Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

 | 
Éric Saunier

Première partie. Présence de l'esclavage, du port de traite transatlantique au monde indien (xviiie-xxie siècle)

Chapitre 3. Le négoce rouennais, la traite des Noirs et l’esclavage : de l’intéressement à la présence dans le débat public

L’exemple des Le Couteulx

Richard Flamein

Texte intégral

  • 1 Brissot au sujet des Le Couteulx Du Moley, cité dans Geneviève Daridan, Messieurs Le Couteulx et Ci (...)

« C’est une madame Le Couteulx chez qui j’ai aussi eu le malheur d’être conduit, épouse d’un Turcaret sachant par cœur le roman des Incas et rompant des lances pour les Barmécides1 »

1Personne ne revendique l’héritage mémoriel négrier, et Rouen, sans doute moins Le Havre ou d’autres ports maritimes, parce que implication semble, à première vue, beaucoup plus indirecte. On sait donc peu de choses de son rôle dans l’économie de la traite (au XVIIIe siècle) et cette occultation relève d’un faisceau argumentaire bien connu, mais, au final, assez peu éprouvé.

  • 2 Il s’agit d’un quartier actif d’implantation du négoce rouennais, dans une zone comprise entre la c (...)
  • 3 Voir Pierre Dardel, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIe siècle, P (...)

2Les navires de fort tonnage qui participent à ce type d’échanges ne peuvent remonter jusqu’à Rouen ? Cela ne constitue pas une preuve du désintéressement de ses négociants : les marchandises issues de ce commerce, transbordées, remplissent les comptoirs et les dépôts des maisons de commerce des quais de la Seine, jusqu’à la rue aux Ours2 Les capitaux circulent et ne se soucient guère des marées : les liens du négoce rouennais avec les grands ports maritimes français ne sont plus à démontrer3.

  • 4 Sur les profits réels de la traite et les difficultés à les évaluer, voir Guillaume Daudin, Commerc (...)

3Pense-t-on, a priori, que les capitaux rouennais ne s’orientent pas naturellement vers cette forme de commerce dont la rentabilité demeure aléatoire4, mais plutôt vers les manufactures et les investissements financiers comme les lettres de change et plus tard la rente ? Sans être fausse, cette idée ne rend pas compte, à la fois, de la diversité et de la souplesse des formes d’implication du capital rouennais, à la fin du XVIIIe siècle.

4Enfin, ceux qui avancent que les relations entre les deux ports normands ne sont faites que de rivalités, laissant, au passage, la responsabilité morale de la traite haut-normande aux Havrais (toute participation rouennaise ne pouvant être que collatérale ou accidentelle) en sont également pour leurs frais : relier l’activité havraise à son « arrière-pays », tant rouennais que parisien, c’est accepter le fait d’une géographie en réseau de l’intéressement au trafic négrier, rompant avec le schéma de la responsabilité ponctuelle et exclusive des grands ports maritimes, ouvrant la voie à une lecture plus intégrée des enjeux économiques de la traite, dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. En ce sens, l’économie du trafic des Noirs interroge la modernité des pratiques capitalistes d’Ancien Régime et met en lumière certaines de ses transformations, à la veille de la Révolution.

  • 5 Marcel Dorigny, Bernard Gainot, La Société des amis des Noirs, Paris, UNESCO, 1998, p. 108.
  • 6 Voir Édouard Delobette, Ces Messieurs du Havre..op. cit., p. 688.

5Le point de départ de ce travail est une lettre de Jacques-Pierre Brissot5, du 19 mars 1788, dans laquelle le fondateur de la Société des amis des Noirs signale au comité de Londres, soit un mois après la création de la société française, la forte implication de la maison Le Couteulx et Cie dans la traite négrière, « comme l’une des principales engagée dans le commerce des Noirs » et dénonce son association avec un marchand d’esclaves de Liverpool, probablement Miles Barber dont on sait qu’il dispose, depuis 1787, d’une maison d’armement négrier au Havre6. Cette lettre place, par conséquent, une famille de négociants d’origine rouennaise, devenus banquiers, puis financiers au XVIIIe siècle, au cœur du débat sur l’abolition de la traite. Elle nous interroge sur le rôle joué par la finance dans son développement à la fin de l’Ancien Régime et met en évidence les conditions de la production d’un discours sur l’abolition : cette contribution s’intéresse, donc, au contexte de la construction d’un débat public, à travers les relations qu’entretiennent les principaux fondateurs de la Société des amis des Noirs, Clavière, Brissot, Mirabeau et d’autres, avec une des plus anciennes et prestigieuses banques françaises, celle des Le Couteulx. Ici, la construction de l’opinion dans la sphère publique rejoint les polémiques spéculatives qui agitent la finance de la fin de l’Ancien Régime et éclaire la figure de l’esclave d’un jour particulier : celui d’un débat sur le rapport qui existe entre la finance et l’État.

Les formes de l’implication des Le Couteulx dans la traite en Basse-Seine

  • 7 D’autres familles négociantes rouennaises se sont engagées plus précocement dans la traite comme la (...)

6Peut-on former l’hypothèse que les Rouennais ne sont pas étrangers à l’apogée négrier havrais des années 1780 ? Une telle idée repose sur la compréhension d’une mutation, à la fois, structurelle du capital et, plus largement, d’une transformation des cadres du capitalisme familial, trop souvent tenus pour immuables. Dans quelle mesure les Le Couteulx sont-ils représentatifs d’une évolution de l’intéressement du négoce rouennais dans les affaires négrières ? Quels sont les arguments qui peuvent motiver une telle implication ? Si l’attitude du négoce rouennais n’est pas homogène concernant la traite, par quels réseaux sont-ils amenés à s’engager, de plus en plus directement, dans ce type d’opérations7 ? Les intérêts négriers sont combinés : ils relèvent d’une structure en conglomérat du capital dont il s’agit, d’abord, de distinguer la triple dimension commerciale, bancaire et financière.

Une implication de plus en plus directe et diversifiée dans la traite

  • 8 Voir l’importante monographie les concernant de Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme dans (...)

