Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

 | 
Éric Saunier

Troisième partie. Les représentations de l'esclave, des sources d'archives à l'image

Chapitre 13. Masques noirs, murs blancs

Érick Noël

Texte intégral

1Le présent article est la mise en forme textuelle d’une exposition produite à l’occasion de journées de l’histoire organisées, en avril et mai 2010, à l’université des Antilles et de la Guyane. Il se veut un hommage à l’œuvre d’un écrivain martiniquais, Frantz Fanon, dont le titre Peau noire, masques blancs, a été volontairement repris ici. Mais au regard d’un homme de couleur sur l’image que la colonisation a rendue des Noirs, a été substitué le regard qu’en Occident même des Blancs ont pu avoir sur les gens de couleur au sens le plus concret du terme – les mascarons pétrifiés en façade des hôtels particuliers offrant sans doute l’approche la plus insolite du spectacle colonial.

  • 1 Hugh Honour, L’Image du Noir dans l’art occidental, t. I, Les trophées de l’esclavage, Paris, Gall (...)
  • 2 Gwenaël Evenou, Gracieux, souriants, effrayants : les mascarons de Nantes, Nantes, Pos.ad, 1998 ; (...)

2Ces masques ne sont en fait qu’un élément parmi d’autres de la représentation des Noirs et des gens de couleur en France. Des thèmes comme les rois mages ont en effet, dès le bas Moyen Âge, fait le succès de Balthazar, quand le culte des saints a porté saint Maurice – mis dans l’ombre à la fin du XVIIe siècle par ces « négrillons » peints aux pieds de leur maîtresse dont ils ont rehaussé le teint. Si Hugh Honour a évoqué le phénomène1, la sculpture a moins que l’image immortalisé des hommes dont les figures n’ont été que ponctuellement analysées : ainsi Gwenaël Evenou s’est penchée sur les mascarons nantais, tandis que Jean Damestoy a observé les cas bordelais2.

3Replacer ces représentations dans un contexte plus large et nourri par des recherches portées en retrait des ports de traite a donc paru nécessaire, pour retracer l’évolution du genre et ouvrir la voie à une synthèse.

Figure no 38 – Les mascarons à Paris, 23 rue Casanova. Dans le faubourg Saint-Eustache, aménagé sous la Régence, la rue Neuve-des-Petits-Champs – aujourd’hui rue Danielle-Casanova – a attiré la fleur de la finance. Surmontant la porte d’entrée d’un hôtel particulier daté de 1723, ce mascaron à figure « nègre » pourrait être le premier du genre dans un quartier qui a aussi rassemblé le plus grand nombre de domestiques noirs dans le Paris du XVIIIe siècle.

Des modèles anciens

  • 3 Augustin Charles d’Aviler, Cours d’architecture, Paris, 1710.

4Le mascherone italien n’a été francisé qu’en 1633, tiré d’un maschera dont l’origine porte toujours à conjecture : masca en bas latin signifiant sorcière (d’où le mascara destiné à maquiller les paupières), mascara a pu tout aussi bien – selon une origine avancée en 1691 par l’architecte d’Aviler3 – venir de l’arabe et vouloir dire « bouffonnerie ». L’étymologie restant incertaine, on retiendra du moins l’idée de figure effrayante, voire fantastique, qui a prévalu pour définir des masques portés par une vogue « exotique ».

Figure no 39 – Les mascarons à Paris, 23 rue Casanova. Sculpté au même niveau que son frère jumeau, ce mascaron n’en diffère que par le regard – orienté vers le visiteur qui s’engage dans la cour intérieure.

