Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

 | 
Éric Saunier

Les auteurs

Texte intégral

1Harry-Pascal Bannais, PRCE d’italien à l’université du Havre, a soutenu un diplôme d’enseignement approfondi en développement et mutations culturelles à l’université de Lille 3.

2Sylvie Barot, anciennement archiviste paléographe des archives municipales du Havre, étudie depuis de nombreuses années la présence de la population des gens de couleur dans cette ville. Elle a notamment contribué à l’ouvrage dirigé par John Barzman et Éric Saunier : Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (XVIe-XIXe siècle), publié aux PURH en 2005.

3Jacques de Cauna, historien, docteur d’État, chercheur affilié au centre de recherche sur les esclavages (CIRESC/EHESS), est notamment l’auteur de : Au temps des Isles à sucre. Histoire d’une plantation à Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Karthala, 1987 ; Toussaint Louverture et l’indépendance d’Haïti. Témoignages pour un Bicentenaire, Paris, Société française d’outremer - Karthala, 2004.

4Richard Flamein, historien, professeur agrégé d’histoire au lycée de la Côte-d’Albâtre, auteur d’une thèse d’histoire sous la direction de Michel Biard à l’université de Rouen (GRHIS) intitulée : L’univers matériel de l’ascension sociale : structure et forme de mobilité. Le cas Le Couteulx, XVIIe-XIXe siècle (octobre 2011). Il est l’auteur de : « L’univers matériel et la construction de l’identité bourgeoise : le cas Le Couteulx », AHRF, no 362, octobre-décembre 2010, P-3-31.

5Bernard Gainot, historien, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris 1, habilité à diriger des recherches, chercheur à l’institut d’histoire de la Révolution française (IHRF), membre du bureau de l’Association pour l’étude de la colonisation européenne, 1750-1850 (APECE), est notamment l’auteur, en collaboration avec Marcel Dorigny, de : La Société des amis des Noirs, 1788-1799, Paris, UNESCO, 1998, et Atlas de l’esclavage, Paris, Autrement, 2006. Il a également publié : Les Officiers de couleur et les armées de la République et de l’Empire (1799-1815), Paris, Karthala, « Histoire et sociétés », 2007.

6Brigitte Kowalski, anthropologue, docteure de l’École du Louvre, spécialiste de l’architecture et de l’art yoruba et brésilien, est l’auteure d’une thèse intitulée : L’héritage architectural afro-brésilien sur la côte des Esclaves, 2004.

7Nick Nesbitt, professeur de littérature française à l’université de Princeton, est notamment l’auteur de : Universal Emancipation. The Haitian Revolution and the Radical Enlightment, Charlottesville, University of Virginia Press, 2008.

8Érick Noël, historien, professeur d’histoire moderne à l’université des Antilles-Guyane, chercheur affilié à l’AHIP-Géode 929, est notamment l’auteur de : Être noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006. Il vient également de diriger la publication de : Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, Genève, Droz, 2011.

9Claire Parfait, angliciste, spécialiste de l’histoire du livre et de l’édition aux États-Unis, est professeure à l’université de Paris 13, directrice du CRIDAF (EA 453). Spécialiste du domaine afro-américain, elle fait partie du groupe de recherche travaillant à la publication des récits d’esclaves proposée dans le cadre du programme « La Haute-Normandie : une tradition d’ouverture sur le monde ».

10Prosper Eve, historien, professeur d’histoire moderne à l’université de La Réunion, chercheur affilié au CRESOI, est notamment l’auteur, dans le domaine de l’histoire coloniale et de l’esclavage, de : Les Esclaves, la mer et la montagne, Paris, Karthala, 2003 ; Deux Prêtres des Lumières à Bourbon : Davelu l’historien et Caulier le linguiste, Saint-André, Océan éditions, 2005.

11Thomas Raffin, historien, professeur d’histoire-géographie dans l’académie de Nantes, est l’auteur de deux masters consacrés à l’étude des gens de couleur dans les villes portuaires, réalisés en 2007 et 2008 : Les passagers de couleur à Nantes au XVIIIe siècle d’après les registres d’armement et de désarmement (1694-1793) et Les passagers de couleur à Bordeaux au XVIIIe siècle.

12Frédéric Régent, historien, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris 1, chercheur à l’institut d’histoire de la Révolution française (IHRF), est notamment l’auteur de : Esclavage, métissage, liberté, la Révolution française en Guadeloupe, Paris, Grasset, 2004 ; La France et ses esclaves. De la colonisation aux abolitions (1628-1848), Paris, Grasset, 2007.

13Marie-Jeanne Rossignol, angliciste, spécialiste de l’histoire de l’esclavage et de l’abolition aux États-Unis, est professeure à l’université de Paris-Diderot, chercheuse affiliée au LARCA (laboratoire de recherches en études anglophones) et responsable du groupe de recherche Jeune République au sein du CIRNA (EHESS). Elle fait partie du groupe de recherche travaillant à la publication des récits d’esclaves proposée dans le cadre du programme « La Haute-Normandie : une tradition d’ouverture sur le monde ».

14Éric Saunier, historien, est maître de conférences en histoire moderne à l’université du Havre et membre de l’UMR IDEES 6266 du CNRS. Spécialiste de l’histoire de la franc-maçonnerie, il a orienté ses recherches vers l’étude des sociétés portuaires. Il coordonne le programme de recherche régional « La Haute-Normandie : une tradition d’ouverture sur le monde ».

15Philippe Vitale, sociologue, est maître de conférences en sociologie à l’université de Provence et chercheur affilié au laboratoire Lames de la Maison méditerranéenne des sciences humaines (CNRS). Il travaille notamment sur la sociologie de la culture et de la connaissance. Il est notamment l’auteur de : « L’aporie du vrai et du faux. La sociologie devant l’approche de l’oralité par l’historien Hubert Gerbeau », dans L’Énigme de la valeur, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2010, p. 183-197.

16Anne Wicke, angliciste, est professeure à l’université de Rouen, chercheuse affiliée à l’ERIAC (université de Rouen). Spécialiste de littérature américaine, elle fait partie du groupe de recherche travaillant à la publication des récits d’esclaves conduit dans le cadre du programme « La Haute-Normandie : une tradition d’ouverture sur le monde ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540