7Les Le Couteulx sont une famille négociante importante qui appartient longtemps au corps des marchands-drapiers, spécialisée, au XVIIe siècle, dans les échanges commerciaux essentiellement textiles avec l’Angleterre8. Ils installent, à cette époque, une seconde direction à Paris qui conserve un capital commun avec Rouen, sous la raison sociale unique de Le Couteulx et Cie. Les deux sièges développent conjointement, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, des activités bancaires dont le but est d’abord de faciliter les relations commerciales (lettres de change, tenue de comptes). La rentabilité des activités financières, notamment liée à l’importation des piastres espagnoles, étant meilleure et plus régulière que celles du négoce, les Le Couteulx s’orientent plus nettement vers la banque, au début du XVIIIe siècle, le centre de gravité de l’entreprise se déplaçant, alors, de Rouen vers Paris. Il s’opère une spécialisation progressive des deux branches de la société : à Paris, la gestion des activités financières, à Rouen le négoce et le trafic portuaire, entraînant un lien de complémentarité, plutôt qu’une séparation entre les deux sièges dont le capital demeure commun jusque sous l’Empire et dont les investissements croisés nécessitent des capitaux toujours plus considérables.

Figure no 6 - La société Le Couteulx et Cie dans les années 1780.

  • 9 André Lespagnol, Ces Messieurs de Saint-Malo, une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, P (...)

8La forme la plus indirecte de l’implication rouennaise dans la traite est commerciale : elle concerne le négoce des matières premières issues du trafic. Les marchands rouennais s’engagent peu, avant le XVIIIe siècle, dans les armements pour les mers du Sud. Les Le Couteulx ne sont actionnaires, jusqu’aux années 1780, d’aucune compagnie maritime au long cours et refusent toute participation dans la reprise de la Compagnie du Sénégal, en 1709, ou dans la Compagnie des Indes du financier Law. Mais cette attitude n’est pas représentative de l’ensemble du négoce rouennais. Les maisons rouennaises Planterose ou Veuve Martin sont plus ouvertes à cette forme de négoce : le navire La Fidèle des frères Planterose figure au nombre des quelques armements rouennais recensés pour la grosse aventure, au tout début du XVIIIe siècle9. Cependant, la manufacture normande dépend des grandes compagnies maritimes pour son approvisionnement en matières premières, jusqu’au XIXe siècle ; en 1805, le siège social rouennais de Le Couteulx et Cie, rue aux Ours, dispose encore de deux magasins, situés entre la Haute et la Basse Vieille Tour, à proximité des quais de la Seine, dans lesquels sont entreposés des stocks importants de marchandises :

  • 10 AD Seine-Maritime, 2E2/148, 11 vendémiaire an XIV (3 octobre 1805), Inventaire après décès de Barth (...)

Cent balles d’Alizary marquées des lettres P.N., une partie de cuivre, tant en feuilles, planches, barres, clous et ronds, vingt barils de gomme arabique, un autre dit de « gomme du Sénégal », deux pièces de garance commune, trois parties d’alizary, l’une composée de quarante balles marquées des lettres N.F., la seconde de soixante-sept balles marquées des lettres R.M.V. Et la troisième de deux cent soixante-cinq balles marquées des lettres H.C.C10.

  • 11 Voir Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme..., op. cit., p. 99, et Édouard Delobette, Ces (...)

9La première implication de la société Le Couteulx dans la traite passe par l’activité bancaire : dans la première moitié du XVIIIe siècle, elle finance les prêts à la grosse aventure, participe à l’assurance maritime, notamment avec les ports de Bretagne et principalement celui de Saint-Malo. Son rôle dans le financement garanti de l’armement vers la mer du Sud est attesté dans le premier quart du XVIIIe siècle dans les expéditions malouines, en association avec plusieurs négociants rouennais dont Nicolas Judde, Vincent Bouëtte et Pierre Mouchard, en relation avec l’armateur malouin Baillon de Blancpignon11.

  • 12 Voir Herbert Lüthy, « Necker et la Compagnie des Indes », Annales. Économies, Sociétés, Civilisatio (...)

10Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, cette implication se fait plus directe, la banque Le Couteulx est alors l’un des établissements les plus stables et les plus solides de la place parisienne, tant par l’importance de son capital que par la pérennité de son implantation dans le quartier des Halles, épicentre de l’activité bancaire parisienne de l’époque : le capital de Le Couteulx et Cie est porté à 2 400 000 livres en 1720, ce qui situe l’établissement largement au-dessus de ses concurrents, à l’exception de la banque de Law, créée le 2 mai 1716, qui dispose d’un capital de 6 millions de livres, en 12 000 actions de 500 livres12.

  • 13 Jacques-Jean Le Couteulx Du Moley en devient l’un des administrateurs à partir de 1778.

11L’engagement du capital bancaire dans la traite participe au changement d’échelle de son économie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et se distingue par trois caractéristiques : la prise de position massive par des réseaux négociants et financiers étendus, le recours à des montages financiers complexes par des associations en consortium, en sociétés d’investissement ou par la prise de contrôle de grandes compagnies commerciales, enfin par des investissements adossés à une garantie publique et soutenus par des aides, subventions et crédits d’organismes étatiques : les Le Couteulx se financent, en partie, à l’aide de la Caisse d’escompte qu’ils administrent, après 177613. Ainsi, l’inscription d’une société financière dans les activités de traite, dans les années 1780, entraîne des mutations de la structure du capitalisme négrier. Les nouveaux circuits du financement des expéditions amortissent la durée d’immobilisation du capital, en améliorent la rentabilité par l’augmentation du nombre des rotations et développent des systèmes de compensation et de garantie par l’État qui en atténuent les risques. Les Le Couteulx, sans être armateurs, sont engagés à plusieurs niveaux, pour une partie non négligeable de leurs activités de façon directe ou indirecte, dans l’économie négrière, à la veille de la Révolution.

Une mutation de la structure familiale de la société et ses conséquences sur la traite

  • 14 AD Seine-Maritime, 3 B 354, 23 février 1756, Lettres d’anoblissement de Jean-Étienne et Barthélemy (...)

12Cette implication croissante des Le Couteulx dans la traite se confirme dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : elle correspond à une nouvelle étape dans l’organisation du capitalisme familial de la société que l’on observe dans d’autres familles du négoce rouennais de l’époque (les Legendre, les La Rue, les Bouëtte...) Au fil des générations, le mode de transmission du capital évolue vers une individualisation de la dynastie en lignages distincts, souvent inscrits dans des processus d’anoblissement. Les Le Couteulx connaissent cette promotion, principalement par lettres patentes, après 175014. Si l’un des dangers de l’anoblissement du négoce, selon Michel Zylberberg, est l’abandon par ce dernier de la marchandise, il en existe un plus immédiat : la modification de la structure du capital dynastique et de ses formes de transmission.

