Version classiqueVersion mobile

Saturne aux deux visages

 | 
Tony Gheeraert

Chapitre 3. Entre Mérovingiens et Bourbons : du roman historique à l’engagement politique

Texte intégral

  • 1 Claude-Gilbert Dubois, Celtes et Gaulois au XVIe siècle : le développement littéraire d’un mythe n (...)
  • 2 Ibid.

1Alors que la tradition situe le lieu de l’âge d’or dans une Arcadie lointaine et atemporelle, Honoré d’Urfé le déplace dans le Forez et lui assigne une période historiquement fixée : le Ve siècle de notre ère. Cette modification du décor, les montagnes de Grèce se trouvant remplacées par une plaine française, renvoie à une stratégie d’ordre politique autant que littéraire : elle invite à considérer L’Astrée dans ses dimensions socio-historiques. Une telle transposition ne saurait être indifférente, en ce début du XVIIe siècle où le pouvoir monarchique est en train de se renforcer en France après les déchirements des guerres de religion. Claude-Gilbert Dubois n’hésite pas à parler de « réalisme nationaliste »1 pour décrire le projet romanesque de L’Astrée, et il est exact que l’ouvrage de d’Urfé n’est pas un roman sentimental coupé de toute réalité ; il est au contraire le creuset où s’invente une mythologie nationale : affirmer la suprématie d’Astrée, c’est pour l’auteur soutenir la supériorité de la « doulce France » des troubadours, de la douceur de vivre et de la galanterie. Contre les emprunts aux sources gréco-latines, d’Urfé propose ainsi un retour à une inspiration et à une écriture françaises, mises au service d’une entreprise de « décolonisation culturelle »2. En faisant du Forez la nouvelle Arcadie, le romancier suggère que la France est le pays où revient s’installer Astrée, déesse de l’âge d’or.

« Du côté du soleil couchant » : aux origines de la nation française

2 L’Astrée se présente au lecteur comme un roman historique. L’histoire se passe en 457-458 après Jésus-Christ, soit moins de vingt ans avant la chute définitive de l’Empire romain d’Occident, mais à une date où la Gaule est déjà aux mains de Barbares venus d’outre-Rhin, les Francs. Le roman met ainsi en scène la succession de Mérovée, fondateur de la dynastie mérovingienne qui régnera sur la France jusqu’à Pépin le Bref et Charlemagne. D’Urfé, qui s’est inspiré des Antiquités et histoires gauloises et françaises de Claude Fauchet (1579), multiplie comme à plaisir les références historiques ; au seuil des aventures de Childéric, Silviane et Andrimarte, il prend le temps de planter longuement l’arrière-plan :

Le roi Mérovée, […] par la grandeur de ses faits, s’est acquis ce nom parmi les Francs, parce qu’en leur langage « merveich » signifie, prince excellent […]. Après avoir gagné plusieurs victoires, tant sur les Huns, Gépides, Alains, que Romains et Bourguignons, et avoir régné douze ans, mourut plein de gloire et de trophées, regretté de tous ses peuples, ne laissant de sa femme Méthine, fille de Stuffart roi des Huns, et prédécesseur d’Attile, surnommé le fléau de Dieu, qu’un seul fils nommé Childéric. (III, 12, p. 301-302)

3La déposition du fils de Mérovée (III, 12, p. 375) est également un épisode authentique, que d’Urfé se contente d’avancer de trois ans, puisqu’elle a eu lieu en réalité en 461. Le narrateur prend soin aussi de créer des effets de couleur locale : le respect de l’ancienne toponymie (l’Austrasie, p. 332 ; le peuple des Éduens, p. 335 ; la Gaule Armorique, p. 332), procédé caractéristique du roman historique, provoque ainsi un effet d’éloignement dans le temps. D’Urfé prend un plaisir tout particulier à proposer une description savoureuse de Lutèce ; la future capitale de la France, réduite à l’île de la Cité, apparaît au chevalier d’Amasis comme une sorte de ville pastorale oxymorique :

Or ce beau fleuve de la Seine, comme je m’assure, Madame, vous avez bien ouï dire, sert de fossé à cette belle ville, la ceignant de ses deux bras et en faisant une île délectable et forte. Et d’autant qu’il ne ronge ni ne dévore pas ses bords comme Loire, mais coule paisiblement parmi cette grande plaine, qu’il arrose par cent et cent divers détours, son rivage est presque toujours tapissé de belles et diverses fleurs, et peuplé de plusieurs sortes de beaux arbres qui le couvrent au plus chaud de l’été d’un frais et agréable ombrage. (p. 308)

