Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

 | 
Éric Saunier

Première partie. Présence de l'esclavage, du port de traite transatlantique au monde indien (xviiie-xxie siècle)

Chapitre 2. Présence noire au Havre sous l’Ancien Régime : première approche à partir des apports des sources locales

Sylvie Barot

Texte intégral

  • 1 AM Le Havre, K 43, Programme de la plantation d’un nouvel arbre de la liberté, 30 brumaire an II.
  • 2 AM Le Havre, K 45, Relation de la fête de l’affranchissement des hommes de couleur, 20 ventôse an I (...)

« Le noir africain qui ne diffère que par la couleur marchera à côté du blanc européen1. »
« Là [sur la place] était une troupe de citoyens et de citoyennes de couleur rassemblés... La déesse [de la liberté] a tendu les bras à nos frères de couleur2. »

  • 3 On pense notamment aux travaux pionniers de Léo Élisabeth en 1955 et de Marcel Koufinkana en 1989 ( (...)
  • 4 Érick Noël, Être Noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2008 ; Pierre Boulle, Race et (...)
  • 5 Éric Saunier, « Le Havre, port négrier : de la défense de l’esclavage à l’oubli », Les ports et la (...)

1Si, selon Pap Ndiaye, l’histoire des populations noires en France à l’époque moderne a longtemps constitué « un angle mort de la recherche, à quelques notables exceptions près3 », il n’en va plus de même depuis quelques années. Grâce notamment aux travaux d’Érick Noël et de Pierre Boulle4, au-delà des biographies d’hommes fameux, esquissées par l’abbé Grégoire dès 1808 dans De la littérature des Nègres, un portrait collectif et des trajectoires individuelles commencent en effet à se dessiner à Paris mais aussi dans les ports qui furent les plus impliqués dans le commerce triangulaire. Au Havre, devenu le deuxième port de traite français à la veille de la Révolution, l’existence de cette population constitue une véritable révélation, car, comme l’a souligné Éric Saunier5, la place et le rôle du Havre, dans le tableau historique et mémoriel de la traite et de l’esclavage français, présentent la particularité de se réduire à un quasisilence vertigineux tant au niveau local que sur un plan éditorial et médiatique plus large.

  • 6 Édouard Delobette, Ces Messieurs du Havre. Négociants, commissionnaires et armateurs de 1680 à 1830 (...)
  • 7 S’agissant du nombre d’expéditions, qui est le critère permettant de classer l’importance de chaque (...)
  • 8 Concernant les travaux récents réalisés au sein de l’université du Havre, voir Éric Saunier, « Le H (...)
  • 9 Il s’agit de la correspondance échangée par le ministre de la Marine et son intendant ou son commis (...)
  • 10 John Barzman et Éric Saunier, Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (XVIe-XXIe siècle), Roue (...)

2La thèse d’Édouard Delobette6 a certes mis en lumière le contexte économique précis de la traite havraise, confirmant au passage, eu égard à la nécessité de lui adjoindre les expéditions parties de Honfleur, le deuxième rang occupé par la traite en Basse-Seine au XVIIIe siècle, loin derrière Nantes7. Nombre de travaux récents conduits au sein de l’université du Havre8 commencent également à mettre en lumière l’influence de la traite dans la société havraise. Mais l’invisibilité des gens de couleur persiste, malgré le constat croissant de la richesse inexploitée de sources variées recouvrant aujourd’hui, outre les actes paroissiaux, la correspondance de la Marine déposée par l’État9, des sources valorisées dans le cadre de la collecte commencée à l’occasion de l’édition de l’ouvrage sur l’histoire des migrations au Havre en 200510 et maintenant les registres d’armement et de désarmement dont un jeu de microfilms a été acquis par les archives municipales dès leur confection par les mormons en 1987.

  • 11 Érick Noël (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, vol. I, Paris et son ba (...)
  • 12 Les originaux sont conservés aux archives départementales de Seine-Maritime dans la soussérie 6P6 d (...)
  • 13 Pour les références archivistiques précises, nous renvoyons aux cotes indiquées dans Érick Noël (di (...)
  • 14 Le dictionnaire englobe exactement 908 notices havraises parmi les 1 038 notices normandes. À titre (...)
  • 15 Pour se limiter aux manques principaux, on soulignera qu’échappent à la recension les passagers de (...)
  • 16 Leur identité présente l’intérêt de confirmer les liens coloniaux de certaines dynasties bourgeoise (...)
  • 17 Parmi les archives privées de négociants havrais, de rares notations peuvent être repérées dans Mau (...)
  • 18 Voir le commentaire de la fig 5.

3Dans un tel contexte, le travail engagé en 2009 pour la publication d’un dictionnaire biographique des gens de couleur dans la France moderne11, en accélérant le dépouillement de sources, présente l’intérêt de permettre de restituer pour la première fois les contours humains de cette migration forcée, à laquelle nous nous sommes intéressée d’abord pour l’accueil des classes de collège, puis pour une recherche engagée lors de la préparation du bicentenaire de 1789, à travers la lecture des deux textes que nous avons mis en exergue de notre communication. Parmi les archives dépouillées dans le cadre de cette enquête récente, ce sont les archives maritimes, plus particulièrement les registres d’armement et de désarmement des navires12 (1749-1793), qui constituent, en raison du nombre d’informations qu’elles contiennent, la source la plus intéressante. Enrichie des apports de recherches antérieures dans les fonds havrais et des recherches conduites par Érick Noël, à Paris, dans les archives portuaires et à Aix, dans les fonds coloniaux13, l’exploitation collective de ces archives a permis d’établir 900 notices individuelles14, dont l’analyse ouvre la perspective de commencer à tracer les contours sociologiques de la population des gens de couleur arrivés au Havre à l’époque moderne, en raison de l’implication de cette ville dans le commerce antillais. Ce chiffre, qui demanderait à être majoré compte tenu des individus qui ont échappé aux traces écrites15, ou dont celles-ci ne sont pas encore apparues, pourra sembler modeste. Rapporté aux 92 000 à 95 000 captifs déportés par des négriers havrais, le corpus équivaut cependant, en proportion mais sans adéquation précise de l’ensemble des personnes concernées, à un esclave sur cent qui aurait échappé, au moins provisoirement, à l’enfer des plantations, ou qui aurait simplement été retiré des colonies antillaises. En l’état, il permet, en raison de la richesse des fiches (la provenance, la destination, le statut, l’âge, le sexe, l’activité, les profils socioculturels et économiques des maîtres16 sont précisés et autorisent d’espérer pouvoir retracer des itinéraires de vie), une caractérisation de ce mouvement migratoire, qui contribuera à combler les lacunes liées, outre au faible intérêt des historiens, à l’absence de mention de ces habitants et de ces passagers en transit dans les mémoires et récits d’époque17 et à la rareté de leurs représentations18.