13La cohésion des mécanismes de transmission du capital dans les structures familiales commande les formes de son intéressement. Elle s’articule, jusqu’en 1750, autour de fratries de dirigeants et se distingue par la faible prise de risque et la recherche prioritaire de la consolidation de la position sociale au sein des élites négociantes.

  • 15 La Rue et Cie dépose son bilan en juin 1742, en partie, selon Henri Hauser, à cause du défaut de pa (...)

14L’exemple malheureux de la faillite des La Rue, dans les années 1740, dont les Le Couteulx sont témoins, illustre les dangers du financement de l’armement des négociants des ports de mer toujours en quête de capitaux15. La direction de Le Couteulx et Cie, assurée par des frères, est renforcée par des alliances matrimoniales avec des fratries de sœurs issues du sommet du monde marchand, tant rouennais (les Bouëtte) que parisien, au début du XVIIIe siècle.

Figure no 7 – Mutation des formes de transmission du capital familial, de la dynastie aux lignages.

  • 16 Sur les divergences opposant les dirigeants parisiens, voir les Mémoires de Jean-Conrad Hottinguer, (...)
  • 17 AD Seine-Maritime, 2E 2/110, 6 juin 1775, contrat de mariage entre Jean-Barthélemy Le Couteulx de C (...)
  • 18 Sur les dots des épouses des députés de 1789, voir Timothy. Tackett, Par la volonté du peuple. Comm (...)

15Après 1750, la nébuleuse dynastique se structure en plusieurs lignages dont les trajectoires parallèles remettent en cause la cohésion du capital : à Rouen, on trouve les Verclives, à Paris les La Noraye, les Moley, puis les Canteleu, dans les années 1780. La seconde moitié du XVIIIe siècle marque la fin d’une certaine fluidité entre les directions : les fratries de dirigeants ont disparu au profit de liens de cousinage distendus, exposant le capital familial à une transmission patrilinéaire au sein de branches familiales individualisées. La première conséquence en est une diffraction de l’investissement, chaque associé assurant de son côté, non sans quelques tensions parfois, la rentabilité de sa participation au capital16. Sa cohésion est alors préservée par une endogamie familiale récurrente entre certaines branches familiales qui autorise, à nouveaux frais, la concentration et la circulation du capital : les Verclives, à Rouen, s’unissent aux Canteleu. Les dots atteignent des sommets : Jean-Barthélemy Le Couteulx de Canteleu épouse sa cousine, Anne de Verclives, en 1775, dotée de plus de 647 000 livres17, et rejoint le négociant-négrier havrais Jacques-François Begouën-Demeaux au nombre des plus grosses fortunes du tiers de l’assemblée en 178918.

16L’intéressement rouennais résulte d’une combinaison de facteurs : la recomposition du capital par l’activité bancaire et financière, ainsi que la trajectoire d’une dynastie, dans la plasticité de ses modes de transmission, en fondent les lignes directrices. Pour autant, il ne faut pas exclure le caractère plus conjoncturel de cette implication. Les années 1780 sont, à plusieurs titres, des années difficiles pour la société rouenno-parisienne ; la perte du monopole du trafic des piastres espagnoles, au fondement de la fortune familiale, à partir de 1785 et la menace que représente le traité de commerce avec l’Angleterre sur ses intérêts manufacturiers, l’année suivante, obligent à une conversion accélérée du capital et à sa redistribution vers de nouveaux secteurs : l’économie de la traite constitue l’un d’entre eux.

Un élément explicatif de l’apogée négrier des années 1780 ?

17L’entrée des Rouennais dans l’économie de la traite havraise est, à la fois, plus précoce et plus progressive qu’on ne le pense. Elle se fait en quatre étapes, assez successives, qui soulignent la variété tant des formes d’implication que d’échelle, et met en évidence l’emboîtement des niveaux d’investissement (réseaux parisiens, rouennais ou havrais) et les rivalités, ainsi que les formes d’affrontement autour de la prise de contrôle d’un commerce dont les enjeux deviennent hautement spéculatifs. D’abord indirect, le lien entre les investisseurs rouennais et les activités de traite havraises se consolide progressivement pour donner sa pleine mesure dans les années 1780.

Le biais malouin à l’origine de l’implication dans la traite

  • 19 Voir AN, MC, Et. XCVIII/540, 17 janvier 1766, liquidation et partage des biens de J.-J.-V. Le Coute (...)

18La première mention dans les actes notariés d’une participation à un armement de traite des Le Couteulx remonte à 1765 : elle signale des intérêts de la société placés dans un négrier nommé Le Mesnil, à hauteur de 3 569 livres, sous la direction de l’armateur Grandclos-Meslé de Saint-Malo, à destination des côtes de Guinée et de l’Angola19. Cela constitue l’unique armement de ce type dans l’inventaire, tous les autres étant en droiture. Il s’agit encore, à cette époque, d’une implication ponctuelle, conditionnée par des opérations de financement et probablement inscrite dans les rapports qu’entretiennent les Le Couteulx avec l’armateur malouin. Leurs relations avec Saint-Malo et Pierre-Jacques Grandclos-Meslé, en particulier, sont importantes et suivies : la banque finance les expéditions vers la Chine de ce dernier, en 1783, à hauteur de 1 500 000 livres.

La tentative avortée de prise de contrôle de la Compagnie de Guyane, puis du Sénégal

  • 20 Le consortium comprend principalement des banquiers comme les Le Couteulx ou Pache frères, des bras (...)
  • 21 Sur cette célèbre loge ouverte aux milieux d’affaires parisiens, voir l’article de Pierre-François (...)
  • 22 Augustin Challamel, Les Clubs contre-révolutionnaires, cercles, comités, sociétés, salons, réunions (...)
  • 23 Voir Érick Noël, « Les Féray de la traite aux barons d’Empire », Cahiers du Centre havrais de reche (...)

