Version classiqueVersion mobile

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

 | 
Éric Saunier

Troisième partie. Les représentations de l'esclave, des sources d'archives à l'image

Chapitre 12. Julien Sinzogan et la traite négrière

Brigitte Kowalski

Texte intégral

  • 1 Olabiyi Babalola Yaï, président du conseil exécutif de l’UNESCO, livre d’or de l’exposition.

Merci Julien Kosi, Tu nous mènes toujours avec beauté vers l’exorcisme, nécessaire aboutissement de la longue Route de l’Esclave1.

  • 2 Commentaire de visiteur du 26 décembre 2009, livre d’or de l’exposition.

1D’octobre 2009 à janvier 2010, l’exposition « Chemins d’esclaves » fut présentée au musée d’Angoulême. Fondée sur les œuvres picturales de Julien Kosi Sinzogan, artiste contemporain africain, l’exposition retrace l’histoire de la traite négrière transatlantique. En effet, l’approche de Julien Sinzogan offre une vision inédite de cette histoire : une vision africaine dévoilant la richesse des cultures et la complexité historique des peuples du golfe de Guinée. Aussi, une confrontation avec des objets des collections africaines semblait s’imposer afin de permettre au public de comprendre les messages divulgués par l’artiste. Émilie Salaberry, chargée des collections extra-européennes du musée d’Angoulême, acceptait de mettre à disposition les objets africains du musée et d’héberger l’exposition que nous avons dirigée. Des emprunts ont également été faits au Musée africain de Lyon, et à Antoine de Galbert, collectionneur privé. Le chemin retracé par les œuvres de Julien Sinzogan et parcouru par des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants au-delà des mers est complété par des documents d’archives, cartes, diaporamas et objets des collections africaines afin de permettre une meilleure compréhension de cette tragique histoire. Articulées en quatre grands thèmes, l’Europe et la mise en place du commerce dit « triangulaire », les royaumes africains dans la traite, l’embarquement des esclaves, et les cultes dans le Nouveau Monde, les œuvres de Julien Sinzogan permettent enfin d’aborder des thèmes jusqu’alors peu traités dans les expositions sur la traite négrière : l’histoire et les cultures africaines, la perte identitaire vécue par les esclaves africains et la survivance des cultes en Amérique. La variété des techniques et la qualité picturale des œuvres de Julien « nous font entrer dans l’univers symbolique, psychologique2 » africain et percevoir le traumatisme provoqué par la traite négrière. D’autre part, les contraintes physiques de l’espace de la salle d’exposition permettent de souligner l’arrachement à la terre natale. L’immense toile La Porte du retour, placée diagonalement au centre de la salle, concrétise le passage d’un monde à l’autre, le passage d’êtres humains abandonnant leurs ancêtres et leur âme, éléments essentiels des cultures africaines, pour subir le long processus de déshumanisation mis en place par la traite négrière et l’esclavage (fig. 31).

Julien Sinzogan, un artiste à la découverte de l’histoire de son pays natal

2Julien Sinzogan est né en 1958 en république du Bénin et s’installe comme artiste peintre en banlieue parisienne après des années d’études d’architecture à Tachkent et à Paris. En 1992, il est convié au festival des Retrouvailles, Ouidah 92, et rejoint son pays natal. Dans l’avion, une compagnie de théâtre haïtienne offre à l’atterrissage une scène déterminante suscitant l’intérêt de Julien Sinzogan pour l’histoire de la traite négrière transatlantique, scène qu’il décrit dans cet extrait :

La sortie se fit au calme et sans bousculade, au ralenti.
Sur le tarmac de l’aéroport de Cotonou, l’indicible, l’impalpable avait pris corps. Les Haïtiens s’étaient tous présentés pieds nus à la descente de la passerelle, et regroupés là sans un mot, ils s’étaient agenouillés et baisaient le sol à peine foulé dans une communion poignante, le visage embué de larmes. La charge émotive d’un espoir longtemps contenu des descendants d’esclaves a généré, à bord de l’avion, une enveloppe magnétique, magique, qui nous a tous englobés : commandants, hôtesses, stewards, touristes et autochtones.

3Il fait alors de nombreuses recherches et découvre le passé historique de son pays et la triste histoire du royaume du Dahomey, puissant royaume négrier dont le principal comptoir sur la côte des Esclaves, Ouidah, prend rapidement la première place dans le commerce négrier.

  • 3 Guillaume Snelgrave, Relation de Guinée..., Paris, 1730, p. 2-3.

