Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

 | 
Éric Saunier

Première partie. Présence de l'esclavage, du port de traite transatlantique au monde indien (xviiie-xxie siècle)

Chapitre 1. La présence des gens de couleur à Nantes au xviiie siècle : les apports des archives maritimes

Thomas Raffin

Texte intégral

  • 1 Ces acquis ont été valorisés dans le cadre de l’enquête dirigée par Érick Noël, Dictionnaire des ge (...)

1Nègres, Mulâtres, Quarterons, Octavons, Créoles, Grifs, Noirs, Indiens, Métis, Sauvages, qu’ils soient esclaves ou libres, domestiques ou apprentis, ils sont autant de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants qui posèrent les pieds dans le port de Nantes au cours du XVIIIe siècle. Ils y formèrent un groupe qui, désigné sous le nom général de « gens de couleur », revêt une diversité restée longtemps mal connue en raison des lacunes méthodologiques relatives à l’exploitation des sources permettant d’approcher cette population. Évoquer ces problèmes et souligner les acquis de recherches récentes fondées sur l’exploitation des archives maritimes1, lesquelles furent longtemps négligées, seront le sujet principal de cette contribution. Il convient cependant de commencer par restituer à grands traits les conditions d’émergence de ces migrants forcés à Nantes et les raisons du retard qui affecta leur connaissance.

Les gens de couleur à Nantes : un intérêt bien tardif

  • 2 Bernard Michon, « Le début de la traite négrière nantaise », Revue d’histoire maritime, no 6, 2006, (...)
  • 3 De 1706 à 1832, Nantes a participé à la déportation de, au bas mot, 450 000 Noirs. Il faut en effet (...)

2La position géographique de Nantes, port de fond d’estuaire, aux frontières de l’Armorique, au confluent de l’Erdre et de la Loire, et l’une des principales portes d’entrée du marché parisien grâce au canal d’Orléans qui relie la Seine et la Loire, puis l’ensablement de la Loire dû notamment au délestage des navires par les Hollandais au XVIIe siècle, entraînant une limitation du tonnage des navires remontant la Loire jusqu’à Nantes, firent de cette ville un port qui se consacra longtemps à la navigation de gabarres, essentiellement depuis Paimbœuf en aval. Ces dernières faisaient la liaison pour le transport de marchandises avec Nantes en amont, un commerce qui constitua l’activité de navigation principale du port de Nantes jusqu’au XVIIe siècle. C’est seulement dans le deuxième tiers de celui-ci (en 1629 débutait le commerce en direction des Antilles avec Saint-Christophe, puis en 1646, avec la Guadeloupe et la Martinique avant – en 1655 – la partie occidentale de Saint-Domingue) que Nantes, l’ancienne capitale des ducs de Bretagne, cité portuaire ouverte sur la façade atlantique, se lança dans le grand négoce maritime, déjà sous l’impulsion de la traite qui allait entraîner la présence des gens de couleur. À ce moment, la ville passait progressivement du statut de port de transit, axé sur un cabotage national et connecté au réseau européen, à un statut de grand port d’armement atlantique et colonial dont l’activité principale fut le commerce en droiture, qui répondait à la nécessité habituelle de parer aux besoins courants des colons. Le commerce antillais allait cependant se doter d’une activité complémentaire et indispensable, le commerce triangulaire, destinée à faire face aux besoins croissants des colons en esclaves pour exploiter leurs plantations de canne à sucre, de café, de coton ou d’indigo. D’après les recherches les plus récentes, ce serait la famille Libault qui, dès février 16572, aurait été la première famille nantaise à participer à la traite négrière, avant René Montaudouin, cet armateur nantais armant deux négriers pour Terre-Neuve en 1706, puis l’Afrique en 1707. Dès la décennie suivante, de 1713 à 1722, des dizaines de navires suivront cet exemple. C’est ce mouvement maritime qui entraîna dès juillet 1694 (date des premières archives d’armement pour Nantes) la présence de gens de couleur qui allait connaître un mouvement croissant tout au long du XVIIIe siècle. Entre 1715 et 1789, ce sont 414 000 Noirs3 qui sont déportés à l’instigation des armateurs nantais, leur activité de traite représentant plus d’un tiers de cette activité dans le royaume de France (1 300 voyages).

