Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

 | 
Éric Saunier

Troisième partie. Les représentations de l'esclave, des sources d'archives à l'image

Chapitre 10. Le corps des esclaves de Bourbon

Prosper Eve

Texte intégral

  • 1 Le XVIIe siècle est une période importante en ce domaine. Les mesures d’enregistrement s’inscriven (...)
  • 2 Selon la déclaration royale du 2 juillet 1716, pour pouvoir circuler, le soldat doit prouver son e (...)
  • 3 En 1792, le législateur Codet, rapporteur de la loi rétablissant les passeports intérieurs, assure (...)

1Au moment où l’île Bourbon est colonisée définitivement, le signalement est partout, en France, dans les registres de l’armée, les passeports ou les papiers de la police1. Une attention particulière est accordée au corps pour permettre la reconnaissance des individus. Vers 1700, le signalement s’attache exclusivement aux criminels recherchés ou aux fugitifs en puissance que sont les prisonniers, les galériens ou les soldats2 prompts à déserter. Touchant des individus stigmatisés, son usage s’étend rarement au-delà du cercle des réprouvés. Dans le courant du siècle des Lumières, les usages administratifs du signalement se multiplient. L’armée et toutes les forces chargées du maintien de l’ordre en intensifient la pratique. Des populations nouvelles sont dès lors concernées, par le biais des certificats, des passeports et des cartes, accordés à ceux qui circulent. Il n’est plus l’apanage de quelques officiers ou scribes spécialisés, mais devient une technique administrative toujours plus banale. Le projet de réforme de la police, publié en 1749 par Guillauté, a pour but de répondre à ces préoccupations nouvelles. La police doit contraindre les individus à prouver leur identité civile à l’aide d’un document officiel attestant leur enregistrement dans un immense fichier central. Les innovations du XVIIIe siècle sont d’une grande importance dans l’histoire des papiers d’identité parce qu’elles sont reliées aux trois types de préoccupations sécuritaires qui caractérisent les États modernes : la sécurité publique (la lutte contre la criminalité), la sécurité sociale (lutte contre la mendicité), la protection du pouvoir d’État en tant que tel, afin de lutter contre les risques de subversion et contre les périls extérieurs. À partir de la période révolutionnaire se produit une véritable explosion des pratiques d’identification par la multiplication des cartes et des passeports. Le corps – et principalement le visage – est scruté dans ses détails, selon un plan géométrique et un ordre déjà méthodique. Comme les raffinements de la méthode analytique introduits dans les formulaires de passeports depuis 17923 ont une faible utilité pratique, l’accumulation de ce type de documents provoque la prise de conscience des limites du signalement avant même la fin de la décennie révolutionnaire. Se servir d’un écrit pour apporter la preuve de l’identité d’un individu implique, de la part de la police, un contrôle minutieux de la véracité des données (nom, âge, sexe...) qui, servant à le différencier des autres, figurent sur le document dont il est titulaire. Les sommiers judiciaires officiellement institués par le Code d’instruction criminelle de 1808 prouvent que l’usage du papier à des fins d’identification policière n’aboutit qu’à des résultats peu concluants. Pour simplifier leur consultation, leur présentation est modifiée sous la monarchie de Juillet. Dans le premier quart du XIXe siècle, la lutte contre les fraudes identitaires apparaît comme une priorité du ministre de la Police générale.

2À Bourbon, la question de l’identification ne se pose pas dans les mêmes termes pendant toute la période de l’esclavage et elle ne concerne pas pareillement les trois populations : blanche, libre noire et esclave. La petite et la grande criminalité constituent un phénomène minoritaire. La mendicité est inexistante, car les maîtres sont tenus de nourrir leurs esclaves et les Blancs durement touchés par la misère se cachent. Dès la Restauration, une fiche de signalement fournie par le concierge des prisons est jointe au dossier judiciaire de certains grands criminels. Sous la monarchie de Juillet, le travail d’identification dépasse la catégorie restreinte des criminels et prend en compte toute la population esclave, soit parce qu’elle est jugée potentiellement dangereuse, soit parce que le roi veut que le maître admette enfin l’esclave comme son semblable, passe de la connaissance à la reconnaissance et ne s’oppose plus à terme à l’abolition de l’esclavage. Cette décision royale est audacieuse, car il s’agit d’un groupe dont le corps est défini juridiquement – jusqu’à l’abolition de cette forme d’exploitation de l’homme par l’homme – comme un meuble, c’est-à-dire comme un bien qui peut être cédé à tout moment par celui qui le possède, s’il obtient une contrepartie financière, ou aussi échangé contre tout autre bien équivalent, ou encore légué lors des partages successoraux. Ce projet qui vise à ne plus nier le corps de l’esclave n’est guère paradoxal ; il s’inscrit dans la série de mesures adoptées par Louis-Philippe pour fissurer le système en l’humanisant par l’institution de règles qui améliorent les conditions de travail et le cadre de vie, leur respect étant assuré par les magistrats chargés de visiter régulièrement les habitations, ou qui favorisent les affranchissements, avant de l’abolir définitivement. Comme l’État perçoit une redevance annuelle sur chaque esclave, chaque propriétaire est tenu de rédiger un état de ses esclaves dès le début de la mise en vigueur de ce système économique, c’est-à-dire dès l’époque de la Compagnie des Indes. Sont précisés d’abord leur nom, caste, sexe, puis leur profession. À la fin des années 1830, le roi de France exige de la part des maîtres un signalement plus circonstancié et plus pertinent de leurs esclaves. Si quelques maîtres manifestent un esprit malveillant en se dispensant de remplir correctement les différentes rubriques, la majorité joue le jeu et accomplit cette tâche avec plus ou moins de rigueur. Comme ces informations n’ont pas connu une exploitation fine de la part des administratifs chargés de la sécurité intérieure de la colonie, consciemment ou inconsciemment l’humanité des esclaves n’est plus niée.

Le signalement des esclaves criminels de Bourbon et la question de leur corps

  • 4 Adolphe Quételet, Sur l’homme et le développement de ses facultés ou essai de physique sociale, Pa (...)

3Le premier système policier de fiches ou bulletins individuels de repérage et d’identification des criminels apparaît en France en 1833. L’inventeur de l’anthropométrie, l’astronome et mathématicien belge Adolphe Quételet (1796-1874), apôtre et artisan de l’institutionnalisation des recensements et des systèmes statistiques nationaux et internationaux, fait paraître en 1835 un ouvrage de référence intitulé : Sur l’homme et le développement de ses facultés ou essai de physique sociale4. Dans les années 1830 à 1860, les sociétés industrielles font preuve d’un intérêt considérable pour les études du crime au niveau territorial et régional, ainsi que pour la cartographie de phénomènes qui échappent à la norme. Quételet soutient que seule l’objectivation de la société par la prise en compte des individus en masse, unis dans un tout, fournit un principe d’action et est à même d’engendrer un nouveau type de lien social. Il étudie sur une foule d’individus la diversité des caractères physiques, facilement mesurables, et il cherche sous ces variations une unité. Il commence par la taille, dessine l’histogramme ou construction graphique des fréquences de ces tailles réparties selon des tranches. Il poursuit avec d’autres attributs physiques : bras et jambes, crânes, poids, ce qui lui permet d’en déduire une loi mathématique sur la notion d’« homme moyen ». L’existence d’une moyenne autour de laquelle se répartissent les mesures individuelles est le signe d’une régularité inscrite dans les lois de la nature, qui, pour lui, a valeur de norme divine. Cette régularité valable pour les caractères physiques est extrapolable aux caractères moraux. De la science de la mensuration du corps humain, le spécialiste de la statistique morale dérive un savoir utile au corps politique, un mode de gouvernement fondé sur l’existence de lois générales de type probabiliste régissant les « faits sociaux ». Quételet recense et cartographie les flux judiciaires et les croise avec les mouvements démographiques. Il dresse des tables de criminalité. Il calcule le penchant au crime ou au suicide, la probabilité plus ou moins grande de commettre un crime selon les saisons, le climat, le sexe, l’âge, la région, le groupe social. Émile de Girardin, fondateur de La Presse en 1836, décline la raison probabiliste comme outil d’une politique universelle. Ce publiciste est le premier en France à faire payer les annonces et à diffuser la formule du roman-feuilleton pour atteindre les gros tirages. Il propose le projet du « livret de vie » individuel. Il veut que dès sa naissance, chaque citoyen soit doté d’un livret ou inscription de vie où figurerait son bilan individuel. Ce moyen de pistage doit permettre de juger du degré d’implication de chacun et chacune comme individu partie d’un tout. Ce document d’identification à vie qui doit tenir lieu à la fois de police d’assurance, d’acte de naissance, de passeport, de carte électorale et de livret de famille est resté dans les tiroirs des utopies sociales. Bourbon n’est pas un isolat. Cette île est concernée par cette réflexion sur la nécessaire identification.

