Version classiqueVersion mobile

Saturne aux deux visages

 | 
Tony Gheeraert

Chapitre premier. « L’incomparable Astrée »1

Texte intégral

Honoré d’Urfé, écrivain et soldat

  • 1 Pierre-Daniel Huet, Traité de l’origine des romans [1669], Paris, Desessarts, an VII, p. 128.
  • 2 Marc Fumaroli, « Le retour d’Astrée », in Précis de littérature française du dix-septième siècle, (...)

1Honoré d’Urfé, né à Marseille le 10 (ou le 11) février 1567, était issu d’une ancienne dynastie seigneuriale qui régnait sur le Forez depuis le XIIe siècle. Élevé dans cette région, près de « la rivière Lignon, sur les bords de laquelle [il passa] si heureusement [son] enfance » (p. 410), il habita la demeure familiale, La Bastie ; cette résidence, embellie dans le style renaissant par Claude d’Urfé, grand-père du romancier et ambassadeur de François Ier à la cour de Rome, était un « Fontainebleau en miniature »2, avec ses fontaines de marbre blanc, sa grotte sculptée et sa riche bibliothèque de 4 000 volumes et 200 manuscrits. Honoré y subit fortement l’influence italienne, d’abord parce que Lyon, tout proche, était un foyer de diffusion de la culture transalpine, et ensuite parce qu’il put, grâce à sa mère Renée de Savoie, entretenir des relations avec la cour de Savoie à Turin et Chambéry. De 1575 à 1583, il fut placé sous la férule de pédagogues humanistes au collège jésuite de Tournon, à Paris : l’auteur de L’Astrée, aristocrate raffiné, mais aussi savant pourvu d’une vaste érudition, reste avant tout un homme de la Renaissance.

2Pendant les guerres de religion, Honoré d’Urfé s’engagea dans le parti catholique ; après avoir combattu les royalistes aux côtés de ses frères Jacques et Anne, il entra en conflit avec ce dernier en 1592. Deux sujets de querelle les opposaient : d’une part, le droit d’aînesse, qui jouait en faveur d’Anne, avait réduit son cadet à prendre contre son gré l’habit des chevaliers de Malte (vers 1580) ; d’autre part, Honoré, encore tout jeune (1583), était tombé amoureux de Diane de Châteaumorand, l’épouse de son frère. Cette dissension explique en partie que le rival malheureux resta fidèle à la Ligue aux côtés de Nemours et mit ainsi en difficulté Anne, qui entre-temps s’était rallié au roi Henri IV après sa conversion (25 juillet 1593) et était devenu lieutenant général du Forez. Homme d’action, Honoré mena une existence tumultueuse, riche en péripéties : en septembre 1594, il échoua en attaquant Cervières et Saint-Just-en-Chevalet ; en février 1595, il fut arrêté à Feurs et emprisonné ; libéré grâce à l’entremise de sa belle-sœur Diane, qui accepta de payer trois mille écus de rançon, il partit aussitôt en Savoie rejoindre Nemours, puis revint dans le Forez et attaqua Montbrison, mais pour se faire une seconde fois incarcérer. Une amnistie lui permit de se retirer en Savoie, où il servit le duc Charles-Emmanuel qui lui confia des responsabilités militaires (1597-1598), et où il composa le poème pastoral Sireine (1604).

  • 3 On a ainsi voulu reconnaître Gabrielle d’Estrées, le duc de Bellegarde et Henri IV sous les noms d (...)

3Les hostilités fraternelles se terminèrent par la victoire d’Honoré, qui obtint du pape l’annulation de ses vœux de chevalerie en 1592, et celle du mariage de son frère le 18 mai 1599. Tout lui sourit alors : il put épouser sa belle-sœur (15 février 1600), il obtint des terres (les seigneuries de Virieu-le-Grand et de Châteauneuf), et, de plus, il connut le triomphe littéraire avec L’Astrée dont la première partie parut en 1607. De cette existence tourmentée, son long roman à succès renverrait des échos plus ou moins assourdis : non seulement des clefs de L’Astrée ont circulé très tôt, invitant à identifier les personnages de fiction avec des individus ayant réellement existé3, mais encore, à en croire l’auteur, sa passion pour Diane serait même le point de départ autobiographique de l’œuvre ; le romancier écrit en effet dans sa « Lettre à Étienne Pasquier » :

  • 4 Lettre citée par Maxime Gaume, Les Inspirations et les sources de l’œuvre d’Honoré d’Urfé, Saint-É (...)

Cette bergère que je vous envoyai n’est véritablement que l’histoire de ma jeunesse, sous la personne de qui j’ai représenté les diverses passions, ou plutôt folies qui m’ont tourmenté l’espace de cinq ou six ans4.