19À la fin des années 1770, Le Couteulx et Cie reporte son intérêt sur la Compagnie de Guyane qui a en charge la traite et le commerce de la gomme sur les côtes africaines et guyanaises. La participation au capital est, dans un premier temps, prudente et limitée ; l’un des dirigeants parisiens, Barthélemy-Jean-Louis, acquiert 39 actions de la société, mais les difficultés économiques qu'elle rencontre, en partie liées à la guerre d’indépendance américaine, nécessitent un refinancement massif et le recours à des prêteurs, au nombre desquels figure, en bonne place, Le Couteulx et Cie : la banque n’engage pas moins de 600 000 livres dans la Compagnie, ce qui permet au dirigeant parisien d’entrer au conseil d’administration et d’en devenir l’un des principaux acteurs, à partir de 1783. L’année suivante, la Compagnie de Guyane est dissoute, remplacée par la Compagnie du Sénégal : elle renonce au monopole de la traite et s’oriente davantage vers le commerce de la gomme. Ce choix interroge la rentabilité différenciée des deux activités, autant que les options économiques privilégiées par la nouvelle direction. Le capital en est porté à 3 millions, divisé en 3 000 actions de 1 000 livres. Le dirigeant parisien Barthélemy-Jean-Louis forme un consortium de financiers, essentiellement parisiens, auquel il intéresse la branche rouennaise des Verclives, pour prendre la majorité du capital de la compagnie20. La plupart de ces investisseurs appartiennent à la loge Les Amis réunis21, qui, fondée par Savalette de Langes, rassemble trésoriers, banquiers et gens d’affaires, dont les deux dirigeants parisiens de Le Couteulx et Cie : Barthélemy-Jean-Louis et Jacques-Jean. Cette appartenance maçonnique s’articule avec une sociabilité salonnière qu’entretiennent les Le Couteulx à Louveciennes et à La Malmaison, bientôt prolongée, durant la Révolution, par la participation à des clubs politiques assez modérés : le club de Valois, puis la Société de 1789 où se retrouvent de nombreux financiers22. L’ambition de ce réseau d’investisseurs est contrée par un groupe de négociants protestants havrais et rouennais, au nombre desquels figurent Massieu de Clerval, Chauvel et fils, la veuve Feray23, Achard frères, la veuve de Fontenay. En 1785, les Le Couteulx perdent le contrôle de la compagnie et se retirent avec leurs associés de son capital. L’année suivante, les dispositions de l’arrêt du conseil du 10 novembre 1786 accordent le privilège exclusif de la traite de la gomme, des Noirs, de l’or et de la cire à la Compagnie du Sénégal, depuis le cap Blanc jusqu’au Cap-Vert, au grand mécontentement des autres armateurs négriers havrais, auxquels se joignent les Le Couteulx.

  • 24 AN, MC, Et. XCVIII/651, 27 novembre 1783, vente par Le Couteulx Du Moley d’une propriété aux Antill (...)
  • 25 Je remercie Bernard Gainot de m’avoir aidé sur ce point. Les réseaux de l’hôtel de Massiac recoupen (...)

20La complexité des réseaux de l’intéressement à la traite rejoint la querelle autour d’une conception monopolistique de son économie : elle montre, de façon claire, l’implication directe d’un réseau haut-normand, dans les années 1780, pour lequel le commerce négrier demeure une priorité que l’on souhaite maintenir à l’écart du jeu de la libre concurrence, face à un groupe d’investisseurs parisiens, plus impliqué dans le commerce des matières premières manufacturières. Dans la structure des investissements les Le Couteulx n’écartent pas la propriété de biens où résident des esclaves : l’un des deux dirigeants parisiens, Jacques-Jean Le Couteulx Du Moley, participe, brièvement, à l’exploitation esclavagiste des déportés. Il acquiert en 1777, en Martinique, une habitation sucrière, paroisse du Lamentin, avec « bâtiments, maisons de nègres où demeurent des nègres tant grands que petits », revendue, en 1783, pour 185 000 livres24. Cela ne suffit pas, pourtant, à faire des Le Couteulx des esclavagistes ; il s’agit d’une part marginale de leurs activités, aucun dirigeant ne s’installe dans les îles et on ne les trouve guère, quelques années plus tard, engagés dans la société de l’hôtel de Massiac : les intérêts des investisseurs ne se confondent pas avec ceux des planteurs25.

21L’échec de la prise de contrôle de la compagnie explique la forte consolidation de l’implantation havraise des Le Couteulx et leur engagement significatif dans la traite à partir de cette date, à partir de leur réseau rouennais.

La création d’une société havraise en commandite : Ruellan et Cie

  • 26 Voir Édouard Delobette, Ces Messieurs du Havre..., op. cit., p. 640, n. 1726.

22La filiale havraise des Le Couteulx ne porte pas leur nom, ce qui signifie, concernant les pratiques familiales de direction, qu’aucun membre de la famille ne juge nécessaire de s’y installer. La gestion en est confiée à un homme de confiance, l’armateur négociant Jean-Laurent Ruellan, originaire de SaintMalo, qui engage des expéditions pour le compte de la société, à partir de 1784, et avec lequel elle cesse officiellement toute transaction, en janvier 178926. Les navires de fort tonnage sont armés, soit en droiture vers les Antilles ou les États-Unis pour le commerce du tabac, soit pour la traite négrière, à partir de 1785. Ils croisent alors, le plus souvent, en direction de la Guinée, plus rarement vers le Mozambique, et déportent les populations vers les Antilles françaises, surtout Saint-Domingue et La Havane. Ruellan travaille en association avec la maison de commerce havraise du négrier Miles Barber et utilise des navires au nom francisé, comme le Five Cousins, navire anglais d’origine, rebaptisé en 1786 par l’armateur, sans grande originalité, sous le nom de Cinq Cousins.

  • 27 Jean Mettas, Répertoire.,.,op. cit., p. 495.
  • 28 AN, MC, Et. XLVIII/686, 26 février 1791, achat par Ruellan d’une sucrerie au sud de Saint-Domingue (...)

23Une estimation de l’activité de Ruellan, pour le compte des Le Couteulx, sur la base de l’ouvrage de Jean Mettas est possible27. Entre 1785 et 1791, date du décès de Ruellan28, on recense, sous son nom, l’armement de 11 navires qui représentent 6,8 % du total des 145 armements négriers havrais répertoriés dans l’ouvrage, durant cette période, pour un total estimé à 2 500 personnes déportées environ. Sans être écrasant, le rôle joué par la société havraise en commandite n’est pas négligeable. Le Five Cousins qui comprend cinquante hommes d’équipage déporte, à lui seul, en 1785, 650 personnes originaires du Nord de l’Angola, depuis le port de Cabinda. Cette estimation soulève plusieurs questions : les navires sont-ils entièrement armés pour le compte des Le Couteulx, ou d’autres marchands sont-ils associés aux expéditions ? Dans quelle proportion l’objectif économique des Le Couteulx est-il la traite négrière, plutôt que le trafic des matières premières industrielles ? La composition des stocks des entrepôts rouennais nous éclaire un peu sur ce point et recoupe l’orientation donnée à la Compagnie du Sénégal, en 1784 : l’importation de gommes et de produits tinctoriaux est essentielle à l’activité manufacturière de la capitale normande.

