Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Fondements méthodologiques du savoir scientifique

 | 
Bernard Gangloff

II. Une expérience sur les habitudes alimentaires

Texte intégral

1Nous allons maintenant, à partir de ce que l’on a vu jusqu’ici, examiner une étude, réelle, qui entre dans le cadre de ce que l’on appelle l’influence sociale. Il s’agit d’une étude qui avait pour objectif de modifier le comportement alimentaire des américains. Cette étude, assez ancienne, a été effectuée en 1942, c’est-à-dire au cours de la deuxième guerre mondiale. Concrètement, il s’agissait de faire en sorte qu’en cette période de guerre, de récession et de pénurie alimentaire, les américains mangent davantage d’abats et un peu moins de viande dite noble. Le problème, c’est que la population américaine éprouvait vis-à-vis des abats une aversion profonde. Le challenge était donc d’encourager la consommation d’une viande jusque-là fortement rejetée.

1. Description de l’expérience

2On a donc procédé à une expérience en réunissant six groupes de personnes, chaque groupe étant composé de 13 à 17 ménagères (puisque ce sont elles qui sont généralement chargées de faire le marché), toutes volontaires. Et trois groupes étaient confrontés à des exposés alors que les membres des trois autres étaient invités à participer à des réunion-discussions. Précisons que chaque exposé, tout comme chaque réunion-discussion, durait 45 minutes.

3Dans les exposés, une conférencière mettait l’accent sur le grand nombre de minéraux et de vitamines contenu dans les abats, et illustrait ses propos par des explications et des graphiques très détaillés. Outre cet aspect diététique, la composante économique était elle aussi soulignée. Enfin, des indications étaient fournies sur le mode de préparation de ces viandes, avec des recettes, et la conférencière terminait en s’impliquant personnellement ; faisant état du franc succès qu’elle avait obtenu dans sa propre famille grâce à cette modification dans la composition des repas.

4Dans les réunion-discussions, il était également fait état des conséquences bénéfiques des abats du point de vue nutritionnel et de la santé, sans oublier les aspects positifs sur le plan économique. Mais après cette brève introduction, une discussion était entamée entre l’animateur et les participantes, et entre les participantes elles-mêmes (c’est-à-dire qu’il ne s’agissait pas simplement d’un dialogue entre le groupe et l’animateur, mais que les participantes discutaient également entre elles). Etaient ainsi notamment évoqués les blocages psychologiques à l’achat d’abats (comme l’aversion du mari ou des enfants vis-à-vis de ce type de consommation). Puis, comme dans les exposés, des indications de recettes étaient fournies.

5Par ailleurs, dans chacune des deux situations (exposé versus réuniondiscussions), on demanda aux participantes d’indiquer, en levant la main en début de séance, si elles avaient déjà servi des abats dans le passé ; et d’indiquer également, toujours en levant la main mais maintenant en fin de séance, si elles étaient disposées à préparer des abats la semaine suivante. Par ailleurs, un contrôle effectué par la suite montra que seulement 3 % des femmes qui avaient assisté aux exposés servirent une des préparations qu’elles n’avaient jamais servi antérieurement, tandis que ce pourcentage se montait à 32 % chez les participantes des réunion-discussions.

6Passons maintenant à l’analyse de cette étude. Et tout d’abord, combien y a-t-il de variables, quelles sont-elles et combien ont-elles de modalités ?

7Pour les variables indépendantes, il y en a une seule, qui est le type de diffusion de l’information (il s’agit donc d’une variable discrète et provoquée), et cette V.I. est dichotomisée, elle a deux modalités : la méthode « exposé » et la méthode « réunion-discussion ». Nous avons donc un plan expérimental à deux cases :

Exposés

Réunion-discussions

8Au niveau des variables dépendantes, il y en a deux : d’une part l’intention de comportement, mesurée en comptant les mains levées, et d’autre part les comportements effectifs d’achat d’abats la semaine suivante. Notons au passage que seules ont été prises en compte les femmes qui n’avaient jamais auparavant effectué ce type de préparation culinaire. Compter tout le monde aurait en effet eu deux inconvénients : d’une part on n’aurait pas véritablement étudié uniquement des changements de comportements (s’intéressant aussi à des personnes déjà convaincues, ce que l’on aurait appelé d’éventuels changements alimentaires n’en seraient peut être pas) ; d’autre part on aurait introduit un risque de variable parasite (si par exemple dans les groupes réunion-discussions les personnes déjà convaincus avaient été plus nombreuses que dans les groupes exposés ; de ce fait, l’éventuelle différence que l’on aurait pu observer entre les deux situations aurait pu provenir uniquement de l’effet de cette variable, et non de la V.I. mise en place).

