Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

 | 
Éric Saunier

Deuxième partie. Paroles d'esclaves, du tribunal au récit de vie

Chapitre 8. William Wells Brown, récits d’esclaves et stratégies d’individuation et de publication

Marie-Jeanne Rossignol et Claire Parfait

Texte intégral

1William Wells Brown (1814 ?-1884), abolitionniste africain américain, est contemporain de Frederick Douglass, mais moins connu que ce dernier. Les deux hommes naquirent dans l’esclavage, tous deux fils d’une esclave et d’un homme blanc, tous deux choisirent de s’enfuir à l’âge de 20 ans, pour rejoindre ensuite les réseaux abolitionnistes du nord des États-Unis. Ils devinrent des orateurs remarqués dans la lutte contre l’« institution particulière » et, à deux ans d’intervalle, publièrent leur autobiographie, Douglass en 1845, Brown en 1847. Ces deux récits d’esclave se vendirent fort bien, et Douglass, tout en poursuivant une carrière militante, produisit deux autres autobiographies, l’une en 1855, la troisième et dernière en 1881. Brown, pour sa part, devient le premier auteur professionnel africain américain, auteur entre d’autres d’un roman, une pièce de théâtre, un récit de voyage, et plusieurs ouvrages d’histoire.

  • 1 Il faut rappeler ici que ce genre semble appartenir presque exclusivement au monde anglo-saxon : d (...)

2Cette contribution examine le récit d’esclave de William Wells Brown, qu’elle replace dans son contexte historique et géographique : quoique situé au nord de la ligne Mason-Dixon, le Missouri, où Brown passa presque toute sa jeunesse avant de gagner sa liberté, connaissait l’esclavage depuis l’époque coloniale ; mais la situation des esclaves y était différente de celle qui prévalait dans le Sud profond, alors en formation. Pourtant cet État septentrional était lié intimement à l’esclavage de la Louisiane, du Mississippi et de l’Alabama par le biais de la traite intérieure, sur laquelle le récit de Brown offre un témoignage incomparable. Sur un autre plan, les stratégies narratives utilisées par Brown comportent nombre de similitudes avec les autres récits d’esclaves, qui forment un véritable genre littéraire1. Mais Brown y exprime une voix bien particulière, et l’utilisation de l’humour, notamment, différencie son récit de la plupart des textes de ce type. Enfin, l’analyse du récit, sous l’angle de son histoire éditoriale, permet de mettre en relief la part prise par Brown lui-même dans la publication, la promotion et la diffusion du récit.

Géographie et histoire du récit de William Wells Brown : le Missouri

  • 2 Annette Wieviorka, L’ère du témoin, Paris, Plon, 1998, p. 98. L’étude d’Annette Wieviorka porte es (...)
  • 3 Ibid., p. 47.
  • 4 Ibid., p. 68-69.

3Si les récits des témoins de grands événements (Shoah, traite atlantique...) retiennent tant l’attention des lecteurs et s’emparent si efficacement des mémoires, il va sans dire que cela tient avant tout à la charge émotionnelle dont ils sont porteurs2. Cependant, nous dit Annette Wieviorka, ces récits, s’ils ne peuvent remplacer l’enquête historique dans sa rigueur et son ampleur, constituent parfois les seules preuves de l’existence d’un monde perdu, celui du shtetl d’Europe orientale par exemple, irrémédiablement disparu à l’issue de la Seconde Guerre mondiale3. Outre leur dimension littéraire indéniable, ils incarnent également une dimension collective4, et participent d’un combat contre l’oubli et pour la justice.

4Le récit de William Wells Brown ne constitue effectivement pas une enquête scientifique sur les années qu’il passa esclave dans le Missouri, puis sur sa fuite en 1834 : Brown ne donne pas d’informations d’ordre documentaire sur les spécificités de l’esclavage dans cet État bien particulier, qu’il s’agisse de lois, textes, ou chiffres. Pourtant, comme d’autres slave narratives, son texte fournit des éléments qui ont nourri, parallèlement à d’autres sources, le travail des historiens. Par conséquent, pour bien comprendre le récit de Brown aujourd’hui, il importe de pouvoir le replacer précisément dans le contexte spécifique du Missouri entre 1820 et 1834, depuis l’arrivée de Brown et de son maître dans l’État, jusqu’à la fuite réussie du jeune esclave dans l’Illinois, vers les Grands Lacs et le Canada. Sans une telle contextualisation, le récit de Brown pourrait se fondre dans la pléthorique série des slave narratives publiés aux États-Unis au XIXe siècle, à laquelle il emprunte son scénario de base, vie sous l’esclavage, puis péripéties de la fuite ; or Brown « s’évade » du Missouri, et non d’un État du Sud plus classique, comme la Virginie ou le Maryland. Pour apprécier à leur juste valeur maints aspects et anecdotes du récit, il convient donc de s’intéresser au Missouri, appendice esclavagiste situé au nord de la limite de la ligne Mason-Dixon qui sépare le Nord et le Sud des ex-colonies britanniques d’Amérique du Nord.

  • 5 Catherine Maumi, Thomas Jefferson et le projet du Nouveau Monde, Paris, Éditions de la Villette, 2 (...)
  • 6 John Craig Hammond, Slavery, Freedom and Expansion in the Early American West, Charlottesville, Un (...)

5Pourquoi le Missouri est-il un cas particulier et en quoi le récit de Brown constitue-t-il une introduction efficace à la question de l’esclavage dans le Missouri ? En 1787, l’ordonnance du Nord-Ouest avait prévu que les territoires situés entre l’Ohio, le Mississippi et les Grands Lacs, récemment acquis aux dépens de la Grande-Bretagne, ne pourraient accueillir d’esclaves5. En dépit de cette interdiction formelle, les premiers habitants de ces territoires, Ohio, Indiana et Illinois, débattirent vigoureusement de l’avenir de leurs États, que certains d’entre eux voyaient s’intégrer au monde sudiste6. Ils ne purent cependant aller à l’encontre de l’ordonnance. Jusqu’en 1803, date de l’achat de la Louisiane, ce dernier document semblait donc diviser le territoire américain en deux régions, l’une esclavagiste (le Sud-Est et son arrière-pays jusqu’au Mississippi), l’autre non (le Nord et l’Ouest).

  • 7 « Louisiana Purchase Treaty, April 30, 1803 ». Disponible sur le Web : http://avalon.yale.edu/19th (...)
  • 8 Harrison Anthony Trexler, Slavery in Missouri 1804-1865, Baltimore, The Johns Hopkins University P (...)
  • 9 John Craig Hammond, Slavery…,op. cit., p. 53.
  • 10 Ibid., p. 57.

6L’achat de la Louisiane constitua une nouvelle donne : le traité de 1803 entre la France et les États-Unis garantissait aux habitants de la colonie française leurs biens et propriétés7 ; ainsi l’immense région représentait-elle l’apport de 28 000 esclaves à la jeune République, essentiellement concentrés autour de La Nouvelle-Orléans, mais dont on trouvait également un petit nombre autour de Saint-Louis, en Haute-Louisiane8. Lorsqu’ils devinrent citoyens des États-Unis, les anciens colons français de la région de Saint-Louis s’assurèrent que l’esclavage pourrait, non seulement se perpétuer, mais également se développer dans leurs territoires, en s’opposant à toute mesure fédérale qui aurait pu les associer au territoire de l’Indiana9 (qui, lui, était libre). Ils ne parvinrent cependant pas à inscrire l’esclavage dans leurs premiers documents fédéraux réglementant le territoire10.

  • 11 Harrison Anthony Trexler, Slavery in Missouri..., op. cit., p. 103. John Craig Hammond, Slavery.,. (...)
  • 12 Ibid., p. 52.

7Comme la région recelait déjà des esclaves, elle attira des pionniers propriétaires d’asservis, originaires d’États esclavagistes comme le Kentucky, à l’instar du premier maître de William Wells Brown11. Il était effectivement moins risqué de s’installer dans le Missouri que dans l’Ohio ou l’Indiana dans les années 1810, dans la mesure où l’ordonnance du Nord-Ouest s’appliquait clairement à ces derniers États ; certains esclavagistes de l’Illinois avaient d’ailleurs émigré en Haute-Louisiane avant 180312. L’augmentation régulière du nombre de propriétaires et d’esclaves permit finalement à la convention constitutionnelle du Missouri de se prononcer en faveur de l’esclavage, même si la ratification de cette décision par le Congrès suscita par la suite une controverse nationale majeure en 1820. Au final, il fut cependant décidé que l’esclavage ne pourrait se développer dans aucun autre État aussi septentrional : ainsi le Missouri se trouva-t-il incarner la limite nord de l’« institution particulière ».

  • 13 La Louisiane acquit le statut d’État en 1812, le Mississippi en 1817 et l’Alabama en 1819, un an a (...)
  • 14 Sur La Nouvelle-Orléans comme marché aux esclaves, voir Walter Johnson, Soul by Soul. Life Inside (...)

8Le Missouri, qui commença à se développer en même temps que les États du Deep South, Alabama et Mississippi, Louisiane, ne pouvait s’assimiler à cette région et à son économie13 : dès l’époque coloniale, les esclaves de la Haute-Louisiane remplissaient les fonctions de domestiques ou de travailleurs agricoles ; ils n’étaient pas rassemblés sur de vastes plantations. Le développement d’une agriculture de plantation dans le Sud profond, axée autour de la culture du sucre et du coton, n’atteignit pas directement le Missouri. Comme on le voit dans le récit de Brown, l’agriculture de l’État se structurait autour de petites fermes, et les esclaves, souvent isolés dans une maisonnée blanche, se consacraient, soit à des tâches domestiques, soit à des travaux des champs. Des artisans, ou des maîtres sans esclaves, louaient parfois leur travail en ville, lorsque leurs maîtres n’en avaient pas besoin. Ainsi voit-on le jeune William Wells Brown servir d’employé de maison chez son premier maître, puis dans une auberge. Il travaille également dans l’imprimerie d’Elijah P. Lovejoy, futur abolitionniste célèbre. Enfin, comme les fleuves Missouri et Mississippi se rejoignent à Saint-Louis, William Wells Brown est également loué à un marchand d’esclaves, James Walker, avec lequel il descend à plusieurs reprises le Mississippi pour vendre des esclaves le long du fleuve, à Natchez ou à La Nouvelle-Orléans, célèbres marchés aux esclaves du Sud des plantations de coton14.

  • 15 À compter de 1787, les différents États avaient tous interdit l’introduction d’esclaves par le bia (...)
  • 16 Ira Berlin, dans Generations of Captivity. A History of African-American Slaves, Cambridge, The Be (...)
  • 17 Mark Twain, The Autobiography..., op. cit., p. 30-31, dit que les habitants du Missouri détestaien (...)