La rade où les vaisseaux mouillaient était un port franc pour toutes les nations de l’Europe, qui allaient dans ces quartiers-là pour y faire le commerce des Nègres ; et le commerce y était si considérable, tant qu’il a été dans un état florissant, que l’on fait monter à plus de vingt mille le nombre d’esclaves que les Anglais, les Français, les Hollandais et les Portugais en transportaient tous les ans, soit de là même, ou de quelques autres endroits du voisinage. Comme c’était le principal quartier de la Guinée, et de toute la côte, pour le commerce des Nègres, la fréquente communication que les gens du pays ont eue avec les Blancs, les avait tellement civilisés, qu’il y avait plaisir à négocier avec eux3.

4Il découvre alors le rôle du royaume du Dahomey dans l’histoire de la traite, mais complète ses informations par une recherche sur les raisons de l’investissement de son pays natal dans cette histoire. Profondément enraciné dans la culture béninoise, il associe images monochromes, symboles d’un passé aux conséquences dévastatrices, à des figures chatoyantes et colorées dans la continuité de l’art fon et yoruba, qui se veulent reflets d’un avenir plus tolérant. Mêlant les techniques, encres, contrastes chromatiques à l’huile et l’acrylique, et matériaux naturels, écorce et sciure, il évoque la rencontre des mondes, Afrique, Occident, Nouveau Monde.

Peaux blanches, masques noirs : l’Europe et la mise en place du commerce triangulaire

5La Messe romane ouvre la première partie de l’exposition (fig. 32).

6L’artiste fait ici allusion à la controverse de Valladolid et aux interrogations de la chrétienté sur la légitimité de la traite négrière qui se met en place pour peupler et développer les nouveaux territoires que l’Espagne et le Portugal se sont partagés. L’œil est attiré au centre du tableau par la foule de personnages colorés concentrés dans la nef, assistant à une messe où l’officiant fait face à un énorme porc posé sur l’autel. Autour, des êtres fantastiques traités à l’encre de chine monochrome tournoient dans l’espace sous la voûte de la nef faisant référence aux superstitions moyenâgeuses ou encore aux démons qui habitent l’être humain. La perplexité de la scène nous met face à nous-mêmes. Que savons-nous de cette histoire ?

  • 4 Egungun : oncle et tante, décédés, toujours en couple, ils apparaissent de jour pour régler les co (...)

7Comme le personnage nu de La Porte du retour, placé à l’entrée de l’exposition face aux colonnes d’egungun4 aux couleurs chatoyantes occupant le pont d’un navire, on se sent soudain intellectuellement nu devant la méconnaissance de notre histoire.

8Ce personnage nu ? S’agit-il de Julien face à ces revenants qu’il a peut-être vus dans cet avion atterrissant à Ouidah ? Devant La Messe romane, cette sensation persiste. La Porte du retour fait référence à une culture inconnue, les cultures africaines à travers ces egungun propres à la culture fon et yoruba. La Messe romane nous place dans la même situation face à notre propre histoire. Sommes-nous tous ce personnage nu ? Face aux revenants de notre histoire : une histoire collective ? La richesse des œuvres de Julien est justement de soulever toutes les questions sur l’histoire de la traite négrière à travers un symbolisme fort avec un sens artistique puissant et chaleureux, riche en couleurs et en contrastes.

9La Messe romane, c’est l’histoire de la mise en place de la traite négrière par les États européens. La carte des comptoirs et des forteresses implantés sur les côtes d’Afrique de l’Ouest appuie la scène. Un diaporama présentant des citadelles et des gravures de batailles navales entre les nations européennes pour contrôler ce commerce semble faire écho à l’énorme porc sacrifié sur l’autel. La Messe romane est aussi l’évocation d’une volonté nationale, d’États et Église unis à la conquête de nouveaux territoires à exploiter. Mais Julien Sinzongan n’en reste pas là, il représente également les souverains, chefs d’État des nations colonisatrices, tous rassemblés et observant un couple d’esclaves nus enchaînés, dont l’enfant apeuré se cache derrière les jambes de sa mère. Peaux blanches empruntent aux techniques picturales des XVIIIe et XVIIIe siècles, reproduisant chaque personnage royal à la manière des peintres européens.

Figure no 31 – La Porte du retour.

10Contrastant par la technique et les matériaux utilisés, sciure teintée d’ocres jaune et rouge, référence à la terre africaine, les Masques noirs représentent les chefs et rois africains investis dans le commerce des esclaves, figurés dans le registre inférieur en longue colonne toujours enchaînée (fig. 33).

  • 5 Récade : bâton incurvé en forme de hache, voire de houe, insigne du pouvoir. Le mot viendrait du p (...)

