Version classiqueVersion mobile

Le Concours de poésie de l’Académie de l’Immaculée Conception à Rouen, 1701-1789

 | 
Vanessa Dottelonde-Rivoallan

Un Prix Littéraire à Rouen au xviiie siècle

Le concours de poésie de l’Académie de l’immaculée Conception de 1701 à 1789

Texte intégral

1Avant de tomber dans l’oubli presque total, le concours de poésie de l’Académie de l’immaculée Conception avait connu pendant ses trois siècles d’existence un succès considérable, qui s’étendait bien au-delà des frontières rouennaises et normandes. C’est précisément au XVIIIe siècle qu’il a pris son véritable essor et pourtant c’est sur les deux siècles précédents que porte l’essentiel des travaux modernes. S’intéresser à ce concours au XVIIIe siècle, c’est donc étendre la recherche dans une région encore quasiment inexplorée, à une période privilégiée, où le mouvement académique était à l’origine d’une importante production de poésie, celle-ci connaissant alors, comme pratique sociale particulièrement,-et malgré la crise qu’elle rencontrait en même temps - un élan sans précédent.

Les sources

  • 1 Aucun recueil ne fut imprimé après 1781.
  • 2 Il existe encore une table manuscrite contenue dans les archives de l’Académie royale de Rouen. Ces (...)
  • 3 « Préface historique de l’Origine & des Progrés de l’Académie de l’immaculée Conception de la saint (...)
  • 4 Voir sa notice biographique et bibliographique.
  • 5 Joseph-André Guiot, Les Trois Siècles palinodiques ou Histoire générale des palinods de Rouen. Diep (...)

2Le retour aux sources contemporaines, nécessaire sur un terrain quasi inexploré, a exigé l’examen d’une masse de documents hétéroclites : des pièces de poésie d’une part, et un ensemble d’archives diverses d’autre part (tables, analyses historiques, etc.). Le corpus des poèmes couronnés est constitué à la fois de textes imprimés - quelques pièces indépendantes et des recueils que faisait éditer l’académie1 - et de registres manuscrits du XVIIIe siècle, où ont été copiés plus ou moins soigneusement les différents recueils annuels et qui permettent de combler les lacunes du corpus imprimé. Plusieurs registres de ce type se trouvent dans les archives de l’Académie royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, grâce à laquelle de nombreux documents relatifs au Palinod ont été conservés. Deux concernent le XVIIIe siècle : le Recueil de palinods, 1647 à 1716, comprend les années 1704, 1706, 1708, 1709, 1713, 1714 et 1716 ; l’autre, intitulé Pièces de poésie depuis 1700, contient les poèmes couronnés de 1701 à 1764, excepté les années 1713, 1714 et 1715. Les recueils imprimés ne fournissent pas seulement les poèmes couronnés et le nom de leurs auteurs mais peuvent contenir également les discours préliminaires aux séances publiques du concours, les différents règlements en vigueur, ou encore des tables : tables des auteurs couronnés, tables des juges, etc.2 En 1732, une « préface historique »3 élaborée par Louis Marche, est insérée au début du recueil de l’année. De nombreux travaux ont en effet été réalisés au XVIIIe siècle, les plus importants étant ceux de Joseph-André Guiot4 qui a laissé une histoire manuscrite du Palinod en six volumes, dont le dernier est entièrement consacré à l’époque qui nous intéresse. Il y a consigné, par année, le résumé de chaque concours (pièces couronnées et noms des lauréats) et les différents événements qui touchèrent l’académie (changements de secrétaires, etc.), en adjoignant divers commentaires. C’est à lui qu’on doit également l’article du Supplément à la France littéraire de 1784 sur l’académie. Enfin, il a laissé un autre manuscrit in-folio, Les Trois Siècles palinodiques, ou l’Histoire générale des Palinods de Rouen dont, à la fin du XIXe siècle, l’abbé Tougard édita la deuxième partie, intitulée « Les trois siècles Palinodiques, ou histoire des Palinods de Rouen, &c. Lauréats, ou auteurs ; Princes, ou Présidens, juges, ou académiciens ; depuis 1486 », consistant en un ensemble de notices sur les divers personnages qui marquèrent l’histoire du Palinod, dans lesquelles l’auteur avait inséré un nombre important de citations des poèmes couronnés ou remarqués5.

  • 6 L’anthologie présentée ici a été limitée à la poésie française. La poésie latine – l’épigramme ou a (...)

3L’analyse de ces nombreux documents a permis l’établissement d’une bibliographie précise sur le Palinod rouennais au XVIIIe siècle, de la liste de tous les auteurs de vers lauréats, français et latins et la restitution du corpus des poèmes français couronnés pendant la période6 en même temps qu’elle a mis en évidence la profonde transformation du Palinod, tout au long du siècle, l’académie et le concours ayant presque totalement perdu leur caractère originaire.

De la confrérie à l’académie littéraire

  • 7 « Préface historique ». p. 3.
  • 8 L’origine exacte de l’établissement de cette solennité dans le diocèse de Rouen reste encore inconn (...)

4Contrairement à de multiples académies qui ont fleuri aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’Académie de l’immaculée Conception n’a pas été fondée ex nihilo et son histoire explique son caractère unique et son statut particulier. A l’origine, l’association que nous connaissons aujourd’hui sous ce nom était une société exclusivement religieuse : une confrérie qui, formée au XIIe siècle « par plusieurs personnes de distinction de la Ville de Rouen » « dans l’Eglise Paroissiale de S. Jean »7 célébrait avec une dévotion particulière, à la date du 8 décembre, la fête de l’immaculée Conception8 Chaque année, le « Prince » était élu parmi les membres de la confrérie pour présider aux assemblées.

  • 9 Nouveau Supplément à la France littéraire, Tome IV, Première partie, Paris, 1784. p. 117.
  • 10 Julien Loth, Les Derniers Jours de l’Académie des Palinods de Rouen, s.l.. Imprimerie impériale, 18 (...)
  • 11 « Préface historique ». p. 3-4 ; « il fit dresser de nouveaux Statuts, précise l’auteur, qu’il fit (...)

5L’association de l’immaculée Conception « n’eût pendant quatre cens ans d’autres exercices que ceux d’une piété soutenue »9 mais au XVe siècle, « au moment où la renaissance réchauffait de son soleil les intelligences engourdies et faisait éclore tant de nobles institutions », selon l’expression de Julien Loth, les Palinods, « grâce sans doute au souffle généreux qui passait sur le monde », devaient subir « une radicale transformation »10 : en 1486, afin de donner « un nouveau lustre » à l’association, Pierre Daré, « lieutenant général du bailliage de Rouen » et prince en exercice, eut l’idée d’instaurer, parallèlement aux exercices de piété, un concours littéraire en l’honneur de l’immaculée Conception11.

  • 12 Cette association, qui existait depuis le XIVe siècle et avait pour origine un groupe de sept troub (...)
  • 13 Nouveau Supplément à la France littéraire, p. 117.
  • 14 Ibid., p. 117.
  • 15 La datation, l’ordre ainsi que l’énoncé précis des différentes appellations de l’établissement et d (...)
  • 16 Joseph-André Guiot, op. cit., introduction de Tougard.

6Il existait déjà d’autres associations littéraires, dans les villes du nord de la France et à Toulouse par exemple, mais ces « assemblées [tenues] par les meilleurs esprits » avaient seulement pour « objet la galanterie ou la Frivolité » : « elles s’appeloient Jeux floraux à Toulouse12 Gieux sous l’Ormel à Amiens, plus souvent Jeux-partis Puys-d’amour, ou simplement Puys à Lille, à Douai &c »13 C’est cette dernière dénomination qui parut « plus convenable à l’établissement qui se formoit à l’exemple des autres, mais dans un meilleur dessein »14 puisque tout dévoué à la seule Vierge Marie, la « dame par excellence ». L’« établissement » prit ainsi le nom de « Puy de la Conception », le mot Puy renvoyant à l’estrade sur laquelle étaient récompensées publiquement les pièces (du grec podion, qui signifie lieu élevé, tribune). En même temps, il « prit ou reçut » celui de Palinod, par référence au genre même des premières pièces qui y furent couronnées : il s’agissait de chants royaux ou de ballades, qui devaient comporter à la fin de chaque strophe la répétition du même vers en l’honneur de l’immaculée Conception, qu’on nomma palinods, des mots grecs palin et ôdè, chant répété, refrain, dénomination qu’on appliqua bientôt à la confrérie elle-même15 Tougard, à ce propos, insiste sur le fait que le terme de palinod n’est pas « une variante de palinodie », mais qu’il est bien « emprunté directement aux deux mots racines »16.

  • 17 Approbation et Confirmation par le pape Léon X des statuts et privilèges de la confrérie de l’immac (...)

7En 1515 le Puy de la Conception, qui avait connut rapidement un succès manifeste, fut transporté au Couvent des Cannes, plus spacieux que la nef de l’église Saint Jean pour accueillir le grand nombre de personnes qui assistaient à la cérémonie. En 1520, « cette Académie, qui étoit composée de ce qu’il y avoit de plus illustre dans l’Eglise, la Robe & l’Epée » fut, confirmée par une bulle du pape Léon X donnée à Rome « le 9 des calendes d’avril de la même année »17.

  • 18 Julien Loth, op. cit. p. 3.
  • 19 A.-G. Ballin. Notice historique sur l’Académie des Palinods [Extrait du Précis des Travaux de l’Aca (...)
  • 20 Nouveau Supplément à la France littéraire, p. 118.
  • 21 « Préface historique », p. 10.

