Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

 | 
Éric Saunier

Deuxième partie. Paroles d'esclaves, du tribunal au récit de vie

Chapitre 9. Les ambiguïtés d’un texte célèbre : les Mémoires de Toussaint Louverture, témoignage ou plaidoyer ?

Jacques de Cauna

Texte intégral

  • 1 Jacques de Cauna, Mémoires du général Toussaint Louverture, commentés par Saint-Rémy, réédition cri (...)

1Le peu que l’on sait de la vie de Toussaint Louverture avant son apparition sur la scène publique explique sans doute la célébrité d’un texte, qui, publié il y a plus de cent-cinquante ans, n’était disponible, jusqu’à la récente réédition critique que nous venons d’en donner, que dans une version marquée par son époque et son auteur1. Le titre lui-même de l’ouvrage n’est en effet pas exempt d’ambiguïtés et l’intervention du médiateur qu’a été Saint-Remy, militant haïtien d’origine guadeloupéenne de la cause de la première République noire exilé à Paris, dans la transmission de ce texte à la postérité mérite d’être soulignée dans ses apports et ses limites à la construction d’un texte emblématique important pour la représentation du personnage. La publication récente du manuscrit original à la suite du texte de Saint-Rémy permet, par le biais des quelques analyses comparatives, d’autoriser une appréciation du travail de l’historien haïtien et de souligner la manière dont la parole des protagonistes les plus importants de l’histoire de l’esclavage peut être réutilisée à des fins spécifiques.

Joseph Saint-Rémy, médiateur de la diffusion des Mémoires

2Joseph Saint-Rémy, qui signe parfois « Saint-Rémy fils » et fait généralement suivre son nom de la mention « des Cayes, Haïti » entre parenthèses (pour éviter sans doute la confusion, fréquente, avec le célèbre historiographe de Saint-Domingue Moreau de Saint-Méry), est né français à la Basse-Terre, capitale administrative de l’ile de la Guadeloupe, le 21 mars 1816. Il est décédé à Paris le 9 septembre 1858, âgé de 42 ans seulement, dans un relatif anonymat, au moment où se préparait en Haïti le renversement de l’empire de Faustin Ier Soulouque. Il est considéré aujourd’hui en Haïti comme l’un des premiers grands historiens classiques du pays aux côtés des frères Céligny et Beaubrun Ardouin et de Thomas Madiou, renommée qu’il doit essentiellement à son œuvre majeure en six volumes (dont le dernier s’est perdu) consacrée au président Pétion.

3Premier enfant de l’union légitime de Joseph Saint-Rémy, maître menuisier âgé de 22 ans, et de Charlotte, 19 ans, tous deux Mulâtres libres de naissance de la Basse-Terre, à une époque où l’esclavage régnait encore dans toutes les colonies européennes, il fut amené très jeune aux Cayes par ses parents qui profitèrent des dispositions des premières Constitutions haïtiennes accordant aux descendants d’Africains qui viendraient s’établir dans la nouvelle République, indépendante depuis 1804, tous les droits de citoyenneté après un an de résidence. La tradition locale date cette arrivée de la fin de la présidence de Pétion ou du début de celle de Boyer, c’est-à-dire des environs de l’année 1818, époque à laquelle avaient afflué en Haïti un grand nombre de noirs et mulâtres, ou même de révolutionnaires blancs, épris de liberté. Les plus connus sont le grand-père du président Salomon, venu de la Martinique, le conventionnel Billaud-Varenne, venu de la Guyane, le fils de Camille et Lucile Desmoulins, Horace, mort à Jacmel, et bon nombre de libertadores latino-américains, de Miranda à Bolivar, venus chercher de l’aide. Le jeune Saint-Rémy put ainsi bénéficier à l’école locale de l’enseignement d’un excellent instituteur blanc nommé Prosper Lemoine, formé à Versailles, dont il garda un souvenir de gratitude émue. Il complète ses études classiques dans un lycée parisien, puis s’inscrivit à la faculté de droit où on le trouve en 1838 dans une délégation d’étudiants noirs et mulâtres de Paris chargés de remettre une médaille au député de la Vienne Isambert, défenseur de l’abolition de l’esclavage. Il donne à cette époque dans divers journaux et revues des poésies et des Esquisses biographiques sur les hommes de lettres d’Haïti, un Essai sur Henri Christophe, général haïtien (1839) et un autre sur Le Préjugé de couleur dans les colonies (1840).

  • 2 Dr François Balencour, « Notice biographique sur Saint-Rémy », dans Joseph Saint-Rémy (des Cayes), (...)

4Revenu au pays pour y exercer la profession d’avocat, « défenseur public près le tribunal civil des Cayes », il se laissa entraîner, sans doute sous l’influence des idées libérales qu’il avait connues à Paris, dans la « conspiration de Praslin » qui aboutit en 1843 au renversement de Boyer dans lequel il fut lui-même emporté. On remarqua que cette révolution suivit de peu le séjour en Haïti de l’abolitionniste français Victor Schœlcher, au cours duquel il eut l’occasion de recevoir les confidences de Saint-Rémy qu’il avait connu à Paris sur l’état du pays, et surtout la publication en 1842 à son retour de ses observations de voyage sous le titre Colonies étrangères et Haïti. Cet ouvrage connut un retentissement considérable en raison de la réputation de philanthrope de son auteur et porta de ce fait un tort considérable à la jeune République et à son dirigeant, déjà affaibli par l’acceptation de l’indemnité à payer à la France pour la reconnaissance de l’indépendance en 1825, en répandant l’idée que tous les malheurs du pays provenaient de la mainmise néocoloniale du président Boyer et de la classe mulâtre sur le pays à la faveur de l’ignorance des masses noires. L’idée fit largement son chemin dans les esprits malgré les vigoureuses réfutations que lui opposèrent, entre autres, le Martiniquais Cyril Bissette et Saint-Rémy dans ses Lettres à Victor Schœlcher au nombre de quatre, publiées dans La Sentinelle de la Liberté en novembre et décembre 1843. On notera au passage que l’historiographie haïtienne, contrairement à la française, a donc finalement conservé un très mauvais souvenir de Schœlcher, cet « apôtre d’erreur » qui sera « l’horreur » des Haïtiens à venir selon Saint-Rémy et qu’un éditeur contemporain notamment n’hésite pas à qualifier plus de cent après de « faux philanthrope aussi machiavélique que les plus abominables colons2 ».