9On remarque également l’existence de variables contrôlées ; comme la durée (45 mn dans tous les cas), comme le contenu des informations fournies (informations diététiques, recettes, etc.) ou, nous venons de l’indiquer, le fait de ne prendre en compte que les personnes n’ayant jamais auparavant cuisiné d’abats. Mais l’on constate aussi l’existence d’une variable parasite qui n’est d’ailleurs pas évidente à détecter (c’est cependant parfois le cas dans la réalité : il n’est en effet pas toujours facile, dans la réalité, de détecter toutes le variables parasites). Nous avons donc ici une variable parasite, car d’un côté nous avons une conférencière, et d’un autre un animateur. C’est-à-dire que le genre de la source d’information diffère (femme versus un homme). Pourquoi est-ce une variable parasite ? Tout simplement parce que les conférences sont systématiquement introduites par une femme et que les réunion-discussions sont systématiquement animées par un homme. De ce fait, si, à la suite des transmissions d’informations, on observe une différence quant aux intentions ou aux comportements d’achat des participantes, on ne pourra jamais savoir si ces différences proviennent de la V.I. ou si elles sont issues de la variable « genre des sources d’information » (on sait notamment que les femmes sont souvent jugées moins crédibles que les hommes, et cela même auprès de populations féminines..).

10On peut aussi ajouter, sur le plan de l’hypothèse, que l’on pense que les réunion-discussions sont plus efficaces que les exposés pour modifier les intentions et les comportements alimentaires des américains en 1942. Et il apparaît, à la lecture des résultats, que c’est effectivement le cas.

2. Interprétation des résultats

11Comment à présent expliquer ces résultats ? Pourquoi les réuniondiscussions sont-elles plus efficaces que les exposés ? Il ne suffit pas en effet d’obtenir des résultats, il faut aussi les expliquer. Théoriquement d’ailleurs, lorsque l’on établit une hypothèse dont on se propose de tester la véracité, on a déjà élaboré une explication. On n’élabore pas une hypothèse au hasard.

12Si l’on pense que la situation réunion sera plus efficace, c’est que l’on a déjà réfléchi au pourquoi de cette suprématie. Ici, plusieurs explications sont possibles.

  • On peut déjà tout simplement dire que dans les discussions, il y a des échanges à l’intérieur du groupe, et que ce sont ces échanges qui favorisent les changements d’attitude et de comportement. Mais cela n’explique en fait pas grand chose.
  • On peut aussi évoquer la théorie du conformisme. Dans tout groupe, il existe un esprit de groupe et une dynamique dans lesquels chaque participant est pris. Dans tout groupe, on essaie de bien se faire voir ; ce qui signifie que l’on essaie de faire comme les autres, de se conformer à ce que l’on constate être la norme du groupe, c’est-à-dire de se conformer à la façon la plus acceptable de se comporter dans le groupe. Et ce conformisme est ici facilité, au niveau des intentions, par le fait que les déclarations d’intention s’effectuent à main levée. Ajoutons enfin que, dans les techniques de persuasions les plus élaborées, on introduit parfois des complices dans le groupe, complices qui vont rapidement changer d’attitude et ainsi entraîner derrière eux les autres membres du groupe dupés par ces changements d’attitude (c’est-à-dire croyant que ces changements d’attitude traduisent le bon comportement ; le comportement à suivre pour se faire bien voir). De manière moins provocatrice, on sait que dans les réunions syndicales, lorsque par exemple on souhaite obtenir un vote massif en faveur d’une grève, on fait voter à main levée (une autre technique complémentaire étant de commencer par demander « qui est contre ? » ; toujours à main levée bien sûr).
  • Il est également possible de raisonner en termes de leadership. Il est possible qu’il y ait, aussi bien d’ailleurs dans les groupes « exposé » que dans les groupes « discussion », un leader ; une personne qui fasse preuve de prestance, de charisme ; et il est alors possible que les autres participantes calquent leur comportement sur celui du leader. Nous venons de dire que ce leader pouvait également exister dans les groupes « exposé », mais il faut ajouter un élément : dans ces groupes le leader éventuel passe inaperçu. Ce qui signifie que cette interprétation en termes de leadership nécessite, non seulement qu’existe un leader, mais aussi que ce leader se manifeste en tant que tel. On voit par ailleurs que cette explication en termes de leadership est en quelque sorte un approfondissement de l’explication en termes de conformisme : dans le conformisme on a l’effet d’une majorité quantitative à laquelle on se rallie, et avec le leadership on est confronté à une majorité qualitative.