5En ce sens les mascarons renvoient à l’arsenal des « grottesques » – ces figures découvertes au XVIe siècle dans les grottes ou ruines des monuments antiques, romains d’abord, puis grecs. Les têtes retrouvées, destinées par l’effroi qu’elles suscitaient à protéger lieux publics et demeures privées, ont en effet nourri une inspiration multiforme et notamment la représentation ultérieure de ces « nègres » asservis aux colonies : les cheveux de Méduse, faits de serpents enlacés, se sont ainsi retrouvés dans les cheveux torsadés qui ont caractérisé la femme créole. De même Janus bifront, placé aux portes des villes et des maisons, a par son double regard servi à figurer l’opposition des mondes. Enfin le traitement des masques dionysiaques, avec leurs yeux et leurs bouches ronds, a pareillement servi les figurations négroïdes. Conjuratoires, ces masques sortis de la mythologie ont survécu à l’Antiquité – même si, à l’époque chrétienne, ils n’ont plus trouvé place qu’au-dessus des fonts baptismaux ou des stalles des chœurs d’église. La Renaissance a donc insufflé au genre une nouvelle jeunesse.

Figure no 40 – Les mascarons à Paris, 25 rue Casanova. Prolongeant l’immeuble élevé en 1723 rue Neuve-des-Petits-Champs, l’hôtel Joly de Fleury n’a cessé d’appartenir jusqu’en 1768 à la même famille. Or c’est l’un de ses représentants, Jean Orner, avocat au Parlement, qui a défendu en 1759 l’Indien Francisque, confirmé dans sa liberté aux dépens de son maître, le marchand malouin Brignon, qui ne l’avait pas déclaré devant l’amirauté et traité en « esclave nègre ». Simple hasard ou clin d’œil architectural ? Cette figure est en tous les cas voisine d’une autre, similaire, à même hauteur de façade.

  • 4 Jacques Androuet Du Cerceau, Les Plus Excellents Bastiments de France, Paris, 1576-1579, 2 vol.

6Deux dates-clés ont paru marquer ce réveil : l’exhumation en 1506 à Rome de la Domus Aurea a permis de mettre au jour des grotesques auxquelles l’école de Raphaël a redonné vie, notamment par des copies pour la villa Madama des Médicis ; en 1527 le sac de la ville a surtout fait fuir des artistes qui, comme Rosso et Primatice, se sont retrouvés au service des Valois à Fontainebleau et à Paris. À partir de ce moment des sculpteurs français comme Jean Goujon ont redéfini le genre – portant le mascaron en tympan de fenêtre ou en clé d’arcade, et abandonnant le stuc pour la ronde-bosse sculptée dans un seul bloc. Les façades ouest et sud du Louvre ont ainsi donné un précédent à des réalisations effectuées pour des hôtels particuliers comme celui de Jacques de Ligneris – actuel musée Carnavalet –, avant qu’Androuet Du Cerceau, dans ses Plus excellents bastiments de France4, ne les codifie.

Figure no 41 – Les mascarons à Nantes, 1 place de la Petite-Hollande. À l’extrémité ouest de l'ile Feydeau, la maison de Pierre Charron, négociant et contrôleur des finances, a la première été achevée sur les vingt-quatre initialement prévues dans le lotissement. Habitée en 1740, elle offre un modèle inédit de mascaron à visage négroïde, portant en console la dalle du balcon en granit. On pourrait y voir une allusion à l’esclavage des Noirs, si cinq autres personnages, tous blancs, ne figuraient dans le même alignement.

7En somme la seconde Renaissance – française – a donné le ton à un genre auquel le baroque ne pouvait que souscrire. Il n’y a néanmoins eu pour l’heure encore aucune représentation de Noirs ou de gens de couleur : passé les grandes découvertes, la première colonisation devait permettre un dépassement des imitations de l’antique.

Figure no 42 – Les mascarons à Nantes, 13 rue Kervégan. Au cœur de l’île Feydeau, le lot racheté en 1748 à l’ingénieur Goubert par Joseph Raimbaud illustre la fortune d’un marchand de bois qui, en acquérant également les deux lots voisins, a pu donner corps en 1756 à la fameuse « maison ovale ». Côté rue, la façade du 13 ne cesse cependant de donner lieu à des interprétations divergentes autour des figures sculptées au-dessus des magasins : version empruntée à Le Brun des quatre parties du monde, ou simple galerie de visages exotiques ? Le personnage central, blanc, est notablement coiffé d’une couronne de plumes...