4Au XVIIIe siècle, Bourbon s’en tient presque toujours à une présentation sommaire de l’esclave dans les procès pénaux lors des interrogatoires. Celui-ci doit décliner son nom, sa caste, son âge, sa profession et son maître. Ces éléments sont trop généraux et communs pour qu’un portrait du mis en cause puisse être dégagé. Certains documents administratifs au début du XIXe siècle offrent des informations qui sont loin d’être inintéressantes ; en détaillant les traits moraux de l’esclave et son état de santé, ils permettent de se familiariser davantage avec lui. Il apparaît essentiellement en tant que travailleur. Comme il n’est pas dangereux, son corps présente peu d’intérêt. Celui-ci transparaît lorsqu’une déficience de sa santé peut influer sur son ardeur au travail. L’état de la gratification versée aux Noirs commandeurs de l’État – une catégorie bien particulière – tant en vivres qu’en argent dressé à la fin du mois de décembre 1806 est en soi significatif. Jean-Louis Bramy est décrit comme « ancien patron fort entendu et qui s’est comporté avec autant de courage et de prudence dans plusieurs circonstances et dans différents coups de vent. Aujourd’hui, il est vieux et cependant toujours en activité. Ses anciens services ne doivent pas être oubliés. Il a le défaut peut-être pardonnable à son âge de boire quelques fois. Il commande dans ce moment la chaloupe de l’État ». Martin est « bon patron, actif, entendu, intrépide dans le danger, j’en ai eu un exemple dans le coup de vent du 2 ventôse an XIV. Les opérations de son métier lui sont familières mais il est entêté et d’une probité plus qu’équivoque. Je ne l’ai jamais vu ivre, mais on m’a assuré que cela lui arrivait souvent ». Francisque est « à l’hôpital depuis longtemps où il est traité comme imbécile, il l’est dit ou devenu par suite des mauvais traitements qu’il a reçus sur le port. Il a été exclusivement fort peu capable et très ivrogne. Il n’est ici que pour mémoire, et son traitement n’y est marqué que comme devant passer au noir qui le remplacera et qui paraîtrait être le nommé Papillon sujet fort doux et de conduite ». Macouta dit le Petit « a été commandeur à l’hôpital. C’est la raison pour laquelle il fut porté à la première classe. On l’a retiré pour le mettre gardien à la sous-préfecture et l’hôpital n’a perdu ni un sujet intelligent ni docile ». Quant à Pante, « depuis vingt-cinq ou trente ans, il est dans les magasins, il ne sait pas encore compter une pesée, il a sans doute été fait pour commander en récompense de sa probité qui ne s’est jamais démentie ». À propos de Mazare, le fonctionnaire confie :

J’ai ouï dire que lorsque Mazare fut fait commandeur, les anciens avaient présenté requête contre lui, parce qu’il avait été quelque temps avant mis à la chaîne pour avoir volé un poids de plomb de cinquante livres. Quelques protections lui firent conserver cette décoration. Il est gardien du bureau de l’inspecteur, c’est le seul emploi qui lui soit bon. Il est juste de trop mauvaise volonté pour être occupé ailleurs, il est d’ailleurs fort insolent.

  • 5 AD Réunion, L 326, extrait de la matricule des Noirs de l’État dressé le 31 décembre 1806.

5Chatouly « étant à l’époque du 1er vendémiaire an 12, commandeur de la tonnellerie, cet atelier ayant passé à l’Entreprise, il est passé au service de la police, de là à celui de la commune générale, je l’ai toujours connu docile. Il a peu d’activité, et est attaqué d’une hernie ». Lambe est « bon sujet, très borné, mais utile au magasin des grains, c’est lui qui veille aux pesées. Presqu’usé par le travail, il ne paraît jamais dérangé. Il ne manque pas d’activité ». Dans les ateliers couverts, Hypolite est « commandeur charpentier, sujet précieux par son intelligence et sa conduite, malheureusement il est d’une complexion à exiger des ménagements, il est d’ailleurs attaqué d’une hernie ». Cazimir est « commandeur de la voilerie, entend très bien la coupe des voiles de nos embarcations et fort actif. Mérite pour cela seul mais il se saoule toutes les fois qu’il en trouve l’occasion ». Simon Siansal « récemment fait commandeur et depuis longtemps chef de l’atelier de la pouleyrie [...] ne m’a jamais paru dérangé et j’ai même remarqué que ses élèves qui sont de couleur blanche ayant beaucoup de déférence pour lui dans l’atelier ce qui prouve que sa conduite l’a fait respecter ». Dans l’atelier d’artillerie, Cotte « premier commandeur de l’artillerie, sujet fidèle, a la confiance des chefs depuis longtemps, il l’a toujours méritée par une bonne conduite, je ne l’ai jamais vu dérangé ». Laurent de Martin « serrurier était commandeur dans le temps qu’il travaillait aux forges civiles où je l’ai peu connu, on le dit fort intelligent, il a l’air au moins fort actif, mais le feu ou d’autres causes paraissent avoir atténué sa complexion ». Auguste Beaucoup est « commandeur forgeron à l’artillerie, l’était déjà du temps qu’il était à la forge civile, sujet ordinaire ». Élie, « forgeron, tout récemment fait commandeur d’après l’ordre de M. le sous-préfet avait été un bon sujet, mais je ne le connais pas bien ». Dans le service du génie, Lypsaire est « commandeur maçon, on le dit fort entendu de son métier. Il serait conséquemment propre à former de bons ouvriers, on pourrait l’encourager en augmentant sa gratification. On le dit ivrogne. Cela peut être mais je ne l’ai jamais vu qu’au travail même les dimanches ». Maulia, « forgeron, est un sujet intelligent attaché au bureau du génie ». Flore Beaucoup est « commandeur couturière. C’est elle qui a le soin du linge à l’hôpital qu’elle entretient avec soin et propreté, c’est d’ailleurs un sujet précieux par la confiance qu’elle a toujours méritée des préposés à ce détail, elle est d’une conduite assez rare, chez les gens de son espèce ». Benoît Siniame « étant un ardent gardien du Bureau de la sous-préfecture est fort actif et intelligent, mais d’une santé qui le prive la moitié du temps de faire son service, je ne le crois pas ivrogne du moins je ne m’en suis jamais aperçu mais il a des enfants et des femmes partout ce qui contribue au dérangement de sa santé5 ».

  • 6 AD Réunion, 1542 S 1, contrôle nominatif des Noirs coloniaux attachés à la brigade no 4 (1832).

6Ce type d’informations est, il faut le reconnaître, exceptionnel. Même sous la monarchie de Juillet, les registres de contrôle des esclaves attachés aux brigades qui travaillent sur les différents chantiers de la colonie ne consignent que leur nom, surnom, âge, caste, sexe, profession et leur qualité ou défaut. En 1832, le Cafre Grégoire, âgé de 32 ans, appartenant à la brigade n° 4, est « commandeur à médaille et bon sujet ». Le Malgache Mathieu, âgé de 44 ans, a le même grade professionnel, « il est bon sujet, mais est lent à l’ouvrage ». Le Malgache Lucien, âgé de 24 ans, est « manœuvre et est un médiocre sujet ». Le Cafre Martron, appointé maçon, est un « bon sujet », même s’il a été puni de coups de rotin pendant quinze jours et a couché quatre nuits au bloc pour avoir menacé très gravement d’autres esclaves de la brigade6.

7Pour les périodes de la Restauration et de la monarchie de Juillet, quelques rares fiches de signalement subsistent dans les dossiers judiciaires des grands criminels à Bourbon. Au total, pour la période 1815-1848, nous n’en avons exhumé qu’une dizaine. Pour les besoins de cette analyse, leur rareté n’est pas dommageable, car elles offrent des indices appréciables pour l’éclairage de notre sujet. Elles prouvent d’une part que les méthodes d’instruction sont les mêmes sur le territoire métropolitain et cette colonie ultramarine et d’autre part que le personnel de la prison centrale de la colonie a le même savoir technique que celui qui officie en métropole. La grille d’appréciation des criminels est identique. Se pose bien sûr la question de l’objectivité du scripteur : celui de la relation entre ce qui est perçu et ce qui est décrit. Lors de l’assassinat de Lespoir en mai 1827, huit esclaves ayant entre 24 et 38 ans sont impliqués et font l’objet d’une présentation physique assez soignée par le concierge des prisons. Ils sont nés entre 1789 et 1803 et viennent pour 87,5 % de l’extérieur. Six sont désignés cafres et un est malgache. L’esclave créole André, âgé de 29 ans, mesure 1,50 mètre, et souffre de carences nutritionnelles incontestables, les esclaves importés sont dans une situation meilleure. Le Malgache Barthélemy a une stature d’1,68 mètre, et les esclaves cafres mesurent en moyenne 1,67 mètre. Outre leurs numéro de détenu, nom, caste, âge, taille, une description morphologique du visage est réalisée de façon assez méticuleuse. Ces dernières données sont prises en considération dans le tableau qui suit. Rien ou presque n’échappe à cet agent de prison : bouche, front, menton, nez, sourcils, yeux, cheveux, lèvres sont décrits afin qu’ils soient repérables parmi les autres détenus et également en cas d’évasion. Le fonctionnaire est toujours d’une grande concision. Pour chaque partie ou organe, il utilise un qualificatif, rarement deux. Il ajoute parfois des détails complémentaires sur les oreilles et le reste du corps, notamment la couleur. Pour certaines parties du visage, le répertoire limité et presque évasif permet difficilement une franche différenciation des individus. Le visage est long ou ovale, la bouche moyenne ou grande, les yeux grands, ordinaires, moyens ou petits. Par contre, quand il est plus varié, une différenciation devient possible ; le nez est plat, gros, épaté ou gros et écrasé, le menton rond, rentré, rond et barbu, ou ordinaire. Le panel est encore plus large pour le front, qui paraît comme l’élément distinctif par excellence ; il peut être plat, large, étroit, moyen, saillant, ou rond. Comme la peau et les oreilles semblent relever de l’évidence, elles apparaissent parfois comme des observations complémentaires. Pour deux d’entre eux, Mandé et Moyse, le concierge tient à noter que leur peau est noire, et pour Philéas que son ventre est noir clair. Le vocabulaire descriptif des lèvres est assez restreint ; celles de Lactare sont petites, celles de Mandé et de Moyse sont grosses. Lorsque le reste du corps est dépeint, il apparaît comme un conservatoire des traces des maladies subies depuis l’enfance. C’est le cas des traces de petite vérole sur le visage de Lactare. Il peut s’agir aussi des restes d’affections cutanées ayant entraîné des plaies. Leveillé porte des cicatrices à la tempe gauche et Lactare à l’oreille droite ; compte tenu de leur emplacement, il ne nous semble pas qu’elles soient la conséquence de sévices. Les tatouages que portent les esclaves cafres ici présentés font de leur corps le siège de leur culture ancestrale. Ceux-ci les rattachent à leur tribu d’origine et sont là pour assurer le lien avec leur famille laissée en Afrique. Lactare est tatoué sur le visage, Leveillé sur le front, Mandé sur le front et le corps, Philéas est légèrement tatoué aux tempes et à la poitrine. Moyse est tatoué aux tempes et au front. Si pour le corps judiciaire leur corps est un interrupteur, le tatouage prouve que pour une partie des esclaves introduits dans la colonie, le corps est un relieur. Le tatouage brise leur isolement, assure leur lien permanent avec le pays perdu lors de l’embarquement sur le navire, rend impossible l’oubli de leur temps d’initiation, depuis le moment de leur arrachement à la famille laissée au loin et leurs rapports avec leurs compagnons de voyage jusqu’à leur arrivée dans la légalité ou l’illégalité à Bourbon. Il rappelle à l’esclave qui le porte son passé, son humanité, son appartenance à un groupe, à une culture. Son corps l’ouvre au monde de la terre d’accueil et le rattache au monde de la patrie perdue. Le tatouage apparaît déjà dans ce maigre échantillon comme le signe distinctif de l’esclave africain, le plus souvent désigné Cafre.