11Chaque chef africain se reconnaît par son costume, sa coiffe et ses attributs. On retrouve le Touareg, le Maure, les chefs et rois des côtes du Sénégal jusqu’à l’Angola en passant par le roi du Dahomey et le roi yoruba. Un diaporama introduit la deuxième section, des palais du Dahomey et de la porte du royaume de Kétou – tous deux royaumes situés au Bénin –, permettant de découvrir une Afrique organisée politiquement et commercialement. Au milieu de la salle, une vitrine expose les objets royaux du Dahomey, trône, bâton de commandement, récades royales5, et fait face à Rouge Abomey dont le nom évoque aussi bien la terre rouge du golfe du Bénin que la participation sanglante du royaume dans la traite (fig. 34).

Rouge Abomey, Yoruba Kings, l’Afrique dans la traite négrière

12Yoruba Kings (fig. 35) et Rouge Abomey nous introduisent dans la région d’origine de l’artiste, la côte des Esclaves. Les royaumes yoruba, dont Oyo, le plus puissant, ont fortement influencé culturellement les régions environnantes. Néanmoins malgré leur participation dans la traite, les royaumes yoruba, de Bénin et du golfe de Guinée ne parviennent pas à amoindrir la réputation du royaume du Dahomey, Danhomè dont l’activité est essentiellement tournée vers le trafic de l’esclave. Le royaume prend une place centrale dans la traite avec la prise du comptoir de Ouidah en 1727. Rouge Abomey, encadré de tentures aux tissus appliqués conservés à Angoulême, représente le roi Béhanzin, dernier roi du royaume libre du Dahomey.

13Il est représenté avec sa longue pipe, trônant dans le palais que l’on peut toujours visiter à Abomey, la capitale du royaume. Sous la véranda aux piliers décorés des emblèmes des rois du Dahomey et de scènes guerrières, un canon et une amazone brandissant un fusil affirment la puissance guerrière du royaume, son activité négrière. Dans la cour, un buffle tenant un fusil évoque le roi Guézo (1818-1858). « Le buffle devenu puissant ne rencontre pas d’obstacle » réorganise l’armée et les troupes d’amazones afin de se libérer du joug d’Oyo et de pourvoir le comptoir de Ouidah en esclaves à destination des Amériques. Il semble discuter avec un autre buffle habillé, tenant également un fusil. Il s’agit ici du roi Tegbessu (1732-1775) qui, donné en tribut au royaume d’Oyo dans sa jeunesse, revient et monte sur le trône du Dahomey. Il contribue également à la grandeur du royaume par une réorganisation politique, militaire et cultuelle de celui-ci, inspirée des puissants royaumes yoruba dont le Dahomey est tributaire. Les tentures qui l’encadrent éclairent le sens du tableau. Celle aux amazones représente les fameuses coutumes qui rythment la vie au royaume du Dahomey. Une fois par an, des attaques sont lancées vers les royaumes avoisinants en l’honneur du roi et en vue de s’approvisionner en esclaves. Au registre supérieur, le roi tenant un fusil fait face au djeho, le tombeau royal. Au registre médian, les amazones exécutent leurs danses alors qu’au niveau inférieur des danseurs brandissent des sonnailles. Pendant à cette première tenture, la tenture du sacrifice des collections d’Angoulême représente les suites des festivités. Sous un parasol, awé, porté par un serviteur, le roi, tenant toujours sa pipe, assiste aux sacrifices des prises de guerre. Les officiers valeureux des armées ennemies ainsi que les esclaves invendables sont sacrifiés sur ordre du roi par le prêtre qui se tient debout derrière eux. Au registre supérieur, les corps décapités annoncent leur destinée.

14État d’esprits fait résonner les mots du père Borghero visitant le royaume d’Abeokuta en 1867 :

  • 6 Francisco Borghero, Journal de Francesco Borghero, premier missionnaire du Dahomey, 1861-1865, doc (...)

Nous voilà en marche à travers les campagnes qui, il y a une quarantaine de jours, ont vu l’attaque du roi du Dahomé contre Abekoutta, la vigoureuse défense de cette ville et la déroute du roi. Un grand nombre de cadavres en putréfaction restaient encore, on sentait une odeur infecte. Ribeiro qui précède à cheval et m’indique soigneusement le chemin à suivre me dit : SenteV. M. o olor do Dahomé6 ? (Sentez-vous l’odeur du Dahomé)...

Figure no 32 – La Messe romane.

Figure no 33 – Masques noirs.