L’intégration matrimoniale dans le réseau des maisons négrières du Havre

  • 29 Suspectés d’avoir encouragé une tentative espagnole pour sauver Louis XVI de l’exécution, tous les (...)
  • 30 AD Seine-Maritime, 3M 28, retranchement et addition à la liste des 600 plus gros imposés du départe (...)
  • 31 Il existe un contrat de mariage disparu des archives départementales, daté du 17 octobre 1791, chez (...)

24La forme la plus directe et la plus tardive de l’implication des Le Couteulx dans la traite relève de l’intégration par le mariage au monde négociant havrais durant la Révolution. La branche rouennaise se détache progressivement à cette époque de ses associés parisiens, durement touchés par la Terreur29 : après le départ de Jean-Barthélemy Le Couteulx de Canteleu pour Paris, à la veille de la Révolution, les Verclives demeurent la seule branche rouennaise de la famille. Antoine IV (1722-1810) a été maire de Rouen, entre 1774 et 1776, tandis que son fils Barthélemy-Pierre est membre de la chambre de commerce et du conseil général de la Seine-Inférieure. Il est également président du collège électoral de l’arrondissement de Rouen au début de l’Empire. Les Verclives comptent encore, à cette date, au nombre des familles les plus imposées du département30. La branche rouennaise de la société, dont Barthélemy-Pierre prend la direction à partir de 1790, se détache du capital parisien tardivement, en 1805, et recentre ses investissements sur les activités manufacturières, en particulier sur la fonderie de Romilly, ainsi que le textile. Privé des appuis financiers parisiens, le dernier dirigeant rouennais innove en matière de pratiques matrimoniales en choisissant de s’allier avec le milieu négrier havrais et la famille de négociants Foäche : Barthélemy-Pierre épouse Louise Foäche en 1791, solidement dotée de 300 000 livres31. Il s’agit d’une orientation significative en terme d’alliance, les Le Couteulx ayant pour habitude de toujours associer intérêts économiques et choix matrimoniaux sélectifs : au sommet de l’élite négociante rouennaise, les Le Couteulx n’avaient jusque-là contracté aucun mariage avec les familles du commerce maritime, même malouin.

25Cette alliance est donc à rapprocher du recentrage des activités de la branche rouennaise, dans les années qui précédent la Révolution, et constitue un basculement de la géographie des investissements : une fois encore, l’implication dans la traite est directement liée aux mutations de structures du capitalisme familial. Au final, l’implication des Le Couteulx dans le monde de la traite recouvre plusieurs dimensions qui l’intègrent dans la complexité des réseaux financiers de la fin de l’Ancien Régime. La variété des formes de l’investissement ne se comprend que dans la superposition des réseaux d’influence : de la sociabilité des milieux financiers parisiens, aux alliances matrimoniales, elle s’inscrit dans le processus de mobilité sociale du capitalisme familial et ne tarde pas, à ce titre, à trouver sa manifestation dans la sphère publique.

Figure no 8 – La stratégie croisée des Canteleu et Verclives.

26La lettre de Brissot dénonçant, en 1788, la forte implication des Le Couteulx dans l’économie négrière est fondée. S’ils n’interviennent que tardivement, ils le font à grande échelle et de manière convergente : ils participent, en ce sens, à l’apogée havrais du commerce négrier des années 1780, par une intégration capitalistique de la traite qui est assez nouvelle pour l’époque et qui met en lumière le rôle actif et parfois antagoniste des réseaux normands et parisiens, les Le Couteulx rouennais relevant successivement des deux. Mais la lettre de Brissot possède une autre vertu : celle de situer le débat abolitionniste dans les opérations spéculatives du capitalisme de la fin de l’Ancien Régime.

La longue querelle avec les fondateurs de la Société des amis des Noirs

27L’émergence, dans la sphère publique, d’un débat sur l’abolition de la traite, à la fin de l’Ancien Régime, est indissociable d’une réflexion sur les mécanismes de son capitalisme : au-delà de la forme des investissements et de la variété des pratiques économiques qui sont attachées à ce commerce, il se dessine, sur la toile de fond d’une vive polémique financière, une opposition forte entre les fondateurs de la Société des amis des Noirs et Le Couteulx et Cie. L’enjeu de la querelle est loin d’être une question morale : il relève de l’activité de groupes de pression dans le cadre d’un lobbying politique et spéculatif et souligne l’extrême plasticité des marchés, agités par des courants d’opinion qui n’ont rien à envier aux désordres de notre époque : en comprenant pourquoi les Le Couteulx sont visés nommément par les abolitionnistes, il s’agit de lire, autrement, la lettre de Brissot, afin de mieux cerner les enjeux qui entourent le commerce négrier.

Le point de départ : le débat autour de la création de la Caisse d’escompte en 1776

28Une querelle s’engage sur la finalité de l’institution : certains, comme le banquier suisse Isaac Panchaud, soutenu par Turgot, sont favorables à la création d’une banque commerciale et de crédit aux entreprises. Une autre conception, plus financière, défendue par Necker, est soutenue par la banque parisienne, dont les Le Couteulx sont alors des acteurs respectés. Panchaud se voit évincé, peu de temps après sa création, de la direction de la Caisse, par l’influence de Necker, dont les réseaux lui reprochent de présenter surtout les qualités d’un spéculateur sur les cours des effets publics : Jacques-Jean Le Couteulx Du Moley lui succède et en devient l’administrateur, en 1778. La rupture, consommée, prend le tour d’un lobbying actif, à caractère spéculatif. En 1784, Panchaud se rapproche de Théophile Cazenove et d’Étienne Clavière. Ce dernier a été pris, l’année précédente, dans le mouvement de panique qui a touché la Caisse d’escompte : spéculateur malheureux, il en cède les actions maladroitement, abandonnant, au passage, une part importante de sa fortune. Ensemble, ils entreprennent de spéculer à la baisse, à partir de 1784, sur les actions qu’ils dénoncent comme surévaluées et qu’ils rachètent à bas prix, avant que le gouvernement n’intervienne pour en remonter le cours. Pour agiter le marché, ils emploient des polémistes de talent, comme le publiciste Brissot, qui partagent une solide amitié avec Clavière ou Mirabeau qui passe, alors, pour un économiste de premier plan. Ce groupe présente la spéculation comme étant d’intérêt public et, à ce titre, choisit d’impliquer l’opinion par la publication de pamphlets et de lettres polémiques dénonçant certaines pratiques de la finance parisienne : la corruption, les intrigues politiques, les monopoles, ainsi que la collusion de certains ministres avec de puissants réseaux financiers. L’ambivalence de la démarche est complète et implique une pesée délicate d’un instrument de spéculation sur les intérêts publics, qui se couvre, dans la sphère publique, d’un discours sur la moralité du capital.