  • 5 Maurice Lever, Le Roman français au XVIIe siècle, Paris, Presses universitaires de France, « Litté (...)

4Une bouffée d’adolescence se dégage de ce roman dont les protagonistes principaux, lorsqu’ils se rencontrent pour la première fois, n’ont pas quinze ans. Dans ce désir de ressusciter l’enfance et dans cette peinture délicate des émotions de la jeunesse, Maurice Lever voit des points communs avec le projet proustien et parle, à propos de L’Astrée, d’une « recherche du temps perdu »5.

5Honoré d’Urfé, plus attaché sans doute au symbole de l’amour impossible qu’il voyait en elle qu’à la Diane réelle, se sépara vers 1613 d’une épouse incommode et qui, semble-t-il, refusait « le commerce des hommes ». Il accomplit alors de nombreux voyages en Italie et en France, et reprit les armes pour le compte du duc de Savoie et de Louis XIII. Souffrant d’une maladie pulmonaire, il trouva la mort au cours de la campagne de la Valteline, le 1er juin 1625, à Villefranche-sur-mer.

6Curieusement, l’auteur de ce long roman pastoral conçu comme une célébration de la douceur et de la concorde, fut donc aussi un homme d’action, ligueur puis militaire ; mais il était aussi un fin lettré, ami d’écrivains comme Jean-Pierre Camus, ou de théologiens comme saint François de Sales : d’Urfé connaissait l’évêque de Genève pour l’avoir rencontré lors des réunions de l’Académie florimontane créée en 1606. Le portrait que nous en a laissé Van Dyck le représente comme un Castiglione à la française : de même que l’auteur du Courtisan, d’Urfé participe par son œuvre à la montée de la politesse et à la diffusion de la culture de cour dans la France du début du XVIIe siècle (ILL. 1, p. 23).

Un roman, mille et une histoires

  • 6 Une littérature sentimentale de qualité médiocre avait précédé la publication de L’Astrée, mais sa (...)
  • 7 La troisième partie parut d’abord, incomplète, en 1617.
  • 8 On pourra se reporter, pour davantage de renseignements, aux articles de Bernard Yon, « Honoré d’U (...)

7Roman pastoral, roman d’aventures et roman psychologique, L’Astrée est d’abord le premier grand roman sentimental6. Il toucha un lectorat qui commençait à se lasser des romans de chevalerie et était prêt à goûter l’idéal de retraite raffinée que d’Urfé lui proposait. L’ouvrage est composé de cinq parties, publiées respectivement en 1607, 1610, 16197, 1627 et 1628. Les deux dernières parurent à titre posthume, la cinquième étant en fait de la main de Balthazar Baro, secrétaire de d’Urfé, qui prétendait respecter fidèlement les intentions de son maître8.

  • 9 La Vraie Astrée, Paris, veuve Olivier de Varennes, 1627.
  • 10 La Conclusion et dernière partie d’Astrée […] composée sur les vrais mémoires de messire Honoré d’ (...)

8L’histoire de la publication des deux dernières parties de L’Astrée est trop complexe pour qu’on en explique ici le détail. Dès la mort de d’Urfé, des continuations plus ou moins sauvages virent le jour, ainsi celle complétée par Marin Le Roy de Gomberville en 1626, pour le compte de l’éditeur du romancier défunt, le libraire Fouet. Baro affirme que c’est sa propre quatrième partie9, publiée l’année suivante, qui est seule authentique, et que la conclusion10 qu’il donne au public en 1628 est conforme aux dernières volontés d’Honoré :

  • 11 La Vraie Astrée [Quatrième partie], op. cit., « Avertissement au lecteur ».

Étant sur le point de rendre le dernier soupir, il m’ordonna d’achever ce qu’il avait entrepris, sachant bien qu’il n’en avait jamais communiqué le dessein à personne si fidèlement qu’à moi11.

9Pendant longtemps, la plupart des lecteurs se sont rangés à ces affirmations et ont pris pour un fait assuré que les deux livres publiés par Baro étaient réellement fidèles aux intentions d’Honoré d’Urfé. Mais les spécialistes actuels paraissent bien plus sceptiques. Laurence Plazenet, par exemple, conteste cette « vulgate » astréenne en cinq parties qui se diffusa dès 1632-1633 et n’a cessé par la suite d’être adoptée par les différents éditeurs :

  • 12 Laurence Plazenet, art. cit., p. 66.