5Quoi qu’il en soit, Saint-Rémy, avec sa fougue native, son inexpérience et son idéalisme d’intellectuel, se lança dans la tourmente au point d’être nommé, en dépit de ses blâmes contre la militarisation du régime, lieutenant-colonel et commandant dans l’armée populaire révolutionnaire du Sud et de rédiger la Proclamation au nom du peuple souverain du gouvernement provisoire qui aboutit au renversement de Boyer par Rivière-Hérard dont il avait pris le parti. S’ouvrit alors une ère d’anarchie marquée par une longue série de mouvements insurrectionnels assortis de guerres civiles. La première insurrection renversa le nouveau président moins d’un an après, puis, à la même cadence rapide, ses successeurs, les généraux noirs Guerrier, Pierrot et Riché, avant que le commandant de la garde présidentielle, Faustin Soulouque, ne soit porté au pouvoir en 1847 à la faveur de ce que l’on a appelé la « politique de doublure ». Entraîné dans la débâcle riviériste et emprisonné avec quarante-cinq autres opposants lors d’un complot découvert à Port-au-Prince en 1845, Saint-Rémy, qui était alors marié et père de deux enfants, fut condamné par contumace pour insubordination envers le président de la République et se réfugia après s’être évadé, selon une habitude devenue récurrente dans l’histoire d’Haïti, dans une île voisine, en l’occurrence Saint-Thomas, danoise à l’époque, où il resta trois ans, jusqu’en mars 1848, avant de repartir pour Paris où il se livra durant son exil à de nombreuses recherches dans les archives françaises jusqu’à son retour en Haïti après juin 1850. À cette date, il publia chez Moquet à Paris sa Vie de Toussaint Louverture, dédiée à son épouse qui décéda longtemps après lui aux Gonaïves, très âgée, vers 1903.

6C’est dans cette dernière ville qu’on le retrouve en 1851, « avocat des Cours impériales de l’Ouest et du Sud », levant accessoirement le plan de la ville et publiant les Mémoires pour servir à l’histoire d’Haïti de Boisrond-Tonnerre. Mais en 1853, bien que se présentant toujours sous le même titre mais sans doute déçu dans son libéralisme par la brutale réalité du régime de Soulouque, il est à nouveau exilé à Paris où il publie les Mémoires de Toussaint Louverture, dans la présentation desquels il évoque « l’exil pénible et rigoureux, autant que peu mérité, qu’[il] subi[t], et dont le souvenir a dû sortir de la mémoire de l’empereur Faustin Ier, car ceux qui l’ont approché disent qu’il a le cœur noble et grand ».

7Cette publication précède le dépôt à la Bibliothèque nationale des deux premiers tomes de son œuvre majeure, Pétion et Haïti. « Étude monographique et historique » monumentale, à laquelle il consacra les derniers moments de sa vie, dans une certaine gêne, sujet à des déceptions tant politiques que littéraires qui altérèrent sa santé, publiant à ses frais à grandes difficultés en juillet 1857 le cinquième tome. Il s’éteignit deux mois plus tard sans avoir trouvé les moyens de faire imprimer le sixième et dernier, dont le manuscrit, saisi par l’éditeur, est aujourd’hui perdu, tout comme celui de sa dernière étude intitulée Coup d’œil sur la république d’Haïti de la révolution de 1843 à l’avènement de l’Empire. Cette lecture nous aurait sans doute éclairés sur un parcours politique tourmenté et une vie courte mais bien remplie, même si elle s’acheva dans de grandes déconvenues.

Mémoires ou mémoire

8Contrairement à l’œuvre majeure de Saint-Rémy, Pétion et Haïti, rééditée à Paris en 1956 chez Berger-Levrault par les soins du docteur haïtien François Balencour, les Mémoires de Toussaint (comme ceux de Boisrond-Tonnerre) n’ont pas connu à ce jour de réédition, si l’on ne tient pas compte des reproductions en fac-similé offertes uniquement au public haïtien par l’éditeur Fardin. Quant au texte de Toussaint lui-même, connu depuis 1818, époque à laquelle l’abbé Grégoire en avait révélé l’existence dans son célèbre ouvrage De la littérature des Nègres, il n’a été publié, de manière isolée et sans notes infra-paginales, en dehors de quelques fragments parus dans le journal La Presse à Paris en 1845, que dans le troisième tome de l’Histoire de Toussaint Louverture de l’historien haïtien Pauléus Sannon à Port-au-Prince en 1933. Il figure en appendice des Lettres du général Leclerc éditées à Paris en 1937 par Paul Roussier pour la Société de l’histoire des colonies françaises et la librairie Ernest Leroux, et enfin avec les notes de Saint-Rémy, mais de manière très confidentielle en Haïti seulement, dans la revue Le Document dirigée par Mentor Laurent, dans son n° 4 d’avril 1940. Cela seul suffirait à justifier l’initiative de réédition prise par les éditions de La Girandole. On y ajoutera que, publiées par Saint-Rémy dans le même esprit de contribution à la compréhension de deux moments essentiels de l’histoire du pays, les deux Mémoires (de Toussaint et Boisrond-Tonnerre), en dehors de leur exceptionnelle importance originelle, sont accompagnés d’un appareil critique et de documents complémentaires assez similaires, qui reflètent le résultat des recherches assidues de Saint-Rémy dans les archives françaises croisées avec l’histoire orale haïtienne, ce qui en accroît encore l’intérêt.

9Il faut en préalable lever une ambiguïté sur le titre donné par Saint-Rémy à cette publication et qui semble avoir été en grande partie influencé précisément par celui qu’il avait donné deux ans plus tôt aux Mémoires pour servir à l’histoire d’Haïti de Boisrond-Tonnerre. Alors que Paul Roussier présente simplement et plus justement le texte sous le titre Mémoire pour le général Toussaint Louverture, qui figure bien ainsi sur l’original, Saint-Rémy l’intitule Mémoires du général Toussaint-L’Ouverture... pouvant servir à l’histoire de sa vie, pluriel qui oriente immédiatement vers une tout autre interprétation : celle d’une chronique ou d’annales, ou, au minimum, de la relation écrite que fait une personne des événements auxquels elle a participé ou dont elle a été témoin, voire de sa vie ; alors que le singulier ouvrait uniquement sur le sens premier d’exposé ou de requête écrite pour soutenir la prétention d’un plaideur. Or c’est bien ici d’un mémoire justificatif, d’un exposé fait par Toussaint de sa conduite et de celle de Leclerc qu’il s’agit, d’un plaidoyer pro domo par lequel il souhaite présenter à Napoléon sa propre version des événements qui l’ont conduit à l’incarcération au fort de Joux afin d’obtenir de son geôlier une confrontation avec son vainqueur Leclerc et un jugement en bonne et due forme devant un tribunal militaire, qui lui sera d’ailleurs dénié jusqu’au bout. C’est tout le sens de l’émouvante supplique finale écrite de sa propre main dans laquelle il fait appel à la justice de Napoléon. Il est à la lecture indubitable que c’est Paul Roussier qui est dans le vrai en laissant le mot au singulier, ce que Pauléus Sannon ne fait pas, se contentant de supprimer la mention « pouvant servir à l’histoire de sa vie ». L’observation de l’exemplaire original conservé aux Centre des archives d’outre-mer d’Aix-en-Provence, celui-là même que Paul Roussier dit avoir utilisé et dont il reproduit le dernier feuillet comprenant la supplique finale de la main de Toussaint et sa signature assortie des trois points maçonniques, le confirme.