  • 7 AD Réunion, 2 U 50, dossier de Lespoir (1827).

Signalement des huit esclaves accusés de l’assassinat de Lespoir en mai 18277

  • 8 Lèvres et oreilles petites. Gravé fortement de petite vérole. Légèrement tatoué au visage.
  • 9 Tatoué sur le front, une cicatrice à la tempe gauche.
  • 10 Tatoué au front et sur le corps, lèvres grosses, peau noire.
  • 11 Oreilles petites. Tatoué légèrement aux tempes, poitrine et joues. Le ventre noir clair.
  • 12 Tatoué au front et aux tempes. Lèvres grosses et peau noire.

Nom

André

Barthélemy

Césaire

Lactare8

Caste

Créole

Malgache

Cafre

Cafre

Visage

ovale

long

long

long

Bouche

moyenne

moyenne

grande

moyenne

Front

plat

large

étroit

moyen

Menton

rond

rond

rentré

rond, barbu

Nez

plat

plat

épaté

Sourcils

clairsemés

clairsemés

Yeux

grands

ordinaires

petits

petits

Cheveux

crépus

crépus

crépus

crépus

Nom

Leveillé9

Mandé10

Philéas11

Moyse12

Caste

Cafre

Cafre

Cafre

Cafre

Visage

Bouche

moyenne

grande

moyenne

grande

Front

moyen

saillant

rond

plat

Menton

ordinaire

Nez

gros, écrasé

gros

épaté

Sourcils

Yeux

petits

petits

moyens

petits

Cheveux

crépus

crépus

crépus

crépus

8Ce panel quoique réduit offre des pistes de réflexion séduisantes. En effet, l’exploitation des autres fiches de signalement confirme ces données premières et les affine seulement à la marge. Lors du meurtre de Samson, esclave du sieur Charles Dumesnil, neuf esclaves sont arrêtés et font également l’objet d’un signalement de la part du concierge des prisons : Constant du sieur Beaufonds, Estelle du sieur Saint-Germain d’Aubigny, Palmire et Pierre du sieur Rio, Félix du sieur Lafitte, Marcellin et François du sieur Lémond Bruna, Joachim du sieur Bruny Lemery, Lindor du sieur Devillanne. Les Créoles sont cette fois largement majoritaires, avec sept représentants ; les deux autres sont malgaches. L’âge de ces esclaves varie entre 17 et 30 ans. Les individus nés après 1805 ayant 30 ans, ou un peu moins, dépassent 1,60 mètre et ceux nés vers 1818-1820 mesurent en moyenne 1,51 mètre, ce qui traduit une érosion de leur niveau de vie biologique. Les Malgaches, étant légèrement plus grands que les Créoles, sont dans une position meilleure qu’eux pendant leur enfance et leur jeunesse. Au-delà de 20 ans, ils mesurent en moyenne 1,55 mètre. Se pose immédiatement la question des perspectives réservées à ceux qui naissent dans l’île. Ceux qui arrivent à passer tous les caps difficiles des maladies de l’enfance, contagieuses ou non, semblent jouir parfois d’une situation moins confortable que leurs parents. Par rapport au dossier de Lespoir, des qualificatifs nouveaux apparaissent pour la plupart des parties observées : le visage est aussi rond, le front découvert, les cheveux noirs frisés, les sourcils noirs, les yeux noirs ou bruns ; le nez de l’esclave créole peut être aussi large, moyen, long, ou bien fait. Le Malgache Constant âgé de 30 ans est le seul à avoir une cicatrice légère au-dessus de l’œil droit, reste d’un coup reçu accidentellement ou d’une affection cutanée.

  • 13 AD Réunion, 2 U 54, affaire Bonhomme accusé du meurtre d’Adélaïde (1830).
  • 14 AD Réunion, 2 U 64, signalement des détenus dans l’affaire du vol à main armée au préjudice du sie (...)

9Lors du meurtre commis le 17 janvier 1830 sur Adélaïde, esclave créole appartenant à Violette Dejean, son concubin Bonhomme, principal accusé, fait l’objet d’un signalement, qui ne nous apporte pas des données différentes. Il est dit Créole né à Maurice, il a pour taille 1,59 mètre, son visage est ovale, son front ordinaire, ses yeux noirs, son nez gros, sa bouche moyenne, son menton rond, ses cheveux noirs frisés, ses sourcils noirs, et il ne porte aucune marque particulière13. Lors d’un vol commis en 1835, la nuit, à main armée et avec violence au préjudice du sieur Lory à Sainte-Rose, quatre esclaves – Nicaise et Philippe, esclaves du sieur Beaufond de Sainte-Marie, Azor et Edmond du sieur Dominjod de Saint-Denis – sont incarcérés et sont décrits par le concierge des prisons. Philippe et Edmond sont Cafres et les deux sont Créoles. Le plus jeune, Philippe, a 25 ans et le plus vieux, Nicaise, 40 ans. Les deux esclaves créoles Nicaise et Azor mesurent 1,60 mètre et les deux Cafres ont en moyenne 1,70 mètre. L’esclave cafre Edmond porte seul plusieurs marques de tatouage au front et aux tempes14. Les informations concernant le visage, la bouche, le menton, les sourcils et les cheveux ne varient pas. Le front seul diffère ; il est aussi haut ou bas.

  • 15 AD Réunion, dossier de Samson (octobre 1835).

Signalement des accusés lors du meurtre de Samson15

Signalement des accusés lors du meurtre de Samson15

Nom

Marcellin

François

Pierre

Lindor

Caste

Créole

Créole

Créole

Créole

Visage

long

rond

ovale

long

Front

étroit

étoit

large

droit

Yeux

bruns

bruns

bruns

bruns

Nez

long

moyen

aplati

large

Bouche

moyenne

grande

moyenne

moyenne

Menton

rond

rond

rond

rond

Cheveux

frisés, noirs

frisés, noirs

frisés, noirs

frisés, noirs

Sourcils

noirs

noirs

noirs

noirs

Signalement de quatre détenus lors du vol à main armée commis à Sainte-Rose au préjudice du sieur Lory

Nom

Nicaise

Philippe

Azor

Edmond

Caste

Créole

Cafre

Créole

Cafre

Taille

1,60 m

1,81 m

1,60 m

1,60 m

Visage

long

long

rond

long

Front

haut

large

bas

étroit

Yeux

bruns

bruns

bruns

bruns

Nez

aplati

large

épaté

épaté

Bouche

grande

grande

grande

grande

Menton

rond

rond

rond

rond

Sourcils

noirs

noirs

noirs

noirs

Cheveux

noirs

noirs

loirs

noirs, frisés

  • 16 AD Réunion, 2 U 64, Signalement de Saint-Ange dit Contour (1835).
  • 17 AD Réunion, 2 U 67, Signalement de Siname le 3 février 1838, esclave du sieur Béraud habitant de S (...)
  • 18 AD Réunion, 2 U 67, signalement de Joseph du sieur François Enault par le greffier le 17 mai 1838.
  • 19 AD Réunion, 2 U 54, signalement de Montfleury et Jean Baptiste de Marie, libre.

10Les recoupements possibles lors des crimes impliquant un seul protagoniste confirment ces données. Lors du meurtre du nommé Candhou dit Raya, Indien libre au service du sieur Lemoine, perpétré en 1835, l’accusé est le Créole Saint-Ange dit Contour, esclave du sieur Fanchin Calvert, habitant le lieudit La Montagne à Saint-Denis. Le concierge des prisons mentionne que le présumé coupable a environ 28 ans, qu’il a pour taille 1,62 mètre ; son visage est rond, son front couvert, son nez aplati, sa bouche moyenne, son menton rond, ses cheveux et ses sourcils noirs16. Lors de l’assassinat de Norbert, esclave de Jean-Baptiste Payet, en février 1838, l’accusé Siname, esclave cafre de Joseph Béraud, est l’objet d’un signalement. Il est âgé de 24 ans, mesure 1,67 mètre, il a le visage rond, le front large, les yeux petits, le nez gros, la bouche grande, le menton rond, les cheveux noirs frisés, les sourcils noirs17. Lors du vol de maïs commis avec des violences graves et blessures en mai 1838 par Joseph, esclave du sieur François Enault, habitant de Saint-Louis, cette fois, le greffier note qu’il passe pour être âgé de 25 ans. Il mesure 5 pieds et 4 pouces, il a les cheveux noirs, les sourcils noirs, le nez large, le menton rond, le visage ovale, le front couvert, les yeux bruns, la bouche moyenne, la barbe noire et le teint noir18. Lors de l’assassinat de Jean-Baptiste, esclave marron du sieur Barquissau, Montfleury et Jean-Baptiste de la femme libre Marie sont accusés et font l’objet d’un signalement. Montfleury Louis Anne est âgé de 19 ans, il mesure 1,735 mètre, son visage est ovale, son front bas et couvert, ses yeux bruns, son nez moyen, sa bouche moyenne, son menton rond, ses cheveux frisés bruns, ses sourcils bruns. Jean-Baptiste a 23 ans, il a pour taille 1,734 mètre, son visage est ovale, son front élevé, ses yeux noirs, son nez moyen, sa bouche moyenne, son menton rond, ses cheveux noirs, ses sourcils noirs19.