15La vue plongeante sur le village, les ombres colorées de corps qui surplombent en semi-transparence les maisons au toit de chaume alignées le long de passages de terre rouge renforcent cette impression de fausse quiétude régnant sur les territoires environnants. Le parallèle avec le royaume de Kétou situé sur la route d’Oyo et dont sont issus un grand nombre d’esclaves, les Nagos ou Anagos transportés dans le Nouveau Monde, est impressionnant. Tel un rapace, les troupes dahoméennes dans un silence oppressant enlèvent hommes et femmes, âmes tournoyantes disparaissant dans l’espace de l’inconnue destinée.

Figure no 34 – Rouge Abomey.

La Porte du retour 2 : un voyage dans le cœur des hommes

16Des villages comme vides, des hommes, des femmes emmenées en longue colonne enchaînée vers les comptoirs de traite, des êtres intemporels hantant les ponts des navires retracent la destinée bien réelle de milliers d’êtres humains du village au comptoir, puis du comptoir aux navires.

17La Porte du retour 2 est une œuvre imposante, de 4 mètres de hauteur sur 10 mètres de largeur. Ouverte au centre par une porte, elle combine deux tableaux, l’un représentant les navires se dirigeant vers le Nouveau Monde, le second représentant le retour des esprits des esclaves vers les côtes africaines. Les voiles aux couleurs chatoyantes évoquent les tentures en appliqué du Dahomey (fig. 36).

18Des assen, tiges de fer composées de deux plateaux circulaires et à pendeloques, sont placés à l’avant du bateau. Sur le second panneau, au registre inférieur, les corps enchaînés et nus des esclaves s’enfoncent lentement dans l’océan. Sur le pont, des personnages en lourds vêtements vivement colorés se massent en une longue et dense procession. Et toujours les assert à l’avant des vaisseaux. Représentations étonnantes qui nous échappent, pourtant lourdes de sens. Illustrant la scène peinte par l’artiste, des assert ont été rassemblés, plantés dans le sable et dans un espace circulaire.

Figure no 35 – Yoruba Kings.

19Les assen sont les ancêtres de tout être né dans une famille. Dans la maison familiale, les assert sont rassemblés dans un enclos circulaire couvert, et sont les représentations de chaque défunt. L’assen petit ou grand, simple ou décoré témoigne de l’existence réelle d’un être issu d’une lignée. Celui-ci est reconnu quelle que soit sa durée de vie, ou son rôle social, il appartient à la famille et reste présent sous la forme d’un assen dans la cour de la maison. Honorés par des offrandes, ils assurent leur soutien à l’ensemble de la famille. Aussi, les assen disposés à l’avant des navires représentent les âmes des esclaves exportés et à jamais disparus. Ils concrétisent la rupture de la lignée familiale, la perte identitaire de l’esclave, le traumatisme vécu par des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, et la première étape du long processus de déshumanisation qu’ils subissent en raison de l’organisation du commerce négrier transatlantique. Le culte des ancêtres est puissant dans toute l’Afrique, et constitue la première référence identitaire par l’affirmation d’une appartenance à une lignée familiale. Julien Sinzogan aborde ici toute la problématique de la reconstruction, voire de la construction de l’identité de l’esclave profondément enraciné dans sa culture et dans la terre africaine, soudainement et irrémédiablement soustrait de tous ses référents culturels et sociaux. L’artiste appuie et nous laisse percevoir la vivacité et la continuité des cultures africaines par l’utilisation de ces symboles et de la couleur que l’on retrouve dans les objets traditionnels yoruba situés dans la vitrine faisant face à la toile. Cet héritage perdure et il est toujours aussi puissant malgré les contraintes imposées par la traite transatlantique et la colonisation.

