius, il se fixa à Paris et fut attaché quelque temps au prince Kourakin. Il est l’auteur de nombreux ouvrages historiques : Histoire universelle imitée de l’anglais, contenant l’histoire du monde depuis sa création jusqu’à ta naissance des empires (1770-1771), Histoire naturelle et civile du royaume de Siam (1779), etc. « C’est pour lui que fut créée la charge d’Historiographe de la Marine », écrit Tougard. Il s’essaya aussi dans le genre dramatique : Cyrus, tragédie en cinq actes (1773). Il fut aussi couronné deux fois au Palinod de Caen (1731, 1736). — Cioranescu, Tougard, Lebreton, Michaud, Quérard.

333VERGETOT DE VIRVILLE [DE VERGETOT — RI 1735, RI 1737] (Martonne), né à Rouen, au début du XVIIIe siècle ; mort vers 1776 à Sainte-Barbe-sur-Croisset.

334Fut conseiller au parlement de Normandie. — Tougard, Lebreton.

335VIARD. de Rouen. —Tougard.

336VILLERS (François-Gilles) Prêtre du diocèse de Rouen. — RI 1746-1745.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search