Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

 | 
Éric Saunier

Deuxième partie. Paroles d'esclaves, du tribunal au récit de vie

Chapitre 6. Figures d’esclaves à travers des procédures judiciaires en Guadeloupe de 1789 à 1848

Frédéric Régent

Texte intégral

1Les récits autobiographiques d’esclaves sont très peu nombreux. Nous pouvons citer Ma véridique histoire. Africain, esclave en Amérique, homme libre d’Olaudah Equiano, publié pour la première fois en anglais en 1789 ; La Véritable Histoire de Mary Prince. Esclave antillaise, paru en Angleterre en 1831 ; Récit de la vie de Frederick Douglass, écrit par lui-même (Narrative of the Life of Frederick Douglass, Written by Himself), publié en 1845 ; ou encore Autobiographie d’une esclave de Hannah Crafts (Payot, 2006), manuscrit écrit en 1850 et édité un siècle et demi plus tard. Ces récits ne concernent que des esclaves de colonies britanniques ou des États-Unis. Il n’a été porté à notre connaissance l’existence d’aucun récit similaire pour les colonies françaises. Cela est peut-être dû à une abolition intervenue plus de vingt ans avant celle des États-Unis. Ajoutons aussi le fait que le mouvement abolitionniste se sert aux États-Unis d’arguments moraux et religieux. De plus, la proximité entre abolitionnistes et esclaves est plus grande. Alors qu’en France, les abolitionnistes vivent à 7 000 kilomètres des esclaves, aux États-Unis, les abolitionnistes vivent sur le même territoire que les esclaves.

2Il est donc difficile de traquer la parole des esclaves. Les interrogatoires, lors des procédures judiciaires, permettent de retrouver des fragments de parole des esclaves. Même si cette parole n’est pas une expression spontanée, car il s’agit de la transcription d’interrogatoires, certainement traduite du créole. Au détour des réponses des esclaves, nous pouvons en effet percevoir une partie de leur quotidien et les rapports qu’ils entretiennent entre eux et avec leur maître. C’est à partir de trois procès que nous présenterons les apports de ces paroles d’esclaves. Deux d’entre eux furent publiés dans la presse, le troisième étant intégré dans la correspondance administrative des autorités coloniales.

Les affaires

Les faits

  • 1 AN C7A82 pièce 210, procédure criminelle contre les nommées Angélique et Marianne, la première pou (...)

3La première affaire concerne Angélique1 qui a fait assassiner son enfant. Nous sommes en 1797, à Marie-Galante, peu de temps après la proclamation de la première abolition de l’esclavage (4 février 1794). La citoyenne noire Angélique est la concubine du citoyen blanc Garnier, mais elle a eu une aventure avec un Noir. Elle accouche d’un enfant noir et non mulâtre comme on l’attend d’une femme qui vit avec un Blanc. Angélique ne veut pas que le citoyen blanc qui l’entretient découvre ses turpitudes avec un Noir. Le fait d’être concubine d’un Blanc lui assure une promotion sociale et un meilleur confort matériel. En effet, malgré l’abolition de l’esclavage, le métissage reste un atout, comme avant la Révolution, quand il permettait à beaucoup de femmes et d’enfants esclaves d’accéder à la liberté. Craignant les reproches de Garnier, Angélique a demandé à Marc d’assassiner son enfant. Marc exécute le crime dans des conditions atroces en l’enterrant vivant. Écoutons la parole d’Angélique, lors de son interrogatoire par le procureur, le 30 mai 1797 :

Int. Comment as tu causée la mort de cet enfant ?
Angélique. Qu’ayant eu des habitudes avec un noir pendant quelle avait affaire avec un blanc ; ayant accouché d’un enfant noir elle avait craint les reproches du blanc, et pour les éviter elle avait pris le parti de détruire son fruit.
Int. Quels sont les moyens qu’elle a employé pour détruire son enfant ?
Rép. Pendant que la sage femme qui l’avait accouché était allé chercher une bouteille de sirop, Marc, vieux noir, de l’habitation Garnier qui se trouvait en ce moment dans sa case et témoin de ses regrets d’avoir accouchée d’un noir dut prié par elle d’aller cacher cet enfant dans les halliers jusqu’à ce que le citoyen Garnier fut de retour et qu’elle connût comment ce dernier prendroit la chose espérant que pendant qu’il seroit ainsi exposé, il serait ramassé par quelqu’un, que Marc lui répondit que l’enfant n’étant pas mort, il crierait s’il était exposé et qu’on le découvrit, qu’il fallait qu’elle l’étouffa elle même. Ce à quoi elle n’avoit pu se déterminer, cette proposition lui faisant trop de peine, qu’elle redoubla ses instances pour que Marc alla cacher cet enfant, que ce dernier lui donna un coup de rum pour lui troubler la tête et qu’il finit par lui dire après lui avoir fait boire plusieurs autres coups de rum à la valeur d’une demie bouteille que puisque cela lui faisoit tant de peine, il allait lui même étouffer l’enfant et l’enterrer dans les halliers.

  • 2 Des comptes rendus d’audience sont parus dans la Gazette officielle de la Guadeloupe. Exemplaires (...)

4La deuxième affaire concerne Louis-Joseph Vallentin2, habitant à Marie-Galante, propriétaire de soixante-quinze esclaves, accusé d’avoir donné la mort à l’esclave Sébastien. Ce dernier est soupçonné par son maître d’avoir fait empoisonner du bétail par Félicien, un autre esclave. Sébastien est enfermé dans un cachot en maçonnerie de 1,20 m de hauteur et 1,80 m de longueur. Un journal de l’époque nous relate son calvaire :

Il était entré dans ce cachot plein de vie et de force. Quelque temps après, il se plaignit de rhumatismes et de douleurs qui affectaient tout son corps et l’empêchaient de se tenir debout. Commencé dans le courant d’avril 1838, le supplice de Sébastien dura trois mois environ. Quand on en retira le cadavre, il offrit aux yeux un hideux spectacle. La face était mangée par les insectes, les membres étaient desséchés, les os n’avaient plus de chairs, le pus sortait des yeux, la peau pendait et tombait sous les mains de ceux qui s’occupaient de l’inhumation.