4C’est ainsi le premier portrait de cette population que nous proposons avec cette contribution, qui nécessite cependant au préalable d’évoquer les problèmes méthodologiques liés à l’exploitation de sources variées.

L’approche des gens de couleur au Havre à l’époque moderne : les problèmes méthodologiques

5Nous disposons actuellement de 908 notices individuelles, dont près de 700 correspondent aux seuls voyageurs recensés dans le cadre de l’exploitation des bateaux désarmés revenus en droiture des Antilles, ou à l’issue d’un voyage triangulaire. La plupart de ces notices ne comportent qu’une seule occurrence, mais 58 en contiennent de 2 à 14 – elles concernent les habitants les plus stables en général – grâce au croisement de l’ensemble des sources explorées. Toutefois, malgré l’utilité de la démarche, la constitution des notices présente des difficultés dues, en premier lieu, à l’absence d’homogénéité chronologique des séries utilisées. Ainsi, alors que les actes paroissiaux les plus anciens datent du dernier quart du XVIe siècle, les rôles de désarmement conservés, et donc les listes de passagers, commencent seulement en 1749. Quelques approximations sont aussi liées à la consultation des rôles sous forme de microfilms, à partir de prises de vue effectuées dans un relatif désordre, présentant des passagers inscrits sur des feuilles volantes, parfois difficiles à rattacher à un voyage et à une destination précis.

  • 19 Parmi les jeunes simplement qualifiés de « nègres », se trouvent deux domestiques d’un capitaine de (...)

6Outre ces facteurs d’incertitude, des obstacles tiennent aux catégorisations incertaines concernant le statut personnel légal des personnes retrouvées. Ainsi, dans les actes de catholicité, dont l’exploitation permet de souligner l’ancienneté de la traite havraise19, règne le plus grand flou ; hormis un « vendu par d’autres nègres » (dans la paroisse de Graville en 1674) et un « esclave » (dans celle d’Ingouville en 1723), les Noirs sont toujours dits « amenés par », « appartenant à ». Or, ces mentions peuvent concerner aussi bien le maître au service duquel ils sont attachés, à titre servile ou non, que celui chez qui ils demeurent. Ces euphémismes peuvent traduire aussi le trouble ressenti par l’Église au regard de l’esclavage réel sur le sol français, l’indifférence au sort temporel des captifs ou l’hypocrisie partagée avec des maîtres désireux de contourner la réglementation. En revanche, dans les sources maritimes, les listes de passagers comportent souvent les mentions « esclave » ou « libre », suivant la logique des contrôles à l’embarquement.

7Bien des incertitudes sont également liées au fait que les hommes chargés de l’enregistrement de cette population disposaient d’une perception inégale des couleurs de peau. Ainsi, dans les registres paroissiaux, baptisés et inhumés sont tous qualifiés de nègres par les prêtres, et quand, fait exceptionnel, une mariée est affublée de la mention de « Cabresse » à l’église Saint-François en 1754, l’officiant ne paraît pas percevoir le sens de ce surnom. À l’inverse, les officiers de plume de la Marine utilisent le vocabulaire racialisant inspiré des colons. On trouve ainsi des Mulâtres en nombre, quelques Mestive/Mestif/Métis, des Quarterons et Griffes. Noir n’est en revanche employé qu’une seule fois en 1722, de même que « de couleur » en 1635, puis en 1794, après la première abolition.

  • 20 Édouard Delobette, « La traite négrière dans la croissance atlantique havraise du XVIIIe siècle », (...)

8Au-delà de la seule terminologie, certaines désignations prennent en défaut la logique tatillonne du contrôle aux frontières : ainsi comment avaient été introduits au Havre – en pleine interdiction d’entrée du territoire, même en transit – les dix « Nègres » anonymes, six hommes et quatre femmes, embarqués en 1785 sur L’Astrée à destination de l’habitation Foäche de Jérémie ? Sur ce point, la piste anglaise soulevée par Édouard Delobette20 pourrait fournir un début d’explication. Néanmoins, le constat pose problème.

9On doit aussi prendre en compte notre étonnement face à l’exploitation des allées et venues en droiture avec les îles des passagers transitant par Le Havre ou y séjournant. Le tri par direction concernant 588 notices chronologiques (hors navigants professionnels) produit en effet un résultat d’apparence paradoxale : il y a 117 arrivées au Havre pour 471 départs, de 1749 à 1791. Marge d’erreur considérée, un tel déséquilibre dans les flux migratoires doit nous interroger.

10Si Le Havre assure le rôle de porte de sortie et de renvoi à l’issue de séjours à Paris, dans un grand quart nord-ouest du pays et au-delà (Nancy...), où auraient débarqué la majorité des Noirs concernés ? L’administration de la Marine, coloniale et dans le port du Havre, fermait-elle souvent les yeux quand des esclaves domestiques étaient introduits par des propriétaires détenteurs de pouvoirs économiques, sociaux et politiques importants ? On note en effet un grand nombre d’allées et venues avec les habitations de colons, tels Foàche, Begouën, Dubuc, Morogeau, La Pagerie, ou entre les différents lieux de résidence d’officiers royaux supérieurs, civils et militaires (d’Estaing et de très nombreux autres) et de la noblesse de cour (La Rochefoucauld, Liancourt, Choiseul...)