8En 1614, conformément aux pouvoirs que lui conférait la bulle papale, l’académie révisa ses statuts : « un instant éprouvée par les guerres de religion, écrit Julien Loth, la confrérie des Palinods reprenait vie aux premiers jours du XVIe siècle, et réformait son règlement, attendu, disait-elle, que le siècle, plus poli, avait insensiblement introduit de nouveaux usages avec lesquels il fallait se mettre en harmonie »18 « C’est ainsi [...], écrit Ballin, que la confrairie, s’occupant de plus en plus de littérature, devint une association mixte qui prit le titre d’ACADÉMIE »19 les « deux termes [anciens ayant] cessé d’être en usage à mesure qu’on s’est plus rapproché de la forme des Académies actuelles ». Comme le souligne Guiot, « le Palinod, ou Puy de Rouen, a pris comme elles la qualité d’Académie, en y ajoutant toujours son caractère distinctif, celui de l’immaculée Conception »20 Personne n’accepta la principauté du Palinod des années 1654 à 1698, vraisemblablement en raison des frais considérables que ce statut impliquait. Cependant l’académie connut un nouveau souffle en 1699 lorsque M. Jean-Baptiste de Boyvin, seigneur de Bonnetot, marquis de Bacqueville et premier président de la chambre des comptes, en accepta la principauté. Celui-ci, en fondant le prix du discours français et en mettant l’éloquence également à l’honneur au concours, en accentuait le côté littéraire - plutôt que religieux. A la fin du XVIIe siècle, l’Académie des Palinods, qui s’était développée et modernisée, acquérant une renommée d’ampleur au moins nationale, comptait déjà, parmi ceux qui « [se sont fait] honneur d’y être associés & d’en être élus Princes », « les Personnes les plus distinguées de la Province par leur naissance & par leur dignitez »21 et parmi les participants au concours, les poètes les plus réputés. Sa modernisation se poursuivant tout au long du XVIIIe siècle allait consacrer sa transformation, voire sa dénaturation définitives.

Organisation du concours

  • 22 Les règlements de 1614 sont contenus dans un petit volume anonyme comprenant par ailleurs un histor (...)
  • 23 Les règlements de 1732 sont consignés dans le recueil imprimé des pièces couronnées en 1732, p. 15- (...)
  • 24 Ces nouveaux règlements, après avoir été consignés dans un manuscrit conservé à la bibliothèque mun (...)

9Les règlements et statuts organisant l’Académie des Palinods et son concours en vigueur au début du XVIIIe siècle datent de 161422. Ils vont régler les activités de l’académie jusqu’en 1732 où ils seront renouvelés23 avant d’être révisés une dernière fois en 176924. Trois grandes périodes se dessinent donc, qui découpent schématiquement l’histoire du Palinod au XVIIIe siècle en trois tranches : 1701-1732, 1733-1769 et 1770-1789. Le concours connaît ainsi successivement au XVIIIe siècle trois statuts différents et sur quatre renouvellements depuis l’existence de la société littéraire (y compris ceux de la fondation), deux ont lieu pendant cette période et en l’espace d’à peine quarante ans. La multiplication de ces renouvellements témoigne d’un effort constant de modernisation et d’adaptation au nouveau « siècle plus poly ». Mais ils sont aussi le signe des difficultés de l’académie à justifier à cette époque son double statut, face d’une part aux attaques extérieures contre la poésie - alors que son caractère religieux recule au profit de son caractère littéraire-, mais également face à la concurrence de l’Académie royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, fondée en 1744 et qui, contrairement à l’Académie de l’immaculée Conception, définie par sa spécificité, est par nature ouverte à tous les domaines de l’art et de la connaissance.

  • 25 Le Puy de la Conception, p. 36.
  • 26 Voir les articles XXI et XXIV des règlements de 1614.
  • 27 Voir les articles VII (« Ouverture du Puy ») et X (« Gratification faicte au lecteur du Palinod ») (...)
  • 28 Articles VI et VII des règlements pour les auteurs.

10En 1614, sur cinquante-quatre articles, et en dehors du premier article sur les « Statuts de la Confrairie du Palinod » qui signale que « Ladite Confrairie & Association demeurera érigée en l’honneur de Dieu, sous la particuliere intercession de la Vierge Marie, & louange de sa Cõception particuliere »25 quatre sont strictement dédiés au service divin et à la messe. Les règlements de 1769 en revanche « regardent [uniquement] les Princes, les Juges, les Auteurs, les prix, les examens des ouvrages, de la Séance publique, l’état de cette Académie » ; aucune mention n’est faite de la cérémonie. Au cours du XVIIIe siècle en effet, le concours littéraire acquiert une autonomie de plus en plus grande par rapport au cérémonial. L’augmentation du temps et du soin apportés au jugement des pièces sont la marque qu’il n’est plus seulement un agrément aux solennités religieuses. Alors qu’à l’origine les poèmes étaient jugés sur-le-champ, le jour de la célébration de la fête26 en 1732 les nouveaux règlements prévoient un temps de réflexion et de consultation, temps qui sera encore augmenté dans les règlements de 1769, la remise des prix faisant l’objet de séances publiques spéciales. La composition du jury est aussi un élément révélateur. Au XVIIe siècle, l’ensemble des juges est constitué, d’une part de l’ensemble des membres de la société, « des Confreres », et d’autre part d’un certain nombre d’autres personnages choisis pour leurs compétences littéraires et poétiques27 Mais les nouveaux règlements de 176928 stipulent que :

I.
L’Académie sera composée de dix-neuf Juges ; sçavoir, d’un Président, d’un Secrétaire, de cinq Juges nés & douze Juges choisis.

II.
Le Président sera toujours le plus ancien de la Compagnie.

V.
Les Juges-nés sont le R. P. Prieur des Carmes & le Lecteur en Théologie ; M. le Principal & M. le Professeur de Rhétorique du Collége, & M. le Secrétaire perpétuel de l’Académie de Rouen, pour la partie des Belles-Lettres ; ce dernier par délibération du 23 Mai 1769.

VI.
Les autres Juges au nombre de quatorze, y compris le Président & le Secrétaire, seront élus par scrutin dans tous les états : après leur élection ils seront introduits dans l’assemblée, & presentés à la Compagnie par deux Juges ; ils seront inscrits sur le tableau du Puy, dans les placards & les imprimés ; ils recevront le dernier recueil des pieces couronnées.

VII.
Les Académiciens-Juges des Palinods, à l’exception des Princes, seront établis à Rouen, & si quelqu’un d’eux fixe sa résidence ailleurs, sa place sera vacante ; niais en ce cas & tout autre, l’Académie peut, si elle le juge à propos, conserver auxdits Juges leurs titres & leurs prérogatives en qualité de vétérans, lesquels auront voix délibérative & séance & présidence, comme s’ils étaient titulaires, en leur rang de réception.

  • 29 Sur les critères de jugement des pièces de poésie, voir plus loin le développement qui concerne les (...)

11Les quatorze juges-élus, choisis « dans tous les états » et dont, comme en 1614, beaucoup sont d’anciens lauréats du Palinod, ne participent plus seulement ponctuellement au concours, à la différence de ce que prévoyaient les anciens règlements, mais deviennent eux-mêmes membres de l’académie (art. I), ce qui atteste l’importance croissante du concours littéraire, qui semble devenir à la fois pratiquement la seule activité, l’unique intérêt et même le principe fondamental de l’académie, largement sécularisée au XVIIIe siècle29.

  • 30 Voir les règlements de 1769.
  • 31 Les prix ainsi que le nom du prince de l’année en cours étaient annoncés à l’avance par une affiche (...)
  • 32 Et non par exemple par catégorie d’âge ou d’expérience, comme ce peut être le cas dans nos concours (...)

12Chaque année l’Académie de l’immaculée Conception propose deux types de prix aux auteurs, poésie latine, française et prose confondues30 Les prix « extraordinaires » sont ponctuels et proposés soit par l’académie, soit par le Prince élu, lorsqu’il y en a un ; « le prix d’honneur », offert par ce dernier, tient le premier rang parmi les prix extraordinaires31 Les prix fondés, ou « ordinaires » sont proposés par genres (formels) de poésie et sont fonction du classement des pièces dans chaque genre (premier prix d’allégorie latine, deuxième prix du chant royal, etc.)32Au début il existait chaque année autant de prix proposés que de prix fondés par genres. Mais, à la fin du siècle, étant donné probablement le grand nombre de genres différents alors admis au concours, l’académie choisit, à côté des prix extraordinaires et du prix d’honneur, un ou deux prix de poésie par langue, laissant parfois même aux auteurs le choix du genre dans lequel ils veulent concourir. Le troisième siècle palinodique est caractérisé par la création de multiples prix et donc l’admission au concours d’un grand nombre de genres poétiques nouveaux.

  • 33 Alors qu’en 1624, par exemple, on fonde un prix d’« ode latine » (« la ruche »).
  • 34 Le Puy de la Conception, p. 46. Les articles XIII à XVII définissent chacun des genres cités. A l’i (...)
  • 35 Pieces de poésie françaises et latines qui ont remporté les prix a l’Academie de l0146Immaculée Con (...)

13Les premiers genres mis au concours furent, successivement, le chant royal, le rondeau et la ballade. D’autres eurent ensuite droit de cité au Palinod, remplaçant les premiers qui disparurent progressivement. Au début du XVIIIe siècle, les genres de poésie française admis sur la scène palinodique sont les mêmes que ceux qui étaient définis dans les règlements de 1614 et pendant plus d’une centaine d’années, le Palinod ne connaît pas d’évolution en cette matière33 Les compositions françaises sont alors « de cinq sortes de diverse Poësie : Assavoir, le Chant Royal, la Ballade, la Stance, l’Ode, & le Sonnet » (art. XII des règlements)34 Ce n’est qu’en 1732 que les règlements opèrent une véritable « mise à jour » des genres : « Il y a des Prix fondés à l’Académie de l’immaculée Conception pour huit especes de Pieces : Epigramme Latine, Chant Royal, Ballade, Sonnet, Ode Françoise, Stances, Ode Latine en vers Alcaïques, & un Discours François »35 Mais,

les Juges ayant remarqué que depuis plusieurs années on ne presente plus à l’Académie de Chants Royaux, ni de Ballades qui méritent l’impression, que d’ailleurs ce genre de Poésie n’est plus du goût du siècle, ont résolu de réünir les deux Prix du Chant Royal, & de les donner à la meilleure Ode françoise de dix strophes, chaque strophe de dix Vers, Chaque Vers de huit & neuf syllabes.[...] On donnera le Prix de la Ballade aux meilleures Stances, ou à quelqu’autre Piece françoise, aux choix du Poète.

