Version classiqueVersion mobile

Le Concours de poésie de l’Académie de l’Immaculée Conception à Rouen, 1701-1789

 | 
Vanessa Dottelonde-Rivoallan

Anthologie des pièces couronnées

Texte intégral

1Ode, qui a remporté un prix gratuit en 1704

Le Parelie, ou l’image du Soleil sur une nuë

Dans cette auguste Assemblée,
Où tant d’Athletes pieux
Chantent le sort glorieux
D’une Vierge immaculée ;
Je sens tout d’un coup mon cœur
Epris d’une noble ardeur,
Que son interest m’inspire.
Qui te retient donc ma Lyre ?
Commence, & je suis Vainqueur,

Oüi, l’image que je vante
Me promet sur mes rivaux,
Le succez de mes travaux,
Puis qu’elle est toute brillante ;
Et que des Dieux le plus beau
Fait luy-mesme ce tableau,
Par les traits inimitables
De ses rayons admirables,
Qui luy servent de pinceau.

Quand sur son char de lumiere,
Pour éclairer l’univers,
Il parcourt les lieux divers
Qui composent sa carriere ;
La Terre étale à ses yeux
Ses dons les plus précieux ;
Et, dans la voûte azurée,
Tout paraît à son entrée
Avec un air gracieux.

Mais ce pompeux assemblage,
Qu’il regarde avec plaisir,
Lui laisse encor le desir
D’un plus magnifique ouvrage.
Que dis-je ? au mesme moment
Il trace un portrait charmant,
Dont la clarté vive & pure
Saisit toute la Nature
D’un joyeux étonnement.

Quelle assez riche matiere
Sert de fond à ce Tableau ?
L’air seul d’un objet si beau
Conserve-t’il la lumiere ?
Où paraissent les couleurs.
Qui du pere des splendeurs
Expriment si bien l’Image ?
O Ciel ! c’est sur un nuage
Fait de terrestres vapeurs.

Allusion
Philosophe temeraire,
Soûmets icy ta raison,
Cet effet sur l’horizon
Ne paraît pas sans mystère.
Dieu nous est représenté
Par l’Astre dont la clarté
Est necessaire à la vie.
La Vierge est le Parelie
Qui brille en l’obscurité.

2MAUDUIT DE MONTMIREL

3Ballade, qui a remporté le prix en 1705

L’Alcyon est un Oiseau, qui couvant dans son nid ses petits sur la Mer, la rend calme, quelque orageuse qu’elle soit.

4Ovide, dans le I. Livre de ses Métamorphoses ; & Alciat, dans son Livre d’Emblèmes.

Vierge, merveille qui m’enchante,
Unique objet de mes concerts,
Fournis à ma veine des vers,
Et conduis ma muse tremblante ;
Elle va faire ton tableau,
Et representer ton image,
En peignant avec son pinceau
L’Oiseau qui sçait calmer l’orage.

Que la plus affreuse tourmente
Se fasse sentir sur les Mers,
Et que jusqu’au plus haut des airs
Elle éleve l’onde écumante ;
Par un prodige tout nouveau,
Malgré cet Element volage.
Regne paisible en son berceau
L’Oiseau qui sçait calmer l’orage.

Mais, merveille plus surprenante !
Lors que dans des gouffres ouverts
L’eau semble abîmer l’Univers,
Et jette par tout l’épouvante,
Neptune voyant cet Oiseau,
Soudain met bas toute sa rage,
Ravi de porter sur son eau
L’Oiseau qui sçait calmer l’orage.

Allusion
Cette victoire si charmante
Peint, Vierge exempte de nos fers,
Du monstre horrible des Enfers,
Ta Conception triomphante.
Ton triomphe est encor plus beau.
Et seule ayant cet avantage.
Parois-tu pas sous le rideau
L’Oiseau qui sçait calmer l’orage.

5HAUVEL

6Chant royal, qui a remporté le premier prix en 1705

Dans la nouvelle Espagne, il y a un Oiseau qui éclaire en tout tems ; de sorte qu’à la faveur de sa seule lumière on peut lire ou faire autre chose pendant la nuit la plus obscure.

7Du Bartas, au cinquième jour de la première semaine.

Etre brillant, tandis que sans nuage
Le beau Phœbus fait son tour dans les Cieux,
Je n’y vois rien de si prodigieux,
Et c’est au plus un vulgaire avantage
Que peut donner cet Astre radieux.
Mais de briller de sa propre lumiere,
Quand le soleil à son heure ordinaire
Va se cacher dans l’humide Element,
C’est un prodige en toute la Nature,
Et pourroit-on regarder autrement
L’Oiseau brillant dans une nuit obscure ?

Sombre Déesse, ô toy dont le partage
Est de régner à ton tour dans ces lieux
En étendant tes voiles spatieux,
Viens, il est tems, & mets tout en usage
Pour obscurcir ou chasser tous les feux.
Le jour te cede, & pourtant temeraire,
Ton vain projet n’est que pure chimere
Si tu prétends dominer pleinement ;
Plus tu croîtras, & plus avec usure
Nous allons voir éclater noblement
L’Oiseau brillant dans une nuit obscure.

Sans mandier ce luisant assemblage
Que le Soleil par d’invisibles nœuds
Sçait attacher sur les corps tenebreux,
Il a dans soy pour insigne appanage
Un vif éclat qu’il conserve bien mieux.
Le jour se rend comme son tributaire,
En le suivant pas à pas constamment ;
Sans s’éclipser sa clarté toujours dure
Et le Ciel voit, sans aucun changement,
L’Oiseau brillant dans une nuit obscure.

Venez, Oiseaux, venez tous rendre hommage
A cet Oiseau, le chef-d’œuvre des Dieux,
Non, ce n’est point un tribut odieux
Qui justement puisse vous faire ombrage.
Que d’exiger vôtre culte & vos vœux.
Révérez tous cette Etoille legere,
Cet Astre aîlé, qui sur nôtre hemisphere
Semble à nos yeux tomber du Firmament ;
Reconnoissez sans honte & sans murmure
Qu’il est le seul entre vous proprement
L’Oiseau brillant dans une nuit obscure.

Pourquoy, fier Paon, déployer ton plumage
Avec un air superbe, ambitieux ?
Ce bel émail, ces globes specieux
Dont tu sçais faire un pompeux étalage
N’ont à mon gré, rien de si prétieux.
Cette lueur empruntée, étrangere,
A sa beauté, mais beauté passagère
Le jour te prête une riche parure,
Mais tu ne peux te dire également
L’Oiseau brillant dans une nuit obscure.