  • 3 Un compte rendu du procès est paru dans le supplément à la Gazette officielle de la Guadeloupe, Ba (...)

5La troisième affaire concerne Texier-Lavalade3 qui possède une habitation caféière à Trois-Rivières. Depuis 1820, date à laquelle il prend le contrôle de l’habitation à 1847, cinquante-huit personnes ont été ses esclaves. Douze n’ont vécu qu’un an, trois que deux ans, deux que trois ans. Trente-quatre ont péri sur son habitation. Les décès s’échelonnent d’année en année et ne peuvent être imputés à des épidémies. De tous les esclaves légués par son père à Texier, en 1820, seul Daga qui a porté plainte contre son maître a survécu. Sur les dix-sept esclaves morts dans les trois années suivant leur arrivée sur l’habitation, six étaient des esclaves de traite. Texier-Lavalade est accusé d’avoir maltraité et causé la mort de plusieurs de ses esclaves. Les causes de cette mortalité sont « une nourriture mauvaise, le travail incessant, des traitements inhumains ». L’acte d’accusation dénonce « un monument de discipline barbare » :

[...] derrière la maison, sous un hangar, était une caisse de 1 mètre 95 centimètres, large de 1 mètre 15 centimètres, et dont la hauteur est de 1 mètre 8 centimètres, bâtie en madriers de bois blanc à joints carrés : c’est un cachot ! [...] La lumière ne peut pénétrer dans ce tombeau, l’air n’y arrive que par deux petites ouvertures de la dimension de la main [...] c’est là que l’on enfermait des êtres humains !

6Beaucoup d’esclaves sont morts dans ce cachot. Élise, une esclave tombant dans un sillon est couverte de terre et meurt au cachot. Lise, blessée par un coup de sabre du maître pour avoir cueilli le café trop lentement, est enfermée au cachot et y meurt. Pour punir Céline qui mangeait de la terre, Texier-Lavalade l’oblige à manger de la terre touchant un cadavre mélangée avec des excréments, aliment qu’il appelle « la crème de la mort ». Le lendemain, elle est trouvée morte au cachot. Victoire est fouettée sur le ventre et meurt de ses blessures, Texier avait auparavant voulu l’enterrer vivante. Benjamin est tué par une barre à mine enfoncée dans la bouche. Texier-Lavalade ordonne à un esclave de fouetter un autre ; trouvant que celui-ci ne frappe pas assez fort, il inverse les rôles ; estimant que ce n’est toujours pas assez fort, il frappe l’esclave avec une houe, entraînant perte de connaissance et effusion de sang. Au total, douze esclaves malades meurent enfermés au cachot. Texier-Lavalade s’acharne sur le cadavre de l’esclave Marcelin, qu’il découpe en cinq morceaux et enterre dans cinq trous différents. « Plusieurs autres furent enterrés avec leurs fers. Jamais un cercueil ne leur fut préparé ; Jamais un prêtre ne fut appelé à leurs derniers moments ou à leurs funérailles. »

7Ces faits sont prescrits, mais des événements plus récents ne le sont pas. Firmin est mort au cachot le 18 novembre 1839 ; Augustine est morte des suites de blessures portées par Texier, le 23 mars 1845 ; Ernest, enfant de 9 ans, est battu et meurt de ses blessures, le 8 avril 1847. À cela s’ajoutent d’autres infractions : trois esclaves détenus au cachot et un autre blessé aux parties génitales. Ces faits sont attestés par les esclaves de l’habitation et du voisinage. Les femmes esclaves Thisbé et Emmé, attachées à la maison du maître, nient la plupart des faits. Le maître interrogé dénonce un complot de ses esclaves.

Procédure et déroulement des procès4

  • 4 Pour plus de développements sur les procédures judiciaires, il faut consulter Caroline Oudin-Basti (...)

8Dans l’affaire Angélique la procédure se déroule de la manière suivante : l’assassinat ayant lieu le 21 avril 1797, dès le lendemain plusieurs témoins effectuent leurs déclarations devant la municipalité de Capesterre de Marie-Galante. Le 23 avril, Angélique est interrogée à son domicile. Le lendemain, elle et Marc sont arrêtés. Le surlendemain, l’exhumation et l’autopsie du cadavre sont pratiquées. Le 11 mai 1797, Marc décède à la maison d’arrêt. Le 30 mai, Angélique est interrogée par le procureur. Le même jour, Guillermin prononce un mandat d’arrêt contre Angélique. Il ordonne son arrestation et son incarcération à Pointe-à-Pitre. Le 5 juillet, c’est au tour de Marie-Anne d’être interrogée. Le 10 juillet, Marie-Françoise, Blanchard, Romain, Fulgence, Mariette, Marie-Jeanne, Margueritte Degalle sont convoqués à comparaître devant le jury d’accusation pour le 27 juillet. Le 29 juillet, Angélique est interrogée par l’un des juges du tribunal criminel provisoire. Le 1er août, se déroule l’audition de Jacques François Garnier. Le 2 août 1797 : le jury prend sa décision. Conformément à la loi, Angélique sera conduite au lieu de l’exécution avec une chemise rouge et aura la tête tranchée sans être torturée. Le président du tribunal lui signifie qu’elle a droit de se pourvoir en cassation et qu’il est sursis pendant trois jours à son exécution. Le 2 août 1797, Angélique se pourvoit en cassation. Cependant, le 21 septembre 1797, le commis greffier du tribunal criminel déclare : « [...] il n’a été remis de la part de la nommée Angélique condamnée [...] à la peine de mort, aucune requête ny moyens de cassation contre le dit jugement au greffe dans le temps prescrit par la loi. » Cette déclaration est le dernier document de la procédure.