Le visage des esclaves criminels de Bourbon entre 1820 et 1840 selon les castes

Le visage des esclaves criminels de Bourbon entre 1820 et 1840 selon les castes

Nom

Mandé

Philéas

Moyse

Philippe

Caste

Cafre

Cafre

Cafre

Cafre

Visage

long

Bouche

grande

moyenne

grande

grande

Front

saillant

rond

plat

large

Menton

ordinaire

rond

Nez

gros, écrasé

gros

épaté

large

Sourcils

Yeux

petits

moyens

petits

bruns

Cheveux

crépus

crépus

crépus

noirs

Nom

Edmond

André

Estelle

Palmire

Caste

Cafre

Créole

Créole

Créole

Visage

long

ovale

rond

ovale

Bouche

grande

moyenne

moyenne

grande

Front

étroit

plat

découvert

rond

Menton

rond

rond

rond

rond

Nez

épaté

plat

épaté

gros, épaté

Sourcils

noirs

clairsemés

noirs

noirs

Yeux

bruns

grands

noirs

noirs

Cheveux

noirs, frisés

crépus

noirs

frisés, noirs

Nom

Félix

Joachim

Marcellin

François

Caste

Créole

Créole

Créole

Créole

Visage

ovale

long

long

rond

Bouche

grande

moyenne

moyenne

grande

Front

rond

étroit

étroit

étroit

Menton

rond

rond

rond

rond

Nez

gros

bien fait

long

moyen

Sourcils

noirs

noirs

noirs

noirs

Yeux

bruns

bruns

bruns

bruns

Cheveux

frisés, noirs

frisés, noirs

frisés, noirs

frisés, noirs

Nom

Pierre

Lindor

Nicaise

Azor

Caste

Créole

Créole

Créole

Créole

Visage

ovale

long

long

long

Bouche

moyenne

moyenne

grande

grande

Front

large

droit

haut

étroit

Menton

rond

rond

rond

rond

Nez

aplati

large

aplati

épaté

Sourcils

noirs

noirs

noirs

noirs

Yeux

bruns

bruns

bruns

bruns

Cheveux

frisés, noirs

frisés, noirs

noirs

noirs

11Le croisement de ces données permet de situer surtout l’esclave criminel créole ; il est bien le métis à mi-chemin entre ses parents africains et malgaches ; mais il peut être aussi le fruit de la liaison de la femme esclave avec un membre de la population blanche.

L’apport des recensements sur le corps des esclaves de Bourbon sous la monarchie de Juillet

  • 20 AD Réunion, BOR1833, dépêche du ministre de la Marine et des Colonies du 23 août 1833 relative à l (...)
  • 21 AD 6 M 641, recensement Saint-Paul 1837.

12À partir du 1er janvier 1834, les états de recensement, qui sont annuellement remis à l’administration municipale dans les colonies et confirmés par les maîtres d’esclaves ou par leurs fondés de pouvoir, doivent indiquer les noms, prénoms, âge, sexe, caste des individus, les signes particuliers aptes à les faire reconnaître, ainsi que leur profession. Ils doivent mentionner, individuellement, les mutations survenues depuis le précédent recensement et qui auraient provoqué des augmentations ou des diminutions du nombre des esclaves20. En 1837, l’état de recensement en usage à Bourbon s’attache aussi à quantifier le phénomène du marronnage21.

  • 22 AD Réunion, BOR 1839, arrêté du 9 décembre 1839, p. 261-263.
  • 23 AD Réunion, 6 M 661, recensement de 1840 (Saint-Paul).

13L’arrêté du gouverneur de Hell du 9 décembre 1839 promulgue dans la colonie l’ordonnance royale du 11 juin 1839 sur les recensements. Désormais sur chaque feuille de recensement doivent figurer les noms des esclaves, leurs sexe, âge, et signes particuliers propres à constater leur identité. Le propriétaire doit aussi indiquer ceux de ses esclaves qui dépendent des habitations rurales avec mention du nom de ces habitations et ceux qui sont employés dans les villes et bourgs avec désignation du bourg et de la ville où ils sont employés. Le désir de les classer en fonction de leur localisation géographique est net. Les esclaves qui portent le même nom doivent être distingués par des numéros ou par des surnoms22. En 1840, une nouvelle étape est franchie. La partie des états de recensement individuel ayant cours à Bourbon concernant les esclaves précise leurs nom, âge, sexe, caste, couleur, cheveux, taille, profession et leurs signes particuliers23. Les premiers déclarants hésitent à remplir toutes ces rubriques. Pour les besoins de cette étude, nous avons retenu l’année 1844 ; les déclarants étant alors habitués à cette formalité, nous estimons que leurs écrits doivent être plus fiables. Quand ils ne détectent aucun signe particulier, ils se taisent. Raison de plus, pour ne pas prendre à la légère cette source !

  • 24 Nicole Bernageau, Emmanuel Le Roy Ladurie et Yves Pasquet, « Le conscrit et l’ordinateur. Perspect (...)
  • 25 AD Réunion, C° 940, lettres patentes du roi Louis XV de décembre 1723, art. 17,18 et 19.
  • 26 AD Réunion, PB 727, extrait des délibérations et arrêtés de l’Assemblée coloniale, séance du 14 ju (...)
  • 27 Labarre de Nanteuil, Législation de l’île Bourbon, t. 1, Esclavage, Paris, Donnaud, 1844, p. 44.
  • 28 Dr Charles Morizot, Considérations historiques et médicales sur l’état de l’esclavage à l’île Bour (...)

14L’histoire anthropométrique a débuté voilà quarante et un ans avec l’exploitation des archives militaires du XIXe siècle par Nicole Bernageau, Emmanuel Le Roy Ladurie et Yves Pasquet24. Dans les années 1970, John Komlos se consacre à l’étude de la stature considérée comme « niveau de vie biologique », et en 2002, il organise la première conférence internationale d’économie et de biologie humaine à Tubingue en 2002. Sur tous les continents, l’histoire anthropologique trouve alors ses chercheurs. Elle invite à reconsidérer les indices classiques de niveau de vie tels que les salaires réels, le produit intérieur brut, les revenus ou les consommations par habitant. La population des esclaves qui peut être observée à Bourbon ne nécessite pas ce type de questionnements, grâce à une série documentaire suffisamment abondante. Jusqu’en 1835 au moins, les entrées d’esclaves sont régulières ; ces travailleurs importés sont déjà adultes quand ils arrivent dans la colonie. Leur taille ne dépend pas essentiellement de la qualité du bol alimentaire que la colonie est capable de leur servir. Celle-ci est responsable seulement de la croissance des jeunes enfants importés et de ceux qui naissent sur son sol, au sein des habitations. La nourriture de l’esclave étant déterminée par le législateur, le maître est en principe tenu de s’y conformer. Même si elle est répétitive et carencée, l’esclave a droit au moins à ce qui est prescrit25. Il peut l’améliorer grâce à son petit jardin, à ses récoltes de brèdes dans les champs, au produit de la pêche en mer ou dans les rivières, ou encore à de petits vols. Les lettres patentes de 1723 défendent le maître de se décharger de cette obligation en envoyant l’esclave travailler certains jours de la semaine afin qu’il pourvoie lui-même à sa nourriture. Comme il peut être le premier à souffrir des conséquences des aléas climatiques, des séquelles des mutations économiques et des réductions de récoltes, Mahé de La Bourdonnais impose la culture du manioc. L’île doit compter sur ses moyens propres pour assurer la subsistance de ses habitants, elle n’a aucun mal à le faire, car elle a de bonnes potentialités. Un règlement du 14 juin 1793 oblige les maîtres à posséder dans leurs magasins les grains nourriciers nécessaires pour nourrir leurs esclaves, sous peine d’amende26. Une seule fois la colonie a connu la disette, après la succession de cataclysmes naturels – cyclone, avalasses, sécheresse – en 1806-1807. À la fin des années 1810, le gouverneur Milius signale que les maîtres ayant entre vingt et cinquante esclaves les entretiennent mal. Quant à ceux qui en ont moins de cinq, ils partagent avec eux la même réalité de misère. Pour prévenir les affres d’une famine à la suite d’une mauvaise récolte ou d’un cyclone, les administrateurs de la colonie prescrivent le 1er octobre 1816 à tout propriétaire d’esclaves d’avoir en magasin les vivres nécessaires à leur subsistance pendant six mois et à tout cultivateur de justifier d’une plantation ou d’un approvisionnement suffisant pour la nourriture de ses esclaves pendant un an. L’esclave reçoit alors 1,5 kilogramme de riz ou de maïs chaque jour. Quelques maîtres lui fournissent aussi parfois des légumes, parfois encore des salaisons de boeuf ou de poisson, et pour le souper, du manioc. Maïs, manioc, qui sont les aliments les plus courants de sa pitance quotidienne, sont riches en glucides, créateurs d’énergie. Ils ont l’avantage d’être vite transformés et de ne pas intoxiquer, contrairement aux produits azotés animaux. Mais ce menu est déséquilibré. Le déficit en protides (lait, viande, œufs), en lipides, en vitamines est flagrant. Les commandeurs et les esclaves les plus laborieux peuvent consommer de la graisse et de la viande puisqu’ils disposent d’un petit enclos pour élever un cochon. Les esclaves domestiques peuvent bénéficier des restes des marmites du maître ainsi que les ouvriers. Les esclaves de batelage et de charroi étant assujettis à des travaux rudes ont une nourriture plus abondante : 1,5 kilogramme de riz, du poisson salé et de l’arack27. Le poisson salé flatte le palais, mais il peut provoquer des maux d’estomac ou des maladies cutanées et dartreuses très tenaces28. Les manquements des maîtres sont tels qu’en 1840 une nouvelle ordonnance royale fixe la ration de l’esclave à 1 kilogramme de maïs ou 750 grammes de riz par jour. Le maître peut remplacer le grain par une quantité équivalente de racines (patates douces, ignames, cambarres, pommes de terre, manioc...) Cette ordonnance est complétée le 5 juin 1846. La ration de morue ou de viande salée peut être remplacée si le marché est suffisamment approvisionné par un supplément de ration composé de légumes, de saindoux et de sel. Le procureur du roi est chargé de surveiller la distribution de vivres.