Allusion
Quand dans la nuit d’un péché necessaire
Les fils d’Adam, tous enfans de colere.
Déjà soüillez, naissent confusément ;
Reine des Cieux vous seule naissez pure.
Et nous trouvons dans vous uniquement
L’Oiseau brillant dans une nuit obscure.

8DE COUVRIGNY

9Sonnet, qui a remporté le prix en 1707

Le Papier

En te voyant former que mes ieux sont surpris,
Merveilleux composé d’une vile matiere.
Papier, qui du Soleil recevant la lumiere,
Efface la blancheur de la neige et des Liys !
Qui scait de tes effets et le nombre et le prix ?
Les sciences, les Loix en leur vigueur entiere,
Les grands noms des Heros tirés de la poussiere,
Par toi sont conservés dans mille beaux Ecrits.
Mais pour comble de gloire, aujourd’hui tu te vantes,
D’être un fond preparé pour tant de mains scavantes
Qui peignent a l’envi la Reine de Sion.
Que dis-je tu deviens toi-même la peinture
Du privilege heureux de sa Conception,
Lorsque tu sors si pure d’une origine impure.

10MAUDUIT DE MONTMIREL

11Sonnet, qui a remporté le prix en 1716

12[Susanne]

Temeraires Viellards, ministres malheureux
Que l’Enfer irrité choisit pour Son organe :
Envain vous répandez un poison dangereux
Sur les jours innocens de la Chaste Susanne.
Envain favorisant vôtre haine et vos vœux,
Tout un peuple Seduit, a perir la Condamne ;
Et tremblante a l’aspect d’un Supplice honteux
Elle entend Son arrêt de Sa bouche prophane.
Par l’Esprit du tres haut Daniel Suscité
Confond ces imposteurs, montre la vérité,
Et fait de leur fureur triompher l’Innocence.
Ainsi par le Secours de ton fils glorieux
Tu Scus, mere Sans tache Ecraser la puissance
Du perfide Serpent qui perdit nos ayeux.

13RICHER

14Ballade, qui a remporté le prix en 1731

Sicut lilium inter spinas sic arnica mea inter filias, Cantico Canticorum.

Aurore, ton éclat m’enchante.
Qu’avec grace tu sçais pleurer ;
Sans tes pleurs une fleur naissante
Peut-elle se faire admirer ?
Ciel ! que de fleurs vont décorer
Nos champs de leurs graces divines
On doit aux autres preferer
Le Lis au milieu des épines.

Montrant sa couronne brillante
La Grenade ose en murmurer,
Dit qu’à cette gloire éclatante
Elle seule a droit d’aspirer.
Grenade, c’est trop desirer,
Etouffe tes plaintes mutines
Quand tu vois tes soeurs révérer
Le Lis au milieu des épines.

Une cour odoriférante
Que Phœbus prit soin de parer,
Soumise à cette fleur charmante
Semble en parfums s’évaporer,
Et dire, c’est pour t’honorer,
Chaste Lis, étens tes racines,
Pour Roy prétendons déclarer
Le Lis au milieu des épines.

Envoy
Nous naissons sans pouvoir parer
Du serpent les dents assassines ;
Toy seule as pû t’en délivrer,
Marie, on doit te comparer
Au Lis au milieu des épines.

15Anonyme

16Ode, qui a remporté le prix en 1745

La Bataille de Fontenoy

Quel est ce successeur d’Alcide,
Qui marchant parmi les hazards,
Ne prend que sa valeur pour guide,
Et triomphe par ses regards ?
France, tu dois le reconnoitre,
C’est ton defenseur & ton Maître,
C’est l’effroi de tes Ennemis :
I1 vient pour protéger l’Empire,
Vienne en gémit, mais Vienne admire,
Le puissant Monarque des Lys.

Quel essain de Héros s’avance,
Du Roi Maurice suit les pas,
Du trône, Harcourt prend la défense,
L’un en est l’œil, l’autre le bras.
Que vois-je ! un nouvel Héraclide,
A la marche, fiere, intrepide,
S’éleve parmi ces Héros :
Il sort des bras de l’Hymenée,
Et pour remplir sa destinée,
Il se dérobe à son repos.

Tournay tes plus fortes murailles,
A son aproche vont tomber :
Le Dieu qui préside aux Batailles,
Pour lui semble déjà tonner ;
Le salpêtre, l’éclair, la foudre,
Vont bien-tot les reduire en poudre,
Tu dois ouvrir à tes vainqueurs :
Tu dois penser que leurs Ancêtres
Avoient été tes premiers Maîtres,
Et qu’eux seront tes défenseurs.

Dans les champs que l’Escaut arrose,
Si-tôt que Cumberland paroît,
Le François s’anime, s’expose,
Et vole au danger qui s’accroît ;
La mort crüelle & devorante,
Séme l’horreur & l’épouvante
Dans le Camp de nos Ennemis,
Et leur valeur opiniâtre,
Fait de Fontenoy le théâtre
Des fameux exploits de Louis.

Sous les murailles du Batave
On entend d’affreuses clameurs ;
L’Anglois plus farouche que brave,
S’immole à ses propres fureurs :
La terre de sang arrosée,
La Forêt voisine embrasée,
Peignent la guerre & le danger :
Louis sans craindre les alarmes,
Marche parmi l’effroi des Armes,
Et ne pense qu’à nous vanger.

Chevreuse insultant à la Parque,
Commande à ses braves Soldats,
Il a les yeux sur le Monarque,
Et les ferme sur le trepas :
Vaillant, prudent sans artifice :
Sûr qu’il combât pour la Justice,
Chevreuse est prêt à tout oser,
Il court où son devoir l’apelle,
Et le seul motif de son zèle,
Suffit pour l’immortaliser.

Lutteaux, que tes exploits célébres,
Egalent aux plus grands Héros,
Tu meurs, & des cyprès funébres,
Bornent le cours de tes travaux :
Mais dans nos coeurs & dans l’histoire,
Déjà tu vis comblé de gloire,
Même en descendant chez les morts.
Brave, dans le péril tranquille,
Au milieu d’Ulisse ou d’Achille,
Tu marche sur les sombres bords, [sic]

Cruel, mais infidèle pere !
Tu vis nos defenseurs mourans,
Tu vis couchés sur la poussiére, Et nos guerriers & tes enfants.
Chacun pour vanger sa patrie,
Prodiguoit son sang & sa vie,
Dans les plaines de Fontenoy,
Et sans juger de la victoire,
Il se contentait de la gloire
De mourir aux yeux de son Roi.

