Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

 | 
Éric Saunier

Première partie. Présence de l'esclavage, du port de traite transatlantique au monde indien (xviiie-xxie siècle)

Chapitre 4. Jean-Louis Annecy (vers 1758-vers 1807) : du Cap-Français aux Tuileries, des Tuileries au bagne, un parcours emblématique

Bernard Gainot

Texte intégral

  • 1 Ce portrait est reproduit dans l’ouvrage d’Élie Lescot, Haïti, images d’une colonisation, 1492-180 (...)

1Etablir le parcours biographique de Jean-Louis Annecy relève de la gageure. Il y a bien un portrait, qui date de son passage au Conseil des Anciens : on sait que les représentants aux assemblées de la décennie révolutionnaire faisaient reproduire leurs traits en médaillon1. Annecy est alors âgé d’une quarantaine d’années, il porte un habit de ville, ainsi que l’écharpe de sa haute fonction.

2Je ne peux m’appuyer sur aucun texte imprimé, qui soit uniquement signé de sa main. Il associe son nom à d’autres, notamment ceux de Mentor ou de Laveaux, au bas de textes de circonstance pour justifier les conditions de son élection. À ma connaissance, il n’a jamais pris la parole au Conseil des Anciens, où il a été élu, il n’a jamais écrit aucun ouvrage. Sa présence dans les lieux de pouvoir est réelle, mais évanescente.

3Il est toujours possible alors d’explorer les écrits du for privé ; mais je ne peux m’appuyer sur aucune correspondance. Était-il même capable d’écrire ? Je ne sais pas.

  • 2 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876) (...)

4Toute trace directe ayant disparu, il faut donc recourir à la trace indirecte2. Et, en l’espèce, le matériau est plus riche, ce que j’essaierai de prouver : enregistrement public d’actes officiels, présence esquissée au détour d’une correspondance, registres pénitentiaires.

5Dès lors, la reconstruction de ce parcours biographique pose les questions bien connues des historiens qui pratiquent le genre, celles de l’homme-reflet (d’une époque, d’un groupe), ainsi exposées par Michel Vovelle à propos de son Théodore Desorgues :

  • 3 Michel Vovelle, Théodore Desorgues ou la désorganisation, Aix-Paris 1763-1808, Paris, Le Seuil, 19 (...)

Tout est bon pour tenter de reconstituer le puzzle d’une aventure, dont il restera à nous demander, à la fin du parcours, si elle est atypique, ou au contraire exemplaire. Et pourquoi pas les deux à la fois3 ?

  • 4 Karine Rance, L’Exil de l’honneur. Émigration et mémoires de nobles français dans les pays germani (...)

6Ainsi, en déroulant le fil de ces présences furtives, est-il possible de s’immerger dans plusieurs milieux emboîtés, et successifs : celui des Noirs libres de Saint-Domingue, affranchis par le service militaire ; celui de la communauté des gens de couleur de la capitale, connaissant une situation qui s’apparente par bien des côtés à une expérience de l’exil4 ; celui des proscrits de la restauration coloniale enfin.

7Milieux juxtaposés, et non articulés à la manière d’une poupée gigogne, pour laquelle on pourrait espérer, au terme du démontage, parvenir à la singularité de l’existence individuelle. La personne même d’Annecy m’échappe encore, comme une silhouette fondue dans le décor d’époque. C’est le cas limite évoqué par Alain Corbin :

  • 5 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot.,.,op. cit., p. 10.

Étant bien entendu que jamais nous ne saurions les qualités morales de l’individu choisi. Quelle était son ardeur au travail ? Quelle était l’intensité de sa sensualité et de son désir de femme ? Quel était son système de représentations du monde et de l’au-delà ? Nous n’en saurons jamais tant de lui que nous en savons du meunier Menocchio ou de Pierre Rivière5.

  • 6 « À travers le récit toujours passionnant d’une aventure individuelle, ces témoins exemplaires per (...)

8D’un point de vue méthodologique, gardons-nous cependant d’en faire seulement une coquille vide, progressivement comblée de fragments épars d’identités plurielles. C’est un « inconnu de l’histoire6 », mais je répugne, en attendant des éléments qui permettraient de lui donner une densité individuelle, à en faire un personnage-prétexte, un porte-voix.

9L’exercice n’est guère facile, il peut surtout paraître artificiel. Il faut donc, autant que faire se peut, établir les écarts de notre personnage à la moyenne du groupe sélectionné préalablement, pour respecter, là encore, et si possible, la singularité de cette ombre fugitive, au destin foudroyé.

La liberté par les armes

  • 7 CARAN C527.
  • 8 Dominique Rogers, « De l’origine du préjugé de couleur en Haïti », Haïti, première république noir (...)

10La première trace que je possède est son acte d’affranchissement, daté du 3 mai 1783, établi par son supérieur hiérarchique, pour récompenser les « bons services » de Jean-Louis, à hauteur de 300 livres. Il y a ici bien des contradictions. Jean-Louis est un esclave né approximativement vers 1758, engagé dans la « compagnie des nègres libres du Cap7 ». Comme ce supérieur hiérarchique est un « noir » libre du nom de « Pierre Antoine », je suppose que c’est lui qui s’est engagé dans la compagnie du Cap, pendant la guerre d’Amérique, emmenant son domestique comme aide de camp. Dominique Rogers signale un Noir libre du nom de Pierre Antoine, maçon au Cap-Français ayant une position sociale bien établie, puisqu’il intervient, au vu des actes notariés, dans des opérations commerciales pour près de 100 000 livres coloniales8. Sauf preuve contraire, ledit Pierre Antoine est bien celui qui est identifié par Dominique Rogers, ou son fils, ce qui est conforme par ailleurs à sa description de la communauté des libres de couleur du Cap, comme un « milieu » homogène socialement et culturellement.