  • 36 Georges Lote, Histoire du vers français. Tome IX. Troisième partie. Publications de l’Université de (...)
  • 37 Ibid., p. 101.
  • 38 En 1722 seulement, le R. P. Michel avait un court instant remis les deux genres à l’honneur sur le (...)

14Dès le début du XVIIIe siècle en effet, le chant royal « n’est plus qu’une pièce de musée »36 et l’indécision manifestée par les métriciens et les importantes divergences qu’ils présentent entre eux quant à la définition formelle de la ballade est « un signe indiscutable que [ce genre] ne rencontre plus que l’indifférence des lettrés » et qu’il « est bien déch[u] de son ancienne dignité »37 D’ailleurs ces deux genres, dont l’aspect mécanique a largement contribué à cette époque au désintérêt des poètes et du public, ne sont presque plus pratiqués (ou du moins couronnés) depuis 170638 De même, si la disparition définitive du sonnet dans la production palinodique n’est consacrée que dans les règlements de 1769, elle est concrète dès 1731.

  • 39 Georges Lote, op. cit.. p. 99 et 103.
  • 40 Celle-ci sera poursuivie tout au long du siècle et dès 1733 où est fondé un second prix d’ode franç (...)
  • 41 Voir les tables des pièces récompensées.

15Cette redéfinition des prix témoigne bien de l’adaptation effective de l’Académie de l’immaculée Conception aux modes et aux goûts du temps, d’autant plus que, à en croire Georges Lote, l’Académie des Jeux floraux de Toulouse n’avait toujours pas supprimé le chant royal de ses concours en 1747 et maintenait encore la ballade dans son programme au début de la Guerre de sept ans39 En réalisant, avec la création d’un autre prix, la promotion de l’ode française40, elle s’accorde encore avec le goût du siècle (qui naît précisément dans sa première moitié) pour ce genre qui tend à devenir un substitut de l’épopée, alors en déclin. Après 1732 et jusqu’en 1764, seules des odes seront couronnées en poésie française41

  • 42 Alexandrins.
  • 43 Aucune pièce de poésie de ce genre n’apparaît dans le corpus des poèmes couronnés.
  • 44 Articles II à IV et VII à X des « reglemens pour les prix ».
  • 45 Voir la table des épîtres.

16.En 1769 enfin, les nouveaux règlements conservent, pour la poésie française, un premier et un second prix d’ode, un premier et un second prix de stances mais « substitu[ent] [aux] anciennes Poésies des ouvrages d’un genre plus moderne » : un prix pour « un Poème françois de cent Vers héroïques4242 avec une allusion à l’immaculée Conception de six Vers au plus » remplace le prix du sonnet ; un autre pour une « allégorie françoise de trente à quarante Vers, avec une allusion en quatre Vers »43 remplace le premier prix du chant royal ; enfin un prix pour une « Idylle en Vers françois de la même étendue que l’Allégorie françoise »44 remplace celui de la ballade. Deux épîtres seront couronnées en 1774 et 1783 mais le prix de l’épître ne sera jamais fondé45

17Ces constantes adaptations montrent assez que l’Académie de l’immaculée Conception n’est pas une entité isolée et comme fermée sur elle-même ; elle s’inscrit au contraire dans le mouvement de l’histoire de la poésie au XVIIIe siècle.

Les auteurs

  • 46 Les seules informations connues concernent les lauréats. Si elles sont trop lacunaires pour relever (...)
  • 47 « Moins important que le Puy de Palinod de Rouen, écrit Beaurepaire, celui de Caen fut établi, en 1 (...)

18La modernisation du Palinod s’accompagne également d’une évolution dans le statut des participants46 au total plus de deux cents poètes couronnés. La provenance géographique des auteurs est un indice révélateur de 1 aire d’influence du concours. Paris, mais aussi des villes beaucoup plus éloignées — Bollène, en Provence (Guilhermier), Lyon (les Laurencin), etc. — fournissent un petit nombre de participants. Mais les quatre cinquièmes des lauréats viennent essentiellement des deux capitales normandes : Rouen et Caen, qui possède alors aussi un Palinod47 les auteurs allant et venant de l’une à l’autre ville et présentant parfois les mêmes pièces de poésie aux deux concours. La majorité est originaire de ces deux villes mais certains peuvent être simplement des résidents temporaires qui y font par exemple leurs études (Cf. infra). D’autres villes de la province normande procurent des concurrents : Lisieux, par exemple, Le Havre ou encore Vire, représentée entre autre, par le brillant Mauduit de Montmirel, qui remporta trois des quatre prix donnés en 1704 et deux autres encore en 1706 et 1707.

  • 48 Sylvain Menant, La Chute d’Icare, Genève. Droz. p. 34.
  • 49 « La naissance du duc de Bourgogne », sujet que le jeune Grandin prit pour argument de son allégori (...)
  • 50 Sur les différents collèges normands voir Marie-Madeleine Compere et Dominique Julia, Les Collèges (...)
  • 51 Voir Jean-Pierre Bardet. Rouen aux XIIe et XVIIIe siècles, les mutations d’un espace social. Paris, (...)

19Si l’on observe l’origine sociale des concurrents, le premier trait frappant est l’importance du nombre des ecclésiastiques (clercs, séminaristes, chanoines, prêtres, etc.), ce qui n’est pas plus lié au contexte du concours qu’au fait qu’une grande partie des lettrés à cette époque sont précisément des ecclésiastiques. En outre, les membres du clergé sont pour beaucoup d’entre eux des enseignants. L’importante représentation de cette dernière catégorie n’est pas inattendue, le XVIIIe siècle étant marqué par la forte présence des maîtres sur la scène poétique : « il n’est pas un collège qui n’ait ses poètes parmi les professeurs, pas un élève de la Compagnie qui n’ait eu, à un moment de ses études, un poète ou du moins un versificateur pour maître »48 Mais si la présence des maîtres est importante, celle des élèves, stimulés par eux, ne l’est pas moins. Être couronné au Palinod peut en effet apparaître comme un honneur gratifiant pour les bons élèves. Certains étudiants présentent au concours des pièces déjà récompensées dans leur collège49. Le collège de Rouen50 sous les jésuites, qui demeura « l’institution fondamentale du savoir masculin [...] jusqu’à la suppression de la Compagnie », puis le collège royal qui lui succéda alors, ou encore le séminaire de Joyeuse, fondé au siècle précédent et « réservé à l’élite », celui de Saint-Nicaise enfin, « à la fois collège et centre sacerdotal », à cette époque et « plus populaire dans son recrutement »51 procurent au Palinod un grand nombre de concurrents (élèves et professeurs), tout comme, de manière plus ponctuelle, le Collège du Mont, à Caen, celui des Arts, les collèges de Gisors, de Moulins en Bourbonnais, de Clamecy, de Bourges, ou encore l’Université de Paris, le collège de la Marche, le collège d’Harcourt, Louis-le-Grand, etc. Mais c’est le Collège Universitaire du Bois, de Caen, qui est le plus largement représenté.

  • 52 Mesdames de l’Etoile, de Courcy et la comtesse de Laurencin sont les trois autres femmes lauréates.
  • 53 « Un des anciens Réglemens des Palinods étoit de faire à MM. Les Juges un remerciment en Vers, pour (...)

20L’importante présence de la gent estudiantine ne doit pas cependant permettre de réduire le Palinod à un concours pour étudiants en fin d’études et la présence, parmi les laïcs, de nombreux avocats, de médecins, de « M. le procureur du roi, de Thorigny » et de personnalités de la noblesse, telles que Cideville, le comte de Laurencin, etc. sont autant de marques de la participation croissante des gens du monde au Palinod. La présence des femmes, surtout, est un trait marquant de la seconde moitié de la période. Le siècle précédent avait vu, déjà, le couronnement de Jacqueline Pascal (1640), la sœur de Biaise, qui n’était alors âgée que d’une quinzaine d’années, pour des stances, et celui de mademoiselle d’Argences (1653), pour un sonnet. Dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, pas moins de quatre femmes sont couronnées, dont la célèbre Anne-Marie Le Page Du Bocage52 ; sa venue a même totalement bouleversé les règles du concours puisque depuis on a supprimé le remerciement que devaient adresser aux juges les auteurs couronnés53

  • 54 Sylvain Menant, op. cit., p. 12.
  • 55 Le Masson (1723). Julien Marquet (1728). Le Moine (1739), Mont-Redon (1741). JeanBaptiste Bois-Jouv (...)
  • 56 Voir Sylvain MENANT, op. cit., p. 9-11.

21Le Palinod est donc caractérisé au XVIIIe siècle par la coexistence de deux mondes, celui de l’érudition et celui de la mondanité, l’appartenance à l’une ou à l’autre sphère n’étant pas sans conséquences sur la production poétique. Ainsi l’uniformité des pièces, à la fois dans le style mais aussi dans les sujets traités est plus sensible parmi les auteurs appartenant au monde scolaire, même si la poésie des hommes du monde est elle-même profondément conditionnée par l’enseignement qu’ils en ont reçu. L’école, où la poésie n’est souvent qu’un exercice de style, « un cas particulier de la rhétorique »54 fournit en effet aux maîtres et aux élèves à la fois des thèmes (les programmes ont une influence sur les sujets choisis), un vocabulaire, des tropes et des modèles. L’origine des auteurs peut aussi déterminer le choix de la langue dans laquelle ils vont concourir. Ainsi les douze concurrents dont nous savons qu’ils étaient élèves au séminaire de Joyeuse55 furent tous couronnés pour des poésies latines uniquement. A l’inverse, les femmes, qui n’ont pas la connaissance des langues anciennes, écrivent exclusivement en français. De manière générale les auteurs appartenant au milieu « des érudits » écrivent plus volontiers en latin et les autres pratiquent plus facilement le français, ce qui s’explique aisément par l’important discrédit qui est alors jeté sur la poésie au XVIIIe siècle, tant dans les collèges jésuites que dans les universités, où la poésie en langue vernaculaire constituant « l’école de la facilité »56 est déconseillée autant aux maîtres qu’aux élèves. Cependant, toutes les catégories de personnes évoquées ci-dessus sont représentées parmi les auteurs de poésie française.