15Nous allons ici déflorer une réflexion que nous menons sur ce vaste sujet en citant l’exemple du quartier Sainte-Marie, situé au nord-est de l’île. Les états de recensement individuels disponibles aux Archives départementales de La Réunion pour l’année 1844 donnent un total de 4 401 esclaves. Le sexe est connu pour 4 209 seulement (soit 95,6 %) dont 2 903 hommes (soit 69 %) et 1 306 femmes (31 %). Le groupe ethno-culturel est déterminé pour 4 302 d’entre eux (soit 97,8 %). Cette population se décompose ethniquement en 2 002 Créoles (48,9 %), 1 404 Africains (34,2 %), 568 Malgaches (13,8 %) et 128 Indiens et Malais (3,1 %).

Figure no 22 – Composition ethnique de la population esclave de Sainte-Marie en 1844.

16Nous n’avons pas tenu compte des tailles fournies pour les jeunes enfants, car il nous semble que les rédacteurs de ces actes les ont toisés au hasard, sans prendre soin de les mesurer vraiment. Il est difficile d’admettre que Marie Céleste dit vrai quand elle écrit que Harouette âgé d’1 an mesure 16 centimètres et Azémia, 5 ans, 64 centimètres. Si à l’âge de 7 ans, la Créole Argentine a une taille de 94 centimètres, elle se trouve dans une situation dramatique. Il en est de même pour Antoinette et Émile âgés tous deux de 9 ans déclarés par Ferdinand Uldorie et qui mesurent respectivement 97 et 64 centimètres. Auguste Magnan de Saint-Georges se trompe lourdement quand il déclare que Julien âgé de 3 ans mesure 40 centimètres. L’étude globale selon le sexe fait ressortir que les hommes sont légèrement plus grands que les femmes. Le défaut de taille peut attester des signes de malnutrition, les troubles nutritionnels pouvant provoquer des ralentissements, voire des troubles de la croissance. La réforme pour défaut de taille est fixée au maximum à 154 centimètres entre le décret du 26 août 1805 et la chute du Premier Empire, à 157 centimètres à partir de la loi Gouvion-Saint-Cyr du 12 mars 1818, à 156 centimètres à partir de la loi Soult du 21 mars 1832. La faiblesse de constitution est caractéristique du goitre, hypertrophie diffuse ou localisée dans la glande thyroïde qui se manifeste par suite d’une carence en iode ; les autres marqueurs de la mauvaise alimentation sont : la taie sur l’œil, tache blanche sur la cornée qui témoigne d’une avitaminose, la mauvaise dentition, notamment les caries qui se préviennent non seulement par une hygiène bucco-dentaire saine, mais également par une hygiène alimentaire, comprenant des denrées fermes comme la viande (protéines animales).

Stature des esclaves selon le sexe à Sainte-Marie en 1844

Groupes d’âges

Hommes

Femmes

11-15 ans

1,359 m

1,325 m

16-20 ans

1,480 m

1,427 m

21-30 ans

1,580 m

1,498 m

31-40 ans

1,607 m

1,507 m

41-50 ans

1,612 m

1,53 m

51-60 ans

1,599 m

1,517 m

61 ans et +

1,589 m

1,509 m

17Comme la population esclave n’est pas homogène, il nous paraît judicieux de dissocier le groupe des esclaves introduits légalement ou illégalement dans la colonie de celui des esclaves créoles. Les premiers ayant déjà échappé à toutes les maladies de l’enfance et de l’adolescence, seuls de graves aléas climatiques peuvent affecter leur corps. Par contre, les seconds doivent supporter toutes les conséquences de la conjoncture pendant toute leur enfance et leur adolescence. Pour les Africains comme pour les Malgaches, les femmes ont entre 3 et 15 centimètres de moins que les hommes. Alors que les Africains de sexe masculin avant l’abolition de la traite dépassent 1,60 mètre, ils perdent par la suite 2 centimètres. Le recul est plus net chez les Malgaches. Entre 1794 et 1813, les hommes ont en moyenne 1,635 m, ceux de la décennie suivante perdent 7 centimètres. Si les esclaves malaises mesurent moins d’1,50 m, avant l’abolition de la traite, le recrutement des hommes semble s’effectuer avec un certain soin, car ils ont plus d’1,60 m. Les esclaves malais et malaises qui arrivent clandestinement après 1817, mesurant en moyenne respectivement 1,55 m et 1,39 m, sont plus petits que leurs aînés ; ils souffrent avant d’arriver dans la colonie d’une grave malnutrition. Depuis l’époque révolutionnaire le recrutement d’esclaves en Inde a connu un recul incontestable. Dans ce quartier proche de la capitale, les derniers dépassent 50 ans. Ils n’atteignent pas 1,60 mètre, leur taille prouvant qu’ils sont porteurs dès leur arrivée dans la colonie de signes de malnutrition. Ils semblent avoir été remplacés par les Malais, qui ont continué à rentrer dans ce quartier après l’abolition de la traite jusqu’en 1823. Parmi les femmes esclaves importées, les Malaises présentent la particularité d’être plus courtes que les autres. Elles mesurent moins d’1,50 mètre, signe évident d’une grave malnutrition.

Figure no 23 – Graphique de l’évolution de la stature des esclaves de Sainte-Marie selon le sexe en 1844.

  • 29 AD Réunion, L 94/4, lettres de Duvergé à Dupuy des 17 juin, 14 juillet et 29 août 1791.
  • 30 AD Réunion, L 94/5, lettres de Duvergé à Dupuy des 23 février et 13 mars 1792.

18Ces états de 1844 soulèvent la question des réalités nutritionnelles des esclaves créoles depuis la fin de l’Ancien Régime. Sans connaître de véritables catastrophes climatiques, les premières années de la Révolution sont marquées à Bourbon par des alternances de sécheresse et de pluies brutales qui compromettent le succès des cultures vivrières. Au milieu de 1791, la sécheresse affecte sérieusement les blés de l’arrondissement au vent. Courant juin, quelques cultivateurs de ce district « regardent comme perdu le blé qu’ils ont planté et n’en ont pas d’autres pour le remplacer ». Si des pluies rétablissent quelque peu la situation à Sainte-Suzanne, où l’on escompte fin août une récolte de 700 à 800 milliers, elles n’améliorent guère la situation à proximité du chef-lieu où Sainte-Marie et La Mare ne paraissent devoir récolter « tout au plus que la quantité plantée29 ». En 1792, les récoltes de maïs et de blé sont tour à tour compromises par les mauvaises conditions climatiques. Milieu février, « des pluies abondantes et de fortes brises affectent les maïs » dans la zone au vent. Le 22 février, une « queue de coup de vent » les frappe à nouveau, mais aussi ceux de la zone sous le vent30. Puis « deux mois de sécheresse affreuse » ruinent les plantations entre Saint-Paul et Saint-Louis. L’espoir renaît à la fin du mois de mai, lorsque de bonnes nouvelles venant de Saint-Paul assurent que la récolte de la région ouest doit avoisiner 2 millions de maïs. Si malgré ces difficultés climatiques momentanées qui provoquent des phénomènes de stockage et d’accaparement favorisant la spéculation et compromettant la subsistance publique, les Blancs aisés parviennent à nourrir leurs esclaves, par contre, les Blancs pauvres ont forcément du mal à remplir leurs obligations envers eux.

Stature des esclaves importés selon les castes à Sainte-Marie en 1844

Stature des esclaves importés selon les castes à Sainte-Marie en 1844

19Les esclaves créoles de sexe masculin semblent plus sensibles aux aléas de la conjoncture. Les esclaves de sexe féminin nées entre les années 1770 et 1823 ont à peu près la même stature ; elles mesurent en moyenne 1,51 mètre, preuve qu’elles subissent malgré tout les carences alimentaires. Par contre, la taille des garçons fluctue de décennie en décennie. Les uns sont victimes des années noires et les autres profitent des années plus chanceuses. Les années 1783 à 1793 sont particulièrement difficiles pour les esclaves nés dans la colonie, leur taille diminue de 3 centimètres par rapport aux années précédentes. Les années 1794 à 1803 semblent meilleures, puisque ceux qui naissent alors gagnent 7 centimètres. Les aléas marquant la décennie suivante, notamment les cyclones, avalasses, sécheresse des années 1806 et 1807, ont une forte incidence sur leur organisme, puisqu’ils perdent cette fois 11 centimètres. Les années de la Restauration sont plus heureuses ; ceux qui naissent entre 1814 et 1823 gagnent 15 centimètres.

Stature des esclaves créoles de Sainte-Marie en 1844

Stature des esclaves créoles de Sainte-Marie en 1844

Figure no 24 – Stature des esclaves de sexe masculin de Sainte-Marie en 1844.

Figure no 25 – Stature des esclaves de sexe féminin de Sainte-Marie en 1844.