Tu vis renverser les Bataves,
Les Anglois, les Autrichiens,
Les uns devenus nos esclaves,
D’autres mourant avec les tiens ;
Nos Chefs chez les morts descendirent,
Grammont & Longaunay périrent
Dans ce combat rude & sanglant.
Après un carnage effroyable.
Comme un Achille invulnérable,
LOUIS en sortit triomphant.

Allusion
Un Dieu qui lui servoit deguide,
Arrêtait Teffort des Anglois,
Il le couvrait de son Egide...
Il gardoit en lui les François,
Ainsi pour l’auguste Marie,
Un Dieu réprima la furie
Du cruel tyran des enfers :
A l’ombre de son innocence,
Elle méprisa sa puissance,
Et se garantit de ses fers.

17Monsieur *** de Paris

18Ode, qui a remporté le prix en 1755

Élie est le seul de tous les Prophêtes qui ne soit point mort. Cumque pergerent & incedentes Sermocinarentur, ecce Currus igneus & equi ignei diviserunt utrumque : & Ascendit Elias per turbinent in cœlum.

19Lib. 4. Reg. Cap. 2. V. 11.

Quel cercle éclatant m’environne !
D’où part ce déluge d’éclairs ?
Quelle source de feu bouillonne,
Et soudain embrase les airs ?
Plus prompts que les traits du Tonnerre,
Des Coursiers fondent sur la terre.
Et bondissent parmi les feux.
Où tend ce tourbillon rapide,
Et quel conducteur intrépide
Vole sur un char lumineux ?

Est-ce toi qui viens, Dieu suprême,
Remplir le monde de terreur ?
Veux-tu le dévorer toi-même
Par le souffle de ta fureur ?
Est-il venu, ce jour de crainte,
Ce jour où ta Majesté sainte
Doit prononcer ses Jugemens,
Et sur une nuë enflammée
Parcourir la Terre allarmée
Au bruit de la foudre & des vents ?

Elizée, ah ! c’est ton cher Maître...
O regrets ! O cris superflus !
Il fuit, il vient de disparaître.
Hélas ! tu ne le verras plus !...
Oui, c’est lui, (douleur immortelle !)
C’est mon guide !.. en vain je l’apelle ;
En pleurant je lui tends les bras :
Mais à mes yeux il se dérobe,
Et déjà vers un autre Globe
I1 s’élance, & ne m’entend pas.

Qui consolera ma Patrie
De cet événement cruel ?
Quel mur contre l’idolâtrie S’élévera dans Israël ?
Peuple, accablé de sa tristesse,
Tu n’as plus celui qui sans cesse
Brûloit de zèle pour ta Loi.
De ton char il tenoit les rênes,
Et de tes Tribus incertaines,
Lui seul rafermissoit la Foi.

Je l’ai vu rendre ses Oracles,
Libre & vrai dans tous ses discours :
De la nature, sans obstacles,
Je l’ai vu suspendre le cours.
Aux ordres de sa voix puissante,
Sur nous la nuë obéissante,
Retenoit ou versoit ses eaux.
Par des prodiges manifestes,
Il fit tomber les feux célestes,
Ouvrit ou ferma les Tombeaux.

Ses merveilles nous étonnérent :
C’en est fait, il n’est plus pour nous ;
Et les Cieux qui nous le donnérent,
De ce grand homme sont jaloux.
Leur vaste sein s’ouvre & l’embrasse....
Ah ! que ne puis-je sur sa trace,
Voler dans ce lieu fortuné !
O vous qui m’aimez, ô mon pere !
Pour quoi, sur ce triste hémisphére,
M’avez-vous donc abandonné ?

Arrête, Serviteur fidèle,
Les pleurs qui coulent de tes yeux :
De son esprit & de son zèle,
Tu reçois les dons précieux.
Succéde à ce Ministre sage :
Mais, hélas ! que de jours d’orage
Naîtront pour toi de cet honneur !
De ton Maître l’illustre vie
Fut sur le point d’être ravie,
Par les ennemis du Seigneur.

Grand Dieu ! ton équité répare
Les outrages que tu permis.
Périsse la Reine barbare,
Qui fait la Guerre à tes amis ;
Dieu vengeur, qu’elle persécute,
Aprend aux hommes par sa chute,
A ne pas braver l’Éternel.
Effrayés de son sort funeste,
Ils diront : voilà ce qui reste
De l’orgueilleuse Jésabel.

Loin de cette femme implacable,
Jouissez d’un destin plus doux,
Prophête, le bras qui l’accable
Prodigue ses bienfaits sur vous.
Conduit par de brillantes routes,
Au-dessus des célestes Voutes,
Attendez le tems limité.
Pour nous alors, Ange propice,
Vous viendrez fléchir la justice
Du souverain Juge irrité.

Allusion
Du Très-Haut sublimeInterpréte,
Vous n’avez point connu la mort ;
Avec vous nul autre Prophête
N’a partagé cet heureux sort.
L’instant qui nous donne la vie,
Dans notre ame au corps asservie,
De la mort imprime le sceau.
Tu n’as point connu nos ténèbres,
O Vierge ! & les ombres funèbres
N’ont point entouré ton Berceau.