9Dans la deuxième affaire, Sébastien est mort au cachot le 5 ou le 6 mai 1838. L’acte d’accusation de Vallentin date du 30 octobre 1841. Les audiences devant la cour d’assises de Pointe-à-Pitre ont lieu les 28, 29, 31 janvier, 1er et 2 février 1842.

10Dans la troisième affaire, Maximin Daga est venu porter plainte auprès du procureur du roi, le 14 avril 1847. Les esclaves et Texier sont préalablement entendus par le juge d’instruction. Texier est emprisonné en juin ou juillet 1847, car lors des audiences, il est affirmé qu’il est emprisonné préventivement depuis cinq mois. Dans cette affaire, les audiences devant la cour d’assises se déroulent les 29, 30 novembre, 1er, 2, 3, 4, 6, 7 décembre 1847. L’affluence à ce procès est très grande. Le 6 décembre, il est indiqué que « l’affluence est encore plus grande qu’aux dernières audiences. On remarque dans l’enceinte de la cour, beaucoup d’officiers supérieurs de la garnison et des chefs du service local ».

11Il faut noter que ces procès sont longs et que les affaires ne sont pas expédiées rapidement. Lors des débats sont entendus des experts, des témoins à charge et à décharge. Dans l’affaire Texier-Lavalade, des experts analysent le cachot. Ainsi, le docteur Cornuel, M. Daver, M. Viotty (expert commis pour l’examen de la caisse-cachot), le docteur Saint-Pair donnent leur expertise devant le tribunal. M. Garnier, pharmacien, donne son rapport sur son examen de la base du cachot pour savoir si celui-ci ne repose pas sur de la matière fécale. Saint-Louis, ouvrier charpentier demeurant aux Trois-Rivières, est entendu comme témoin. Il a été chargé de réparer la caisse, mais on lui indiquait qu’elle devait servir à enfermer des poulets, non des esclaves. Il a entendu dire que Texier était méchant avec ses esclaves. Le recours à des experts montre que la plus grande attention est portée à la réunion de tous les éléments utiles au procès. Aussi les cadavres de l’enfant d’Angélique et celui de Firmin sont-ils exhumés et autopsiés. En ce qui concerne Firmin, le président veut savoir s’il y a des traces d’arsenic.

12Nous avons retranscrit l’échange entre le président du tribunal et l’un de ces experts, le docteur Bouchet, lors du procès Vallentin :

D. M. le docteur, avez-vous remarqué des traces de coups de fouet sur le corps de l’enfant Réville ? S’il en existe, pourriez-vous dire à la Cour à quelle époque peut en remonter la cause ?
R. J’ai remarqué sur les fesses de cet enfant, les traces de dix coups de fouet. Ces coups ont pu être donnés, il y a un ou deux ans au plus. La cicatrice est d’abord blanche, en raison du pigmentum qui existe entre l’épiderme et le derme. Tous les jours, à la Pointe-à-Pitre, je vois administrer des coups de fouet et des coups de rigoise [nerf de bœuf] ; mais la gravité des coups ne peut pas se déterminer par le volume des cicatrices. Le volume des cicatrices est le résultat du développement du tissu fibreux chez les nègres. Si l’enfant que je viens de visiter a conservé la trace des coups de fouet qu’il a reçus, ce phénomène est inhérent à sa constitution ; et j’en trouve la preuve dans le vésicatoire qui lui a été appliqué, il y a quelque temps, et qui a laissé des traces saillantes.
D. Pensez-vous que les coups de fouet dont vous avez remarqué les traces aient été proportionnés à la force de l’enfant ?
R. Oui, Monsieur, le fouet et la rigoise produisent les mêmes plaies. La rigoise serait plus dangereuse que le fouet.
D. Pensez-vous qu’après avoir reçu les coups dont vous avez remarqué les traces, cet enfant a été dans la nécessité de marcher à quatre pattes ?
R. Non, Monsieur, jamais je n’ai vu des coups de fouet entamer les chairs. Le législateur a voulu qu’ils fussent appliqués sur les fesses, parce que, dans cette partie, le tissu cellulaire fait, en quelque sorte, un matelas graisseux. Jamais les muscles ne sont entamés. Très rarement, la peau est divisée dans toute sa profondeur ; la contraction des muscles s’est opérée. Il ne peut y avoir châtiment excessif, que lorsque l’application du fouet peut nuire à la santé de l’enfant ; par exemple, lorsqu’elle peut donner la fièvre ou causer une maladie. Quand la loi permet au maître d’infliger à son esclave, un châtiment que le maître croit qu’il a mérité, ce n’est pas pour des prunes.
Je suis propriétaire d’un petit nègre mauvais sujet ; il est presque toujours marron, Je lui ai mis un croc au cou et une chaîne aux jambes. Toutes les fois qu’il a été repris, il a rompu sa chaîne aux jambes, il s’est sauvé et quelquefois il fallait aller le chercher sur les toits. Je lui fis infliger une rude correction : il a marché sans difficulté, après l’avoir reçue. Le châtiment ne lui avait laissé que la trace de petites plaies qui ont été parfaitement cicatrisées ; parce que le tissu cellulaire de mon nègre n’est pas organisé de même que celui du jeune nègre que je viens de visiter.

13Il faut noter la présence de nombreux témoins à charge et à décharge. Ainsi se succèdent à la barre une dizaine de témoins lors du procès d’Angélique, une vingtaine de témoins lors du procès de Vallentin et une quarantaine lors de l’affaire Texier-Lavalade. Les maîtres n’hésitent pas à intimider leurs esclaves. Vallentin déclare :

M. le Président, Désirée est la gardienne de mes enfants. Ayez la bonté de lui demander si j’ai jamais donné l’ordre à mon commandeur de faire manger à sa fille Coralisse des matières fécales ?
R. Non, Monsieur, jamais.