11Toujours est-il que les arrivées enregistrent deux pics modestes, en 1752 (24) et en 1776 (21), avant de disparaître à partir de 1779. Le sous-enregistrement semble confirmé par de nombreux indices. Ainsi des baptêmes ou décès ne correspondent à aucune entrée apparente. Mieux, sur les 16 déclarations « obligatoires » des gens de couleur vivant au Havre recueillies en 1777, où figurent port et date précis de débarquement, noms du capitaine et du navire, seules trois correspondent à des passagers décelés à l’arrivée (et sept résidents n’ont laissé aucune autre trace de vie ici) ; en outre, une bonne vingtaine d’habitants permanents du Havre sont omis du tableau dressé, des marins en mer, des enfants nés au Havre, des installés de longue date et des jeunes fraîchement débarqués.

12Les départs, plus nombreux et plus réguliers, présentent une évolution moins surprenante. Ils augmentent en effet en 1763 après la lettre du ministre Choiseul qui donne la première impulsion à la politique d’arrêt de cette migration. De 41 sorties en 1763-1764 – qui doivent autant au traité de Paris et à la liberté de navigation retrouvée – on passe à 92 sorties de 1765 à 1770, puis à 104 de 1771 à 1776 et 27 en 1777 avant la déclaration du 9 août. Elles ne sont en revanche que 14 pendant les années de la guerre d’Amérique qui en diffère les effets. La déclaration de 1777 prend en effet pleinement son application à l’issue du traité de Versailles puisque 166 départs sont enregistrés entre 1783 et 1787.

  • 21 AM Le Havre, fonds de la Marine, HH 3-45.

13Cependant, les retours forcés aux îles, pratiqués en conséquence des durcissements répressifs de 1763 et 1777, figurent rarement comme tels sur les rôles d’embarquement. Ceux-ci sont surtout explicités par la correspondance de la Marine, sous le timbre police des Noirs ou Colonies. À ce sujet, signalons qu’au Havre, la prison de l’arsenal servit de dépôt des Noirs dès le début des années 1760. Dans un rapport de 1784, le procureur de l’amirauté Le Prevost-Tournion en déplore le surpeuplement et regrette la proximité induite des Noirs des deux sexes avec les prisonniers militaires, sans trouver une solution de rechange. Bien que plus spacieuses, les prisons de la ville ne sont pas retenues et l’hôpital, trop cher (30 sols par jour aux frais de la Marine, ou du maître, au lieu des 15 sols, tarif officiel à l’arsenal – mais la viande chère au Havre justifierait la différence), n’était pas assez surveillé, de surcroît21.

14Enfin, les recherches biographiques ne sont pas facilitées par l’absence officielle de patronymes – violente négation de toute filiation, qu’il s’agissait de rompre – couplée aux fluctuations des éléments d’identification individuelle (noms africains et de baptême et surnoms évolutifs).

15Ainsi notre recension comprend-elle des lacunes évidentes. Si celles-ci invitent à recourir à l’exploitation d’autres sources, ce premier fichier permet cependant de souligner nombre d’aspects concernant cette population oubliée qui passa ou s’installa plus durablement au Havre durant les premiers siècles de l’histoire de cette ville.

Figure no 4 – Les registres paroissiaux du Havre, notamment ceux de la paroisse Notre-Dame où se concentre l’élite du négoce, permettent de voir la présence croissante de la population noire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Parmi les témoins de ce baptême qui se déroule en 1788 figure Gerson Homberg qui, avec ses frères, est le chef de file de l’une des plus importantes maisons négrières havraises.

Esquisse d’un portrait collectif : origine géographique et comportements familiaux

16Le premier élément de connaissance intéressant touche l’origine géographique de cette migration. Un tiers de l’ensemble du corpus possède en effet un lieu d’origine précisé ou rattaché à une région côtière d’embarquement, soit 323 individus.

17Cette population se répartit de la manière suivante :

18Océan indien : 6 individus dont deux de Pondichéry (en 1764 et en 1774), un pour les Indes orientales (en 1728), un de la côte de Coromandel (en 1732) ; une « négresse » du Bengale en 1777 et un de Madagascar en 1777.

19Continent américain : 8 individus. Ce sont trois petits garçons du Brésil en 1582 et 1605, deux « sauvages » en 1607 et 1622, un Indien d’Amérique en 1641, un Canadien venant de Saint-Domingue mais issu du Grand Dérangement en 1766 et une jeune fille du Mississipi en 1777.

20Espace caraïbe situé hors colonies françaises : 20 individus, dont six viennent de la Grenade, trois de la Barbade, deux de Dominique, autant de Tobago, et d’îles espagnoles non précisées, deux aussi ; un de Jamaïque, un de Sainte-Lucie et un de Cuba.

21Antilles françaises : 111. Ils sont répartis de la manière suivante : 46 de Martinique, 45 de Saint-Domingue et 20 de Guadeloupe. Presque tous, sauf 12, sont des passagers relevés à partir de 1749.

22Les déportés des côtes africaines : 194, avec les incertitudes de localisation de rigueur et du Nord au Sud. Ils sont géographiquement répartis ainsi :

  • Sénégambie : 35 (essentiellement issus de la traite des compagnies des Indes ou du Sénégal, de 1670 à 1730 puis en 1788) ;

  • Côte d’Or (Ghana actuel) : 12 ;

  • Juda (Ouidah au Bénin actuel) : 4 ;

  • golfe de Guinée ou côte des Esclaves (Togo, Bénin, Nigeria) : 20 ;

  • Gabon : 2 ;

  • Congo : 54, dont Malimbe 5, Mayombe 1 et Louangue 1 ;

  • côte d’Angole dont Loande : 34 ;

  • côte d’Afrique ou « maure » sans précision : 28 ;

  • un « enfant de couleur originaire d’Éthiopie », en 1635.