De la cour à la ville

8C’est paradoxalement Versailles qui a permis l’éclosion de figures nouvelles, le classicisme n’étant pas a priori favorable à la fantaisie du genre. La colonisation conduite au fil du siècle par les Bourbons semble avoir été capitale, et plus encore la personne de Louis XIV au moment où la France s’imposait sur tous les continents : de Québec en 1608 aux Petites Antilles en 1635 et de Saint-Louis du Sénégal en 1659 aux Indes orientales en 1673, la France jetait en effet les bases d’un empire colonial qui pouvait offrir des modèles vivants aux artistes, quand le roi lui-même, soucieux d’affirmer sa suprématie, développait à partir de 1679 un programme architectural où le thème des parties du monde trouvait une place inédite.

Figure no 43 – Les mascarons à Nantes, 13 rue Kervégan. Immédiatement placé à la droite du Blanc de l’arc central, le mascaron quelquefois appelé le « Turc » ou le « Maharadjah » évoque assurément l’Asie. Un personnage semblable lui a rendu écho dans le programme des clés du quai Brancas, où une figure « orientale » s’est inscrite dans l’alignement des figures blanches et noires.

  • 5 Charles Le Brun, Méthode pour apprendre à dessiner les passions, Paris, 1698.

9Le Brun chargé des aménagements du château, une galerie de statues a d’abord surplombé la cour de marbre pour mettre en avant les vertus royales, et quatre en particulier ont traité du thème des continents : à ce titre Étienne Le Hongre a sculpté l’Afrique, telle une femme écrasant un lion, et Thomas Regnaudin figuré l’Amérique, marchant sur un crocodile... Le programme du parc a rendu écho à ces réalisations, avec une Afrique dénudée par Cornu et une Amérique hérissée par Guérin de plumes. L’escalier des Ambassadeurs lui-même a rendu hommage au thème, et Le Brun a laissé en mourant un traité5 appelé à faire autorité. Il reste que toutes ces œuvres ont moins visé à représenter l’Afrique et l’Amérique pour elles-mêmes quelles n’ont tendu, symboliquement, à souligner les succès français. Il n’en est guère allé différemment dans les programmes parisiens – de la place des Victoires à l’octogone de Vendôme –, où les traits vaguement exotiques de certaines figures de façade n’ont pas véritablement rompu avec la façon traditionnelle des masques.

Figure no 44 – Les mascarons à Nantes, 13 rue Kervégan. Le visage de l’Afrique a revêtu ici des traits masculins, contrastant avec la figure féminine d’une Amérique qui s’est opposée à elle, séparée par l’Europe et l’Asie réunies.

  • 6 Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Minuit, 1963, « Rue Danielle- (...)

10C’est en fait la paix consacrée en 1713 à Utrecht, porteuse d’un renouveau du commerce favorisé à partir de 1715 par le Régent, qui a permis le succès d’un genre propre à mettre en valeur les fortunes faites : dans les quartiers montants du centre-ouest de la capitale, et notamment dans le faubourg Saint-Eustache, la nouvelle noblesse a en effet développé un programme immobilier sans précédent. Le prolongement de la rue des Petits-Champs, en particulier, a donné lieu au déploiement d’un décor « rocaille » en façade d’hôtels où les propriétaires ont rivalisé dans l’originalité des têtes sculptées6. C’est ainsi que le thème du mascaron à visage négroïde a trouvé sa place en 1723 dans l’actuelle rue Danielle-Casanova – où deux visages noirs sculptés dans la pierre blanche ont, à hauteur du 23, jeté un regard inquiétant sur les passants (fig. 38 et 39).

Figure no 45 – Les mascarons à Nantes, 13 rue Kervégan. Les îles d’Amérique, plus que le continent lui-même, semblent avoir inspiré une figuration où la créolité s’est exprimée, en particulier, dans les apprêts d’une coiffure savamment ajustée. La dureté de la condition servile ne paraît pas avoir eu sa place dans cette représentation idéalisée des colonies.

11L’immeuble situé au 25, propriété pendant trois générations de la famille Joly de Fleury, s’est pour sa part singularisé avec deux sauvages coiffés de plumes – détail intéressant quand on sait que Jean Orner, avocat général, a pris fait et cause pour l’Indien Francisque lors du procès qui a opposé celui-ci au marchand malouin Brignon dont il souffrait les insultes.