14Texier-Lavalade affirme : « Ils mentent, [...] ils ne diront pas cela devant moi » ; « Elle n’a jamais pu dire cela, elle ne le dira jamais devant moi » ; « Personne ne pourra jamais soutenir tous ces mensonges devant moi. » Pendant la déposition de Cécilia, Texier a quitté son banc et s’est rapproché du témoin. Le président lui ordonne de regagner sa place et de ne pas chercher à intimider les témoins. Texier-Lavalade aurait promis la liberté à Thisbée, Joséphine et Aimée en échange de témoignages en sa faveur. Ces intimidations produisent leur effet. Lors du procès Texier-Lavalade, le témoin Isaac transpire beaucoup, les artères de son coup battent fortement, il est ému. La défense souligne ce fait contre le témoin. Dans sa déposition écrite, Richard indique que les esclaves l’ont menacé pour le faire parler contre Texier. Lors de l’audience, il rétracte sa déposition écrite et accuse Texier. Il finit par avouer que les esclaves lui ont demandé seulement de dire la vérité. Richard pleure et tremble. Joséphine se présente au tribunal triste, confuse et tremblante. Sa déposition contient peu de faits à charge. Elle nie tout et indique que sa mère, Cécilia, qui accuse Texier-Lavalade de traitements inhumains, a menti. Jean-François rétracte ses accusations devant le tribunal. Christophe, témoin qui baisse la tête, a l’air inquiet, les muscles de son visage sont contractés. Il revient sur les éléments à charge présents dans sa déclaration écrite. Les témoins à décharge indiquent qu’il n’y a pas d’esclaves portant des fers et qu’ils n’ont jamais vu d’esclaves dans le cachot, certains même affirmant que c’était un poulailler. Dans l’affaire Texier, quarante-cinq témoins sont entendus, la plupart à charge ; il s’agit soit d’esclaves de l’habitation, soit d’habitations voisines, avec également des maîtres voisins.

15Dans le procès Vallentin, la liste des témoins tant à charge qu’à décharge étant épuisée, la parole est donnée à M. le procureur du roi, qui soutient l’accusation. Elle est combattue par l’avocat de Vallentin, maître Grandpré. Après la plaidoirie de ce dernier la cour pose les questions résultant de l’acte d’accusation et y ajoute une question subsidiaire résultant des débats, celle tirée du fait d’homicide par négligence ou imprudence. Ces questions sont résolues négativement après une longue délibération dans la chambre du conseil. En conséquence, Vallentin est acquitté.

16Après les 45 témoignages qui s’échelonnent pendant huit jours, le procureur général prend la parole et attaque Texier. Il l’accuse d’utiliser le cachot pour se débarrasser des esclaves malades achetés au rabais après une intense exploitation. D’ailleurs, Texier-Lavalade aurait fait réparer son cachot avant sa maison à la suite du cyclone de 1825. Le procureur indique que seuls ceux qui vivent amicalement avec Texier comme ses servantes et ses amis disculpent l’accusé. Vient ensuite le plaidoyer de l’avocat Le Dentu. Il commence par évoquer les changements en cours, expliquant que, dans ces périodes de transition, le juste devient injuste, l’homme s’égare. Il se demande s’il s’agit du procès d’un homme ou d’une institution. La défense estime qu’il y a eu trente morts en vingt-sept ans et que c’est une mortalité normale. L’avocat affirme que les nègres nouveaux sont plus enclins à la mortalité. Sur onze, trois meurent la première année, trois la seconde. Le plaidoyer argue de la mort naturelle des esclaves, d’autant que Texier-Lavalade a transplanté ses esclaves de Baillif à Trois-Rivières. L’avocat indique que sur l’habitation Vermont, 250 esclaves sur 500 sont morts en une année. Il développe la thèse du complot contre Texier-Lavalade. Il affirme que les faits reprochés sont antérieurs au bulletin de janvier 1842 et à la dépêche ministérielle du 12 novembre 1841, qui portent que le cachot, la détention illimitée sont incompatibles avec la législation actuelle.

17Dans son délibéré, la cour ne reconnaît pas Texier-Lavalade coupable de meurtres, mais de délits en contravention avec la législation nouvelle des articles 8 et 9 de la loi du 1er juillet 1843 et de l’article 4 de l’ordonnance du 4 juin 1846. Pour la mort d’Augustine, il est reconnu que Texier l’a frappée, mais pas que ces coups ont porté la mort. Il est coupable d’avoir enfermé ces esclaves dans un cachot. Il est coupable d’avoir blessé Hector aux parties génitales. Il est coupable de ne pas avoir distribué de vêtements à ses esclaves. Il est coupable d’avoir fouetté ses esclaves. Le procureur demande que Texier-Lavalade soit déclaré incapable de posséder des esclaves.

18Finalement, Texier-Lavalade est condamné à deux ans de prison et à payer les frais du procès. Il garde le droit de posséder des esclaves, car il n’est pas en situation de récidive. Toutefois, il est recommandé que les esclaves accusateurs (Cécilia, Isaac, Hector, Richard et Daga) sortent de la possession de Texier-Lavalade, tant dans l’intérêt du maître que des esclaves.

19Même si la condamnation paraît légère à l’aune des crimes commis, le maître est condamné à l’emprisonnement et bénéficie de moins de clémence que Vallentin, quelques années plus tôt. Cette condamnation se veut une traduction du renforcement de la législation humanitariste.

Le langage et le quotidien sur les habitations

Paroles d’esclaves

20La transcription des interrogatoires d’esclaves ne rend qu’un aspect partiel de la parole des esclaves. En effet, la plupart ne parlent que le créole et les transcriptions des procès sont faites en français. Toutefois, à travers ces transcriptions, nous apercevons en filigrane la langue créole avec l’emploi de certains mots créoles, certaines tournures de phrase ou certains créolismes. Nous avons relevé au cours des différents procès des expressions relevant du créole :

  • 5 « Donne » en créole.