  • 57 Voir les notices des auteurs couronnés.
  • 58 Voir, par exemple, la notice de Beaudouin.
  • 59 Voir l’anthologie.

22Le concours de l’Académie de l’immaculée Conception n’est nullement négligé par les gens de lettres57 Certains des participants sont membres d’autres académies et un grand nombre s’est fait connaître précisément en poésie. Si beaucoup sont des auteurs mineurs, d’autres comptent parmi les plus célèbres comme le fabuliste Boisard, ou encore Bérenger, déjà largement reconnu parmi les poètes. Dès lors, pour les débutants, le fait d’être couronné au Palinod est souvent le moyen d’acquérir une réputation - le nom de certains auteurs n’apparaît dans la Biographie normande de Lebreton que parce qu’ils ont été couronnés à l’Académie des Palinods - même si tous ne continuèrent pas dans cette voie58 C’est par la scène palinodique rouennaise que de nombreux enfants de cette ville ou de la province normande débutèrent leur carrière littéraire et poétique, le meilleur exemple étant sans doute le célèbre poète Malfilâtre, qui, à peine sorti du collège, concourut aux Palinods de Rouen et de Caen (sa ville natale) et se fit connaître par son ode sur Élie couronnée à l’Académie de l’immaculée Conception de Rouen en 175559.

23La publication des pièces dans les recueils annuels contribue pour une grande part à favoriser cette réputation. Le support imprimé est évidemment un moyen de diffusion essentiel qui élargit nettement l’aire d’influence de l’académie et de son concours, d’autant plus qu’un soin et une attention de plus en plus grands sont apportés à ces recueils au fil des années. Tougard écrit d’ailleurs à ce propos :

Nos pères, en général, avaient trop peu le souci de leurs actes et de leurs écrits. Ce ne fut que de loin en loin qu’on s’avisa de faire des recueils des Palinods ; et leurs premiers fascicules imprimés ne sont guère plus grands ni mieux soignés que nos plus vulgaires classiques. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le perfectionnement des moyens de publicité enhardit à faire des volumes plus grands et plus forts.

  • 60 Ce « recueil fait avec soin des meilleures poésies qui mérit[ai]ent d’être conservées » et qui deva (...)
  • 61 Épitre d’une femme a son amie sur l’obligation & les avantages qui doivent déterminer les mères « a (...)
  • 62 Nouveau Supplément à la France littéraire, p. 122.
  • 63 L’année précédente la Lettre à M. le Curé de... sur les palinods insérée par le rédacteur dans la t (...)
  • 64 Voir la bibliographie.

24Les journaux enfin sont un moyen de diffusion essentiel et leur développement explique sans doute aussi le succès du concours à cette époque. Certains poèmes peuvent être insérés dans des périodiques spécialisés, l’Almanach des muses60, par exemple, comme l’Épitre de Madame de Laurencin61 L’utilisation de la presse locale « eu[t] tout le succès qu’on en devoit attendre ; & cette ancienne carrière |le Palinod] mieux connue, a été aussi plus fréquentée »62 A partir de 1764, les Annonces, Affiches, et Avis divers de la Haute et Basse Normandie consacrent tous les ans au moins un article au concours de l’Académie de l’immaculée Conception63 annonçant le nom des lauréats, les prix remportés et le programme de l’année suivante. Les articles deviennent de plus en plus longs et précis, comprenant des vers, voire des poèmes entiers, et plusieurs suppléments même sont uniquement consacrés au compte-rendu de la séance publique de l’académie64 Il paraît significatif que le début de la période d’importante mondanisation du Palinod soit contemporaine à la création de ce journal.

Les sujets

25L’évolution des sujets des pièces couronnées est sans doute le critère le plus révélateur de l’importante transformation du Palinod au XVIIIe siècle. Initialement, tous les arguments des poèmes étaient imposés par les membres de l’académie et spécifiés dans le programme de l’année :

  • 65 Voir l’article XI des règlements de 1614, intitulé « Affiche pour le Palinod ».
  • 66 Nouveau Supplément à la France littéraire, p. 122.

avant qu’il existât aucun Ouvrage périodique en quelque genre que ce fût, on affichoit dans les principales Villes de la Province, & dans sa Capitale ce qui devoit se traiter au Puy de la Conception, & ce qui s’étoit passé à la séance publique. On s’étoit contenté depuis d’un placard assez considerable pour la forme et le détail des choses qu’il exposoit. On y lisoit le nom du Prince qui donnoit les Prix, celui des Auteurs qui les avoien[t] remportés, puis une invitation en Vers Latins & François, suivie d’un abrégé des regles à observer pour le choix, la composition & l’envoi des Piéces qu’on devoit mettre au concours65 A ce moyen long-tems usité on a substitué la voie des Feuilles Hebdomadaires de Normandie, & de différents Journaux qui ont cours dans le Royaume66

  • 67 Joseph-André Guiot, Histoire De l’Académie De l’immaculée Conception de la Sainte Vierge, fondée à (...)
  • 68 Voir plus loin.
  • 69 Article XXXVIII. L’avertissement n’est pas purement formel, puisque tout manquement entraînera une (...)
  • 70 « Malgré cette aigre admonition qui paroit avoir Eté rédigée par le prieur des carmes, écrit Guiot. (...)
  • 71 Pieces de poésie françaises et latines qui ont remporté les prix a l’Academie de l’Immaculee Concep (...)

26Au début du XVIIIe siècle, ils sont encore déterminés à l’avance67 mais les consignes du jury ne sont pas toujours suivies par les poètes et la liberté dans le choix des sujets a été imposée de fait par les auteurs avant d’être officialisée par les instances du concours. Quelques sujets cependant restent imposés : ceux du discours français, ceux des prix extraordinaires et certains sont même fondés avec des thèmes précis, comme celui de l’ode française (1732) dont le sujet devait être, chaque année, l’un des mystères de la Vierge68 Toutefois, même lorsqu’ils sont laissés au choix des auteurs, les sujets pris pour arguments des pièces doivent répondre à certaines règles. Les règlements de 1614 ne comportent pas d’article spécifique aux sujets - ils étaient alors définis par le programme ; a contrario ils signalent qu’« il sera porté par l’affiche publique, que deffences sont tres-expressément faictes à toutes personnes de presenter ou envoyer aucune composition [au] Puy qui soit sale, deshonneste ou diffamatoire, à peine d’estre à jamais interdites [du] Puy »69 Mais dès 1706, une préface, dans laquelle l’auteur déplore les écarts des poètes observés depuis trop longtemps signale que « les auteurs ne seront point reçus à présenter aucune piéce tirée de la fable ou de l’histoire poétique » et délimite quatre grandes sources desquelles les poètes pourront tirer leurs sujets : l’Ecriture sainte, l’Histoire ecclésiastique, l’Histoire civile et l’Histoire naturelle70 Cette règle est rappelée et entérinée dans les Nouveaux reglemens de Messieurs les Princes & Juges de l’Académie de 1732 : « Les Poëtes doivent prendre pour Argument de leurs Pieces quelque sujet qui puisse faire allusion à l’immaculée Conception de la Sainte Vierge ; les tirer de l’Ecriture sainte, de l’Histoire Ecclesiastique, civile ou naturelle, & jamais de la Fable, ou de l’Histoire Poëtique. »71. Une « invitation aux poètes », signée par « un Juge de l’Académie », dont voici la première strophe, vient compléter les règlements :

  • 72 Invitation aux poëtes, (Ibid., p. 18).

Vous que le Dieu des Vers inspire,
Et qui suivez ses Etendarts :
Ne vantez plus sur vôtre lyre
Les charmes de Venus, ni les fureurs de Mars.
Que cette foule imaginaire
De Dieux, dont le mensonge est pere,
S’évanouisse à vos regards.
Elevez vôtre vol jusqu’au sejour des Anges ;
De leur auguste Reine entonnez les loüanges,
Et qu’elle soit pour vous la Déesse des Arts72

27Cette nouvelle réglementation n’est pas uniquement liée à la réputation et au dessein premier de l’établissement : la préface précise que jusqu’alors « on ne S’etoit point avisé de [se] plaindre » des écarts des auteurs. Profondément ancré dans le débat sur la poésie au XVIIIe siècle, ce nouveau souci prend naissance dans un contexte plus large. Il s’agit, pour parer les attaques contre la frivolité du genre, en distinguant soigneusement le fond de la forme, de démontrer que cette frivolité vient non pas de la poésie elle-même mais des sujets qu’elle traite. Les poètes eux-mêmes s’engagent dans le débat à travers leurs pièces. Dès 1702, fauteur du chant royal sur le saint suaire épargné dans l’incendie de la chapelle de Chambéry lance son admonestation aux autres poètes :

  • 73 Pieces de poesie depuis 1700.

Vous qui venez chanter sur vôtre lire,
L’amour, les ris, les plaisirs et les jeux,
Retirez vous, profanes, de ces lieux,
On ne veut rien ici qui ne respire,
La sainteté de la Reine des Cieux73

28En 1735 encore, De Fresne ouvre son ode intitulée La Présentation par le même avertissement :

  • 74 Recueil imprimé des pièces de poésie couronnées en 1735.

Qu’un autre entonne les Loüanges
De l’amour & de la beauté,
Je chante la vertu des Anges,
L’immortelle Virginité74

29Le thème devient alors un poncif littéraire permettant aux poètes d’entrer en matière. Si les règlements de 1769 consacrent la liberté des auteurs dans le choix de leurs sujets, quel que soit le genre de poésie, le but étant par là de stimuler les poètes, l’article IV rappelle aussitôt que « les Sources où les Auteurs doivent puiser leurs sujets, sont l’Ecriture sainte, l’Histoire Ecclésiastique, civile & Naturelle, jamais la Mythologie ».