23Ce dernier groupe, qui constitue à lui seul plus de la moitié de la population dont l’aire géographique d’origine est connue, présente un intérêt particulier. Il permet en effet – et on mesure ici l’apport que représente ce croisement de sources –, après l’élaboration d’une cartographie des sites d’achat, de progresser dans la connaissance des lieux de la traite havraise sur le continent africain et des liens commerciaux alors tissés. Il confirme en particulier le développement tardif de la traite havraise à travers la fréquentation dominante de parages de plus en plus éloignés du Sénégal.

  • 22 Mafougue ou mafouk qualifie aussi, sur la côte d’Angole, un capitaine ou dignitaire traitant pour s (...)

24Dans cette même perspective, les surnoms donnés à ces hommes offrent un enseignement complémentaire. On trouve en effet des précisions comme Zaïre, Malami (marabout musulman en arabe), Mafouga22 (rivière du Gabon dont les négriers français fréquentaient l’estuaire), Zaou (Congo), Baffo (toponyme et ethnie du Congo), Boulou (peuple congolais), Bougoman (ethnie du Gabon) et Yero – inhumé aussitôt que baptisé en 1718, traité à Galam, Nord-Est du Sénégal, par la Compagnie des Indes, et dont le nom signifie quatrième fils dans les familles peules, en halpoular. Des précisions ethniques sont parfois fournies : Sosos ou Soussous (ethnie et langue, de la Casamance à la Sierra Leone mais surtout Guinée Conakry actuelle), Fons et Mines (Bénin et Togo), Sérères (Sénégal), Aradas et Ibos (Nigeria). Des lieux de traite tels Anamabou (fort anglais, Côte d’Or ou Nigeria actuel), le royaume côtier de Sestre (Sud du Sierra Leone), ou le cap Vert (site de Dakar), sont cités.

25L’exploitation des actes paroissiaux, surtout, permet donc non seulement d’approcher la démographie de cette population et sa présence progressive au Havre, mais aussi de cerner les contacts avec les sociétés courtières des côtes africaines et les royaumes négriers de l’intérieur qui découlèrent du commerce triangulaire.

  • 23 Existe-t-il une meilleure explication des âges estimés que celle-ci ? De 1783 à 1790, le capitaine (...)

26Parmi les 181 actes relevés, on remarque, sans surprise, que très peu se rapportent à des jeunes filles et une douzaine seulement à des petits garçons de moins de 10 ans. Le plus jeune, âgé de 3 ans, en 1693, provient d’un navire anglais capturé par un corsaire. La plupart des arrivants sont des adolescents et jeunes hommes d’environ 10 à 20 ans23 déportés d’Afrique et arrivés après une escale parfois longue aux Antilles, le temps que durait la vente des cargaisons humaines, une vingtaine seulement des naissances ayant lieu au Havre. La place croissante occupée par la traite au Havre émerge dans la courbe des actes retrouvés : une vingtaine d’actes sont antérieurs à 1700, 56 concernent la période de 1700 à 1749 et 102 celle allant de 1750 à 1792. En dépit de cette croissance, leur présence reste faible. Outre les baptêmes, on ne relève que 29 inhumations et seulement 7 mariages (dont deux en 1792 et 1795 liés à une installation antérieure). C’est la rareté des actes qui, accentuant sans doute l’embarras des prêtres, incite ceux-ci à des rédactions d’une longueur inusitée (en 1674, dans la paroisse de Graville, un baptême décrit une véritable enquête policière) et même à l’oubli pur et simple du nom de baptême (c’est le cas à Graville en 1674, puis au Havre en 1777 où l’on retrouve un Africain dit l’Africain, de son arrivée à sa mort).

  • 24 La crainte canonique est le risque d’un double baptême ou l’administration des sacrements du mariag (...)

27Certains actes, parmi les plus anciens, mentionnent la qualité d’idolâtre ou de mahométan des néophytes et la plupart se réfèrent à la permission expresse de l’archevêque, toujours requise24. L’instruction religieuse, qui dure de longs mois sinon des années avant 1730, se réduit ensuite pour cette population souvent à quelques semaines. Les instructeurs (maîtres, dévotes, chanoine) sont rarement nommés et la sollicitation du consentement éclairé des impétrants exceptionnelle (croix, signatures ou, en cas de péril de mort, recueil de témoignages de foi).

  • 25 Louis Ohier de Grandpré, Voyage à la côte occidentale d’Afrique fait darts les années 1786 et 1787,(...)
  • 26 Le roi Hamet Mocktard, roi des Bracknas sur le fleuve Sénégal, près du fort français de Podor, est (...)
  • 27 Charles O’Hara (1740-1802) est le futur vaincu de la bataille de Yorktown, avec Cornwallis. Gouvern (...)

28Mais l’un des intérêts principaux de l’ensemble du corpus est de faire émerger quelques pères africains, nommés et non pas qualifiés systématiquement d’inconnus, et des jeunes libres, envoyés aux frais des armateurs ou du roi, dans l’espoir d’un retour sur investissement avec l’amélioration attendue des contacts de traite dans les comptoirs et sur les côtes fréquentées régulièrement. Sept cas ont pu être recensés, à des titres très divers. Le premier, en 1724, est celui d’un prétendant à la couronne de son père, né à Bissau, détourné au Havre, baptisé « grâce à l’aide de plusieurs interprètes » avant d’y mourir. En 1767, c’est un jeune Congolais de Malimbe, de famille royale, qui retourne chez lui aussitôt que baptisé par le capitaine négrier responsable de sa venue ; vingt ans après, il est devenu sur sa côte un riche courtier, intermédiaire favori des Français. Ces précisions sont extraites du journal de voyage d’un capitaine bordelais, publié en 180125, qui comporte une gravure le montrant transporté en hamac ; ses noms de baptême disparus, Taty dit Desponts conserve son nom africain, auquel il a ajouté pour ses transactions le patronyme du capitaine havrais qui l’avait transporté et initié. En 1777, le fils du prince Cras, de Louangue, est baptisé Jean-Baptiste. En 1778, Bida, fils d’un prince de la côte de Guinée, est rembarqué dès son arrivée du Cap-Français pour son pays d’origine. En 1783, Maurice, fils du roi de Coiporte, est autorisé à séjourner encore un an. En 1787, le fils du ministre d’un souverain maure, musulman et négrier du fleuve Sénégal26, captif d’Anglais et racheté par des Français à Tobago, est « contrarié par le climat » et renvoyé chez lui. En 1788 enfin, on rencontre le parcours singulier d’un Mulâtre libre né à Saint-Louis du Sénégal, réputé fils du gouverneur britannique de Gibraltar O’Hara27, débarqué via Londres de la Dominique anglaise où il a appris le négoce ; « plus instruit qu’aucun autre de sa couleur », il est interdit d’embarquement vers son pays d’origine, car il est soupçonné de vouloir y établir un commerce de gomme concurrent et donc nuisible aux intérêts français.