  • 9 Anne Perotin-Dumon, « Des milices de couleur à l’armée révolutionnaire des Antilles : voies mascul (...)

11L’amiral Charles d’Estaing a armé et formé 545 Noirs et hommes de couleur libres, fers de lance de son expédition sur Savannah en 1779. C’est une formidable opportunité pour ce groupe des libres de couleur, et aussi pour les esclaves qui voient ainsi consacrée la voie militaire vers l’affranchissement, et donc une indéniable promotion sociale9. La symbolique de l’homme armé est très forte. La marque de l’homme libre, encore plus au Nouveau Monde, est la possession d’une arme. Conférer un fusil à un esclave est quelque chose de tout à fait significatif.

Figure no 10 – Portrait de Jean-Louis Annecy.

  • 10 Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la p (...)

12Moreau de Saint-Méry rapporte qu’une compagnie de nègres libres a été levée en 1697 dans la dépendance de la ville du Cap, à Saint-Domingue, pour accueillir les esclaves qui avaient participé au siège de Carthagène, et qui s’y étaient distingués. L’affranchissement est donc une récompense pour services rendus par des esclaves noirs, puisque Moreau précise que « les mulâtres et ceux d’une nuance moins rembrunie restent dans les compagnies blanches10 ».

13Mais, progressivement, l’affranchissement n’est plus tant un processus (le passage de la condition servile à la condition libre, et la liberté acquise comme récompense du sang versé) qu’un état (le service dans la milice étant la prérogative de droit du libre de naissance). John Garrigus le rappelle de façon pertinente :

  • 11 John Garrigus, « Catalyst or catastrophe ? Saint-Domingue’s free men of color and the battle of Sa (...)

[...] tout au long du XVIIIe siècle, les colons blancs ressentirent le service dans la milice comme un fardeau insupportable, tandis que les libres de couleur furent reconnus comme les plus compétents pour constituer la meilleure force de défense coloniale, et la moins coûteuse11.

  • 12 Bernard Gainot, « Les noms des militaires noirs dans les armées françaises du XVIIIe siècle », dan (...)

14Ainsi, à l’âge de 25 ans, l’esclave Jean-Louis devient Jean-Louis Annecy. Le prénom (mais c’est un nom à part entière, puisque les esclaves n’ont pas droit au patronyme) « Jean-Louis » était extrêmement courant chez les esclaves. D’après une étude que j’ai menée sur les noms des soldats de couleur présents à file d’Aix, les composés, produits de la seconde nomination (la christianisation), « Jean-Pierre » ou « Jean-Louis » viennent immédiatement après la dénomination simple de « Joseph12 ». Mais pourquoi Annecy, qui est un nom patronyme peu usité ? J’émets l’hypothèse que son nom, orthographié comme celui de la ville de Savoie, aurait eu en fait une tout autre origine, sans doute un emprunt à une habitation de la région du Cap, car dans les documents, on trouve aussi fréquemment « Ansy ». Cet usage était courant dans la société coloniale, lorsqu’il s’agissait de donner un patronyme aux affranchis.

15Quoi qu’il en soit, il obtient le grade de capitaine dans le premier régiment de troupes franches du Cap, et achète des terres dans les environs de la grande cité coloniale. À quel moment ? Sans doute lors des nombreux transferts de propriétés des années 1793-1795. Il est mentionné par la suite comme chef de bataillon, continue de fréquenter son ancien supérieur Pierre Antoine, proche pendant la Révolution des députés noirs Jean-Baptiste Belley et Joseph Boisson, autres noirs libres propriétaires et militaires. Jean-Louis Annecy lui-même est élu représentant au Conseil des Anciens par l’assemblée électorale du Cap en germinal an V (avril 1797).

16Ce dernier cas est emblématique d’une ascension sociale par l’affranchissement militaire, mais c’est aussi une carrière représentative d’un milieu (les Noirs libres propriétaires de la région du Cap) qui se constitue en classe dirigeante, dont la promotion est favorisée par la carrière militaire.

  • 13 Sarah Frioux-Falgas, Les soldats de couleur dans les institutions militaires de la Martinique et d (...)

17C’est donc dans le cadre des dispositions légales concernant l’affranchissement, et des nombreuses résistances à ces dispositions manifestées par ce qu’il est convenu d’appeler la « société coloniale », ou l’« opinion publique » – c’est-à-dire la couche dirigeante blanche, qui, fortement marquée par le « préjugé de couleur », souhaite l’établissement d’un régime autonome ségrégationniste – que nous devons rappeler très brièvement les conditions du service militaire des libres de couleur aux colonies13.

18Moreau parle de ces Noirs libres, qui tiennent à se distinguer tant des Noirs nés esclaves que des Blancs qui monopolisent les places. Ils demandent à former des compagnies de milice distinctes, à l’instar des mulâtres.

19Au départ, il y a donc deux situations d’affranchissement militaire, correspondant à des groupes ethniques et sociaux bien définis.