4Réalisant l’harmonie des contraires, Lutèce figure l’utopie d’une cité idéale où les douceurs enchanteresses de la nature se conjuguent à celles de la civilisation. Tout en célébrant un site visiblement favorisé par les dieux et destiné à gouverner le monde, cette peinture nourrit en même temps un regret nostalgique pour le temps béni où la métropole européenne était encore un locus amoenus champêtre. Les noms de personnages contribuent aussi à suggérer l’époque lointaine où se déroule le roman : ainsi les patronymes de Mérovée et Childéric, mais aussi la touche d’exotisme celtique introduite par Gyweldin (p. 335). D’Urfé prend soin aussi de décrire les coutumes et la culture franques et gallo-romaines, comme l’élection du roi accompagnée d’une acclamation sur le pavois (p. 302 et 352) ou la prise de la robe virile (p. 326). Comme il convient dans un roman gaulois, les héros sont des païens qui honorent Teutatès et les « dieux domestiques » (p. 361), et croient en l’existence de « bons démons » (p. 359).

  • 3 Ibid., p. 77.

5Cette inscription de la fiction dans l’Histoire ne sert pas seulement à dépayser le lecteur, mais renvoie aussi à un ambitieux projet à la fois politique, littéraire et idéologique : il s’agit pour d’Urfé de chanter la naissance de son pays et de raconter l’histoire de ses héros fondateurs, c’est-à-dire de fournir à la France ce que Virgile avait en son temps donné à Rome en composant L’Énéide : un mythe des origines. C’est la raison pour laquelle le romancier choisit de situer son chef-d’œuvre aux débuts de la monarchie mérovingienne : Rome est, en 458, une puissance déclinante toute prête d’être rayée des cartes et, si le pouvoir franc qui lui succédera en Gaule n’est pas encore affermi, bien des signes attestent la montée de son étoile, comme pour signifier que c’est désormais au tour de la France naissante de dominer le monde : « Du côté du soleil couchant », précise Honoré d’Urfé au tout début du roman (p. 35), en une périphrase dont on aurait tort de sous-estimer l’importance, car elle traduit la croyance, qui remonte à Orose et qui est reprise au XVIe siècle par Guillaume Postel, selon laquelle le cours des astres préside à un glissement des empires vers l’occident – après Babylone et Rome vient le temps de la Gaule. Ce « soleil couchant » inaugural contient ainsi toutes les promesses, garanties par des démonstrations astronomiques, qui font des Gaulois le peuple élu chargé de restituer l’ordre originel et, à ce titre, lui donnent le droit de gouverner l’univers3.

  • 4 Ce point de vue est bien sûr anachronique. Voir ci-dessous, p. 68.

6On voit par là que ces temps obscurs du Ve siècle sont pour la nation l’âge de tous les possibles ; la France est à la croisée des chemins : le futur est ouvert et tout reste à construire en cette période marquée par la mort et la destruction, mais où s’invente déjà l’avenir. Le lecteur assiste ainsi à la naissance de la chevalerie, pilier du système féodal encore en vigueur, au moins de façon théorique, au début du XVIIe siècle, et importée des terres germaniques (p. 326)4 ; Mérovée est un roi-chevalier, miroir des princes et incarnation de l’héroïsme militaire : prudent autant que chevaleresque, il est le digne fondateur de la monarchie française (p. 343) ; Céladon, parce qu’il sait aimer « à la vieille gauloise » (p. 409 et 410) figure de son côté un héroïsme amoureux d’un autre temps, celui de la douceur et de la fidélité, comme l’explique d’Urfé dans son épître-préface :

Ah ! berger, que l’âge où nous sommes est bien contraire à ton opinion ! [...] Que l’on tient aujourd’hui des maximes d’état d’amour bien différentes, à savoir qu’aimer et jouir de la chose aimée doivent être des accidents inséparables. Que de servir sans récompense sont des témoignages de peu de mérites. Que de languir longuement dans le sein d’une même dame, c’est en vouloir tirer l’amertume, après en avoir eu toute la douceur [...]. Et bref, que le change est la vraie nourriture d’une amour parfaite et accomplie. (p. 409-410)