29L’exploitation des registres paroissiaux permet également d’approcher la question de la constitution de ces familles. Sept mariages, comme nous l’avons signalé, ont ainsi été enregistrés de 1743 à 1795, concernant cinq hommes et deux femmes arrivés esclaves. On remarquera que les conditions de ces mariages, survenus après la déclaration de 1738, contreviennent à la loi, les maîtres étant présents et consentants bien que l’affranchissement soit interdit hors testament et décès. Ces Africains vivaient aussi au Havre depuis plus de trois ans, aucun n’étant confisqué et envoyé aux colonies au profit des ateliers du roi comme prescrit. On découvrira aussi que cinq de ces mariages consacrent des unions avec des Cauchoises, un autre concernant un couple africain et le dernier un Congolais et une métisse créole martiniquaise.

30D’autres parcours sont décelés à travers quelques naissances illégitimes. Elles se rapportent à deux nourrices en transit qui accompagnent des enfants de colons et accouchent en débarquant, des servantes d’origine africaine en service au Havre, un enfant né de « parents inconnus » (sic) en 1763, ou encore trois enfants nés de trois mères normandes différentes entre 1722 et 1727, lesquelles déclarent le même père, Jacques Mandy, Créole de Saint-Domingue, leurs déclarations au bailliage constituant les seuls témoignages de la vie havraise de ce dernier.

Esquisse d’un portrait collectif : l’intégration professionnelle

31L’exploitation des 157 données individuelles havraises recueillies s’avère très décevante quant à notre approche des intégrations professionnelles. « Apprendre un métier » ou « connaître les arts de la France » apparaissent seulement une vingtaine de fois et très peu de métiers sont nommés dans les registres paroissiaux. Les quelques renseignements glanés confirment une diversité professionnelle montrée par les études récentes. On relève ainsi un élève hydrographe en 1724, un futur tonnelier placé en apprentissage en 1751 par Stanislas Foäche malgré les protestations des autres maîtres de la corporation, et au service des compagnies privilégiées, en 1721, deux maçons, un menuisier, un domestique, un serrurier, aux surnoms évocateurs (Habit, Mousse, Barrique, Maillo), et en 1788, un marin, un tonnelier, un calfat. Des indices sont parfois fournis par les professions des parrains et l’identité des logeurs, tels un cabaretier et un aubergiste dont on se demande s’ils sont de simples logeurs ou s’ils prennent des apprentis en cuisine, un maître perruquier, un maître serrurier, ou un maître voilier qui héberge une jeune femme renvoyée à Saint-Domingue en 1768. Ils semblent confirmer une présence diffuse dans le tissu professionnel, qui dépasse le monde de la domesticité et des professions maritimes. D’autres indices sont issus de placements au motif incertain (prêt, louage, apprentissage, pension ?), chez des négociants de second rang, ou précisés, comme c’est le cas dans le monde des administrateurs coloniaux. Ainsi, le comte d’Estaing, nommé gouverneur des îles Sous-le-Vent en 1764, confie-t-il un jeune de Pondichéry à un commandant de la place, le milieu militaire étant intéressé par la formation de futurs soldats. En 1776, un Malgache de 23 ans a pour parrain un canonnier invalide de la Marine. D’autres viennent parfaire leur éducation. C’est le cas, en 1744, du fils naturel d’un colon et d’une Noire libre de Martinique, puis, en 1787, du fils d’un négrier du fleuve Sénégal déjà évoqué, qui fut mis en pension au Havre pour y être instruit, aux frais du roi, par un maître de langue française.

32Les difficultés d’appréciation des métiers pratiqués à terre sont donc importantes. Très peu sont précisés, hors pour la trentaine de domestiques, sédentaires en apparence, au service de capitaines de navire et armateurs. En 1762, un Noir libre est autorisé par les échevins à s’établir en ville « pour gagner sa vie » ; un fugitif, enrôlé volontaire comme tambour en garnison, est repris par son maître en 1763 ; deux perruquiers et un parfumeur, présents avant 1792, sont déclarés en 1807.

33Mais un fait est certain. Il concerne l’intégration importante de certains de ces hommes parmi les navigants. Ce sont en effet 52 hommes de couleur qui apparaissent dans les équipages, dont 25 au moins participent à des voyages de traite. Cependant, leur classification et leur statut sont malaisés à établir ; les rôles d’équipage et certains actes d’état civil désignent un novice, huit matelots dont deux corsaires, deux officiers mariniers, un tonnelier libre inscrit maritime, sept mousses dont un libre né au Havre, deux pêcheurs à Terre-Neuve, quatorze cuisiniers rangés dans les officiers non mariniers, six domestiques interprètes et quinze domestiques (interprètes ou non ?) esclaves de capitaines.

Figure no 5 – La Vue du port du Havre, œuvre peinte en 1773 par Hubert Robert pour la salle des états du palais archiépiscopal de Rouen, est la seule à faire référence à la présence noire dans cette ville. Elle comporte un marin noir nu-pieds sur un affût de canon près de la tour François-Ier.

  • 28 Nous avons vu qu’à la veille de la Révolution, le capitaine Queval recevait un enfant par expéditio (...)