Maître, qu’a faire froid dans cachot-là, ba5 -moi un drap pour couvrir-moi.

Je me suis dit alors : vaut mieux moi mort.

[...] il lui a donné un bon petit brin de coups.

M. Texier c’est blanc.

[Angélique à Marc.] J’ai fait un malheur !
[Marc.] Quel malheur ?
[Angélique.] J’ai fait un nègre et J’en ai honte. Le monde dira que j’ai affaire avec un blanc et j’ai fait un nègre.

[Daga.] Si vous écrivez ça, moi mort.

Ah, Monsieur, me répondirent-ils, nous pas save : hier au soir encore, à neuf heures, Félicien parlait bien.

[Mercure, esclave raffineur.] C’est moi qui ai enterré Sébastien, Je l’ai bien enterré, oh ! bien enterré.

R. Eux tenir honte et les autres nègres riaient.

  • 6 « Beaucoup » en créole.

[Rémi, esclave attaché au Baliser.] Il avait en pile6 de la morue, de la farine de manioc, du maïs, du sel et du sirop.

[Désirée, esclave attachée à l’habitation du Baliser.] À moi, Monsieur, moi pas connaître çà.

[Adeline, esclave, femme de Sébastien.] Quand je le vis mort au cachot, il était mouillé tout plein, ses bras et ses jambes étaient sales. Les tritris [cloportes] lui avaient mangé le visage et les jambes : mangé li tout partout.

  • 7 « Je ne sais pas » en créole.

[Jacob.] Moi pas save7, Monsieur.

  • 8 « Assis » en créole.

[Louis commandeur.] Réville le mettait sizé8 et le soutenait.

Monsieur ne m’a pas babillé pour cela.

21Il faut noter que la mauvaise compréhension de la langue des esclaves pose des problèmes lors des procès. Ainsi, Augustine, esclave de houe, s’explique, selon celui qui transcrit l’audience, « avec difficulté » : « [...] son intelligence est si bornée qu’il ne comprend pas les questions qui lui sont posées ; sa déposition ne pouvant jeter aucune lumière sur le débat, le ministère public déclare renoncer à son audition. » Un esclave déclare lors d’une audience du procès Vallentin : « Il y a beaucoup de mots français dont je ne saisis ni le sens ni la portée. » D’ailleurs, les Blancs pour se faire comprendre parlent comme M. James, assesseur, lorsqu’il s’adresse à Adeline : « Avez-vous bien vu bêtes à li, sur corps à li ? »

22Les réponses des esclaves sont très brèves, comme le montre l’interrogatoire d’Angélique :

Int. Si avant le départ de Marie-Anne l’enfant était encore dans la case ?
Angélique. Que oui.
Int. Si au retour de Marie-Anne l’enfant était encore dans la case ?
Rep. Que non et que Marc l’avait déjà emporté.
Int. Si Marie-Anne était présente lorsque Marc lui a donné plusieurs coups de rum à boire ?
Rep. Que non.
Int. Si Marie-Anne savait que l’enfant devoit être enterre et enterré le soir même ?
Rep. Que oui.

23Les transcriptions des procès ne permettent donc qu’une approche limitée du langage des esclaves.

Les rapports entre maîtres et esclaves

24Les procès témoignent ainsi des rapports entre maîtres et esclaves. Maximin Daga prête les propos suivants à Texier-Lavalade : « [...] travaille pendu de nègre, gueux de nègre [...] ou bien crèves si tu veux pas travailler. » Lors du procès, ce maître accusé s’exclame : « Gueux, brigands que vous êtes, vous voulez donc me ruiner ? Ne voyez-vous pas que c’est pour vous soulager et vous épargner du travail que je me procure des animaux ? » Mme de Touchimbert indique que les esclaves de Texier passent souvent sur son habitation qui est voisine et « ont fait l’effet d’avoir peur ». M. Bellevue père, habitant-propriétaire à la Capesterre (Marie-Galante) qui témoigne lors du procès Vallentin, évoque les relations entre maîtres et esclaves :

Mais, Monsieur, il faut se mettre à la place du maître. Quand on se voit ruiné, on est forcé, sans être cruel, d’être quelquefois injuste. Un maître est forcé d’exercer une surveillance active, il doit mettre de la sévérité dans la discipline de son atelier. Il ne doit pas se reposer sur ses nègres, ils sont trop indolents, ils ne se donneront pas la peine de chercher les malfaiteurs, ils se garderont bien de les dénoncer.

25Le même Bellevue père critique Vallentin :

Nous nous sommes plaints souvent de Vallentin. Il était trop bon pour ses nègres ; il dépensait presque tous les revenus de l’habitation pour leur entretien. Je le crois incapable de faire donner dix coups de fouet à un enfant.