7Le temps des origines fut donc bien un « âge d’or » dans l’histoire de la nation, une époque heureuse où les vraies valeurs étaient honorées de tous les gens de bien. En cette période des commencements que décrit le roman, plusieurs indices laissent aussi deviner la victoire prochaine d’une religion nouvelle qui supplantera l’antique polythéisme : si le christianisme n’a pas encore pénétré dans les campagnes gauloises, il est toutefois présent dans les lointains ; d’Urfé dessine par exemple, discrètement, la figure de saint Rémi, lorsqu’il évoque le destin de la reine Méthine qui se retire à Reims après la mort de son mari,

pour passer plus doucement l’ennui de la perte qu’elle avait faite, avec les ordinaires consolations d’un grand personnage nommé Rémi qui reluit de tant de vertus, qu’encore que le Dieu qu’il adore soit inconnu aux Francs, et à nous, si est-ce que jamais personne affligée ne part d’auprès de lui sans être soulagée de sa peine. (p. 354-355)

  • 5 Sur toute cette question, voir la préface de l’édition Folio de L’Astrée, écrite par Jean Lafond ( (...)

8En ce Moyen Âge naissant, le christianisme, la chevalerie, une dynastie nouvelle se substituent peu à peu aux institutions romaines : c’est bien le destin grandiose de la France qui est en train de se nouer à l’époque où se déroule L’Astrée. Honoré d’Urfé nous donne à lire, sous le masque de la pastorale, l’exaltation des débuts et l’aurore d’un pays5.

  • 6 Celui-ci a tendu un piège à la malheureuse Isidore, afin de pouvoir abuser d’elle (« elle se mit b (...)

9Cette nationalisation de l’Histoire implique le désaveu des emprunts culturels étrangers, au premier rang desquels figure l’héritage gréco-latin. Pour mieux dévaluer cet apport, Honoré d’Urfé reprend à son compte les thèses, répandues depuis le XVIe siècle, qui exaltent la haute culture des Celtes, jugée supérieure à celle des Romains. En effet, les Francs et les Gaulois, dans son œuvre, n’apparaissent en rien comme des peuples grossiers et « barbares » que la rencontre avec Rome aurait policés : ils sont au contraire donnés d’emblée comme des chevaliers civilisés, au contraire des Romains, fréquemment présentés sous un mauvais jour : « étrangers », sournois (p. 332), traîtres et usurpateurs (comme l’ambitieux Gillon, p. 353), ou même violeurs, comme l’empereur Valentinian6. De même, la religion des druides est considérée comme plus conforme aux vérités chrétiennes que le polythéisme romain ; nous voyons ainsi qu’Adamas, à travers les divinités gauloises, voue en fait un culte au Dieu unique et même au Dieu trinitaire, ainsi qu’il tente de l’expliquer à Céladon :

Mais il est certain, mon cher enfant, qu’il n’y peut avoir qu’un Dieu, car s’il n’est tout-puissant, il n’est point Dieu. Ceux que vous nommez [Hésus, Tharamis et Bélénus] ne sont proprement que surnoms de ce grand Teutatès. (II, 8, Vag. p. 324)

10Par une heureuse chance, ou plus sûrement grâce à un destin favorable, la domination romaine, décrite comme « tyrannique » (II, 8, Vag. p. 325), n’effaça pas le souvenir de cette civilisation gauloise raffinée ; l’occupation n’aura en fait constitué qu’une parenthèse dans la vie du pays, au cours de laquelle les traditions celtiques ont réussi à se maintenir tant bien que mal, comme l’expose encore le druide Adamas :

Parmi la tyrannie de ces étrangers, nous avons toujours conservé quelque pureté en nos sacrifices, et avons adoré Dieu comme il faut, et même [ = surtout] en cette contrée où nous n’avons jamais reconnu la puissance de ces usurpateurs. (II, 8, Vag. p. 325)

