Version classiqueVersion mobile

Le Concours de poésie de l’Académie de l’Immaculée Conception à Rouen, 1701-1789

 | 
Vanessa Dottelonde-Rivoallan

Tables des pièces couronnées

Texte intégral

CHANTS ROYAUX

1Le chant royal (1er prix, la Palme ; 2nd, le Lys) est l’un des genres palinodiques les plus anciens. Les règlements de 1614 le définissent comme « une composition de vers qui ont dix à unze sylabes, en cinq bastons d’unze vers chacun, contenants cinq couleurs diverses & mariées, sans redittes ny coupes feminines, si elles ne sont sinalephées, pour unziesme vers est un Palinod ou ligne reiterée par les cinq bastons, laquelle est de rithme fœminine, les cinq premiers vers de chacun baston doivent avoir un sens parfaict, & les deux d’apres, le reste servant pour entrer en la ligne palinodiale : & pour sixieme baston, qui n'est pourtant dudit Chat Royal, est l’Envoy contenãt le rapport du preced[en]t discours à la Conception de ladite Vierge » (art. XIII). Tous les chants royaux répertoriés ci-dessous sont réguliers et composés de six strophes de onze vers de dix syllabes chacun et d’une allusion de six vers.

2En 1732, les deux prix du chant royal sont rassemblés et offerts à « la meilleure Ode françoise de dix strophes, chaque strophe de dix Vers, chaque Vers de huit & neuf syllabes » ; le genre était en effet tombé depuis longtemps en désuétude.

BALLADES

3La Rose, prix de la ballade, fut fondée dès 1514 par Jacques DesHommets.

4Les règlements de 1614 signalent que la ballade « est composée de trois bastons à trois couleurs diverses, portants huict vers de huit à neuf sylabes chacun, la huictiesme ligne est un Palinod repeté à chasque baston, avec l’Envoy portant l’explication de ladicte composition » (art. XIV). Toutes les ballades répertoriées ci-dessous sont régulières et composées de quatre strophes de huit vers de huit syllabes, y compris l’allusion (dernière strophe).

5A partir de 1732 la rose est réservée « aux meilleures Stances, ou à quelqu’autre Piece françoise, aux choix du Poëte ».

STANCES

6La Tour, premier prix des stances, fut fondée en 1596, et le Soleil, second prix, en 1611.

7Les stances consistent en « six quatrains de vers Alexandrins, & ayans douze à treize sylabes de rithme croisante & mariée, semblables l’une à l’autre, & portans chacun un sens parfaict en soy mesme sans redicte, avec divers enrichissements » (art. XV des règlements de 1614).

ODES

8Le miroir d’argent, premier prix de l’ode française fut fondé en 1611. L’ode consistait alors en « une composition contenant quatre bast[ons] de neuf lignes chacun, faits de vers de sept à huict sylabes, sans ligne Palinode, portans en chacun baston, ou du moins à la fin une réduction à la Conception de la Vierge ». En 1732 les nouveaux règlements « transportent » le prix du chant royal à une seconde ode française « de dix strophes, chaque strophe de dix Vers, chaque Vers de huit & neuf syllabes » et la première ode fondée, qui doit désormais « être de six ou sept Strophes, chaque Strophe de neuf vers, chaque vers de sept & huict syllabes », prend le nom de « petite ode française ». Aucune petite ode n’est couronnée après 1733, année où Louis Le Gendre fonde un second miroir d’argent pour le second prix de l’ode française.

SONNETS

9Le prix du sonnet (Vanneau d’or), « introduict au lieu du Rondeau », fut fondé en 1612. Les règlements de 1614 le définissent comme une pièce de « quatorze vers, de douze à treize sylabes à cinq couleurs diverses, dont les deux premiers quatrains sont clos en sens parfaict, & les six derniers vers clos pareillement] en chasque troisiesme ». Tous les sonnets répertoriés sont réguliers.

10En 1769, il est remplacé par « un Poëme héroïque de cent Vers François au moins » même si le genre disparaît du Palinod dès 1732.

POÈMES

11En 1769, les nouveaux règlements attribuent l’Anneau d’or, prix du sonnet fondé en 1612, à « un Poëme françois de cent Vers héroïques avec une allusion à l'immaculée Conception de six Vers au plus ». Tous les poëmes couronnés ne suivent cependant pas précisément cette règle et leur longueur est souvent plus étendue.

IDYLLES

12En 1769, les nouveaux règlements attribuèrent le prix de la ballade à une « Idylle en Vers françois de la même étendue que l’Allégorie françoise [trente à quarante vers avec une allusion en quatre vers] ».

ÉPÎTRES

13Le prix de l'épître n’a jamais été fondé mais deux poèmes de ce genre turent couronnés au Palinod. La première épître reçut le prix d’honneur offert par M. Antoine Le Couteulx (prince en exercice en 1774). Il s'agissait d’« un vase d’albâtre à l'antique, monté sur une base peinte en bleu, ornée de guirlandes dorées » et « surmonté de deux branches, l’une de rosier, l’autre de lys, chargées de fleurs et de boutons et réunies, dans leur partie supérieure, par une couronne de laurier, le tout en argent » (Ballin). La deuxième fut couronnée en 1783 où le programme avait proposé un prix de poésie française pour une épître ou une idylle.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search