13Le problème, c’est que l’expérience, telle quelle a été construite, ne nous permet pas de choisir entre ces diverses explications : il est possible que les participantes aient modifié leur attitude en se basant sur les avis émis par les divers membres du groupe, mais ils peuvent aussi s’être soumis, soit à ce qui semblait être la norme du groupe, soit à l’influence d’un leader.

14Mais il existe aussi un autre type d’interprétation : on peut penser que la discussion a donné aux sujets le sentiment qu’ils participaient à une prise de décision. Et l’on sait que ce sentiment facilite les changements d’attitude. Dans les entreprises par exemple, lorsque l’on envisage une réforme et que l’on sait que les salariés y seront opposés, la stratégie souvent mise en place pour réussir cette réforme malgré les résistances est de faire participer les salariés à l’élaboration de la réforme. Cela signifie que l’on ne dit pas aux salariés que tout est déjà prévu mais que l’on s’arrange au contraire pour qu’ils croient que tout vient d’eux : on suscite donc des idées qui vont dans le sens souhaité, et l’on observe que, dans ce cas, la réforme est facilement acceptée. Il est donc possible que, dans la présente expérience, la suprématie des discussions provienne du fait que les ménagères aient eu le sentiment d’être autonomes, d’avoir pris leur décision en toute liberté, d’avoir participé de façon active à la prise de décision. Et cela est notamment vrai pour les changements de comportements. Rappelons en effet que ces changements de comportements étaient précédés de déclarations d’intentions. Or lorsque l’on déclare que l’on va effectuer un comportement, il est très difficile de ne pas mettre ensuite en pratique ce comportement ; beaucoup plus difficile que lorsque l’on ne s’est pas antérieurement engagé à l’effectuer. On se sent engagé par la déclaration que l’on a faite, et cela d’autant plus que cette déclaration a été faite en public ; en présence d’autrui. C’est ce que l’on appelle la théorie de l’engagement. Cette théorie est notamment utilisée dans la vente, par exemple la vente par téléphone : on commence par demander au futur client une toute petite chose qu’il lui est difficile de refuser, comme un rendez-vous ; ensuite il se trouve engagé, et il lui est beaucoup plus difficile de refuser d’accepter une demande plus importante. Mais on peut aussi utiliser cette théorie pour des bonnes œuvres. Mettons que l’on souhaite mettre de grands panneaux en faveur de la sécurité routière dans des propriétés privées ; il y a fort à parier qu’en demandant directement aux propriétaires s’ils sont d’accord pour voir installer un tel panneau dans leur jardin, on obtiendra un refus. Aussi, ce que l’on peut faire, c’est commencer par leur demander de répondre à un questionnaire dans lequel ils seront amenés à prendre position en faveur de la sécurité routière ; on pourra ensuite leur demander d’apposer sur leur véhicule un autocollant en faveur de la prudence au volant, etc. Et lorsqu’enfin on leur demandera de poser le fameux panneau dans leur jardin, alors on pourra constater que les refus ne seront plus systématiques.

3. Retour à l’analyse méthodologique de l’expérience ; les notions de groupe témoin et de corrélation

15Il convient tout d’abord de remarquer que le compte rendu de cette expérience comporte un certain nombre de lacunes ; que des informations importantes ne sont pas fournies. Ainsi, on ne sait rien sur la composition des groupes : l’âge des participantes, leur niveau social, économique, culturel, restent inconnus. Si par exemple tous les membres des groupes « exposé » sont d’un niveau économique nettement supérieur aux participantes des groupes « discussion », on peut considérer que les premières ont reçu moins d’informations pertinentes que les secondes ; car vanter les économies que l’on peut réaliser en achetant des abats n’a aucune pertinence pour les ménagères lorsqu’elles n’ont pas de souci d’argent. De même, on ne sait pas si les ménagères se connaissaient ou non, et si elles se connaissaient, on ignore si elles entretenaient des rapports d’affinité, d’indifférence, de méfiance ou d’hostilité. Tous ces facteurs, pour lesquels on ne dispose d’aucune information, peuvent avoir eu une influence non négligeable. Pour autant, pour d’autres éléments, nous avons des informations.