11« Même en cette contrée », précise le sage druide : le mythe de l’âge d’or forézien joue en effet un rôle crucial dans cette démonstration de l’autochtonie française et dans le déni de l’influence italienne sur le pays. Enclave close et protégée, le Forez a été épargné par l’invasion romaine et a donc pu maintenir intactes les antiques coutumes gauloises ; il a ainsi constitué un petit reste suffisant pour assurer la continuité du peuplement et transmettre aux Francs, de retour chez eux, les mœurs ancestrales. Car le remplacement des Romains par les Francs sur le sol français n’est en rien conçu par le romancier comme la substitution sur le territoire national d’un envahisseur à un autre, mais comme le retour au pays de ses enfants provisoirement exilés ; en prenant la place laissée vacante par une Rome en déroute, les Francs n’usurpent pas un sceptre à l’abandon mais reprennent un trône qui leur revient de droit, puisqu’ils sont présentés comme les descendants de ces Gaulois chassés jadis de leur patrie par les légionnaires de César. Les oracles avaient de longue date promis cette restauration :

La reine Méthine [...] demeurait le plus souvent dans Paris, tant pour être comme le centre des conquêtes de Mérovée, que pour un oracle qui, depuis peu, avait été rendu au temple d’Isis, qui disait :

Le Gaulois étranger en Gaule régnera,
Lorsque Paris le chef de la Gaule sera.

Parce que Mérovée et ses Francs estimèrent que, leurs aïeux ayant été les Gaulois, cet oracle eût voulu parler d’eux. (p. 307-308)

  • 7 Voir Maxime Gaume, Les Inspirations et les sources de l’œuvre d’Honoré d’Urfé, op. cit., p. 132-14 (...)

12L’autochtonie des Francs, qui « ont été autrefois gaulois » (II, 8, Vag. p. 325), leur confère ainsi la légitimité nécessaire pour diriger la France : Mérovée met seulement un terme à plusieurs siècles d’occupation ; il est moins un nouvel envahisseur qu’un libérateur7.

13En réduisant à une simple digression le temps de la pax romana, le Forez assure, au milieu des bouleversements du Ve siècle, un passage de témoin sans heurt et sans rupture entre les Celtes et les Francs. Cette continuité est renforcée par une politique active de melting-pot :

[La reine Méthine] avait commandement du prudent Mérovée son mari, de mêler parmi les filles des Francs le plus de Gaulois qu’elle pourrait, afin de rendre par ces alliances ces deux peuples non seulement amis, mais alliés. (p. 305-306)

14Grâce à ces mariages mixtes, les Gaulois et les Francs ne feront bientôt plus qu’un seul peuple homogène, comme autrefois, sans qu’aucun sang étranger vienne s’y mêler – l’union entre la Gauloise Silviane, fille du duc d’Aquitaine Semnon, et le Franc Andrimarte, en est un exemple.

15Marc Fumaroli parle de Galliade pour définir L’Astrée : tout un peuple retrouve, en effet, dans ce roman, le mythe unificateur d’une identité perdue, ses racines et sa noblesse. L’ambition d’Honoré d’Urfé est de montrer que la nouvelle résidence du pouvoir et de la culture est la France, qui s’est libérée du joug romain et a fait triompher ses valeurs. L’Astrée donne ainsi aux lecteurs une histoire collective, fictive peut-être, mais propre à souder une communauté en lui fournissant un récit mythique qui chante ses origines glorieuses et autochtones.

Une réflexion sur la légitimité du pouvoir

  • 8 « Au roi [Louis XIII] », L’Astrée, édition Vaganay, t. III, p. 3.

16Vaste fresque historique en l’honneur de la France passée, ce roman annonce aussi l’espoir d’une restauration, puisque c’est dans le Forez, donc en territoire français, que vient régner Astrée. Rallié à Henri IV à qui est dédié le roman, d’Urfé prétend voir dans le premier monarque Bourbon le présage d’une ère de paix et de prospérité qui s’ouvre après le désastre des guerres civiles. C’est Henri le Grand, « par qui la France chancelante avait été élevée et raffermie » et qui, à cette « Astrée que le sage Antiquité a toujours prise pour Justice », « avait donné envie de descendre du Ciel, pour revenir dans les Gaules, son ancienne et plus agréable demeure »8. L’écrivain forézien déclare encore dans sa dédicace au roi :

  • 9 « Au roi [Henri IV] », L’Astrée, édition Vaganay, t. I, p. 4.

Recevez-la donc [Astrée], Sire, non pas comme une simple bergère, mais comme une œuvre de vos mains : car véritablement on vous en peut dire l’auteur, puisque c’est à Votre Majesté à qui toute l’Europe doit son repos et sa tranquillité9.