20La danse des egungun est reproduite dans la vitrine, costumes colorés, et virevoltants. Les masques gelede reproduisent des animaux fantastiques, serpent coloré, la divinité Dan entourée d’oiseaux, panthère au pelage tacheté. La longue colonne d’esclaves représentée par l’artiste a disparu dans les flots. Mais les egungun représentés sur le pont des navires, longue procession de personnages en costumes colorés et précieux, ne sont-ils pas les âmes revenues du Nouveau Monde ? Dans la société traditionnelle (Vodoun et Orisha, cultes fon et yoruba), les egungun sont des revenants. Généralement en couple, un homme, une femme, ils sont l’esprit d’ancêtres familiaux, oncle et tante, reconnus pour leur valeur morale et sociale. Ils sont appelés lors des conflits à l’intérieur de la famille, et sont chargés de les régler par leurs conseils et surtout leur apparition. Vivant dans la forêt sacrée, ils font également une sortie annuelle, au printemps, et rappellent les codes sociaux et moraux à l’ensemble de la communauté. Ils apparaissent le jour et leur danse caractéristique tout comme leur vêtement composé de différentes pièces de tissus brodés de couleurs vives, masquant leur visage, provoquent la peur de celui qu’ils approchent. Garants de l’ordre social et moral, ils sont dotés de ce pouvoir par leur expérience dans le monde des vivants. Aussi, ces colonnes d’egungun sur le pont des navires ont un double sens. L’esclave exporté au-delà des terres africaines ne bénéficie plus de l’expérience de ses ancêtres. Tous les codes véhiculés par les ancêtres familiaux ne lui parviennent plus et il ne peut non plus jouer ce rôle vis-à-vis de sa société initiale malgré son expérience de vie. Néanmoins, la représentation du retour de ces revenants massés sur le pont des navires est aussi un message d’espoir. Julien évoque le retour dans la terre d’origine des descendants d’esclaves riches de leur expérience et de celle de leurs ancêtres. Par ce retour, ils renouent les liens et jouent le rôle qui leur est dévolu en apportant et en communiquant leurs expériences et connaissances à la société originelle. Dans cet avion, navire des temps modernes, la rencontre s’est faite, un retour vers les sources pour la troupe haïtienne et Julien Sinzogan.

Figure no 36 – La Porte du retour. Tableau 1.

Figure no 37 – La Porte du non-retour.

Figures de proue : le voyage vers le Nouveau Monde

21L’esclave a entamé son processus de déshumanisation. Enchaîné jusqu’au comptoir, il est déjà vidé de son âme, son corps nerveux a déjà subi les souffrances du long parcours de l’intérieur du pays aux comptoirs côtiers. L’expression du visage et le rendu du corps sont soulignés par l’utilisation de la sciure, la position du personnage enchaîné traduit sa résignation. Il a perdu espoir et subit son destin qui le mène de la porte du non-retour, dernière étape en terre africaine, au Nouveau Monde. Après avoir peut-être été vendu sur le marché aux esclaves de Porto Novo, seul comptoir de la côte des Esclaves à en posséder un, il reste peu de temps dans le comptoir. Il est placé dans une parcelle vide, côtoyant la loge du négrier, marqué au fer rouge du signe du négociant. Au début du XVIIIe siècle, Francisco Félix de Souza obtient le monopole de la traite négrière dans ce comptoir. Le roi Guézo lui a accordé le titre de vice-roi pour l’avoir aidé à renverser son frère et roi Andandozan et à monter sur le trône. F. F. de Souza instaure un rituel pour faire oublier la terre natale aux esclaves. Ils tournent sept fois autour de Farbre planté sur la place devant sa loge, arbre sous lequel le négrier brésilien négocie et conclut des accords avec les capitaines de bateaux. Puis les esclaves suivent la longue route les séparant de la plage, 7 kilomètres avant d’être embarqués sur des pirogues manœuvrées par les Krumen embarqués en Sierra Leone pour leur compétence à traverser la barre qui empêche les bateaux de s’approcher des côtes.

22Lors du festival Ouidah 92, La Porte du non-retour a été élevée sur la plage, devoir de mémoire pour un comptoir qui s’est essentiellement illustré dans la traite négrière. Cette porte, Julien Sinzogan nous en offre une interprétation forte de sens (fig. 37).

  • 7 Le terme « pacotille », issu du mot espagnol pacotillas, a souvent été mal interprété. En effet, l (...)

23Les corps des esclaves nus entrelacés forment les piliers soutenant la coque d’un navire renversé. Sous cette coque, les châlits superposés, sur lesquels les esclaves sont allongés, se découpent sur le fond blanc de l’espace entre les piliers, évocation de l’incertaine et inconnue destinée. Faisant face au tableau, une vitrine expose les objets contre lesquels les esclaves étaient échangés. Une statuette d’un dignitaire yoruba en costume traditionnel aux couleurs de Shango fume la pipe, une blague à tabac sous le bras. Les esclaves étaient échangés contre des ballots de marchandises, dont le tabac de troisième catégorie produit au Brésil. Le tafia, alcool produit dans les Caraïbes et en Amérique du Sud, faisait partie de ces pacotilles7, sans oublier les armes introduites dans les échanges par les Anglais, les cauris venus d’Inde, les manilles, les perles et les indiennes, pièces de tissu importées d’Inde. Au milieu de ces objets d’échange, des amulettes en forme de minuscules fers d’esclave sont exposées, objets étonnants des collections d’Angoulême. Ces amulettes étaient portées par les enfants pour les protéger de la capture et d’une triste destinée.

