Version classiqueVersion mobile

Saturne aux deux visages

 | 
Tony Gheeraert

Chapitre 8. La fortune de L’Astrée

Texte intégral

1L’éclosion de la pastorale dramatique en France est l’indice le plus visible de la réussite rencontrée dès sa parution par le roman d’Honoré d’Urfé : les Bergeries de Racan (1625) ou la Sylvie de Mairet (1626) attestent le succès d’une vogue qui survivra au déclin précoce de la pastorale au théâtre ; La Fontaine, en 1691, puisera encore dans L’Astrée le sujet d’une tragédie lyrique, après avoir avoué au détour d’une ballade son affection toute particulière pour un ouvrage qu’il considère comme « exquis » :

  • 1 « Ballade », Contes et nouvelles en vers, 1665, in Œuvres complètes, Paris, Éditions du Seuil, « L (...)

Non que Monsieur d’Urfé n’ait fait une œuvre exquise :
Étant petit garçon je lisais son roman,
Et je le lis encore ayant la barbe grise1.

  • 2 D’après Roger Lathuillière, les « Précieuses de 1650 aiment sans doute le roman pour diverses rais (...)

2Roman où sont contées de délicieuses aventures, L’Astrée, qui dissèque avec tant de soin les nuances du sentiment amoureux et multiplie les analyses psychologiques, est pour toute la belle société mondaine, un art d’aimer, un manuel de conversations galantes et un bréviaire de l’honnêteté. Les Précieuses y trouvent aussi un répertoire de situations et cherchent à vivre comme les personnages du roman : Julie d’Angennes, fille de Mme de Rambouillet, se fait peindre en Astrée par Claude Déruet, munie d’une panetière et d’une houlette, et entourée d’un troupeau de charmantes brebis2, tandis qu’en Allemagne, un cénacle des « Parfaits Amants » réunit les admirateurs de L’Astrée en une académie sentimentale. Les érudits ne sont pas en reste ; ainsi Pierre-Daniel Huet, évêque d’Avranches, écrit en 1669, dans son traité De l’Origine des romans, son admiration pour l’écrivain qui a libéré le roman français de la tutelle étrangère :

  • 3 Pierre-Daniel Huet, De l’Origine des romans, op. cit., p. 129.

M. d’Urfé fut le premier qui les tira [les romans] de la barbarie, et les remit dans les règles en son incomparable Astrée, l’ouvrage le plus ingénieux et le plus poli qui eût jamais paru en ce genre, et qui a terni la gloire que la Grèce, l’Italie et l’Espagne s’y étaient acquise3.

  • 4 Pour plus de détails, voir Charles Dédéyan, Le Chevalier berger, op. cit., p. 75-138.

3Les imitateurs, adaptateurs ou commentateurs de L’Astrée sont trop nombreux pour qu’on les cite tous ici : il faudrait mentionner des écrivains aussi variés que Voiture ou Corneille, Nicole ou le père Bouhours, auteurs qui, dans leur diversité, témoignent d’un succès qu’on retrouve partout, jusque dans le mobilier et la décoration4.

4Les conventions du roman baroque et son refus assumé des contingences du monde réel ne vont pourtant pas tarder à paraître ridicules aux yeux de romanciers soucieux de ce qu’on pourrait appeler, si l’on ne craignait l’anachronisme, un certain « réalisme ». Les artifices, les hyperboles et l’idéalisme des bergeries ont ainsi été tournés en dérision par Charles Sorel dans son Berger extravagant, « anti-roman » publié en 1627 et dont les premières lignes désignent clairement la cible visée :

  • 5 Myrtil est un personnage du Pastor Fido de Guarini. Voir ci-dessus, p. 27.
  • 6 Charles Sorel, Le Berger extravagant [1627], Genève, Slatkine Reprints, 1972, première partie, liv (...)