20Les libres de couleur tendent à être rejetés du côté des esclaves, et le port d’armes est interdit aux uns comme aux autres, pour être réservé aux seuls Blancs, dont la « blanchitude » est attestée par des tribunaux qui recherchent la « trace » infamante du sang noir sur plusieurs générations.

  • 14 Yvan Debbasch, Couleur et liberté. Le jeu du critère ethnique dans un ordre juridique esclavagiste (...)

21Les milices coloniales avaient été supprimées en 1763, pour bloquer précisément toute perspective de promotion aux libres de couleur par le service armé. Le gouverneur d’Estaing va chercher à corriger ces dispositions ségrégationnistes en tentant une vaste réforme des milices14. De ces tentatives vont naître les ordonnances de 1768, et du 1er janvier 1787.

  • 15 BNF, Actes royaux, in-4° F 4356 (091), Ordonnance du roi concernant les milices des colonies, 1er (...)

22Reprenons les termes de cette dernière, qui concerne particulièrement Annecy, sous le règne de Louis XVI15 :

Les gens de couleur libres ou affranchis, depuis l’âge de 15 ans jusqu’à celui de 60 ans, seront pareillement établis dans chaque quartier en compagnies de 50 hommes. Elles seront composées de même que les compagnies de blancs, et elles seront sous les ordres du commandant de la paroisse où elles seront établies. (Article 34.)

Les dispositions pour la police et la discipline des compagnies des gens de couleur sont les mêmes que pour les compagnies des blancs. Elles sont soumises aux mêmes inspections, elles portent les mêmes armes, elles connaissent les mêmes revues générales et particulières. (Article 35.)

23C’est donc une institution relativement égalitaire en apparence ; toutefois, les officiers sont tous blancs :

[...] leur composition en officiers qui seront blancs, sera la même que celle des compagnies des blancs, ils auront des commissions de Sa Majesté, et ces officiers rouleront suivant leur grade avec ceux des compagnies des blancs. (Article 36.)

24Seuls les bas-officiers sont des libres de couleur :

Les capitaines présenteront aux commandants de paroisse les bas-officiers dont ils auront fait choix, et ces bas-officiers seront pris parmi les gens de couleur, afin de leur donner plus d’émulation. (Article 37.)

Les compagnies de gens de couleur seront employées en temps de paix à la chasse des nègres marrons, des déserteurs, et pour la police du quartier. (Article 38.)

25Ces milices sont donc un substitut de la maréchaussée, mais elles ont des missions particulières pour les zones côtières :

Les compagnies de milice levées dans les villes, bourgs et villages situés sur les côtes sont destinées en priorité au service de l’artillerie [...] Ces compagnies sont indistinctement formées de blancs ou de gens de couleur, dans le cas où on ne peut pas former une compagnie entière de blancs : il sera attaché à la suite de cette compagnie, pour y faire le même service, et sous les ordres du capitaine et autres officiers, une division de gens de couleur propres à ce service. (Article 39.)

  • 16 Ces arguments sont exactement ceux qui sont employés à l’article « mulâtres » de l’Encyclopédie mé (...)

26Mais on voit que Jean-Louis Annecy se hisse à un grade d’officier. Cette carrière était favorisée par le courant réformateur qui orientait la politique du ministre de la Marine Castries à la fin de l’Ancien régime. Selon ce courant, les libres de couleur sont les « meilleurs soldats du pays » (d’Estaing). Ils sont doublement exposés, à la fois contre l’ennemi extérieur, et contre l’ennemi du dedans, « cette espèce de fauve qu’on appelle nègre marron », selon Barré de Saint-Venant devant la chambre d’agriculture du Cap en 177616.

27Les troupes franches, d’ailleurs, ne sont pas des compagnies de milice, mais de véritables bataillons intégrés aux troupes réglées. Si ces bataillons furent dissous en 1787, il y a tout lieu de penser que l’amalgame a joué pour combler les pertes, et que des hommes de couleur ont pu entamer une carrière dans l’armée régulière. Les premières années de la Révolution vont accélérer ces promotions. C’est en s’appuyant sur les officiers de couleur, pour combler les pertes dues au climat ou à l’émigration, que Laveaux et Sonthonax vont constituer l’armée de Saint-Domingue. La condition de propriétaire ouvrait par ailleurs à Annecy les portes de l’éligibilité.

Représentant du peuple au Conseil des Anciens

  • 17 CARAN, C 513, procès-verbal de l’assemblée électorale de Saint-Domingue, tenue au Cap le 20 germin (...)
  • 18 CARAN, C 524.

28Jean-Louis Annecy est élu représentant en germinal an V17 (avril 1797). Il y avait eu une autre élection en fructidor an IV18 (septembre 1796). Ces élections furent troublées, au vu des procès-verbaux qui nous sont parvenus.

29L’assemblée de fructidor an IV avait élu les députés blancs Laveaux, Sonthonax et Brothier, le député noir Pierre Thomany, les députés mulâtres Boisrond et Petiniaud. L’assemblée de germinal an V choisit les députés blancs Leborgne et Vergniaud, et les députés noirs Mentor, Annecy, et Tonnelier.

  • 19 Bernard Gainot, « La députation de Saint-Domingue au Corps législatif du Directoire », dans Léger- (...)