9Même si le Missouri connaît une augmentation fulgurante du nombre d’esclaves sur son territoire lorsque William Wells Brown et son maître y arrivent, de 3 000 individus en 1810 à plus de 10 000 en 1820, cet État de l’Ouest, comme les États du Sud « haut » (Virginie, Maryland), n’a cependant pas besoin de tous les esclaves qui naissent sur son sol. Les propriétaires d’esclaves se livrent donc au commerce intérieur des asservis, seule façon officielle qu’avaient les planteurs sudistes pour se procurer leur main-d’œuvre préférée après 1808 et la fin de la traite atlantique aux États-Unis15. En relatant ses voyages avec Walker, Brown fournit un témoignage de première main sur cette seconde traite que constitua au XIXe siècle la migration des esclaves du Sud-Est et du Nord vers le Sud profond16. Ainsi le premier maître de William Wells Brown cherche-t-il à vendre toute sa famille, sa mère et ses sœurs chéries, à des fins uniquement financières. Si le marchand d’esclaves était un personnage qu’on affectait de mépriser dans le Sud17, le récit de Brown rappelle certaines scènes que ne pouvaient ignorer les habitants du Missouri : la marche de la colonne d’esclaves traversant les campagnes, le trajet des esclaves sur le bateau à aubes, et la vente finale à La Nouvelle-Orléans, sans oublier les différentes séances de maquignonnage où Walker boit avec ses acheteurs quand il ne demande pas à Brown de maquiller les vieux esclaves afin de les faire paraître plus jeunes.

  • 18 « J vividly remember seeing a dozen black men and women chained to one another, once, and lying in (...)
  • 19 Levi Coffin, futur organisateur de l’Underground Railroad, date sa conversion à l’abolitionnisme d (...)

10Mark Twain, lui aussi originaire du Missouri, relate dans son autobiographie son « vif » souvenir d’une colonne d’esclaves18 ; pour certains abolitionnistes blancs, ce même spectacle déclencha une vocation militante19.

  • 20 L’ordonnance elle-même prévoit qu’un fugitif, ayant quitté un État esclavagiste, puisse être rattr (...)
  • 21 Shelley Fisher Fishkin, Lighting Out for the Territory. Reflections on Mark Twain and American Cul (...)
  • 22 Probablement au contact de son beau-père l’abolitionniste Jarvis Langdon, suppose Shelley Fisher F (...)
  • 23 Fergus M. Bordewich, Bound for Canaan. The Epic Story of the Underground Railroad, Americas First (...)

11Quand Brown s’enfuit définitivement après une première tentative vouée à l’échec, sa famille a bien été vendue au profit de l’économie de plantation sudiste : il a vu sa mère, à bout de larmes, être envoyée vers le Sud profond après une tentative de fuite manquée, et ses sœurs ont été également vendues. Alors que seule sa famille le retenait jusque-là dans un Missouri honni, Brown fuit à nouveau, profitant de l’escale du bateau où se trouvent ses maîtres. De Saint-Louis, il est effectivement facile, comme le font ses maîtres, de remonter l’Ohio en bateau : mais alors, on navigue en eaux en partie « libres », car le fleuve borde des États sans esclaves sur une de ses rives. Jim, le compagnon de Huck dans le roman de Mark Twain, Huckleberry Finn, lui aussi originaire du Missouri, ne cherche d’ailleurs pas un autre itinéraire de fuite : il descend le Mississippi en radeau jusqu’à Cairo où les deux fleuves se rencontrent, pour ensuite (espère-t-il) remonter vers le Nord et la liberté, le long de l’Ohio. La liberté est de l’autre côté du fleuve, dans ces États où l’esclavage a été rendu impossible par l’ordonnance du Nord-Ouest. Lors de sa première tentative de fuite, en compagnie de sa mère, Brown a traversé le fleuve pour pénétrer dans l’Illinois, mais cette traversée dans un État libre ne suffit pas : il faut quand même rejoindre le Canada, puisque l’ordonnance du Nord-Ouest elle-même (et plusieurs lois fédérales ultérieures) permet aux maîtres de rattraper leur esclave dans le Nord20. Les aventures de Brown sur le fleuve ont tant de similitudes avec celles de Samuel Clemens – Mark Twain –, puis de ses héros Jim et Huck, qu’on pourrait s’interroger : Twain, qui vécut dans son enfance la tentative de libération d’esclaves organisée par l’abolitionniste George Thompson21, et devint plus tard un antiraciste convaincu22, aurait-il lu Brown, qui débarqua même à Hannibal, séjour d’enfance de Twain, au cours de ses convoyages d’esclaves ? Nous n’en savons rien, mais après 1834, année de la fuite de Brown, le Missouri renforça progressivement ses contrôles sur sa population esclave. À l’est, l’Illinois, l’Indiana et l’Ohio constituaient des États-clés dans le dispositif du Underground Railroad : de Virginie et des Carolines, des groupes de quakers, militants antiesclavagistes, étaient venus s’installer dans ces États protégés de l’esclavage par l’ordonnance du Nord-Ouest après avoir perdu espoir de convertir leurs anciens États à l’émancipation des esclaves23. Ainsi Brown est-il recueilli, de manière assez typique, par deux membres de la secte quaker, qui le sauvent du froid et de la faim, avant de lui permettre de poursuivre sa route jusqu’aux Grands Lacs.

Le récit d’esclave au service de l’abolition de l’esclavage et de la construction de soi : d’Olaudah Equiano à William Wells Brown

  • 24 Pour une traduction française récente, voir Ma véridique histoire. Africain, esclave en Amérique, (...)
  • 25 Vincent Carretta, Equiano the African. Biography of a Self-made Man, Athens, University of Georgia (...)

12Dès la fin du XVIIIe siècle, quelques autobiographies d’esclaves accompagnent le combat antiesclavagiste. Les auteurs sont souvent d’anciens esclaves qui, devenus libres, militent pour l’émancipation des autres Noirs encore asservis et utilisent le récit d’esclaves à des fins d’instruction et de propagande. C’est en partie le cas d’Olaudah Equiano dont le texte autobiographique The Interesting Narrative of the Life of Olaudah Equiano, or Gustavus Vassa, the African, est publié en Angleterre lors de la première campagne abolitionniste britannique, en 178924. Equiano est associé à cette campagne pour l’abolition de la traite ; mais il assure à l’époque en grande partie seul la diffusion de son ouvrage, parcourant l’Angleterre pour vendre le livre et faire connaître son expérience d’ancien esclave. C’est à lui qu’on doit une des premières descriptions éprouvantes du middle passage, le voyage transatlantique des Africains transportés vers l’Amérique, qui vient contredire auprès de l’opinion britannique les discours lénifiants de planteurs et de commandants de navires qui affirment alors que les esclaves africains sont mieux traités sur les plantations de Jamaïque que sur leur continent natal. Equiano, qui a longtemps navigué avant de s’enfuir, raconte également ses aventures en mer, comme second de capitaines peu compétents. Là aussi, son expérience nourrit la propagande antiesclavagiste, qui dénonce le sort des marins tout autant que celui des esclaves dans le cadre des voyages de la traite transatlantique, et ceci afin de mieux mobiliser l’opinion publique. Mais le récit d’Equiano est d’abord un récit, récit de vie, dont on a d’ailleurs pu dire, récemment, qu’il comprenait peut-être des aspects fictionnels25.

13Alors que la campagne abolitionniste débute effectivement dans la seconde partie des années 1780 en Angleterre, les militants anglais, et français, regardent vers les États-Unis pour y chercher un modèle d’émancipation pacifique. En effet, pendant la guerre d’indépendance (1775-1783), les jeunes États américains ont profité de la rhétorique de la liberté pour mettre leurs principes en application et pour abolir l’esclavage, immédiatement dans le Vermont et le Massachusetts (1777 et 1783), de manière graduelle en Pennsylvanie (1780). Ces événements sont connus en Europe, de même que l’arrêt progressif de la traite atlantique mis en œuvre depuis 1774 par presque tous les États des États-Unis. Ainsi, même lorsque la Constitution de 1787 semble inscrire l’esclavage dans les documents fondateurs, les militants européens, tel Condorcet, auteur dès 1781 de Réflexions sur l’esclavage des Nègres, constatent surtout que la jeune nation s’est engagée dans l’interdiction de la traite atlantique et que l’Europe semble encore en retard.

  • 26 Adam Rothman, Slave Country.,.,op. cit.

14Pourtant, lors des décennies suivantes, on ne constate pas d’avancée significative vers une abolition totale de l’esclavage aux États-Unis ; et les émancipations, quelles soient collectives au Nord, au Centre, ou privées en Virginie et dans le Maryland, sont largement contrebalancées par l’expansion phénoménale de l’esclavage vers l’Ouest et le Sud-Ouest que l’on vient d’évoquer plus haut26 (le Tennessee et le Kentucky accèdent au rang d’État dans les années 1790, puis la Louisiane, 1’Alabama, le Mississippi, et le Missouri dans les années 1810).

  • 27 James Brewer Stewart, Holy Warriors. The Abolitionists and American Slavery, New-York, Hill and Wa (...)
  • 28 Theodore Dwight Weld, American Slavery As Its Is. Testimony of a Thousand Witnesses, New-York, Ame (...)

15Rejetant la stratégie gradualiste modérée de leurs prédécesseurs, qu’ils jugent inefficace, et qui semble avoir fait son temps, une nouvelle génération d’abolitionnistes nord-américains décide à partir de 1830 de lancer une campagne destinée à obtenir l’abolition immédiate de l’esclavage27. Leurs techniques vont emprunter à celles de leurs confrères britanniques, eux aussi à nouveau engagés dans le combat après avoir obtenu l’abolition de la traite en 1807 : il s’agit de convaincre l’opinion, et le récit d’esclave devient alors un élément essentiel du dispositif de conviction. Les années 1840, moment crucial de l’opposition Nord-Sud sur une nouvelle vague d’expansion de l’esclavage en direction de nouveaux territoires (Texas, Kansas, peut-être Nebraska), forment le contexte national agité de ces publications dont on retrouve la structure générique d’un texte à l’autre. Il s’agit de peindre la réalité de l’esclavage, comme le disait l’abolitionniste Theodore Weld dans son célèbre ouvrage Slavery As It Is28 auquel Brown fait d’ailleurs explicitement allusion, mais en jouant sur la corde des émotions par le biais du témoignage : au centre du récit, la dislocation de la famille noire dans l’esclavage, illustrée par des scènes déchirantes de ventes et de séparations. Autre passage obligé : les châtiments et abus corporels de toute sorte, où se révèle une brutalité qui laisse aujourd’hui encore le lecteur pantois. Enfin le récit met en scène de manière concrète l’exploit que constitue la fuite vers le Nord, ce qui confère une dimension héroïque au narrateur.

16Les récits d’esclaves, que les associations antiesclavagistes contribuent à publier et diffuser, apparaissent donc comme des témoignages qui obéissent aux règles d’un genre politico-littéraire bien particulier ; tout en respectant un cadre commun, ils diffèrent par leurs anecdotes, la région d’origine du narrateur, une variété et une originalité de situations qui garantissent d’autant mieux l’authenticité des récits. Où qu’il soit, l’esclave est soumis aux mêmes épreuves, il est toujours privé des droits essentiels et, plus fondamentalement encore, de son humanité.