16Un point sur lequel il est par exemple intéressant de revenir est le fait que toutes les participantes étaient des volontaires. Ce n’est certes pas une variable parasite étant donné que toutes étaient des volontaires ; par contre, cela pose un problème de générabilité des résultats (on parle aussi de validité externe). Les volontaires présentent en effet des caractéristiques bien particulières que l’on peut ne pas retrouver chez des non volontaires. De ce fait, les résultats obtenus dans une expérimentation peuvent partiellement (voire même parfois totalement) provenir de ces caractéristiques ; ce qui signifie qu’il n’est pas du tout certain que l’on obtiendrait les mêmes résultats sur une population de non volontaires (mais cela, on ne peut pas le savoir : il est en effet très difficile de faire des expériences sur des non volontaires). On sait par exemple que les volontaires sont des personnes intellectuellement plus capables que les autres, plus conventionnelles aussi, plus motivées, plus jeunes (surtout lorsqu’il s’agit de femmes), plus sociables et moins autoritaires, présentant un fort besoin d’approbation sociale, etc. Or tout cela a des conséquences. Prenons le besoin d’approbation sociale. Il signifie que ne se porteront volontaires que les personnes qui pensent pouvoir se mettre en valeur (on sait par exemple que le vainqueur d’un tournoi de tennis accepte beaucoup plus facilement de répondre aux questions des journalistes que le perdant ; que les personnes mariées répondent plus facilement à un sondage sur l’harmonie conjugale que les personnes divorcées...). Et quand ces volontaires répondent, il n’est pas rare qu’elles le fassent avec une certaine auto-complaisance, c’est-à-dire en trichant parfois quelque peu dans leurs réponses ou dans leurs comportements ; en essayant de minimiser, de passer sous silence ou d’éviter tout comportement susceptible de nuire à la réalisation de leur besoin d’être positivement perçues par autrui.

17Une autre remarque concerne la composition des groupes. Nous avons vu que les groupes étaient composés de 13 à 17 participants. Cette non identité peut certes constituer un problème, mais ce ne sera pas le problème principal. Le problème principal sera qu’au-dessus de 7 ou 8 personnes, il est très difficile d’avoir une véritable discussion de groupe, de faire en sorte que chacun participe et s’exprime. Ce n’est d’ailleurs pas nécessairement pour des questions de timidité : il est tout simplement très difficile que chacun bénéficie d’un tour de parole lorsque l’on est trop nombreux. Dans ce type de situations, ce sont les leaders qui vont surtout s’exprimer ; qui vont s’imposer pour prendre la parole. La conséquence, dans notre expérience sur les changements des habitudes élémentaires, c’est que l’interprétation des résultats en termes d’influence d’un leader prend du poids au détriment des autres. Cela signifie aussi, plus globalement, que l’interprétation des résultats d’une expérience peut dépendre des conditions dans lesquelles l’expérience a été effectuée.

18Revenons également sur les déclarations d’intention à main levée, c’est-à-dire de manière non anonyme. Nous avons dit que cela favorisait l’engagement ; c’est-à-dire que cela a certainement eu une influence sur les résultats comportementaux. Certes, il ne s’agit pas là d’une variable parasite puisque ce type de procédure a été adopté dans les deux situations expérimentales ; pour autant, cela pose un problème d’interprétation des résultats quant aux comportements effectifs (ces comportements ne sont-ils pas essentiellement dus à cet engagement public ?). Nous avons également signalé que cela pouvait favoriser le conformisme à la majorité quantitative (ce qui signifie que les sujets ont pu dire, non pas ce qu’ils souhaitaient réellement faire mais ce qui leur semblait convenable de dire : on retrouve, avec un nouveau déterminant, le problème de la tricherie et du mensonge). Mais cela peut aussi entraîner une plus grande soumission à un leader, à une majorité qualitative. C’est d’ailleurs ce que l’on appelle « l’effet de grappe » : lorsque des personnes sont en groupe, elles vont être tentées de suivre l’avis de la personne qui s’exprime en premier, c’est-à-dire en fait qu’elles vont être tentées de suivre l’avis du leader. On remarque très fréquemment cet effet dans les enquêtes réalisées dans les familles, c’est-à-dire dans des groupes hiérarchiquement structurés dans lesquels le chef de famille répond en premier : les autres membres de la famille ne font ensuite que répéter ce qu’a dit le chef. Vous pouvez aussi en avoir une autre illustration dans certaines séries policières diffusées à la télévision : lorsque l’inspecteur Derrick réunit une famille et pose ses questions, le chef de famille répond en premier (car c’est généralement lui qui est chargé des relations extérieures), et les autres membres de la famille ne font ensuite que formuler les mêmes réponses.