  • 7 Érick Noël, Être noir en France auXVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006, p. 50-51 et p. 128.

12Un travail méticuleux de croisement des sources s’imposerait pour mieux connaître les liens entre les propriétaires de ces maisons et le milieu colon – assez présent dans le quartier pour que la paroisse Saint-Eustache révèle avant la fin du siècle la plus grande concentration de « nègres » domestiques de la capitale7.

Figure no 46 – Les mascarons à Nantes, allée Brancas. À la fantaisie des hôtels construits dans le deuxième tiers du XVIIIe siècle entre l'ile Feydeau et le quai de la Fosse, a succédé sous l’influence d’un néoclassicisme venu de Paris un style plus épuré : les mascarons que l’école de Pierre Rousseau avait intégrés dans le pyramidage des façades à consoles et à trompes se sont ainsi faits plus discrets dans l’alignement des nouveaux quais par Jean-Baptiste Ceineray. Courant en façade de l’immeuble élevé d’un bloc allée Brancas, les figures sculptées en 1764-1767 n’ont toutefois rompu avec les programmes traditionnels – continents, éléments ou saisons - que pour offrir un éventail inattendu de personnages, tirés de la société locale aussi bien que des mythes antiques et des mondes lointains, à l’instar de ce chef noir ou sauvage.

  • 8 Gilles Bienvenu et Françoise Lelièvre, L’île Feydeau, Nantes, L’Inventaire, 1992, p. 14, tableaux (...)

13Au-delà de Paris, les mascarons figurant des Noirs ont été portés par un trafic qui a connu, en particulier à Nantes, son apogée dans le deuxième tiers du siècle. La rénovation engagée par Gérard Mellier, maire et porte-parole d’un milieu marchand inquiet après l’incendie de Rennes qu’un accident semblable ne se produise sur la place, a d’abord permis de faire émerger une île Feydeau conçue comme un navire en tuffeau posé sur la Loire. Les 25 souscripteurs qui ont soutenu l’entreprise, issus du haut négoce ou de l’armement maritime8, n’ont certes pas tous respecté le « modèle » de la maison Charron, dont le Noir en console a sans doute fourni, en 1740, le premier exemple local de mascaron (fig. 47).

Figure no 47 – Les mascarons à Nantes, allée Brancas. Alternant avec les visages de la société nantaise et les déités gréco-romaines, les figures « exotiques » ont peut-être trouvé dans les explorations scientifiques naissantes un motif de redéploiement : c’est en 1766 que, sur La Boudeuse dont la figure de proue a été sculptée par un membre de la famille Moulé à Nantes, Bougainville a quitté la place pour son tour du monde. Ce mascaron pourrait avoir, comme ses voisins, constitué un hommage à l’expédition.

  • 9 Nicolas Cardou, Un outil de distinction sociale : les mascarons de l’île Feydeau, mémoire de maîtr (...)

14Mais les thèmes qui ont inspiré les figures des clés d’arcade – éléments ou saisons – n’ont pas été sans accorder bientôt une place de choix aux autres mondes. Dans l’axe central de l’île, la rue Kervégan a ainsi offert en façade de la maison du marchand de bois Raimbaud, sise au 13, une série de têtes où l’exotisme s’est mêlé au burlesque pour donner, selon Nicolas Cardou, une version locale du programme développé à Versailles9 : les personnages centraux figurant l’Europe et l’Asie ont en ce sens été flanqués d’une Afrique et d’une Amérique elles-mêmes encadrées par les figures monstrueuses d’un diable et d’un guerrier casqué (fig. 42 à 45).

15Autant qu’à une forme de hiérarchisation des mondes, cette lecture pourrait cependant donner lieu à une interprétation moins systématique du thème : car si le maharajah a clairement représenté l’Asie, les plumes de l’Europe ont pu tout aussi bien désigner l’Amérique, quand le Nouveau Monde lui-même ne s’est guère distingué de l’Afrique que par de vagues symboles – cheveux torsadés et fleurs – renvoyant au monde créole... On reste enfin frustré par le silence de ces œuvres non signées, qu’on ne peut que supposer dues à des talents locaux comme ceux du clan Nau.