« Paissez, paissez librement, chères brebis, mes fidèles compagnes : la déité que j’adore a entrepris de ramener dedans ces lieux la félicité des premiers siècles, et l’amour même qui la respecte se met l’arc en main à l’entrée des bois et des cavernes, pour tuer les loups qui voudraient vous assaillir. […] » Ce sont les paroles qui furent ouïes un matin de ceux qui les purent entendre, sur la rive de Seine en une prairie proche de Saint-Cloud. Celui qui les proférait chassait devant soi une demi-douzaine de brebis galeuses, qui n’étaient que le rebut des bouchers de Poissy. […] Avec tout cet équipage il était fait à peu près comme Bellerose, lorsqu’il va représenter Myrtil à la pastorale du Berger fidèle5. Ses cheveux étaient un peu plus blonds que roux, mais frisés naturellement en tant d’anneaux qu’ils montraient la sécheresse de sa tête, et son visage avait quelques traits qui l’eussent fait paraître assez agréable, si son nez pointu et ses yeux gris à demi-retournés et tout enfoncés ne l’eussent rendu affreux, montrant à ceux qui s’entendaient à la physionomie, que sa cervelle n’était pas des mieux faites6.

5Le roman raconte l’histoire du bourgeois Louis qui, la tête farcie de bergeries, a décidé de vivre en pasteur. Il a donc hellénisé son nom en Lysis et, après avoir acheté quelques « brebis galeuses », il fait paître ses bêtes du côté de Saint-Cloud et chante son amour pour Catherine – qu’il appelle Charite, n’ayant pas trouvé l’anagramme d’Arthénice qui lui eût permis d’intégrer toutes les lettres de son nom. Sorel dénonce l’invraisemblance des péripéties et des personnages pastoraux, et réinstalle au cœur du dispositif romanesque la médiocrité ordinaire sur l’exclusion de laquelle s’était précisément construit le roman d’Honoré d’Urfé, dont l’un des objets majeurs était l’analyse désincarnée des sentiments. Il y a du Don Quichotte en Lysis, dans la mesure où, comme l’hidalgo espagnol, il est insatisfait par le quotidien et tente d’y vivre comme un personnage de fiction ; chez Cervantès comme chez Sorel, le rire provient de la confrontation entre les aspirations romanesques (à l’amour pastoral chez celui-ci et à l’héroïsme chevaleresque chez celui-là) et la platitude de l’existence réelle où ces ambitions viennent échouer lamentablement. Toutefois, dans le Don Quichotte, le modèle chevaleresque continue de posséder une sorte de grandeur dérisoire, puisque ce roman dénonce implicitement un réel sans intérêt, incapable de se hisser à la hauteur d’un idéal qui, pour être vain, n’en conserve pas moins sa noblesse ; dans Le Berger extravagant, en revanche, il ne s’agit que de faire éclater les incohérences des bergeries, en ôtant au rêve pastoral toute valeur. Malgré son évidente portée critique, une telle œuvre représente encore une forme d’allégeance paradoxale envers un genre qui suscite un si spectaculaire engouement.

  • 7 Pour une étude détaillée de ces références lexicographiques, voir Charles Dédéyan, op. cit., p. 14 (...)
  • 8 Ibid., p. 161-164.

6Le XVIIIe siècle voit sans doute la consécration de L’Astrée dans la mesure où le roman, érigé au rang de « classique », connaît désormais l’honneur des dictionnaires7 ; mais dans l’ensemble, le siècle des Lumières se montre sévère à l’égard des histoires ramifiées, du personnel romanesque pléthorique et des préciosités amoureuses auxquels se trouve souvent réduit l’ouvrage d’Honoré d’Urfé. Le chevalier de Jaucourt, dans l’article « Roman » de l’Encyclopédie, loue la narration « vive et fleurie », les fictions « très spirituelles » et les « caractères aussi finement imaginés qu’agréablement variés et bien suivis », mais c’est pour mieux condamner l’insertion de « méchants vers » au sein de la prose romanesque et, surtout, la mauvaise morale d’un roman qui ne tend qu’à promouvoir la « mollesse » ; il finit par renvoyer au rayon des « fadaises » l’ensemble de la littérature romanesque du grand siècle précédant La Princesse de Clèves. Malgré ces critiques, L’Astrée sera encore lue avec délices, en particulier par Jean-Jacques Rousseau, qui se souviendra de cette lecture d’enfance lorsqu’il écrira La Nouvelle Héloïse8.