34La lecture de nombreux journaux de bord et récits de voyage, publiés et disponibles en ligne, permet d’appréhender la trajectoire de ces jeunes garçons choisis au départ d’Afrique par le capitaine28 pour leur air éveillé (l’Éveillé est un surnom souvent rencontré) et débrouillard, puis qui se rendent utiles auprès de lui (en soignant sa perruque et ses habits et en servant ses repas) et aux cuisines. Ils observent ensuite chaque étape du périple de traite et apprennent les éléments de langage et les notions commerciales qui permettront à certains de servir de truchements sur leur côte natale, s’installant en France et continuant à naviguer depuis Le Havre, ou de rendre les plus grands services, tout en s’enrichissant, s’ils se fixent à nouveau chez eux.

  • 29 AD Seine-Maritime, sous-série 6P5.
  • 30 Les prêtres de Saint-François portant cette mention en marge des actes de ceux qui n’étaient pas ba (...)

35S’agissant de ces travailleurs, il conviendrait de dépouiller les matricules des marins pour reconstituer leur carrière29. On dispose à ce jour seulement de quelques éléments concernant leur salaire, car si les esclaves ne sont pas rémunérés, ou leur paie versée à leur propriétaire, les marins libres le sont, à hauteur de 7 livres mensuelles pour un mousse à sa première traversée ; 20 livres sont payées à un aide tonnelier, 40 livres à un cuisinier et jusqu’à 50 au même pour un voyage circuiteux en 1754. Quant à Charles dit Adulte30 (sic), amené par la Compagnie des Indes en 1722, décédé en mer à bord du négrier Le Duc de Béthune de la même compagnie en 1754, il lègue à sa veuve et à son fils de 6 ans 70 livres pour tout bien.

  • 31 En n’oubliant pas que les liens de subordination à leurs maîtres étaient considérés comme si étroit (...)

36Les histoires individuelles féminines apparaissent encore plus fragmentaires, à ce jour. Ce sont celles de quelques femmes « sans histoire » que rien ne différencie des servantes cauchoises31, sauf leur origine lointaine. Françoise, Négresse ou Mulâtresse, peut-être de la côte d’Or, arrive de Martinique en 1763 ; libre en 1777, au service d’un capitaine de navire devenu armateur, elle s’éteint chez lui en 1796 à 45 ans. Zabet, Mulâtresse débarquée en 1778 de Saint-Domingue dans le sillage de sa maîtresse, Mme Begouën, voit celle-ci lui laisser un petit legs à son décès en 1809. Jacqueline Médée, transportée de Guadeloupe en 1786 par les Boivin, sucriers, planteurs et armateurs au Havre, travaille au Havre et dans leurs différentes propriétés cauchoises, à Saint-Martin-du-Bec en 1807, date à laquelle elle est recensée, à 60 ans.

37La reconstruction des parcours masculins est également à faire. Quelques-uns permettent cependant de mettre en perspective l’intérêt de ce chantier. Il en va ainsi de Pierre-Étienne Norois (anagramme probable de noiraud), natif du Congo ou de la côte d’Angole, appartenant à un négociant martiniquais. À 10 ans, en 1739, il est ondoyé, malade et en péril de mort, par le frère havrais de celui-ci, capitaine de navire. Il épouse à Saint-François en 1754 Marie-Élisabeth Cabresse, Créole libre dont il a déjà été question, apparentée à des négociants de la place et arrivée également à 10 ans. Il signe alors l’acte avec un paraphe très élégant, ce qui en fait le plus lettré des habitants arrivés en tant qu’esclaves. Nous ne savons rien de lui que ce qui précède.

38Une autre trajectoire intéressante est celle de Louis Kaincouta (c’est ainsi qu’il signe), qui totalise cinquante ans de présence attestée en France : qualifié de Sosot, transporté par Le Trésorier de la côte d’Or via Le Cap et Port-au-Prince à 10 ans en 1768-1769, baptisé en 1770 à Sainte-Catherine de Honfleur, il devient le serviteur du négociant Legrand, l’armateur du navire qui l’a traité et qu’il accompagne dans ses fréquents séjours parisiens. Il épouse en 1792 à Sainte-Adresse Françoise Hébert, née au Havre et fille d’un marchand de bois, dont il aura deux enfants. Maître perruquier ou coiffeur pour dames, il est citoyen actif en 1793, vote, effectue son service dans la garde nationale, et est le témoin du mariage d’un migrant originaire du Hanovre en 1795. Il se déclare en 1807 au Havre où sa trace se perd provisoirement. Il réapparaît en effet en 1818 à Paris, devant le tribunal de justice de paix du IVe arrondissement, rentier venu témoigner pour un acte de notoriété. Sa vie, malgré ses inconnues, illustre une possible mobilité sociale, presque exemplaire, qui fut peut-être celle d’une partie de cette population.

  • 32 Les archives nantaises et bordelaises (armements/désarmements et amirautés) paraissent autrement co (...)

39Ce premier panorama, destiné au premier chef à illustrer et affirmer la présence pluriséculaire d’Africains au Havre, dit encore peu de leur insertion dans la population et des perceptions réciproques qui se construisirent dans le côtoiement urbain et portuaire. Toutefois, à travers les relations de travail, les contacts domestiques et familiaux, il invite à prospecter des pistes, malgré les faiblesses des données nominatives sérielles32. Des sources éclatées et indirectes pourront être explorées à partir de cette étude et du Dictionnaire des gens de couleur, avec de nouveaux recoupements possibles quand ses trois volumes couvrant l’ensemble de la France seront publiés. S’agissant des ressources havraises, les fonds révolutionnaires (dénombrements, cartes de pain, listes d’imposés, registres de recrutement...), en raison de leur richesse, apporteront de précieux enseignements. C’est cependant aux archives départementales de la Seine-Maritime que les possibilités sont les plus nombreuses. Une relecture attentive des rôles de navire, les matricules des gens de mer du quartier du Havre et les permis de baptême consignés par le secrétariat de l’archevêché, les minutes notariales pour les actes d’affranchissement, les contrats et brevets d’apprentissage, les inventaires après décès, les plumitifs et dossiers de procédure de l’amirauté du Havre et du parlement de Normandie constituent un riche ensemble de sources dont l’exploitation permettra à coup sûr d’affiner les contours de ce tableau que nous venons d’esquisser.