La poésie religieuse

  • 75 Seul le genre de l’épître, qui ne fut introduit au concours que très tardivement et qui n’est repré (...)
  • 76 On proposa pour l’année 1732, « l’immaculée Conception », pour 1733, « la Nativité de la Sainte Vie (...)
  • 77 Voir la table des odes françaises. Après 1739, elles ne sont plus consacrées aux mystères de la Vie (...)
  • 78 Article V (« sujet du prix du Prince ») des règlements pour les Princes.
  • 79 Le problème des protestants a pu jouer un rôle dans le déclin de la poésie mariale. Ballin signale (...)

30Si l’on confond la paraphrase biblique, les dogmes, l’histoire ecclésiastique, etc., la poésie religieuse constitue la plus grande part du corpus, soit plus d’un tiers du nombre total des poèmes français, et elle est représentée pratiquement dans l’ensemble des genres75 Elle n’a cependant pas la même importance tout au long du siècle. En ce qui concerne la poésie mariale, sur l’ensemble de la période, seules dix pièces de poésie sont proprement relatives à la Vierge et les cinq premières pièces sont des odes françaises, dont le sujet était imposé76 Après 1739, les recueils imprimés ne prévoient plus de sujet pour l’« ode française »77. De même en 1769, l’« hymne latine », fondée en 1731 par M. de Louraille et également destinée aux Mystères de la Vierge, est remplacée par une « piece de poésie latine ou françoise, au choix du Prince, de cent vers héroïques au moins, ou de dix strophes, si la piece est une Ode, y compris l’allusion accoutumée »78 dont les auteurs puiseront les sujets dans l’histoire de l’Ancien Testament, la vie du Christ, celle de la Sainte Vierge, ou dans l’Histoire, les dogmes, les cérémonies et la morale de l’Église. Malgré les vaines actions tentées pour la maintenir, cette forme de poésie originaire connaît, au cours du siècle, tant en ce qui concerne la poésie française que la poésie latine, une véritable décadence, puis une disparition totale79 que les règlements finissent eux-mêmes par cautionner et qui révèle en même temps la profonde mutation du concours à cette époque. Dès lors l’allusion qui doit terminer les poèmes est largement devenue un prétexte pour traiter des sujets très éloignés de la Sainte Vierge. Si elle a été conservée, elle est souvent le lieu de comparaisons suspectes, comme le souligne l’auteur de la préface de 1706 :

  • 80 Joseph-André Guiot, Histoire De l’Académie. Ce passage fait référence à des stances du père de Couv (...)

[les auteurs] ne s’appercevoient pas même du Scandale dont on Est frappé En voyant Androméde, Eclatante, &c., Et la Ste. vierge Sur le même niveau, Et comme mise En parallel le avec Ces faux personnages ce qu’il y a de plus pur de plus Sacré, de plus respectable, Souillé par le mélange de ce [...] qu’il ÿ a de plus lascif, de plus profane. Et de plus digne de mépris80

  • 81 Suzanne, femme juive d’une grande beauté, convoitée par deux anciens du peuple puis accusée par eux (...)
  • 82 La répétition des formules d’autoreprésentation telles que « société autant religieuse que littérai (...)

31La paraphrase biblique en revanche représente l’essentiel de la poésie religieuse du Palinod au XVIIIe siècle, où elle est un genre très pratiqué. Elle apparaît de façon très régulière dans la production de 1708 à 1746, puis de façon plus sporadique : 1754, 1755, 1762, 1768, 1770, 1774, 1783. Le genre le plus largement représenté est l’ode. Les destinées exceptionnelles et uniques de Suzanne, Moïse, Jonathas, Isaac, Joas, Lot81 etc., qui favorisent dans l’allusion finale, par analogie et par l’intermédiaire de formules consacrées telles que « C’est votre image que je viens de peindre », les rapprochements avec la Vierge. L’histoire ecclésiastique, troisième forme de poésie religieuse, fournit également aux poètes destinées exceptionnelles et autres événements miraculeux. Un dernier type de poésie religieuse, enfin, est constitué par des sujets d’ordre plus précisément théologique et théorique. La poésie religieuse recouvre donc des formes variées, qui évoluent au cours du siècle. Sa promotion par l’académie n’en est pas moins révélatrice de sa décadence progressive. Si elle est liée au regain d’intérêt des poètes pour l’Ecriture Sainte et pour Dieu érigés comme nouveaux modèles possibles face à l’antiquité gréco-latine, elle est aussi la réponse qu’a trouvée le siècle aux attaques contre la frivolité de la poésie (Cf. supra) et s’inscrit dans une perspective de justification de son double statut qui à cette époque n’est pas sans poser problème82 En fait l’académie ne doit pas moins réagir aux attaques extérieures contre la poésie qu’à un danger intérieur qui la menace : le recul effectif de son caractère spécifique, à savoir son dessein religieux ; le déplacement, en 1785, de la séance solennelle du jour de la Conception au jeudi qui suit la mi-carême, en est un des éléments le plus profondément révélateurs :

la fin du mois de Décembre est peut-être, de tout l’Hiver, le temps le plus froid : jamais les jours ne sont moins longs ; & c’est à six heures du soir, moment de la Séance, que l’incommodité de la saison devient plus sensible.

  • 83 Journal de Normandie du samedi 17 décembre 1785. Voir également l’Histoire de l’Académie de Guiot à (...)

Transporter donc la Séance Académique de l’Hiver au Printemps, c’est remplacer un désagrément par un attrait. Le temps où renaissent les fleurs, semble fait pour produire les couronnes. Les Juges, les Auteurs, le Public, chacun y trouvera son avantage. Nos savantes Citoyennes n’y seront peut-être pas insensibles. Le sexe, d’un goût délicat, mais d’une santé foible, aime les Lettres & redoute les frimats. Invitées par la renaissance des beaux jours, touchées des agréments d’un rendez-vous littéraire, les Graces, comme autrefois dans la Grèce, se feront une fête de sourire aux Muses, de se rendre à notre Lycée, & de prêter à ses jeux un nouvel éclat83

32Faire primer l’émulation, l’inspiration des poètes sur la liturgie, c’est bien faire passer le caractère littéraire et mondain avant l’aspect religieux de la solennité et de la société même.

Les autres formes : poésie morale, de circonstance, scientifique

  • 84 Voir l’anthologie.
  • 85 Sylvain Menant, op. cit., p. 285.
  • 86 Ibid., p. 280.

33La poésie de la religion a plutôt sensiblement glissé, au cours du XVIIIe siècle, vers une religion de la poésie, laissant progressivement la place à d’autres formes. La poésie morale se déploie en grande partie dans la poésie bucolique. Le maître mot y est celui de vertu, conformément au cadre du Palinod mais aussi à une certaine idée du bonheur répandue au XVIIIe siècle. La poésie événementielle occupe une place très importante sur la scène palinodique. Déjà poésies de circonstance par leur nature même, plusieurs poèmes couronnés au palinod se plaisent à célébrer ou commenter les grands événements qui marquent la vie politique du royaume. Ce type de poésie correspond tout à fait à celui du concours, dominé par maîtres et étudiants, puisqu’il est très pratiqué dans les écoles ; il est également plus largement caractéristique de la production poétique du XVIIIe siècle, lié pour une grande part à une commande claire du pouvoir, qui a trouvé dans la littérature un moyen de réveiller et de développer l’esprit patriotique. Hormis un sonnet anonyme de 1701, sur le duc d’Anjou, c’est précisément à partir de 1745 que la poésie de circonstance apparaît réellement dans la production poétique du Palinod ; à cette date, une ode anonyme sur « la bataille de Fontenoy »84 vient célébrer ce grand événement militaire « devenu aussitôt [au Palinod, comme dans l’ensemble de la production poétique de l’époque,] événement littéraire » qui agit comme un véritable élément déclencheur, « si précise et générale était l’attente du public, aspirant à une poésie héroïque vraiment contemporaine »85 A partir de 1745 se succèdent les poèmes propres à satisfaire un public « de la violence » à la recherche de « héros moderne[s] »86 Mais les accents pacifistes se font aussi entendre sur la scène palinodique. L’idylle de Du Hecquet, couronnée en 1774, est une autre manière d’appréhender l’idée de la guerre et celle du « patriotisme » : c’est du fond de sa retraite que « le solitaire patriote » est spectateur-acteur des événements qui touchent son pays :

  • 87 Pièces relatives à l’Académie de l’Immaculée Conception de la Sainte Vierge, fondée à Rouen : pour (...)

Mais, hélas ! au sein des plaisirs,
Dont ce séjour m’offroit la plus riante image,
Je voyois sans cesse un nuage
Obscurcir à mes yeux l’éclat des plus beaux jours,
Et mon cœur ressentait toujours
De ma Patrie en pleurs les maux & l’esclavage.
Les sons de sa mourante voix
Sembloient accompagner ceux de la tourterelle,
Je l’entendois déplorer avec elle
La fuite de Thémis, la ruine des loix.
Mais enfin l’écho de nos bois
M’annonca l’aurore nouvelle
[...]
A cet instant heureux, ô ma chere Patrie !
Tu sais dans quels transports précipitant mes pas,
J’oubliai pour toi les appas
Que m’offroit chaque jour une innocente vie :
Si loin de toi partageant tes malheurs,
Je ne pus essuyer tes larmes,
Je pressentis du moins la fin de tes douleurs,
Et les biens dont ton Roi te fait goûter les charmes87

34Après 1763, quand l’ode d’Agneaux de Vienne vient célébrer la fin de la Guerre de Sept Ans, c’est dans les événements intérieurs et les deuils marquant les années suivantes que les poètes trouvent la source de leurs sujets. L’ode a nettement la suprématie sur les autres genres formels pour traiter de tels événements. Le choix de la langue française, dans ce cas, est tout à fait révélateur des sujets eux-mêmes, même si une ode et quelques épigrammes latines furent également couronnées.