20MALFILÂTRE

21Ode, qui a remporté le premier prix en 1762

L’Athéisme, ou le systême de Spinosa

N’est-ce pas un songe frivole
Qui vient abuser de mes sens ?
Non. j’ai des ailes ; je m’envole
Porté sur ces apuis naissans.
Mon changement n’est point un rêve,
Ma métamorphose s’achéve ;
Je m’élance au milieu des airs...
De cette demeure suprême,
Examinant tout par moi-même,
Je puis juger de l’univers.
Quel spectacle affreux se presente,
Et dans mes sens glacés d’effroi
Jette l’horreur & l’épouvente ?
Que vois-je ? grand Dieu, soutiens-moi.
L’enfer vomit de ses abîmes
L’athéisme, pere des crimes.
Trop connu, trop peu détesté ;
Monstre que le vrai seul irrite,
Et que le mensonge suscite
Pour détrôner la vérité.
Toujours vaincu, toujours terrible,
L’audace étincelle en ses yeux,
Secouru du blasphême horrible
I1 ose s’attaquer aux Cieux.
Les principes les plus célebres,
Par ce vil suppôt des ténébres,
Sont ou détruits, ou combattus ;
Et son bras, protecteur du vice,
Place le crime & l’injustice
Au sanctuaire des vertus.
Dans la nuit qu’au jour il préfére,
Il dérobe ses premiers pas ;
Ennemi de toute lumiére
Il n’en peut souffrir les éclats.
Mais de ces ombres élancées,
Ses difformités déguisées
Paroissent enfin au grand jour ;
La terre d’abord allarmée,
Bientôt de ses dogmes charmée,
Change sa frayeur en amour.
Selon sa coupable imposture,
Tous les Etres de l’univers,
Du Souverain de la nature
Ne sont que des modes divers.
Dieu, substance unique, infinie
Aux esprits, aux corps réunie,
Forme un tout de mal & de bien.
Tout est Dieu, la matiére même,
Ou plutôt, tel est son systême :
Tout Etre est un Dieu, Dieu n’est rien.
Mais, quoi ! d’un si ténébreux père
Entendrois-je les noirs enfans ?
Quel impie, ou quelle vipére
Vient, me frape de ses accens ?
Le tems fuit Jouissons, dit-elle,
Les biens d’une course mortelle
Passent sans jamais revenir.
Au seul bonheur de cette vie,
Bornons notre philosophie ;
Qui sçait s’il est un avenir ?
Que les plaisirs soient notre idole
Et le tombeau de nos remords ;
Allons apprendre à leur école
L’éternité, mot chimérique,
Inventé par la politique,
N’est qu’un nom sans réalité ;
Semblable à ces faits de l’histoire
Qu’un sage écoute & laisse croire
Au vulgaire, au peuple hébété.
Pêtris des cendres d’Epicure
Par les mains de la volupté,
Vils mortels, qu’une nuit obscure
Ranima d’un souffle empesté ;
Quoi ! l’éternité n’est qu’un songe !
L’ame s’éleve & se replonge
Dans les ténébres du néant !
Le parallele d’une brute
N’a rien d’affreux qui vous rebute
Dans ce systême extravagant !

Cessez de m’exposer des charmes
Pour qui je n’ai que de l’horreur ;
Vos plaisirs coûtent trop de larmes.
Pour leur prostituer mon coeur.
Ils pourraient, malgré tout leur vuide,
Et l’espoir d’un bien plus solide,
Fixer pour un tems mes souhaits ;
Mais l’homme dans son espérance
Est un gouffre, un abîme immense
Que vous ne remplirez jamais.

Allusion
Vierge sainte, d’un peupleAthée
Tel est le langage imposteur.
La matiére est trop limitée
Pour contenir son créateur ;
Et si votre sein adorable,
D’un Dieu puissant & redoutable,
A renfermé l’immensité,
Seule dans toute la nature,
Il vous avoit fait naître pure
Aux yeux de sa Divinité.

22LA BOULAYE

23Ode, qui a remporté le second prix en 1764

La Pucelle d’Orléans victorieuse des Anglais qui faisoient le siége de cette Ville

Héros, bruyans foudres de guerre,
qui cueillîtes tant de lauriers ;
Vous qui fîtes trembler la terre
Au bruit de vos exploits guerriers :
Cédez : une jeune mortelle,
Qui doit vous servir de modèle,
Aujourd’hui s’offre à mes accens ;
C’est elle-même qui m’inspire ;
Pour elle je monte ma lyre,
Seule elle est digne de mes chants.
Une nation orgueilleuse,
A la honte du nom François,
Depuis long-tems victorieuse,
S’aplaudissoit de ses succès ;
Elle voyoit par ses armées
Nos places prises, ruinées ;
Tout sous elle alloit se ranger ;
Mais, peuple arrogant, la victoire
Peut, au sein même de ta gloire,
Et te trahir, & nous venger.
Autrefois la fiére Carthage
Mît les Romains presque aux abois,
Et dans l’ardeur de son courage
Leur prescrivoit déjà des loix.
Mais le sort jaloux la traverse ;
Rome triomphante renverse
Carthage, qui bien-tôt n’est plus.
Ainsi jusqu’en ses murs forcée,
Cette rivale est terrassée
Par ceux qu’elle avoit cru vaincus.
La fortune toujours changeante,
Peut t’oprimer d’un seul revers,
Et par une chute éclatante
T’abattre aux yeux de l’Univers.
Tu prétens du milieu de l’Onde
Réduire sous tes fers le monde,
Et seul dominer sur les mers.

Mais, fier Léopard, la tempête
Courbera sans peine la tête
Qui menace les flots amers.
En vain dans la France allarmée
Tes Légions portent l’effroi ;
En vain tu la crois desarmée
Et prête à recevoir la loi :
Le François, que la honte anime,
Te fera la triste victime
Des maux qui semblent l’ébranler :
C’est quand il est prêt à se rendre,
Qu’il sçait renaître de sa cendre
Pour te combattre & t’accabler.
Que vois-je ? une foible Bergére
Accourt au bruit de nos malheurs !
D’Arques, d’un peuple téméraire,
Demande à venger les fureurs.
Charles lui remet sa couronne,
Ses droits, son honneur, sa personne,
Et les François à conserver.
Fier Gerion, Anglois perfide,
Aux coups de ce nouvel Alcide
Rien ne sçauroit te dérober.
Déjà d’une invincible épée
S’arme son redoutable bras ;
Crains dans peu de la voir trempée
Du sang fumant de tes Soldats.
Ainsi que le troupeau timide,
Docile à la peur qui le guide,
Se livre à la fureur des loups ;
Tu verras tes foibles cohortes
Fuir honteusement à nos portes,
Et chercher la mort sous ses coups
Il est tems, le moment s’avance,
Qui va confondre tes projets ;
Charles, malgré ton arrogance,
Va régner seul sur ses Sujets.
D’Arques paroît : tout se ranime ;
Déjà le François magnanime
Rougit d’une lâche terreur.
Sous cette intrépide Guerriére
Rapellant son ardeur premiére,
Il croit être déjà vainqueur.
Que l’Anglois aprenne à connoître,
Dit-il, la valeur des François ;
Enfin il verra disparaître
Nos disgraces & ses succès.
Il sort, il combat, il renverse ;
L’Ennemi vaincu se disperse,
Et frémit de se voir dompté.
Le Soldat au Chef est rebelle,
Il fuit où la crainte l’apelle,
Orléans est en liberté.