17Une semblable allégeance paraît tenir de la volte-face : naguère catholique intransigeant, ligueur hostile à ce calviniste mal repenti qui règne sur la France, d’Urfé adopte une attitude qui ressemble fort à un reniement. À lire le roman, on s’aperçoit en fait que l’écrivain, s’il fait certes preuve d’une grande prudence, ne parvient pas à abdiquer totalement les opinions qu’il professait naguère. L’histoire de Childéric laisse voir toute la complexité et toute l’ambiguïté de la position d’Honoré d’Urfé à l’égard de la question du « tyrannicide » – le terme désigne d’abord le meurtre d’un tyran accompli en dehors de toute procédure régulière par une personne privée, mais peut aussi s’appliquer, par métonymie, au meurtrier du tyran –, la question étant de savoir si les sujets sont autorisés à renverser, voire à mettre à mort, un roi qui se comporte comme un injuste despote. Certes, d’Urfé ne peut pas prendre le risque de plaider ouvertement en faveur de la déposition du tyran, quand bien même celui-ci serait, comme c’est le cas pour le mérovingien de son roman, un monstre indéfendable. Nous verrons toutefois que si le récit semble condamner le soulèvement contre le fils de Mérovée, le dispositif romanesque tend au contraire à donner raison au « peuple » de s’être libéré du joug de l’oppresseur. La forme littéraire vient ainsi miner le récit et ouvrir un protocole de lecture en apparence verrouillé par le sens littéral.

Un cas d’école

  • 10 II Sententiae, d. 44, qu. 2, a 2.
  • 11 Nous reprenons ici les termes de J.-F. Julliard (article « Tyrannicide » de l’Encyclopædia Univers (...)

18La question du tyrannicide, si elle connaît un regain d’actualité à l’époque de L’Astrée, n’est pas nouvelle ; c’est au XIIe siècle, en effet, que, face à la nécessité de lutter contre des monarques hérétiques, et malgré le commandement biblique « tu ne tueras point », Jean de Salisbury est amené à distinguer les « tyrans d’origine » (c’est-à-dire les usurpateurs) des « tyrans d’exercice » (c’est-à-dire les rois qui ont acquis le pouvoir par des voies légales mais gouvernent mal leurs peuples) ; ce second cas est le plus délicat, car l’enjeu touche ici la définition de la légitimité ; saint Thomas d’Aquin, au XIIIe siècle, fixe les règles du tyrannicide d’après les principes du droit naturel. Il autorise le meurtre du tyran dans les quatre limites suivantes : d’abord, un tel acte perpétré sur un tyran d’origine n’est légitime que tant que ce dernier n’a pas acquis un juste titre10 ; ensuite, l’initiative du tyrannicide ne peut être individuelle : seule une autorité supérieure au tyran peut agir contre lui ; il convient encore que la législation du pays précise que le droit de se choisir un prince appartient au peuple, qui peut alors mener une révolte officielle, au nom de toute la communauté, pour renverser le tyran ; enfin, la révolte ne peut être légitime qu’à la double condition de ne pas risquer d’entraîner des maux plus graves encore, et d’être quasi assurée du succès11. Au XVIe siècle, les guerres de religion entraînent un retour des doctrines du tyrannicide, d’abord à l’instigation des protestants qui acceptaient mal l’autorité d’un roi catholique ; plus tard, au moment de l’avènement de Henri de Navarre sous le nom de Henri IV, le tyrannicide trouva des partisans dans le camp opposé, celui des ligueurs catholiques hostiles à un roi issu du protestantisme, et pour lesquels la fidélité religieuse devait primer toute autre considération. Le ligueur Jean Boucher considérait ainsi qu’il « est permis à chacun de tuer l’hérétique ou son allié », et composa en 1595 une Apologie pour Jean Chatel – celui-ci s’était rendu coupable d’une tentative d’assassinat sur la personne de Henri IV en décembre 1594. Les jésuites, de leur côté, affichaient des positions si ouvertement favorables au tyrannicide qu’on a pu attribuer l’attentat de Ravaillac contre le roi à l’influence d’un traité monarchomaque composé par un membre de la compagnie de Jésus, le De Rege de Juan de Mariana (1599).