40Enfin, il est impossible de ne pas souligner la leçon principale que nous tirons très concrètement du travail déjà accompli : l’extraordinaire mobilité géographique – forcée la plupart du temps – des populations entrevues ; à cheval sur plusieurs continents et tant d’univers disparates. Il y fallait assurément des capacités d’adaptation et de résistance peu ordinaires, qui nous font d’autant plus regretter l’absence de mémoires et récits autobiographiques dans la littérature francophone.

Notes

1 AM Le Havre, K 43, Programme de la plantation d’un nouvel arbre de la liberté, 30 brumaire an II.

2 AM Le Havre, K 45, Relation de la fête de l’affranchissement des hommes de couleur, 20 ventôse an II.

3 On pense notamment aux travaux pionniers de Léo Élisabeth en 1955 et de Marcel Koufinkana en 1989 (publié en 2008) en ce qui concerne l’époque moderne. À ce sujet, voir dans ce volume la contribution de Thomas Ratlin, « Connaître les gens de couleur à Nantes au XVIIIe siècle : les apports des archives maritimes ».

4 Érick Noël, Être Noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2008 ; Pierre Boulle, Race et esclavage dans la France d Ancien Régime, Paris, Perrin, 2007.

5 Éric Saunier, « Le Havre, port négrier : de la défense de l’esclavage à l’oubli », Les ports et la traite négrière. France, Cahiers des anneaux de la mémoire, no 11, 2007, p. 23-39 ; « Le Havre, la traite transatlantique et l’esclavage : la mémoire difficile d’une histoire nécessaire », Représentations et mémoires de la période coloniale, Cahiers havrais de sociologie, nos 47-48, p. 41-69.

6 Édouard Delobette, Ces Messieurs du Havre. Négociants, commissionnaires et armateurs de 1680 à 1830, histoire, thèse de doctorat de l’université de Caen, 2005, 8 vol.

7 S’agissant du nombre d’expéditions, qui est le critère permettant de classer l’importance de chaque port négrier, signalons qu’Édouard Delobette indique un total de 471 expéditions de traite pour la Basse-Seine (ibid., p. 663). Jean Mettas en relevait 517 dans son Répertoire, Marcel Dorigny et Bernard Gainot, Atlas des esclavages, Paris, Autrement, 2006, 128 p., en signalant, quant à eux, 585. Cet ouvrage reprend les données fournies par les polices d’assurance de la Lloyd’s, dépouillées par l’équipe anglo-américaine animée par David Eltis et disponibles sur le Web : http://www.slavevoyages.org/tast/assessment/estimates.faces.

8 Concernant les travaux récents réalisés au sein de l’université du Havre, voir Éric Saunier, « Le Havre, la traite transatlantique et l’esclavage... », art. cité.

9 Il s’agit de la correspondance échangée par le ministre de la Marine et son intendant ou son commissaire au Havre (AM Le Havre, fonds Marine séries BB et HH, symétriques ou complémentaires des sources du centre historique des Archives nationales).

10 John Barzman et Éric Saunier, Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (XVIe-XXIe siècle), Rouen, PURH, 2005.

11 Érick Noël (dir.), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, vol. I, Paris et son bassin, Librairie Droz, « Bibliothèque des Lumières », 2011, 578 p.

12 Les originaux sont conservés aux archives départementales de Seine-Maritime dans la soussérie 6P6 de l’inscription maritime.

13 Pour les références archivistiques précises, nous renvoyons aux cotes indiquées dans Érick Noël (dir.), Dictionnaire..., op. cit., p. 368-460.

14 Le dictionnaire englobe exactement 908 notices havraises parmi les 1 038 notices normandes. À titre indicatif, le nombre de notices parisiennes est de 1 516 et le total des notices de 3 085.

15 Pour se limiter aux manques principaux, on soulignera qu’échappent à la recension les passagers de navires étrangers ou ayant effectué leur retour dans un autre port, ceux rattachés à un lieu de résidence connu à Paris ou dans une demeure campagnarde, et les arrivées et départs furtifs des passagers concernés (certains sont ainsi connus parce qu’ils ont été découverts par l’équipage) ou antérieurs à l’appesantissement progressif des lois prohibitives, sans compter un probable sous-enregistrement évoqué plus loin. Par ailleurs, un jeune arrivé déjà baptisé, ayant séjourné trois ans en apprentissage avant 1749, n’est pas susceptible non plus de figurer dans les sources utilisées.

16 Leur identité présente l’intérêt de confirmer les liens coloniaux de certaines dynasties bourgeoises. Ainsi, Duval d’Epremesnil, le directeur de la Compagnie des Indes en 1721, alors le parrain de six Africains, épouse en 1743 la petite-fille d’une Indo-Portugaise de Madras. Apparaissent aussi régulièrement les Glier, capitaines de navire, armateurs et habitants de Saint-Domingue, ou un membre de la famille Ancel propriétaire de comptoirs au large de la Guinée, aux îles de Loos, et en Sierra Leone, d’où il déporte 10 000 captifs en 1787-1788 (voir Roger Botte, « Les rapports Nord-Sud, la traite négrière et le Futaa Jaloo à la fin du XVIIIe siècle », Annales Civilisations, vol. 46, 1991, p. 1418 et 1431, d’après le journal de voyage conservé à la Bodleian Library, Oxford).

17 Parmi les archives privées de négociants havrais, de rares notations peuvent être repérées dans Maurice Begouën-Demeaux, Mémorial d’une famille du Havre, réédition, Le Havre, Société française d’histoire d’outre-mer, 1982, 2 vol.