17Comme les autres récits, celui de William Wells Brown, qui paraît pour la première fois en 1847, offre son lot d’anecdotes déchirantes, voire abominables, en particulier lorsqu’il travaille pour le marchand d’esclaves Walker. On peut citer deux scènes frappantes : alors que Walker convoie des esclaves du nord au sud, il est irrité par les cris du bébé d’une esclave, et fait don de l’enfant à une fermière qui se trouve assister à la scène. Dans son récit, Brown rend compte de la peine insondable de la mère, mais l’horreur de la situation est considérablement accrue par l’indifférence de la fermière qui accepte le don, apparemment sans commentaire. Une autre anecdote glace d’horreur le lecteur : poursuivi sur les quais d’un port au bord du Mississippi, et accusé d’un vol de viande, un esclave se jette à l’eau. Systématiquement empêché de gagner un abri, il finit par se noyer. Le corps repêché est jeté sur la berge, et n’est récupéré que par les éboueurs qui le jettent sur leur tas d’ordures pour en débarrasser le port.

18Le récit de William Wells Brown recèle tous les éléments canoniques du récit d’esclaves : le narrateur perd progressivement tous ses proches (fratrie et mère), lui-même est soumis à des violences physiques qui le laissent pour mort, il ne réussit à gagner les Grands Lacs qu’après une première tentative infructueuse et son second essai n’est couronné de succès que grâce à l’aide providentielle du couple de quakers, archétypes des bons abolitionnistes.

  • 29 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave, Boston, Published at the Anti-Slav (...)
  • 30 Ezra Greenspan (dir.), William Wells Brown. A Reader, Athens, The University of Georgia Press, 200 (...)

19Publié juste deux ans après un des plus célèbres récits de fuite, l’autobiographie de Frederick Douglass29 (Narrative of the Life of Frederick Douglass, Written by Himself) avec laquelle il partage de nombreux éléments, le texte de Brown s’en distingue pourtant radicalement. L’écriture de ce récit permet à Brown d’affirmer son individualité et de faire entendre une voix particulière, proche et pourtant distincte des abolitionnistes militants avec lesquels il travaille30.

  • 31 William Wells Brown, Narrative of William Wells Brown. A Fugitive Slave, Written by Himself (1848) (...)
  • 32 Ibid., p. 64.

20Dans son autobiographie, Brown fait la part belle au pathos caractéristique du récit d’esclave : alors que sa sœur est sur le point de partir pour le Mississippi avec son nouveau propriétaire, elle pleure en sa présence (et donc celle du lectorat engagé qui achète l’ouvrage) et déclare qu’« il n’y avait pas d’espoir pour elle, qu’elle devait vivre et mourir esclave31 ». Après la première tentative de fuite, il revoit sa mère une dernière fois alors qu’elle attend son départ pour La Nouvelle-Orléans. En le voyant, celle-ci ne pleure pas : « Ses émotions étaient trop profondes pour quelle pleure32. » Convaincue de mourir là où elle sera envoyée, elle embrasse son fils une dernière fois dans une scène émouvante, interrompue par l’arrivée du propriétaire de sa mère, Mansfield, qui chasse Brown d’un coup de pied, en l’accusant de lui avoir fait perdre de l’argent. Pour récupérer son esclave, Mansfield a effectivement dû débourser une prime aux chasseurs d’esclaves et payer ses frais d’entretien en prison.

  • 33 Le chapitre iv commence par un incident amusant, qui nourrit évidemment la critique des maîtres : (...)
  • 34 Sur le thème de Brown et le trickster, voir William L. Andrews, To Tell a Free Story. The First Ce (...)

21Mais le récit de Brown contient également des moments d’humour que l’on serait bien en peine de trouver dans d’autres récits de fuite33. Des moments d’humour qui ne sont pas toujours à l’avantage du narrateur : ainsi le jeune William Wells Brown, qui vient de renverser une boisson sur le vêtement d’un client de son patron Walker, est-il envoyé se faire fouetter à la prison locale. Alors qu’il ne sait pas lire, Brown se fait résumer le contenu des injonctions de son maître et réussit à envoyer un autre Noir recevoir la punition à sa place sous un prétexte fallacieux : ce dernier ressort de la prison en fulminant. Un acte qu’il regrette amèrement, mais qui révèle en Brown un trickster, le malin archétypique de la communauté africaine-américaine, tout autant qu’un traître envers son groupe34. Ce passage sape la dimension héroïque de l’auteur, pourtant sacro-sainte dans les récits d’esclaves ; toutefois, il donne également une vision probablement juste, mais évidemment incompatible avec la propagande abolitionniste, d’une communauté africaine-américaine qui pouvait difficilement être toujours soudée dans l’esclavage.

22Au fil du récit, Brown s’inscrit aussi contre une vision manichéenne des rapports maître-esclave, où ne régneraient que les rapports de force. Il décrit l’insidieux paternalisme des sudistes, mais également des moments de dialogue véritable, quoique vain, entre maître et esclave. Car Brown, comme de nombreux esclaves, est en fait le parent de son maître, ce qui lui permet de jouir pendant longtemps d’un traitement assez privilégié. D’où un dialogue aux accents philosophiques quand son maître lui explique que, finalement, il désire le vendre :

  • 35 William Wells Brown, Narrative of William Wells Brown..., op. cit., p. 55-56.

« Maître, ma mère m’a souvent raconté que vous êtes mon parent proche, et je vous ai souvent entendu l’admettre ; et après avoir loué mes services à d’autres, recevant pour cela, comme je vous l’ai entendu dire, 900 dollars – après avoir reçu cette somme considérable, vous allez me vendre pour que je parte vers La Nouvelle-Orléans ou quelque autre endroit ?
— Non, dit-il, je n’ai pas l’intention de te vendre à un marchand d’esclaves. Si j’avais voulu le faire, j’aurais pu te vendre à M. Walker pour une somme considérable, mais je ne te vendrais pas à un marchand de nègres. Tu peux aller en ville, et te trouver un bon maître.
— Mais, dis-je, il m’est impossible de trouver un bon maître dans toute la ville de St. Louis.
— Et pourquoi ? dit-il.
— Parce qu’il n’y a pas de bons maîtres dans l’État.
— Tu ne me considères pas comme un bon maître ?
— Si vous l’étiez, vous ne me vendriez pas35. »

23Une phrase que le maître ne relève apparemment pas. Loin des clichés de la propagande abolitionniste, ce passage révèle les ambiguïtés de l’esclavage, où l’asservi, à la fois marchandise et personne (double statut qui lui est reconnu par la loi), discute sans retenue de sa vente proche et de ses rapports avec son maître. Bien que le texte soit essentiellement conçu pour plaire à un lectorat abolitionniste, on pourrait penser que Brown cherche à se concilier plutôt les abolitionnistes britanniques. En effet, William Wells Brown profite de son récit pour battre en brèche bien des idées reçues sur l’Amérique et semble prendre ses distances par rapport à la direction du mouvement nord-américain, très empreinte de religiosité et évidemment nordiste. La religion, synonyme d’hypocrisie, est vilipendée dans l’ouvrage, de même que la prétendue « démocratie » américaine. Enfin, les nordistes – les Yankees – sont présentés comme les pires contremaîtres à plusieurs reprises...

24On constate ainsi que le récit de William Wells Brown laisse percer une voix singulière, où s’affirment une analyse et des prises de position originales sur l’esclavage et l’abolition. Mais cette autobiographie constitue également un moment fort d’individuation pour Brown sur un autre plan, qui devait s’avérer fondateur pour le futur auteur professionnel. À compter du chapitre v, Brown mêle à sa narration chants d’esclaves et poèmes abolitionnistes, et impartit à son récit une dimension lyrique. Immédiatement après l’anecdote de l’enfant donné à la fermière, Brown imagine le chant de la mère éplorée ; puis, poursuivant sa description de la colonne d’esclaves menée par Walker, il cite un chant d’esclave qu’il aurait entendu, et qui commence par les lignes suivantes :

  • 36 Ibid., p. 48. Trad. Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol.

Voyez ces pauvres hères d’Afrique,
Transportés aux Amériques ;
On nous a volés, on nous a vendus en Géorgie –
Veux-tu venir avec moi ?
On nous a volés, on nous a vendus en Géorgie –
Viens sonner la trompette du jubilé36 !

  • 37 The Anti-Slavery Harp. A Collection of Songs for Anti-Slavery Meetings, Compiled by William W. Bro (...)

25En 1848, un an après avoir publié son autobiographie, Brown avait compilé des chants d’esclaves et des poèmes abolitionnistes dans un ouvrage, The Anti-Slavery Harp. A Collection of Songs for Anti-Slavery Meetings, où l’on retrouve effectivement cette chanson, intitulée Song of the Coffle Gang37 (Chant de la chaîne d’esclave).

  • 38 Numérisé par l’Antislavery Project :
    http://antislavery.eserver.org/poetry/antislaverypoems/, consu (...)
  • 39 George W. Clark, The Liberty Minstrel, New-York, Leavitt & Alden [et al], 1844. Disponible sur le (...)

26Plus loin, alors qu’il narre les douloureux moments de sa première tentative de fuite, en compagnie de sa mère, Brown cite des extraits du poème de John Pierpont, The Fugitive Slave’s Apostrophe to the North Star. Pasteur et poète, Pierpont était une des « voix » littéraires de l’abolitionnisme nord-américain et ses poèmes avaient été publiés en 1843 par Oliver Johnson dans un volume intitulé Anti-Slavery Poems38. Lorsque sa mère lui est définitivement arrachée, au chapitre IX, Brown cite des extraits de The Bereaved Father (Le père en deuil), un poème de miss Chandler mis en musique par G. W. Clark, et quelques lignes de Gone, Sold and Gone (Parti, vendu et parti), un poème de John Greenleaf Whittier, autre grand poète abolitionniste nord-américain, poème également mis en musique par G. W. Clark dans un recueil intitulé The Liberty Minstrel39 (Ménestrel de la liberté). Lors de sa fuite vers le Canada, Brown cite deux autres poèmes, ou chansons, dont nous n’avons pas encore pu retrouver l’origine.

  • 40 Pour le critique littéraire Henry Louis Gates, les « récits des anciens esclaves sont [...] le soc (...)

27Ainsi constate-t-on que Brown se remémore sa fuite au rythme des accents poétiques des chants d’esclaves ou des hymnes abolitionnistes. Si certaines de ces citations ont des accents familiers pour les lecteurs abolitionnistes, leur multiplication donne au récit une dimension lyrique et laisse penser que la véritable libération de Brown passe par une transfiguration esthétique de son expérience d’esclave. Ainsi va-t-il, dans les années qui suivent, devenir le premier auteur professionnel africain-américain, conjuguant militantisme et réalisation à la fois personnelle et collective, par l’écriture. Sa carrière littéraire anticipe et incarne l’étroite relation entre libération et écriture, propre à la communauté africaine-américaine, mais pas seulement40...

  • 41 Pour une présentation de la carrière littéraire de William Wells Brown, voir l’introduction d’Ezra (...)
  • 42 Paula Garrett et Hollis Robbins (dir.), The Works of William Wells Brown. Using his “Strong, Manly (...)