16Une évolution semble pourtant pouvoir se discerner, lorsque dans les années 1760 les façades arborent un goût néoclassique imposé par Paris : si le style mis en vogue par Ceineray a donné, quai Brancas, sa faveur à des lignes épurées, les mascarons n’en ont pas pour autant disparu et ont même acquis une expression inédite. Contrastant avec le regard sévère d’un roi noir ou d’un chef îlien, le « bon sauvage » de l’immeuble bâti dans les années où Bougainville a quitté Nantes à bord de La Boudeuse a ainsi offert un sourire dénotant, tout autant que le souci d’approcher l’Autre pour lui-même, l’idéal rousseauiste alors en vogue d’un homo sylvaticus aux antipodes de l’esclave asservi aux îles.

17Il reste que cette figure n’a guère connu d’imitations, et qu’après 1770 un néoclassicisme plus sobre a banni des façades un répertoire par trop fantaisiste.

Résistance et déclin

18Les villes du midi de la France ont pour leur part hérité d’une tradition romaine qui, de la Provence à l’Aquitaine, s’est inscrite dans la pierre blanche des constructions privées comme publiques. C’est ainsi que dans l’élan de la Renaissance, Toulouse a pu remettre au goût du jour des décors « à l’antique » et faire école jusqu’à Bordeaux, où ont été gravés vers 1520 des médaillons qui ont annoncé ces têtes de satyres sculptées en façade de la première bourse des marchands en 1566. Le XVIIe siècle n’a fait qu’élargir le répertoire, en mêlant à l’Antiquité les personnages de la commedia dell’arte et en introduisant de véritables programmes, comme en 1615 lorsque, pour saluer le passage de Marie de Médicis, des figures évoquant les membres de la famille royale ont été figées dans la pierre des hôtels Martin et Laubardemont – le visage de la reine elle-même paraissant se retrouver à l’hôtel Lecomte.

Figure no 48 – Les mascarons de Bordeaux, pavillon central de la place de la Bourse. Si la ville aux « 3 000 mascarons » a dès la Renaissance accordé une place de choix aux grotesques italianisantes, aucun programme « exotique » cohérent n’a été développé dans une ville où la grande robe a longtemps préféré les références à l’Antiquité et à la commedia dell’arte. Du moins la rénovation urbaine engagée dans le deuxième tiers du XVIIIe siècle par Jacques Gabriel a-t-elle permis quelques audaces autour de la Bourse. La « négresse » du pavillon central, achevé en 1755, déroge ainsi à la règle.

Figure no 49 – Les mascarons de Bordeaux, 33 quai Richelieu. Contrastant avec la rigueur des bâtiments de la place Royale, les constructions des quais ont recouru à un répertoire élargi de figures : le « Turc » ou l’« Oriental » appartiennent à cette veine, au même titre que le sauvage préféré semble-t-il au Noir.

19Les mascarons à traits négroïdes n’apparaissent pourtant à Bordeaux que dans un XVIIIe siècle avancé, quand arrivent de Paris des sculpteurs appelés à orner la nouvelle bourse de la ville, autour d’une place royale conçue en 1733 par Gabriel comme une « demi-place Vendôme ». De 1748 à 1755 opèrent ainsi derrière Francin – recommandé à Tourny par Verbeckt, le décorateur anversois de Versailles – les auteurs anonymes de ces figures d’un pavillon central rehaussé en particulier par le visage d’une première femme noire.