7Le XIXe siècle romantique se montrera encore plus réservé à l’égard de L’Astrée, roman dans lequel il ne saura voir qu’un déploiement de fade rhétorique. Théophile Gautier, dans son ouvrage consacré à la littérature du premier XVIIe siècle intitulé Les Grotesques, n’accorde au roman pastoral que quelques lignes cruelles :

  • 9 Voir par exemple les rimes du madrigal de Céladon à Aminthe (I, 4, Vag. p. 152).
  • 10 Théophile Gautier, Les Grotesques [1844], éd Cecilia Rizza, Paris, Schena-Nizet, 1985, p. 336-337. (...)

Nous sommes dans le Forez, en plein Honoré d’Urfé, sur les bords doucereux du Lignon, cette galante rivière qui roule des flots de petit-lait ; c’est un charmant pays que celui-là, et que je regrette fort pour ma part. Les arbres y ont des feuillages en chenilles de soie vert-pomme ; les herbes y sont en émail, et les fleurs en porcelaine de la Chine ; du milieu des buissons bien peignés, de grandes roses, grosses comme des choux, vous sourient amicalement de leurs lèvres purpurines, et vous laissent lire leurs innocentes pensées au fond de leur cœur écarlate. Des nuages en ouate bien cardée flottent moelleusement sur le taffetas bleu du ciel ; de petits ruisseaux, faits des larmes des amants, se promènent, avec un gazouillis élégiaque, sur un fond de poudre d’or ; de jeunes zéphyrs agitent doucement leurs ailes en guise d’éventail, et répandent dans l’air une fraîcheur délicieuse ; les échos y sont fort ingénieux et les mieux appris du monde ; ils ont toujours à répondre quelque assonance réjouissante aux stances qu’on leur adresse, et ne manquent jamais de répliquer à l’amant qui leur demande si sa maîtresse est sensible aux tourments qu’il endure – dure9. Car dans ce pays fabuleux, la rime naturelle de maîtresse est tigresse […]10.

8Cette page, tout en raillant L’Astrée, montre que Gautier a bien compris le projet d’Honoré d’Urfé : le romantique dénonce ici, bien sûr, la mièvrerie « doucereuse » de l’œuvre, mais il met surtout l’accent sur l’artificialité d’une nature astréenne qui tient du décor de théâtre davantage que de la forêt sauvage. En fait, pour Gautier, L’Astrée est une anti-nature factice, monstrueuse à force de beauté hyperbolique : ces « roses grosses comme des choux » sont trop grosses, trop belles, si belles qu’elles confinent à l’horreur. Gautier reproche aussi à d’Urfé son vocabulaire jugé précieux et ampoulé (les « jeunes zéphyrs »).

9La réhabilitation de L’Astrée date du XXe siècle. Le roman est sorti des limbes où il était plongé à la faveur de l’entreprise d’édition d’Hugues Vaganay (1925-1928), mais c’est surtout, plus près de nous, grâce au travail de savants lecteurs comme Maxime Gaume ou Gérard Genette que le roman d’Honoré d’Urfé est en passe de retrouver sa place dans le panthéon littéraire de la France : l’auteur de Figures a mis en avant la subtilité de la construction, les jeux complexes de la symétrie, et surtout la présence, dans ce roman qui se donne comme innocent, d’un « serpent » au cœur même de la « bergerie ». Gérard Genette voit avec raison dans l’œuvre d’Honoré d’Urfé l’acte de naissance et la matrice de tout le romanesque moderne :

  • 11 « Le serpent dans la bergerie », art. cit., p. 110.

S’il existe une histoire du Roman, non pas seulement comme « genre littéraire », mais comme sentiment et forme de l’existence, L’Astrée est dans cette histoire l’œuvre-clef, le moment capital : l’étroit goulet par où tout l’ancien se déverse, se reversedans tout le moderne. Et si le Romanesque est une donnée fondamentale, transhistorique, de l’imagination humaine, alors il n’y a qu’un roman, qui est tous les romans : et ce roman des romans, c’est L’Astrée11.