26D’ailleurs, certains esclaves de Vallentin témoignent en la faveur de leur maître. Jacob déclare : « Ah ! Quand M. Vallentin fait battre ses nègres, c’est quand ils le méritent, il ne les bat pas pour rien. » De même Rémi affirme : « Oh ! oui Monsieur. M. Vallentin était un bon maître. Tout l’atelier était bien soigné, il avait en pile de la morue, de la farine de manioc, du maïs, du sel et du sirop. » Ainsi, si Adeline admet avoir été battue sur l’ordre de Vallentin, elle déclare : « [...] c’est quand je le méritais. J’ai été malade deux fois, même trois fois. M. Vallentin a appelé pour me soigner les médecins Mouraille et Bellevue. » Les témoignages sont donc divergents. Pour son voisin Montain, Texier-Lavalade traite ses esclaves avec bonté. D’ailleurs, il fait soigner l’esclave Augustine dans la case des Blancs. Un autre voisin, Pinau, présente Texier-Lavalade comme très sévère, mais pas cruel. À l’inverse, il y aurait eu des placards affichés dans la commune de Trois-Rivières traitant Texier-Lavalade de tigre. Le procès nous indique l’étendue du raffinement sadique des punitions infligées aux esclaves. Texier-Lavalade a recours au fouet, au cachot, à la peine des quatre piquets (esclave attaché et fouetté au sol), à la botte de fer (deux anneaux, l’un au niveau de la cheville et l’autre en haut de la cuisse, reliés par trois barres de fer, empêchant la jambe de se plier). Un esclave ayant été enterré avec cette botte, Texier-Lavalade demande à un autre de déterrer le cadavre pour récupérer la botte de fer et la lui mettre. Texier oblige un esclave à se coucher sur un nid de fourmis. Une esclave aurait été tramée par les pieds à terre comme une pièce de bois sur ordre de Texier-Lavalade. Ce dernier aurait fait boire de l’arsenic à Firmin qui en serait mort. Benjamin, esclave ivrogne, a été obligé d’ingérer des excréments, peine habituellement destinée aux ivrognes et à ceux qui mangent de la terre, selon l’avocat de Texier-Lavalade. L’affaire Vallentin nous révèle que celui-ci avait voulu vendre à l’étranger Sébastien, mais l’autorisation d’exportation était parvenue après la mort. Il est, en effet, habituel d’exporter les esclaves, mauvais sujets.

27Même après la mort, les esclaves subissent des mauvais traitements. Sébastien, l’esclave de Vallentin, mort au cachot, le 5 ou 6 mai 1838, n’est déclaré à l’état civil que le 14 août 1838. Beaucoup d’habitants, à cette époque, négligent de déclarer le décès de leurs esclaves. Sébastien est enterré sans cercueil. Sa veuve déclare : « [...] après l’avoir lavé, nous lui avons mis une chemise, une culotte et un mouchoir. Dès qu’il fut enterré, j’ai mis une croix sur sa fosse. » Un esclave de Texier-Lavalade, écartelé après sa pendaison, a ses membres et son buste enterrés à cinq endroits différents. Là aussi, c’est une mesure habituelle pour prévenir des suicides.

Les rapports entre esclaves

28Si les rapports entre maîtres et esclaves sont difficiles, les relations entre les esclaves sont elles aussi compliquées. Les familles sont éclatées entre plusieurs propriétaires. Ainsi, Isaac, esclave de Texier-Lavalade, est l’oncle de Cécilia, appartenant au même propriétaire, et de Marie, esclave de Mégy. Texier-Lavalade possède onze esclaves, sept adultes et quatre enfants. Les esclaves sont divisés. Lors du procès, cinq (Cécilia, Isaac, Hector, Richard, Daga) d’entre eux témoignent à charge, trois (Thisbé, Aimée, Joséphine) à décharge. Joséphine témoigne contre sa mère, Cécilia. Thisbé a vu deux de ses quatre enfants mourir des mauvais traitements de Texier-Lavalade. Pourtant, elle témoigne en faveur de son maître. Thisbé indique qu’elle a elle-même mis sa fille au cachot, car elle mangeait de la terre, et quelle y est morte. Cette mère vit sur l’habitation de Texier-Lavalade avec ses enfants Lindor et Aimée, âgée de 24 ans, mère d’un enfant. Elle a des relations intimes avec Jean-François, esclave sur une habitation voisine appartenant à Mme Touchimbert. Auparavant, elle a fréquenté Augustin, commandeur de M. Jabrun, et a eu des « relations tout-à-fait fugitives » qui ont donné naissance à Augustine. Augustin n’est jamais retourné chez Texier-Lavalade depuis cette époque. Il indique que s’il avait été informé de la mort d’Augustine, il l’aurait fait enterrer dans un cercueil. Hector, un autre esclave de Texier, certainement commandeur, vit depuis longtemps avec Christon, esclave de Mme Touchimbert. Christon était obligée de travailler le jardin de son compagnon, car Texier-Lavalade ne lui laissait pas de temps. Elle s’est séparée de lui, mais il était malheureux, alors elle est revenue à lui, ne pouvant laisser sans vêtement et sans vivres un « homme de son pays ». Après avoir été blessé aux parties génitales, Hector vient dans la case de Christon qui le panse. Les esclaves se parlent et se fréquentent d’une habitation voisine à l’autre, mais parfois s’agressent aussi. Daga, esclave de Texier-Lavalade, est roué de coups par les esclaves de l’habitation voisine appartenant à Mme Touchimbert.

29Sur l’habitation de Vallentin, nous observons aussi des tensions entre esclaves. L’esclave Désirée, gardienne des enfants de Vallentin, déclare à propos de Sébastien : « [...] il avait l’air méchant. Mais je ne lui ai pas vu faire de méchancetés. » La même Désirée déclare à propos de Révillé qui accuse Vallentin d’avoir ordonné à son commandeur Louis de forcer une esclave à ingérer des matières fécales : « C’est un petit mauvais sujet. Il dit un mensonge. » François, ancien esclave de Vallentin, affirme que Sébastien appartenait à une famille de sorciers qui se trouvait sur l’habitation de la Grande-Anse et que ce pourrait bien être lui qui aurait donné du poison aux bestiaux.

30Dans le quotidien des esclaves se mêlent à la fois des rivalités, des jalousies et des solidarités. Les maîtres n’hésitent pas à en jouer pour assurer leur contrôle social sur les esclaves.

Typologie des figures d’esclaves

Les cultivateurs et les domestiques

31Les cultivateurs sont mentionnés comme esclaves de houe dans les procédures judiciaires. La houe est l’instrument aratoire qui permet de sarcler. Ils sont les plus nombreux sur les plantations, mais ceux qui apparaissent le moins dans les procédures. Ils sont souvent présentés comme timorés, ayant du mal à parler, sauf Félicien, esclave de Vallentin, qui est présenté comme un nègre robuste et redouté de tout l’atelier. Thisbé, Aimée et Joséphine sont servantes sur l’habitation de Texier-Lavalade. Le procureur indique qu’elles vivent amicalement avec leur maître. Désirée, esclave attachée à l’habitation du Baliser, gardienne des enfants de Vallentin, témoigne en faveur de son maître. Nous observons une fracture entre esclaves cultivateurs et domestiques.