30Les circonstances troublées des élections vont fournir le prétexte au groupe de droite, appelé « clichyen », pour demander leur invalidation. Son principal porte-parole sur les questions coloniales est Vaublanc. Ce dernier présente les élections de Saint-Domingue comme illégales, car elles se sont déroulées conformément à des règlements électoraux antérieurs à la Constitution de l’an III, et surtout parce que ces choix ont été dictés par le despotisme militaire. Laveaux, gouverneur général, et principal soutien de Toussaint Louverture, a couvert toutes ces irrégularités, en partie pour normaliser une situation qui est toujours fondamentalement d’inspiration révolutionnaire, en partie parce que le contexte lui interdit de se priver du seul encadrement efficace de la population, les officiers noirs19.

  • 20 CARAN, C 524.

31L’offensive de la droite clichyenne tourne court, avec le coup d’État du 18 fructidor. Le jour même du coup d’État, se réunit une commission composée de Grégoire, Salicetti, Bergœing, Joseph Eschassériaux, qui valide la députation de Saint-Domingue une semaine plus tard20. Les représentants sont répartis entre les deux conseils, partie en fonction de leur âge, partie pour respecter l’équilibre des couleurs. Au Conseil des Anciens, vont siéger Laveaux, Brothier, Vergniaud, Petiniaud, Annecy, Tonnelier. Au Conseil des Cinq-Cents, Sonthonax, Leborgne, Boisrond, Mentor, Thomany. Ils rejoignent jusqu’en mai 1798 les anciens conventionnels, dont les pouvoirs ont été prolongés : les Blancs Dufay et Garnot, les Mulâtres Mills et Laforest, les Noirs Belley et Boisson. Jusqu’à cette date, la députation de Saint-Domingue fut donc composée de dix-sept personnes, six Noirs, sept Blancs et quatre Mulâtres.

32Mais le personnage qui est surtout la cible des clichyens, c’est Sonthonax. Comme nous le verrons, les députés noirs élus en l’an V sont très proches de lui, de même que Leborgne.

  • 21 CARAN, AP T988.

33En fait, la similitude des engagements politiques est facilitée par la proximité de tous ces Dominguois. Mêmes origines sociales, mêmes origines géographiques, mêmes relations. On reconnaît bien l’existence d’un réseau. Comme il a été précédemment indiqué, Annecy n’a pas laissé de correspondance, du moins à ma connaissance. En revanche, je peux utiliser la correspondance d’un autre représentant noir qui lui est très proche, Joseph Boisson21. Celui-ci était également un officier de couleur ; il était capitaine dans la gendarmerie de Saint-Domingue lorsqu’il fut élu. Il est arrivé en France en prairial an II (juin 1794) seulement. La municipalité de Brest donne alors son signalement : « natif du Cap, 27 ans, 5 pieds [1,70 m], cheveux noirs crêpés, front bas couvert, yeux jaunes, nez large, grande bouche, menton rond, visage rond et noir ».

34C’est Annecy qui sert d’intermédiaire entre Boisson et son beau-frère, Jean-Baptiste Laurent, du Cap-Français, sergent au premier régiment de troupes coloniales. Nous sommes alors en thermidor an V (juillet 1797), et Annecy vient tout juste d’arriver à Paris. C’est l’occasion d’en savoir un peu plus sur tout un milieu local, qui est celui dans lequel a évolué Annecy au cours de la décennie précédente ; outre Jean-Baptiste Laurent, l’époux de Madeleine Boisson, il y a plusieurs couples dont l’élément masculin est militaire, à l’image du plus connu d’entre eux, le général noir Leveillé, très lié à Sonthonax. La deuxième sœur de Boisson, Marguerite, vit avec un adjudant blanc du régiment du Cap, Balthazard Coly, qui possède en outre une petite habitation produisant « des douceurs et denrées coloniales ». Ils ont trois enfants, et l’adjudant a pris en charge la fille de Boisson, Fanélise, orpheline depuis la mort de l’épouse de Boisson en prairial an IV (mai 1796). Il a appris à lire et à écrire à l’enfant, et il a donné une petite habitation, six carreaux de bonne terre à café à Marguerite Boisson, sa compagne, en bonne forme, par acte notarié. En outre, il s’occupe de la mère de Marguerite, et a fait promesse de mariage à ladite Marguerite. Ce qui lui vaut le jugement approbateur de Jean-Baptiste Laurent : c’est un « bon petit blanc » (lettre du 26 messidor an VIII).

  • 22 Bernard Gainot, Les Officiers de couleur dans les armées de la République et de l’Empire (1792-181 (...)

35Pour autant, les Dominguois ne vivent pas en vase clos à Paris ; leurs relations restent toutefois très marquées par le contexte colonial. Par exemple, un officier de la légion des Américains, cette unité militaire recrutée en 1792 au sein de la communauté métropolitaine des hommes de couleur22, Louis Hellot, fréquente assidument Boisson et sa compagne parisienne d’occasion, une certaine Adèle. Il est pressenti en 1798 pour faire partie de l’expédition Hédouville (lettre de Hellot, pluviôse an VI, janvier 1798).