Allusion
Vous, que la Grace aprévenue
Par la plus grande des faveurs,
Vierge Sainte, à peine conçue,
Vous mettez fin à nos malheurs.
Dès en naissant votre puissance
Dompte l’orgueilleuse insolence
Du cruel Tiran des Enfers.
Satan sur nous n’a plus d’empire ;
Le monde en liberté respire,
Son ennemi porte des fers.

24LE PREVOST

25Stances qui ont remporté un des deux prix offerts en 1768

L’Immaculée Conception

Nymphes, dont les Autels ornoient l’antiquité,
Disparoissez ; tout céde à celle que j’encense.
Sans tache à l’Homme-Dieu son sein donna naissance,
Déesses des Payens, qu’avez-vous enfanté ?
Mars, fils de Junon, porta part-tout la guerre,
Et des cruels tyrans inspira la fureur,
Vulcain, du même sang, l’arma du fer vengeur,
Alluma les volcans, & fit trembler la terre.
L’Enfant de Cytherée a sçu par mille attraits
Subjuguer les mortels ; Mais ses ris & ses charmes,
Engendrent la discorde, & font verser des larmes,
Chacun l’aime, le fuit, le cherche & craint ses traits.
Les faux Dieux, qui de Rhée ont pris leur origine,
Enseignent les forfaits ; Mercure le larcin,
Jupiter l’adultere, & Saturne inhumain
Punit ses fils des maux que le sort lui destine.
La Vierge donna l’être au seul être parfait.
Au portique, au Lycée il prêta sa lumiere,
Et bientôt des vertus s’étendit la carriere ;
Des loix qu’il établit, chacun sentit l’attrait.
L’univers tremble au nom de sa sublime essence,
Pour nous sauver, s’il vînt dans le sein maternel,
Né de l’Esprit divin, son Pere est l’Eternel :
Tous trois ne font qu’un Dieu, célébrons sa Puissance.
Chantons de ses décrets l’ordre & la profondeur ;
Anges, qu’à nos accens vos doux concerts s’unissent :
Astres, par vos accords, que les airs retentissent.
Que l’Enfer même en vain exalte sa grandeur.

26Madame LE PAGE DU BOCAGE

27Idylle,qui a remporté le prix en 1769

Les Bergers

Bergers, que vous êtes heureux !
Aucun soin ne vous inquiette,
Vos moutons, vos agneaux, vos chiens, votre houlette,
De votre ame bornent les vœux.
Vous suivez en tout la nature ;
Les prés, les forêtes, les coteaux,
Et le murmure des ruisseaux
Versent sur tous vos jours une volupté pure.
Qu’un sort tel que le vôtre est doux !
Mais, hélas ! qu’en ce tems il fait peu de jaloux !
Un verd gazon est votre empire,
Vos troupeaux forment votre cour,
Ils chérissent vos loix, vous avez leur amour,
Par leur attachement ils sçavent vous le dire.
Bergers, que vous êtes heureux !
D’un méprisable amour les charmes dangereux,
Sont bannis pour toujours de vôtre toît champêtre :
Jamais le feuillage du hêtre
Ne prêta son ombre à vos feux.
Vos desirs sont réglés, la vertu les avoue,
Théocrite, Moschus, le Chantre de Mantoue,
Et cent Poëtes après eux,
Pour rendre votre sort encor plus désirable,
En nous peignant le vice aimable,
A l’amour livrent les Bergers,
Et font de ces riants bocages,
De ces gazons, de ces vergers,
Des lieux où la vertu fait de tristes naufrages.
Ils vous peignent d’après leur cœur,
Et pour autoriser leur honteuse foiblesse
Ils vous ravissent la sagesse
Qui fait votre unique bonheur.
Non, de coupables feux ne souillent point vos ames.
Les ouvrages du Créateur
D’une pure & sincere ardeur
Entretiennent dans vous les innocentes flammes.
Tout vous parle de votre Auteur ;
A le louer tout vous engage
Tout le bénit, lui rend hommage.
Qu’on s’abandonne avec plaisir
A ces transports d’amour & de reconnoissance
Qu’excite en nous d’un Dieu la sage bienfaisance,
Et qui du vrai bonheur allume le desir !
Une félicité si pure
N’entre point dans le cœur des Rois :
Bergers, vous accordez le son de vos hautbois
Avec la voix de la nature.
David fut berger comme vous.
Il fit son charme plus doux
De chanter du Très-Haut l’éternelle puissance ;
Ainsi par vos accents vous enflammez vos cœurs :
De ses bienfaits, de ses grandeurs,
Vous nourrissez votre espérance :
Soit qu’au matin d’un jour d’été,
Le cœur rempli de sa bonté,
Vous vous promeniez sur la rive
Qui d’un bruyant ruisseau retient l’onde captive.
Et que l’éclat de mille fleurs
Orne des plus belles couleurs ;
Soit qu’étendus sur la verdure
Dont la complaisante nature
Aime à décorer nos coteaux,
Tandis que vos jeunes troupeaux
Prennent en bondissant une douce pâture,
Vous jettiez un moment les yeux
Sur ces riches présens que la terre féconde
Ne cesse d’étaler au monde,
Ou que les élevant aux cieux,
Vous suivez du soleil le cours majestueux ;
Du Dieu que votre ame révéré
En tout tems, en tous lieux vous chantez les bienfaits ;
Est-il pour vos accords de plus noble matiére ?
L’art de le célébrer est pour vous plein d’attraits.
Mais, vos chants ne sont pas stériles ;
Vous l’honorez encor par des travaux utiles
Qui du vice odieux sçavent vous préserver.
Bénissez, ô Bergers, la tendre providence
Qui vous donne avec l’innocence
Les moyens de la conserver.

Allusion
C’est à vous, ô Bergers, que de notrebonheur,
Le Ciel voulut d’abord annoncer le mystere :
De ce divin Enfant, égal à Dieu son Pere,
On vous vit les premiers adorer la grandeur ;
Alors, ô Vierge pure, ils eurent l’avantage
D’admirer vos vertus, & de vous rendre hommage.

28DU HECQUET

29Pièce de poésie qui a remporté le prix d’honneur offert par le prince de l’académie en 1774

Epitre d’une femme à son amie, sur l’obligation, & les avantages qui doivent déterminer les meres à allaiter leurs enfants, conformément au vœu de la nature.