24Les esclaves sont embarqués, entassés dans les cales. Et Julien Sinzogan imagine la vie de ces femmes avec les contraintes liées à leur féminité dans les sombres cales de ces navires : Esclave en cale. Les Voiles du retour évoquent ces convois de navires allant triomphants vers le Nouveau Monde, toutes voiles gonflées. Les mâts des bateaux composés de corps d’esclaves entrelacés évoquent la source des richesses de l’Occident. Ces mâts soutiennent les voiles, éléments indispensables à la propulsion du navire. Le message de Julien Sinzongan est clair : les esclaves africains ont bien participé à l’enrichissement des nations européennes et au développement de leurs colonies. Ils sont un élément essentiel du développement économique de l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

  • 8 Le culte des Orisha, divinités yoruba, est pratiqué au sud-ouest du Nigeria. Il a fortement influe (...)

25Les cales remplies d’esclaves, ces navires abordent à leur proue d’étranges figures, Orisha et Vodoun8. Figures de proue, divinités brandissant leurs attributs vers l’horizon, annoncent leur triomphe dans le Nouveau Monde.

26Les âmes se perdent dans l’infini, les ancêtres sont restés en terre africaine, mais les grandes divinités protectrices les accompagnent dans leur long voyage. Elles assistaient à leur capture, à leur marquage au fer rouge, dans le tableau Carimbo où les divinités se reconnaissent à leurs couleurs et attributs, fidèles reproductions de l’art traditionnel yoruba, avec ces yeux en amande proéminents.

27Dans une mise en parallèle avec les statuettes en bois de Shango, Eshu, divinités yoruba des collections d’Angoulême et du musée africain de Lyon, leurs regards se croisent et démontrent la force et la vivacité de la culture et de la tradition des sociétés africaines. Figures de proue, à la conquête du Nouveau Monde, les divinités continuent à les soutenir dans leur vie future. Elles tissent des liens dans les cargaisons d’esclaves, elles deviennent les derniers référents identitaires d’un peuple déraciné. La technique adoptée par Sinzogan alliant écorces de bois et acrylique évoque, d’une part, le bois du navire et des figures de proue. Les tons bruns de la peau prennent une texture lumineuse dans leur écrin d’écorces. Enfin, les tons rouge et ocre jaune du ciel et des flots rappellent la terre rouge du golfe du Bénin, la terre d’origine, l’enracinement à la culture, mais aussi soulignent le destin dramatique de milliers d’êtres humains. Les flots rouge sang, dans le soleil couchant, ne laissent que peu de place à ces divinités, un dernier et seul soutien apporté aux esclaves dans le passage du milieu et dans le Nouveau Monde.

28Fa, Ifa, techniques de divination fon et yoruba, se retrouvent dans le Nouveau Monde. Au centre de la salle, les objets de culte nous éclairent sur le rôle des divinités dans les cultes vaudous et des orisha. Ces divinités se retrouvent dans le Nouveau Monde, le vaudou a voyagé et s’est implanté en Haïti, le candomblé a rassemblé les croyances africaines au Brésil. Les grandes divinités africaines n’ont pas abandonné, elles ont créé le lien entre les esclaves et leur terre natale, source d’espoir et surtout principe identitaire que la religion chrétienne aura bien du mal à effacer. Les cultes du Nouveau Monde ont démontré l’ouverture d’esprit de l’Afrique. Le culte vaudou du royaume du Dahomey a de tout temps évolué et intégré de nouvelles divinités, yoruba, Shango, Ogun, xweda, Dan, le python de Ouidah. Dans le Nouveau Monde, les cultes d’origine africaine ont su intégrer les cultes chrétiens, amérindiens et indiens au fil du temps.

Les Voiles du retour, l’esclavage et les abolitions

29Le dernier volet de l’exposition repose sur les tableaux de Julien Sinzogan et des documents d’archives. La vie des plantations, les révoltes récurrentes et le Code noir (1685) témoignent des conditions de l’esclavage. Centré autour de l’idée du retour que Julien évoque dans Les Voiles du retour et L’Arbre du retour, l’histoire des abolitions est abordée. Les abolitionnistes, tels l’abbé Grégoire ou Victor Schœlcher, la création de la Sierra Leone, colonie fondée par les abolitionnistes anglais en 1787, et les révolutionnaires, tel Toussaint Louverture, illustrent ce long processus. Les traités d’abolition de la traite négrière de 1810, 1815 et 1830 mettent fin au commerce légal de l’esclave au nord de l’équateur pour prendre des détours cachés et continuer à abreuver les côtes américaines.