36Il y a tout un chassé-croisé entre les députés ; tandis que Boisson reste à Paris, Belley quitte son poste de représentant, et s’apprête à partir pour Saint-Domingue, où il va accompagner l’agent du Directoire, le général Hédouville, avec la mission plus particulière de réorganiser la gendarmerie de Saint-Domingue. À Brest, en pluviôse an VI (janvier 1798), il écrit plusieurs lettres à Boisson. Il demande des nouvelles de « nos frères » Annecy, Mentor, Pierre Antoine fils (Pierre Antoine, l’ancien maître et protecteur d’Annecy – ou son fils ?) et de leurs épouses et charge Boisson de leur transmettre ses amitiés. Il se félicite de ce que « notre ami » Sonthonax ait été reçu au Conseil. Belley espère qu’il sera entendu parce que toutes les calomnies répandues contre lui sont le fait des ennemis de la liberté. Il demande de transmettre également ses amitiés à Sonthonax, à Thomany et à son épouse. De qui viennent donc les calomnies dirigées contre Sonthonax ? Les clichyens ayant été mis hors champ par le coup d’État de fructidor, elles ne peuvent venir que de Toussaint Louverture et de ses partisans ; ce que confirme d’ailleurs par la suite la lettre absolument fondamentale de Belley sur la situation de Saint-Domingue, le 30 thermidor an VI, lettre qui est très hostile à Toussaint.

  • 23 Bernard Gainot, « Un projet avorté d’intégration républicaine : l’Institution nationale des coloni (...)

37Boisson s’occupe de son neveu, Louis Lacroix, qui est venu passer des vacances chez lui. Celui-ci a été placé à l’école de Liancourt ; cette institution ne donne pas satisfaction à Boisson, qui en a retiré le jeune Noir pour le confier au collège de la Marche, l’Institution nationale des colonies dirigée par l’abbé Cœsnon23. Il va y retrouver les fils Louverture, le fils Rigaud, les beaux-fils de Sonthonax, et bien d’autres, parmi lesquels le fils de Coco d’Estaing (le patronyme est tout à fait significatif), concierge à la maison d’arrêt du Cap, et l’un des meilleurs amis tant de Joseph Boisson que de Jean-Baptiste Belley, ou Jean-Louis Annecy.

  • 24 Christophe Charle, J. Nagle, Michel Perrichet, M. Richard et Denis Woronoff, Prosopographie des él (...)

38Je ne poursuivrai pas plus avant, car, insensiblement, c’est Boisson, et non plus Annecy, qui est au centre de mon propos. En reconstituant un réseau, j’ai voulu donner un aperçu de la richesse de la méthode prosopographique24. Elle nous permet d’accompagner l’émergence de nouvelles élites, émergence liée à la promotion par le service armé, et qui constitue, à mon avis, le moteur du processus révolutionnaire aux Caraïbes.

  • 25 Est-ce le Joseph Domingue, ancien esclave devenu officier de la garde des consuls ? C’est vraisemb (...)

39La présentation de cette correspondance de Joseph Boisson à Paris nous permet également de dessiner un profil plus individualisé du personnage, et donne l’occasion de formuler, une fois de plus, le regret de ne rien avoir de tel pour Annecy. Toutefois, là encore, c’est une silhouette qui se tient à l’arrière-plan. Les relations de Boisson avec les femmes sont extrêmement complexes. Il multiplie les liaisons, tout en ménageant ses arrières, et en sondant ses proches sur l’opportunité d’un remariage lorsqu’il sera de retour au Cap. Le 4 nivôse an VIII (décembre 1799), il écrit à sa sœur Marguerite, pour lui demander d’aller voir de sa part la citoyenne Geneviève Pierre-Antoine. Son ami Domingue25 lui parle sans cesse d’elle. C’est toujours un plaisir pour Boisson de s’entretenir du nom de Geneviève « qui un jour fera peut-être [s]on bonheur ». Je ne peux pour l’instant qu’enregistrer ce nom de « Pierre Antoine », si proche d’Annecy, au carrefour de toutes les correspondances.

40Aussi importante, mais aussi compliquée que pour les femmes, est la relation de Boisson à l’argent. Il est perpétuellement à court, ce qui est bien intéressant, car on peut ainsi repérer qui sont ses créanciers. Parmi ceux-ci, Laveaux, la sœur d’Étienne Mentor, Annecy, Jean-Baptiste Deville, élu de Saint-Domingue au Corps législatif de l’an VII (il se porte garant des sommes envoyées), et Pierre Thomany, duquel nous avons une lettre édifiante. Thomany accepte de prêter de l’argent à Boisson, bien que ce dernier répande des calomnies sur son épouse, tout en le mettant en garde pour son penchant à la boisson : quatre bouteilles d’eau-de-vie en un mois.

  • 26 Marcel Dorigny et Bernard Gainot, La Société des amis des Noirs 1788-1799. Contribution à l’histoi (...)

41Ces relations, Annecy va les retrouver à la deuxième Société des amis des Noirs et des colonies, qu’il fréquente assidûment. Son nom est le premier de la liste des membres. Il est expressément présent à au moins sept séances26 (un tiers de celles que j’ai recensées). Cette société, rappelons-le, eut pour président le député noir Pierre Thomany, et pour secrétaire le député noir Étienne Mentor. C’est là un autre témoignage de la proximité d’Annecy avec les centres de décision politiques entre 1797 et 1799.