32Toutefois, la relation entre le maître et l’esclave n’est pas toujours marquée par les mauvais traitements. L’affaire Angélique montre une femme qui tue son enfant pour ne pas compromettre sa relation affective avec son ancien maître. C’est parmi leurs servantes que les maîtres choisissent leur concubine, qui est alors appelée aussi ménagère ou femme de confiance. Ainsi, Garnier déclare qu’Angélique était sa « femme de confiance sur l’habitation » :

Il y a huit ans qu’il a des habitudes avec cette citoyenne Angélique, que même il a déjà eu un enfant il y a cinq ans, qu’il est dans l’intention de l’adopter, que depuis ce tems il n’a jamais reconnu aucun vice à la dite citoyenne Angélique quelle a toujours restée tranquille, qu’il n’a eu connaissance de la mort violente et de l’inhumation de l’enfant de cette citoyenne que quatre jours après son accouchement et ce par la voie publique.

33Sur l’habitation Texier-Lavalade, la domestique Aimée, fille de Thisbée, aurait eu un enfant avec son maître. Lors du procès, Aimée défend son maître ; d’ailleurs « Cécilia prétend que le témoin [Aimée] ne veut pas parler parce qu’elle a fait un enfant avec l’accusé (mouvement dans l’auditoire) ».

34Texier convoitait aussi la sœur d’Aimée, Augustine. Ainsi, le sieur Charles Sainte-Rose indique devant le tribunal :

[J’ai] eu des habitudes avec Augustine, fille de Thisbé ; c’était une vaillante petite négresse. Avant sa mort j’ai rencontré Thisbé en haut de la lisière du bois : elle m’a raconté que M. Texier avait voulu en faire sa maîtresse, qu’Augustine avait refusé, et qu’alors il l’avait assommée de coups de bâton, qu’elle avait perdu tout son sang.

35Thisbé nie avec fureur et effleure même avec sa main la figure de Sainte-Rose. Les domestiques sont ainsi soumises au bon vouloir de leur maître.

36Par leur situation particulière, les domestiques bénéficient parfois des largesses de leur maître. Ainsi, Thisbé dispose d’un pécule. En effet, après son retour de marronnage, Texier-Lavalade lui demande de payer les frais d’arrestation, de geôle et de temps perdu pour sortir du cachot. Thisbé rembourse de son temps de marronnage à son maître ; elle indique qu’elle a en dépôt 60 francs chez Florine, extérieure à l’habitation, et dont nous ignorons le statut juridique.

Les esclaves qualifiés

37Un certain nombre d’esclaves qualifiés témoignent lors des procès. Les commandeurs sont souvent témoins. Hector semble être le commandeur de Texier-Lavalade. En effet, il est chargé de fouetter les autres esclaves, de mettre ou d’enlever la botte de fer, ce qui ne l’empêche pas d’être à son tour victime de mauvais traitements. Contrairement aux autres témoins, il est assuré dans ses déclarations. De la même manière, le commandeur Augustin dépose avec une grande énergie. Les commandeurs des habitations voisines sont souvent appelés à témoigner, ainsi lors du procès Texier-Lavalade, Narcisse, commandeur de Mme Touchimbert, et Augustin, commandeur de M. Jabrun. Lors du procès Vallentin, Médéric esclave, commandeur de M. Bellevue, est appelé à répondre à une question concernant la moralité d’une esclave, car selon son maître ce sont le commandeur et son fils « qui se mêlaient de l’administration » de l’habitation. Louis, commandeur de Vallentin, accuse le juge d’instruction de ne pas avoir retranscrit fidèlement son témoignage dans la déposition écrite. À travers ces différentes figures de commandeurs, nous observons des personnages détenant une certaine autorité.

38À travers le témoignage de Louis, nous mesurons le rôle du commandeur sur une habitation :

Jamais je n’ai amarré votre garçon. Oui, oui, je l’ai piqué, bien piqué [fouetté], mais parce qu’il l’avait mérité, parce qu’il faut corriger les mauvais sujets. Quand je l’ai piqué, je ne l’ai pas amarré à l’échelle ; je l’ai seulement amarré par terre, à deux piquets. D’ailleurs, mon maître m’a toujours recommandé la douceur pour ses nègres. Les plus grands mauvais sujets, les voleurs, je leur donnais six coups de fouet, huit coups de fouet, dix coups de fouet, au plus.
Oh ! oui, souvent, très souvent. Réville est un méchant petit sujet. Il vole des ignames, des bananes, des cabris. Oh ! oui, j’ai bien piqué li [je l’ai bien fouetté]. Voyez-vous, Monsieur, quand les nègres sont petits et qu’ils font des méchancetés, il faut bien les piquer, pour leur empêcher de devenir mauvais sujets ; oh ! Réville, je l’ai piqué ferme, le petit coquin ! il cassait des cannes. Je lui ai déclaré que s’il continuait, je lui ferais manger des cochonneries. Je comptais lui en faire manger, pour lui faire bien sentir qu’il faisait mal. Les petits négrillons l’en ont menacé.

39Autres figures qui apparaissent dans ces textes : celles du raffineur et du forgeron. Mercure, esclave raffineur de Vallentin, témoigne en faveur de son maître, tout comme Christophe, forgeron. Ce témoignage-ci nous détaille le rôle du forgeron qui enferre et déferre les esclaves, soit à la forge, soit sur l’habitation. Christophe affirme avoir enferré une femme enceinte sur l’habitation de Texier-Lavalade, ce qui ne se fait pas sur les autres habitations. Ces témoignages montrent le rôle important des esclaves qualifiés dans le contrôle social des esclaves, dans le maintien de la discipline, dans l’administration des punitions.

