Version classiqueVersion mobile

Saturne aux deux visages

 | 
Tony Gheeraert

Avertissement

Texte intégral

1Que reste-t-il aujourd’hui de L’Astrée, que les contemporains s’accordaient à considérer comme le plus beau roman du siècle ? La fadeur du vert céladon, quelques clichés de bergères trop sages gardant de trop blanches brebis, et une réputation de roman illisible. L’Astrée mérite pourtant mieux, à coup sûr, que les raccourcis et les stéréotypes. Le présent essai, destiné aussi bien à l’étudiant qu’à l’amateur de littérature (ou de belles histoires), n’a d’autre prétention que d’offrir quelques pistes susceptibles de donner à un lecteur du XXIe siècle l’envie de franchir les portes de ce roman-univers qui enchanta et inspira tant d’artistes à l’âge classique, à commencer par Jean de La Fontaine, et bien au-delà. C’est que, loin de pouvoir se réduire à une longue litanie de chassés-croisés amoureux, L’Astrée est riche d’enjeux politiques, linguistiques, éthiques et esthétiques que la catégorie de « roman sentimental » ne saurait épuiser. Tout particulièrement, c’est en tant que jalon vers le roman moderne que L’Astrée peut aujourd’hui susciter la curiosité, dans la mesure où les interrogations que cet ouvrage suggère font résonner des échos étrangement actuels : tout autant – sinon plus – qu’un roman d’amour, le texte d’Honoré d’Urfé peut être lu comme une déconstruction de tout le système de la signification tel qu’il était conçu à la Renaissance ; à travers le jeu des masques et des déguisements, à travers les détours tortueux de la parole amoureuse, se jouent en fait le vertige des mots et la dérive des signes. Parce qu’il inscrit en son cœur la question de l’écriture et du langage, ce roman préfigure – voire inaugure – une modernité sur l’archéologie de laquelle la présente étude, conçue comme un voyage au pays d’Astrée, entreprend d’enquêter.

2Cette introduction à la lecture de L’Astrée est issue d’un cours dispensé à l’université de Rouen (2002-2004). Chacun des chapitres qui la constitue propose une incursion dans l’un des thèmes majeurs du roman : d’abord situé dans la tradition de la pastorale et celle du mythe de l’âge d’or, puis considéré dans sa double dimension historique et politique, l’ouvrage d’Honoré d’Urfé sera ensuite envisagé comme un roman d’amour paradoxal où les patientes et innombrables dissections du cœur ménagent une place pour les scintillations, morbides ou délicieuses, d’une chair érotisée. Loin d’être gratuite, la casuistique amoureuse retient comme horizon des questionnements profonds qui imprègnent bien des pages et les colorent de teintes nostalgiques et mélancoliques : à travers leurs analyses troublées des nuances du sentiment, à travers aussi la quête ou la fuite éperdue des corps affolés, les bergers du Forez tentent en fait, vainement, de conjurer l’angoisse de l’insignifiance dont la menace plane sur ce paradis hanté par le désespoir. Aussi achèverons-nous notre parcours en constatant que, dans ce roman baroque où l’amour côtoie si souvent la mort et le deuil, les noces tourmentées d’Éros et de Thanatos viennent buter contre une mystérieuse Fontaine qui pourrait bien être comme le tombeau du Signe.

3Il est impossible aujourd’hui de se procurer dans le commerce le texte intégral de L’Astrée. Seul est disponible le florilège établi par Jean Lafond dans la collection « Folio classique » des éditions Gallimard (n ° 1523), et c’est donc sur les extraits contenus dans ce volume que se concentrera l’essentiel des pages qui vont suivre. Toutefois, dans la mesure où cette anthologie ne représente qu’un dixième environ de l’œuvre dans son ensemble, nous ne pourrons nous interdire quelques échappées indispensables vers d’autres parties du vaste massif astréen. On trouvera donc ici trois types de références au roman :

  • Nous donnons le numéro de la partie (en chiffres romains) suivi de celui du livre (en chiffres arabes), d’après le découpage établi par Hugues Vaganay dans son édition intégrale de L’Astrée1.
  • Un numéro de page sans autre précision renvoie à l’édition Folio ; nous ne référons à la pagination Vaganay, toujours précédée de la mention « Vag. », que pour les passages non reproduits dans le Folio.
  • Enfin, l’expression « Textes choisis » correspond aux extraits placés en fin de volume2.

Notes

1 Honoré d’Urfé, L’Astrée. Nouvelle édition. Publiée sous les auspices de la « Diana » par M. Hugues Vaganay [1925-1928], Genève, Slatkine Reprints, 1966. Je remercie M. le Professeur Jean-Marie Pierrel à qui je dois d’avoir pu utiliser la base de données Frantext de l’ATILF. Une nouvelle édition complète de L’Astrée est actuellement en préparation, sous la direction de Delphine Denis, aux Éditions Honoré Champion.

2 Au seuil de ce volume, je tiens à exprimer toute ma gratitude à Yvan Leclerc, qui a très généreusement accepté d’accueillir cet essai dans ses collections, et m’a prodigué son aide précieuse d’éditeur attentif.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search