28Dans les années qui suivent, Brown publia le premier roman africain-américain (Clotel, 1853), la première pièce de théâtre écrite par un Africain-Américain (The Escape, or a Leap For Freedom, 1858), le premier récit de voyage rédigé par un Africain-Américain (Three Years in Europe, 1852) et la première histoire des Noirs ayant combattu dans la guerre de Sécession41 (The Negro in the American Rebellion, 1867), parmi d’autres publications. Inspirées par son militantisme et l’expérience africaine-américaine, ses œuvres s’en détachent aussi, et s’ouvrent sur des explorations psychologiques et historiques bien éloignées des textes de politique pure que produisit son éternel rival Frederick Douglass. Paula Garrett et Hollis Robbins suggèrent quelques pistes pour comprendre le succès ultérieur de Douglass, et la moindre postérité de Brown. Douglass, disent-elles, s’est créé un personnage de « grand homme, de père fondateur de couleur, et d’homme de lettres ». Tout en étant un auteur bien plus prolifique, touchant à tous les genres, Brown n’a jamais hésité à avouer ses faiblesses, ses émotions, ses erreurs. Souvent, concluent-elles, il est plus aisé, pour ceux à qui manquent le pouvoir ou la force physique, de recourir « aux outils de la ruse et de la tromperie ». Aujourd’hui Brown est d’une lecture utile à ceux qui travaillent en études subalternes (subaltern studies) et s’intéressent aux « stratégies qu’adoptent les individus subordonnés lorsqu’ils veulent trouver des solutions pour survivre face aux structures de pouvoir42 ».

Brève histoire éditoriale du récit de William Wells Brown : le rôle joué par les associations contre l’esclavage et les auteurs eux-mêmes dans la publication, la promotion et la diffusion des récits d’esclaves américains

29Dans les quarante dernières années, on a publié énormément de travaux sur les récits d’esclaves américains, redécouverts à partir des années 1960 et surtout 1970, après les combats pour les droits civiques, la création dans les universités américaines de départements d’études afro-américaines, et sous l’influence de la nouvelle histoire sociale qui entendait donner la parole à ceux que l’histoire dominante avait longtemps négligés. En revanche, les chercheurs ont accordé relativement peu d’attention à l’histoire éditoriale de ces récits. Elle contribue cependant à expliquer un certain nombre de leurs caractéristiques, y compris le fait qu’ils soient restés si longtemps dans l’oubli. Les modes de publication, de promotion et de diffusion des récits d’esclaves américains, du moins jusqu’aux années 1850, s’avèrent très différents de ceux des ouvrages d’auteurs blancs de la même période, ce qui rend le succès de certains des récits d’autant plus remarquable.

  • 43 Samuel May Jr., à John B. Estlin, 13 janvier 1848, Anti-Slavery Papers, Boston Public Library.
  • 44 L’ouvrage relié toile est annoncé à un prix de 35 cents dans The Anti-Slavery Bugle (Salem, Ohio) (...)

30Comme Frederick Douglass, dont le récit avait été publié en 1845, Brown parcourait le nord des États-Unis pour parler de son expérience d’esclave, et militait pour le compte de la branche de Nouvelle-Angleterre de l’Association américaine contre l’esclavage (American Anti-Slavery Society). À l’instar du texte de Douglass, celui de Brown porte sur sa page de titre le cachet de cette association, ce qui tendrait à faire penser que cette dernière a subventionné la publication de l’ouvrage. La correspondance de Brown et des membres de l’association révèle qu’il n’en est rien. Brown a en effet financé lui-même la fabrication de l’ouvrage, déboursant 326 dollars pour faire imprimer et relier 3 000 exemplaires de la première édition du récit. Long de 110 pages, l’ouvrage était orné d’un frontispice représentant l’auteur. Brown avait choisi de faire relier 2 000 exemplaires avec une couverture papier de couleur bleue, le tiers restant étant relié de toile. Le coût moyen par exemplaire s’élevait à moins de 11 cents43 ; l’ouvrage était vendu à 25 cents avec couverture papier, 35 cents ou 37,5 avec reliure toile44. Le travail était soigné, l’ouvrage facile à transporter, et, contrairement à d’autres publications contemporaines de prix similaire, l’impression et la taille des caractères ne mettaient pas les yeux du lecteur à rude épreuve.

  • 45 «Declaration of Sentiments of the American Anti-Slavery Society. Adopted at the Formation of said (...)
  • 46 Pour le nombre très impressionnant de publications de l’association, voir Benjamin Quarles, Black (...)
  • 47 Sur la question de l’authenticité des récits d’esclaves et en particulier du récit de Williams, vo (...)
  • 48 William Grimes, Life of William Grimes. The Runaway Slave, Brought Down to the Present Tune [Grime (...)
  • 49 William L. Andrews compile une liste de 111 récits d’esclaves fugitifs dans To Tell a Free Story, (...)

31Le cas de Brown est certainement loin d’être unique. Il faudrait examiner l’histoire éditoriale de chaque récit d’esclave (et les sources manquent fréquemment) afin de déterminer qui a supporté les coûts de leur production. Lorsque fut créée l’Association américaine contre l’esclavage, en 1833, la publication de documents abolitionnistes figurait au titre des premiers objectifs à atteindre45, et les archives de l’association, de même que la correspondance de William Lloyd Garrison, qui dirigeait la branche de Nouvelle-Angleterre et avait en 1831 lancé le journal abolitionniste The Liberator (Boston), confirment une grande activité en ce domaine, mais surtout en ce qui concerne les pamphlets46. L’association avait publié à New-York un premier récit d’esclave en 1838, celui d’un certain James Williams, rédigé par le poète abolitionniste John Green-leaf Whittier, qui disait avoir entendu le récit de la bouche même de l’ancien esclave. Dans ce cas précis, c’est l’association qui avait subventionné la publication. Mais l’authenticité du récit avait très rapidement été mise en question, et la vente en avait été interrompue47. Est-ce pour cette raison que l’association a publié si peu de récits d’esclaves ? En effet, seulement trois récits d’esclaves portent le cachet de l’association, le récit de Williams, puis ceux de Douglass et Brown, dont nous savons que le second au moins a été entièrement payé par l’auteur. Que les anciens esclaves aient financé la fabrication des ouvrages, avec ou sans l’aide d’individus ou d’associations, apparaît quelquefois dans les préfaces ou avertissements aux lecteurs dans les récits eux-mêmes ; ainsi, William Grimes termine en 1855 une nouvelle édition de son récit par un appel au lecteur : il espère que tous ses amis et connaissances vont faire l’acquisition d’un exemplaire de l’ouvrage, l’aidant ainsi à régler son imprimeur et à mettre un peu d’argent de côté48. La liste de récits d’esclaves établie par William L. Andrews indique que la publication à compte d’auteur était fréquente : nombre de ces récits portent sur leur page de titre « par » ou « pour » l’auteur avec la mention d’un imprimeur et non d’un éditeur49.

  • 50 Donald J. Zboray et Mary Saracino Zboray, Literary Dollars and Social Sense. A People’s History of (...)

32La publication à compte d’auteur était en usage dans les années 1830 et 1840 pour des catégories bien particulières d’ouvrages, notamment des sermons ou des textes religieux, qu’un pasteur (ou, parfois, sa congrégation) souhaitait voir publier. C’était également un mode de publication fréquent pour les mouvements de réforme quels qu’ils soient50. Dans les deux premiers cas, le but était de faire passer un message et le motif financier était quasi inexistant ; pour les anciens esclaves, la publication de récits autobiographiques obéissait à un double impératif : dénoncer les cruautés du système, et gagner de quoi vivre, ainsi que, quelquefois, tenter de racheter un ou plusieurs membres de leur famille encore en esclavage.

  • 51 Sur les différents types de contrats en usage au milieu du XIXe siècle, voir entre autres Claire P (...)

33En revanche, les écrivains anglo-américains signaient en général un contrat avec un éditeur, même si à cette époque où l’édition américaine était dans une période de transition, encore sous-capitalisée, certains auteurs partageaient les risques de la publication (et ses bénéfices) avec l’éditeur. Le plus souvent cependant, l’auteur vendait son texte pour une certaine somme ou recevait un pourcentage de royalties, comme c’est le cas aujourd’hui51. Il y a là une première différence essentielle entre les anciens esclaves auteurs de récits et les autres écrivains américains.

  • 52 William Edward Farrison, William Wells Brown, Author and Reformer, Chicago, University of Chicago (...)
  • 53 Ezra Greenspan, professeur à la Southern Methodist University (Dallas, Texas) et qui a préparé l’é (...)
  • 54 Le cas de Douglass est différent, en partie parce que Douglass avait précédé Brown en Angleterre ( (...)

34Le fait que dans la plupart des cas ces récits (du moins jusqu’aux années 1850) n’aient pas été publiés par des éditeurs « commerciaux » entraîne une seconde différence importante, qui concerne la promotion de ces ouvrages. Pour les écrivains anglo-américains, la promotion était assurée de diverses manières par les éditeurs, le plus souvent par des encarts dans la presse, des affiches, et l’inscription dans les catalogues d’éditeur. Or, les auteurs des récits d’esclaves ne pouvaient bénéficier des mêmes moyens de promotion, et c’est ici que l’action des associations contre l’esclavage prend tout son sens. C’est en effet dans les journaux abolitionnistes que ces publications étaient annoncées, qu’on en proposait des recensions, et que les récits d’esclaves et autres publications contre l’esclavage étaient systématiquement promus. On vendait également les récits dans les locaux des associations et des journaux, ce qui aidait à la diffusion des ouvrages, tout en représentant en soi une forme de promotion. Ainsi, le récit de Brown fut annoncé dans The Liberator de Boston, édité par William Lloyd Garrison, fondateur en 1832 de l’Association de Nouvelle-Angleterre contre l’esclavage (New England Anti-Slavery Society) et par conséquent employeur de Brown, et co-fondateur de l’Association américaine contre l’esclavage l’année suivante. Le 30 juillet 1847, The Liberator annonçait la parution de l’ouvrage de Brown, un récit « palpitant », qui serait en vente dans les bureaux de l’association, qui se trouvaient être également ceux du journal. À Salem, dans l’Ohio, un autre journal antiesclavagiste, The Anti-Slavery Bugle, promouvait l’ouvrage et le vendait, tout comme le Pennsylvania Freeman à Philadelphie et le National Anti-Slavery Standard à New York. En dehors de la presse antiesclavagiste, le récit de Brown ne fut ni promu ni recensé. L’unique biographe de Brown à ce jour, William Farrison, n’a pas trouvé de compte rendu d’ouvrage de Brown dans les grands quotidiens américains avant The American Fugitive in Europe52 (1855), mais ce texte porte le cachet de John P. Jewett, éditeur qui avait auparavant publié Uncle Tom’s Cabin, de Harriet Beecher Stowe (1852). Jewett n’ignorait rien des vertus de la promotion, et avait une place bien établie dans les circuits commerciaux du livre ainsi que des réseaux influents dans la presse53. Les magazines américains ne semblent pas non plus avoir signalé la publication ou proposé de compte rendu de ce premier ouvrage de Brown54.

  • 55 Sur la question de la distribution des livres aux États-Unis au XIXe siècle, voir les articles de (...)

35L’essentiel de la promotion du récit de Brown passa donc par le réseau antiesclavagiste, qui recensa, promut et diffusa l’ouvrage. Quelques librairies le proposaient également, mais il y avait peu de librairies à proprement parler dans cette Amérique encore essentiellement rurale, et celles qui vendaient le récit de Brown et d’autres ouvrages contre l’esclavage semblent avoir appartenu au réseau abolitionniste55. On le voit, qu’il s’agisse de publication, de promotion, ou de distribution, la littérature antiesclavagiste passait par des canaux spécifiques. Et, beaucoup plus que d’autres auteurs, les anciens esclaves assurèrent eux-mêmes une partie importante (peut-être la plus importante) de la diffusion des ouvrages, qu’ils vendaient à la fin des conférences qu’ils prononçaient contre le système.