10On peut alors se demander pourquoi Saint-Rémy a cru bon de préciser en note après Mémoires : « Ce titre est textuel » alors qu’il avait été manifestement modifié et qu’il ne se trouve pas sur le manuscrit original. Se serait-il cru autorisé à ajouter cet « s » pluriel par la présence d’un additif qui pouvait à la rigueur être considéré comme un second mémoire ? Mais comment n’aurait-il pu voir qu’il se trouvait alors en pleine inconséquence en recopiant fidèlement le titre du second mémoire sous sa forme originelle : « Addition au présent mémoire », tout en prenant la peine de préciser à nouveau en note : « Ce nouveau titre est textuel » ? Avant toute spéculation, il est indispensable d’essayer de comprendre comment Saint-Rémy a travaillé et sur quel document.

Les sources manuscrites

11Pauléus Sannon, suivi en cela par Paul Roussier et à l’inverse de Saint-Rémy, indique assez clairement sa source, en l’occurrence :

  • 3 La série AF est consacrée aux archives du pouvoir exécutif en général, parmi lesquelles le fonds AF (...)
  • 4 Henri Pauléus Sannon, Histoire de Toussaint Louverture, Port-au-Prince, Imprimerie Auguste A. Hérau (...)

[...] aux Archives nationales, à Paris, carton A.F. IV 12133 [et non AF14, comme recopié par erreur par Roussier], un manuscrit de 24 pages in-folio, sur papier grand format, écrites au recto et au verso. Il est entièrement de la main de Toussaint-Louverture avec son orthographe phonétique, et signé de lui [Sannon souligne]. Il en existe une copie faite avec l’orthographe usuelle par une main étrangère, mais que Toussaint-Louverture a authentifiée en la revêtant de sa signature [... et que] Ardouin [Beaubrun] et St-Rémy attribuent [...] à Martial Besse qui était détenu au fort de Joux en même temps que l’ancien gouverneur de St-Domingue4.

12On notera au passage que cette version de l’original de la main de Toussaint et de la copie de Martial Besse est doublement accréditée par Saint-Rémy à la fois dans son titre lorsqu’il indique « écrits par lui-même » et dans la présentation lorsqu’il évoque « ces longues pages toutes écrites de la main du Premier des Noirs ». Il en profite d’ailleurs pour placer en note un couplet sur l’étrange retour du sort qui fait que Toussaint, l’ennemi acharné et le bourreau des mulâtres dans la guerre du Sud, soit redevable précisément à un homme de cette classe (Martial Besse) de l’une de ses dernières consolations et aides dans sa prison.

  • 5 SHD, Vincennes, GD 284, cité par Pierre Pluchon, Toussaint Louverture de l’esclavage au pouvoir, Pa (...)
  • 6 Général Nemours, « La tentation et la mort du Christ noir, Toussaint Louverture », Revue de la Soci (...)

13Roussier conclut de tout cela qu’il y aurait eu trois manuscrits, un « exemplaire de la main de Toussaint », « une copie signée de lui », qui serait celle effectuée par Martial Besse, tous deux aux Archives nationales, et un troisième exemplaire « qui se trouve aux archives coloniales [et qui est] celui que nous reproduisons », comptant 48 pages numérotées et dans lequel on observe parfaitement la supplique finale de la main de Toussaint. Vérification faite, il s’avère que l’exemplaire de 24 pages « entièrement de la main de Toussaint » évoqué par Sannon correspondrait plutôt à un autre mémoire, une sorte de journal de ses opérations militaires, que Toussaint avait tenu et conservé secrètement, caché et plusieurs fois plié dans un linge – d’où son très mauvais état – à l’intérieur de son bonnet où on le trouva après sa mort. Cela nous est confirmé par une lettre du dernier geôlier de Toussaint, Amiot, adressée au ministre de la Guerre de Louis XVIII le 24 août 18145, dans laquelle il dit très clairement en proposant de le transmettre que « cette pièce a resté très longtemps cousue dans un linge et placée secrètement dans un bonnet sur la tête de Toussaint [ce qui] l’a mise dans un état répugnant et difficile à lire ». On ne peut exclure d’ailleurs que ce manuscrit soit celui que le prisonnier avait tout d’abord présenté à Caffarelli qui en fait état dans son rapport à Bonaparte6. Amiot ajoute : « J’en ai tiré une copie, au château de Joux, qui n’est connue que de moi et que je puis considérer comme l’original. » Et la réponse inhabituellement rapide du ministre en date du 9 septembre (« Je le recevrai avec intérêt. Je vous prie de me le faire parvenir le plus vite possible ») montre que le document a, selon toute vraisemblance, été transmis, ce qui expliquerait sa présence actuelle aux Archives nationales. Parmi les autres manuscrits conservés sous la même cote, figure une copie portant à la fin les mêmes lignes de supplique écrites et signées par Toussaint que celui des archives d’outre-mer à Aix. C’est bien celui que Sannon qualifie de copie authentifiée, copie qui aurait donc été faite et complétée par Toussaint en au moins deux exemplaires, comme cela était fréquent à l’époque.

14La copie de référence de Roussier est donc bien le document dicté par Toussaint dans sa prison, non pas à Martial Besse comme l’affirme sans preuves Saint-Rémy à la suite d’Ardouin, mais au secrétaire blanc du fort de Joux nommé Jeannin, appelé à ce faire par Caffarelli. Il eût été en effet tout à fait impensable que les ordres formels du ministre de la Marine portant confinement au secret absolu de Toussaint aient pu être transgressés au point de le laisser communiquer avec cet autre prisonnier d’État indigène déporté de la colonie qu’était Martial Besse. Caffarelli note d’ailleurs très précisément dans son rapport que « sa prison est froide, saine et très sûre. Il ne communique avec personne ».

  • 7 Colonel Nemours, Histoire de la captivité et de la mort de Toussaint Louverture. Notre pèlerinage a (...)