20Comme certains métiers exigent davantage de force physique que d’autres, un lien peut être établi entre stature et profession. Pour les besoins de cette analyse, nous avons effectué un état des lieux pour le groupe d’âge 31-40 ans, car chacun maîtrise alors son métier et la croissance est aussi terminée. Il s’avère que les hommes ne dépassant pas 1,60 mètre sont boulangers, cuisiniers, commandeurs, cordonniers, forgerons, bonbonniers, mécaniciens, manœuvres ou gardiens. Les ouvriers talentueux atteignent 1,70 mètre ; ils sont pêcheurs, marins, maréchaux-ferrants, maçons, menuisiers, charpentiers. Au-dessus, ils sont charrons, bourreliers, infirmiers.

21Il est difficile de déterminer une hiérarchie chez les femmes, puisqu’elles sont dans l’ensemble assez courtes. La majorité d’entre elles mesurent un peu moins d’1,60 mètre.

22Sur 4 401 esclaves, la couleur de la peau est connue pour 90,2 % d’entre eux. Sur les 2 002 Créoles, la couleur est connue pour 97,7 %, et 55,9 % ont la peau noire. Avant qu’elle ne devienne blanche (0,1 %), il existe tout un dégradé, rouge (25,6 %), brun (6,4 %), jaune (3,1 %), cuivré (1,9 %), clair (4,7 %), olivâtre (0,8 %), mulâtre (0,6 %), bronzé (0,5 %), marron ou basané (0,15 %), bistre (0,1 %), chocolat (0,05 %). Ce dégradé traduit mieux que tout l’idée de leur métissage. Les deux couleurs dominantes chez les 505 Malgaches dont la couleur est connue (sur un total de 568, soit 88,9 %) restent le noir (48,2 %) et le rouge (24,8 %). Il existe aussi dans leur rang des bruns (4,6 %), des jaunes (2,8 %), des cuivrés (2,1 %), des bistres (0,35 %), des olivâtres (2,1 %), des clairs (1,94 %). Sur les 1 404 Africains, la couleur est connue pour 1 391 d’entre eux (soit 99,1 %) : 93 % sont Noirs, 3,6 % bruns, 1,2 % rouges, 0,6 % noir clair, 0,4 % cuivrés, autant basanés. Sur les 109 Malais, 59,6 % sont rouges, 9,2 % noirs, 8,3 % cuivrés, 7,3 % olivâtres, 4,6 % jaunes.

Stature des esclaves de Sainte-Marie selon leur sexe et leur profession

Profession

Hommes

Profession

Femmes

domestique

1,615 m

blanchisseuse

1,430 m

piocheur

1,601 m

piocheuse

1,512 m

charpentier

1,615 m

ménagère

1,510 m

menuisier

1,626 m

servante

1,520 m

maçon

1,682 m

manœuvre

1,530 m

manœuvre

1,644 m

mandare

1,525 m

sucrier

1,680 m

lingère

1,530 m

maréchal-ferrant

1,610 m

infirmière

1,500 m

marin

1,630 m

gardienne

1,510 m

pêcheur

1,690 m

couturière

1,500 m

infirmier

1,740 m

bazardière

1,560 m

charron

1,770 m

bourrelier

1,770 m

gardien

1,570 m

forgeron

1,597 m

cordonnier

1,563 m

mécanicien

1,570 m

boulanger

1,570 m

cuisinier

1,560 m

charretier

1,588 m

commandeur

1,580 m

bonbonnier

1,590 m

23Sur 2 202 esclaves créoles, la couleur et la nature des cheveux sont connues pour 86,1 % : 63 % d’entre eux ont les cheveux crépus ou frisés, 2,24 % laineux, marque de la vieillesse, mais 11,9 % les ont droits, 6 % longs, 1,9 % ondés, 0,2 % rouges, 0,05 % sont blonds, autant châtains. Sur 568 Malgaches, 83 % ont des mentions concernant leur chevelure : 66,1 % ont les cheveux crépus ou frisés, 9,96 % droits, 5,72 % châtains, 3,8 % bouclés, 2,75 % longs, 6,14 % ondés, 0,85 % laineux. Sur les 1 404 Africains, les cheveux sont connus pour 95,2 % d’entre eux : 94,7 % ont des cheveux crépus ou frisés, 2,3 % laineux, 0,2 % gris, 0,07 % bouclés. Les données sont sûres pour 98 Malais : 85,8 % d’entre eux ont les cheveux droits, 4,1 % crépus et frisés, 5,1 % bouclés et autant longs.

La couleur de la peau des esclaves à Sainte-Marie en 1844

La couleur de la peau des esclaves à Sainte-Marie en 1844

24La rubrique « signes particuliers » mentionne uniquement les détails jugés signifiants par le déclarant. Sur les 4 401 esclaves de ce quartier, 295 esclaves portent des signes particuliers (soit 6,7 %), 184 des tatouages ou des marques de leur pays, c’est-à-dire des scarifications (4,2 %), 108 des cicatrices, vestiges d’accidents ou de maladies.

25Parmi les particularités signalées figurent des détails physiques singuliers, voire insolites : le Cafre Oscar âgé de 41 ans chez la veuve Ferdinand Pajot a une « figure plate », la Créole Joséphine âgée de 35 ans chez Joseph Florance a une « figure malabar ». Au sein du groupe des esclaves créoles, la figure peut être aussi ronde ou allongée. Chez la veuve François Massé, les esclaves créoles Amédée âgé de 15 ans et Argente âgée de 30 ans ont un gros nez, chez la demoiselle Marie Olympe, possédant des esclaves créoles, Élie a un gros nez, Victorine de grosses lèvres, Olympie et Élise le nez plat. Chez M. Perrichon de Beauplan, le Créole Étienne âgé de 18 ans a un nez camard. Le Créole Amédée âgé de 22 ans de la demoiselle Sophie de Sigoyer a le nez aquilin. Le Cafre Zamir et la Cafrine Sinza de la veuve Ferdinand Pajot ont la bouche avancée. La Créole Irène de cette même propriétaire a de grosses lèvres et de petits yeux. Le Cafre Scilla de Pierre Jean Antoine âgé de 55 ans a la langue noire. L’esclave créole Adolphe âgé de 14 ans est qualifié de « laid » par son maître Jean-Marie Joly. Clarice âgée de 21 ans est affublée du même qualificatif par sa maîtresse, la veuve Ferdinand Pajot. L’esclave créole Jules âgé de 13 ans passe d’après son maître Jean-Baptiste Ricquebourg pour avoir une jolie figure. Il s’agit d’un métis aux cheveux longs. Le Malais Laure âgé de 24 ans a l’air riant selon son maître, Antoine Bruno. Mlle Sophie de Sigoyer notifie que l’esclave créole Pierre, âgé de 41 ans, a une figure coquine et que Julien âgé de 51 ans a une figure vieillotte. Auguste Pierre Thomas de Vernéty signale que la Créole Marie-Anne âgée de 25 ans a de jolis traits et une petite taille ; les enfants 1 3 d’Adèle, Victor et Laurencine, ont de jolies dents et un air riant, mais la Créole Rosine âgée de 53 ans a un air sournois. Pierre M. Cornuau, propriétaire du Cafre Biron, âgé de 66 ans, tient à préciser que celui-ci a une grosse tête ; le Cafre Mafarre âgé de 69 ans a de grosses jambes ; chez Mme Dejean, le Cafre Lempereur âgé de 39 ans a une figure longue, le Malgache Azor âgé de 39 ans a la face plate. Chez Mme Tabur, le Créole Benoît âgé de 41 ans a de petits yeux et un nez plat, les Créoles Florus âgé de 50 ans et Jules n° 1 ont de grands yeux à fleur de tête. La Cafrine Mariane de Jules Lory a les lèvres pincées. Philibert Le Sage mentionne que le cafre Silvain âgé de 30 ans a les dents pointues, c’est-à-dire limées. Marie Pierre Furcy signale que l’esclave créole a une tache blanche sur le téton gauche. Orphée, esclave cafre de la veuve Jules Geslin, âgé de 23 ans a une verrue au menton. Chez Antoine Fournier, l’esclave cafre de Thomas Fitzgérald, Alexis, âgé de 91 ans a une loupe au front. Yves Pierre Marie Lecam précise que le Malgache Georges âgé de 24 ans a un gros nombril. À 39 ans, l’esclave de Louis Claude Gervais Ozoux Victor a le dos voûté. Le Créole Ambroise âgé de 33 ans appartenant à Richard Frères est trapu. Chez Mme Tabur, les Cafres Bolivar âgé de 35 ans et Jasmin âgé de 43 ans ont une forme herculéenne. Par contre, chez la demoiselle Sophie de Sigoyer, l’esclave créole Félix âgé de 26 ans est doté d’une faible complexion, et chez Auguste Pierre Thomas de Vernéty, le Cafre Henry âgé de 35 ans a un corps chétif. Chez Russel de Bedford, l’esclave Fanchin Jean François âgé de 30 ans a l’oeil grand et la voix couverte.