19Dans L’Astrée, l’histoire de Childéric et de Silviane permet au romancier de s’interroger sur cette question du tyrannicide que s’étaient posée les tenants de la Ligue, et à laquelle ils avaient répondu par l’affirmative. L’histoire du fils de Mérovée constitue en effet la mise en fiction dans le roman de ce point litigieux du droit politique : la littérature fonctionne ici comme un « laboratoire » permettant de vérifier la validité de théories qui s’affrontaient alors. Dans le texte, toutes les conditions sont réunies pour que cette expérimentation se déroule sous les meilleurs auspices. Ainsi il ne fait pas de doute que Childéric soit un mauvais souverain : fils de Mérovée auquel il succède naturellement (le récit revient à deux reprises sur la facilité avec laquelle il fut hissé sur le pavois, p. 302 et 352), c’est légitimement qu’il a pris le pouvoir et personne ne songe à le dénoncer comme « tyran d’origine ». Le nouveau monarque n’a pourtant pas les qualités requises pour devenir un bon roi ; malgré les avertissements que son père lui adresse peu avant sa mort dans un long sermon-testament (p. 338 sqq.), il cède à la tentation des plaisirs (« il avait commencé de vivre si licencieusement, s’abandonnant à toute sorte de voluptés », p. 353) et se laisse conduire par des mauvais conseillers :

Et ce qui portait ce jeune prince à semblables désordres, c’était l’opinion que quelques flatteurs lui donnaient que toutes choses étaient permises au roi. (p. 354)

20Le dispositif romanesque tend à accréditer la mauvaise opinion que le lecteur ressent à l’égard de ce personnage, puisque le récit prend le parti de Silviane et d’Andrimarte injustement persécutés ; le narrateur ne doute pas de la perversité de Childéric, qui ne gouverne que pour satisfaire des penchants incontrôlables (« ne pouvant vaincre la passion qui le consommait […] », p. 348). Même ses plus indéfectibles serviteurs, Guyemants et Lindamor, jugent son comportement indéfendable et se croient tenus d’exercer à son encontre une sorte de droit de remontrance (p. 372).

21Le problème étant ainsi posé, toute la question est de savoir si Childéric, avec tous ses défauts, peut être considéré comme un « tyran d’exercice » et, à ce titre, déposé légitimement voire liquidé physiquement. C’est bien, par-delà l’intrigue sentimentale, la question du tyrannicide qui se trouve au cœur de l’histoire de Silviane, de la façon la plus spéculative qui soit, puisque d’Urfé confronte le lecteur à un véritable cas d’école. Le roman, par les procédés de stylisation qui lui sont propres, parvient à réduire une réalité complexe et mouvante pour lui donner ici la valeur d’un exemple-type.

Le double jeu du texte

22Lue selon son sens littéral, l’« Histoire de Childéric » s’inscrit aisément dans le cadre de la morale chevaleresque qui condamne toute infidélité au suzerain ; par ailleurs, les circonstances même du récit, qui est en même temps un éloge funèbre de Clidaman prononcé devant sa mère, imposent la réaffirmation des valeurs pour lesquelles le chevalier a combattu, et donc que l’expulsion du roi soit désavouée. Les personnages donnés comme des héros positifs ne partagent pas le sentiment de la vindicte populaire et désapprouvent la déposition : Clidaman, fils de la nymphe Amasis, Guyemants et Lindamor, amoureux de Galathée, opposent à la rébellion du peuple une fidélité à toute épreuve envers le monarque. Comme Andrimarte (p. 357), ils ont prêté au roi un serment de fidélité qui leur interdit toute velléité de désobéissance, sauf à perdre leur honneur de chevalier : ils ont le droit, et même le devoir, d’aider le souverain de leurs avis, mais sans jamais le trahir. Au seuil de la mort, Clidaman se contente encore de conseiller au roi de réformer sa conduite :

Qu’il trouve bon que vous lui disiez de ma part que s’il ne délaisse la vie honteuse qu’il a faite depuis qu’il est roi, il doit attendre un très âpre châtiment du ciel. (p. 372)

23Clidaman est l’image même du bon vassal ; il réprouve les faits et gestes de son roi et le lui fait savoir, mais accepte de périr pour son service : « Je vous conjure, vous, Guyemants, d’assurer à Childéric que je meurs son serviteur » (p. 371). De même, la posture héroïque de Guyemants et Lindamor tient de l’authentique attitude chevaleresque : « Ni l’un, ni l’autre ne voulurent en cette présente occasion lui reprocher ses fautes, mais tous deux lui offrirent toute sorte d’aide et de secours » pour préserver sa vie (p. 373). Quand bien même le monarque serait indigne d’occuper sa fonction, il n’existe pas d’alternative, car une révolution populaire ne saurait être la source d’aucune autorité légitime ; la foule en désordre est conçue comme une hydre aveugle et assoiffée de sang, qui se dirige au gré de sa volonté flottante et frappe au hasard : elle adresse ainsi à Clidaman les coups destinés à Childéric (p. 370), le blesse à mort et, prenant conscience de son erreur, prononce aussitôt après son éloge funèbre :