15Dès qu’il fut privé de la présence de son domestique Mars Plaisir, Toussaint, en effet, entré au fort de Joux le 5 fructidor an X (23 août 1802), ne vit plus, et encore rarement, que le commandant du château, le chef de bataillon Baille (auquel succéda à sa mort Amiot), et son secrétaire, Jeannin, ainsi qu’à quatre reprises, entre le 15 et le 28 septembre, Caffarelli, aide de camp de Bonaparte envoyé pour l’interroger essentiellement sur son trésor de guerre après que Toussaint eut fait savoir au Premier consul par l’intermédiaire du ministre de la Guerre qu’il avait des choses à révéler. C’est à l’occasion d’une de ces rencontres avec Caffarelli que Toussaint lui remit ce qu’il appelle très clairement dans une lettre du 16 septembre 1802 son « rapport » : « J’ai chargé le général Caffarelli, votre aide de camp, de vous remettre mon rapport. Je vous prie de le prendre en considération ; son honnêteté et sa franchise m’a [sic] forcé de lui ouvrir mon cœur. Salut et respect. » Ce point est d’ailleurs confirmé par Caffarelli lui-même7 qui précise que lors de sa seconde visite (c’est-à-dire effectivement le 16) le prisonnier se contenta de répondre à ses questions en lui tendant « un mémoire manuscrit » et en demandant d’« y insérer un article écrit de sa main », mais que comme il ne pouvait le lire, il « pria Toussaint Louverture de le lui dicter ». Sans réponse de Bonaparte, Toussaint lui écrit à nouveau le 28, évoquant alors ce qu’il appelle sa « réclamation » : « Général et Premier Consul, je vous prie au nom de Dieu, au nom de l’humanité, de jeter un coup d’œil favorable sur ma réclamation. » Toujours ignoré de son interlocuteur une douzaine de jours plus tard, il insistera enfin auprès de Caffarelli lui-même après leur dernier entretien dans un mot de sa propre main pour lui demander d’intervenir auprès de Bonaparte sur le même sujet :

  • 8 AN, Colonies, EE 1191, dossier Toussaint Louverture.

Au cachot du fort Gout [sic], ce 17 vendémiaire an XI [9 octobre 1802], Général, je vous pri de rafraîchir la mémoire du Premier Consul à mon égard [...] faites lui pancé à ma réclamation de prononcer sur mon sor [...], je vous pris de me faire un mot de réponce8.

16L’écriture fine et déliée, à l’orthographe correcte, qui précède celle, plus grossière et phonétique, de Toussaint sur le mémoire est donc bien celle du secrétaire Jeannin, comme cela est confirmé par ailleurs par une correspondance adressée par ce dernier à Isaac Louverture dans laquelle il dit textuellement « avoir servi souvent de secrétaire au prisonnier, et avoir notamment écrit sous sa dictée les mémoires [nous soulignons] qu’il a, dans le temps de sa détention, fait passer au gouvernement ». On notera au passage, outre la confirmation de l’authenticité du document apportée s’il en était encore besoin par cette lettre, qu’employé ainsi le terme « mémoires » au pluriel peut tout à fait s’appliquer correctement à des mémoires justificatifs comme c’est le cas. Ces raisons essentielles font qu’il a paru utile de publier textuellement ce document en appendice de la réédition afin notamment que l’on puisse mesurer les écarts observables avec ce qu’a publié Saint-Rémy.

17L’exemplaire de référence transcrit par Roussier diffère en effet de la version donnée par Saint-Rémy sur bon nombre de points dont le premier est qu’il ne présente pas de « s » au mot « mémoire » dans son titre, mais aussi, sans entrer dans tous les détails, qu’il n’a pas subi ces réaménagements « littéraires » destinés à en améliorer la qualité d’expression ou stylistique que semble s’être autorisés Saint-Rémy. À moins que ces aménagements n’aient été l’œuvre d’un copiste dont les services auraient été requis, soit par Saint-Rémy, soit par un autre personnage avec lequel il aurait pu entrer en relation à Paris. On pourra noter à ce sujet que Saint-Rémy indique clairement dans sa présentation liminaire qu’il avait eu communication par l’intermédiaire d’une relation universitaire parisienne d’une copie établie pour le général Desfourneaux. Si l’on peut admettre aisément cette volonté de rendre la lecture plus aisée, tout en s’interrogeant sur les questions qu’elle pose pour la fidélité au texte originel, phénomène somme toute assez habituel au XIXe siècle, on est en droit de s’étonner davantage du lourd contresens que peut induire la présence de cet « s » dans le titre, d’autant que Saint-Rémy ajoute, après le terme « Mémoires », « écrits par lui-même » alors qu’il dit clairement ailleurs que Martial Besse a pris en note les déclarations de Toussaint. L’explication la plus probable de cette regrettable approximation est qu’emporté par une fougue qu’on a souvent constatée chez le personnage, en matière politique notamment, et dont la source se situerait sans doute dans l’excitation provoquée par la « découverte » d’un document inédit « de la main » du héros national, Saint-Rémy aurait imaginé d’emblée se trouver en présence d’un texte qui pouvait servir à éclairer le profond mystère dont reste entourée la vie du père fondateur de la nation haïtienne, ce qui est loin d’être le cas.

Une édition haïtienne

18Cela posé, il faut bien distinguer dans les Mémoires de Toussaint Louverture tels que les présente Saint-Rémy plusieurs éléments de nature différente qui en font tout l’intérêt, distinction à laquelle le long sous-titre dans le goût de l’époque nous invite. Avec les Mémoires eux-mêmes, Saint-Rémy produit un appareil critique qu’il présente dans le titre par la formule « suivis de notes et renseignements », c’est-à-dire de notes infra-paginales destinées à mieux faire connaître essentiellement les lieux et les événements majeurs, ainsi surtout que les nombreux protagonistes « de toutes les couleurs » selon la formule consacrée d’époque. Cet appareil de notes, très largement développé au point qu’il occupe parfois plus de place dans certaines pages que le corps du texte lui-même, est d’un indéniable intérêt, non seulement pour la connaissance de l’histoire et du « terrain » locaux qu’il apporte à travers ce qui pourrait constituer en publication séparée un véritable dictionnaire biographique, historique et géographique haïtien – ou « Guide général en Haïti » – à la manière de celui établi un peu plus tard par Séméxant Rouzier, mais aussi pour l’appréhension d’une certaine vision haïtienne des choses. Ce dernier point est encore plus sensible dans la présentation de l’ensemble que Saint-Rémy annonce dans le titre par la formule « précédés d’une étude historique et critique ». Cette présentation en 27 pages (sur l’original) se subdivise en deux grands mouvements : le premier est une défense et illustration en une dizaine de pages, à travers l’exemple d’Haïti, de ce que Saint-Rémy appelle « la race noire », exercice somme toute assez banal chez les écrivains haïtiens de l’époque mais qui ne manque pas d’être révélateur d’un certain état d’esprit, voire d’une « idéologie » mulâtre ; le second, plus composite, nous intéresse plus particulièrement par ce qu’il nous apprend à la fois sur la « découverte » et l’établissement du texte par Saint-Rémy et aussi sur la manière dont il l’a abordé et compris, sans oublier quelques éléments de la vie de l’auteur évoqués au passage et un retour sur son pays d’adoption envisagé cette fois non plus dans son glorieux passé mais dans une perspective d’avenir.