  • 32 Sur le projet politique de Clavière et de Brissot, voir l’article de Richard Whatmore et James Live (...)

29Les Le Couteulx en sont une cible privilégiée : ils incarnent la collusion entre le grand capital et les intérêts d’État, contraire au « commerce vertueux, nécessaire à l’harmonie sociale32 ». En janvier 1785, Mirabeau publie, avec Clavière et Brissot, De la Caisse d’escompte, qui plaide en faveur de la conception de Panchaud : une institution tournée vers le commerce, dotée d’un capital privé, mais encadrée par des lois. L’ouvrage inaugure une série d’attaques en règle contre les positions et les intérêts de la banque dynastique.

Le débat sur la banque Saint-Charles et la Compagnie des eaux de Paris, en 1785

  • 33 Honoré Gabriel Riquetti, comte de Mirabeau, De la banque d’Espagne dite de Saint-Charles, Genève, 1 (...)

30Les Le Couteulx disposent du monopole de l’importation de l’argent espagnol, sous forme de piastres, grâce à leur succursale de Cadix : ce trafic est au fondement de la pérennité de leur activité bancaire depuis un demi-siècle. Le ministre Calonne emploie le groupe de pression de Panchaud et Clavière pour dénoncer les fonds français investis à l’étranger, alors qu’il préconise l’achat de rentes viagères pour financer la dette. Brissot et Mirabeau se chargent de dénoncer la spéculation sur les actions espagnoles menée, en particulier, par la banque Le Couteulx et Cie, donnant lieu à une virulente polémique entre Mirabeau et le dirigeant parisien, Barthélemy-Jean-Louis Le Couteulx de La Noraye, autour de la publication de De la banque d’Espagne dite de Saint-Charles33. Le débat est suivi d’une réplique de Mirabeau : Lettre du comte de Mirabeau à M. Le Couteulx de La Noraye, dans laquelle le dirigeant parisien est qualifié sans ambages d’« ami de la banque, simple négociant, capitaliste commissionnaire, banquier, joueur, prêteur sur dépôt au service des joueurs ». Calonne intervient à la demande des Le Couteulx et fait interdire l’ouvrage de Mirabeau sur la banque Saint-Charles, mais obtient des banquiers une implication significative dans le placement des rentes d’État.

  • 34 Une vague de publications accompagne cette polémique. Parmi ces écrits : Honoré Gabriel Riquetti, c (...)

31De la même manière, les Le Couteulx, en association avec le banquier parisien Louis Pourrat, sont attaqués, lors de la tentative de prise de contrôle de la Compagnie des eaux de Paris, entre 1785 et 1788. Panchaud qui figure parmi les premiers actionnaires de la Compagnie tente, par la plume de Mirabeau, de dénoncer les pratiques spéculatives des associés et entame une polémique avec Caron de Beaumarchais34. Durant la Révolution, l’opposition entre les deux groupes d’influence se cristallise, encore, sur la question de l’émission des assignats et de la réforme fiscale : Jean-Barthélemy Le Couteulx de Canteleu est un intervenant fréquent sur ces deux points devant l’Assemblée.

  • 35 Richard Whatmore et James Livesey, « Étienne Clavière, Jacques-Pierre Brissot... », art. cité, p. 2 (...)

32L’implication des Le Couteulx dans la traite s’intégre dans le long débat sur la pertinence de l’économie monopolistique et dans celui, plus large, des relations entre la finance et l’État. La naissance du débat concernant l’abolition ne peut être confondue avec une simple querelle de publicistes, mais s’inscrit dans l’affrontement de conceptions économiques divergentes qui caractérisent les dernières années de l’Ancien Régime. La lettre adressée par Brissot au comité anglais des Amis des Noirs, en 1788, se tient à l’équilibre entre des intérêts financiers réels et la dénonciation de certaines pratiques capitalistes. À ce titre, elle doit être prise avec une certaine prudence : situé dans la perspective des agitations spéculatives, le débat sur l’abolition se lit comme une dénonciation d’un capitalisme immoral adossé à l’intérêt public (même si Panchaud a investi près de 8 millions de livres dans les plantations sucrières de Saint-Domingue, entre 1771 et 1775). Elle relativise, sans le nier, le caractère philanthropique de la démarche, mais préfigure aussi un projet politique qui sera celui des girondins durant la Révolution pour qui une économie morale repose sur la liberté civile et la stabilité sociale35. Cette lettre est une pièce contributive indéniable à une polémique financière violente qui trouve ses prolongements jusque dans la Révolution et le dernier étage de la compréhension de l’implication rouennaise des Le Couteulx dans le commerce de traite, dans la pluralité de ses dimensions.

  • 36 La crise atteint son paroxysme après le traité de libre-échange franco-anglais (1786), soit durant (...)