Le temps approche donc, ô ma chereIdamie,
Où tu dois éprouver de nouveaux sentimens.
Des fleurs parent l’Autel, & bientôt mon amie
Va de son jeune Epoux recevoir les sermens ;
Il faudra qu’à son tour ta bouche les prononce.
Que ne puis-je, dis-tu, différer ces instans ?
Oui, j’ai lu dans ton cœur ; l’avenir ne t’annonce
Que des biens mérités, & des plaisirs constans.
Non, non, le vrai bonheur n’est pas une chimere :
Pour qui s’en montra digne il exista toujours.
Pourroit-on s’étonner qu’il embellît mes jours ?
Je porte un cœur sensible, & suis épouse & mere.
Ne crains pas les regrets, ton sort va s’accomplir.
Sur tes heureux penchans mon espoir se repose ;
Tu connois les devoirs qu’un saint nœud nous impose,
Ton vœu le plus ardent sera de les remplir.
Il en est un sur-tout bien cher à la nature,
Dont l’oubli peut coûter un remords éternel :
Qu’il soit sacré pour toi. Dans le sein maternel,
Ah ! laisse tes enfans puiser leur nourriture.
Ces fruits d’un chaste hymen par nos maux achetés,
Quoi ! nous les confions à des mains mercenaires ;
Tandis que des forêts les hôtes sanguinaires,
Allaitent les petits que leurs flancs ont portés !
O toi, qui sans frémir d’une erreur si funeste,
N’as pas craint d’outrager la nature & l’amour.
Toi, qui livras ton fils, en lui donnant le jour,
Barbare, réponds-moi, c’est ton cœur que j’atteste.
Lorsque dans un berceau, qu’investit le danger,
On éleve le fruit, l’objet de tes tendresses,
Songes-tu qu’en son sang coule un sang étranger,
Et qu’une autre que toi jouit de ses caresses ?
Vas tenter, s’il est vrai que ton cœur le chérit.
D’obtenir que le sien veuille te reconnoitre ;
Tu le verras fidele au sein qui le nourrit,
Repousser en pleurant le sein qui le fit naître.
Cruelle ! à l’instant même où tes vœux criminels,
Des jeux de nos cités poursuivent le prestige,
Sais-tu si ton enfant, loin des yeux maternels,
Reçoit les tendres soins que sa foiblesse exige :
Tu t’oses reposer sur le choix que tu fis !
Comment veux-tu qu’un jour réponde à ton attente,
Celle qui, sans remords, sevra son propre fils,
Pour te vendre le lait dont le tien s’alimente ?
Ah ! de l’humanité prends l’auguste flambeau,
Vois les maux que produit l’abus que je déplore,
Combien d’infortunés, moissonnés dès l’Aurore,
Que le sein de leur mere eut sauvés du tombeau !
Mais c’est peu que les loix que tu viens d’interrompre,
Appellent sur ton fils la mort ou les douleurs.
Le lait, le même lait, que réclamoient ses pleurs,
Repompé dans son sang va bientôt le corrompre.
Contemple avec effroi ce redoutable écueil,
Peins-toi tous les dangers dont ta faute est suivie.
Tremble qu’un poison lent ne consume ta vie,
En t’offrant chaque jour l’image du cercueil.
Cependant, arrivée à ton heure derniere,
Quel appui soutiendra ton esprit abbatu,
Si d’un œil consterné, parcourant ta carriere,
Tu n’y vois rien qui puisse honorer la vertu ?
Amie, à ce tableau qui demandoit sans doute
Le mâle coloris d’un pinceau plus heureux,
Sûre de t’inspirer des transports généreux,
J’opposerai celui du bonheur que je goûte
L’Hymen s’offrit à moi sous un aspect charmant :
Il avoit, sans retour, soumis mes destinées,
Et d’un Epoux, voilé sous les traits d’un amant,
La main semoit de fleurs le cours de mes journées.
Cet accord que l’on doit à des nœuds assortis,
L’attrait d’un amour pur qu’on s’avoue à soi-même,
Ces égards mutuels toujours si bien sentis,
La douceur d’estimer ce qu’il faut que l’on aime,
Les hommages d’un cœur solidement épris ;
Voilà les premiers biens qui formoient mon partage.
Il étoit beau, sans doute ; & pourtant je compris
Qu’heureuse, je pouvois l’être un jour davantage.
Je le vis naître enfin ce jour si fortuné,
Qu’à la bonté du Ciel demandoit ma priere.
Il daigna m’accorder le doux titre de mere...
J’assure que mes mœurs ne l’ont point profané.
En ce même moment où l’amitié t’adresse
Des Vers que sans apprêts elle seule a dictés,
Libre dans son berceau repose à mes côtés
Le plus jeune des fils qu’allaita ma tendresse.
Hier de ses esprits, un paisible sommeil
Avoit à la même heure interrompu l’usage.
Mes avides regards contemploient son visage.
Où s’étoit peint l’éclat du plus tendre vermeil.
Ainsi brille la fleur nouvellement éclose.
Je rendois en silence hommage au Créateur.
Par un léger souris, sa bouche demi-close,
Me donna le signal d’un réveil enchanteur.
Ses yeux à peine ouverts, sur mes yeux se fixerent :
Ses bras vers moi tendus m’exprimoient son dessein ;
J’embrassai mon enfant, & ses levres sucerent
Le lait qu’avec transport lui prodigua mon sein.
Mon mari, près de nous qu’occupoit la lecture,
La quitte, nous regarde ; un doux saisissement
Dans son ame sensible éveille la nature,
Et son œil est baigné des pleurs du sentiment.
« O toi, s’écria-t-il, que tant d’amour inspire,
« Le tems respectera le nœud qui nous unit :
« La jeunesse s’écoule, & la beauté finit.
« De la seule vertu rien n’affoiblit l’empire ».
A l’extase qu’en moi causerent ces accens,
Je crus avoir du Ciel entendu la voix même,
Je respirois à peine, & demandois des sens,
Pour supporter le poids de mon bonheur extrême.
Parle, mon cœur au tien se plaît à déférer ;
Parle, je te connois incapable de feindre :
Connois-tu des plaisirs que l’on pût préférer
A l’yvresse de ceux que je viens de te peindre ?
La Providence veut, c’est un de ses bienfaits,
Qu’au sein de nos devoirs le vrai bonheur se trouve ;
Je porte autour de moi mes regards satisfaits.
Et j’ignore quel bien manque au sort que j’éprouve.
Je n’ai point à braver d’importunes clameurs :
Aux langueurs de l’ennui je suis inaccessible.
Cette maison présente à mon ame sensible
L’asyle fortuné de la paix & des mœurs.
Je n’y rentre jamais sans transports d’allégresse ;
J’appelle mes enfans, il viennent m’entourer.
Au plus jeune sur-tout je vole avec yvresse,
Je le prends dans mes bras, & suis prête à pleurer.
D’un Epoux vertueux & l’amour & l’estime
Au gré de mes souhaits s’augmentent chaque jour ;
Tout ce qui m’environne en cet heureux séjour,
Chérit, honore en moi le zele qui m’anime.
J’ai fini mon printems, & suis dans mon été ;
Mais je conserve encore les dons du premier âge,
La gaité de l’esprit, le feu de la santé,
Et les foibles attraits qui firent mon partage.
Adopte, ô mon amie, adopte mes penchans.
Choisis pour ta demeure un asyle champêtre.
C’est-là que l’air est pur, que les goûts sont touchans.
Que l’ame plus en paix jouit mieux de son être.
L’habitant des cités, fougueux dans ses desirs,
Peut-être avec dédain verroit ces lieux rustiques.
Vous qui m’êtes si chers, ô mes toits domestiques,
Vous savez si mon cœur regrette ses plaisirs.
Qu’il brille dans le faste auquel ses vœux aspirent ;
Par mille adorateurs que son nom soit cité ;
L’Univers est aux lieux où mes enfans respirent,
Et c’est dans leur bonheur qu’est ma félicité.