35La forme de poésie palinodique la plus inattendue sans doute est la poésie scientifique. L’injonction de Mauduit de Montmirel dans son ode intitulée Le Parelie, ou l’image du Soleil sur une nuë, en 1704 :

  • 88 Vers 46 à 52.

Philosophe temeraire,
Soumets icy ta raison.
Cet effet sur l’horison
Ne paraît pas sans mystere.
Dieu nous est representé
Par l’Astre dont la clarté
Est necessaire à la vie88

  • 89 C. A. Fusil, La Poésie scientifique de 1750 à nos jours, son élaboration, sa constitution, Paris, E (...)
  • 90 Recueil de pieces lues dans les séances publiques de l’Académie établie à Rouen sous le titre de l’ (...)

36n’empêcha pas la poésie scientifique de contaminer, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, le Palinod. En 1784, Guéniot est couronné pour une ode sur l’électricité ; mais déjà en 1749, une ode sur l’aimant, signée par « le Procureur du Roi, de Thorigny », avait largement conquis les juges, puisqu’elle avait été la seule pièce récompensée en ce genre, et en 1758, celle de Malfilâtre, intitulée Le Soleil fixe au milieu des planettes, dans le sistême de Copernic, expliqué physiquement par Descartes avait également réuni les suffrages. L’Académie de l’immaculée Conception suit donc le mouvement des autres établissements académiques qui favorisèrent largement le développement de cette poésie au XVIIIe siècle, puisque dans « toute[s] [les] ville[s] jalouse[s] des lauriers littéraires », les concours, comme le souligne C. A. Fusil. « invit[aient] les versificateurs à écrire des odes et des discours en l’honneur des découvertes et des savants »89 Au Palinod, ces poésies scientifiques apparaissent assez tard et représentent peu de poèmes en comparaison du nombre total des pièces récompensées. Mais leur entrée dans ce qui aurait pu constituer le dernier bastion des anti-philosophes, montre l’important essor de cette poésie, en même temps que la profonde mutation du Palinod et de l’académie elle-même puisqu’elle est véritablement cautionnée par les règlements. Parallèlement à la réglementation des sujets, les organisateurs encouragent les poètes à trouver des thèmes originaux. Mais cette perspective ouvre, à la fin du troisième siècle palinodique, des horizons nouveaux et témoigne de l’évolution considérable de l’académie par rapport à ses positions dans les années qui précèdent. Ainsi, en 1776, les académiciens « exhort[ent] les Auteurs à travailler leurs vers avec plus de soin, à se rendre difficiles sur le choix de leurs sujets ; [à] évite[r] de marcher dans les sentiers battus, [à] s’attache[r] à des matieres piquantes par l’intérêt du moment & des circonstances ; [à] célebre[r] des entreprises, des découvertes utiles à l’humanité, &c. ». Aussi les règles sont-elles reformulées : « l’Académie engage les Versificateurs à préférer des matieres intéressantes par le piquant de la nouveauté, par des traits de bienfaisance, par des inventions puisées dans les arts & dans les sciences, par des découvertes utiles à l’humanité ; on doit s’interdire toute composition satyrique, ou tirée de la mythologie »90 Enfin, parallèlement à ces poèmes spécifiquement scientifiques, se développe une poésie « des Lumières » couvrant un champ plus large et se faisant plus généralement moyen de diffusion des idées nouvelles, comme l’épître de la comtesse de Laurencin sur la nécessité pour les mères d’allaiter leurs enfants.

  • 91 Joseph-André Guiot, Histoire De l’Académie, à l’année 1789.

37En mars 1789, alors que « les préparatifs [des Etats généraux] occupoient toutes les têtes, Et [faisaient] faire diversion à tous les Esprits sur tout autre objet, même d’utilité publique »91 le concours fut reporté au printemps suivant :

  • 92 Ibid.

La séance publique de l’académie de l’im. conception, qui devoit se tenir le jeudi 26 mars, n’eut point lieu à raison des circonstances, mais elle fut remise à l’année suivante ; et les papiers publics annoncerent les délais forcés aux auteurs afin, dit le programme, que ceux qui se seroient exercés sur les sujets proposés pour le concours de 1789, ne perdissent point le fruit de leurs travaux. On ne fit que leur rappeller qu’on offrait à leur Emulation trois prix de poésie, l’un En grec, l’autre en latin, le dernier en français ; tous à la liberté des concurrens pour la matiere Et le sujet de leurs vers92

  • 93 En 1909. cependant. Edward Montier, qui « dirigeait [alors] une œuvre d’éducation populaire : les P (...)
  • 94 Beaurepaire note la même évolution pour le Palinod caennais. « Le Puy de Palinods de Caen, écrit-il (...)
  • 95 Julien Loth, op. cit. p. 7.

38L’année suivante cependant, le concours n’eut pas lieu : au printemps 1789 l’Académie de l’immaculée Conception s’était éteinte pour ne plus revoir le jour93 Pourtant le Palinod semblait avoir retrouvé sa gloire d’antan et connaissait depuis près d’un siècle un succès exceptionnel, attesté notamment par le nombre des pièces récompensées, celui des auteurs couronnés, la participation de nombreux gens de lettres célèbres ainsi que par le rôle qu’il joua dans la carrière de ceux qui étaient, comme Malfilâtre, encore novices. Mais il connaissait au même moment, une mutation profonde : largement sécularisé, il s’était progressivement mondanisé, l’importante présence des femmes parmi les lauréats dans le dernier tiers du siècle en étant la preuve la plus marquante. Parallèlement s’était réalisée une véritable révolution dans les sujets traités et les règlements du concours : malgré les différents efforts des académiciens, la poésie mariale avait pratiquement disparu et les idées des lumières s’étaient imposées au Palinod, la poésie scientifique étant même encouragée par les juges à la fin du siècle. La suprématie du littéraire sur le religieux éloignait de plus en plus le Palinod de son caractère originaire et entraînait des contradictions que l’académie eut des difficultés à gérer94 Le Palinod souffrait d’une véritable crise et avait du mal à justifier son double statut littéraire et religieux face à la concurrence de l’Académie de Rouen. S’il n’avait pas évolué, le Palinod n’aurait plus répondu aux attentes des auteurs et du public et c’est le siècle lui-même qui l’aurait condamné ; mais ouvert à son influence, son double statut ne se justifiait plus et il faisait en effet « double emploi » avec l’Académie de Rouen, qui connaissait alors un grand succès et qui était par sa nature même plus ouverte à tous les domaines de l’art et de la connaissance. Aussi, à cet égard. Julien Loth a-t-il raison d’affirmer que « les Palinods étaient trop de leur siècle pour durer longtemps »95.

39Le présent travail se propose de faire redécouvrir un patrimoine culturel local d’une richesse inattendue. De même que l’abbé Guiot désirait que son histoire manuscrite de l’Académie « lui surv[écût] longtemps, pour faire connoître ses travaux, Et perpétuer [...] la mémoire » de ceux qui la firent, de même cet ouvrage espère-t-il avoir sorti de l’oubli ces voix du passé, et contribué peut-être, grâce à une meilleure connaissance de cette partie de l’histoire du Palinod, à sa reconnaissance.

Notes

1 Aucun recueil ne fut imprimé après 1781.

2 Il existe encore une table manuscrite contenue dans les archives de l’Académie royale de Rouen. Ces tables sont des documents précieux car un bon nombre de poèmes a disparu et, même si elles comportent quelques erreurs, elles sont un moyen de vérification utile, compte tenu de la diversité des sources.

3 « Préface historique de l’Origine & des Progrés de l’Académie de l’immaculée Conception de la sainte Vierge, fondée dans le Couvent des PP. Carmes de Rouen ».

4 Voir sa notice biographique et bibliographique.

5 Joseph-André Guiot, Les Trois Siècles palinodiques ou Histoire générale des palinods de Rouen. Dieppe, etc., publiés pour la première fois, d’après le manuscrit de Rouen, par A. Tougard, Rouen-Paris, 1898. 2 vol.

6 L’anthologie présentée ici a été limitée à la poésie française. La poésie latine – l’épigramme ou allégorie fut introduite en 1614 et l’ode dix ans plus tard — tient cependant une place très importante dans un concours dominé par les ecclésiastiques et le monde scolaire. Elle reculera pourtant progressivement devant la poésie française, parallèlement à la modernisation du Palinod et à l’évolution du statut des participants.
Le grec est introduit à la toute fin du siècle, où Guérin du Rocher est couronné pour « une ode » en cette langue (1786).
La prose fut introduite au concours en 1699 par Jean-Baptiste de Boyvin ; la croix d’or, prix d’éloquence, ne fut plus attribuée après 1708 et on ne remit le discours français au concours qu’en 1769 : en 1773 et 1788. seule la prose fut couronnée.
Voir le graphique dans les documents joints.

7 « Préface historique ». p. 3.

8 L’origine exacte de l’établissement de cette solennité dans le diocèse de Rouen reste encore inconnue. Dans un article intitulé « Les Origines de la fête de la Conception dans le diocèse de Rouen et en Angleterre ». E. Vacandard tente, à partir d’un travail de recherche sur les livres liturgiques des paroisses de la région, de mettre à mal les diverses croyances véhiculées au fil des siècles - son origine céleste, son attribution à Elstin, etc. L’article, qui confirme la préexistence de la fête en Angleterre, d’où elle a probablement été importée en Normandie, atteste la mention à la date du 8 décembre, dans des calendriers fécampois du XIIe siècle, de la « Conception de la bienheureuse Marie », ainsi que la célébration de la fête de la « Conception de la sainte Mère de Dieu » dans l’abbaye de Saint-Ouen, à Rouen, dès le XIIe siècle également. C’est donc vraisemblablement vers cette époque que la société de l’immaculée Conception fut fondée et non vers 1070, selon une tradition qui voulait faire coïncider son établissement avec l’archiépiscopat de Jean de Bayeux, archevêque de Rouen (1069-1079). E. Vacandard, « Les origines de la fête de la Conception dans le diocèse de Rouen et en Angleterre », Revue des questions historiques, janvier 1897. p. 166-184.