19Nous venons de constater que, pour l’engagement, cette manière de procéder, à main levée, peut avoir eu une influence sur les comportements effectifs ; c’est-à-dire sur les résultats observés au niveau de la deuxième variable dépendante. Et cela aussi bien que l’on raisonne en termes d’engagement, de conformisme, ou de soumission à un leader. Dans ces trois types d’interprétation, on peut donc se demander si la première variable dépendante, si la déclaration d’intention à main levée donc, ne peut pas être considérée comme une variable indépendante par rapport aux comportements effectifs ; c’est-à-dire par rapport à ce que l’on a initialement défini comme deuxième V.D. et qui deviendrait alors la seule et unique V.D. On peut en effet raisonnablement penser que l’on n’aurait pas obtenu la même proportion de comportements effectifs que celle observée (32 %, rappelons-le, dans la situation « discussions ») si les participantes n’avaient pas été préalablement incitées à déclarer leurs intentions à main levée. On peut effectivement faire l’hypothèse (on retombe, par ce mot d’hypothèse, au début de la démarche scientifique) que dans ce cas les résultats auraient été autres. Pour autant, il y a quelque chose qui manque dans l’expérience pour que ces déclarations à main levée puissent être considérées en terme de variable indépendante. Souvenons-nous qu’une variable, cela varie ; or dans cette expérience, le chercheur a systématiquement eu recours à des déclarations à main levée. Cela signifie que nous n’avons qu’une modalité de déclaration d’intention. Pour qu’il y ait V.I., il aurait fallu une deuxième modalité, c’est-à-dire qu’il aurait été nécessaire que dans la moitié des groupes les déclarations s’effectuent de manière anonyme ; à bulletin secret. Il aurait fallu, pour savoir si les déclarations à main levée avaient eu une influence sur les comportements effectifs, comparer les résultats obtenus de cette manière à ceux obtenus dans une autre situation (c’est-à-dire dans une situation d’anonymat des déclarations). Nous aurions alors une V.I. que l’on pourrait appeler « forme de la déclaration d’intention », V.I. à deux modalités : déclaration anonyme versus publique. Ce point va nous conduire à dire quelques mots des situations de référence ; des situations auxquelles on compare les résultats fournis par l’une des modalités de la V.I. Et nous allons ainsi aborder la notion de « groupe témoin ».

20Un groupe témoin est un groupe qui n’est confronté à aucune des modalités de la V.I., et sur lequel on ne fait que mesurer la V.D. Quel est l’intérêt ? Dans l’étude sur les changements alimentaires, nous avions comme résultats 3 % de changements de comportements dans le groupe « exposé » contre 32 % dans le groupe « discussion ». Mais admettons maintenant que nous ayons dans les deux cas 32 %. Qu’allons-nous conclure ? Certainement que chacune des deux situations a une influence, mais que cette influence est identique dans l’une et l’autre situation ; ce que l’on peut, sur un plan appliqué, résumer par : « Peu importe la méthode de diffusion du message, elle a de toutes façons une influence ». Pourtant, qui nous dit que la veille de l’expérience, ou quelques jours auparavant, il n’y avait pas eu une campagne dans les mass média pour inciter à la consommation d’abats, et que c’est cette campagne qui a eu une influence. Pour le savoir, il aurait fallu constituer une nouvelle situation dans laquelle les sujets n’auraient reçu aucune information, ni par exposé ni par discussion ; groupes dans lesquels on se serait borné à mesurer les intentions de comportements et les comportements effectifs. Si alors on avait encore obtenu 32 %, cela aurait signifié que seule la campagne des média avait joué ; et donc que ni les exposés ni les discussions n’avaient eu une quelconque influence.