Le peuple même de la ville [...] le plaignit, et en chantait à haute voix la louange, criant que c’était grand dommage de la mort de ce prince tant ami de leur nation et de leur couronne. (p. 373)

24Ce revirement illustre l’inconstance de cette foule versatile, furieuse (p. 370), « sans respect et sans amour » (p. 373). Le texte semble donc bien inviter à « poindre vilain », non à écouter les vaines revendications d’un peuple ingrat, irrationnel, brutal et irascible, enfin sujet aux volte-face les plus incohérentes.

25Mais si le sens évident de l’histoire semble impliquer une ferme condamnation de l’expulsion de Childéric, le dispositif romanesque tend à déjouer ce premier niveau de signification et suggère en filigrane que le comportement des émeutiers n’est pas si injustifiable que le prétendent les chevaliers. Pour les révoltés, pas de doute, les mauvaises actions du roi font assurément de lui un « tyran d’exercice » : « le peuple » considère que Childéric mène une vie « honteuse » et exerce des « tyrannies » sur ses sujets (p. 353 et p. 372) ; Silviane, victime des assiduités du monarque, voit aussi dans le roi un « tyran » (p. 362) ; et sa servante considère également que les méfaits de Childéric l’ont rendu indigne de sa couronne :

Cet ingrat de Childéric (il ne mérite pas que nous le nommions roi, puisqu’il en fait ses actions toutes contraires), ce méchant, dis-je, et ce tyran [...]. (p. 365)

26Le mot de « tyran » n’est pas ici une hyperbole littéraire, mais un terme technique du droit politique par lequel on déclare une incapacité du monarque susceptible d’autoriser son élimination.

27Lorsqu’on confronte la fiction avec la théorie politique, on constate qu’Honoré d’Urfé a fait en sorte que, d’après les principes édictés par saint Thomas, les conditions soient réunies pour légitimer la rébellion : il faut en effet, d’abord, que la monarchie soit élective et non héréditaire, ce qui était le cas aux temps mérovingiens (p. 353) ; la seconde exigence est également remplie, puisque la révolte n’est pas le fruit d’une initiative privée, mais officielle et, qu’elle se fait au nom de toute la communauté :

Les druides, princes et chevaliers des Francs, et Gaulois assemblés et unis, déclarent Gillon roi des Francs, et Childéric tyran, et incapable de porter la couronne de ses aïeux. (p. 375)

28Les trois ordres de l’État (le clergé, la noblesse et « les Gaulois », ce terme pouvant renvoyer au tiers), s’associent pour signifier au fils de Mérovée sa déchéance. Du point de vue thomiste qui était encore, pendant les guerres de religion, celui des monarchomaques, le renversement du souverain tyrannique par tous les moyens est donc légitime, au point que le narrateur, pourtant homme lige d’Amasis, peut reproduire sans fard le récit du valet d’Andrénic qui se flatte d’avoir dressé la population contre son monarque :

Je remarquai que parmi ceux qui tenaient ces langages, il y avait et des Gaulois et des Francs, et que peu de chose les porterait aux armes. Cela fut cause qu’aux Francs, je leur disais : « Ah ! Messieurs ! souffrira-t-on qu’Andrimarte soit traité avec tant d’indignité devant les yeux de nous tous ? » Et aux Gaulois : « Eh quoi ? la fille du bon duc Semnon demeurera donc sans secours, et sera honteusement forcée dans notre ville ? » Il ne fallut guère leur répliquer ces paroles pour tout à coup les faire venir aux mains [...]. (p. 367-368)

29Le chevalier finit en fait par approuver lui-même, et comme malgré lui, la révolte spontanée du peuple qui se soulève, dit-il, « avec raison » (p. 370) et apparaît doué, malgré son caractère sanguinaire, d’une « volonté » saine (p. 373) qui le pousse à se révolter contre le « tyran ».