19Dans ce plaidoyer pour ce que Saint-Rémy appelle « ma race », bon nombre d’éléments peuvent nous surprendre aujourd’hui, qu’il s’agisse de la discussion passionnée des à-peu-près scientifiques communs à l’époque sur l’angle facial ou la théorie des climats, ou, de manière plus gênante, d’une certaine propension à la contradiction, à la présentation d’éléments contre-productifs pour ses propres thèses. C’est le cas lorsque, dans le cours de son apologie du « Premier des Noirs », Saint-Rémy nous le montre se couvrant du manteau de la superstition qu’il assimilait à la religion, pour mieux flatter et diriger « les passions grossières des siens », passant du confessionnal aux cours prévôtales, de l’absolution du prêtre et de l’invocation continuelle du saint nom de Dieu à la pire des cruautés pour raison d’État, « prétexte si facile à invoquer par les tyrans », et finalement, « exagérant le crime comme la vertu [...], ce qui prouve qu’il n’y a pas de races meilleures ou pires les unes que les autres ». On est surtout désarçonné par les deux grands reproches qu’il lui adresse et qui, on doit bien en convenir, aboutissent à dévaloriser son personnage, même si ces questions ont toute leur pertinence et justesse historique : « ses fausses préventions contre les anciens libres nègres et mulâtres qu’il enveloppa toujours dans la même prescription » et « sa ligue avec les colons [comprendre “Blancs”, les émigrés qu’il avait rappelés] pour rétablir l’esclavage sous la forme de la glèbe ».

20On touche même au parfait contresens lorsque Saint-Rémy se prend à regretter que « les Mémoires ne commencent pas malheureusement à la naissance de leur auteur », et va jusqu’à reprocher à Toussaint de ne pas avoir évoqué son rôle dans l’insurrection des esclaves en 1791, son passage à l’Espagnol puis son ralliement à la République, et surtout de ne pas s’être expliqué sur « l’horrible guerre civile qu’il fit à André Rigaud », faisant ainsi silence sur « les deux graves périodes de la race noire à Saint-Domingue ». On sent d’ailleurs que Saint-Rémy a parfois quelque mal à suivre son personnage sous ce rapport : « L’histoire dira que deux choses perdirent L’Ouverture : ses fausses préventions contre les anciens libres, nègres et mulâtres [...] et sa ligue avec les colons pour rétablir l’esclavage sous la forme de la glèbe. » Même s’il reconnaît que ces Mémoires « serviront à réfuter victorieusement les fausses et malignes assertions que Boisrond-Tonnerre hasarde contre lui » et qui sont à la source de tout un courant d’interprétation politiquement partisane de son rôle historique confronté à celui de Dessalines : suffisamment (ou trop) « noiriste » dans son attitude envers les hommes de couleur, Toussaint n’aurait pas été assez « anti-blancs » par rapport au radicalisme de son successeur qui aboutit à leur éradication totale par le grand massacre organisé dans les mois qui suivirent l’indépendance.

  • 9 Lorimer Denis et François Duvalier, Le Problème des classes à travers l’histoire d’Haïti, Port-au-P (...)

21On ne peut s’empêcher de remarquer sur ce dernier point, dans le sens – minimaliste – d’une difficulté pour Saint-Rémy à prendre quelque hauteur sur le sujet, qu’il n’est pas sans signification que François Duvalier lui-même, le sinistre « Papa Doc », dans une étude sur la question de couleur fondamentale pour l’établissement de sa doctrine nationaliste noiriste, ait été amené à citer par deux fois Saint-Rémy. La première, à propos de l’affaire Laveaux-Villatte au Cap, qui, dit Saint-Rémy, « prit une proportion de guerre de caste » dans la mesure où « les Nègres en soutenant le représentant de la France soutenaient aussi Toussaint Louverture que les conspirateurs [les Mulâtres et Blancs réactionnaires partisans de Villatte] détestaient à l’égal du gouverneur [Laveaux] ». Et la seconde, à propos de la guerre des couleurs (dite guerre du Sud) entre Toussaint et Rigaud, lorsqu’il rappelle que « Saint-Rémy malgré son extrême partialité pour lui, ne peut s’empêcher de dire [que] la nomination de Toussaint Louverture au grade de général de division fut un coup de poignard porté à Rigaud9 ». Cette rencontre apparemment contre nature du politicien noiriste, sous le règne duquel le personnage de Toussaint connut une sévère période de rejet et d’occultation, et de l’idéologue mulâtre historique, qui ne sait trop comment juger son action, doit nous amener à réfléchir sur les méfaits d’un nationalisme outrancier et de son exploitation en lien avec ce qu’il faut bien appeler le racisme dans un contexte d’isolement international et de délicate cohabitation interne de personnes d’origines très différentes au sein d’une même nation.

22Et que dire, pour finir, de cette dédicace à Harriet Beecher-Stowe, dont on peut se demander si Saint-Rémy l’a bien lue et comment ; dans son entreprise de réhabilitation d’Haïti et de ce qu’il appelle sa race, il n’a pu relever le passage où l’auteur de La case de l’Oncle Tom affirme expressément :

  • 10 Harriet Beecher-Stowe, La Case de l’oncle Tom, réédition, Venders, Gérard & Cie, 1966, p. 567-568.

[...] peupler le Libéria d’une race ignorante, dépourvue d’expérience, à demi barbare, qui vient de rompre les chaînes de l’esclavage, ne servirait qu’à prolonger pendant des siècles la période de lutte et de conflits qui accompagne les débuts de toute nouvelle entreprise10.

23Mais il faut bien reconnaître que ces errements tiennent davantage à l’esprit d’une époque qu’à une quelconque insuffisance de l’auteur et qu’en 1853, dans le contexte d’isolement et de rejet que connaissait la première République noire du monde, il était bien difficile à un Haïtien aimant son pays de ne pas se sentir investi du devoir de lutter par tous les moyens pour sa reconnaissance par le concert des nations occidentales qui tardaient à entériner la décision obtenue de la France en 1825.

24Un autre centre d’intérêt de l’ouvrage est que les Mémoires sont par ailleurs accompagnés d’un certain nombre de documents annexes annoncés partiellement dans le titre comme un « appendice contenant les opinions de l’Empereur Napoléon Ier sur les événements de Saint-Domingue ». Cet « appendice », dont le contenu explicité à la suite ne concerne en fait que le premier document, se présente sous la forme d’un montage de cinq pages extraites de diverses œuvres émanant de témoins directs de la captivité à Sainte-Hélène, telles quelles sont sommairement indiquées en notes par Saint-Rémy. Tout d’abord, les Mémoires de Napoléon proprement dits, « volume 4, p. 266 », qui sont en réalité ces Mémoires pour servir à l’histoire de France sous Napoléon écrits à Sainte-Hélène par les généraux qui ont partagé sa captivité et publiés sur les manuscrits entièrement corrigés de la main de Napoléon, publiés chez Firmin Didot à Paris en 1823 et réédités en 1830, puis par C. Liskenne et Sauvan dans la « Bibliothèque historique et militaire » en 1842, et plus précisément, pour l’extrait utilisé, un passage de la partie écrite par le général-comte de Montholon tiré de la première des quatre notes dictées par l’Empereur à propos de l’ouvrage Mémoires pour servir à l’histoire de la révolution de Saint-Domingue du général-baron Pamphile de Lacroix. Ce texte est complété par un extrait du célèbre Mémorial de Sainte-Hélène du comte de Las Cases, publié en 1824 à Paris chez Firmin Didot, et enfin, un autre du Napoléon en exil, ou l’écho de Sainte-Hélène du médecin irlandais Barry Edward O’Meara publié à Bruxelles en 1824. Sans nous attarder sur le caractère forcément arbitraire du regroupement de trois passages extraits de leur contexte, on notera qu’au deuxième extrait, le plus connu par les regrets qu’il rapporte, les deux autres apportent un éclairage qui met clairement en lumière la genèse de l’expédition, les hésitations et les doutes de l’Empereur sur l’attitude à adopter face à Toussaint et précise encore le poids des pressions exercées par son entourage.