  • 4 À ce sujet, voir Éric Saunier, « Le Havre, la traite des Noirs et l’esclavage : la mémoire difficil (...)
  • 5 Léo Élisabeth, Les problèmes des gens de couleur à Bordeaux (1716-1787), histoire, mémoire de DES d (...)
  • 6 Érick Noël, Être Noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006.
  • 7 Peter Pryer, Black People in the British Empire, Londres, Plutoclassic, 1988.
  • 8 Albert Ndamba-Kabongo, Les Esclaves à Séville au début du XVIIe siècle. Approche de leurs origines (...)

3Si le port de Nantes posséda comme tout port du Ponant des activités maritimes diversifiées (la droiture vers les Antilles, la pêche, les explorations et la guerre de course, tout cela sans passer par l’Afrique), l’importance de la traite à Nantes en fit le port négrier le plus actif du XVIIIe siècle, devant Saint-Malo, La Rochelle, Bordeaux, Le Havre et Marseille, celui qui pratiquera aussi le commerce triangulaire le plus longtemps et avec le plus de constance, la traite conditionnant tous les autres commerces de la ville, imprégnant ainsi profondément son tissu social. C’est d’ailleurs pour cette raison que la traite nantaise est, des travaux de Gaston-Martin à ceux d’Olivier Pétré-Grenouilleau, la mieux connue, celle aussi où l’occultation mémorielle fut la plus précocement contestée4. Cependant, en dépit des investigations approfondies et anciennes sur le terrain nantais, l’étude des gens de couleur ayant vécu dans cette ville, et plus généralement dans le royaume de France, restait jusqu’à une époque récente méconnue. Amorcée dans le cadre des travaux pionniers de Léo Élisabeth5 à Bordeaux, la recherche sur ce sujet fut engagée dans les ports de l’Ouest par Marcel Koufinkana seulement à la fin des années 1980 et il faut attendre l’enquête effectuée à l’échelle de la France par Erick Noël6 dans une perspective de comparaison avec les travaux déjà réalisés pour l’Angleterre par Peter Fryer7 et pour l’Espagne avec Albert Ndamba-Kabongo8 pour connaître cette population et les problèmes posés par l’exploitation des sources permettant de l’étudier. Dans le cadre de cette enquête collective, les recherches ont permis, à côté des apports des greffes de l’amirauté et des registres paroissiaux, de faire émerger la place essentielle qu’occupaient les archives maritimes, notamment les registres d’armement et de désarmement, pour appréhender avec précision ces gens de couleur et leur implication dans la vie de la cité. L’exploitation de plus de dix mille feuillets d’armement et de désarmement de navire, en raison de la richesse des éléments portant sur les caractéristiques individuelles des gens de couleur, de leurs destinations, de leurs origines, de leurs situations, de leurs conditions et du but de leur présence en France, offre en effet à la fois un instrument statistique de première qualité (6 296 individus de couleur comptabilisés entre 1694 et février 1793) et un instrument qualitatif remarquable.

Les apports des archives maritimes : correction démographique et identité d’une population

  • 9 Le mémoire de Jean-Pierre Fortin ne fait qu’évoquer les passagers de couleur dans un sous-chapitre  (...)
  • 10 Alain Croix, Les Étrangers à Nantes au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 200 (...)

4En premier lieu recourir à ces sources présente l’intérêt de rectifier considérablement les chiffres donnés dans le cadre des études précédentes. De 1694 à 1746, les gens de couleur représentaient ainsi selon Jean-Pierre Fortin 4 % du total des passagers9, soit un ensemble de 196 individus. Or, le chiffre, si l’on considère les personnes retrouvées dans les sources maritimes, est en réalité de 671 individus, soit près de10 % du total des passagers.

  • 11 Virginie Fleurant, L’introduction des Noirs à Nantes de 1740 à 1793, histoire, mémoire de maîtrise (...)