10Que L’Astrée ne soit pas oublié des romanciers qui ont marqué notre modernité, la présence lancinante de la thématique pastorale dans ce « nouveau roman » qu’est La Route des Flandres de Claude Simon l’atteste bien : lorsque le narrateur entreprend de décrire un paysage printanier de haies taillées et de buissons qui sert de théâtre à la mort et aux blessures de la guerre, ce sont les jardins à la française qui viennent sous sa plume, avec ses boulingrins et ses

  • 12 Claude Simon, La Route des Flandres, Paris, Les Éditions de Minuit, 1960, p. 78-79.

bosquets et rendez-vous d’amour pour marquis et marquises déguisés en bergers et bergères se cherchant à l’aveuglette cherchant trouvant l’amour la mort déguisée elle aussi en bergère dans le dédale des allées12.

11Une telle évocation, inattendue dans une description de la Débâcle, suggère que la nature, livrée à la violence et à la sauvagerie, se trouve déchue à tout jamais des rêves virginaux de l’innocence ; ce passage, et d’autres semblables, servent de contrepoint, dans un roman conçu comme une anti-pastorale, à l’obsession des corps meurtris, des plaies ouvertes, des chairs déchirées ou unies dans d’haletantes et frénétiques étreintes. Mais du Forez baroque à l’invasion de mai 1940, le chemin n’est pas si long : dans L’Astrée, la légèreté apparente n’était qu’un masque posé sur un fond d’inquiétude et de mélancolie, et la mort travestie rôdait à chaque page. Si éloignées que soient les bergeries de l’esthétique de Claude Simon, l’auteur de La Route des Flandres est parvenu à saisir l’essence même du roman d’Honoré d’Urfé, à travers ces quelques lignes qui pourraient lui servir d’épigraphe, et sur lesquelles nous nous garderons bien, pour notre part, de renchérir.

Notes

1 « Ballade », Contes et nouvelles en vers, 1665, in Œuvres complètes, Paris, Éditions du Seuil, « L’Intégrale », 1965, p. 191.

2 D’après Roger Lathuillière, les « Précieuses de 1650 aiment sans doute le roman pour diverses raisons qu’il serait trop long d’analyser : culte de l’honnête amitié, prééminence des femmes, débats et cours d’amour, courtoisie et galanterie dans les conversations et les échanges de lettres, peinture d’une existence pastorale, etc. Mais elles goûtent, en la lisant [L’Astrée], les caractères qu’elles impriment à leur langue et à leur style » (« Aspects précieux du style d’Honoré d’Urfé dans L’Astrée », Colloque du quatrième centenaire de la naissance d’Honoré d’Urfé, op. cit., p. 102-103.

3 Pierre-Daniel Huet, De l’Origine des romans, op. cit., p. 129.

4 Pour plus de détails, voir Charles Dédéyan, Le Chevalier berger, op. cit., p. 75-138.

5 Myrtil est un personnage du Pastor Fido de Guarini. Voir ci-dessus, p. 27.

6 Charles Sorel, Le Berger extravagant [1627], Genève, Slatkine Reprints, 1972, première partie, livre 1, p. 19.

7 Pour une étude détaillée de ces références lexicographiques, voir Charles Dédéyan, op. cit., p. 149-151.

8 Ibid., p. 161-164.

9 Voir par exemple les rimes du madrigal de Céladon à Aminthe (I, 4, Vag. p. 152).

10 Théophile Gautier, Les Grotesques [1844], éd Cecilia Rizza, Paris, Schena-Nizet, 1985, p. 336-337. Cette dernière rime prétendue est bien sûr introuvable dans L’Astrée !

11 « Le serpent dans la bergerie », art. cit., p. 110.

12 Claude Simon, La Route des Flandres, Paris, Les Éditions de Minuit, 1960, p. 78-79.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search