20Il reste que les têtes réalisées selon des modèles soumis à Gabriel ne semblent pas avoir donné dans cet exotisme si sensible à la même époque à Nantes : les références mythologiques l’ont en fait emporté, comme dans les alignements de l’avenue de Tourny où les Neptune et les Bacchus – chers aux milieux d’affaires portés par le commerce maritime et l’exportation des vins de Guyenne – ont été bien plus prisés que les figures empruntées aux colonies. Il est encore significatif que les hôtels Gradis ou Raba, correspondant aux maisons les plus impliquées localement dans la traite, aient choisi un décor de faunes et un Mercure – dieu du commerce – plutôt que des têtes de « nègres ». Si la part toute relative du « honteux trafic » dans les affaires bordelaises – orientées vers la droiture plus que le « bois d’ébène » – peut expliquer de tels choix, les références culturelles de la place ont dû tout autant que l’esprit parlementaire motiver une retenue contrastant avec le port rival de Basse-Loire. C’est en fait dans les quartiers proches du port, plus populaires, qu’une certaine liberté d’expression s’est affirmée, avec quai de Richelieu notamment ce thème des « gens du peuple » dans lesquels les hommes de couleur ont pu se retrouver. Un « Sauvage » apparaît ainsi au no 28, et un « Oriental » au no 33 (fig. 49), quand d’autres cependant laissent dubitatif – les visages frustes ou hirsutes ne renvoyant pas forcément au monde colonial. Il n’empêche : ces timides références aux autres mondes n’ont guère résisté à la vague néoclassique, qui sous l’impulsion de Victor Louis a vers 1770 banni le mascaron.

Figure no 50 – Les mascarons de La Rochelle, Galerie de l’hôtel de ville. Inscrit dans la clé pendante d’un arc ouvert sur la cour de l’hôtel de ville, ce mascaron est précurseur : en façade du corps Renaissance sculpté à la gloire d’Henri IV, il a traduit l’ouverture précoce de la ville au commerce de l’Afrique et du Canada.

Figure no 51 – Les mascarons de La Rochelle, angle des rues du Palais et du Temple. Derrière la tour de la Grosse Horloge, ce sauvage – Huron ? - ornait en cul-de-lampe une maison jusqu’à sa récente amputation du bas du visage, emporté par un camion...

21De moindres développements ont caractérisé les villes de la mouvance bordelaise, comme Bayonne où la porte de l’ancien couvent de Sainte-Claire, au 6 rue Sabaterie, pourrait être le support le plus ancien de têtes rarissimes dans la vieille ville : l’un des mascarons flanquant l’entrée du couvent paraît de fait figurer un personnage exotique, écho peut-être de ce commerce précocement engagé outre-Atlantique. Les mascarons rochelais vont dans le même sens : pionnière dans la colonisation de la Nouvelle-France, La Rochelle garde en façade de son hôtel de ville érigé sous Henri IV une tête de « Sauvage », ainsi qu’une autre figure semblable érigée en cul-de-lampe à l’angle des rues du Palais et du Temple (fig. 50 et 51). Or le XVIIIe siècle n’a pas vu le patrimoine urbain de ces deux villes s’enrichir significativement, dans l’ombre de Bordeaux qui s’est imposée en dernier lieu comme le premier port français.

22Un regard comparatif entre les différentes places où des figures de Noirs ou de gens de couleur ont subsisté amène à constater une double évolution. Les mascarons acclimatés dans la France renaissante ont été modélisés par un pouvoir central qui a dicté une esthétique imposée à Paris comme à Versailles, mais aussi à Bordeaux et à Nantes. Il reste que les traditions locales ont engendré des réactions qui, dans la capitale de la traite, ont en l’absence de modèles anciens permis d’accepter un genre auquel l’orientation locale du commerce a conféré sa particularité : celle d’une multiplicité des visages de non-Blancs, sortis avant la fin du XVIIIe siècle de leur dimension symbolique pour être dotés d’une réelle expression. Les villes du Sud-Ouest, moins engagées dans la traite, sont davantage restées ancrées dans une tradition qui, hors de Bordeaux où les figures ultra-marines ont pu se frayer une place étroite dans l’arsenal des masques de la place, n’a guère accordé de place à ce type de représentation. Malmené par la réaction néoclassique, le mascaron à visage négroïde pourrait encore avoir été desservi par la montée de l’abolitionnisme qui, à la veille de la Révolution, a rendu délicat ce type de figuration.