25Ces opinions sont précédées de deux autres documents : six pages intitulées « Mort du chef de brigade Dommage » que Saint-Rémy, après avoir affirmé que « le premier devoir de l’écrivain est de signaler les sources où il puise, afin qu’on en puisse constater la pureté », présente comme extraites des Mémoires inédits d’un « bon et digne vieillard blanc », ancien colon de Jérémie (dans le sud d’Haïti) ; et une dizaine d’autres présentées sans indication de source ni de date sous forme de dialogue responsif avec la proclamation du général Leclerc comme une « Proclamation de Toussaint L’Ouverture, gouverneur de Saint-Domingue, à tous les habitants de cette infortunée colonie ». Il est regrettable, là aussi, que Saint-Rémy n’ait apporté aucune précision sur l’origine de ce document, très curieux à la fois par sa forme et par son fond, dont l’authenticité, dont on ne peut s’assurer immédiatement, pourrait paraître à première vue éminemment suspecte. Cette proclamation de Toussaint est en fait la réponse qu’il rendit effectivement le 10 ventôse an X (1er mars) à celle de Leclerc du 28 pluviôse an X (17 février 1802) le mettant, lui et Christophe, hors la loi. Elle se présente comme un montage réfutant article par article celle de Leclerc dont elle prend systématiquement le contre-pied.

26On s’interroge de manière plus nette encore sur l’origine et l’authenticité de la dizaine de pages qui viennent ensuite et que Saint-Rémy donne pour la transcription d’un « rapport plein de lacunes trouvé dans la cour du gouvernement de Port-au-Prince », adressé à Pétion après les Cent-Jours par l’un des négociateurs français de l’indemnité, l’adjudant général gersois Dauxion-Lavaysse. Ce texte se présente également comme un dialogue mettant en scène le rapport que fait le négociateur à l’Empereur à son retour d’Haïti, rapport qui est tout à l’honneur du président Pétion et lourdement à charge pour son ennemi du moment, le roi noir du Nord Henri Christophe. Rien ne permet, naturellement, d’en garantir l’authenticité, ni de comprendre pourquoi Dauxion-Lavaysse l’aurait adressé à Pétion, ni de savoir si Saint-Rémy ne l’a tout bonnement pas rédigé lui-même à partir de la correspondance de Dauxion-Lavaysse, dont une note nous prouve qu’il en avait au moins pris connaissance dans les archives du ministère de la Marine. Il n’y a rien de particulier à ajouter sur les quelques documents originaux authentiques qui suivent. Il faut surtout en reconnaître l’utilité de publication pour une compréhension générale plus large des événements qui ont entouré l’indépendance d’Haïti, même si d’autres tout aussi significatifs auraient pu trouver leur place ici. C’est le cas du « Décret impérial » du 29 mars 1815 d’abolition de la traite signé par Napoléon, de l’« Ordonnance du Roi » Charles X du 17 avril 1825 reconnaissant l’indépendance d’Haïti (assortie d’un commentaire approprié de Saint-Rémy sur la forme), du « Rapport au Roi » du comte de Chabrol, non daté, sur la réception et l’entérinement à Port-au-Prince de cette ordonnance, extrait du Télégraphe, Gazette officielle d’Haïti de la même date sur le même sujet, et « Proclamation au peuple et à l’armée » du président Jean-Pierre Boyer en date du 11 juillet sur le même sujet.

  • 11 Il s’agit de la première photographie de l’original faite en 1989 dans le cadre de la demande d’exp (...)

27Il nous faut en venir enfin à un dernier élément présenté dans le titre qui est que les « Mémoires [sont...] orné [sic] d’un beau portrait gravé par Choubard ». On ne voit pas d’où Saint-Rémy tire cette mention d’origine et l’on se contentera, sur ce vaste sujet qu’est celui des représentations plus ou moins fantaisistes de Toussaint, de préciser que ce portrait en buste de profil, largement répandu mais à l’authenticité aujourd’hui contestée, est très proche de la célèbre lithographie de Delpech d’après la gravure de Maurin en 1832 (mais en profil inversé). Saint-Rémy ne connaissait apparemment ni le médaillon familial recueilli au musée du Panthéon national d’Haïti ni le portrait en pied fait par Baquoy en juin 1802 et retrouvé en Haïti en 1989, qui permettent aujourd’hui de connaître le vrai visage de Toussaint tel que nous l’avons fait figurer sur la couverture de la réédition de 2009 à partir d’un document de notre fonds iconographique en cours de numérisation de sauvegarde avec le CNRS11.

Plaidoyer pro domo

  • 12 Gabriel Debien, « Les biens de Toussaint Louverture », Revue de la Société haïtienne d’histoire et (...)

28On se tromperait donc, à l’évidence, en voulant voir dans cet écrit de Toussaint, comme nous y incite Saint-Rémy, une autobiographie riche en révélations inédites. Certes, le texte présente un intérêt dans ce domaine, notamment sur la famille et les premières années de la vie de Toussaint qui, jusqu’à la cinquantaine, restent très mal connues, faute précisément de documents. On y apprend, par exemple, qu’au moment de la rédaction du Mémoire, le père de Toussaint, le fameux Gaou-Guinou de la tradition haïtienne, rebaptisé Hippolyte, était encore vivant et « âgé de 105 ans ». Si ce point, qui paraît a priori surprenant, s’avère finalement bien attesté, il n’en est pas de même de quelques autres affirmations de Toussaint, notamment celles concernant sa fortune. « J’avais de la fortune depuis longtemps. La Révolution m’a trouvé avec environ six cent quarante-huit mille francs », proclame-t-il, alors que l’on sait très bien aujourd’hui que, bien que libre depuis plusieurs années avant la Révolution, il n’avait aucune propriété foncière et qu’il n’était que fermier d’une petite caféière sur laquelle travaillait une demi-douzaine d’esclaves lui appartenant. C’était là toute sa fortune et ce ne fut qu’une fois devenu gouverneur qu’il accumula les plantations et se constitua ce qui devait devenir une très grande fortune12. Et il ajoute immédiatement qu’il a épuisé cet argent « en servant la Patrie » (« j’ai dépensé tout cet argent pour payer la troupe », dit-il à Caffarelli) et qu’il avait seulement « acheté une petite propriété pour y établir [son] épouse et [sa] famille », alors que l’on connaît très bien son important capital foncier qui se montait à plus d’une quinzaine de maisons et habitations (des caféières principalement), y compris dans la partie espagnole, sans compter les revenus des nombreuses fermes qu’il s’était fait attribuer, en usant au besoin de prête-noms. On saisit parfaitement ici le double mouvement d’une duplicité souvent relevée chez Toussaint, ou tout au moins sa matoiserie face à une certaine difficulté à justifier une position inconfortable : comment montrer qu’il n’avait pas besoin de s’enrichir alors que tout prouve qu’il bénéficia largement à titre personnel de sa position ?