21Prenons un autre exemple, dans un autre domaine ; là où l’utilisation des groupes témoins est systématique. Tel est le cas de la recherche pharmaceutique. Vous venez de créer un nouveau médicament, un médicament B, très peu coûteux à fabriquer, et vous voulez vérifier si il est aussi efficace que l’ancien, très coûteux, le médicament A. Mettons que le médicament B se révèle aussi efficace que le A. Allez-vous immédiatement le mettre sur le marché ? Il faut d’abord vous assurer que l’efficacité de B provient bien de ses caractéristiques médicamenteuses, et pas seulement d’un effet psychologique. Pour cela, on introduit un troisième médicament, qui est en fait un placebo (ça a l’apparence d’un médicament, le goût d’un médicament, mais ce n’est constitué que de sucre et de quelques colorants). Et il apparaît parfois que de tels placebos ont une efficacité identique à celle de certains médicaments : le fait de croire prendre un médicament entraîne parfois un évident mieux-être chez les malades. La cause de cet effet est uniquement psychologique, puisqu’il n’y a aucun principe actif dans le placebo, mais l’effet physique est bien là ; bien réel. D’ailleurs, pour le vérifier, on peut aussi construire une seconde case témoin ; case dans laquelle les malades ne reçoivent ni médicament ni placebo. Si dans cette case les sujets demeurent malades alors que ceux des trois autres groupes guérissent, on pourra alors dire que seul l’effet psychologique est entré en ligne de compte.

22Il y a un dernier point qu’il faut aborder ; toujours en rapport avec l’interprétation des résultats obtenus. Il s’agit de la notion de corrélation ; et plus précisément de la différence entre une relation de corrélation et une relation de causalité. Et nous allons à nouveau prendre une illustration dans le domaine médical. Soit l’information suivante, publiée dans le journal : « Suite à une enquête réalisée dans les milieux médicaux, il apparaît que le nombre de décès par infarctus est beaucoup plus important dans le Nord du pays que dans le Sud ». Bien souvent, lisant ce type de données, on fait des interprétations du type : « Les gens du Nord doivent avoir une nourriture moins équilibrée que ceux du Sud ; une hygiène de vie moins satisfaisante que ceux du Sud ; ils doivent faire moins de sport, avoir un rythme de vie plus stressant, etc. ». C’est-à-dire que l’on trouve des interprétations en terme de cause à effet : le fait de vivre dans le Nord entraîne davantage d’infarctus, et cette relation est elle-même la conséquence d’autres causes que l’on essaie de déterminer. Mais ce raisonnement est un peu trop rapide. Car on pourrait très bien penser l’inverse ; se dire par exemple que c’est au contraire les personnes qui vivent dans le Sud qui ont la plus mauvaise hygiène de vie, mais qu’il y a davantage d’hôpitaux ou de médecins spécialistes du cœur dans le Nord, ce qui fait que quand ils sont malades, les gens du Sud montent au nord pour s’y faire soigner ; et éventuellement pour y décéder (car nous savons tous que c’est dans les hôpitaux que l’on meurt le plus). Vous voyez qu’en fait il y a deux interprétations possibles, et que ces interprétations vont dans un sens inverse l’une de l’autre : dans un cas c’est le fait de vivre dans le Nord qui est préjudiciable à la santé, dans l’autre cas c’est l’inverse (quand on est malade, on monte dans le Nord pour s’y faire soigner). Et peut-être qu’aucune de ces deux interprétations n’est vrai. En tout cas, il est impossible, à partir des seules données possédées, de trancher. Ce que l’on peut seulement affirmer, c’est qu’il existe une relation effective entre le fait de vivre dans le Nord et le nombre de décès par infarctus. Mais la direction de cette relation, on l’ignore ; dire où se situe la cause et où se trouve l’effet, on ne le peut pas. Il y a effectivement une relation, mais on ne peut pas affirmer qu’il s’agit d’une relation causale ; d’une relation de cause à effet. On se trouve en réalité face à une relation de « corrélation ».

23Il y a une relation de corrélation lorsque deux facteurs varient dans le même sens (ici le lieu d’habitat et le nombre d’infarctus), et lorsqu’on ne peut indiquer le sens de cette variation. Le mot « sens » est ici utilisé dans sa double acceptation de direction (c’est-à-dire de détermination de la cause et de l’effet) et de signification (l’impossibilité de trouver une signification, qui provient d’ailleurs de l’impossibilité de trouver une direction). Une relation de corrélation peut être totalement due au hasard ; mais elle peut aussi provenir du fait que les deux facteurs en corrélation sont sous l’influence d’un troisième facteur qui les détermine l’un et l’autre.