Notes

1 Hugh Honour, L’Image du Noir dans l’art occidental, t. I, Les trophées de l’esclavage, Paris, Gallimard, 1989.

2 Gwenaël Evenou, Gracieux, souriants, effrayants : les mascarons de Nantes, Nantes, Pos.ad, 1998 ; Jean Damestoy, Mascarons, Bordeaux du XVIe au XVIIIe siècle, Bordeaux, Mollat, 1997.

3 Augustin Charles d’Aviler, Cours d’architecture, Paris, 1710.

4 Jacques Androuet Du Cerceau, Les Plus Excellents Bastiments de France, Paris, 1576-1579, 2 vol.

5 Charles Le Brun, Méthode pour apprendre à dessiner les passions, Paris, 1698.

6 Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Minuit, 1963, « Rue Danielle-Casanova ».

7 Érick Noël, Être noir en France auXVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006, p. 50-51 et p. 128.

8 Gilles Bienvenu et Françoise Lelièvre, L’île Feydeau, Nantes, L’Inventaire, 1992, p. 14, tableaux synthétiques.

9 Nicolas Cardou, Un outil de distinction sociale : les mascarons de l’île Feydeau, mémoire de maîtrise, université de Nantes, 2001, p. 107.

Table des illustrations

Légende Figure no 38 – Les mascarons à Paris, 23 rue Casanova. Dans le faubourg Saint-Eustache, aménagé sous la Régence, la rue Neuve-des-Petits-Champs – aujourd’hui rue Danielle-Casanova – a attiré la fleur de la finance. Surmontant la porte d’entrée d’un hôtel particulier daté de 1723, ce mascaron à figure « nègre » pourrait être le premier du genre dans un quartier qui a aussi rassemblé le plus grand nombre de domestiques noirs dans le Paris du XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Figure no 39 – Les mascarons à Paris, 23 rue Casanova. Sculpté au même niveau que son frère jumeau, ce mascaron n’en diffère que par le regard – orienté vers le visiteur qui s’engage dans la cour intérieure.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Figure no 40 – Les mascarons à Paris, 25 rue Casanova. Prolongeant l’immeuble élevé en 1723 rue Neuve-des-Petits-Champs, l’hôtel Joly de Fleury n’a cessé d’appartenir jusqu’en 1768 à la même famille. Or c’est l’un de ses représentants, Jean Orner, avocat au Parlement, qui a défendu en 1759 l’Indien Francisque, confirmé dans sa liberté aux dépens de son maître, le marchand malouin Brignon, qui ne l’avait pas déclaré devant l’amirauté et traité en « esclave nègre ». Simple hasard ou clin d’œil architectural ? Cette figure est en tous les cas voisine d’une autre, similaire, à même hauteur de façade.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Figure no 41 – Les mascarons à Nantes, 1 place de la Petite-Hollande. À l’extrémité ouest de l'ile Feydeau, la maison de Pierre Charron, négociant et contrôleur des finances, a la première été achevée sur les vingt-quatre initialement prévues dans le lotissement. Habitée en 1740, elle offre un modèle inédit de mascaron à visage négroïde, portant en console la dalle du balcon en granit. On pourrait y voir une allusion à l’esclavage des Noirs, si cinq autres personnages, tous blancs, ne figuraient dans le même alignement.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Figure no 42 – Les mascarons à Nantes, 13 rue Kervégan. Au cœur de l’île Feydeau, le lot racheté en 1748 à l’ingénieur Goubert par Joseph Raimbaud illustre la fortune d’un marchand de bois qui, en acquérant également les deux lots voisins, a pu donner corps en 1756 à la fameuse « maison ovale ». Côté rue, la façade du 13 ne cesse cependant de donner lieu à des interprétations divergentes autour des figures sculptées au-dessus des magasins : version empruntée à Le Brun des quatre parties du monde, ou simple galerie de visages exotiques ? Le personnage central, blanc, est notablement coiffé d’une couronne de plumes...