18 Voir le commentaire de la fig 5.

19 Parmi les jeunes simplement qualifiés de « nègres », se trouvent deux domestiques d’un capitaine de navire baptisés en 1587, attestant ainsi l’ancienneté des contacts avec l’Afrique, et probablement de la traite havraise. Le premier voyage officiel de traite retenu est l’expédition de L’Espérance parti de La Rochelle en 1643, mais la traite havraise est peut-être antérieure. En effet, Philippe Barrey, dans son étude Le Havre maritime du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1917, d’après les minutes du tabellionnage détruites depuis par la guerre, avait recensé 228 navires partis du Havre pour le « Brésil et Pérou » et ayant fait escale en Afrique entre 1571 et 1610.

20 Édouard Delobette, « La traite négrière dans la croissance atlantique havraise du XVIIIe siècle », Cahiers de l’histoire et des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions en Normandie, no 1, 2008, p. 53-54.

21 AM Le Havre, fonds de la Marine, HH 3-45.

22 Mafougue ou mafouk qualifie aussi, sur la côte d’Angole, un capitaine ou dignitaire traitant pour son roi.

23 Existe-t-il une meilleure explication des âges estimés que celle-ci ? De 1783 à 1790, le capitaine Queval effectue quatre voyages de traite à la côte d’Angole pour le compte de l’armement Beaufils ; son premier contrat stipule qu’outre son salaire et un intéressement de 3 % sur le montant des ventes, il aura le droit de choisir, ses cales remplies, un « négrillon de 4 pieds de haut pour don », soit un enfant d’1,30 m (AM Le Havre, HH 73) ; il préfère vendre les quatre à Saint-Domingue, pour un prix de 1 000 à 1 533 livres chacun, soit l’équivalent de la moitié à la quasi-totalité de ses appointements, à l’issue de chaque expédition, mais plus de dix fois moins que sa commission. En proportion, ces chiffres fournissent un aperçu de ce que les propriétaires havrais étaient prêts à payer pour garder ou acheter un esclave.

24 La crainte canonique est le risque d’un double baptême ou l’administration des sacrements du mariage ou de l’extrême-onction à des non-baptisés.

25 Louis Ohier de Grandpré, Voyage à la côte occidentale d’Afrique fait darts les années 1786 et 1787, Paris, 1801, t. I, p. 107-108, illustré d’une gravure de Nicolas Courbe, d’après un dessin original du capitaine, ouvrage disponible sur www.gallica.bnf.fr et extrait sur www.histoire-image.org.

26 Le roi Hamet Mocktard, roi des Bracknas sur le fleuve Sénégal, près du fort français de Podor, est connu par le journal de J.-B. Durand, daté de 1785-1786, édité en 1807 pour favoriser la relance de la traite.

27 Charles O’Hara (1740-1802) est le futur vaincu de la bataille de Yorktown, avec Cornwallis. Gouverneur du Sénégal installé à Saint-Louis de 1766 à 1775, il aurait pris quatre femmes « à la mode du pays », d’où une très nombreuse descendance, parmi laquelle un maire de Saint-Louis (voir à l’adresse : http://planete-genealogie.fr/xricou/familles-metisses). Selon Sylvain Sankale (« Une société métisse originale, Saint-Louis du Sénégal aux XVIIIe et XIXe siècles », Revue Éthiopiques, nos 64-65, 1er et 2e semestre 2000), une des compagnes d’O’Hara nommée N’Goné Fall devint celle du Havrais Jacques Joseph Eyriès, gouverneur français du pays de 1779 à 1781.

28 Nous avons vu qu’à la veille de la Révolution, le capitaine Queval recevait un enfant par expédition réussie. Cette pratique était prohibée formellement par la Compagnie des Indes en 1720 (voir AM Le Havre, GG 73, Instructions au capitaine Prud’homme destiné au Sénégal puis à la Louisiane). Nous ignorons si cette défense était respectée au vu des actes de baptême où étaient impliqués capitaines et lieutenants de vaisseau de la même compagnie ; agissaient-ils pour son compte ou pour eux-mêmes ?

29 AD Seine-Maritime, sous-série 6P5.

30 Les prêtres de Saint-François portant cette mention en marge des actes de ceux qui n’étaient pas baptisés à la naissance, celle-ci tint lieu de patronyme pour plusieurs.

31 En n’oubliant pas que les liens de subordination à leurs maîtres étaient considérés comme si étroits qu’en 1789, l’Assemblée nationale fit de tous les domestiques des citoyens passifs interdits de vote. Au Havre en 1792, ils étaient plus de 1 000, dont 873 femmes (voir AM Le Havre, G 16-57, d’après les calculs de Jean Legoy, Le Peuple du Havre et son histoire, t. I, ville du Havre, 1979), soit 1 habitant sur 20.

32 Les archives nantaises et bordelaises (armements/désarmements et amirautés) paraissent autrement consistantes, au vu des travaux récents ; ce déséquilibre a sans doute contribué à minorer la traite havraise.

Table des illustrations

Légende Figure no 4 – Les registres paroissiaux du Havre, notamment ceux de la paroisse Notre-Dame où se concentre l’élite du négoce, permettent de voir la présence croissante de la population noire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Parmi les témoins de ce baptême qui se déroule en 1788 figure Gerson Homberg qui, avec ses frères, est le chef de file de l’une des plus importantes maisons négrières havraises.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6246/img-1.jpg
Fichier image/, 128k
Légende Figure no 5 – La Vue du port du Havre, œuvre peinte en 1773 par Hubert Robert pour la salle des états du palais archiépiscopal de Rouen, est la seule à faire référence à la présence noire dans cette ville. Elle comporte un marin noir nu-pieds sur un affût de canon près de la tour François-Ier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6246/img-2.jpg
Fichier image/, 65k

Auteur

Anciennement archiviste paléographe des archives municipales du Havre, étudie depuis de nombreuses années la présence de la population des gens de couleur dans cette ville. Elle a notamment contribué à l’ouvrage dirigé par John Barzman et Éric Saunier : Migrants dans une ville portuaire : Le Havre (XVIe-XIXe siècle), publié aux PURH en 2005.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540