Les cheveux des esclaves de Sainte-Marie en 1844

Créoles

Malgaches

Africains

Malais

droits

224

47

84

crépus ou frisés

1 179

312

1 266

4

blonds

1

gris

6

1

3

bouclés

93

18

1

5

châtains

1

27

30

courts

75

longs

114

13

5

ondés

36

29

2

ras

1

rouges

3

1

1

ondulés

1

noirs

92

20

3

laineux

42

4

31

chauve

3

Total

1 872

472

1 337

98

26Outre les traits physiques, les maîtres mentionnent toutes les cicatrices qui parent le corps de certains esclaves. Celles-ci se trouvent aussi bien sur le visage (yeux, front, nez, joues, lèvres) que sur le reste du corps (doigts, main, épaule, poitrine, genou, bras). Il s’agit incontestablement des traces d’accidents, de maladies ou de sévices. Au total, une cinquantaine d’esclaves de ce quartier ont une jambe ou un bras amputé, des doigts de pied coupés, un bras ou un doigt cassé. Jules est invalide à 20 ans chez Charles Béraud ; il a une jambe amputée. À l’âge de 35 ans, le Malgache Joseph est invalide chez Martin Flacourt. Le visage des Africains peut être marqué de petite vérole, ou grevé de variole. Ainsi, l’esclave cafre de Jules Gérard, Camu, âgé de 31 ans, est marqué de petite vérole ; il en est de même de Chocolat, âgé de 45 ans. Certains esclaves portent des traces de brûlures : la Créole Marceline, esclave d’Antoine Fournier, âgée de 19 ans est brûlée depuis les genoux jusqu’au creux de l’estomac, certainement à la suite d’un accident domestique, le Malgache Mercure appartenant à Jean Marie Joly âgé de 48 ans a deux brûlures au bras gauche.

27Certains esclaves souffrent d’affections oculaires. Fabien et Désiré, esclaves de Charles Martin Flacourt, âgés tous les deux de 35 ans, sont aveugles. La Cafrine Marie Cléa, esclave de Gillot l’Etang, âgée de 59 ans, est dans la même situation. L’esclave cafre Bruno de la dame Dejean, âgé de 34 ans, est borgne de l’œil droit, il en est de même du Cafre Amadis de Gillot l’Étang, du Cafre Domingue âgé de 27 ans, esclave de la demoiselle Joséphine, ou de l’esclave malgache Codés de Mme Sicre de Fontbrune âgé de 26 ans, ou encore du Malgache Polyphème de M. Adrien Joseph Hoareau âgé de 29 ans ; la Malaise Fine de la veuve François Massé, âgée de 25 ans, est louche. L’esclave cafre de la veuve Jules Geslin, Messidor, âgé de 33 ans a un œil blanc. Chez Gautier Rontaunay, le Malgache Caprice âgé de 42 ans a les yeux voilés.

28D’autres sont asthmatiques ; c’est le cas du Cafre Milon âgé de 43 ans, ou encore du Malgache Charles, âgé de 38 ans appartenant à Charles Desbassayns.

29Certaines remarques traduisent les difficultés d’élocution des esclaves. Ainsi, le Cafre Raymond, esclave d’Auguste Routier, se distingue par son bégaiement ; le Cafre Marilla âgé de 44 ans parle du nez. Chez Mme Sicre de Fontbrune, le Créole Gustave âgé de 19 ans a ce même handicap. Chez Mme Tabur, le Créole Louis âgé de 26 ans a des difficultés à parler. Chez la demoiselle Sophie de Sigoyer le Créole Marcellin âgé de 3 3 ans a une voix faible.

30Certaines affections prouvent que les opérations de traite ne s’effectuent pas toujours en fonction des intérêts du futur maître. Certains esclaves souffrent de malformations dès la naissance. Le Cafre Lenclume appartenant à Gautier Rontaunay âgé de 46 ans a le dos rond. Chez la veuve Jules Geslin, le Créole Victor âgé de 21 ans a les jambes crochues. Le Cafre Pierrot âgé de 49 ans chez Nicolas Lemarié a un genou en dedans. L’esclave Leveillé âgé de 52 ans appartenant à Paul Routier a les jambes arquées. Chez Charles Desbassayns, le Cafre Lambert âgé de 37 ans est louche et bancal, le Cafre Amsarade est boiteux à l’âge 41 ans. Le Yambanne Gefroy âgé de 26 ans est bancal chez Marie Geneviève Montauban. Le Cafre Tava âgé de 29 ans a les pieds difformes chez Charles Desbassayns. Chez M. Paris, le Créole Jean Denis âgé de 32 ans est cagneux. Chez Jean Testart, les Cafres Christophe âgé de 33 ans et Laurent âgé de 42 ans se trouvent dans la même situation. Le Malais Saza âgé de 27 ans, de Gautier Rontaunay, a les pieds difformes, le Cafre Clopan âgé de 36 ans a une difformité aux pieds, le Cafre Maigre âgé de 33 ans a une jambe plus grande que l’autre.

31Certaines affections contagieuses nécessitent la mise en isolement de l’esclave. Chez Charles Desbassayns, les Cafres Furcy âgé de 32 ans et Bernard âgé de 31 ans sont lépreux. Les esclaves créoles qui évoluent au contact des esclaves porteurs des germes de maladies infectieuses finissent eux aussi par contracter le mal. David, âgé de 63 ans, est aveugle et lépreux. La Créole Françoise âgée de 29 ans a la teigne, dermatose parasitaire du cuir chevelu entraînant la chute des cheveux.

  • 31 La consommation d’iode recommandée journellement est établie à 100 µg.

32Chez la demoiselle Sophie de Sigoyer, l’esclave créole Marie Marthe âgée de 57 ans accuse une carence en iode ; elle a un goitre. Il s’agit d’un dysfonctionnement de la thyroïde, la plus volumineuse des glandes endocrines censées réguler la croissance. Lorsque l’absorption d’iode n’atteint pas le seuil de 15 microgrammes par jour31, la thyroïde ne garantit plus le maintien du développement intellectuel et favorise l’apparition, tout aussi endémique, d’une autre pathologie, le crétinisme.

33Signe de sa souffrance intérieure et de ses difficultés à accepter le système, l’esclave malgache Agathe, âgée de 45 ans, appartenant à Charles Desbassayns est dite « folle ». Chez Jean Testart, Geneviève âgée de 78 ans est elle aussi rangée dans cette catégorie. Chez Gautier Rontaunay, la petite Adeline âgée de 10 ans est qualifiée d’aliénée. Chez Mme Sicre de Fontbrune, l’esclave créole Ernest âgé de 42 ans est lui aussi aliéné. Ceux-ci ne semblent pas très dangereux, car ils restent actifs et ne sont pas mis à l’écart. L’esclave créole Anastasie âgée de 41 ans est folle, mais elle reste attachée à la culture. La Créole Clotilde qui, âgée de 37 ans, passe aussi pour folle est manœuvre.

34Les esclaves importés porteurs de taie à l’œil ou xérophtalmie sont gravement atteints d’une avitaminose. C’est le cas du Cafre Daniel appartenant à M. Biberon, du Cafre Zéphire esclave de la demoiselle Sophie de Sigoyer, tous deux âgés de 30 ans. Les esclaves créoles ne sont pas dans une situation plus confortable. L’esclave de M. Jules Lory, Clémentine, âgée de 8 ans, a aussi une taie dans l’œil droit.

35Certaines pathologies se signalent comme de mauvais marqueurs de pauvreté. La hernie, saillie d’organes à travers l’abdomen, peut être occasionnée par un manque en protéines. Mais ce mal touche aussi les hommes qui par l’exercice de leur profession sont exposés à des soulèvements de charge, tels les maréchaux-ferrants, les charpentiers, les menuisiers, les scieurs de long... L’esclave cafre charpentier Rencontre chez Mme Sicre de Fontbrune, les Cafres Lamaraca âgé de 42 ans et Sans-Souci âgé de 46 ans, tous deux attachés à la culture chez Jean Testart, souffrent de cette maladie.

36Les défauts de dentition sont bien chez les esclaves le résultat d’un manque de protéines et non d’une consommation abondante de sucre. L’esclave malgache d’Adrien Joseph Hoareau, Martial, âgé de 21 ans a plusieurs dents en moins. Il manque également des dents à l’esclave créole Hélène de Pierre-Antoine Terrincourt Welment, âgée de 33 ans. Certains vieux n’ont plus de dents. C’est le cas du Cafre François, esclave d’Auguste Routier âgé de 60 ans.

37Les invalides témoignent eux aussi d’une situation grave. Chez Charles Martin Flacourt, Joseph à l’âge de 35 ans est invalide.

38Certains Africains ont sur leur corps les marques de leur pays. Il s’agit de scarifications ou de marques tribales. La scarification est la création de tissu artificiel dans un but ornemental ; il s’obtient en frottant du sel sur des incisions. En principe, les marques tribales, tatouées ou non, permettent d’identifier les amis et les ennemis, les parents et les étrangers. Les marchands d’esclaves occidentaux reconnaissent les tribus africaines amies grâce à leurs marques. Ils tatouent eux aussi des marques de propriété sur les esclaves capturés avant de leur faire prendre la mer. Les dirigeants africains ont l’habitude de tatouer des marques de propriété sur les esclaves capturés en temps de guerre. Les marques tribales peuvent également servir à cacher l’identité de celui qui les porte. Quelles aient une fonction religieuse, sociale ou ornementale, les individus doivent subir une épreuve pour les acquérir. La douleur constitue un élément essentiel du rituel, car elle met à l’épreuve leur courage et leur virilité. Les scarifications représentent une preuve tangible de leur initiation, de leur fertilité, de leur passage à l’état adulte et de leur droit au mariage. Par conséquent, elles augmentent probablement leur attrait auprès des femmes. Les garçons et les filles des Makondes – tribu makua du Mozambique – arborent sur leur visage de délicats motifs géométriques tatoués juste avant ou juste après l’apparition de la puberté. En général les chefs ont des tatouages faciaux et les autres membres de la tribu doivent se contenter de marques moins prestigieuses sur le ventre. Sur le visage, certains tatouages scarifiés sont réalisés de manière extrêmement rudimentaire par un pigment frotté sur des incisions profondes et les ornements qui en résultent sont pour le moins grossiers.

39Les Malgaches n’apprécient pas les scarifications, auxquelles ils préfèrent les véritables tatouages, qu’ils nomment tombokalana (terme dérivant du verbe tomboka, qui signifie « marquer »). Les motifs géométriques simples sont réalisés à l’aide d’épines de cactus, avec de l’encre élaborée à partir de cendres de céréales mélangées et de la sève d’une plante de la famille des solanacées. Les hommes ont traditionnellement sur le visage des marques qui consistent en des traits simples ou doubles encadrant le front et des chevrons inversés au-dessus des yeux. Les femmes portent des tatouages complexes sur la poitrine et, parfois, un bracelet au poignet. Le style malgache se caractérise par son asymétrie.