L’Astrée telle qu’elle est couramment envisagée n’est donc qu’un assemblage d’éléments disparates élaboré par des éditeurs dont les préoccupations furent fort matérielles. Le montage fait néanmoins significativement du roman un texte achevé et pourvu d’une conclusion heureuse12.

  • 13 « Douter de l’authenticité de la quatrième partie de 1627, c’est rendre hommage au génie de l’aute (...)

10Eglal Henein, de son côté, remet en cause non seulement la fidélité de la cinquième partie, mais même celle de la quatrième13. L’assombrissement général de l’atmosphère dans les derniers volumes, de même que l’effacement du registre pastoral au profit du registre épique peuvent en effet s’expliquer par la substitution d’un romancier à un autre. Toutefois, malgré les doutes sérieux que l’on peut émettre sur la paternité des textes posthumes, nous continuons ici, tout en connaissant les limites de ce postulat, à admettre l’hypothèse selon laquelle la trame générale des livres donnés par Baro correspond, au moins globalement, au projet initial d’Honoré d’Urfé.

11L’histoire principale du roman peut se résumer en quelques lignes. L’action se déroule dans la Gaule du Ve siècle, au moment des invasions barbares et de la chute de l’empire romain, dans la région du Forez, vers Montbrison, entre Lyon et Saint-Étienne. Alcippe a violé le serment de ses ancêtres en quittant le Forez ; après un voyage qui lui a appris la vanité des ambitions humaines, il revient vivre en berger dans son pays natal. Amoureux d’Amarillis, il entre en rivalité avec un autre pasteur, Alcé, mais parvient à épouser celle qu’il aime. Alcé de son côté épouse Hippolite, et de ces deux unions naissent respectivement Céladon et Astrée ; ceux-ci tombent amoureux l’un de l’autre, mais, comme Roméo et Juliette, ils sont contraints de dissimuler cet amour sur lequel la jalousie de leurs pères jette un interdit. Il vient alors à Astrée une idée pour détourner les soupçons de leurs parents : elle ordonne à Céladon de donner le change en courtisant les autres bergères. Mais Sémire, amoureux d’Astrée et jaloux de Céladon, parvient à faire croire à la jeune fille que Céladon est réellement épris d’une de ses compagnes nommée Aminthe. Se croyant trahie, Astrée chasse alors le héros qui se jette, les bras croisés, dans le Lignon (p. 41). Il est heureusement recueilli dans le palais d’Isoure par Galathée, fille de la reine Amasis. La belle « nymphe » (c’est le nom qu’on donne aux princesses dans ce roman) s’éprend de lui, et Céladon, pour échapper à ses assiduités, se voit contraint de s’enfuir ; il y parvient au moyen d’une supercherie : il obtient de Léonide, compagne de Galathée et également amoureuse de lui, qu’elle l’aide à s’évader après l’avoir déguisé en une jeune femme nommée Lucinde (p. 101). Ayant repris ses habits, il s’en va ensuite vivre en ermite dans la forêt, où il finit par rencontrer le druide Adamas. Grâce aux conseils de celui-ci, il construit un temple de feuillage pour Astrée à qui il reste fidèle malgré les traverses que rencontre sa passion ; ensuite, toujours à l’instigation d’Adamas, il se travestit une nouvelle fois et, ayant pris le nom d’Alexis, la fille du druide qui demeurait alors « aux antres des Carnutes », il retourne vivre auprès d’Astrée. C’est alors qu’une guerre éclate entre Galathée et Polémas, soupirant éconduit par la nymphe ; Astrée et Céladon-Alexis, faits prisonniers, sont sauvés par Sémire qui se repent avant de mourir, sous les murs de Marcilly. Après la victoire, les deux héros désenchantent la « fontaine de la vérité d’amour » dont l’eau, qui reflète l’objet des désirs de celui qui la contemple, dénoue les imbroglios amoureux et permet ainsi au roman de se terminer heureusement par des mariages, celui du couple principal, mais aussi d’autres amants dont le lecteur a suivi les aventures.

  • 14 Marc Fumaroli, « Le retour d’Astrée », art. cit., p. 55.
  • 15 « Histoire de Placidie », II, 11, Vag. p. 468 sqq.
  • 16 Le titre complet de la première partie est : Les Douze Livres d’Astrée, ou par plusieurs histoires (...)