Marrons, empoisonneurs et faiseurs de sortilèges

  • 9 Frédéric Régent, La France et ses esclaves, de la colonisation aux abolitions (1620-1848), Paris, (...)

40Une autre figure apparaît dans les procédures, celle du marron. Cette pratique est fréquemment utilisée par les esclaves de Texier-Lavalade. Sur onze esclaves vivants, cinq ont déjà été marrons. Thisbé est partie en marronnage avec son fils Lindor, après que ce dernier, chargé de la garde des bestiaux, avait été frappé durement par Texier-Lavalade. Elle a été arrêtée à Capesterre. Isaac a été marron en raison des mauvais traitements. Maximin Daga a été arrêté par les esclaves de Mme Touchimbert, lors d’un marronnage. Mentor allait en marronnage, tout comme Firmin, deux fois marron, qui, malade, est revenu au bout d’un an chez son maître, avant de décéder. Sur l’habitation Vallentin, l’esclave Félicien est parti en marronnage pour échapper à une punition. À la lumière des documents, il semblerait que l’acte de marronnage serait plus lié à une volonté de l’esclave d’échapper à des mauvais traitements qu’à une recherche de la liberté9.

41Certains esclaves sont qualifiés d’empoisonneurs ou de sorciers. Ainsi Félicien, esclave de Vallentin, se défend-il de l’accusation d’être empoisonneur :

Je ne suis pas empoisonneur ; j’ai quelquefois volé des moutons, des bananes, et autres choses semblables ; mais je n’ai jamais administré de poison. L’auteur des empoisonnements dont vous vous plaignez, c’est Sébastien. Sébastien est sorcier. Sa famille reste sur l’habitation de la Grande-Anse ; où il y a des sorciers. Elle connaît les poisons et travaille pour Sébastien.

  • 10 Françoise Thésée, Le Général Donzelot à la Martinique, vers la fin de l’Ancien Régime colonial (18 (...)

42Texier-Lavalade accuse son esclave Hector d’être empoisonneur et son autre esclave, Isaac, d’être faiseur de sortilèges. À la question : « Qu’entendez-vous donc par sorciers ? » posée par le juge à Louis, le commandeur de Vallentin, celui-ci répond : « Mais, Monsieur, un sorcier, c’est un empoisonneur. » Les accusations sont très fréquentes pendant la période esclavagiste. De 1803 à 1819, 127 peines capitales sont prononcées contre des esclaves accusés d’empoisonnement en Martinique10.

  • 11 Bruno Maillard, Les Noirs des geôles. La répression pénale des esclaves à l’île Bourbon, entre pui (...)

43Ces documents nous éclairent ainsi sur le quotidien des habitations et les rapports qui existent entre maîtres et esclaves et des esclaves entre eux. Ils révèlent la complexité de la société esclavagiste, les divisions internes entre esclaves, les rapports ambigus entre esclaves et maîtres. Ils permettent de mieux appréhender l’intimité des esclaves et leurs aspirations. Sur le plan politique, ils reflètent le durcissement de la politique contre les maîtres inhumains. Ceux-ci sont traduits devant les tribunaux, mais bénéficient encore de la complicité des notables de la société coloniale. Ces documents ont pourtant leurs limites, notamment en ce qui concerne la parole des esclaves qui n’est pas exactement retranscrite, mais traduite et sans doute modifiée pour les besoins de la procédure. Nous terminerons notre propos en soulignant que ces sources judiciaires commencent à être utilisées, comme dans la thèse de Bruno Maillard11 qui a étudié 1 400 procédures sur une enquête au 1/5 sur la première moitié du XIXe siècle. Nous avons donc là un corpus de recherche qui pourrait permettre de trouver davantage de figures d’esclaves.

Notes

1 AN C7A82 pièce 210, procédure criminelle contre les nommées Angélique et Marianne, la première pour infanticide et la seconde pour complicité, 3 floréal – 5e jour complémentaire an V [22 avril-21 septembre 1797]. Les documents du procès ont été reproduits dans Frédéric Régent, Esclavage, métissage, liberté, la Révolution française en Guadeloupe (1789-1802), Paris, Grasset, 2004, p. 447-455.

2 Des comptes rendus d’audience sont parus dans la Gazette officielle de la Guadeloupe. Exemplaires conservés aux Archives départementales de la Guadeloupe.

3 Un compte rendu du procès est paru dans le supplément à la Gazette officielle de la Guadeloupe, Basse-Terre, Imprimerie du Gouvernement, non daté, 96 p. Mes remerciements à Gilda Gonfler qui m’a signalé ce texte et qui possède un exemplaire original de ce document.

4 Pour plus de développements sur les procédures judiciaires, il faut consulter Caroline Oudin-Bastide, Des nègres et des juges, la scandaleuse affaire Spoutourne (1831-1834), Paris, Complexe, 2008.

5 « Donne » en créole.

6 « Beaucoup » en créole.

7 « Je ne sais pas » en créole.

8 « Assis » en créole.

9 Frédéric Régent, La France et ses esclaves, de la colonisation aux abolitions (1620-1848), Paris, Grasset, 2004, p. 161-170.

10 Françoise Thésée, Le Général Donzelot à la Martinique, vers la fin de l’Ancien Régime colonial (1818-1816), Paris, Karthala, 1997, p. 86.

11 Bruno Maillard, Les Noirs des geôles. La répression pénale des esclaves à l’île Bourbon, entre puissance publique et pouvoir despotique des maîtres, 1815-1848, histoire, thèse de doctorat de l’université Paris-Diderot, 2010, 2 vol., 1 071 fos.

Auteur

Historien, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris 1, chercheur à l’institut d’histoire de la Révolution française (IHRF), est notamment l’auteur de : Esclavage, métissage, liberté, la Révolution française en Guadeloupe, Paris, Grasset, 2004 ; La France et ses esclaves. De la colonisation aux abolitions (1628-1848), Paris, Grasset, 2007.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540