24Prenons un autre exemple. On remarque que dans les écoles, les élèves ayant de bonnes notes en mathématiques ont également de bonnes notes en physique. C’est une relation de corrélation. On ne peut pas affirmer que c’est parce que l’on est bon en mathématiques que l’on est bon en physique ; on ne peut pas affirmer que la cause des bonnes notes en physique est déterminé par le fait d’avoir de bonnes notes en mathématiques. Ce serait absurde. Ce serait absurde car si l’on remarquait que les élèves qui sont bons en mathématiques sont mauvais en langues, cela signifierait que le fait d’être bon en mathématiques empêche d’être bon en langue. En réalité, la relation entre les notes en mathématiques et les notes en physique, tout comme la relation entre les notes en mathématiques et les notes en langues, sont non pas des relations de causalité mais des relations de corrélation. Relations qui ne sont d’ailleurs pas dues au hasard : on sait aujourd’hui qu’il existe une sorte de capacité à l’abstraction, capacité qui explique les résultats des élèves dans les sciences dites exactes (mathématiques, physique, chimie...). Les élèves ayant pu faire fructifier cette capacité sont alors ceux qui obtiennent les meilleurs résultats scolaires dans ces disciplines, et parfois de moins bons résultats dans les disciplines dites littéraires, comme les langues.

25La confusion que l’on fait parfois entre une causalité et une corrélation est d’autant plus fréquente que l’on a affaire à des variables inscrites, des variables d’état (par opposition, nous l’avons vu, à des variables construites, provoquées). C’est-à-dire lorsque l’on utilise le genre, l’âge, le milieu socioéconomique et culturel ; des variables qui existent à l’état naturel, indépendamment de la volonté du chercheur ; des variables que le chercheur se contente de prendre en considération ; des variables dont il se contente de noter le contenu ou l’évolution ; ce qui est notamment le cas en sociologie par exemple ou, de manière plus générale, lorsque l’on travaille sur de grands groupes. Ceci explique d’ailleurs cela : travaillant sur de grands groupes, on fonctionne généralement par enquêtes ; car on ne peut pas construire, manipuler des facteurs, sur des grands groupes. En d’autres termes, lorsque l’on travaille sur de grands groupes, on ne peut pas appliquer la méthode expérimentale (il y a bien sûr des exceptions, par exemple dans le domaine de la recherche pharmaceutique, mais elles sont rares ; notamment pour des raisons de coût).

26Autre exemple, avec la variable « âge ». Il s’agit d’une variable d’état, et plus précisément d’une variable biologique. Très facile à utiliser, c’est une variable fréquemment employée dans la recherche ; mais du fait de son statut de variable inscrite, on en tire parfois des conclusions quelque peu douteuses, d’un point de vue scientifique. C’est-à-dire des conclusions en termes de causalité alors que l’on devrait uniquement parler de relations de corrélation. Dans l’exemple en question, il s’agit d’une étude réalisée en France, dans le milieu de la formation ; et plus précisément d’une étude réalisée juste après un changement de la réglementation, changement autorisant les jeunes de 17 ans à suivre des stages de formation à l’animation, alors qu’auparavant il fallait avoir au minimum 18 ans. Or après cette réforme, les enseignants constatèrent que l’ambiance des stages était devenue beaucoup plus difficile, tendue, avec des chahuts de plus en plus fréquents. Et ils attribuèrent cela à l’âge des stagiaires. C’est-à-dire qu’ils établirent un lien de causalité entre l’âge et la nouvelle ambiance observée dans les stages. Pour autant, des chercheurs ont considéré que les choses n’étaient peut-être pas aussi simples qu’il y paraissait. Et ils ont cherché des informations complémentaires sur le public suivant les stages. En plus de l’âge, ils se sont ainsi intéressés au statut, à l’activité des stagiaires en dehors des stages ; et ils remarquèrent qu’une majorité des jeunes de 17 ans étaient lycéens. Plus précisément, ils recueillirent les données synthétisées dans le tableau suivant.