5Pour la période allant de 1694 à février 1793, les passagers de couleur représentent d’ailleurs régulièrement entre 10 % et 15 % du total des passagers et, sur environ 13 000 à 15 000 navires ayant transité par Nantes au XVIIIe siècle, presque un navire nantais sur deux avait à son bord une personne de couleur. La présence de personnes de couleur à l’arrivée et au départ de Nantes apparaît donc pour tout le XVIIIe siècle comme un fait beaucoup plus important que ne l’ont suggéré les études précédentes, lesquelles avançaient des chiffres à partir de l’exploitation de sources lacunaires. Parlant d’un chiffre global de 1 500 individus, les historiens précisaient d’ailleurs qu’il fallait le réévaluer et prendre en compte l’absence de déclarations faites à l’amirauté et les fraudes massives 10. De fait, les chiffres donnés d’après le total des déclarations observées à l’amirauté de Nantes pour la période allant de 1717 à 1791 se situent autour de 1 061 Noirs11 alors que les archives maritimes permettent d’en recenser plus de 5 000 (5 548). C’est ainsi un peu plus d’un individu sur quatre seulement qui était déclaré au greffe de l’amirauté, pratique qui explique la sous-évaluation statistique dont a été l’objet la présence de cette population.

  • 12 On rappellera que les registres d’armement et de désarmement conservés aux archives départementales (...)

6Par ailleurs, le dépouillement des archives d’armement et de désarmement nantais entre 1694 et février 1793 (date qui marque le début du blocus anglais et l’arrêt du trafic maritime vers les colonies12) met au jour des informations d’une grande précision non seulement au sujet du navire (on y apprend le nom du propriétaire, le tonnage, la destination, la date de départ, le nom et le port d’origine des bateaux), mais aussi la liste à la fois complète et détaillée des hommes qui composent les personnels marinier et non marinier du bateau et les passagers, population essentielle pour notre propos.

7Cette dernière population est divisée en deux catégories : les passagers qui payent leur voyage (ils voyagent à la table du capitaine, ou bien à la « ration », c’est-à-dire au même régime que l’équipage, comme c’est souvent le cas de domestiques esclaves accompagnant leur maître dans son voyage, ou enfin sur le pont pour les moins riches) et les passagers qui voyagent gratuitement (ils travaillent sur le navire pour payer leur voyage, ou bien sont des domestiques, esclaves du capitaine appelés « allant et venant », ou enfin des esclaves reconduits aux îles sous la contrainte). Or, les informations données sur les passagers de couleur que l’on trouve dans ces rôles d’armement et de désarmement sont fort riches et variées. On y apprend successivement le nom, l’âge, plus rarement la taille, le sexe, la couleur de peau, l’origine ethnique, le propriétaire (dans le cas d’un esclave), la provenance et enfin la destination. Ces rôles étant tenus par les capitaines de navire ou les officiers de bord, on peut bénéficier de la rigueur qui caractérise les pratiques du monde maritime et de la marine, rigueur qui nous permet de connaître de nombreuses informations sur ces hommes embarqués à bord des navires. On signalera un détail intéressant : ces passagers de couleur sont mentionnés dans la même rubrique que les passagers blancs et ces registres laissent entrevoir la sensibilité des officiers de bord. Ces derniers mentionnent en effet parfois l’emploi du terme « Noir » pour désigner les gens de couleur ou encore avec l’emploi de parenthèses, et par la préférence pour le nom africain plutôt que pour celui du baptême.

Figure no 2 - Les Noirs viennent à Nantes : répartition des motifs des venues d’après les archives maritimes

Les archives maritimes, révélateur d’une diversité ignorée

8Dans ces conditions, il est peu de dire que l’exploitation de cette source offre les moyens d’une véritable analyse sociologique et culturelle concernant ces migrants de passage ou destinés à résider à Nantes. Pour illustrer par quelques exemples l’intérêt de ces archives maritimes, nous nous attarderons précisément sur quelques apports. Dans le contexte où le besoin de main-d’œuvre va croissant au cours du siècle dans cette ville (Nantes, grande métropole aux activités économiques en rapide expansion, recourt à de nombreux travailleurs immigrés), l’exploitation de ces archives montre pour commencer une présence de gens de couleur à Nantes dans le monde maritime (7,7 % des individus dont l’activité est mentionnée dans les registres).