Le proscrit de l’île d’Elbe

42Dès les lendemains de brumaire, Annecy fut exclu du Corps législatif, comme toute la députation de Saint-Domingue. Ce n’était pas pour autant un activiste néo-jacobin comme Sonthonax et ses acolytes Mentor et Leborgne, contre qui furent lancés des mandats d’arrêt. Annecy put donc revenir dans la colonie, et ce n’est que sous le gouvernement de Leclerc qu’il fut déporté, preuve qu’il était resté suspect aux yeux du gouvernement consulaire.

  • 27 Rappelons que cette enquête nominative avait pour but de signaler les éléments aptes au service mi (...)

43La dernière mention de son existence est une brève notice dans une liste d’assignés à résidence datant de 1807 : Annecy Jean-Louis, âgé de 49 ans, incapable de tout service27. Il est asthmatique, son lieu de relégation est file d’Elbe. On le signale comme ex-représentant du peuple et chef de bataillon, ce qui en fait le plus notable des assignés à résidence. Il perçoit des secours d’un montant de 40 francs par mois.

  • 28 Francis Arzalier, « Déportés haïtiens et guadeloupéens en Corse, 1802-1814 », Annales historiques (...)

44L’histoire des déportés au bagne d’Ajaccio a été récemment retracée par Francis Arzalier28. Il relie cet épisode méconnu aux projets de mise en valeur de la Corse à l’époque impériale, pour une part colonie pénitentiaire dans la dépendance du ministère de la Marine (fourniture de bois de marine, à partir des forêts de pins de l’intérieur de file, comme substituts aux forêts du Nord ; nettoyage et aménagement des abords de la rade d’Ajaccio), pour une part colonie militaire, à partir d’établissements de soldats pionniers qui développeraient sur des concessions foncières les cultures de substitution aux produits qui venaient des Caraïbes : coton, indigo, café, et sucre. Les déportés noirs se trouvaient naturellement essentiellement concernés par le premier volet du programme, mais ils trouvaient aussi leur place comme soldats-pionniers dans une perspective à plus long terme. Cette dernière se traduisit par un échec complet ; et, de la première, il subsiste encore aujourd’hui d’importantes portions de la grande route d’Ajaccio à Corte, creusée et terrassée par des forçats qui tombaient comme des mouches, décimés par la température particulièrement froide à 1 000 mètres au-dessus du littoral, ou par la malaria des zones basses marécageuses qu’il fallait assécher, aux termes de l’arrêté impérial du 1er décembre 1807.

  • 29 SHAT, Xh3. Le 26 décembre 1807, Dejean, le ministre affecté à l’administration de la Guerre, rappe (...)

45Un certain nombre de ces déportés a été transféré à file d’Elbe. Les autorités consulaires avaient d’abord songé à y installer également une chiourme, mais ce projet n’eut pas de suite. Les seize détenus qui y furent transférés étaient donc plus âgés, malades ou infirmes, et furent placés en résidence surveillée29. Outre leur état physique et leur âge, on relève pour ce groupe de l’île d’Elbe une assez forte homogénéité. À la notable exception d’Annecy, ce sont en général d’anciens officiers de la garde nationale des localités du Sud de l’ancienne colonie (Léogane, Bainet), ce qui laisserait penser que ce sont plutôt des mulâtres, ayant appartenu à l’armée de Rigaud ; pure hypothèse puisque aucune mention de la couleur n’est portée sur les listes, et qu’il faudrait en outre que je mène une étude exhaustive des officiers de la légion de l’Égalité.

46C’est la dernière fois que je trouve une mention de Jean-Louis Annecy. Deux années auparavant, Jean-Baptiste Belley est mort dans la citadelle de Belle-Île. Il a suivi un parcours étonnamment parallèle à celui d’Annecy ; mais il est plus connu, grâce au magnifique tableau de Girodet, grâce aussi à ses interventions à la tribune des assemblées républicaines. Mieux encore, il est resté présent dans la mémoire des Haïtiens comme « Mars Belley » jusqu’à apparaître dans la galerie des ancêtres, et ce en dépit de son opposition déterminée et constante à Toussaint Louverture et à son projet autonomiste.

Conclusion : un destin foudroyé

  • 30 Bernard Gainot, « La députation de Saint-Domingue... », art. cité, p. 100.

47Les troubles de 1802 ont ébranlé une bourgeoisie de couleur, en pleine ascension dans les années précédentes. Le cas de Jean-Louis Annecy est à cet égard tout à fait emblématique : l’ancien esclave, affranchi pour service armé, a acquis une certaine notabilité dans la région du Cap sous la Révolution. La promotion sociale (acquisition d’habitations abandonnées par leurs anciens maîtres) double la promotion militaire. Annecy est devenu un notable de la ville du Cap et de ses environs, élu par ses pairs du département du Nord pour représenter Saint-Domingue au Conseil des Anciens à Paris30. Le fait de le retrouver parmi les déportés de 1802 est tout à fait emblématique du destin foudroyé de tout un groupe social.

  • 31 C’est la vision anhistorique de Louis Sala-Molins ; malheureusement, même s’il la formule de façon (...)

48L’oubli complet dans lequel le personnage a sombré a des causes objectives : Annecy ne laisse aucune trace directe, faute de quoi a longtemps été réputée impossible toute narration positive. Le silence et l’invisibilité d’Annecy venaient pourtant cautionner les courants historiographiques établis. Quelle place accorder à la promotion individuelle lorsqu’on a affaire au métadiscours de l’épopée, qui ne veut retenir d’autre perspective que le raccourci direct, quasi instantané, entre le soulèvement massif des esclaves de 1791 (quasi sui generis, sans contradictions) et l’indépendance de 180431 (elle-même sui generis et sans contradictions) ?