9 Nouveau Supplément à la France littéraire, Tome IV, Première partie, Paris, 1784. p. 117.

10 Julien Loth, Les Derniers Jours de l’Académie des Palinods de Rouen, s.l.. Imprimerie impériale, 1866, p. 2-3.

11 « Préface historique ». p. 3-4 ; « il fit dresser de nouveaux Statuts, précise l’auteur, qu’il fit revêtir de l’autorité de Robert de Croismare Archevêque de Rouen ; & proposa des Prix pour ceux qui voudroient faire quelques pièces de Poësie en l’honneur de l’immaculée Conception. Il choisit les Personnes les plus éclairées pour juger de ces pieces ; & distribua les Prix pour la premiere fois cette même année 1486 dans l’Eglise de S. Jean, où cette Association avoit été établie d’abord ».

12 Cette association, qui existait depuis le XIVe siècle et avait pour origine un groupe de sept troubadours dont l’assemblée prenait alors le nom de « Consistoire ou Collège du Gai Savoir », organisait depuis novembre 1323 un concours de poésie, ouvert chaque année à Toulouse, où l’on distribuait divers prix représentant des fleurs d’or et d’argent. C’est à la Renaissance que l’association prit le nom de « Collège des Jeux Floraux ». En 1694 des lettres patentes de Louis XIV l’érigèrent en académie. Depuis 1698, l’académie des Jeux Floraux publiait chaque année, comme le Palinod, un recueil imprimé. Au XVIIIe siècle, le programme du concours comporte cinq prix et, comme celui de l’Académie de l’immaculée Conception, récompense à la fois la poésie et l’éloquence.

13 Nouveau Supplément à la France littéraire, p. 117.

14 Ibid., p. 117.

15 La datation, l’ordre ainsi que l’énoncé précis des différentes appellations de l’établissement et du concours sont le lieu de nombreuses divergences dans les sources : l’hypothèse adoptée ci-dessus est celle du Nouveau Supplément à la France littéraire. En revanche, l’explication étymologique des deux termes Puy et palinod est admise par toutes.

16 Joseph-André Guiot, op. cit., introduction de Tougard.

17 Approbation et Confirmation par le pape Léon X des statuts et privilèges de la confrérie de l’immaculée Conception dite Académie des Palinods instituée à Rouen, publ. d’après une édition gothique du XVIe siècle, avec une notice historique et bibliographique, par Edouard Frère, Rouen, imprimerie de Henry Boissel. 1864. Il s’agit d’une « édition gothique » de l’ouvrage qui devait servir de substitut à l’original de la bulle papale de 1520 après la perte des archives de l’académie pendant les guerres de religion.

18 Julien Loth, op. cit. p. 3.

19 A.-G. Ballin. Notice historique sur l’Académie des Palinods [Extrait du Précis des Travaux de l’Académie royale de Rouen, pendant l’année 1834]. Rouen, Imprimerie de Nicétas Periaux, 1834. p. 22.

20 Nouveau Supplément à la France littéraire, p. 118.

21 « Préface historique », p. 10.

22 Les règlements de 1614 sont contenus dans un petit volume anonyme comprenant par ailleurs un historique et divers documents relatifs au Puy et intitulé Le Puy de la Conception de Nostre Dame fondé au Convent des Carmes à Roüen. Son origine, erection, Statuts & Confirmation, s.l., [XVIIe s.]. « Ce volume fut publié dans la première moitié de l’année 1615. par Alphonse de Bretteville », écrit Édouard Frère dans la bibliographie insérée dans son édition de l’Approbation et Confirmation de la confrérie de l’immaculée Conception.

23 Les règlements de 1732 sont consignés dans le recueil imprimé des pièces couronnées en 1732, p. 15-17.

24 Ces nouveaux règlements, après avoir été consignés dans un manuscrit conservé à la bibliothèque municipale de Rouen, intitulé Regître Contenant les Réglemens, Les Délibéra[ti]ons de L’académie Du puÿ De La Conception & autres affaires De La dite Academie (p. 5-17), furent imprimés dans le recueil des pièces couronnées en 1768 et 1769.

25 Le Puy de la Conception, p. 36.

26 Voir les articles XXI et XXIV des règlements de 1614.

27 Voir les articles VII (« Ouverture du Puy ») et X (« Gratification faicte au lecteur du Palinod ») des règlements de 1614.

28 Articles VI et VII des règlements pour les auteurs.

29 Sur les critères de jugement des pièces de poésie, voir plus loin le développement qui concerne les sujets des poèmes couronnés.

30 Voir les règlements de 1769.

31 Les prix ainsi que le nom du prince de l’année en cours étaient annoncés à l’avance par une affiche (puis par un placard), et à la fin du siècle par la voie des journaux locaux.

32 Et non par exemple par catégorie d’âge ou d’expérience, comme ce peut être le cas dans nos concours modernes. Ainsi, sans distinction, gens de lettres déjà expérimentés et novices concouraient pour les mêmes prix.

33 Alors qu’en 1624, par exemple, on fonde un prix d’« ode latine » (« la ruche »).

34 Le Puy de la Conception, p. 46. Les articles XIII à XVII définissent chacun des genres cités. A l’instar des Jeux floraux de Toulouse, où « l’un [des cinq prix] va à une pièce en prose, l’autre à une élégie, une idylle ou une églogue » mais « le premier prix, une amarante d’or, [...] à une ode ; le second, une violette d’argent [...], à un poème héroïque ou dans le genre noble, en alexandrins ; le cinquième, un lys d’argent [...], à un sonnet en l’honneur de la Vierge », le Palinod laisse une place significative aux grands genres.

35 Pieces de poésie françaises et latines qui ont remporté les prix a l’Academie de l0146Immaculée Conception de la Tres-Sainte-Vierge en l’année 1732, Rouen, Cabut, s.d., p. 15. Sur les règles de versification imposées dans chaque genre aux poètes et sur leur évolution, se reporter aux tables des pièces de poésie couronnées.

36 Georges Lote, Histoire du vers français. Tome IX. Troisième partie. Publications de l’Université de Provence, 1996. p. 99.

37 Ibid., p. 101.

38 En 1722 seulement, le R. P. Michel avait un court instant remis les deux genres à l’honneur sur le Puy du Palinod ; et en 1727. 1731 et 1732 trois ballades avaient encore été récompensées.

39 Georges Lote, op. cit.. p. 99 et 103.

40 Celle-ci sera poursuivie tout au long du siècle et dès 1733 où est fondé un second prix d’ode française, le prix de M. Le Gendre.

41 Voir les tables des pièces récompensées.

42 Alexandrins.

43 Aucune pièce de poésie de ce genre n’apparaît dans le corpus des poèmes couronnés.

44 Articles II à IV et VII à X des « reglemens pour les prix ».

45 Voir la table des épîtres.

46 Les seules informations connues concernent les lauréats. Si elles sont trop lacunaires pour relever d’un traitement statistique, elles permettent cependant d’établir un certain nombre de conclusions.

47 « Moins important que le Puy de Palinod de Rouen, écrit Beaurepaire, celui de Caen fut établi, en 1527, par l’avocat Jean Le Mercier, sieur de Saint-Germain ; il eut pour second fondateur Étienne Duval de Mondrainville, en 1557 ; pour principaux bienfaiteurs, Le Marchant, sieur de Rosel, en 1607, Jacques Le Maistre, sieur de Savigny, chanoine d’Avranches. en 1624, et l’abbé de Saint-Martin, en 1670. L Université de Caen le prit sous sa protection et, par là-même, en assura l’existence » (Eugène de Robillard de Beaurepaire, Les Puys de Palinods de Rouen et de Caen, ouvrage posthume publié par Charles de Robillard de Beaurepaire, Caen. Henri Delesque, 1907, p. xiv).

48 Sylvain Menant, La Chute d’Icare, Genève. Droz. p. 34.

49 « La naissance du duc de Bourgogne », sujet que le jeune Grandin prit pour argument de son allégorie latine, couronnée en 1751, « était une matière qu’on lui avait donnée au collège ainsi qu’aux meilleurs sujets de sa classe qui sont aussi nommés avec lui : Morin et Desroches » (Joseph-André Guiot, op. cit.).

50 Sur les différents collèges normands voir Marie-Madeleine Compere et Dominique Julia, Les Collèges français XVIe-XVIIIe siècles, Répertoire 2 : France du Nord et de l’Ouest Edition du C.N.R.S., 1988.

51 Voir Jean-Pierre Bardet. Rouen aux XIIe et XVIIIe siècles, les mutations d’un espace social. Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1983, p. 305.

52 Mesdames de l’Etoile, de Courcy et la comtesse de Laurencin sont les trois autres femmes lauréates.

53 « Un des anciens Réglemens des Palinods étoit de faire à MM. Les Juges un remerciment en Vers, pour le prix qu’on avait remporté, & cela sous peine de n’être point couronné dans la suite. Cette loi vient d’être abrogée, en considération de l’illustre Concitoyenne qu’on a garde d’y vouloir astreindre ». (RI 1768-1769). L’article XII des règlements pour les auteurs de 1769 signale en effet que « l’Académie a jugé à propos de suprimer & d’abroger un ancien Règlement qui obligeoit les Auteurs couronnés à lui faire un remerciement. »

54 Sylvain Menant, op. cit., p. 12.

55 Le Masson (1723). Julien Marquet (1728). Le Moine (1739), Mont-Redon (1741). JeanBaptiste Bois-Jouvin (1747), Nicolas Angué (1748). Nicolas Bellaunay (1750). JeanFrançois Coge (1752), Pétou (1754), Quillet de Foumeville (1755), Pellevé (1764) et Drouet des Fontaines (1775).