9Mais l’un des intérêts de l’étude des registres d’armement est aussi de faire apparaître la diversité d’ensemble des activités professionnelles des hommes de couleur. D’ailleurs, à côté de la présence de personnes destinées à alimenter la domesticité (la moitié), le monde des corporations et celui du travail maritime, on remarquera la présence, pour instruction religieuse, d’une groupe inattendu : il se compose de princes africains venus en France pour mieux traiter avec les Européens, des descendants de dynasties africaines désireux d’apprendre la langue et les coutumes françaises, comme le précisent les archives.

  • 13 Jules Mathorez, Histoire des étrangers en France, Paris, 1919, p. 390.

10Même si elle surprend par son ampleur, il convient cependant de signaler que cette arrivée prolonge un mouvement entamé dès les XIVe et XVe siècles, au cours desquels des princes étrangers venus d’Asie, d’Arabie et plus tard d’Amérique étaient déjà présents en France et à la cour du roi, avant l’arrivée, au début du XVIIe siècle, du prince d’Afrique Zaga-Christ. Détrôné d’Éthiopie, il se rendit en France sous le règne de Louis XIII13. Plus tard la présence de Noirs à la cour de Louis XIV sera souvent signalée dans les témoignages.

Figure no 3 – Détail des professions des Noirs à Nantes (hors domesticité)

11Le but de leur arrivée, suggéré dans les notes qui accompagnent ces registres d’armement (figure la mention « venu pour apprendre la langue et les coutumes du royaume »), ne manque pas d’intérêt. Il montre en effet que ces exils permettent en retour aux rois africains d’établir sereinement des relations diplomatiques et de faciliter des échanges commerciaux avec les Européens. Amenés dans la plupart des cas par des capitaines européens, les princes d’Afrique sont à leur charge pendant leur séjour en France et ces officiers de marine doivent veiller à leur bonne santé. Il est même précisé, à quelques reprises, la nécessité pour le capitaine de garantir le retour du prince chez lui à la fin de son voyage. Ces princes pouvaient aussi rendre de petits services domestiques lors de la traversée.

  • 14 Philippe Haudrère, L’Empire des rois (1500-1789), Paris, Denoël, 1997, p. 140.

12La venue de ces princes africains au XVIIIe siècle surprend peu : elle se situe en effet dans la continuité d’une pratique établie depuis le XVIe siècle dans toute l’Europe atlantique. On connaît la même situation à la cour du roi Manuel Ier du Portugal avec la venue à Lisbonne du fils du roi du Congo au début du XVIe siècle, ou encore la présence de princes indiens d’Amérique du Nord à la cour du roi d’Angleterre. Et cette pratique concerna également l’ensemble des protagonistes de l’histoire de la traite. Certains rois africains comme celui de Juda avaient pour coutume de recevoir à leur cour des diplomates européens et en particulier des Français14.

  • 15 Marcel Koufinkana, Esclaves et esclavage dans la France d Ancien Régime, histoire, thèse de doctora (...)

13Marcel Koufinkana, dans sa thèse15, rapportait l’exemple de Martin, Noir de la côte de Guinée, fils du deuxième roi de la rivière du Grand Jong, amené en France sur déposition de son père par le capitaine Jean Delsollier en 1746 et ramené par lui en 1748. Face à ce cas isolé, l’intérêt d’une exploitation des archives maritimes est de fournir les matériaux pour une analyse complète de cette présence. À Nantes, celle-ci concerna ainsi au moins 42 individus répondant au statut de prince venu en France pour se familiariser avec la culture métropolitaine.

14Au-delà de cet enseignement spécifique, l’intérêt de cette source est de permettre d’élaborer avec précision la « carte d’identité » des gens de couleur présents à Nantes au XVIIIe siècle, et ainsi de dépasser le cadre des études sur ce sujet, qui prennent en compte habituellement la question des déplacements et des législations.