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Figure no 43 – Les mascarons à Nantes, 13 rue Kervégan. Immédiatement placé à la droite du Blanc de l’arc central, le mascaron quelquefois appelé le « Turc » ou le « Maharadjah » évoque assurément l’Asie. Un personnage semblable lui a rendu écho dans le programme des clés du quai Brancas, où une figure « orientale » s’est inscrite dans l’alignement des figures blanches et noires.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Figure no 44 – Les mascarons à Nantes, 13 rue Kervégan. Le visage de l’Afrique a revêtu ici des traits masculins, contrastant avec la figure féminine d’une Amérique qui s’est opposée à elle, séparée par l’Europe et l’Asie réunies.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Figure no 45 – Les mascarons à Nantes, 13 rue Kervégan. Les îles d’Amérique, plus que le continent lui-même, semblent avoir inspiré une figuration où la créolité s’est exprimée, en particulier, dans les apprêts d’une coiffure savamment ajustée. La dureté de la condition servile ne paraît pas avoir eu sa place dans cette représentation idéalisée des colonies.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Figure no 46 – Les mascarons à Nantes, allée Brancas. À la fantaisie des hôtels construits dans le deuxième tiers du XVIIIe siècle entre l'ile Feydeau et le quai de la Fosse, a succédé sous l’influence d’un néoclassicisme venu de Paris un style plus épuré : les mascarons que l’école de Pierre Rousseau avait intégrés dans le pyramidage des façades à consoles et à trompes se sont ainsi faits plus discrets dans l’alignement des nouveaux quais par Jean-Baptiste Ceineray. Courant en façade de l’immeuble élevé d’un bloc allée Brancas, les figures sculptées en 1764-1767 n’ont toutefois rompu avec les programmes traditionnels – continents, éléments ou saisons - que pour offrir un éventail inattendu de personnages, tirés de la société locale aussi bien que des mythes antiques et des mondes lointains, à l’instar de ce chef noir ou sauvage.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure no 47 – Les mascarons à Nantes, allée Brancas. Alternant avec les visages de la société nantaise et les déités gréco-romaines, les figures « exotiques » ont peut-être trouvé dans les explorations scientifiques naissantes un motif de redéploiement : c’est en 1766 que, sur La Boudeuse dont la figure de proue a été sculptée par un membre de la famille Moulé à Nantes, Bougainville a quitté la place pour son tour du monde. Ce mascaron pourrait avoir, comme ses voisins, constitué un hommage à l’expédition.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Figure no 48 – Les mascarons de Bordeaux, pavillon central de la place de la Bourse. Si la ville aux « 3 000 mascarons » a dès la Renaissance accordé une place de choix aux grotesques italianisantes, aucun programme « exotique » cohérent n’a été développé dans une ville où la grande robe a longtemps préféré les références à l’Antiquité et à la commedia dell’arte. Du moins la rénovation urbaine engagée dans le deuxième tiers du XVIIIe siècle par Jacques Gabriel a-t-elle permis quelques audaces autour de la Bourse. La « négresse » du pavillon central, achevé en 1755, déroge ainsi à la règle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Légende Figure no 49 – Les mascarons de Bordeaux, 33 quai Richelieu. Contrastant avec la rigueur des bâtiments de la place Royale, les constructions des quais ont recouru à un répertoire élargi de figures : le « Turc » ou l’« Oriental » appartiennent à cette veine, au même titre que le sauvage préféré semble-t-il au Noir.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Figure no 50 – Les mascarons de La Rochelle, Galerie de l’hôtel de ville. Inscrit dans la clé pendante d’un arc ouvert sur la cour de l’hôtel de ville, ce mascaron est précurseur : en façade du corps Renaissance sculpté à la gloire d’Henri IV, il a traduit l’ouverture précoce de la ville au commerce de l’Afrique et du Canada.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure no 51 – Les mascarons de La Rochelle, angle des rues du Palais et du Temple. Derrière la tour de la Grosse Horloge, ce sauvage – Huron ? - ornait en cul-de-lampe une maison jusqu’à sa récente amputation du bas du visage, emporté par un camion...
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6270/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

Auteur

Historien, professeur d’histoire moderne à l’université des Antilles-Guyane, chercheur affilié à l’AHIP-Géode 929, est notamment l’auteur de : Être noir en France auXVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006. Il vient également de diriger la publication de : Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, Genève, Droz, 2011.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540