Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Concours de poésie de l’Académie de l’Immaculée Conception à Rouen, 1701-1789

 | 
Vanessa Dottelonde-Rivoallan

Préface

François Bessire

Texte intégral

1Un prix littéraire à Rouen au XVIIIe siècle inaugure une collection consacrée aux Lumières normandes. Trouvant sa matière première dans le riche fonds patrimonial de la région, cette série doit accueillir des études sur la vie intellectuelle, littéraire et artistique locale au siècle des Lumières et la publication de textes inconnus du XVIIIe, notamment de manuscrits (on sait l'importance de la communication manuscrite à cette époque et la richesse dans ce domaine des bibliothèques normandes).

2Cette collection devrait contribuer - l’échelle provinciale s’y prête bien - à écrire, à l’opposé d’une histoire littéraire s’en tenant aux grands auteurs, une « histoire historique » de la littérature, telle que Lucien Febvre en dessinait, il y a plus d’un demi-siècle, le programme exigeant, toujours d’actualité :

  • 1 Combats pour l’histoire, Paris, A. Colin. 1992, p. 264.

Une « histoire historique » de la littérature, [...] cela veut dire ou voudrait dire l'histoire d’une littérature à une époque donnée, dans ses rapports avec la vie sociale de cette époque. [...] Il faudrait, pour l'écrire, reconstituer le milieu, se demander qui écrivait, et pour qui ; qui lisait, et pourquoi ; il faudrait savoir quelle formation avaient reçue, au collège ou ailleurs, les écrivains - et quelle formation, pareillement, leurs lecteurs ; [...] il faudrait savoir quel succès obtenaient et ceux-ci et ceux-là, quelle était l'étendue de ce succès et sa profondeur ; il faudrait mettre en liaison les changements d’habitude, de goût, d'écriture et de préoccupation des écrivains avec les vicissitudes de la politique, avec les transformations de la mentalité religieuse, avec les évolutions de la vie sociale, avec les changements de la mode artistique et du goût, etc1

3C’est un chapitre de cette histoire que Vanessa Dottelonde-Rivoallan écrit ici. Les Palinods de Rouen au XVIIIe révèlent en effet une pratique littéraire « commune », qui fleurit dans les collèges, dont le concours attire les maîtres et les meilleurs élèves, et s’ouvre, de plus en plus largement au cours du siècle, aux gens à talents, aux mondains et aux femmes, s’arrêtant au seuil du monde des lettres, où quelques lauréats, forts de ce premier succès, font exceptionnellement carrière. Le lieu est idéal pour observer la circulation des modèles et l’évolution des goûts, toute une culture partagée, dont le premier trait est la place exceptionnelle donnée à la poésie, considérée comme la forme littéraire par excellence. L’histoire des Puys, comme on les appelle aussi, témoigne de la valorisation de la pratique littéraire - élément d’une modernité fière de ses savoirs dont on entend au hasard des textes couronnés les accents « philosophiques » - et de son autonomisation : religieux à l’origine, le concours se laïcise au fil des années et se réorganise selon une logique proprement littéraire, jusqu’à concurrencer la nouvelle Académie royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts. L’écho que lui assure l’imprimé renforce le phénomène : la librairie, florissante à Rouen, publie avec toujours plus de soin les poèmes primés et les journaux naissants font une large place à l’événement.

4Ce premier volume est exemplaire des ambitions de la série : il comporte non seulement l’histoire détaillée des Palinods et l’analyse très fine de leur constante adaptation aux temps et aux modes, mais aussi un état complet de la question établi pour la première fois après un minutieux dépouillement de toutes les archives (tables des auteurs et des pièces couronnées, bibliographie exhaustive des textes relatifs aux Palinods avec description matérielle de tous les recueils, notices prosopographiques de tous les lauréats) et l’édition d’un choix de ces textes si révélateurs de l'esprit du temps.

5Ce travail extrêmement rigoureux, qui fait progresser de façon décisive la connaissance de la vie littéraire et intellectuelle à Rouen au XVIIIe siècle, n’est pas pour autant abstrait : il offre aussi la surprise de vraies découvertes et dessine de façon suggestive, entre Seine et Parnasse, les silhouettes de sectateurs zélés du papier, ce « merveilleux composé d’une vile matière ».

Notes

1 Combats pour l’histoire, Paris, A. Colin. 1992, p. 264.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.