  • 16 Thomas Raffin, Les passagers de couleurs à Bordeaux au XVIIIe siècle, histoire, mémoire de master I (...)
  • 17 Voir dans ce volume la contribution de Frédéric Régent.

15Elle ouvre aussi vers de nombreuses recherches, parmi lesquelles certaines ont parfois déjà été entreprises. Ainsi, cette étude suggérait un rapprochement avec la situation d’autres ports de traite. Nous l’avons opéré à Bordeaux16 et sur une période réduite à soixante-dix ans (de 1714 à 1787) ; nous avons recensé 4 667 individus. Cependant par comparaison avec Nantes, il convient de dire que les informations sur les Noirs passés par Bordeaux sont moins riches en quantité et en qualité. Une autre piste d’analyse concerne la confrontation entre les apports de ces sources et ceux des sources judiciaires, archives qui offrent un autre angle d’approche sur cette population, celui de la perception sociale de ces individus et de leurs comportements en métropole17. Par leur précision, les fiches établies font aussi émerger quelques destins, parfois des réussites, lesquelles invitent à reconstruire des trajectoires individuelles qui permettront de mieux resituer la présence de cette population longtemps réduite au rôle d’ombres dans une histoire dont ils étaient pourtant des protagonistes importants.

  • 18 La première colonne du tableau renseigne la cote du registre des archives départementales de Loire- (...)

ANNEXE. Liste des princes africains venus à Nantes recensés dans les archives maritimes18

C325

Petit Marabou

fils de roi de Saint-Pô en Calabar

C327

1 Nègre

prince de Calabar

C328

Maloste

fils du prince de Menteva en Calabar

C230

Manuel

25 ans, prince d’Angola

C235

Jean Zobbÿ

prince d’Arabie en Calabar

C336

Coinena

prince d’Anamabou en Calabar

C336

Julie

fille du prince d’Anamabou

C339

Nangonnon

prince de Calabar

C341

Oro

11 ans, fils du prince du Sénégal

C341

Jean

16 ans, fils du prince du Sénégal

C238

Coinena

prince d’Anamabou en Calabar

C238

Julie

fille du prince d’Anamabou

C239

Bon Fils

20 ans, fils du roi de Mesurade

C356

Aramata

15 ans, fille roi Morba de Tanne

C356

Télémaque

fils d’un roi de Kurkolrimèche

C260

Aramaha

15 ans, fille du roi Morba de Tanne

C262

Grand La Paix

Prince de la côte de Mesurade

C364

Hector

prince du Congo

C369

Balthazar

fils du roi de File de Corée

C272

François Guillomba

20 ans, fils du prince d’Angola

C1355

Grand La Paix

prince de la côte de Mesurade

C1371

Corty

12 ans, prince d’Angola

C1372

Mayonbé

13 ans, fils de roi d’Angola

C1273

Toussaint

prince confié à Mazure de Bany

C1375

1 Négresse

princesse rendue à son père

C1376

François

fils du prince Maby de Badagry

C1379

Germain Endichy

fils du prince Nyotone de Nyoyossé

C1286

1 Nègre

frère du prince du Gabon

C1390

Guillaume

fils du prince Andris du Cap Lopez

C1393

Félix Sinnebone

fils de prince de Sinnebone

C1294

Alexandre

18 ans, petit-fils du roi de Calabar

C1295

Guillaume

fils du prince Andris du Cap Lopez

C1395

Mapingué

9 ans, prince d’Angola

C1396

Makinut Dabadie

prince d’Angola

7 R 4 83

Félix Sinnebone

fils du prince de Sinnebone

7 R 4 331

Philippe

fils de Moiné Combo à Bajoue

7 R 4 331

Ygua

fils du roi de Bauy en Calabar

7 R 4 332

Fangou

fils du gouverneur de Gabingue

7 R 4 332

Boyen

prince de la Côte d’Or

7 R 4 332

1 Nègre

9 ans, prince d’Angola

7 R 4 85

George Nenfollix

fils du prince d’Angola

7 R 4 333

Thérix

8 ans, prince de l’ethnie Badagry

Notes

1 Ces acquis ont été valorisés dans le cadre de l’enquête dirigée par Érick Noël, Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, Genève, Droz, « Bibliothèque des Lumières », 2011.