Allusion à la Sainte Vierge
D’ineffables vertus source pure & féconde,
Toi, qui touches le Trône où siege l’Eternel,
Qui portas dans tes flancs le Rédempteur du monde.
Et le nourris du lait de son sein maternel,
Vierge Sainte, du haut de l’immortel Empire,
Daigne exaucer les vœux que t’adresse ma foi ;
Protege mes enfans, & que leur mere expire
Dans l’amour des vertus que l’on adore en toi.

30Madame DE LAURENCIN

31Ode, qui a remporté l’un des deux prix de poésie française proposés en 1777

Les Phares de Normandie, et particulièrement ceux du Havre

D’autres célébreront les villes de la Grece,
Ou Rome & ses hauts faits. La Seine est mon Permesse ;
Je chante sur ses bords les utiles flambeaux,
Qui, loin de la Neustrie écartant les naufrages,
Vers ses heureux rivages,
A travers les écueils, dirigent nos vaisseaux.

Ils ne sont plus, ces tems d’exécrable mémoire,
Par des larmes de sang retracés dans l’histoire ;
Quand le Navigateur, s’il échappoit aux flots.
Se voyoit dépouillé par des peuples avides,
Dont les mains homicides
S’emparoient des débris respectés par les eaux !

L’humanité triomphe ; & des deux hémispheres
Les divers habitants ont appris qu’ils sont freres.
Que leurs riches vaisseaux couvrent toutes les mers ;
Qu’ils ne redoutent plus, poursuivis par l’orage.
De chercher un rivage
Où s’offrent des amis, des ports toujours ouverts !

Mais comment aborder, quand d’épaisses ténebres,
Enveloppant le Ciel de leurs crêpes funebres,
Ne laissent plus de guide au malheureux Nocher ?
Il va périr, hélas ! si du sein de la nue,
Quelqu’étoile connue.
Offerte à ses regards, n’écarte le danger.

Astres, dont la splendeur aux Typhis salutaire.
Cesse de leur offrir un rayon tutélaire,
L’art, sans votre secours, va régler leurs travaux !
Que des refus du Ciel la terre se console !
Je vois un nouveau pôle.
Dont l’humaine industrie a créé les flambeaux.

Héro les alluma par l’amour inspirée.
Et Sestos des premiers vit sa rive éclairée.
Un plus noble motif, des intérêts plus chers,
D’une étoile terrestre adoptent la ressource ;
Et cette nouvelle Ourse
Dérobe le Pilote à la fureur des mers.

Nous la devons aux soins du bienfaisant Génie
Qui veille sur l’Etat, en regle l’harmonie ;
Qui par-tout maintient l’ordre & la sécurité.
Sous les traits de Louis, la vertu couronnée,
O France fortunée !
Devient un sûr garant de ta prospérité !

  • 1 Rappel des Parlements en 1774 [Cette note ainsi que les suivantes sont celles du recueil imprimé].

Ce Roi, de ses sujets le Pere et le modele,
A revêtu Thémis1 d’une splendeur nouvelle.
Dans tes ports il allume un feu consolateur.
Que ses nombreux signaux fassent sur tes frontieres,
Aux Nations entieres,
Connoître, partager, envier ton bonheur !

Conserve, ô ma Cité ! ce feu d’un doux présage ;
Le Nautonier fréquente & chérit ton rivage !
La nature avant l’art avoit formé ton port ;
Il dut le nom de Havre à son accès facile ;
Du titre & de l’asyle
Tu ne peux mieux remplir le devoir & l’accord.

O feux, qui protégez & Thétis & la Seine,
Sûrs & brillants rivaux des deux freres d’Helene,
Phares, je vous salue ; assurez à jamais
Le commerce opulent de l’active Neustrie ;
Fixez dans ma patrie
L’abondance & les arts, fruits de l’aimable paix !

D’Hercule triomphant, colonnes orgueilleuses.
Un monument semblable à ces tours lumineuses
Auroit éternisé ses généreux travaux.
En terminant ainsi son utile carrière,
Ce foyer de lumiere
Présenteroit encor le secours du Héros.

C’est toi, fameuse Egypte, en merveilles féconde,
Qui d’un soin si touchant donnas l’exemple au monde.
Le Nil enorgueilli réfléchit sur ses eaux
Du fanal de Pharos l’étonnante structure ;
Et la race future,
En conservant son nom, lui donna des rivaux.

Pour ce rare présent, en vain la renommée
Parmi nos bienfaiteurs a placé Ptolomée.
Du nom de Philadelphe, injuste usurpateur,
En régnant par un crime il a souillé sa gloire ;
Et toujours ma mémoire
D’un fratricide affreux se retrace l’horreur.

Heureux qui, né sensible, affable sur le trône,
Sait par la modestie embellir sa Couronne,
Et dans un Roi puissant nous offre un citoyen.
Phares, tel est des lis le Philadelphe Auguste !
Son regne aimable & juste
Aux mœurs, à la vertu, servira de soutien.