Figure no 21 – Toussaint Louverture après sa déportation à son arrivée à Brest, Pierre-Charles Baquoy, 1802.

29Mais d’un autre côté, comment ne pas constater qu’en dictant ce mémoire, le prisonnier s’évade vers son pays, se redresse, et que, s’il est très péniblement touché par ce qui lui arrive, s’il se sent « malheureux, ruiné, déshonoré et victime de ses services » selon ses propres termes à l’occasion de certaines brimades, lorsqu’on lui retire son uniforme de général, puis son rasoir, par exemple, le vieux Toussaint n’est pas complètement abattu. Il réagit en homme d’État et serre son jeu avec sa finesse habituelle doublée d’une élévation d’esprit, d’un sens des responsabilités, et pour tout dire d’une fermeté d’âme, qui sont la marque innée de grandeur et de dignité réservée en apanage aux hommes d’exception nés pour commander. Cette intention transparaît à plusieurs reprises dans ses propos, même rapportés a posteriori et à sa manière dans son rapport par son ennemi et tourmenteur Caffarelli. Il lui annonce ainsi d’emblée « qu’il ne compromettrait personne [...], qu’il dirait des choses vraies mais ne dirait pas tout », et couvre ensuite ses subordonnés en revendiquant fièrement sa responsabilité dans ses décisions et ses ordres, auprès de Maurepas par exemple à qui il revendique avoir donné lui-même l’ordre, lorsque Leclerc eut fait débarquer ses troupes, « de faire tout le mal qui a été fait depuis ».

30Il faut lire en fin de compte le mémoire de Toussaint Louverture tel qu’il le présente lui-même, comme un devoir militaire de vérité qui consiste à rendre « un compte exact de [sa] conduite », mais aussi comme un plaidoyer pro domo par lequel il demande pour finir à être confronté à Leclerc devant un tribunal et que l’on produise ses correspondances afin qu’il puisse faire la preuve de son innocence. Le fond de l’argumentation est simple mais efficace dans la mesure où il aurait pu être tout à fait crédible : il s’agit d’une question de personnes, d’un manque d’égards, voire de déloyauté, entre égaux, venant d’un général (Leclerc) à un autre (lui-même) et qu’il porte devant leur chef commun. À cette demande de jugement de Toussaint, Bonaparte ne répondit que par le silence et cette satisfaction ne fut jamais accordée au vieux combattant. Il mourut dans sa prison le 17 germinal an XI (7 avril 1803), six mois après Leclerc, sans avoir obtenu d’être admis à se justifier.

31En réalité, Toussaint, confortant une nouvelle fois son image de stratège opportuniste, ne s’était pas trompé sur le choix de son argumentation défensive : il s’agissait bien sans doute au fond d’une question de personnes, mais pas contre l’adversaire qu’il croyait, car ce qu’il ne pouvait connaître, c’était la teneur précise des instructions militaires, politiques et administratives de Bonaparte dont Leclerc était porteur et, par conséquent, le rôle exact du capitaine général qui se limitait en fin de compte à celui d’un subalterne, exécuteur zélé des volontés de son maître, lesquelles ne laissaient clairement aucune chance à Toussaint. L’article 1 des instructions prévoyait en effet un débarquement immédiat, sans discussion ou concertation, dans l’idéal le jour même d’arrivée en rade du Cap, la prise de possession du Môle par « un officier supérieur qui ait des intelligences avec les nègres qui dans ce pays sont ennemis de Toussaint », celle de Santo-Domingo (où commandait Paul Louverture) pour donner « un mouvement aux habitants du pays contre les nègres de la partie française », l’armement de tous les Blancs, hommes de couleur et Noirs fidèles (« on se servira des nègres sur lesquels on pourra compter »), et, seulement « une fois débarqué », l’envoi d’une lettre du capitaine général à Toussaint et de celle de Bonaparte avec ses deux enfants et leur précepteur. La reprise en main était prévue en trois « époques », la troisième étant « celle où Toussaint, Moyse et Dessalines n’existeront plus ». L’article 2 évoque le soutien des puissances voisines contre la « République noire » et notamment la promesse de Jefferson d’aider à « affamer Toussaint ». L’article 3 règle les mesures personnelles à prendre envers les principaux chefs noirs, en commençant par les flatter, notamment ceux « portés pour les Blancs » comme Christophe, Clairveaux, Maurepas..., avant de les embarquer tous « au même instant », et de déporter tous ceux qui « se sont mal comportés », en particulier les Blancs signataires de la Constitution, « agents » ou « partisans de Toussaint », « les femmes blanches qui se sont prostituées aux nègres », ou les hommes de couleur « qui ont servi Toussaint », au premier rang desquels Raimond qui « a perdu la confiance du gouvernement et doit être traité comme un criminel ». « Si Toussaint, Dessalines et Moyse étaient pris les armes à la main ils seraient dans les 24 heures jugés par une commission militaire et fusillés comme rebelles. » On amènera Toussaint à la soumission devant les troupes et « ce jour-là, sans scandales, sans injure, mais avec honneur et considération », il faudra le mettre dans une frégate pour la Lrance, pendant que Moyse et Dessalines seront déclarés « traîtres à la patrie » et poursuivis « jusqu’à ce qu’on ait leur tête et dissipé et désarmé tous leurs partisans ». L’article 4 remet en vigueur les règles administratives et commerciales d’Ancien Régime, avec une importante précision sur le rétablissement de l’esclavage dans l’ancienne partie espagnole, mais pas dans la française.

32En fait, celui que Toussaint prenait à témoin comme juge de sa conduite avait déjà décidé sa perte depuis longtemps. Les instructions données plus tard à Caffarelli nous le confirment et donnent une idée de l’irréductibilité de l’opposition entre les deux hommes autant que du caractère inévitable de la confrontation :

Vous lui ferez connaître l’énormité du crime dont il s’est rendu coupable en portant les armes contre la République ; que nous l’avions considéré comme rebelle dès l’instant qu’il avait publié sa constitution ; que d’ailleurs le traité avec la régence de la Jamaïque et l’Angleterre nous avait été communiqué par la cour de Londres.