49Quelle place accorder au fait électoral, aussi imparfait soit-il, aux projets législatifs, au vécu même, à l’insertion dans une société autre et pourtant « nôtre » ? Pour aller vite, quel décalage entre l’expérience d’un certain milieu (celui que nous pouvons saisir le mieux, en raison de notre proximité culturelle) qui a cru et voulu croire à l’intégration républicaine, et les récits téléologiques qui s’autorisent de l’échec effectif de cette dernière pour nier jusqu’à sa réalité, pour mettre en doute la réalité même d’un changement dans les relations sociales aux colonies, aussi ténu soit-il.

  • 32 Jacques Binoche, « Les députés d’outre-mer pendant la Révolution française », Annales historiques (...)

50Les seules études sur la députation coloniale pendant la Révolution sont celles de Jacques Binoche32 et de Jules Saintoyant. Mais la députation de couleur est pratiquement ignorée. La majorité des études plus récentes découplent le processus révolutionnaire des Caraïbes du processus métropolitain. Une représentation de l’ensemble des populations antillaises paraît totalement incongrue dans cette optique.

  • 33 Yves Benot, La Révolution française et la fin des colonies, Paris, La Découverte, 2004 (1re éditio (...)

51Je propose de reprendre la question dans l’optique qui fut celle des travaux d’Yves Bénot33 : la rencontre problématique, parfois chaotique, mais indéniable, entre la situation coloniale et le fait révolutionnaire.

Notes

1 Ce portrait est reproduit dans l’ouvrage d’Élie Lescot, Haïti, images d’une colonisation, 1492-1804, Chevagny-sur-Guye, Orphie Éditions, 2004 ; ainsi que deux autres médaillons datant vraisemblablement de la même époque, ceux de Mentor et Leborgne, p. 149. La légende est la suivante : « Annecy de Saint-Domingue, gravure à la manière noire de Gonord [sic ; il s’agit de Pierre Gonard], circa 1799. »

2 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, Champs-Flammarion, 1998.

3 Michel Vovelle, Théodore Desorgues ou la désorganisation, Aix-Paris 1763-1808, Paris, Le Seuil, 1985. Le parallèle est d’autant plus tentant que les deux carrières sont inscrites rigoureusement dans la même séquence chronologique, et connaissent des trajectoires semblables ; l’ascension provinciale, la consécration parisienne, la relégation et la répression après brumaire. Évidemment, le parallèle s’arrête là, Annecy n’ayant laissé derrière lui aucune trace directe.

4 Karine Rance, L’Exil de l’honneur. Émigration et mémoires de nobles français dans les pays germaniques, Paris, Belin, 2010.

5 Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot.,.,op. cit., p. 10.

6 « À travers le récit toujours passionnant d’une aventure individuelle, ces témoins exemplaires permettent de connaître leur époque » (Jean Montalbetti, cité par Christine Le Bozec, Boissy d’Anglas, un grand notable libéral, Privas, Fédération des œuvres laïques de l’Ardèche, 1995, p. 19).

7 CARAN C527.

8 Dominique Rogers, « De l’origine du préjugé de couleur en Haïti », Haïti, première république noire, Saint-Denis, Société française d’histoire d’outre-mer, 2003, p. 83-101. Selon l’auteur, le seuil d’aisance est atteint lorsque le client du notaire parvient à débourser une somme supérieure à 10 000 livres coloniales.

9 Anne Perotin-Dumon, « Des milices de couleur à l’armée révolutionnaire des Antilles : voies masculines vers la liberté et la reconnaissance sociale, 1760-1810 », 1802 en Guadeloupe et à Saint-Domingue. Réalités et mémoire, Gourbeyre, Société d’histoire de la Guadeloupe, 2003, p. 9-11.

10 Moreau de Saint-Méry, Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’île de Saint-Domingue, nouvelle édition, Saint-Denis, Société française d’histoire d’outre-mer, 2004,t. I, p. 298.

11 John Garrigus, « Catalyst or catastrophe ? Saint-Domingue’s free men of color and the battle of Savannah, 1779-1782 », Revista/Review interamerican, no 22, 1992, p. 110.

12 Bernard Gainot, « Les noms des militaires noirs dans les armées françaises du XVIIIe siècle », dans Gregorio Salinero et Isabel Teston Nunez (dir.), Un juego de Enaganos. Movilidad, nombres y apellidos en los siglos XV a XVIII, Madrid, Collection de la Cas de Velasquez, 2010, p. 229-241.

13 Sarah Frioux-Falgas, Les soldats de couleur dans les institutions militaires de la Martinique et de la Guadeloupe (1635-1802), histoire, DEA de l’université Paris 1, 2000,125 p.

14 Yvan Debbasch, Couleur et liberté. Le jeu du critère ethnique dans un ordre juridique esclavagiste, Paris, Dalloz, 1967, t. I, p. 108.

15 BNF, Actes royaux, in-4° F 4356 (091), Ordonnance du roi concernant les milices des colonies, 1er janvier 1787. Sur ce courant réformateur, dont il reste à faire l’histoire, voir Jean Tarrade, « L’esclavage est-il réformable ? Les projets des administrateurs coloniaux à la fin de l’Ancien Régime », Les Abolitions de l’esclavage, de L. F. Sonthonax à V. Schoelcher, 1793-1794-1848, textes réunis et présentés par Marcel Dorigny, Presses universitaires de Saint-Denis-Éditions Unesco, 1995, p. 133-141.