30Dans Le Retour des esprits, les egungun en costumes étincelants sortant des flots, embarqués sur des chaloupes lâchées par les nombreux navires dans la rade, envahissent la plage et forment une ronde sous une structure aux piliers de corps enlacés, couleur monochrome du passé. Les esprits sont revenus, couleurs chaleureuses contrastant sur la monochromie des flots, des navires et des châlits où les esclaves attendent encore leur triste destin. Images du passé qui s’efface pour laisser la place aux revenants, ceux qui n’ont pas oublié la terre africaine. Le premier retour des esclaves affranchis vers les terres africaines s’est effectué après 1835, concernant les libres de couleur afro-brésiliens. Des esclaves affranchis se révoltent à Bahia, la révolte des « Malés » en 1835 terrorise le gouvernement brésilien craignant un soulèvement à la haïtienne. La révolte à la Saint-Domingue française a en effet abouti à la création de la première République noire : Haïti. Aussi en 1835, l’État brésilien, après avoir exécuté de nombreux révoltés, décide de les renvoyer en Afrique. Dans un climat de suspicion, les libres de couleur brésiliens affrètent bientôt eux-mêmes des navires pour regagner leurs terres d’origine.

31Le XIXe siècle et la Révolution française laissent penser à une possible abolition. Néanmoins malgré la Déclaration des droits de l’homme, l’abolition est difficile à appliquer et divise les hommes. Une première mesure donne les mêmes droits aux libres de couleur, l’abolition est déclarée dans la République française mais n’est que de courte durée. En effet, Napoléon rétablit l’esclavage en mai 1802. Enfin les abolitions de l’esclavage en Europe et aux Amériques mettent un point final à la traite. Échelonnées sur plus de quarante ans, elles n’assurent pas pour autant un avenir meilleur aux anciens esclaves.

32Les carcasses de navires échouées sur la plage que peint Julien Sinzogan, mélange de couleurs et d’écorces de bois, évoquent en effet les traumatismes durables et les dégâts causés par le trafic négrier et l’esclavage en Europe, en Afrique et aux Amériques, de même que le long chemin parcouru par l’esclave arraché des terres africaines fait pénétrer avec une prégnance inégalable dans un univers culturel et cultuel africain hanté par les effets de la désancestralisation provoquée par cette histoire.

Bibliographie

Bibliographie

Borghero Francesco, Journal de Francesco Borghero, premier missionnaire du Dahomey, 1861-1865, documents rassemblés et présentés par Renzo Mandirola et Yves Morel, Paris, Karthala, 1997.

Benot Yves, La Démence coloniale sous Napoléon, Paris, La Découverte, 2006.

Bosman Guillaume, Voyage de Guinée contenant une description nouvelle et très exacte de cette côte..., Utrecht, Antoine Schouten, 1705.

Bouche Pierre, La Côte des Esclaves et le Dahomey, Paris, Librairie Plon, 1885.

Butel Paul, Histoire des Antilles françaises, Paris, Perrin, 2007.

Comité scientifique international pour la rédaction d’une histoire générale de l’Afrique, Histoire générale de l’Afrique, t. III-IV-VII, UNESCO, 1991.

Desribes (abbé), L’Évangile au Dahomey. Histoire des missions africaines de Lyon, Clermont-Ferrand, Imprimerie centrale, 1877.

D’elbée, Journal du sieur d’Elbée aux Isles, dans le golfe de Guinée, Paris, 1671.

Dunglas Edouard, « Contribution à l’histoire du moyen Dahomey (royaumes d’Abomey, de Kétou et de Ouidah) », Études dahoméennes, nos 19, 20, 21,1951.

Equiano Olaudah, The Interesting Narrative of the Life of Olaudah Equiano or Gustavus Vassa, the African, Written by Himself (Londres, 1790), New-York, Scarborough, 1987.

Falconbridge Ana Maria, Narrative of Two Voyages to the River Sierra Leone. With Alexander Falconbridge: An Account of the Slave Trade on the Coast of Africa, Christopher Fyfe (éd.), Liverpool, Liverpool University Press, 2000.

Forbes Frederick E., Dahomey and Dahomeans, the Journal of Two Missions to the Kings of Dahomey in the Years 1849-1850, Londres, Frank Cass, 1966.

Joubert Hélène (dir.), Dieux, rois et peuples du Bénin. Arts anciens du littoral aux savanes, catalogue d’exposition, Paris, Somogy, 2008.