12Cette histoire simple, cette « longue parade nuptiale », pour reprendre l’expression de Marc Fumaroli14, se déroule en quelques mois (du printemps à l’automne) dans un lieu unique, et occupe néanmoins cinq mille pages réparties en cinq parties de douze livres chacune. Cette épaisseur impressionnante s’explique par plusieurs raisons. D’abord, le roman, loin d’obéir à une structure linéaire, prolifère en tous sens. On peut ainsi distinguer, outre l’histoire principale qui narre les aventures d’Astrée et Céladon, les intrigues entrelacées, tissées avec celles des personnages principaux, et qui mettent en jeu les proches compagnons gravitant autour des deux héros, comme l’inconstant Hylas et, surtout, Diane et Silvandre : autrefois amoureuse de Filandre, mort pour la sauver, Diane s’est jurée de rester fidèle à son premier amant, mais elle accepte, par jeu, de recevoir Silvandre pour son serviteur, et les deux bergers ne tardent pas à s’éprendre pour de bon l’un de l’autre ; leur passion triomphera de la tromperie de Laonice, qui fera croire à Diane que son berger est amoureux d’une autre habitante du Forez, Madonte. À la fin du roman, c’est une épreuve plus terrible qui attend le couple : Silvandre est sur le point d’être sacrifié sur l’autel du dieu Amour, tandis que Diane se retrouve contrainte d’épouser Pâris, fils d’Adamas ; pour eux aussi, la fin sera heureuse : on s’apercevra in extremis que celui qu’on croyait être Silvandre n’est autre que le véritable Pâris ; il pourra alors échapper à la main du sacrificateur, et les deux amants connaîtront eux aussi la joie du mariage final. D’autres histoires secondaires mettent en jeu des protagonistes évoluant hors du Forez, comme celle d’Andrimarte et de Silviane (III, 12, p. 301-383) qui se déroule à la cour de Mérovée. Loin de se cantonner à l’espace resserré de son pays natal, Honoré d’Urfé fait parfois varier le lieu de l’action et, au fil de la lecture, nous voyons le décor se transporter d’Isoure, dans le palais de la reine Amasis et de ses nymphes, jusqu’à Rome, chez l’empereur Valentinian, ou encore à travers la Méditerranée, lorsque nous suivons les pérégrinations des princesses Eudoxe et Placidie15. Le rythme du récit constitue une autre raison expliquant la longueur du roman : l’action y progresse lentement, car elle est sans cesse entrecoupée de longs discours, de subtiles analyses des émotions des personnages, de digressions philosophiques, de morceaux lyriques (poèmes, sonnets, chansons, villanelles, stances, madrigaux, etc.), de lettres (déclarations d’amour, de rupture, etc.), ou encore de cartels et de défis qui viennent rompre le cours de la narration. C’est que dans L’Astrée, les événements servent aussi à entrevoir les différents visages de l’amour ; ils décomposent ce sentiment en un prisme qui permet d’en observer les innombrables facettes : dépit, fierté, inconstance, timidité, déguisement d’un sexe à l’autre, tous les « divers effets de l’honnête amitié » (c’est le sous-titre de L’Astrée), avec leurs mille nuances, sont patiemment décrits par le romancier16 qui observe ces multiples formes du sentiment amoureux et les différentes réactions des personnages face aux manifestations de la passion.

  • 17 Un recensement des thèmes de ce roman a été tenté : Servais Kevorkian, Thématique de L’Astrée d’Ho (...)

13Enfin, l’abondance des éléments romanesques (déguisements, feintes, méprises, confidences interceptées, songes, baisers surpris, enlèvements) tend également à compliquer l’action17 : les histoires sont nombreuses, enchevêtrées, racontées par des narrateurs multiples, de l’instance omnisciente qui prend en charge le récit principal aux protagonistes ou aux témoins des histoires intercalées. Ces récits sont d’autant plus complexes que leurs fils s’entrecroisent : l’aventure de Madonte se termine ainsi au milieu des bergers, et c’est Adamas qui explique à Damon le sens de l’oracle qui lui a été révélé (III, 12, p. 296). Ce foisonnement provoque un décentrement de l’histoire principale, qu’on perd souvent de vue et qui se retrouve renvoyée aux marges du roman, et comme écrasée par les intrigues secondaires qui lui servent de contrepoint.

  • 18 Jean Rousset, Circé et le paon. La littérature de l’âge baroque en France, Paris, José Corti, 1954
  • 19 Tirinte donne à Silvanire l’apparence de la mort en la contraignant à jeter les yeux sur un miroir (...)