  • 56 John Nerone, « Newspapers and the public sphere », ibid., p. 230-248.

36Le succès de l’ouvrage de Brown est d’autant plus impressionnant qu’il ne peut donc être attribué aux circuits habituels du livre à cette époque, et que sa circulation fut strictement limitée au nord des États-Unis, même si l’on sait que certaines des associations américaines contre l’esclavage envoyaient leurs pamphlets et autres productions dans le Sud, non pas dans l’espoir que ces écrits soient lus, mais parce qu’ils savaient que ceux-ci seraient brûlés sur la place publique, assurant ainsi aux ouvrages et à la cause une certaine publicité56.

  • 57 The Liberator, 11 février 1848.
  • 58 La fabrication des planches avait coûté à Brown entre 75 et 80 dollars (Samuel May Jr. à John B. E (...)
  • 59 William Wells Brown à Elizabeth Pease, 30 juillet 1849, et Richard D. Webb à « My dear friend, » 3 (...)

37Or, la première édition du récit de Brown, parue à la fin de juillet 1847, fut rapidement épuisée et une deuxième édition vit le jour en février 184857. Elle avait été augmentée de trois gravures pleine page, d’un essai rédigé par Brown sur la vente d’esclaves aux États-Unis, d’un poème, de diverses coupures de journaux du Sud montrant la cruauté de l’esclavage à travers des annonces d’esclaves en fuite, et d’extraits de Codes régissant la vie des esclaves. Le prix demeurait inchangé. Cette édition, qui comptait à présent 144 pages, avait été tirée à partir de planches stéréotypées. Le procédé de stéréotypie, qui avait été utilisé aux États-Unis pour la première fois pendant la seconde décennie du XIXe siècle, était assez coûteux58, mais évitait d’avoir à recomposer un ouvrage à chaque nouveau tirage. Les planches elles-mêmes pouvaient être modifiées si nécessaire, et des planches supplémentaires étaient fabriquées si l’auteur souhaitait ajouter quelques pages. L’auteur pouvait également emporter avec lui ces jeux de planches pour faire réimprimer l’ouvrage là où il se trouvait. C’est ce que fit Douglass lorsqu’il partit en Angleterre, et Brown suivit son exemple : dès son arrivée à Liverpool, Brown repartit pour Dublin où il allait confier les planches à Richard D. Webb qui, après avoir imprimé le récit de Douglass pour le public britannique, devait faire de même pour le récit de Brown59.

  • 60 The Liberator, 20 octobre 1848.
  • 61 À ce sujet, voir notamment Frances Smith Foster, Witnessing Slavery. The Development of Ante-bellu (...)
  • 62 Edmund Quincy à Caroline Weston, 2 juillet 1847, Anti-Slavery Papers, Boston Public Library.
  • 63 « But I cannot accept of Mr. Price’s offer to become a purchaser of my body and soul. God made me (...)
  • 64 The Liberator, 1er juin 1849.
  • 65 William E. Farrison, William Wells Brown..op. cit., p. 114. En 1851, un encart publicitaire de Bel (...)
  • 66 National Union Catalog, William E. Farrison, William Wells Brown..., op. cit., p. 138. The Liberat (...)

38La deuxième édition américaine, tirée à 2 000 exemplaires, s’écoula en un peu plus de six mois, et une troisième édition, à nouveau révisée, et tirée à 3 000 exemplaires, parut en octobre 184860. Dans la première édition, le récit de Brown était précédé par deux documents rédigés par des abolitionnistes blancs, et dont la fonction était de garantir l’authenticité du récit61. Ainsi, le récit de Douglass avait été préfacé par des textes de William Lloyd Garrison et Wendell Phillips qui, chacun à sa façon, assuraient au lecteur que le texte était bien de la main de Douglass. Dans le cas de Brown, ce rôle était rempli par Edmund Quincy, un riche abolitionniste de Boston, à qui Brown avait soumis le manuscrit pour relecture62, et par J. C. Hathaway, un quaker qui présidait l’Association contre l’esclavage de l’Ouest de l’État de New-York (Western New York Anti-Slavery Society). C’est en effet pour cette association que Brown avait travaillé avant d’être recruté en 1847 par la branche de Nouvelle-Angleterre. Pour la troisième édition de son récit, Brown conserva le texte de Quincy, mais choisit de remplacer la préface de Hathaway par une préface de son cru, à laquelle il intégra une lettre reçue de son ancien maître, Enoch Price, auquel il avait envoyé un exemplaire de son récit. Il lui aurait été difficile de trouver meilleure garantie de la véridicité de l’ouvrage que cette lettre dans laquelle Price offrait à son ancien esclave de se racheter pour la somme de 325 dollars, offre que Brown déclina63. Une quatrième et dernière édition américaine fut publiée en mai 1849, un peu moins de deux mois avant le départ de Brown pour l’Europe64. Cette quatrième édition, probablement tirée à 2 000 exemplaires65, vendus toujours au même prix de 25 cents, portait le cachet de Bela Marsh, qui avait en 1848 publié le recueil de chants et poèmes abolitionnistes compilé par Brown, The Anti-Slavery Harp. Le récit, qui comptait maintenant 162 pages, avait été augmenté d’un chapitre, de divers essais et poèmes, de nouveaux extraits de journaux, de lois, etc.66.

  • 67 Dans la note de l’éditeur à la 4e édition, justifiant la publication de celle-ci, 8 000 exemplaire (...)
  • 68 L’exagération des chiffres de vente était une pratique fréquente au XIXe siècle, obéissant au prin (...)
  • 69 « The present Narrative was first published in Boston, (U.S.) in July, 1847, and eight thousand co (...)

39En deux ans donc, 10 000 exemplaires du récit sous ses diverses formes furent publiés aux États-Unis, et il semble que les trois premières éditions (un total de 8 000 exemplaires) se soient vendues en un peu moins de deux ans67, le reste s’écoulant après le départ de Brown pour l’Angleterre. Le nombre de 8 000 ou 10 000 exemplaires élève le récit au rang des best-sellers de l’époque et s’avère tout à fait remarquable lorsque l’on considère que l’ouvrage ne circulait que dans des canaux spécifiques et restreints, qu’il se situait en dehors de l’économie habituelle du livre en quelque sorte. Comment alors expliquer ce succès que, il faut le souligner, nous n’avons aucun moyen de vérifier68 ? Selon Brown, il faut l’attribuer en grande partie au fait qu’il était depuis trois ans employé par l’association contre l’esclavage, avait beaucoup voyagé, fait nombre de discours pour le compte de l’association, et était donc très connu dans les réseaux abolitionnistes69. Il est vrai que dans les journaux qui promouvaient son ouvrage ou en proposaient des recensions, on trouve fréquemment des annonces de manifestations auxquelles Brown allait participer.

  • 70 The Liberator, 30 juillet 1847.
  • 71 Même si les orateurs n’étaient pas toujours bien reçus ; ainsi, Garrison et Douglass furent la cib (...)

40Il faut ajouter que Brown semble avoir été particulièrement éloquent et efficace ; après l’un de ses discours, une lectrice du Liberator écrivit au journal pour témoigner de l’intense émotion qui l’avait saisie à entendre Brown70. Ces capacités d’orateur ont sans nul doute grandement contribué à faire vendre le récit71.

  • 72 Voir « Opinions of the American press », p. 167-168, dans l’édition du récit de Brown publiée par (...)
  • 73 Ephraim Peabody, « Narratives of fugitive slaves », Christian Examiner (Boston), juillet-septembre (...)

41Si l’on parcourt les recensions publiées dans la presse abolitionniste, il se dégage quelques autres raisons de la popularité du récit de William Wells Brown : d’abord il est palpitant, juste dans sa description de l’esclavage, sans parti pris ni exagération, bien écrit72 (un commentateur va jusqu’à comparer le style de Brown à celui de Daniel Defoe, l’auteur de Robinson Crusoé). D’après Ephraim Peabody qui, dès 1849, se pencha sur le succès du genre, les autobiographies d’anciens esclaves fascinaient pour plusieurs raisons : elles représentaient un témoignage de la bouche même des victimes ; elles permettaient aux Américains du Nord de savoir ce qui se passait au Sud (et il est clair pour le lecteur d’aujourd’hui que le Sud était pour les Américains des États du Nord presque un pays étranger, en tout cas un univers tout à fait différent) ; la fuite héroïque de l’esclave leur donnait un côté romantique ; enfin, les récits d’esclaves fugitifs satisfaisaient le goût du public pour le sensationnel73.

  • 74 C. Peter Ripley (dir.), The Black Abolitionist Papers, vol. 1, The British Isles, 1830-1865, Chape (...)
  • 75 Audrey Fisch, American Slaves in Victorian England. Abolitionist Politics in Popular Literature an (...)
  • 76 Il est bien sûr possible que certains Français aient lu le récit en anglais. La brève intervention (...)
  • 77 Vie de Frédéric Douglass, esclave américain, écrite par lui-même, traduction de S. K. Parkes, Pari (...)

42Lorsque Brown partit en Angleterre, en 1849, il emporta les planches de son récit, et la vente de cet ouvrage et d’autres publications lui permit de vivre assez confortablement en Angleterre et d’envoyer ses deux filles à l’école en France74. Il est vrai que l’Angleterre accueillait alors à bras ouverts ces anciens esclaves américains, pour des motifs qui n’étaient pas toujours dénués d’ambiguïté, comme l’a démontré Audrey Fisch dans son ouvrage sur le sujet75. Les témoignages d’anciens esclaves américains permettaient en effet aux Britanniques de se glorifier d’avoir aboli l’esclavage dans leurs colonies. Une traduction hollandaise du récit fut publiée en 1850, mais il n’y eut pas, semble-t-il, de traduction en français76 ; le récit de Douglass, en revanche, avait été traduit et publié en 1848 par Laurent-Antoine Pagnerre, qui publiait entre autres les écrits de Victor Schoelcher77.

  • 78 Josephine Brown, Biography of an American Bondman by His Daughter, préface, Boston, R. F. Wallcut, (...)
  • 79 Nombre de ces récits étaient d’autant plus éphémères qu’ils paraissaient dans la presse, et ne bén (...)
  • 80 À l’exception de ceux qui étaient publiés à compte d’auteur : le recueil de poèmes de Whitman Drum (...)

43Malgré la vente de plusieurs milliers d’exemplaires du récit de Brown entre 1847 et 1849, il semble que l’ouvrage ait été épuisé aux États-Unis lorsque Brown rentra dans son pays en 1854 ; c’est parce que l’ouvrage n’était plus disponible aux États-Unis que Josephine Brown, fille de l’ancien esclave, décida en 1855 de rédiger une biographie de son père78. Cela s’explique aisément par le départ de Brown avec les planches du récit. Bêla Marsh, qui avait publié la quatrième édition, pouvait difficilement en publier une cinquième sans les planches. En même temps, cela souligne le côté un peu éphémère de ces publications qui, en termes de format, de longueur, de reliure, étaient plus proches des pamphlets que de livres proprement dits79. Les canaux de diffusion de ces récits contribuent à expliquer ce caractère éphémère : si, comme il est probable, une forte proportion des ouvrages se vendait à l’issue des conférences de leurs auteurs, lorsque l’auteur cessait de paraître en public – parce qu’il était à l’étranger ou pour toute autre raison –, les récits cessaient de se vendre. C’est là aussi une différence de taille entre les anciens esclaves et les écrivains américains blancs, dont les productions se trouvaient en librairie, chez l’éditeur, et jouissaient du réseau habituel de promotion et diffusion du livre80.