Stagiaires de 17 ans

Stagiaires de 18 ans

Lycéens

88 %

49 %

Non lycéens

12 %

51 %

100 %

100 %

27Observant alors plus attentivement le comportement des stagiaires, on se rendit compte que tous les 17 ans n’étaient pas des « chahuteurs » : seuls les lycéens s’adonnaient à ce type de comportement ; mais bien évidemment, comme ils étaient majoritaires dans ce groupe d’âge, il était facile de se leurrer et de considérer que c’étaient tous les jeunes de 17 ans qui pratiquaient le chahut. Plus précisément, on remarqua que le comportement des lycéens de 17 ans ressemblait fort à celui des lycéens de 18 ans, et corollairement que le comportement, beaucoup plus sage, des non lycéens de 18 ans, se retrouvait chez les non lycéens de 17 ans. Ainsi ce n’était pas l’âge qui importait, mais le statut des jeunes (et derrière ce statut on aurait certainement trouvé une variable comme l’état de maturité, avec une maturité plus grande chez les non lycéens que chez les lycéens).

28Terminons par un dernier exemple, plus humoristique. Nous sommes au Canada, et donc évidemment dans une cabane isolée, loin de tout village. John y a pris sa retraite. Comme l’hiver approche, il va couper du bois. En rentrant chez lui il croise un vieux chef indien qui, après les salutations d’usage, lui dit solennellement : « Cette année l’hiver sera rude ». Rendu soucieux par cette pessimiste prévision, John décide d’aller couper davantage de bois. Au retour, il croise à nouveau le chef indien qui cette fois-ci ajoute : « Cette année, l’hiver sera rude, très rude ». John réfléchit un moment puis pense qu’il n’a peut-être pas encore suffisamment de bois. Il repart donc à nouveau, coupe encore du bois, et à nouveau il croise au retour le chef indien qui cette fois-ci annonce encore davantage de rigueur hivernale : « Cette année, l’hiver sera rude, très rude, très très rude ». John réfléchit encore, mais avant de repartir couper son bois, il demande au chef indien sur quel indice il se base pour réaliser ces prévisions. Le chef répond alors : « Il y a un proverbe indien qui dit : quand l’homme blanc coupe beaucoup, beaucoup de bois, c’est que l’hiver sera rude, très rude, très très rude ». Je vous laisse méditer sur cette petite histoire…

29Jusqu’à présent, nous avons essentiellement examiné des cas dans lesquelles une seule variable indépendante était introduite. Par exemple, dans le cas de l’étude sur les changements alimentaires, nous avions une seule variable indépendante à deux modalités : la variable indépendante, c’était le type de présentation de l’information, et les deux modalités étaient d’une part l’exposé et d’autre part la discussion. Et l’on a eu ainsi deux ensembles de résultats, c’est-à-dire deux cases dans lesquelles on a pu inscrire les résultats : la case « exposé » et la case « discussion ». On avait donc ce que l’on nomme un plan expérimental à deux cases (le plan expérimental, c’est l’organisation de l’expérimentation que l’on met en place). Or bien évidemment, d’autres types de plans expérimentaux sont souvent nécessaires ; nécessaires car souvent plusieurs V.I. interviennent conjointement.

30Ainsi, lorsque l’on dit « dans 1/3 des accidents de la route, le conducteur est reconnu avoir été sous l’emprise de l’alcool », on en conclut que l’alcool est la cause d’1/3 des accidents de la route ; mais l’on pourrait aussi en conclure que dans 2/3 des cas l’accident a eu lieu parce que le conducteur n’avait pas bu. Bien évidemment, cette deuxième conclusion est fausse : le corollaire devrait en effet être « dans 2/3 des cas l’alcool n’intervient pas », c’est-à-dire que d’autres causes interviennent alors. Cela signifie que pour bien comprendre la relation qu’entretient une unique V.I. avec la V.D. il est parfois nécessaire d’introduire une seconde V.I. C’est notamment ce que nous allons maintenant examiner. Par ailleurs nous allons aussi prendre une certaine de distance par rapport aux situations pratiques, c’est-à-dire nous situer sur un plan un peu plus abstrait. Ainsi, au lieu de parler par exemple d’une éventuelle variable indépendante « type de présentation de l’information » avec deux modalités (« exposé » versus « discussion »), nous allons nous extraire de cette situation concrète et parler d’une variable indépendante X, à deux modalités (X1 et X2). Cette nouvelle terminologie facilitera en effet l’application de ce que nous verrons à de nombreuses situations concrètes, c’est-à-dire facilitera la générabilité de notre propos.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540