33Le négoce rouennais, dans ses réseaux, a ainsi, certainement, contribué, dans une proportion qui reste à définir, à l’apogée négrier havrais des années 1780. Il accompagne l’affirmation des grandes maisons négrières havraises dans les années qui suivent la guerre de Sept Ans (1756-1763). Il participe au passage du commerce de traite vers le capitalisme négrier dans les dernières années de l’Ancien Régime, et c’est, sans doute, à ce niveau que se comprend le mieux l’intéressement rouennais. Sa présence, qui fut en outre accentuée par les effets de la crise de l’industrie textile à partir des années 178036, s’inscrit dans le cadre de la relation de structure entre la mobilisation du capital et les formes de son intéressement : l’évolution des modes de transmission au sein du capitalisme familial, la forte orientation financière de la branche parisienne de la société en sont les premiers moteurs. L’investissement négrier changeant d’échelle dans les années 1780, il requiert des fortunes solides et, à défaut, la formation de consortiums d’investisseurs capables de mobiliser plusieurs millions de livres dans la prise de contrôle de grandes sociétés de commerce. La traite intégrant, alors, une chaîne capitalistique qui va du financement de l’armement à l’exploitation manufacturière des matières premières issues de son commerce, elle opposait des réseaux d’intérêts concurrents dont l’étendue dépasse largement le cadre de l’économie portuaire maritime et souligne, à la fois, l’ampleur et la forte plasticité de la géographie de l’investissement : la position rouenno-parisienne des Le Couteulx est, à ce titre, éloquente. Le propre d’une géographie de la spéculation étant l’adaptation aux circonstances, elle invite à une réflexion articulée, au moins, à l’échelle de la vallée de la Seine et, concernant la superposition des réseaux, à une meilleure compréhension de leur mode de formation, de leur compatibilité, voire des modes d’affrontement autour du contrôle de la traite. Enfin, une meilleure lecture du capitalisme négrier donne toute sa mesure à la formation d’un discours, dans la sphère publique, sur l’abolition et irrigue la compréhension que l’on peut avoir des mécanismes de production de l’opinion publique, à la veille et durant les premières années de la Révolution.

Figure no 9 – Maison de l’armateur : seul vestige dans le bâti urbain de l’histoire de la traite havraise, la Maison de l’armateur, propriété de l’armateur négrier Martin-Pierre Foäche, symbolise aussi les liens entre les intérêts négriers havrais et la famille Le Couteulx. Louise Foäche (1773-185o), sa fille et la sœur des grands armateurs négriers Martin et Stanislas Foäche, est en effet l’épouse de Barthélemy-Pierre Le Couteulx de Verclives (1768-1805).

Notes

1 Brissot au sujet des Le Couteulx Du Moley, cité dans Geneviève Daridan, Messieurs Le Couteulx et Cie, banquiers à Paris, Paris, Éditions Loysel, 1994, p. 126.

2 Il s’agit d’un quartier actif d’implantation du négoce rouennais, dans une zone comprise entre la cathédrale et la rue du Gros-Horloge, au nord, et la Seine, sur sa rive droite, au sud. Voir l’inventaire après décès du négociant rouennais Barthélemy-Pierre Le Couteulx, au 80 de la rue aux Ours (AD Seine-Maritime, 2E2/148, 19 septembre 1805).

3 Voir Pierre Dardel, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au XVIIIe siècle, Paris, Sevpen, 1963, et la thèse d’Édouard Delobette, Ces Messieurs du Havre. Négociants, commissionnaires et armateurs de 1680 à 1830, histoire, thèse de doctorat de l’université de Caen, 2005, 8 vol.

4 Sur les profits réels de la traite et les difficultés à les évaluer, voir Guillaume Daudin, Commerce et prospérité : la France au XVIIIe siècle, Paris, PUPS, 2005, p. 246-247.

5 Marcel Dorigny, Bernard Gainot, La Société des amis des Noirs, Paris, UNESCO, 1998, p. 108.

6 Voir Édouard Delobette, Ces Messieurs du Havre..op. cit., p. 688.

7 D’autres familles négociantes rouennaises se sont engagées plus précocement dans la traite comme la veuve Planterose, Jean Le Boucher, Claude Louis Jore, Lemesle & Isambert.

8 Voir l’importante monographie les concernant de Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme dans la France moderne, la dynastie des Le Couteulx, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, et la thèse récemment soutenue par l’auteur sur l’univers matériel, la mobilité sociale et l’identité bourgeoise de la famille sous la direction de Michel Biard à l’université de Rouen.

9 André Lespagnol, Ces Messieurs de Saint-Malo, une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 552 et 641. L’auteur ne recense que quatre navires armés par la capitale normande entre 1701 et 1706, représentant un total de 880 tonneaux pour la mer du Sud, dont La Fidèle, prise à Arica en 1717 avec 480 000 piastres à bord.

10 AD Seine-Maritime, 2E2/148, 11 vendémiaire an XIV (3 octobre 1805), Inventaire après décès de Barthélemy-Pierre Le Couteulx de Verclives.

11 Voir Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme..., op. cit., p. 99, et Édouard Delobette, Ces Messieurs du Havre..., op. cit., p. 374. En l’absence de livres de comptes, le niveau d’implication des Le Couteulx dans la traite malouine reste difficile à chiffrer.

12 Voir Herbert Lüthy, « Necker et la Compagnie des Indes », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, no 5, 1960, p. 854, et Marcel Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, A. Picard, 1923, p. 36, art. « Banque ». Plus tard, les associés de Thellusson, Necker & Cie disposent chacun, en 1768, d’une participation comprise entre 5 et 6 millions de livres, soit un capital total de 12 millions de livres.

13 Jacques-Jean Le Couteulx Du Moley en devient l’un des administrateurs à partir de 1778.

14 AD Seine-Maritime, 3 B 354, 23 février 1756, Lettres d’anoblissement de Jean-Étienne et Barthélemy Ier Le Couteulx ; 3 BP 6 f° 274, 13 août 1764, lettres d’anoblissement de Jean-Baptiste-Étienne et de François-Léonord-Étienne-Benoît Le Couteulx.

15 La Rue et Cie dépose son bilan en juin 1742, en partie, selon Henri Hauser, à cause du défaut de paiement de plusieurs armateurs. Les Le Couteulx ne sont pas sans connaître la situation de leur concurrent puisqu’ils sont mentionnés dans l’état général de dettes actives du bilan financier et comparaissent devant le syndic de faillite pour le compte d’un créancier bordelais nommé Aron. Voir Henri Hauser, « Une source de l’histoire du commerce et des banques : le fonds des faillites », Annales d’histoire économique et sociale, vol. III, no 12,1931, p. 542-550. Il n’y a guère d’armement en traite négrière au Havre entre 1739 et 1742 relevé par Jean Mettas, Répertoire des expéditions négrières françaises au XVIIIe siècle : ports autres que Nantes, édité par S. et M. Daget, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer, 1984, t. II, p. 410.

16 Sur les divergences opposant les dirigeants parisiens, voir les Mémoires de Jean-Conrad Hottinguer, premier commis chez Le Couteulx et Cie, dans les années 1780, place Vendôme. Max Gérard, Messieurs Hottinguer, banquiers à Paris, Paris, Draeger Frères, 1968, p. 99-100.