  • 2 Passage de l’Empereur [Joseph II] au Havre, le Ier Juin 1777.

Tel aussi, dans nos murs2 ce Voyageur illustre
A la simplicité devoit son plus beau lustre.
En s’occupant du soin de nous cacher son rang,
11 retrouvait l’éclat qu’il faisoit disparoître ;
Et pour nous mieux connoître,
S’il voiloit sa grandeur, nous l’en jugions plus grand.

La fable ainsi nous peint, dans les beaux jours d’Astrée,
Les dieux abandonnant leur demeure sacrée,
Pour veiller de plus près au bonheur des mortels.
Sous leurs paisibles loix, l’âge d’or prit naissance.
Et la reconnoissance,
Par un juste retour, leur dressa des Autels.

Des bienfaits de nos Rois, Phares, brillante image.
De leurs soins paternels éternisez le gage ;
Percez la nuit des tems. Au temple des neuf Sœurs,
Par mes sons, votre gloire est aujourd’hui placée.
Un célebre Lycée
Accorde à mes efforts la palme des vainqueurs.

  • 3 En 1759, une flotte angloise se présenta devant le Havre. M. le Duc de Harcourt, alors Lieutenant- (...)

Qu’il est beau d’obtenir, dans ce jour mémorable,
Un laurier qu’un grand nom doit rendre plus durable !
Harcourt est de nos jeux le noble protecteur.
Ce nom de siecle en siecle est cher à la Neustrie ;
Des murs de ma patrie
Il rappelle à nos cœurs le zélé défenseur3.

  • 4 Le Havre est sous la protection spéciale de la Sainte Vierge.

Priere à la Sainte Vierge
Ne cessez de guider le vaisseau de la France,
Vierge, étoile des mers, Phare, notre espérance,
Tour qui réfléchissez les feux de l’Eternel ;
Des lieux qui m’ont vu naître, auguste protectrice4,
Daignez, Astre propice,
Agréer de mes chants l’hommage solemnel.

32LAIGNEL

33Stances, qui ont remporté le prix de poésie française en 1780.

Sur la guerre présente. Toto sœvit Mars impius Orbe

Quelle homicide ardeur aux combats nous entraîne !
La paix réclame en vain ses Traités solemnels.
Ministre de la mort, la discorde inhumaine
A passé des enfers dans le cœur des mortels.

Le feu, la soif du sang, les farouches alarmes,
En théâtre d’horreur ont changé l’Univers.
L’océan retentit du choc affreux des armes.
Et le Dieu de la guerre est le tyran des mers.

Anglois, c’est ton orgueil qui forma cet orage.
Tu voulois enchaîner l’Europe sous tes loix,
Et plier sous le joug d’un injuste esclavage
Les droits des nations, & le sceptre des Rois.

Tu disois dans ton cœur : „ J’étendrai mon empire
„ Sur le vaste élément où regnent mes vaisseaux.
„ Oui, contre mon trident l’Europe en vain conspire,
„ C’est à lui qu’appartient le domaine des eaux.

„ Qu’au joug d’un peuple Roi, l’Amérique soumise,
,. Au soin de m’enrichir immole sa splendeur ;
,, Que du fond de l’Asie, aux Ports de laTamise,
„ Les flots obéissants respectent ma Grandeur."

Ainsi, dans ton orgueil, trop avide Insulaire,
Tu t’arrogeois un droit proscrit par l’équité.
Mais ces vastes desseins, ce projet téméraire,
Bientôt sont confondus par le Ciel irrité.

Déjà près d’Ouessant. les palmes de la gloire
Ont couronné l’effort de nos braves Guerriers ;
L’Anglois éteint ses feux & cede la victoire :
Le Pavillon françois flotte sous les lauriers.

Invincibles Héros, l’ardeur qui vous entraîne
Prend un nouvel essor vers de lointains climats ;
D’un peuple subjugué vous briserez la chaîne ;
Partez : Mars vous conduit en personne aux combats.

D’Estaing est votre chef, d’Estaing dont le courage
Place le nom célebre au rang de nos Héros.
Ce nom de la victoire est un heureux présage ;
La mer, à son aspect, semble applanir ses flots.

Que la Grenade cede à ce torrent rapide !
Vainement elle oppose un redoutable Fort :
Dans sa bouillante ardeur, le soldat intrépide
Cherche, au pied des remparts, la victoire ou la mort.

A des succès nouveaux l’ennemi nous appelle ;
Une flotte s’avance au-devant du vainqueur.
Tu triomphes, d’Estaing ; la victoire fidelle
Te remet les drapeaux conquis par ta valeur.

Je les vois suspendus à ces voûtes sacrées,
D’où rejaillit sur nous un éclat immortel.
Par la Religion, nos palmes décorées,
Du front de nos Guerriers descendent sur l’Autel.

Arbitre des combats, grand Dieu ! si la justice
A droit de réclamer le secours de ton bras,
Sur l’Empire des Lis, jette un regard propice ;
Que par-tout la victoire accompagne nos pas.

Réserve à nos rivaux cet esprit de vertige,
Funeste avant-coureur des plus tristes revers ;
Ou que, plus modérés, l’équité les oblige
A respecter enfin les droits de l’Univers.

Calme ainsi les frayeurs du Commerce en alarmes ;
De la guerre écartant le terrible fléau,
Fais taire devant toi le bruit affreux des armes ;
Qu’à ta voix la discorde éteigne son flambeau.

Reviens, aimable paix ; rends-nous ce bien suprême,
Qui seul peut relever les peuples abattus.
La France fleurira sous un Prince qu’elle aime ;
Le regne de Louis est celui des vertus.

Priere a la Sainte Vierge.
O toi dont le péché respecta l’innocence,
Vierge, daigne écouter nos vœux les plus ardents ;
Offre-les à ton Fils, & la reconnoissance
Fera sur tes Autels briller un pur encens.

34FORMAGE

Notes de fin

1 Rappel des Parlements en 1774 [Cette note ainsi que les suivantes sont celles du recueil imprimé].

2 Passage de l’Empereur [Joseph II] au Havre, le Ier Juin 1777.

3 En 1759, une flotte angloise se présenta devant le Havre. M. le Duc de Harcourt, alors Lieutenant-Général, & depuis Maréchal de France, vint au secours de la place.

4 Le Havre est sous la protection spéciale de la Sainte Vierge.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search