  • 81 Le salaire d’un ouvrier qualifié blanc était d’environ 1 dollar par jour, celui d’une femme ne dép (...)
  • 82 Les récits étaient peut-être cependant lus à voix haute, ici aussi manquent des recherches.
  • 83 William Wells Brown, « “The black man” and its critics », The Anglo-African, 8 août 1863.

44L’histoire éditoriale des récits d’esclaves demeure à explorer : il faudrait vérifier le pourcentage de récits publiés à compte d’auteur ou par souscription, retrouver archives d’imprimeurs et correspondances d’auteurs et imprimeurs pour connaître les modalités des publications, les prix payés pour l’impression ; en savoir davantage sur les librairies qui vendaient la littérature abolitionniste ; et bien entendu se pencher sur le lectorat de ces récits. La plupart des chercheurs s’accordent à penser que le lectorat était avant tout de classe moyenne, le même que celui qui assistait aux conférences (d’autant que, même à 25 cents, les récits étaient trop chers pour les couches populaires, qui par ailleurs ne s’intéressaient pas nécessairement à l’esclavage)81. Le fait que la grande majorité de la population afro-américaine ait été illettrée rend improbable l’achat de ce type de récits82. En 1863, répondant à une critique acerbe (rédigée par un Afro-Américain) de son ouvrage d’histoire The Black Man, William Wells Brown rétorqua avec amertume que la communauté noire n’avait jamais soutenu ses auteurs ni leurs publications, et nota que si quelques récits d’esclaves s’étaient vendus rapidement, c’était principalement parmi les Blancs83.

Bibliographie

Bibliographie

Andrews William L., To Tell a Free Story. The First Century of Afro-American Autobiography, 1760-1865, Urbana-Chicago, University of Illinois Press, 1986.

Berlin Ira, Generations of Captivity. A History of African-American Slaves, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press, 2003.

Bland Sterling Lecater Jr., Voices of the Fugitives. Runaway Slave Stories and Their Fictions of Self-Creation, Westport-Londres, Greenwood Press, 2000.

Bordewich Fergus M., Bound for Canaan. The Epic Story of the Underground Railroad, America’s First Civil Rights Movement, New York, Harper Collins, 2005.

Brown Josephine, Biography of an American Bondman by His Daughter, preface, Boston, R. F. Walicut, 1856.

Brown William Wells, Narrative of William Wells Brown.A Fugitive Slave, Written by Himself Boston, The Anti-Slavery Office, 1847.

—, « Narrative of William Wells Brown. A Fugitive Slave, Written by Himself (1848) », dans William L. Andrews (dir.), From Fugitive Slave to Free Man. The Autobiographies of William Wells Brown, Columbia, University of Missouri Press, 1993.

—, The Anti-Slavery Harp.A Collection of Songs for Anti-Slavery Meetings, Compiled by William W. Brown, a Fugitive Slave, Boston, Bela Marsh, 1848.

Carretta Vincent, Equiano the African. Biography of a Self-made Man, Athens, University of Georgia Press, 2005.

Casper Scott E. et al. (dir.), A History of the Book in America, vol. 3, The Industrial Book, 1840-1880, Chapel Hill, American Antiquarian Society-University of North Carolina Press, 2007.

Clark George W., The Liberty Minstrel, New-York, Leavitt & Alden [et al], 1844.

Coffin Levi, Reminiscences of Levi Coffin, the Reputed President of the Underground Railroad..., 2e éd., Cincinnati, Robert Clarke and Co., 1880.

Douglass Frederick, Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave, Boston, Published at the Anti-Slavery Office, 1845.

Equiano Olaudah, The Interesting Narrative of the Life of Olaudah Equiano Written by Himself, Londres, Author, 1789.

—, Ma véridique histoire. Africain, esclave en Amérique, homme libre, Paris, Mercure de Prance, 2008.

Fabian Ann, The Unvarnished Truth. Personal Narratives in Nineteenth-Century America, Berkeley, University of California Press, 2000.

Farrison William Edward, William Wells Brown, Author and Reformer, Chicago, University of Chicago Press, 1969.

Fisch Audrey, American Slaves in Victorian England. Abolitionist Politics in Popular Literature and Culture, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

Fishkin Shelley Fisher, Lighting Out for the Territory. Reflections on Mark Twain and American Culture, New-York, Oxford University Press, 1996.

Foner Philip S., The Life and Writings of Frederick Douglass, vol. 1, Early Years, 1817-1849, New-York, International Publishers, 1950, 1975.

Foster Frances Smith, Witnessing Slavery. The Development of Ante-bellum Slave Narratives, Westport, Greenwood Press, 1979.

Garrett Paula et Hollis Robbins (dir.), The Works of William Wells Brown. Using his “Strong, Manly Voice”, New-York, Oxford University Press, 2006.

Gates Henry Louis (dir.), The Classic Slave Narratives, New-York, Signet Classics, 2002.

Greenspan Ezra (dir.), William Wells Brown. A Reader, Athens, The University of Georgia Press, 2008.

Hammond John Craid, Slavery, Freedom and Expansion in the Early American West, Charlottesville, University of Virginia Press, 2007.

Johnson Walter, Soul by Soul. Life Inside the Antebellum Slave Market, Cambridge, Harvard University Press, 1999.

Maumi Catherine, Thomas Jefferson et le projet du Nouveau Monde, Paris, Éditions de la Villette, 2007.

Nerone John, « Newspapers and the public sphere », dans Scott E. Casper et al. (dir.), A History of the Book in America, vol. 3, The Industrial Book, 1840-1880, Chapel Hill, American Antiquarian Society-University of North Carolina Press, 2007, p. 30-248.

Nichols Charles H., « Who read the slave narratives ? », Phylon Quarterly. A Review of Race and Culture, vol. XX, no 2, 1959, p. 149-162.

Parfait Claire, The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, 1852-2002, Burlington (Vermont), Aldershot-Hampshire, Ashgate, 2007.

Quarles Benjamin, Black Mosaic. Essays in Afro-American History and Historiography, Amherst, The University of Massachusetts Press, 1988.

Ripley C. Peter (dir.), The Black Abolitionist Papers, vol. 1, The British Isles, 1830-1865, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1985.

Rochmann Marie-Christine (dir.), Esclavage et abolitions, mémoires et systèmes de représentation, Paris, Karthala, 2000.

Rohrbach Augusta, Truth Stranger than Fiction. Race, Realism and the US Literary Marketplace, New-York, Palgrave, 2002.

Rothman Adam, Slave Country. American Expansion and the Origins of the Deep South., Cambridge, Harvard University Press, 2005.

Smith Valerie, Self-Discovery and Authority in Afro-American Narrative, Cambridge, Harvard University Press, 1987.

Stewart James Brewer, Holy Warriors. The Abolitionists and American Slavery, NewYork, Hill and Wang, 1996.

Trexler Harrison Anthony, Slavery in Missouri 1804-1865, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1914.

Twain Mark, The Adventures of Huckleberry Finn (Tom Sawyer’s Comrade), Londres, Chatto and Windus, 1884.

—, The Autobiography of Mark Twain, Charles Nieder (dir.), New-York–Evanston–Londres, Harper and Row, 1959.

Wachtell Cynthia, War No More. The Antiwar Impulse in American Literature, 1861-1914, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2010.

Weld Theodore Dwight, American Slavery As Its Is. Testimony of a Thousand Witnesses, New-York, American Anti-Slavery Society, 1839.

Wieviorka Annette, L’Ère du témoin, Paris, Plon, 1998.

Yarborough Richard, « Black authors, white readers : early Afro-American fiction writers and the problem of audience », dans John Atherton et Claire Bruyère (dir.), Lire en Amérique, Cahiers Charles-V, no 14,1992, p. 33-45.

Zboray Donald J. et Zboray Mary Saracino, Literary Dollars and Social Sense.A People’s History of the Mass Market Book, New-York, Routledge, 2005.

Site web

Documenting the American South: http://docsouth.unc.edu/.

Notes

1 Il faut rappeler ici que ce genre semble appartenir presque exclusivement au monde anglo-saxon : dans les colonies françaises, la parole des esclaves passe par d’autres canaux, ainsi que l’indique la contribution de Frédéric Régent dans cet ouvrage. Dans son introduction à Esclavage et abolitions, Marie-Christine Rochmann remarque « le silence des esclaves » dans les colonies françaises et note : « Exclu de l’écriture par l’interdiction formelle de son alphabétisation, l’esclave antillais ne fait entendre sa parole que de façon assourdie et problématique dans une oralité créole impossible à dater et trahie déjà par l’écrit qui la transmet. » Marie-Christine Rochmann (dir.), Esclavage et abolitions, mémoires et systèmes de représentation, Paris, Karthala, 2000, p. 8-9.

2 Annette Wieviorka, L’ère du témoin, Paris, Plon, 1998, p. 98. L’étude d’Annette Wieviorka porte essentiellement sur les témoignages des survivants de la Shoah, mais elle considère évidemment que sa réflexion peut s’appliquer à d’autres cas, tels qu’« aux États-Unis, l’évocation de la traite des Noirs et de l’esclavage » (p. 16).

3 Ibid., p. 47.

4 Ibid., p. 68-69.

5 Catherine Maumi, Thomas Jefferson et le projet du Nouveau Monde, Paris, Éditions de la Villette, 2007. Ces territoires, qui doublaient la superficie de la nouvelle nation, avaient été gagnés de haute lutte par Benjamin Franklin lors des discussions entre les États-Unis et la Grande-Bretagne au moment des négociations de paix, à la fin de la guerre d’indépendance en 1782. L’interdiction de l’esclavage était incluse dans l’article 6 de cette ordonnance du Nord-Ouest : voir le texte sur http://avalon.yale.edu/18th_century/nworder.asp/, consulté le 12 juillet 2010.

6 John Craig Hammond, Slavery, Freedom and Expansion in the Early American West, Charlottesville, University of Virginia Press, 2007. Dans l’Ohio, une campagne d’opinion antiesclavagiste, vigoureusement menée en 1802, évita l’abandon de l’article 6 de l’ordonnance du Nord-Ouest. Dans l’Indiana et l’Illinois, de 1802 à 1809, les esclavagistes cherchèrent à abolir cette clause, mais ils ne recueillirent pas l’appui du Congrès, pas plus que celui de l’opinion, et durent céder définitivement au début des années 1820.

7 « Louisiana Purchase Treaty, April 30, 1803 ». Disponible sur le Web : http://avalon.yale.edu/19th_century/louisi.asp/, consulté le 12 juillet 2010.