2 Bernard Michon, « Le début de la traite négrière nantaise », Revue d’histoire maritime, no 6, 2006, p. 165-172.

3 De 1706 à 1832, Nantes a participé à la déportation de, au bas mot, 450 000 Noirs. Il faut en effet prendre en compte les périodes de 1706 à 1715 et de 1790 à 1791, sur lesquelles nous avons peu d’information, les navires armés sous pavillon neutre pendant les guerres et les expéditions illégales de 1815 à 1832.

4 À ce sujet, voir Éric Saunier, « Le Havre, la traite des Noirs et l’esclavage : la mémoire difficile d’une histoire nécessaire », Cahiers havrais de sociologie, nos 47-48, p. 41-69.

5 Léo Élisabeth, Les problèmes des gens de couleur à Bordeaux (1716-1787), histoire, mémoire de DES de l’université de Bordeaux, 1955.

6 Érick Noël, Être Noir en France au XVIIIe siècle, Paris, Tallandier, 2006.

7 Peter Pryer, Black People in the British Empire, Londres, Plutoclassic, 1988.

8 Albert Ndamba-Kabongo, Les Esclaves à Séville au début du XVIIe siècle. Approche de leurs origines et de leur condition à partir des baptêmes, des mariages et des enterrements de 1600 à 1621 dans les paroisses sévillanes, Paris, Hachette, 1976 ; Les Esclaves à Cordoue au début du XVIIe siècle (1600-1621), histoire, thèse de doctorat de l’université de Toulouse Le Mirail, 1975,1 vol., 281 p.

9 Le mémoire de Jean-Pierre Fortin ne fait qu’évoquer les passagers de couleur dans un sous-chapitre : « Les déportations de Noirs vers les Antilles, 1694-1764 », mémoire de DES, université de Nantes, 1971.

10 Alain Croix, Les Étrangers à Nantes au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 108.

11 Virginie Fleurant, L’introduction des Noirs à Nantes de 1740 à 1793, histoire, mémoire de maîtrise de l’université de Nantes, 2001, et Soizic Laville, Les Noirs à Nantes de 1717 à 1740 : aux origines d’une première immigration, histoire, mémoire de maîtrise de l’université de Nantes, 2001.

12 On rappellera que les registres d’armement et de désarmement conservés aux archives départementales de Loire-Atlantique dans la section maritime sous la référence 120 J sont complémentaires : les registres de désarmement sont des registres d’armement complétés, à la suite du même document, par des informations concernant le retour du même navire à Nantes.

13 Jules Mathorez, Histoire des étrangers en France, Paris, 1919, p. 390.

14 Philippe Haudrère, L’Empire des rois (1500-1789), Paris, Denoël, 1997, p. 140.

15 Marcel Koufinkana, Esclaves et esclavage dans la France d Ancien Régime, histoire, thèse de doctorat de l’université de Toulouse, 1989, p. 129.

16 Thomas Raffin, Les passagers de couleurs à Bordeaux au XVIIIe siècle, histoire, mémoire de master II de l’université de Nantes, 2008.

17 Voir dans ce volume la contribution de Frédéric Régent.

18 La première colonne du tableau renseigne la cote du registre des archives départementales de Loire-Atlantique (C12... pour l’armement et C13... pour le désarmement).

Table des illustrations

Légende Figure no 2 - Les Noirs viennent à Nantes : répartition des motifs des venues d’après les archives maritimes
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure no 3 – Détail des professions des Noirs à Nantes (hors domesticité)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

Auteur

Historien, professeur d’histoire-géographie dans l’académie de Nantes, est l’auteur de deux masters consacrés à l’étude des gens de couleur dans les villes portuaires, réalisés en 2007 et 2008 : Les passagers de couleur à Nantes au XVIIIe siècle d’après les registres d’armement et de désarmement (1694-1793) et Les passagers de couleur à Bordeaux au XVIIIe siècle.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540