17 AD Seine-Maritime, 2E 2/110, 6 juin 1775, contrat de mariage entre Jean-Barthélemy Le Couteulx de Canteleu et Anne Le Couteulx de Verclives.

18 Sur les dots des épouses des députés de 1789, voir Timothy. Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997, annexes p. 291-292. L’auteur s’appuie sur les tables alphabétiques du contrôle des actes déposés dans les archives départementales.

19 Voir AN, MC, Et. XCVIII/540, 17 janvier 1766, liquidation et partage des biens de J.-J.-V. Le Couteulx de La Noraye.

20 Le consortium comprend principalement des banquiers comme les Le Couteulx ou Pache frères, des brasseurs d’affaires, comme Baudard de Saint-James ou Mégret de Sérilly, un financier des États de Bretagne, Nicolas Toussaint Olive. Barthélemy-Jean-Louis désire à lui seul, pour le compte de la société familiale, acquérir 300 actions.

21 Sur cette célèbre loge ouverte aux milieux d’affaires parisiens, voir l’article de Pierre-François Pinaud dans Éric Saunier (dir.), Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Paris, Hachette, « La Pochothèque », 2008, p. 27-28.

22 Augustin Challamel, Les Clubs contre-révolutionnaires, cercles, comités, sociétés, salons, réunions, cafés, restaurants et librairies, Paris, Quentin, 1895, p. 317 et 393.

23 Voir Érick Noël, « Les Féray de la traite aux barons d’Empire », Cahiers du Centre havrais de recherche historique, no 54,1995, p. 91-122 ; no 55,1996, p. 145-168.

24 AN, MC, Et. XCVIII/651, 27 novembre 1783, vente par Le Couteulx Du Moley d’une propriété aux Antilles.

25 Je remercie Bernard Gainot de m’avoir aidé sur ce point. Les réseaux de l’hôtel de Massiac recoupent assez peu ceux de la Société de 1789 par exemple : 10 membres sur un effectif total de 403.

26 Voir Édouard Delobette, Ces Messieurs du Havre..., op. cit., p. 640, n. 1726.

27 Jean Mettas, Répertoire.,.,op. cit., p. 495.

28 AN, MC, Et. XLVIII/686, 26 février 1791, achat par Ruellan d’une sucrerie au sud de Saint-Domingue avec « 309 têtes de nègres, négresses, négrillons et négrites », moyennant la somme de 500 000 livres.

29 Suspectés d’avoir encouragé une tentative espagnole pour sauver Louis XVI de l’exécution, tous les dirigeants parisiens sont placés sous surveillance et des scellés sont apposés sur le siège social de la place Vendôme. Le Comité de sûreté générale charge Ducange de l’arrestation, le 9 frimaire an II (29 novembre 1793), pour intelligence avec les ennemis de la République, de Jacques-Jean Du Moley, Barthélemy-Jean-Louis, Laurent-Vincent de La Noraye, ainsi que de celle de Jean-Barthélemy de Canteleu. Ils sont enfermés à la Conciergerie où ils sont détenus pendant plusieurs mois dans des conditions difficiles en l’attente de leur procès par le tribunal révolutionnaire. Ils échappent de peu à une exécution certaine, mais les affaires de la branche parisienne en sont définitivement fragilisées.

30 AD Seine-Maritime, 3M 28, retranchement et addition à la liste des 600 plus gros imposés du département dressée à l’attention du ministre des Finances pour l’année 1806.

31 Il existe un contrat de mariage disparu des archives départementales, daté du 17 octobre 1791, chez le notaire Dorey.

32 Sur le projet politique de Clavière et de Brissot, voir l’article de Richard Whatmore et James Livesey, « Étienne Clavière, Jacques-Pierre Brissot et les fondations intellectuelles de la politique des girondins », Annales historiques de la Révolution française, no 321, juillet-septembre 2000, p. 1-26.

33 Honoré Gabriel Riquetti, comte de Mirabeau, De la banque d’Espagne dite de Saint-Charles, Genève, 1785. L’ouvrage porte la signature de Mirabeau, mais est entièrement de la main de Clavière et Brissot, voir Jacques-Pierre Brissot, Mémoires, 1754-1793, publié avec études critiques et notes, 2 vol., 1911, C. Perroud, vol. 2, p. 348.

34 Une vague de publications accompagne cette polémique. Parmi ces écrits : Honoré Gabriel Riquetti, comte de Mirabeau, Sur les actions de la Compagnie des eaux, Londres, 1785, suivi de la réponse de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Réponse à l’ouvrage qui a pour titre « Sur les actions de la Compagnie des eaux de Paris », parM. le comte de Mirabeau, Paris, P. D. Pierres, 1785.

35 Richard Whatmore et James Livesey, « Étienne Clavière, Jacques-Pierre Brissot... », art. cité, p. 26.

36 La crise atteint son paroxysme après le traité de libre-échange franco-anglais (1786), soit durant les toutes dernières années de l’Ancien Régime qui correspondent au pic de la traite havraise (1787-1788).

Table des illustrations

Légende Figure no 6 - La société Le Couteulx et Cie dans les années 1780.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure no 7 – Mutation des formes de transmission du capital familial, de la dynastie aux lignages.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6247/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure no 8 – La stratégie croisée des Canteleu et Verclives.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6247/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure no 9 – Maison de l’armateur : seul vestige dans le bâti urbain de l’histoire de la traite havraise, la Maison de l’armateur, propriété de l’armateur négrier Martin-Pierre Foäche, symbolise aussi les liens entre les intérêts négriers havrais et la famille Le Couteulx. Louise Foäche (1773-185o), sa fille et la sœur des grands armateurs négriers Martin et Stanislas Foäche, est en effet l’épouse de Barthélemy-Pierre Le Couteulx de Verclives (1768-1805).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6247/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

Auteur

Historien, professeur agrégé d’histoire au lycée de la Côte-d’Albâtre, auteur d’une thèse d’histoire sous la direction de Michel Biard à l’université de Rouen (GRHIS) intitulée : L’univers matériel de l’ascension sociale : structure et forme de mobilité. Le cas Le Couteulx, XVIIe-XIXe siècle (octobre 2011). Il est l’auteur de : « L’univers matériel et la construction de l’identité bourgeoise : le cas Le Couteulx », AHRF, no 362, octobre-décembre 2010, p. 3-31.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540