8 Harrison Anthony Trexler, Slavery in Missouri 1804-1865, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1914, p. 9 : il y avait entre 2 000 et 3 000 esclaves dans les limites de ce qui devint le Missouri en 1803.

9 John Craig Hammond, Slavery…,op. cit., p. 53.

10 Ibid., p. 57.

11 Harrison Anthony Trexler, Slavery in Missouri..., op. cit., p. 103. John Craig Hammond, Slavery.,.,op. cit., p. 62.

12 Ibid., p. 52.

13 La Louisiane acquit le statut d’État en 1812, le Mississippi en 1817 et l’Alabama en 1819, un an avant le Missouri.

14 Sur La Nouvelle-Orléans comme marché aux esclaves, voir Walter Johnson, Soul by Soul. Life Inside the Antebellum Slave Market, Cambridge, Harvard University Press, 1999. Pour une description des emplois des esclaves dans le Missouri, voir Harrison Anthony Trexler, Slavery in Missouri..., op. cit., p. 20 par exemple. Pour cet auteur, qui écrit son essai au début du XXe siècle, les esclaves jouissaient de conditions favorables dans l’État : « [...] les maîtres du Missouri traitaient leurs esclaves avec indulgence sous plusieurs angles » (p. 37), et Mark Twain, célèbre natif du Missouri, renchérit : « Il s’agissait d’un esclavage domestique modéré, et non de la variété brutale des plantations » (The Autobiography of Mark Twain, Charles Neider (dir.), New-York–Evanston–Londres, Harper and Row, 1959, p. 30), avant d’infléchir considérablement sa pensée plus loin...

15 À compter de 1787, les différents États avaient tous interdit l’introduction d’esclaves par le biais de la traite atlantique. Entre 1803 et 1808, certains États du Sud, comme la Louisiane, la Caroline-du-Sud, ouvrirent à nouveau leurs ports aux esclaves importés d’Afrique, mais l’augmentation du nombre d’esclaves entre 1790 et 1820 (de 500 000 à 1,5 million) est due pour l’essentiel à l’augmentation naturelle. Voir Adam Rothman, Slave Country. American Expansion and the Origins of the Deep South, Cambridge, Harvard University Press, 2005, p. IX.

16 Ira Berlin, dans Generations of Captivity. A History of African-American Slaves, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press, 2003, explique comment, à compter des années 1820, quand les tribus indiennes eurent cédé leurs terres dans le sud-est des États-Unis, les marchands d’esclaves transférèrent des dizaines de milliers d’asservis vers les États du Sud profond, en un mouvement de migration à côté duquel la traite vers l’Amérique du Nord, pratiquée avant 1808, faisait pâle figure (p. 161).

17 Mark Twain, The Autobiography..., op. cit., p. 30-31, dit que les habitants du Missouri détestaient les marchands d’esclaves, au prétexte qu’ils déplaçaient les esclaves vers un réel enfer, mais selon Twain, eux-mêmes étaient totalement indifférents au sort des esclaves. Une indifférence qu’illustre tout le récit de Brown.

18 « J vividly remember seeing a dozen black men and women chained to one another, once, and lying in a group on the pavement, awaiting shipment to the Southern slave market » (ibid., p. 30).

19 Levi Coffin, futur organisateur de l’Underground Railroad, date sa conversion à l’abolitionnisme du jour où, enfant, il vit passer une colonne d’esclaves enchaînés et conduits vers le Sud : Reminiscences of Levi Coffin, the Reputed President of the Underground Railroad..., 2e édition, Cincinnati, Robert Clarke and Co., 1880, p. 12. Disponible sur le site Documenting the American South : http://docsouth.unc.edu/nc/coffin/coffin.html/, consulté le 13 juillet 2010.

20 L’ordonnance elle-même prévoit qu’un fugitif, ayant quitté un État esclavagiste, puisse être rattrapé dans un État libre. Cette clause est reprise par le texte de la Constitution (1787), puis une loi de 1793, qui prévoit les conditions dans lesquelles l’esclave peut être appréhendé, et punit toute tentative d’obstruction. Enfin, une loi de 1850 durcit les peines s’appliquant à quiconque ferait obstruction et limite les droits des esclaves appréhendés.

21 Shelley Fisher Fishkin, Lighting Out for the Territory. Reflections on Mark Twain and American Culture, New-York, Oxford University Press, 1996, p. 53-56.

22 Probablement au contact de son beau-père l’abolitionniste Jarvis Langdon, suppose Shelley Fisher Fishkin, ibid., p. 74-75.

23 Fergus M. Bordewich, Bound for Canaan. The Epic Story of the Underground Railroad, Americas First Civil Rights Movement, New-York, Harper Collins, 2005. L’Underground Railroad est le surnom donné au réseau d’aide aux Noirs en fuite, plus ou moins formalisé, et qui leur permettait d’atteindre le Nord, puis le Canada.

24 Pour une traduction française récente, voir Ma véridique histoire. Africain, esclave en Amérique, homme libre, Paris, Mercure de France, 2008. Le texte original a pour titre complet The Interesting Narrative of the Life of Olaudah Equiano, Written by Himself (Londres, Author, 1789) et est disponible sur le site Documenting the American South de l’université de Caroline-du-Nord : http://docsouth.unc.edu/neh/equianoi/equianoi.html/, consulté le 13 juillet 2010.

25 Vincent Carretta, Equiano the African. Biography of a Self-made Man, Athens, University of Georgia Press, 2005.

26 Adam Rothman, Slave Country.,.,op. cit.

27 James Brewer Stewart, Holy Warriors. The Abolitionists and American Slavery, New-York, Hill and Wang, 1996.

28 Theodore Dwight Weld, American Slavery As Its Is. Testimony of a Thousand Witnesses, New-York, American Anti-Slavery Society, 1839. Disponible sur le site Documenting the American South : http://docsouth.unc.edu.neh/weld/menu.html/, consulté le 13 juillet 2010.

29 Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave, Boston, Published at the Anti-Slavery Office, 1845. Disponible sur le Web : http://docsouth.unc.edu/neh/douglass/menu.html/, consulté le 13 juillet 2010.

30 Ezra Greenspan (dir.), William Wells Brown. A Reader, Athens, The University of Georgia Press, 2008, p. xvi : « But William Wells Brown was his own man and needs to be understood in his own striking individuality. » Sur le récit d’esclave comme stratégie d’individuation, voir également Sterling Lecater Bland Jr., Voices of the Fugitives. Runaway Slave Stories and Their Fictions of Self-Creation, Westport-Londres, Greenwood Press, 2000, p. 3; et Valerie Smith, Self-Discovery and Authority in Afro-American Narrative, Cambridge, Harvard University Press, 1987.

31 William Wells Brown, Narrative of William Wells Brown. A Fugitive Slave, Written by Himself (1848), dans From Fugitive Slave to Free Man. The Autobiographies of William Wells Brown, William L. Andrews (dir.), Columbia, University of Missouri Press, 1993, p. 56. Trad. Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol, à paraître.

32 Ibid., p. 64.

33 Le chapitre iv commence par un incident amusant, qui nourrit évidemment la critique des maîtres : Brown raconte comment son maître et sa famille buvaient un mélange de whisky, menthe et sucre (mint julep) dès le matin, avant la prière et le petit déjeuner. Discrètement, Brown se servait également, jusqu’au jour où il fit tomber le pichet... Voir ibid., p. 40.

34 Sur le thème de Brown et le trickster, voir William L. Andrews, To Tell a Free Story. The First Century of Afro-American Autobiography, 1760-1865, Urbana-Chicago, University of Illinois Press, 1986, p. 144-151.

35 William Wells Brown, Narrative of William Wells Brown..., op. cit., p. 55-56.

36 Ibid., p. 48. Trad. Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol.

37 The Anti-Slavery Harp. A Collection of Songs for Anti-Slavery Meetings, Compiled by William W. Brown, a Fugitive Slave, Boston, Bela Marsh, 1848. Recueil numérisé par l’université de Virginie : http://utc.iath.virginia.edu/abolitn/absowwbahp.html/, consulté le 13 juillet 2010.

38 Numérisé par l’Antislavery Project :
http://antislavery.eserver.org/poetry/antislaverypoems/, consulté le 13 juillet 2010.

39 George W. Clark, The Liberty Minstrel, New-York, Leavitt & Alden [et al], 1844. Disponible sur le site du Project Gutenberg : http://www.gutenberg.org/etext/22089/, consulté le 13 juillet 2010.

40 Pour le critique littéraire Henry Louis Gates, les « récits des anciens esclaves sont [...] le socle même sur lequel repose la forme de la plupart des récits africains-américains, qu’ils relèvent ou non de la fiction ». Henry Louis Gates (dir.), The Classic Slave Narratives, New-York, Signet Classics, 2002, p. 5.

41 Pour une présentation de la carrière littéraire de William Wells Brown, voir l’introduction d’Ezra Greenspan à William Wells Brown...,op. cit., p. IX-XXVI.

42 Paula Garrett et Hollis Robbins (dir.), The Works of William Wells Brown. Using his “Strong, Manly Voice”, New-York, Oxford University Press, 2006, p. XVII-XIX.

43 Samuel May Jr., à John B. Estlin, 13 janvier 1848, Anti-Slavery Papers, Boston Public Library.

44 L’ouvrage relié toile est annoncé à un prix de 35 cents dans The Anti-Slavery Bugle (Salem, Ohio) du 17 septembre 1847, contre 37,5 cents dans The Liberator (Boston) du 30 juillet 1847. Dans les deux cas, le prix du récit avec couverture papier est de 25 cents. Le récit de Douglass, à peine plus long que celui de Brown, était annoncé à 25 cents couverture papier, sans portrait, et 40 cents avec reliure toile (encart publicitaire pour la librairie de J. Elizabeth Jones, The Anti-Slavery Bugle, 23 octobre 1846).

45 «Declaration of Sentiments of the American Anti-Slavery Society. Adopted at the Formation of said Society, in Philadelphia, on the fourth day of December, 1833».

46 Pour le nombre très impressionnant de publications de l’association, voir Benjamin Quarles, Black Mosaic. Essays in Afro-American History and Historiography, Amherst, The University of Massachusetts Press, 1988, p. 67-79. La branche new-yorkaise avait publié en 1839 American Slavery A It Is. Testimony of a Thousand Witnesses, de Theodore Weld (disponible sur le site Documenting the American South: http://docsouth.unc.edu, consulté le 4 août 2010). Dans une note en page IV de l’ouvrage de Weld, le comité exécutif de l’association indiquait qu’il se proposait de publier des témoignages d’esclaves, « to publish, from time to tune; as they may have the materials and the funds, TRACTS, containing well authenticated facts, testimony, personal narratives, &c. fully setting forth the condition of American slaves. In order that they may be furnished with the requisite materials, they invite all who have had personal knowledge of the condition of slaves in any of the states of this Union, to forward their testimony with their names and residences. To prevent imposition, it is indispensable that persons forwarding testimony, who are not personally known to any of the Executive Committee, or to the Secretaries or Editors of the American Anti-Slavery Society, should furnish references to some person or persons of respectability, with whom, if necessary, the Committee may communicate respecting the writer ».

47 Sur la question de l’authenticité des récits d’esclaves et en particulier du récit de Williams, voir Ann Fabian, The Unvarnished Truth. Personal Narratives in Nineteenth-Century America, Berkeley, University of California Press, 2000, chap. iii, et William L. Andrews, To Tell a Free Story, op. cit., chap. i et iv.