14D’autres caractéristiques formelles tendent à conférer à ce roman une impression insolite pour un lecteur habitué à une structure romanesque plus classique : la profusion des personnages (on peut en dénombrer plusieurs centaines), l’inachèvement d’une œuvre proprement in-terminable tant les histoires se compliquent et rebondissent, la place prépondérante accordée au discours au détriment du récit, tout cela peut provoquer chez le lecteur une impression de trop-plein qui correspond en fait à l’esthétique propre à la première moitié du XVIIe siècle et que, depuis les travaux de Jean Rousset18, on a pris l’habitude d’appeler « baroque ». De plus, le refus du vraisemblable et la place du merveilleux, dont témoignent l’herbe de fourvoiement (II, 5, p. 167), le miroir magique utilisé par Tirinte19, ou la fontaine de la vérité d’amour, créent une impression d’irréalité dans un roman qui accepte le jeu de la convention : le réel et son reflet se réfléchissent à l’infini, au point qu’on les prend souvent l’un pour l’autre. Aussi éloigné que possible d’une écriture « classique » dont on trouverait plus tard le modèle chez Madame de Lafayette, L’Astrée apparaît ainsi comme le premier des romans modernes, contestant, avant même que ces notions ne se mettent en place, aussi bien la linéarité chronologique de l’intrigue que la soumission de l’écriture au récit, ou encore la notion de personnage fixé dans une identité stable.

1. Portrait d’Honoré d’Urfé, gravé par Pieter de Bailliu d’après Antoine Van Dyck.

2. Les Bergers d’Arcadie, de Nicolas Poussin (détail).

Notes

1 Pierre-Daniel Huet, Traité de l’origine des romans [1669], Paris, Desessarts, an VII, p. 128.

2 Marc Fumaroli, « Le retour d’Astrée », in Précis de littérature française du dix-septième siècle, éd. Jean Mesnard et Marc Fumaroli, Paris, Presses universitaires de France, 1990, p. 51.

3 On a ainsi voulu reconnaître Gabrielle d’Estrées, le duc de Bellegarde et Henri IV sous les noms de Daphinide, Alcidon et Euric, « roi des wisigoths ».

4 Lettre citée par Maxime Gaume, Les Inspirations et les sources de l’œuvre d’Honoré d’Urfé, Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 1977, p. 166.

5 Maurice Lever, Le Roman français au XVIIe siècle, Paris, Presses universitaires de France, « Littératures modernes », 1981, p. 59.

6 Une littérature sentimentale de qualité médiocre avait précédé la publication de L’Astrée, mais sans laisser espérer qu’un chef-d’œuvre dût jamais illustrer ce genre. Voir Gustave Reynier, Le Roman sentimental avant L’Astrée [1908], Paris, Armand Colin, 1971.

7 La troisième partie parut d’abord, incomplète, en 1617.

8 On pourra se reporter, pour davantage de renseignements, aux articles de Bernard Yon, « Honoré d’Urfé, ou le conseiller des vrais amants », Littératures classiques, 15, 1991, p. 59-67 ; Eglal Henein, « Les vicissitudes de la quatrième partie de L’Astrée », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 6, 1990, p. 883-898 ; et surtout à celui de Laurence Plazenet, « Inopportunité de la mélancolie pastorale : inachèvement, édition et réception des œuvres contre logique romanesque », Études Épistémè, 3, 2003, p. 28-96.

9 La Vraie Astrée, Paris, veuve Olivier de Varennes, 1627.

10 La Conclusion et dernière partie d’Astrée […] composée sur les vrais mémoires de messire Honoré d’Urfé, Paris, François Pomeray, 1628.

11 La Vraie Astrée [Quatrième partie], op. cit., « Avertissement au lecteur ».

12 Laurence Plazenet, art. cit., p. 66.

13 « Douter de l’authenticité de la quatrième partie de 1627, c’est rendre hommage au génie de l’auteur de L’Astrée », écrit Eglal Henein (« Les vicissitudes de la quatrième partie de L’Astrée », art. cit., p. 898).

14 Marc Fumaroli, « Le retour d’Astrée », art. cit., p. 55.

15 « Histoire de Placidie », II, 11, Vag. p. 468 sqq.

16 Le titre complet de la première partie est : Les Douze Livres d’Astrée, ou par plusieurs histoires et sous personnes de bergers et d’autres, sont déduits les divers effets de l’honnête amitié.

17 Un recensement des thèmes de ce roman a été tenté : Servais Kevorkian, Thématique de L’Astrée d’Honoré d’Urfé, Paris, Champion, 1991.

18 Jean Rousset, Circé et le paon. La littérature de l’âge baroque en France, Paris, José Corti, 1954.

19 Tirinte donne à Silvanire l’apparence de la mort en la contraignant à jeter les yeux sur un miroir magique (IV, 3, Vag. p. 132).

Table des illustrations

Légende 1. Portrait d’Honoré d’Urfé, gravé par Pieter de Bailliu d’après Antoine Van Dyck.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende 2. Les Bergers d’Arcadie, de Nicolas Poussin (détail).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6174/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search