40Les tatouages rappellent aux esclaves africains et malgaches qui les portent non seulement le pays natal perdu, mais aussi le village, le clan familial et surtout l’époque de l’initiation. Le tatouage concerne majoritairement les Africains. Chez eux, ces marques sont placées sur le front, le nez, les tempes, le front et le nez, le front et la poitrine, le nez et la poitrine, le nez et les tempes, les tempes et le menton. Chez les Malgaches, elles se trouvent sur les bras. Sur 1 404 Africains de notre corpus, 12 % sont tatoués, et sur les 568 Malgaches, 1,2 % seulement. Ces tatouages sont rarement décrits. Chez Mme Tabur, le Cafre Fanfan âgé de 40 ans a une petite flèche sur le front, le Cafre Lafleur âgé de 46 ans a un arc et des flèches sur la poitrine, le Cafre Pierrot âgé de 32 ans a un Y dessiné sur le nombril et un croissant sur le front. La Cafrine Euphémie, âgée de 29 ans, est tatouée du front à la naissance du nez. Bourbon n’est pas un lieu de perdition des coutumes tribales relatives à l’art corporel puisque quelques esclaves créoles (0,4 %) portent eux aussi des tatouages.

Tatouages par castes à Sainte-Marie en 1844

Caste

Total recensé

Nombre

Créoles

2 002

8 (0,4 %)

Africains

1 404

169 (12 %)

Malgaches

568

7 (1,23 %)

Malais et Indiens

128

0

Total

4 102

184 (4,5 %)

41Le devoir de mémoire en matière d’esclavage impose aux historiens de ne négliger aucune piste et d’utiliser tous les outils mobilisables. L’intérêt accordé à l’ensemble des données figurant sur la feuille de recensement rédigé chaque année par les propriétaires d’esclaves à des fins fiscales à la suite des nouvelles directives royales de 1840 s’inscrit dans cette logique. Les renseignements fournis sur l’état des corps de la population esclave, mais aussi sur la transmission des savoirs entre esclaves importés et esclaves nés dans File, par le biais de la diffusion du tatouage, sur l’influence du milieu sur la croissance des esclaves créoles, sur l’importance de la stature lors de l’affectation aux tâches enrichissent à leur manière le discours sur cette population.

Notes

1 Le XVIIe siècle est une période importante en ce domaine. Les mesures d’enregistrement s’inscrivent dans des réformes ayant trait à l’organisation de la Marine de guerre et de l’Armée, secteurs essentiels de l’État royal. Les ordonnances de Michau (1627) prévoient un enregistrement obligatoire de l’identité des soldats. Une ordonnance de janvier 1629 ordonne le recensement des gens de mer. Leur application est très limitée. De nouvelles impulsions surviennent au début du règne de Louis XIV. Dans la marine, l’institution du système des classes oblige à l’enregistrement des membres des professions maritimes auprès des commissaires des classes et leur interdit de changer de domicile sans déclaration et de circuler sans un certificat spécial. Louvois met en place les registres de contrôle de troupes dans les armées royales, mais ne peut les imposer qu’à quelques régiments d’élite du roi (gardes françaises, suisses) et aux invalides nouvellement créés (André Corvisier, Les Contrôles des troupes de l’Ancien Régime, Vincennes, SHAT, 1968 ; Martine Acerra et André Zysberg, L’Essor des marines de guerre européennes, 1680-1790, Paris, SEDES, 1997).

2 Selon la déclaration royale du 2 juillet 1716, pour pouvoir circuler, le soldat doit prouver son enregistrement, c’est-à-dire son enrôlement, en présentant un document normalisé appelé « cartouche de congé ». Ce document indique le soldat en permission, mais tout soldat sans congé est un déserteur en puissance. L’État a du mal à contrôler et saisir l’identité d’individus insaisissables.

3 En 1792, le législateur Codet, rapporteur de la loi rétablissant les passeports intérieurs, assure qu’à cette époque troublée, l’État a le droit d’exiger cette assurance de tous les membres du corps social. Les opposants craignent surtout les entraves à la circulation. Le principe d’une connaissance nécessaire de chaque membre de la société n’est pas mis en cause. Le passeport en dissipant la suspicion et la crainte qu’inspire l’individu inconnu rétablit l’interconnaissance et rapproche les hommes. Il crée une communauté unie où, chacun étant sous le regard de tous, les bons sont reconnus et les méchants démasqués. Par l’identification générale, il est possible de repérer et d’éradiquer les indésirables – vagabonds, voleurs, brigands –, nuisibles à la société.

4 Adolphe Quételet, Sur l’homme et le développement de ses facultés ou essai de physique sociale, Paris, Bachelier, 1835, 2 vol.

5 AD Réunion, L 326, extrait de la matricule des Noirs de l’État dressé le 31 décembre 1806.

6 AD Réunion, 1542 S 1, contrôle nominatif des Noirs coloniaux attachés à la brigade no 4 (1832).

7 AD Réunion, 2 U 50, dossier de Lespoir (1827).

8 Lèvres et oreilles petites. Gravé fortement de petite vérole. Légèrement tatoué au visage.

9 Tatoué sur le front, une cicatrice à la tempe gauche.

10 Tatoué au front et sur le corps, lèvres grosses, peau noire.

11 Oreilles petites. Tatoué légèrement aux tempes, poitrine et joues. Le ventre noir clair.

12 Tatoué au front et aux tempes. Lèvres grosses et peau noire.

13 AD Réunion, 2 U 54, affaire Bonhomme accusé du meurtre d’Adélaïde (1830).

14 AD Réunion, 2 U 64, signalement des détenus dans l’affaire du vol à main armée au préjudice du sieur Lory de Sainte-Rose (1835).

15 AD Réunion, dossier de Samson (octobre 1835).

16 AD Réunion, 2 U 64, Signalement de Saint-Ange dit Contour (1835).

17 AD Réunion, 2 U 67, Signalement de Siname le 3 février 1838, esclave du sieur Béraud habitant de Saint-Denis.

18 AD Réunion, 2 U 67, signalement de Joseph du sieur François Enault par le greffier le 17 mai 1838.

19 AD Réunion, 2 U 54, signalement de Montfleury et Jean Baptiste de Marie, libre.

20 AD Réunion, BOR1833, dépêche du ministre de la Marine et des Colonies du 23 août 1833 relative à l’ordonnance royale concernant les recensements des esclaves, p. 238-243.

21 AD 6 M 641, recensement Saint-Paul 1837.

22 AD Réunion, BOR 1839, arrêté du 9 décembre 1839, p. 261-263.

23 AD Réunion, 6 M 661, recensement de 1840 (Saint-Paul).

24 Nicole Bernageau, Emmanuel Le Roy Ladurie et Yves Pasquet, « Le conscrit et l’ordinateur. Perspectives de recherches sur les archives militaires du XIXe siècle français », Studi storici, no 10,1969, p. 260-308.

25 AD Réunion, C° 940, lettres patentes du roi Louis XV de décembre 1723, art. 17,18 et 19.

26 AD Réunion, PB 727, extrait des délibérations et arrêtés de l’Assemblée coloniale, séance du 14 juin 1793, art. 3-11.

27 Labarre de Nanteuil, Législation de l’île Bourbon, t. 1, Esclavage, Paris, Donnaud, 1844, p. 44.

28 Dr Charles Morizot, Considérations historiques et médicales sur l’état de l’esclavage à l’île Bourbon, thèse de médecine, Montpellier, 1838 ; extraits cités dans Réalités et perspectives réunionnaises, no 3, décembre 1968 - février 1969, p. 14.

29 AD Réunion, L 94/4, lettres de Duvergé à Dupuy des 17 juin, 14 juillet et 29 août 1791.

30 AD Réunion, L 94/5, lettres de Duvergé à Dupuy des 23 février et 13 mars 1792.

31 La consommation d’iode recommandée journellement est établie à 100 µg.

Table des illustrations

Titre Signalement des accusés lors du meurtre de Samson15
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Le visage des esclaves criminels de Bourbon entre 1820 et 1840 selon les castes
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6264/img-2.jpg
Fichier image/, 164k
Légende Figure no 22 – Composition ethnique de la population esclave de Sainte-Marie en 1844.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6264/img-3.jpg
Fichier image/, 65k
Légende Figure no 23 – Graphique de l’évolution de la stature des esclaves de Sainte-Marie selon le sexe en 1844.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6264/img-4.jpg
Fichier image/, 131k
Titre Stature des esclaves importés selon les castes à Sainte-Marie en 1844
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6264/img-5.jpg
Fichier image/, 146k
Titre Stature des esclaves créoles de Sainte-Marie en 1844
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6264/img-6.jpg
Fichier image/, 104k
Légende Figure no 24 – Stature des esclaves de sexe masculin de Sainte-Marie en 1844.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6264/img-7.jpg
Fichier image/, 132k
Légende Figure no 25 – Stature des esclaves de sexe féminin de Sainte-Marie en 1844.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6264/img-8.jpg
Fichier image/, 125k
Titre La couleur de la peau des esclaves à Sainte-Marie en 1844
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6264/img-9.jpg
Fichier image/, 212k

Auteur

Historien, professeur d’histoire moderne à l’université de La Réunion, chercheur affilié au CRESOI, est notamment l’auteur, dans le domaine de l’histoire coloniale et de l’esclavage, de : Les Esclaves, la mer et la montagne, Paris, Karthala, 2003 ; Deux Prêtres des Lumières à Bourbon : Davelu l’historien et Caulier le linguiste, Saint-André, Océan éditions, 2005.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540