48 William Grimes, Life of William Grimes. The Runaway Slave, Brought Down to the Present Tune [Grimes avait publié une première autobiographie en 1825], New Haven, Published by the Author, 1855, p. 92 : « And now, as I have brought my narrative to a close, I wish only to add a few lines, to say that I hope all my friends and acquaintances will purchase a copy of my book, and thus help “Old Grimes” to pay the printer, and have a small amount left to carry him safely through the coming year. » Récit disponible sur le site Documenting the American South : http://docsouth.unc.edu/neh/grimes55/menu.html, consulté le 4 août 2010.

49 William L. Andrews compile une liste de 111 récits d’esclaves fugitifs dans To Tell a Free Story, op. cit., et propose une liste plus longue de récits, intitulée « North American slave narratives », sur le site Documenting the American South : http://docsouth.unc.edu/neh/. Malgré le titre, la liste ne comporte pas uniquement des récits d’esclaves nord-américains.

50 Donald J. Zboray et Mary Saracino Zboray, Literary Dollars and Social Sense. A People’s History of the Mass Market Book, New-York, Routledge, 2005, p. 8-9. Ce mode de publication était par ailleurs utilisé en dernier recours, lorsqu’un auteur ne parvenait pas à trouver un éditeur : en 1865, Walt Whitman fit ainsi imprimer à ses frais Drum-Taps, un volume de poèmes sur la guerre, dont aucun éditeur n’avait voulu (Cynthia Wachtell, War No More. The Antiwar Impulse in American Literature, 1861-1914, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2010, p. 96-97).

51 Sur les différents types de contrats en usage au milieu du XIXe siècle, voir entre autres Claire Parfait, The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, 1852-2002, Burlington (Vermont), Aldershot - Hampshire, Ashgate, 2007, chap. ii.

52 William Edward Farrison, William Wells Brown, Author and Reformer, Chicago, University of Chicago Press, 1969.

53 Ezra Greenspan, professeur à la Southern Methodist University (Dallas, Texas) et qui a préparé l’édition de William Wells Brown..., op. cit., rédige actuellement une biographie de Brown, qui devrait paraître en 2012.

54 Le cas de Douglass est différent, en partie parce que Douglass avait précédé Brown en Angleterre (1845-1847) et que l’effet de sa visite outre-Atlantique fut largement commenté dans la presse américaine, y compris dans le Sud.

55 Sur la question de la distribution des livres aux États-Unis au XIXe siècle, voir les articles de Lloyd Pratt et Michael Winship dans Scott E. Casper et al. (dir.), A History of the Book in America, vol. III, The Industrial Book, 1840-1880, Chapel Hill, American Antiquarian Society - University of North Carolina Press, 2007.

56 John Nerone, « Newspapers and the public sphere », ibid., p. 230-248.

57 The Liberator, 11 février 1848.

58 La fabrication des planches avait coûté à Brown entre 75 et 80 dollars (Samuel May Jr. à John B. Estlin, 15 décembre 1847, Anti-Slavery Papers, Boston Public Library). Brown avait fait suffisamment de bénéfices avec la vente de la première édition pour pouvoir payer gravures et planches et s’attendait à l’évidence à ce que la seconde édition rencontre un succès au moins égal à celui de la première.

59 William Wells Brown à Elizabeth Pease, 30 juillet 1849, et Richard D. Webb à « My dear friend, » 3 août 1849, Anti-Slavery Papers, Boston Public Library.

60 The Liberator, 20 octobre 1848.

61 À ce sujet, voir notamment Frances Smith Foster, Witnessing Slavery. The Development of Ante-bellum Slave Narratives, Westport, Greenwood Press, 1979, p. 54-55.

62 Edmund Quincy à Caroline Weston, 2 juillet 1847, Anti-Slavery Papers, Boston Public Library.

63 « But I cannot accept of Mr. Price’s offer to become a purchaser of my body and soul. God made me as free as he did Enoch Price, and Mr. Price shall never receive a dollar from me or my friends with my consent. »

64 The Liberator, 1er juin 1849.

65 William E. Farrison, William Wells Brown..op. cit., p. 114. En 1851, un encart publicitaire de Bela Marsh dans The Liberator daté du 21 août propose le récit de Brown, « Complete edition, 10 000 », pour 25 cents (encart reproduit dans Augusta Rohrbach, Truth Stranger than Fiction. Race, Realism and the US Literary Marketplace, New York, Palgrave, 2002, p. 17). La 1re édition anglaise (Londres, Charles Gilpin, imprimeur Richard Webb, 1849) porte l’indication 11 000 sur la page titre, prenant en compte, comme il est fréquent alors, la totalité des exemplaires publiés aux États-Unis et en Angleterre.

66 National Union Catalog, William E. Farrison, William Wells Brown..., op. cit., p. 138. The Liberator signale le 1er juin 1849 la parution de cette édition, augmentée entre autres d’un douzième chapitre. Brown y narre l’échec de la tentative de propriétaires d’esclaves du Tennessee de ramener en esclavage aux États-Unis d’anciens esclaves installés au Canada.

67 Dans la note de l’éditeur à la 4e édition, justifiant la publication de celle-ci, 8 000 exemplaires sont censés s’être vendus en dix-huit mois. À titre de comparaison, 11 000 exemplaires du récit de Douglass (Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American Slave, Written by Himself, 1845) s’étaient écoulés ou avaient été mis en circulation aux États-Unis entre 1845 et janvier 1848 (Philip S. Foner, The Life and Writings of Frederick Douglass, vol. 1, Early Years, 1817-1849, New-York, International Publishers, 1950, 1975, p. 60). Josiah Henson avait vendu 6 000 exemplaires de la 1re édition de son récit (1849) en trois ans (Smith Foster, Witnessing Slavery, op. cit., p. 22).

68 L’exagération des chiffres de vente était une pratique fréquente au XIXe siècle, obéissant au principe que le succès appelle le succès. Seules les archives d’éditeur peuvent confirmer les ventes effectives des ouvrages.

69 « The present Narrative was first published in Boston, (U.S.) in July, 1847, and eight thousand copies were sold in less than eighteen months from the time of its publication. This rapid sale may be attributed to the circumstance, that for three years preceding its publication, I had been employed as a lecturing agent by the American Anti-slavery Society; and I was thus very generally known throughout the Free States of the Great Republic, as one who had spent the first twenty years of his life as a slave, in her southern house of bondage. » Note de Brown à la 1re édition anglaise du récit (Narrative, « Eleventh Thousand », Londres, Charles Gilpin, 1849, datée de Dublin, 14 août 1849).

70 The Liberator, 30 juillet 1847.

71 Même si les orateurs n’étaient pas toujours bien reçus ; ainsi, Garrison et Douglass furent la cible de jets d’œufs pourris lors d’une conférence en Pennsylvanie (The Liberator, 17 septembre 1847) ; Brown quant à lui reçut un jour des œufs et des pierres (William E. Farrison, William Wells Brown.,.,op. cit., p. 95).

72 Voir « Opinions of the American press », p. 167-168, dans l’édition du récit de Brown publiée par Charles Gilpin à Londres en 1849. Disponible sur le site Documenting the American South : http://docsouth.unc.edu/fpn/brownw/menu.html>, consulté le 28 août 2010.

73 Ephraim Peabody, « Narratives of fugitive slaves », Christian Examiner (Boston), juillet-septembre 1849.

74 C. Peter Ripley (dir.), The Black Abolitionist Papers, vol. 1, The British Isles, 1830-1865, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1985, p. 16.

75 Audrey Fisch, American Slaves in Victorian England. Abolitionist Politics in Popular Literature and Culture, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

76 Il est bien sûr possible que certains Français aient lu le récit en anglais. La brève intervention de Brown au congrès pour la paix avait attiré des commentaires élogieux de la part du quotidien parisien La Presse ainsi que du Galignani’s Messenger, un quotidien publié à Paris en langue anglaise (William E. Farrison, William Wells Brown..., op. cit., p. 147-151).

77 Vie de Frédéric Douglass, esclave américain, écrite par lui-même, traduction de S. K. Parkes, Paris, Pagnerre, 1848 (disponible sur Google livres). Plusieurs traductions sont actuellement en vente, dont celle d’Hélène Tronc, La vie de Frederick Douglass, Paris, Gallimard, 2006. Le texte en langue originale est disponible sur le site Documenting the American South.

78 Josephine Brown, Biography of an American Bondman by His Daughter, préface, Boston, R. F. Wallcut, 1856 (cop. 1855). Disponible sur le site Documenting the American South : http://docsouth.unc.edu/neh/brownj/menu.html, consulté le 28 août 2010.

79 Nombre de ces récits étaient d’autant plus éphémères qu’ils paraissaient dans la presse, et ne bénéficiaient pas ensuite de publication en format livre, plus permanent. Quant à la parution de plusieurs éditions augmentées, elle était assez fréquente.

80 À l’exception de ceux qui étaient publiés à compte d’auteur : le recueil de poèmes de Whitman Drum-Taps (voir n. 50) eut peu de succès en partie, ainsi que le relève le Boston Commonwealth de février 1866, parce que l’ouvrage n’avait pas été présenté au public de la manière habituelle ; les journaux avaient peu fait état de la parution, il était difficile de se procurer l’ouvrage en librairie, et le grand public ignorait son existence (Cynthia Wachtell, War No More, op. cit., p. 97).

81 Le salaire d’un ouvrier qualifié blanc était d’environ 1 dollar par jour, celui d’une femme ne dépassait guère 25 cents. Sur le lectorat des récits d’esclaves, voir entre autres William L. Andrews, To Tell a Free Story, op. cit., en particulier les chap. i et iv, Ann Fabian, The Unvarnished Truth, op. cit., p. 109-111, Richard Yarborough, « Black authors, white readers : early Afro-American fiction writers and the problem of audience », Lire en Amérique, Cahiers Charles-V, no 14, 1992, p. 33-45, et Charles H. Nichols, « Who read the slave narratives? », Phylon Quarterly. A Review of Race and Culture, vol. 20, no 2, 1959, p. 149-162.

82 Les récits étaient peut-être cependant lus à voix haute, ici aussi manquent des recherches.

83 William Wells Brown, « “The black man” and its critics », The Anglo-African, 8 août 1863.

Auteurs

Angliciste, spécialiste de l’histoire de l’esclavage et de l’abolition aux États-Unis, est professeure à l’université de Paris-Diderot, chercheuse affiliée au LARCA (laboratoire de recherches en études anglophones) et responsable du groupe de recherche Jeune République au sein du CIRNA (EHESS). Elle fait partie du groupe de recherche travaillant à la publication des récits d’esclaves proposée dans le cadre du programme « La Haute-Normandie : une tradition d’ouverture sur le monde ».

Angliciste, spécialiste de l’histoire du livre et de l’édition aux États-Unis, est professeure à l’université de Paris 13, directrice du CRIDAF (EA 453). Spécialiste du domaine afro-américain, elle fait partie du groupe de recherche travaillant à la publication des récits d’esclaves proposée dans le cadre du programme « La Haute-Normandie : une tradition d’ouverture sur le monde ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540