16 Ces arguments sont exactement ceux qui sont employés à l’article « mulâtres » de l’Encyclopédie méthodique (L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, supplément Panckoucke, CD-ROM, Redon, 2000) : « Les affranchissements des mulâtres ont considérablement augmenté le nombre des libres, et cette classe de libres est, sans contredit, en tout temps, le plus sûr appui des blancs contre la rébellion des esclaves : ils en ont eux-mêmes ; et, pour peu qu’ils soient aisés, ils affectent avec les nègres la supériorité des blancs, à quoi il leur faudrait renoncer si les esclaves secouaient le joug ; et, en temps de guerre, les mulâtres sont une bonne milice à employer à la défense des côtes, parce que ce sont presque tous des hommes robustes, et plus propres que les Européens, à soutenir les fatigues du climat. » Tout est dit, et Julien Raimond, ardent défenseur de la cause des libres de couleur, se reconnaît tout à fait dans ce portrait ; selon lui, l’auteur de l’article qui signe par ses seules initiales A. A. serait un « administrateur philosophe », appartenant donc au courant réformateur précédemment signalé.

17 CARAN, C 513, procès-verbal de l’assemblée électorale de Saint-Domingue, tenue au Cap le 20 germinal an V (9 avril 1797).

18 CARAN, C 524.

19 Bernard Gainot, « La députation de Saint-Domingue au Corps législatif du Directoire », dans Léger-Félicité Sonthonax, la première abolition de l’esclavage. La Révolution française et la révolution de Saint-Domingue, Saint-Denis, Société française d’histoire d’outre-mer - Association pour l’étude de la colonisation européenne, 2005, p. 95-110.

20 CARAN, C 524.

21 CARAN, AP T988.

22 Bernard Gainot, Les Officiers de couleur dans les armées de la République et de l’Empire (1792-1815), Paris, Karthala, 2008.

23 Bernard Gainot, « Un projet avorté d’intégration républicaine : l’Institution nationale des colonies (1797-1802) », Dix-Huitième Siècle, no 32, 2000, p. 371-401.

24 Christophe Charle, J. Nagle, Michel Perrichet, M. Richard et Denis Woronoff, Prosopographie des élites françaises, Paris, Guide de recherches du CNRS, 1979.

25 Est-ce le Joseph Domingue, ancien esclave devenu officier de la garde des consuls ? C’est vraisemblable, ce qui ouvre d’autres horizons.

26 Marcel Dorigny et Bernard Gainot, La Société des amis des Noirs 1788-1799. Contribution à l’histoire de l’abolition de l’esclavage, Paris, Unesco, 1998.

27 Rappelons que cette enquête nominative avait pour but de signaler les éléments aptes au service militaire, afin de les intégrer au bataillon des pionniers noirs, futur Royal-africain qui, coïncidence, fut originellement commandé par Joseph Domingue, que connaissait Annecy. Je renvoie sur ce point à mon ouvrage Les Officiers de couleur…,op. cit.

28 Francis Arzalier, « Déportés haïtiens et guadeloupéens en Corse, 1802-1814 », Annales historiques de la Révolution française, nos 293-294, 1993, p. 469-490.

29 SHAT, Xh3. Le 26 décembre 1807, Dejean, le ministre affecté à l’administration de la Guerre, rappelle qu’il existe à l’île d’Elbe un « dépôt de nègres » déportés de Saint-Domingue (16 hommes).

30 Bernard Gainot, « La députation de Saint-Domingue... », art. cité, p. 100.

31 C’est la vision anhistorique de Louis Sala-Molins ; malheureusement, même s’il la formule de façon caricaturale et polémique, il n’est pas le seul, à tel point que cette version du processus révolutionnaire à Saint-Domingue est devenue une sorte de vulgate paresseuse, qui dispense d’études précises et de réflexion.

32 Jacques Binoche, « Les députés d’outre-mer pendant la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, 1978, p. 46-80 ; Jules Saintoyant, « La représentation coloniale pendant la Révolution », Revue de l’histoire des colonies françaises, 1929, p. 353-380. Encore les deux auteurs s’intéressent-ils essentiellement à la députation blanche sous l’Assemblée constituante, et très peu à la députation de couleur. Annecy est même ignoré par Saintoyant.

33 Yves Benot, La Révolution française et la fin des colonies, Paris, La Découverte, 2004 (1re édition, 1987).

Table des illustrations

Légende Figure no 10 – Portrait de Jean-Louis Annecy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

Auteur

Historien, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris 1, habilité à diriger des recherches, chercheur à l’institut d’histoire de la Révolution française (IHRF), membre du bureau de l’Association pour l’étude de la colonisation européenne, 1750-1850 (APECE), est notamment l’auteur, en collaboration avec Marcel Dorigny, de : La Société des amis des Noirs, 1788-1799, Paris, UNESCO, 1998, et Atlas de l’esclavage, Paris, Autrement, 2006. Il a également publié : Les Officiers de couleur et les armées de la République et de l’Empire (1799-1815), Paris, Karthala, « Histoire et sociétés », 2007.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540