33On sait que Leclerc exprima avant sa mort ses regrets en invoquant « les faux errements qui avaient dirigé les conseils du gouvernement dans le but de son expédition ». On connaît aussi ceux de Bonaparte exilé sur son rocher de Sainte-Hélène par un de ces retournements du sort dont l’histoire a le secret. Ce qu’on met plus rarement en avant et qui fit sans doute défaut au Premier consul, malgré quelques rapports très précis et documentés comme celui du général Kerverseau, c’est le poids du contexte et des circonstances dans le développement d’une évolution politique qui, d’un côté comme de l’autre, ne pouvait qu’aboutir à une opposition inéluctablement conflictuelle. Il n’a pas été assez dit à quel point les erreurs successives accumulées à répétition par les gouvernements révolutionnaires avaient pu créer dans une colonie d’outre-mer éloignée et si différente du territoire métropolitain les conditions d’une position aussi floue que livrée à elle-même du gouvernement local. Personne ne peut, pour finir, s’avancer sérieusement sur les véritables sentiments de Toussaint envers la France, résumés dans le dilemme entre indépendance et autonomie, même si l’on peut se douter de ceux que cet ancien chef royaliste entretenait envers la République. C’est assurément dans le cadre d’un conflit déjà très antérieur que s’inscrit en outre l’indéniable faux pas de l’expédition Leclerc. Des facteurs humains personnels, dont le parallélisme de destin de Toussaint et de son cadet de vingt-cinq ans Bonaparte, que les Anglais appelaient « le Mulâtre méditerranéen », ont sans doute aussi lourdement pesé. Car ce qu’il faut bien voir au fond, c’est la profonde incompatibilité personnelle et politique entre le « Premier des Noirs » et le « Premier des Blancs », qui se résume dans le choc de deux hommes d’exception, présents sur la scène politique au même moment historique et dont l’un des deux devait obligatoirement céder la place.

34Au-delà de ce que l’on peut objectivement considérer comme l’ultime manœuvre d’un personnage connu pour son intelligence politique et son opportunisme, comment nier l’injustice et la dureté, pour ne pas dire l’inhumanité, du traitement appliqué à un général et gouverneur français à qui rien ne pouvait enlever son droit à être régulièrement jugé. Bonaparte, à coup sûr, ne sort pas grandi d’une telle confrontation.

35Quant à Toussaint, quelle que soit l’opinion que l’on veuille se faire du personnage, héros ou criminel, on ne peut que reconnaître, ne fût-ce qu’en lisant ces lignes dictées par un ancien esclave a priori dépourvu à l’origine de tous moyens d’éducation, qu’il fut un homme extraordinaire, en tous points remarquable, doué d’étonnantes facultés d’intelligence et de volonté, et dont on saisit à travers un tel texte comment il a pu devenir une figure emblématique pour une grande partie de l’humanité.

Notes

1 Jacques de Cauna, Mémoires du général Toussaint Louverture, commentés par Saint-Rémy, réédition critique, préface et notes, Guitalens-L’Albarède, La Girandole, 2009.

2 Dr François Balencour, « Notice biographique sur Saint-Rémy », dans Joseph Saint-Rémy (des Cayes), Pétion et Haïti. Étude monographique et historique, 2e édition, Paris, Berger-Levrault, 1956, p. V.

3 La série AF est consacrée aux archives du pouvoir exécutif en général, parmi lesquelles le fonds AF IV, constitué des archives de la Secrétairerie d’État impériale (an VIII-1815), et plus précisément pour ce qui est des cotes 2012 à 2016, des rapports du ministre de la Marine touchant les colonies françaises entre l’an VIII et 1814. Ils contiennent notamment, parmi les documents annexes, des correspondances de Toussaint, comme d’ailleurs la série AF III, 202 à 210, cartons « Marine et Colonies » des archives du Directoire exécutif (an IV - an VIII).

4 Henri Pauléus Sannon, Histoire de Toussaint Louverture, Port-au-Prince, Imprimerie Auguste A. Héraux, 1920-1933, 3 tomes, t. I, p. 234.

5 SHD, Vincennes, GD 284, cité par Pierre Pluchon, Toussaint Louverture de l’esclavage au pouvoir, Paris, L’École-Port-au-Prince, Éditions Caraïbes, 1979, p. 368.

6 Général Nemours, « La tentation et la mort du Christ noir, Toussaint Louverture », Revue de la Société haïtienne d’histoire et de géographie, no 54, juillet 1944, reproduit dans le no 164, spécial bicentenaire de la Révolution, J. de Cauna (éd.), septembre-décembre 1989, p. 65-78.

7 Colonel Nemours, Histoire de la captivité et de la mort de Toussaint Louverture. Notre pèlerinage au fort de Joux, Paris, Berger-Levrault, 1929, d’après les procès-verbaux et rapport des visites de Caffarelli (AN).

8 AN, Colonies, EE 1191, dossier Toussaint Louverture.

9 Lorimer Denis et François Duvalier, Le Problème des classes à travers l’histoire d’Haïti, Port-au-Prince, Haïti, Imprimerie de l’État, au service de la jeunesse, collection « Les Griots », 1965, p. 25 et 45.

10 Harriet Beecher-Stowe, La Case de l’oncle Tom, réédition, Venders, Gérard & Cie, 1966, p. 567-568.

11 Il s’agit de la première photographie de l’original faite en 1989 dans le cadre de la demande d’expertise de l’ambassadeur de France en Haïti à la suite de la redécouverte de la gravure dans les combles de la résidence du manoir des Lauriers. Publiée en 1997 dans Haïti, l’éternelle révolution, elle a fait l’objet depuis de nombreuses copies sauvages diffusées principalement sur internet. Sur les questions iconographiques relatives aux représentations de Toussaint, voir Jacques de Cauna (éd.), Toussaint Louverture et l’indépendance d’Haïti. Témoignages pour un bicentenaire, Paris, Karthala-Société française d’histoire d’outre-mer, 2004.

12 Gabriel Debien, « Les biens de Toussaint Louverture », Revue de la Société haïtienne d’histoire et de géographie, no 139, juin 1983, p. 1-75.

Table des illustrations

Légende Figure no 21 – Toussaint Louverture après sa déportation à son arrivée à Brest, Pierre-Charles Baquoy, 1802.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

Auteur

Historien, docteur d’État, chercheur affilié au centre de recherche sur les esclavages (CIRESC/EHESS), est notamment l’auteur de : Au temps des Isles à sucre. Histoire d’une plantation à Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Karthala, 1987 ; Toussaint Louverture et l’indépendance d’Haïti. Témoignages pour un Bicentenaire, Paris, Société française d’outremer - Karthala, 2004.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540