Kowalski Brigitte, « Acquérir le bois d’ébène : les comptoirs de traite sur la côte des Esclaves », Cahier de l’histoire et des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions en Normandie, no 1, « Les villes portuaires du commerce triangulaire à l’abolition de l’esclavage », 2008.

—, « Badagry, un port de la côte des Esclaves », Cahiers des anneaux de la mémoire, no 11, « Les ports et la traite négrière en France », 2007.

Laffitte (M. l’abbé), Le Dahomé, souvenirs de voyage et de mission, Tours, Alfred Marne et Fils, 1873.

Martin Michel-Louis et Yacou Alain, De la Révolution française aux révolutions créoles et nègres, Paris, Éditions caribéennes, 1989.

Métraux Alfred, Le Vaudou haïtien, Paris, Gallimard, 1998.

Preston Blier Suzanne, L’Art royal africain, Paris, Flammarion, 2001.

Rivallain Josette et Iroko Félix A., Masques yoruba, rituels africains de part et d’autre de l’Atlantique, Paris, Nathan, « Ethnographie et civilisation », 2000.

Schmidt Nelly, L’Abolition de l’esclavage, cinq siècles de combat, xvie-xixe, Paris, Fayard, 2005.

Smith Robert S., Kingdoms of the Yoruba, 3e édition, Madison, University of Wisconsin Press, 1988.

Snelgrave (Captain William), A New Account of Some Parts of Guinea, and the Slave Trade, Londres, fames, John and Paul Knapton, 1734.

De Souza Simone, La famille de Souza du Bénin-Togo, les Cotonou, Éditions du Bénin, « Mémorial du Bénin », 1992.

Verger Pierre, Flux et reflux de la traite des nègres entre le golfe du Bénin et Bahia de Todos os Santos du XVIIe au XIXe siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1968.

—, Notes sur le culte des orisha et vodoun à Bahia et en Afrique, Dakar, IFAN, mémoire no 51,1957.

—, Orisha, les dieux yoruba en Afrique et au Nouveau Monde, Paris, Métaillé, 1982.

Notes

1 Olabiyi Babalola Yaï, président du conseil exécutif de l’UNESCO, livre d’or de l’exposition.

2 Commentaire de visiteur du 26 décembre 2009, livre d’or de l’exposition.

3 Guillaume Snelgrave, Relation de Guinée..., Paris, 1730, p. 2-3.

4 Egungun : oncle et tante, décédés, toujours en couple, ils apparaissent de jour pour régler les conflits familiaux. Ils appartiennent à la lignée familiale. Vivant dans la forêt sacrée, ils font également leur apparition au printemps (mars) chaque année lors d’une grande fête.

5 Récade : bâton incurvé en forme de hache, voire de houe, insigne du pouvoir. Le mot viendrait du portugais et signifierait « envoyé ». Appelée makpo (« bâton de la rage »), la récade est l’attribut des rois, des dignitaires et des prêtres, et adopte souvent au sommet un décor symbolisant son propriétaire, ou un proverbe le qualifiant. Portée sur l’épaule, elle représente le roi et constitue un sauf-conduit pour celui à qui elle est présentée.

6 Francisco Borghero, Journal de Francesco Borghero, premier missionnaire du Dahomey, 1861-1865, documents rassemblés et présentés par Renzo Mandirola et Yves Morel, Paris, Karthala, 1997, p. 178.

7 Le terme « pacotille », issu du mot espagnol pacotillas, a souvent été mal interprété. En effet, le mot espagnol signifie petits ballots et représente la valeur marchande d’un esclave correspondant à un ensemble de produits, en particulier alcool, armes, tabac, tissus, cauris, et non pas d’objets de peu de valeur.

8 Le culte des Orisha, divinités yoruba, est pratiqué au sud-ouest du Nigeria. Il a fortement influencé le culte vaudou du Bénin. On retrouve parmi les Vodoun, divinités du vaudou, un grand nombre d’Orisha, dont Shango, Ogun...

Table des illustrations

Légende Figure no 31 – La Porte du retour.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Légende Figure no 32 – La Messe romane.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figure no 33 – Masques noirs.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Figure no 34 – Rouge Abomey.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Légende Figure no 35 – Yoruba Kings.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Légende Figure no 36 – La Porte du retour. Tableau 1.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Légende Figure no 37 – La Porte du non-retour.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6268/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k

Auteur

Anthropologue, docteure de l’École du Louvre, spécialiste de l’architecture et de l’art yoruba et brésilien, est l’auteure d’une thèse intitulée : L’héritage architectural afro-brésilien sur la côte des Esclaves, 2004.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search