30C’est ainsi la structure romanesque elle-même qui apparaît ici subversive, dans la mesure où c’est elle qui peut faire pencher le cœur du lecteur en faveur des rebelles : le récit est en effet conçu de telle manière qu’Andrimarte et Silviane soient perçus comme sympathiques et que le lecteur s’identifie à eux, bien davantage qu’à Clidaman et ses amis dont les réactions sont celles de chevaliers stéréotypés. L’utilisation d’un ton pathétique pour évoquer le sort de Silviane, seule et abandonnée, et dont le narrateur souligne la « mauvaise fortune », attire la pitié du lecteur, tandis que le comportement de Clidaman, chevalier parfait mourant comme il a vécu, est trop rigide pour susciter la même compassion : le fils d’Amasis meurt sans doute héroïquement, mais inutilement, au service d’un despote qui ne le valait pas, et son trépas, survenu au moment où il protégeait un monarque qui se livrait à des turpitudes, ne sert ni l’État ni sa gloire ; sa mort tend plutôt à renforcer le mépris du lecteur pour un Childéric à qui Guyemants conseille, pour sauver sa vie, d’adopter la moins héroïque des attitudes – la fuite :

Je vous conseille donc, Seigneur […] de céder à la violence de cette fortune contraire, vous retirer hors de ce royaume, et demeurer en repos auprès de Basin en Thuringe. (p. 374)

31Le code chevaleresque, qui entraîne ici le fils d’Amasis et ses amis à soutenir le roi injuste et à lui proposer le salut dans l’exil, apparaît singulièrement dévoyé, et en proie à d’insurmontables contradictions internes.

  • 12 Il ne retrouvera son trône que dans le troisième livre de la Ve partie dont, on l’a vu, l’authenti (...)

32La logique narrative nous conduit ainsi à approuver la rébellion et à nous réjouir de la déposition de Childéric, qui seule permet à Silviane d’échapper définitivement aux poursuites du roi. Honoré d’Urfé fait preuve d’une grande habileté : en choisissant de nous laisser sur l’image du bannissement de Childéric12, d’Urfé résout avec prudence et élégance un problème épineux, et qu’il ne pouvait prendre le risque de traiter radicalement. Certes, l’ancien ligueur se garde de prêcher le meurtre du tyran, qui n’encourt que la déchéance, et il exalte au contraire l’héroïsme des chevaliers prompts à le défendre. Il n’en reste pas moins que tout, dans l’écriture du romancier, montre que son cœur penche en faveur des insurgés, dans une situation où le roi abuse aussi évidemment de son pouvoir. Quoi qu’il en puisse être des opinions secrètes d’Honoré d’Urfé, la dimension historique et politique de ce récit témoigne en tout cas que ce roman n’est pas, comme le laisseraient croire d’abord les multiples exemples d’une casuistique amoureuse éthérée, à mille lieues du réel : les aventures sentimentales servent aussi un projet idéologique et politique, et amènent le lecteur à s’interroger sur les paradoxes de la morale chevaleresque dans ce roman.

Notes

1 Claude-Gilbert Dubois, Celtes et Gaulois au XVIe siècle : le développement littéraire d’un mythe nationaliste, Paris, J. Vrin, 1972, p. 17.

2 Ibid.

3 Ibid., p. 77.

4 Ce point de vue est bien sûr anachronique. Voir ci-dessous, p. 68.

5 Sur toute cette question, voir la préface de l’édition Folio de L’Astrée, écrite par Jean Lafond (p. 22-27).

6 Celui-ci a tendu un piège à la malheureuse Isidore, afin de pouvoir abuser d’elle (« elle se mit bien à crier, et à faire toute la défense qu’elle pût, mais tout lui fut inutile, et l’empereur en eut, par l’aide d’Héracle, tout ce qu’il en voulut », II, 12, Vag. p. 521).

7 Voir Maxime Gaume, Les Inspirations et les sources de l’œuvre d’Honoré d’Urfé, op. cit., p. 132-143.

8 « Au roi [Louis XIII] », L’Astrée, édition Vaganay, t. III, p. 3.

9 « Au roi [Henri IV] », L’Astrée, édition Vaganay, t. I, p. 4.

10 II Sententiae, d. 44, qu. 2, a 2.

11 Nous reprenons ici les termes de J.-F. Julliard (article « Tyrannicide » de l’Encyclopædia Universalis).

12 Il ne retrouvera son trône que dans le troisième livre de la Ve partie dont, on l’a vu, l’authenticité est douteuse.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search