56 Voir Sylvain MENANT, op. cit., p. 9-11.

57 Voir les notices des auteurs couronnés.

58 Voir, par exemple, la notice de Beaudouin.

59 Voir l’anthologie.

60 Ce « recueil fait avec soin des meilleures poésies qui mérit[ai]ent d’être conservées » et qui devait « servi[r] à faire voir les changements successifs du goût dans ce genre » (Avertissement de 1765), fut fondé par les directeurs du Journal des dames et fut vendu avec celui-ci pendant les premières années. Alors que le Journal des dames devint de plus en p us féministe sous la Révolution. l’Almanach des muses resta une revue littéraire (Jean Sgard, Dictionnaire des journaux 1600-1789. Paris, Universitas, 1991).

61 Épitre d’une femme a son amie sur l’obligation & les avantages qui doivent déterminer les mères « allaiter leurs enfans, conformément au vœu de la Nature, pièce qui a remporté le prix à Rouen, en Décembre 1774, in Alamanach des Muses. Paris, chez Delalain, 1776, 103-108. On lit à propos de ce poème dans le recueil imprimé des pièces couronnées de 1775 a 1781 : « Lorsque cette Piéce fut lue à cette Séance, elle fut reçue avec le plus grand applaudissement, & l’Assemblée témoigna expressément le desir d’en entendre une seconde lecture. Un succès si marqué engagea un Libraire de la Ville de Rouen à s’en procurer une copie par des moyens que l’Académie n’a pu ni connoître, ni approuver, quand même elle les aurait connus ; & il la fit imprimer au commencement de 1775. C’est sans doute sur cette édition qu’elle a été réimprimée dans l’Almanach des Muses de 1776 & dans les Annonces de la haute & basse Normandie, en Février 1776 ; elle paraît ici avec les corrections, & quelques additions qui la rendent plus digne encore & de son Auteur. & de l’Académie qui a Couronné cet Ouvrage » (p. 151).

62 Nouveau Supplément à la France littéraire, p. 122.

63 L’année précédente la Lettre à M. le Curé de... sur les palinods insérée par le rédacteur dans la trentième feuille hebdomadaire du vendredi 23 décembre (p. 125) avait eu pour but d’intéresser les lecteurs au concours.

64 Voir la bibliographie.

65 Voir l’article XI des règlements de 1614, intitulé « Affiche pour le Palinod ».

66 Nouveau Supplément à la France littéraire, p. 122.

67 Joseph-André Guiot, Histoire De l’Académie De l’immaculée Conception de la Sainte Vierge, fondée à Rouen Livre sixième Et dernier depuis 1701 jusqu’en 1789, à l’année 1701.

68 Voir plus loin.

69 Article XXXVIII. L’avertissement n’est pas purement formel, puisque tout manquement entraînera une « punition corporelle, qui sera poursuivie par le Prince [du] Puy » (Le Puy de la Conception, p. 60-61).

70 « Malgré cette aigre admonition qui paroit avoir Eté rédigée par le prieur des carmes, écrit Guiot. on verra encore Enfreint le Statut réglementaire Contre la mythologie, Et même En cette année 1706 » (op. cit.. à l’année 1706). Cette même année en effet Charles Mauduit fut couronné pour des stances sur Iphigénie.

71 Pieces de poésie françaises et latines qui ont remporté les prix a l’Academie de l’Immaculee Conception de la Tres-Sainte-Vierge en Vannée 1732, p. 15.

72 Invitation aux poëtes, (Ibid., p. 18).

73 Pieces de poesie depuis 1700.

74 Recueil imprimé des pièces de poésie couronnées en 1735.

75 Seul le genre de l’épître, qui ne fut introduit au concours que très tardivement et qui n’est représenté que par deux pièces, échappe à la poésie religieuse.

76 On proposa pour l’année 1732, « l’immaculée Conception », pour 1733, « la Nativité de la Sainte Vierge », pour 1734, « la Nativité » (reporté) ou « la Présentation de la Sainte Vierge », pour l’année d’après, « la Présentation » de nouveau ou « l’Annonciation de la Sainte Vierge », pour 1736, « la Visitation », pour 1737, « la Purification de la Sainte Vierge », pour 1738. « l’Assomption de la Sainte Vierge » et pour l’année 1739 enfin, « les grandeurs de la Sainte Vierge » (voir les recueils imprimés de ces années).

77 Voir la table des odes françaises. Après 1739, elles ne sont plus consacrées aux mystères de la Vierge.

78 Article V (« sujet du prix du Prince ») des règlements pour les Princes.

79 Le problème des protestants a pu jouer un rôle dans le déclin de la poésie mariale. Ballin signale dans sa Notice historique que Desmarets de Vaubourg, élu prince en 1701, « fit donner avis aux auteurs de ne point exagérer les louanges de la patronne du Puy, et d’éviter, par exemple, le terme adoration, afin de ne pas blesser ceux d une autre communion » (A.-G. Ballin, op. cit., p. 24-25).

80 Joseph-André Guiot, Histoire De l’Académie. Ce passage fait référence à des stances du père de Couvrigny - un ecclésiastique, pourtant - sur Andromède sauvée par Persée du supplice qui lui fut imposé par les Néréides.

81 Suzanne, femme juive d’une grande beauté, convoitée par deux anciens du peuple puis accusée par eux d’adultère, fut sauvée par Daniel. Fils de Saül. Jonathas, qui avait violé à son insu l’interdiction que son père avait imposée au peuple de manger avant qu’il se fût vengé de ses ennemis, fut sauvé de la mort par le peuple d’Israël. Isaac, patriarche biblique, échappa au sacrifice auquel l’avait exposé son père Abraham, dont Dieu voulait éprouver la foi. Etabli à Sodome. Lot échappa à la légendaire destruction de la ville.

82 La répétition des formules d’autoreprésentation telles que « société autant religieuse que littéraire » mais aussi le sujet proposé en 1771 pour le discours français : « L’Utilité & les avantages d’une Société Académique consacrée en même temps à la Religion & aux Lettres » ou encore les réflexions sur l’origine religieuse de la poésie sont autant de marques de la nécessité et en même temps de la difficulté de l’académie à se justifier.

83 Journal de Normandie du samedi 17 décembre 1785. Voir également l’Histoire de l’Académie de Guiot à l’année 1785.

84 Voir l’anthologie.

85 Sylvain Menant, op. cit., p. 285.

86 Ibid., p. 280.

87 Pièces relatives à l’Académie de l’Immaculée Conception de la Sainte Vierge, fondée à Rouen : pour les années 1772, 1773, 1774, 1775, Paris, Rouen, 1776. Trente ans auparavant, l’ode de Tiphagne, Alexandre epargnant La maison de Pindare au Sac de Thébes, posait la question : « N’est-il que L’horreur de La guerre/ qui mene a L’immortalité ?/ quoy ! faut il desoler La terre/pour en estre apres Respecté ?/ est-ce en augmentant nos miseres,/ en perçant Le sein de nos frère,/ qu’on mérité Le nom de grand ?/ et pour Eterniser Sa gloire/faut il que Sa tragique histoire/Soit ecrite en Lettres de sang ? »

88 Vers 46 à 52.

89 C. A. Fusil, La Poésie scientifique de 1750 à nos jours, son élaboration, sa constitution, Paris, Editions Scientifica, 1918. p. 41. Dès le commencement du XVIIIe siècle, rien qu’aux Jeux Floraux, furent couronnés : en 1703, une ode sur le mouvement de la terre, en 1715, le poème La Poudre, en 1719, l’ode La Création du Monde et le poème La Navigation et en 1721. l’ode Le Verre (p. 41-42).

90 Recueil de pieces lues dans les séances publiques de l’Académie établie à Rouen sous le titre de l’Immaculée Conception pour les années 1776, 1777, 1778, 1779, 1780, 1781, Rouen, Paris, 1784, p. 28 et 74.

91 Joseph-André Guiot, Histoire De l’Académie, à l’année 1789.

92 Ibid.

93 En 1909. cependant. Edward Montier, qui « dirigeait [alors] une œuvre d’éducation populaire : les Philippins de Rouen », « pensa qu’un concours poétique pouvait contribuer à la formation intellectuelle et religieuse des jeunes dont il avait la charge » et « décida de rétablir le Puy des Palinods ». « La première séance [...] eut lieu le 7 décembre 1909 dans le hall de la Maison des Philippins ». Les séances se déroulaient « à peu près comme autrefois, mais [...] avec beaucoup moins de faste. Le Prince - en l’occurrence un jeune ouvrier ou employé philippin — ouvrait la séance et donnait la parole au Président de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen », « qui prononçait un discours souvent en rapport avec sa spécialité ». « [Les lauréats] recevaient non plus des emblèmes symboliques, mais des objets d’art religieux, par exemple des statuettes de la Vierge, œuvres du sculpteur philippin Roger Blondel ». Mais ces nouveaux palinods, finalement plus religieux que ceux du XVIIIe siècle, eurent beaucoup moins de succès et, après un demi-siècle d’existence, furent définitivement supprimés par le directeur des Philippins en 1959 (Philippe Deschamps, « Les Concours Poétiques à Rouen. Le Puy des Palinods (1486-1959) », Connaître Rouen-V, Rouen, 1984, p. 15-16).

94 Beaurepaire note la même évolution pour le Palinod caennais. « Le Puy de Palinods de Caen, écrit-il. incorporé en quelque sorte à l’Université de cette ville, dut à cette circonstance de survivre à celui de Rouen [...]. Mais, pour obtenir la faveur de quelques mois d’une existence précaire, quels changements il lui avait fallu subir ! Le 1er juillet 1792, les pièces couronnées étaient : une Épître aux Sans-Culottes sur le ridicule de nos faux patriotes, les Crimes de l’Angleterre, le Berceau républicain. Le 12 messidor an 11 de la République, l’organisation du concours appartient, non plus à l’Université, mais à des instituteurs que l’administration a désignés. Non seulement le nom de la Vierge est remplacé par ceux de la Liberté et de l’Egalité, mais les moindres allusions religieuses sont sévèrement interdites. On vit même, le 1er juillet 1794, une pièce de vers sur l’Immortalité de l’âme écartée comme inspirée plutôt par le fanatisme que par le Dieu de la poésie » (op. cit.. p. XVI-XVII).

95 Julien Loth, op. cit. p. 7.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search